Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78PorositésL’anthropologie de la médecine na...

Porosités

L’anthropologie de la médecine naturelle autour de 1900 : l’homme-plante

Die Anthropologie der Naturheilkunde um 1900: der Pflanzenmensch
The Anthropology of Natural Medicine around 1900: the Plant-Man
Marc Cluet
p. 59-73

Résumés

La naturopathie (médecine naturelle), qui s’établit en terre germanique dans le premier tiers du xixe siècle, en réaction à une médecine universitaire encore déficiente, préconisa au début les applications hydriques, puis, à partir de 1850, le « bain d’air et de lumière ». Le pionnier à cet égard, Arnold Rikli (1823-1906), forgea la formule de « l’homme, créature d’air et de lumière », plus proche de la plante que du poisson. Cette idée fut approfondie dans les années 1890 par le “nietzschéen” Heinrich Pudor (1865-1943) qui, à travers plusieurs volumes d’aphorismes, développa un programme de Lebensreform, fondé sur la représentation d’un homme-plante. Il ne s’agissait pas seulement d’assurer à l’homme sa santé, en prenant en compte la plante en lui, mais aussi et surtout de l’inciter à apprendre des plantes – à en intégrer certaines qualités, telles la frugalité, la douceur, la quiétude… Si l’exemple végétal pouvait faire école, la société en sortirait… humanisée. La postérité de l’homme-plante dans le milieu de la Lebensreform est plutôt mince. Une exception plus consistante apparaît avec le peintre et graphiste Fidus (1868-1948) qui s’attacha au thème spécifique de l’« amour végétal ». Il invitait tous les amants à s’adonner à des étreintes chastes, mais sensuelles, qui de facto apprivoisaient le malthusianisme. Si l’homme-plante des romantiques et la femme-plante de l’Art Nouveau et du Jugendstil sont bien connus, ce chapitre d’anthropologie historique demande encore à être approfondi, d’autant qu’il semble entrer en résonance avec certaines préoccupations actuelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « [D]as Gefühl, ich werde etwas wie eine Pflanze ». Max Frisch, Homo Faber. Ein Bericht, Frankfur (...)
  • 2 Pour le monde végétal en tant que source inépuisable de métaphores péjoratives, cf. Hélène Meisel (...)
  • 3 Jost Hermand, « Undinen-Zauber. Zum Frauenbild des Jugendstils » [1969], in Hermand, Der Schein d (...)
  • 4 En témoignent, par exemple, le portail d’entrée, du plus pur Jugendstil, du sanatorium du Monte V (...)

1Le xxe siècle, dans les années où il fut le plus “xxe”, triomphant et expansionnel, vers 1910, dans les années vingt, pendant les « Trente Glorieuses », n’a guère prisé l’idée d’un homme-plante, d’un homme aux qualités végétales. Daphné changée en laurier avait subi un sort pitoyable, plutôt qu’enviable, comme le pensaient les Grecs anciens. À leurs yeux, vivre dans les rameaux d’un arbuste ou sous l’écorce d’un arbre constituait une manière d’être supérieure à l’humaine, un rapprochement du monde des dieux. De façon typique, Walter Faber, le personnage principal et narrateur à la première personne du roman de Max Frisch Homo Faber (1957), dont le nom “signale” une mentalité activiste, se voit en proie à une fâcheuse régression végétale lorsque son vol long-courrier est interrompu par un atterrissage forcé, et qu’il est contraint à l’inaction et au laisser-aller, en plein désert1. L’argot scolaire de mes années de lycée reflète la « connotation définitivement péjorative » qui était associée au végétal : « se planter » était fâcheux ; « glander », rédhibitoire2. Cependant, au seuil du xxe siècle, on repère une tendance bien différente. Le Jugendstil artistique et littéraire offre une pléthore de figures féminines – sinon masculines – associées à des formes végétales, voire hybridées avec des plantes (fig. 1). Dans un article qui fit date, Jost Hermand montre, sur le segment particulier des ondines, mélusines et autres nymphes des eaux, fondues dans voire avec autant d’algues, de nénuphars, de joncs3… que ces figures faisaient d’une certaine manière honneur à “la” femme. Elles apportaient une réévaluation et une extension idéologique par rapport aux figures féminines du naturalisme et de l’impressionnisme. La femme fantasmée du Jugendstil est, en effet, un être “de nature”, originel, éminemment biologique, au physique et au moral, qui fait office de correctif idéel aux méfaits de la société capitaliste et industrielle. À ce titre, elle s’inscrit “de loin” dans le mouvement d’idées « réactionnaire-progressiste », « altermoderniste », auquel on doit les premières initiatives de protection de la nature, ou encore le concept de « cité-jardin ». Mais, comme le montre aussi Hermand, cette “femme-femme” (Weib), phytomorphe – ou, au minimum, curviligne – fait problème en ce qu’elle est dénuée des facultés intellectuelles supérieures qui fondent l’humain, et au nom desquelles les naturalistes soutinrent, avec d’autres protagonistes, l’émancipation des femmes, dans le siècle. Le phytomorphisme au féminin du Jugendstil, aussi fascinant soit-il, et digne d’étude, d’ordre sémiotique, psychocritique, sociocritique… s’avère donc incapable d’impulsions fécondes au présent, pour le féminisme ou pour un authentique humanisme postmoderne. Il en serait autrement si la femme-plante Jugendstil s’était doublée d’un homme/ mâle-plante, égal, rival ou complémentaire. La présente étude entend mettre au jour un homme-plante des deux sexes, du côté d’une médecine naturelle (naturopathie) qui autour de 1900 faisait, d’ailleurs, bon ménage avec le Jugendstil4.

Fig. 1 : Adolf Höfer, s. t. [bordure décorative] , Die Jugend, 5e année, 1900, p. 68 (n° 4).

  • 5 Les éléments biographiques qui suivent sont repris, pour l’essentiel, de : Zdenko Levental, « Arn (...)
  • 6 « [D]ass der Mensch weder Fisch noch Amphibium, sondern in erster Linie ein Lichtluftgeschöpf, be (...)
  • 7 Cf. Arnold Rikli, Bett- und Theildampfbäder, 4e éd. corrigée, Leipzig, Theobald Grieben, 1889, p. (...)
  • 8 Les arborescences internes à l’homme, en particulier le système lymphatique, également désigné de (...)
  • 9 Cf. par exemple Adolf Just, Kehrt zur Natur zurück. Die wahre naturgemäße Heil- und Lebensweise, (...)
  • 10 La “carrière” de « père du nudisme » ne fut pour Pudor qu’une carrière parmi plusieurs, menées en (...)
  • 11 Cf. n. précédente.

2Le premier naturopathe à avoir développé le concept d’un homme‑plante générique est Arnold Rikli (1823-1906), entré dans l’histoire des pratiques de santé pour son rôle pionnier dans le développement des bains d’air5. Rikli était issu d’une lignée de chimistes suisses, active depuis 1732 dans la teinture de textile. Lui-même exerça cette spécialité, à hauts risques sanitaires, pendant onze ans, jusqu’à ce que victime d’une pleurésie persistante, et alarmé des maladies chroniques des ouvriers teinteurs, il se tourne vers la médecine dite naturelle, non-chimique, pour lui-même et… un public de patients aisés, au sanatorium de Mallnerbrunn, qu’il fonda dès 1855, sur les pentes du lac de Veldes, en Haute-Carniole habsbourgeoise (aujourd’hui Bled en Slovénie). Les fondements théoriques du bain d’air sont apparentés à ceux de l’hydrothérapie, qui, d’ailleurs, restait intégrée à titre secondaire dans les protocoles de soins de Mallnerbrunn. Réchauffements et/ou refroidissements étaient censés “fouetter” l’organisme, les phénomènes circulatoires ainsi induits, disperser les toxines et autres agents pathogènes. Rikli élabora cependant un modèle physiologique plus précis, justifiant la prépondérance accordée aux bains d’air par rapport aux applications hydrothérapiques. Il fit valoir « que l’homme n’est ni poisson ni amphibien, mais en premier lieu une créature d’air et de lumière, voire un neurovégétal ambulant [eine wandelnde Nervenpflanze] dont la nourriture la plus significative consiste en air et en lumière [solaire]6 ». Une « cure atmosphérique », correctement administrée, en conjonction avec une alimentation choisie (un régime modérément végétarien), l’exposition au froid et au chaud, une activité physique et mentale, avait pour effet supposé d’harmoniser l’homme en son sein, c’est-à-dire, selon les explications de Rikli, le « neuro-végétal » stricto sensu avec le « vasculo-végétal » (Gefäßpflanze) qui lui sert de substrat7. La physiologie riklienne présente de curieuses résonances avec l’époque romantique8, et paraît symptomatique, en son temps, de la situation de crise dans laquelle se trouvait la médecine universitaire, communément dénigrée comme « scolastique » – pour le plus grand bénéfice des naturopathes. Les rares progrès observables du côté de la médecine universitaire, notamment dans les techniques de diagnostic, permettaient certes d’identifier des pathologies graves, mais n’augmentaient pas les chances d’en guérir. Son impuissance face aux grandes “ravageuses” (tuberculose, choléra, typhus, etc.) était d’autant plus criante que l’état des patients était suivi avec une grande rigueur positiviste, notamment grâce aux courbes de température, nouvellement instituées. Rikli mérite d’être cité dans le texte pour le pittoresque de ses descriptions physiologiques, mais aussi et surtout, dans le cadre de la présente étude, pour ce que ce naturopathe, heureux en affaires grâce à son sanatorium, marque un terme dans la naturopathie. Il essayait, en effet, de donner un tour scientifique à ses fantaisies physiologiques – une concession à la médecine universitaire qui regagnait du terrain. Les théoriciens et praticiens qui lui ont emboîté le pas, dans le domaine du bain d’air, conserveront de lui l’assertion, utile et intéressée, selon laquelle l’homme est une « créature d’air et de lumière »9, mais ils laisseront de côté le thème connexe de l’homme-plante – sauf à en faire une figure identificatoire, invitant à une Lebensreform radicale. Alors que chez Rikli l’homme-plante, les arborescences internes à l’homme étaient une réalité physiologique à prendre en compte, pour (re)trouver la santé, un Pudor, Heinrich Pudor alias Scham (1865-1943), qui passe pour « le père du nudisme », amorça cette “carrière10” en répétant à son lecteur/ sa lectrice, directement interpellé.e, que telle ou telle variété végétale, sinon le règne végétal dans son ensemble pouvait offrir des modèles de vie supérieurs auxquels il fallait aspirer. De façon significative, son premier volume d’aphorismes pro-nudistes, qui fut aussi le premier manifeste nudiste au monde, Hommes nus – Jubilations à venir11 (1893), présentait une Daphné en couverture (fig. 2).

Fig. 2 : Couverture de l’ouvrage de Heinrich Pudor (publié sous le pseudonyme de Heinrich Scham) : Nackende Menschen – Jauchzen der Zukunft, Dresden, Verlag der Dresdner Wochenblätter, 1893. La gravure reprise et détournée à des fins programmatiques par Pudor, sans autre indication, est Apollon et Daphné (1523) de Barthel Beham (… 1540).

3De ce fait, Pudor n’était pas seulement prescripteur de remèdes alternatifs, comme Rikli, mais impulseur d’une alternative sociétale. La citation de Rikli, annoncée ci-dessus, confrontée, maintenant, à quelques injonctions aphoristiques émises par Pudor permettra de mesurer le saut qualitatif d’un homme‑plante à l’autre, ou, en termes d’histoire culturelle et sociale, du mouvement physiothérapique (Naturheilbewegung) au mouvement de « réforme de la vie » (Lebensreformbewegung).

4Rikli, note liminaire à Bett- und Theildampfbäder (1889) :

  • 12 Rikli, Bett- und Theildampfbäder, p. 5.

Der Mensch in seinem anatomischen Bau als pflanzenartiges, wachsendes Geschöpf betrachtet, ist wesentlichst eine Doppelpflanze, bestehend aus der Gefäßpflanze (Gefäßsystem, Säfteleitungsnetz), die ihn wie einen Baum mit einem großen Stamme, vielen Aesten und millionenfältigen Zweigen und Reisern bis in die härtesten Knochen und Zähne durchzieht. Der Gefäßpflanze obenauf sitzend (ähnlich wie Epheu als Schmarotzergewächs einen Baum überziehend), durchzieht ihn die Nervenpflanze (das Nervensystem).

Wie alles wachsend Lebende auf unserm Weltkörper, so sind auch diese zwei Pflanzen höchst abhängig von der Außenwelt; sie bedürfen zu ihrer Entwicklung sowohl wie zu ihrer Erhaltung fortwährend der äußeren Unterstützung und Anregung[.] […]

In unserm leiblichen Haushalt kann das Gefäßsystem dem frucht- und lebenstragenden Weibe, das Nervensystem dem triebkraftgebenden, die Herrschaft gehörenden Manne verglichen werden. Je vollständiger die Harmonie dieses Ehepaares besteht, desto schöner blüht die Gesundheit12.

5Pudor, aphorismes des années 1890 :

  • 13 Heinrich Pudor (sous le pseudonyme de Heinrich Scham), Mutter-Milch – Offenbarungen der Natur, Lo (...)
  • 14 Pudor, Nackende Menschen, p. 40.

In die Sonne, Brüder, in die Sonne: da sollen Euch die Hüllen fallen und die Knospen erbrechen und die Blüthen erblühen und die Früchte Früchte werden – da sollt Ihr Kinder der Freude werden13

Ja, ja: der Mensch muß lernen, sich als Pflanze zu betrachten – dann wird er schon wieder wachsen14

  • 15 Cf. Heinrich Pudor, Katechismus der Nacktkultur. Leitfaden für Sonnenbäder und Nacktpflege, Berli (...)
  • 16 Arnold Rikli, naturwissenschaftlicher Arzt, Dirigent und Eigenthümer der Natur-Heilanstalten in V (...)
  • 17 Les éléments biographiques qui suivent sont repris, pour l’essentiel, de : Giselher Spitzer, Der (...)
  • 18 Traduire Jugendbewegung par « mouvement juvéniliste », ou « juvénilisme », comme l’a proposé Gilb (...)
  • 19 De façon typique, Pudor s’est indigné de l’institution d’un diplôme de « Dr. ing. » dans le Reich (...)
  • 20 « Ich will, daß meine Brüder den Nutzen haben von meinen Weisheiten. » Pudor, Nackende Menschen, (...)
  • 21 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 7, Nackende Menschen, p. 18, ibid., p. 44, ibid., p. 16, ibid., p. 37.
  • 22 Cf. n. 10.
  • 23 Cf. Pudor, « Nackt-Kultur. Denunziationen zur Geschichte des Lichtluftbades », p. 448.

6Pudor et Rikli se distinguent à d’autres égards encore que ceux déjà évoqués. Les historiens du nudisme sont néanmoins fondés à les rapprocher, comme ils le font souvent, puisque Pudor lui-même honora l’œuvre pionnière de Rikli en matière de bains d’air, et ce faisant contribua personnellement à perpétuer sa mémoire15. Pudor est un “penseur”, sa pratique de la nudité est restée une pratique privée ; Rikli est un empiriste et expérimentateur chez qui la théorie vient expliquer des résultats probants (aussi étonnant que ce soit). Enfin et surtout, Rikli est un “entrepreneur” qui réussit sa conversion à partir d’un secteur d’activité distinct voire opposé, et s’en enorgueillit. Sa carte de visite en dit long : Arnold Rikli, médecin scientifique, propriétaire-dirigeant des établissements physiothérapiques de Veldes/ Haute-Carniole et de Trieste16. À l’inverse, Pudor fait figure de fils prodigue17. Ayant hérité, à vingt ans et quelques (1887), d’une école de musique cotée, fondée par son père, à Dresde, il en brusqua les professeurs en contestant la technicité et la sophistication de leur enseignement, l’essentiel du répertoire étudié, et même la nécessité de la musique en tant que telle – excepté le chant populaire ! Il reprenait en cela des doutes et des interrogations qui avaient assailli Nietzsche, à l’approche de la folie, mais au sein d’une institution où c’était hors de question. Il fut contraint de vendre l’école en dessous de sa valeur (1890). La suite est à l’avenant. Le capital disponible fut “mangé” par des voyages d’étude, des projets divers et variés et… moult publications à compte d’auteur – jusqu’à ce qu’il fût obligé de “placer” des études, articles et essais en tous genres pour survivre. En rupture complète avec la société, d’abord selon le modèle de Nietzsche, puis de Johannes Friedrich Guttzeit (1853-1935), un Naturmensch croisé en 1892-1893, il adopta une véritable conduite d’échec, qui trouva son expression la plus éclatante dans le renvoi de son diplôme de « Dr. phil. » au « dépotoir » qui le lui avait délivré, l’Université de Heidelberg (avec la mention « Très Honorable », pour une thèse sur Schopenhauer). Pudor apparaît comme une figure extrême de la « révolte des clercs » (Gebildetenrevolte), identifiée par Ulrich Linse en liaison avec le « mouvement juvéniliste » (Jugendbewegung18), mais repérable dans tous les segments de la Lebensreform. Il s’agissait de représentants “réactifs” de la « bourgeoisie de culture » (Bildungsbürgertum), qui, rongeant leur frein dans une société wilhelmienne cloisonnée, pensaient pouvoir la subvertir en plaçant le levier au niveau des personnes. Leur “malaise de classe” tenait à un ressentiment quasi universel : envers les gagneurs de la révolution industrielle, les dépositaires de privilèges féodaux, les compétents en ceci ou cela19… – sans que la perspective du Grand Soir puisse les emplir de joie, même maligne. Les prolétaires leur semblaient à la pointe de la bestialisation omniprésente. La solution se trouvait dans une révolution culturelle qui se propagerait de proche en proche, d’une personne “autoréformée” à l’autre, à l’initiative d’une élite de “guides” en Lebensreform. Chez Pudor, la pose zarathoustréenne est évidente : « Je souhaite », disait-il, « que mes frères tirent profit de mes Sagesses20. » Ses Sagesses vont cependant dans le sens d’une révolution “anti-culturelle”, plutôt que culturelle. La Civilisation est rejetée en bloc : la grande ville, les maisons en dur, les parapluies, les lunettes et même les livres21 ! Le grand projet de Pudor à ses débuts de propagandiste du nudisme (1893 sqq.22) semble avoir été de réduire au minimum la charge globale de travail et d’efforts, nécessaire sous l’empire de la Civilisation, en ramenant l’humanité à ses débuts voire à des stades biologiques antérieurs à l’humain. La part de provocation est évidente dans ces années‑là, mais une direction est clairement indiquée : la voie de Diogène23, de la régression au stade animal et surtout végétal. Même dans un article repris dans le recueil parfaitement “sage” La nouvelle éducation (1902), Pudor s’est enhardi à réclamer pour l’homme une alternance quotidienne et saisonnière entre activité et inactivité, à l’image des plantes :

  • 24 Heinrich Pudor, « Arbeit », in Pudor, Die neue Erziehung. Essays zur Erziehung zu Kunst und Leben (...)

Blicken wir in die Natur: Nach dem Winterschlaf bricht im Frühling aufs neue das Leben aus. Und alle 24 Stunden ist einmal Nacht. […] Und alles, was wächst, wächst aus Winterschlaf und nächtlicher Ruhe heraus. Die Knospe im Frühling bricht aus dem Auge hervor, das in Winterschlaf gelegen hat, und jeden Morgen öffnet sich die Blüte dem ersten Sonnenstrahl entgegen. Das sind die ewigen Gesetze der Natur, denen auch der Mensch unterstellt ist, und von denen er sich nicht losreissen kann24.

  • 25 Cf. Pudor, Mutter-Milch, p. 28.
  • 26 Friedrich Schlegel, Lucinde, trad. de l’allemand par J.-J. Anstett, Paris, Aubier-Flammarion (col (...)

7Dans les volumes d’aphorismes des débuts, le même propos est formulé sous une forme autrement plus exaltée : les frères et disciples qui se laissent chauffer par le soleil l’été sont invités à se retrancher sous terre l’hiver pour profiter de la chaleur résiduelle25. On reconnaît le même idéal de vie végétative que chez certains romantiques. Ainsi, Friedrich Schlegel, dans sa Lucinde (1799) – que Pudor connaissait forcément –, donne à penser, par la bouche de Julius, l’amant de Lucinde, que « plus divin [est] un être humain […], plus il [est] semblable à la plante », et que, de ce fait, « la vie la plus haute et la plus parfaite ne serait assurément rien que pure existence végétative » (ein reines Vegetieren26). Ce fantasme répondait, déjà chez Schlegel, au désir d’épargner à l’humanité les labeurs, l’éthique du travail, l’activité transformatrice, le transformationnisme historique, le tragique de l’histoire… Ces “tendances lourdes” s’étant renforcées tout au long du xixe siècle, une “âme malheureuse” comme Pudor était amenée à surenchérir.

  • 27 Pudor, Mutter-Milch, p. 6.
  • 28 Cf. Pudor, Katechismus der Nacktkultur, p. 16.
  • 29 « So durchsichtig wie die Haut der Weinbeere, durch die man das Blut der Rebe goldig schimmern si (...)
  • 30 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 7.
  • 31 Ibid., p. 40 et p. 9 sq.
  • 32 Ibid., p. 10.
  • 33 « [E]ntspricht dem Gelb der vom Sonnenlicht abgesperrten Pflanzen. » Ibid.
  • 34 « So kräftig und gesund wie Jahrhunderte alter Epheu » (ibid., p. 43).
  • 35 Ibid., p. 41.
  • 36 « [D]as Nicht-Essen, das Nackend-Gehen und die Keuschheit. » Heinrich Pudor (sous le pseudonyme d (...)
  • 37 « [W]enn man einer Pflanze die Blätter einpackt, einwickelt, und umhüllt ». Pudor, Nackende Mensc (...)
  • 38 « Der Mensch ist von Natur weder Pflanzenfresser, noch Fruchtfresser, noch Fleischesser, sondern (...)
  • 39 Ibid., p. 12.
  • 40 Ibid., p. 57.
  • 41 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 15.
  • 42 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 25 sq.
  • 43 Pudor, Geschlechtsliebe? Paradiesesstimmen, p. 20 et p. 26.
  • 44 Ibid., p. 27.
  • 45 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 11 et p. 12.
  • 46 Pudor, Mutter-Milch, p. 53.
  • 47 « [W]enn der Becher gefüllt ist, oder wenn man sich nach einem neuen Menschen sehnt. » Pudor, Nac (...)

8La vie végétative qui a la faveur de Pudor répond à une analogie physiologique entre l’homme et la plante sans rapport avec celle posée par Rikli. Ce n’est pas que Pudor ignore les arborescences internes – il lui est arrivé de qualifier l’homme d’« être innervé » (Nervenwesen), « plus finement organisé que la plante27 », ou de reprendre la formule du « neurovégétal ambulant » en liaison avec Rikli28 –, mais son thème de prédilection est tout autre. Selon la conviction de Pudor, l’homme‑plante participe du végétal par son épiderme, apparenté à celui des plantes et des fruits. L’épiderme humain « naturel » était « aussi diaphane que la peau d’un grain de raisin, à travers laquelle on voit luire le sang de la vigne29 ». Sa porosité permettait des échanges gazeux avec l’atmosphère30. Enfin, cet épiderme brunissait au soleil à la manière d’un fruit, passant du « vert-sale » de la pêche immature au « noir » de la griotte31. La race blanche était un mythe scientifique32, le teint clair sentait le cellier et la mort, « [était] l’équivalent de la couleur jaune des plantes soustraites à la lumière du jour33 ». L’idée qui est à la clef de l’homme-plante, tel que Pudor l’a brossé, est donc une parenté en termes de métabolisme. L’oubli de cette parenté fait de l’homme actuel un malade chronique qui, s’il veut redevenir « aussi vigoureux et sain qu’une souche de lierre centenaire34 », un sapin ou un chêne en forêt, un tilleul sur la montagne35… doit se soumettre à une triple cure, réglée sur le végétal, et aux enjeux non seulement sanitaires, mais aussi et surtout culturels et sociaux. Dans le volume d’aphorismes qui clôt la série, Pudor nomme expressément ces trois cures : « ne pas manger, aller nu et rester chaste36 ». En réalité, il les a déroulées dans un ordre différent. La nudité « absolue » (permanente) est la première cure énoncée, et constitue un premier pas nécessaire. Le vêtement est mortifère, comme on peut le vérifier sur toute plante « quand on lui enveloppe, emmaillote, empaquette les feuilles37 ». Si la plante privée d’air et de lumière dépérit, c’est que ces éléments entrent dans la photosynthèse qui assure sa subsistance (pour mémoire, les plantes exploitent l’énergie de la lumière pour absorber et transformer le gaz carbonique). Pudor ne désigne pas la photosynthèse de son nom scientifique, mais il lui accorde une place centrale dans ses extrapolations concernant l’homme. L’homme-plante, dès lors que son épiderme peut absorber air et lumière, n’a plus besoin de manger, ou plutôt n’a guère plus besoin de manger… L’assertion de base que « [l]’homme n’est de nature ni herbivore, ni frugivore, ni carnivore, mais pas mangeur du tout38 » est assouplie au détour de tel ou tel aphorisme. Si les frères et disciples ne parviennent pas à renoncer à un minimum de nourriture solide, il leur concède un mince régime (crudi-)frugivore : des « fruits sauvages » (wildes Obst39), et éventuellement une noix/ noisette (eine Nuß) qui leur tomberait dans la bouche40… mais à l’exclusion expresse des légumes herbacés (Gras41) et dans la conscience permanente que le jeûne doit prévaloir. La logique présente derrière ces préceptes n’est pas explicitée, mais on devine deux lignes directrices : d’une part, la révolution “anti-culturelle” n’épargne pas l’agriculture ; par ailleurs, noix/ noisettes et “vrais fruits” (à graines) constituant en quelque sorte la nourriture première des germes de plantes, ils constituent forcément une nourriture adaptée pour l’homme-plante – contrairement aux plantes elles-mêmes dont la consommation tomberait presque sous la catégorie du « cannibalisme », expressément mobilisée par Pudor à l’encontre des aliments carnés42. Les frères et disciples ne mourront donc pas d’inanition, mais Pudor reste un “prophète de la faim”, qui s’inscrit dans la vogue contemporaine des “jeûneurs professionnels”. Le principe de chasteté, apparemment posé en absolu, connaît aussi quelques aménagements. Pudor assimile la copulation à une infamie (Selbstbefleckung/ gemeiner Schmutz43), en regard des fécondations végétales, et recommande donc aux jeunes gens de rester d’« éternels fiancés44 ». Toutefois, les étreintes chastes sont permises, y compris à caractère homophile45, avec échanges d’effluves « fleuris » (Seelenhauch und Körperduft46), et, en fin de compte, les époux sont même autorisés à s’engager dans l’acte sexuel, à condition que ce soit à intervalles lointains47. Des trois principes de la triple cure, seule la nudité ne connaît aucun aménagement, du moins sur le papier, dans les volumes d’aphorismes.

  • 48 Il faut le dire et le répéter : la Lebensreform use souvent – mais pas exclusivement ! – de moyen (...)
  • 49 Cf. n. 36.
  • 50 Pudor, Mutter-Milch, p. 30.
  • 51 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 14, et Pudor, Nackende Menschen, p. 6.
  • 52 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 22 et p. 24.
  • 53 « Palmen in freiem Land – freie Menschen lieben freies Land ». Pudor, Nackende Menschen, p. 37.
  • 54 « […] Nutzen, nicht Schaden […] insofern, als er die Lösung der sozialen Frage bringt und den Ret (...)

9La triple cure est censée assurer aux hommes une santé à toute épreuve, voire une longévité démultipliée, de l’ordre de celle de certains végétaux. La dimension culturelle et sociale, qui spécifie la Lebensreform par rapport à la naturopathie (même à moyens identiques48), est évidente à la seule vue des trois principes de la triple cure de Pudor : en effet, ils sont identiques à ceux consignés dans l’Évangile selon les Égyptiens pour réintégrer le paradis, déjà annoncé dans le titre Amour sexuel ? Voix du paradis49. En outre, Pudor associe à sa triple cure un effet conjugué d’euphorisation et d’éthisation. Les frères et disciples qui laissent choir leurs vêtements pour s’exposer au soleil sont des « enfants de la joie », mais aussi des cœurs purs, puisque le soleil a pour effet, selon Pudor, « de consumer les vieux péchés » (die alten Sünden aus[zu]brennen50). D’ailleurs, même s’ils ne jettent pas au trou « cet argent qui corrompt l’humanité », comme ils doivent le faire, ils n’auront tout simplement plus de poches pour le garder par devers eux51. De ce fait, Pudor peut affirmer que la nudité est le préalable à toute amélioration de l’humanité, et se dire lui-même inspiré par l’amour de l’humanité52. La dimension proprement révolutionnaire de la Lebensreform radicale, prônée par Pudor, ressort de la belle métaphore, végétale, qui lui sert à camper la société humaine de ses vœux : « des palmiers sur une terre libre » car « les hommes libres aiment la terre libre53 ». Ce projet paradigmatique dans l’histoire de la Lebensreform des années 1890-1914 fut ainsi commenté par Pudor, au moment où ses Hommes nus étaient confisqués au nom de la morale publique : lui, Pudor, s’est engagé au « service, et non desservice [de l’ordre public], dans la mesure où il apporte la solution à la question sociale et indique une issue salutaire à l’imposture culturelle54 ».

  • 55 Pudor, Nackende Menschen, p. 43.
  • 56 Gert Mattenklott, « Körperkult, Ökosophie und Religion. Ein kritisches Vorwort zur Neuauflage des (...)
  • 57 Cf. Ida Hofmann-Oedenkoven, Vegetabilismus! Vegetarismus! , p. 27.
  • 58 Cf. Fidus, « Zukunftsehe » (1913), Die Schönheit, 21e année, 1925, p. 107-127, plus particulièrem (...)
  • 59 Cf. n. précédente.
  • 60 Fidus a illustré le volume d’aphorismes de Pudor JungbrunnenOffenbarungen der Natur (cf. n. 10 (...)
  • 61 Cf. Hermand, « Meister Fidus », p. 83.
  • 62 Fidus, « Zukunftsehe », p. 119.
  • 63 Cf. n. 8.

10L’homme-plante donne lieu à tant de variations dans les volumes d’aphorismes de Pudor – il va jusqu’à inviter ses frères et disciples à venir admirer le « bel arbre » de sa personne55 ! – que ce thème était en quelque sorte épuisé pour lui et ne pouvait plus que reculer dans ses publications ultérieures. La postérité de l’homme-plante dans le milieu de la naturopathie et de la Lebensreform est plutôt mince. Une exception plus consistante apparaît avec le peintre et graphiste Hugo Höppener dit Fidus (1868-1948) qui embrassa presque tous les éléments de programme de la Lebensreform. L’importance du végétal pour Fidus fut relevée par Gert Mattenklott (1942-2009) dans la nouvelle préface qu’il produisit pour l’étude pionnière sur Fidus de Janos Frecot, Johann Friedrich Geist et Diethart Kerbs (1972), qui avait quelque peu “vieilli56”. Outre les fonctions du végétal, prévisibles dans le milieu de la Lebensreform, de remède à l’industrialisation, à l’urbanisation, etc., Mattenklott signale avec la sagacité qui le caractérise, mais sans aucune autre explication, une fonction de remède à une sexualité bestialisée. Le végétarisme éthique, dont Fidus fut à la fois adepte et propagandiste, intègre, effectivement, le souci d’assagir les mâles conquérants57, mais Fidus s’est également engagé – ce que l’on sait moins – pour une alternative prétendue « végétale » à la sexualité « animale » : die pflanzliche Liebe. Elle ne doit pas être confondue avec die pflanzenhafte Liebe, synonyme chez lui de l’« animale », reproductive (fortpflanzend58). Dans l’écrit qui s’y rapporte, « L’Union de l’avenir59 », Fidus se situe dans la ligne de la troisième cure de Pudor, qui était une vieille connaissance60, – mais il intègre aussi les intuitions du biologiste et Lebensreformer Gustav Jäger (1832-1917) sur les phéromones humaines (désignées par lui d’« anthropines »), ainsi que les théories occultistes relatives à un corps éthéré, normalement invisible pour l’homme, et enfin les premières tentatives d’acclimatations occidentales de l’amour tantrique61. En tout état de cause, la strate végétale (pflanzliche Ebene62), que Fidus discerne en l’homme, dans la tradition de l’« anthropologie en strates » d’Aristote, mais avec transmutation “romantique63”, est sollicitée pour des étreintes chastes, très sensuelles. « Faire catleya » n’implique plus aucun « faire », la façon « Odette et Swann » est appelée à se raréfier :

  • 64 Fidus, « Zukunftsehe », p. 113.

Die pflanzliche Liebe ist die heute in ihrer Eigenart am wenigsten erkannte für den Menschen. Ihre Lust und ihr Bedürfnis geht auf ein gegenseitiges, ausruhsames Dufteinatmen und Krafttrinken hinaus64.

  • 65 Ibid., p. 124-126.
  • 66 « [G]egenseitige Knechtung durch Gewalt und Eifersucht ». Ibid., p. 123.
  • 67 Ibid., p. 117.
  • 68 Ibid., p. 113.

11L’engagement de Fidus pour un « amour végétal » est hautement méritoire, même s’il en a élaboré la formule à partir de tiers, divers et variés. Fidus mérite d’être cité au côté de “réformateurs sexuels” comme Magnus Hirschfeld, pour avoir expressément consenti l’« amour végétal » aux jeunes, hors mariage acté et même dès avant la majorité légale65. Le risque de voir les jeunes déraper vers l’« amour animal » ne constituait pas une objection valable pour lui. Il y avait toujours eu des infractions à la morale sexuelle bourgeoise, du côté des jeunes, souvent assorties de violences à l’égard des filles. L’« amour végétal » était bénéfique sur le plan culturel et social. Les relations entre partenaires en sortiraient approfondies et anoblies : l’« union de l’avenir », cimentée par l’« amour végétal », et très accessoirement l’« amour animal », mettait fin à « l’asservissement mutuel par la force et la jalousie66 », et ouvrait la perspective d’un avenir qui ferait paraître encore plus abjectes l’époque des anciens Germains (!) et la coutume barbare des rapts de filles67. Dans ce contexte, Fidus se vantait d’avoir introduit en art, non pas les jeunes Germains qu’on associe généralement à son nom, mais des couples unis par l’« amour végétal » (fig. 3).Cette « érotique » apportait une « touche nouvelle » (neue Note), singulière, qui n’avait pas existé jusque-là en art68.

Fig. 3 : Fidus, Birkenmärchen, carte postale, Verlag des St. Georgsbundes. (Wolterdorf bei Erkner), s. d. (d’après un original de 1911).

  • 69 Cf. Pudor, Geschlechtsliebe? Paradiesesstimmen, p. 25.
  • 70 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 25 et p. 17. L’année charnière envisagée par Pudor ne vaut certa (...)
  • 71 Cf. Ninja Walbers, « Am eigenen Leib. Von der performativen Natureinfühlung ab den 1970er Jahren  (...)
  • 72 Cf. n. 2.
  • 73 Cf. Ninja Walbers, « Am eigenen Leib », p. 115-118.
  • 74 Cf. n. 2. Le choix de Disfilassi est pertinent, mais les indications bibliographiques fournies so (...)
  • 75 Primo Levi, Dysphylaxie [1978], in Levi, Lilith et autres nouvelles [1987], trad. de l’italien pa (...)
  • 76 Un site internet représentatif de cette tendance serait, parmi beaucoup d’autres : https://www.wi (...)

12Fidus considérait en 1913, quand il consignait les modalités de son « amour végétal », que celui-ci s’inscrivait dans une ligne de progrès, et était promis à un bel avenir. Deux décennies auparavant (1893), Pudor, sur un « ton prophétique » assumé69, avait suggéré que « le voyage de retour à travers le Nouveau et l’Ancien Testament » serait déjà bien avancé en… 191770. Le thème de l’homme-plante, tel que l’ont développé ces personnalités phares de la Lebensreform et avant eux, de façon plus prosaïque, le pionnier du bain d’air Arnold Rikli, est pourtant tombé dans l’oubli – alors que leurs noms figuraient en bonne place dans les études afférentes. Ce chapitre d’anthropologie historique, qui, contrairement à l’homme-plante des romantiques et à la femme-plante du Jugendstil et de l’Art Nouveau, avait donc sombré dans l’oubli, demande à être repris et développé. Il ne s’agit pas seulement de combler une lacune de la recherche, mais d’accéder à une dimension de l’homme qui intéresse nos contemporains dans leur vie. En témoigne l’exposition récente du Kunstmuseum Ravensburg « Je suis une plante » (2015), qui, outre les Daphné prévisibles, s’attacha à documenter des performances jouant sur l’hybridation d’hommes/ de femmes avec des végétaux71. De façon significative, la thématique centrale de Ravensburg se retrouve ponctuellement à l’exposition « Jardin infini » organisée par la suite au Centre Pompidou-Metz en 201772. L’une et l’autre exposition ont eu le souci de nommer un moment décisif à partir duquel l’homme-plante, ou la plante humaine, ont (re)gagné en présence positive et visible, au dernier tiers du xxsiècle. À Ravensburg, la focale s’est resserrée sur des femmes artistes d’inspiration éco-féministe, actives dans les années 197073 ; à Metz, sur la nouvelle intitulée Dysphylaxie de Primo Levi (197874), dont le personnage principal, Melania, porte des gènes de mélèze (!) et préfère étreindre un cerisier plutôt que son ami Fabio ! Ce dernier, « rasé de frais, efficace et protecteur », en poste dans une banque75, correspond au même type que Walter Faber, chez Max Frisch. Pour ma part, je ne puis m’empêcher de reconnaître en tout cela un clin d’œil de Levi à Frisch, dont le sens plus précis serait : les homo faber sont voués non seulement à l’échec personnel, de par leur caractère, mais à l’extinction complète, en tant que type historiquement/ évolutionnairement daté. Cette vue postmoderne participe de la même critique anticapitaliste, environnementale, que l’éco-féminisme mis en exergue à Metz. Cette critique a encore gagné en actualité depuis, par suite de la dégradation accélérée de l’environnement et d’une conscience accrue des problèmes. Mais au désespoir de l’anthropocène répond, manifestement depuis les années 1970, un espoir de phytocène. Outre les deux expositions mentionnées, qui trouvèrent un large écho dans le public, on pourrait citer en exemple, à la pointe (“savante”) de la pyramide culturelle, le colloque sur « L’homme des bois et l’homme vert » qui s’est tenu à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, les 8-9 février 2017, et à la base (“mass-médiale”) de cette même pyramide culturelle, la circulation sur internet de modèles de tatouages fleurs et arbres, apparemment parmi les plus populaires aujourd’hui76 (cf. fig. 4). L’homme-plante, restitué, des Pudor et Fidus ne dépare pas parmi toutes ces manifestations actuelles d’une volonté d’apprendre des plantes, et d’en intégrer certaines qualités proprement “humaines” (!) telles la non-violence, la quiétude, la frugalité, la réciprocité...

Fig. 4 : Consultant en informatique, résident parisien et... “arboricole” (sous forme de tatouages et de tee-shirts de sa conception). Photographie M. C. (14.07.2018), avec l’accord de la personne concernée. (Tous droits réservés).

Haut de page

Notes

1 « [D]as Gefühl, ich werde etwas wie eine Pflanze ». Max Frisch, Homo Faber. Ein Bericht, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1957, p. 38. Merci à Émile Cluet de cette référence paradigmatique qui sera encore mise à profit infra.

2 Pour le monde végétal en tant que source inépuisable de métaphores péjoratives, cf. Hélène Meisel, « Devenir plante, de l’ingestion à la mutation » in Emma Lavigne, Hélène Meisel (dir.), Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie, catalogue de l’exposition homonyme au Centre Pompidou-Metz, 18.03.-28.08.2017, Metz, Éditions du Centre Pompidou-Metz, 2017, p. 219.

3 Jost Hermand, « Undinen-Zauber. Zum Frauenbild des Jugendstils » [1969], in Hermand, Der Schein des schönen Lebens. Studien zur Jahrhundertwende, Frankfurt a. M., Athenäum Verlag, 1972, p. 39-54.

4 En témoignent, par exemple, le portail d’entrée, du plus pur Jugendstil, du sanatorium du Monte Verità (1904), ou encore le complexe du Nordseesanatorium, réalisé par August Endell, sur l’île frisonne de Föhr (1899), avec un décor de façade en stuc, typique de cet architecte.

5 Les éléments biographiques qui suivent sont repris, pour l’essentiel, de : Zdenko Levental, « Arnold Rikli aus Wangen und seine “atmosphärische Kur” », in Jahrbuch des Oberaargaus, t. 20, 1977, Jahrbuch-Vereinigung Oberaargau, p. 133-144.

6 « [D]ass der Mensch weder Fisch noch Amphibium, sondern in erster Linie ein Lichtluftgeschöpf, beziehungsweise eine wandelnde Nervenplanze sei, deren vornehmste Nahrung im Lichte [der Sonne] und der Luft besteht. » N. N., Prospect der Naturheilanstalt « Mallnerbrunn » bei Veldes in Oberkrain, 1894, p. 5.

7 Cf. Arnold Rikli, Bett- und Theildampfbäder, 4e éd. corrigée, Leipzig, Theobald Grieben, 1889, p. 5 [note liminaire].

8 Les arborescences internes à l’homme, en particulier le système lymphatique, également désigné de « végétatif », focalisent l’intérêt de la médecine romantique. Cette racine intérieure rend l’homme accessible à des influences subliminaires, procédant du Grand Tout, de la Terre-Mère, de la nature, de la nuit originelle… Cf. Ricarda Huch, Die Romantik – Blütezeit, Ausbreitung und Verfall [1899-1902], Tübingen, Rainer Wunderlich, 1951, p. 440 sq.

9 Cf. par exemple Adolf Just, Kehrt zur Natur zurück. Die wahre naturgemäße Heil- und Lebensweise, Wasser, Licht, Luft, Erde, Früchte und wirkliches Christentum, 7e éd. augmentée, Stapelburg, Jungborn-Verlag, 1910, p. 75, ou encore Ferdinand Hueppe, Hygiene der Körperübungen, Leipzig, S. Hirzel, 1910, p. 131 sq. et p. 144.

10 La “carrière” de « père du nudisme » ne fut pour Pudor qu’une carrière parmi plusieurs, menées en parallèle ou enchaînées. Celle-là fut brève et quasi limitée au médium de l’écrit. Le début s’effectua “en fanfare” avec un premier volume d’aphorismes, appelant à « aller nu » (nacktgehen) : Heinrich Pudor (sous le pseudonyme de Heinrich Scham), Nackende Menschen – Jauchzen der Zukunft, Dresden, Verlag der Dresdner Wochenblätter, 1893. Plusieurs autres volumes d’aphorismes pro-nudistes suivirent, à intervalles rapprochés – qui, pour partie, explicitent et, pour partie, radicalisent les injonctions du premier volume. Ces volumes défrayèrent la chronique à Dresde, dont Pudor était originaire. En attestent les coupures des Dresdner Neueste Nachrichten (1893 sqq.) qu’un anonyme a annexées à l’exemplaire du vol. 3, conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Dresde. Cf. en ligne, sous http://digital.slub-dresden.de/werkansicht/dlf/98405/1/ Heinrich Pudor (sous le pseudonyme de Heinrich Scham), JungbrunnenOffenbarungen der Natur, Leipzig, Chez l’auteur, 1894 [dernière consultation le 2 mai 2018]. Cette phase, qu’on pourrait qualifier de phase « Sturm und Drang » dans la production pro-nudiste de Pudor, s’achève au milieu des années 1890. Le second moment fort de cette production pro-nudiste se limite à l’année 1906 où paraissent la Nackt-Kultur en trois livraisons (drei Bändchen) et le Katechismus der Nacktkultur, des ouvrages à caractère factuel – d’où le thème de l’homme-plante a quasi disparu. Vers 1912 Pudor développa un antisémitisme violent, potentiellement assassin, qui contrairement à ce qu’il a pu affirmer sous le Reich hitlérien, lui avait été étranger jusque-là. Le nudisme cessa de l’intéresser à partir du moment où s’établit un mouvement nudiste (1909 sqq.). À ma connaissance, il n’existe qu’un seul article où antisémitisme et nudisme entrent en combinaison : Heinrich Pudor, « Rassenverjüngung », Die Schönheit, 14e année, 1917, p. 250-264. La présente étude exploite les volumes d’aphorismes de la période « Sturm und Drang » de Pudor (1893-1895) et, chaque fois que cela peut aider à préciser sa pensée sur cette période, d’autres publications de sa main jusqu’à 1906 inclus.

11 Cf. n. précédente.

12 Rikli, Bett- und Theildampfbäder, p. 5.

13 Heinrich Pudor (sous le pseudonyme de Heinrich Scham), Mutter-Milch – Offenbarungen der Natur, London, Chez l’auteur, 1893, p. 27.

14 Pudor, Nackende Menschen, p. 40.

15 Cf. Heinrich Pudor, Katechismus der Nacktkultur. Leitfaden für Sonnenbäder und Nacktpflege, Berlin-Steglitz, Chez l’auteur, 1907 [1906], p. 16-19.

16 Arnold Rikli, naturwissenschaftlicher Arzt, Dirigent und Eigenthümer der Natur-Heilanstalten in Veldes in Oberkrain und Triest. La succursale de Trieste prenait le relais l’hiver.

17 Les éléments biographiques qui suivent sont repris, pour l’essentiel, de : Giselher Spitzer, Der deutsche Naturismus. Idee und Entwicklung einer volkserzieherischen Bewegung im Schnittfeld von Lebensreform, Sport und Politik, Ahrensburg bei Hamburg, Ingrid Czwalina, 1983, p. 60-68.

18 Traduire Jugendbewegung par « mouvement juvéniliste », ou « juvénilisme », comme l’a proposé Gilbert Krebs, paraît plus juste que la traduction courante par « mouvement de jeunesse », puisqu’il existait une multiplicité de “mouvements”. Par ailleurs, le terme fait mieux ressortir l’ambition de “rajeunissement” général de la société que poursuivait la Jugendbewegung, en particulier du côté de ses accompagnateurs/ protecteurs quadra- ou quinquagénaires. Cf. Gilbert Krebs, « La jeunesse allemande entre romantisme et activisme », in Gilbert Krebs, Gérard Schneilin (dir.), Weimar ou De la démocratie en Allemagne, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand, 1994, p. 151-180.

19 De façon typique, Pudor s’est indigné de l’institution d’un diplôme de « Dr. ing. » dans le Reich (d’abord en Prusse en 1899, puis en Saxe et ailleurs en 1900). C’était valoriser cette aptitude à être un élément utile de la société dont il ne voulait rien entendre pour sa personne. Cf. Heinrich Pudor, « Nackt-Kultur. Denunziationen zur Geschichte des Lichtluftbades », Die Schönheit, 4e année, 1906/1907, p. 448.

20 « Ich will, daß meine Brüder den Nutzen haben von meinen Weisheiten. » Pudor, Nackende Menschen, p. 24.

21 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 7, Nackende Menschen, p. 18, ibid., p. 44, ibid., p. 16, ibid., p. 37.

22 Cf. n. 10.

23 Cf. Pudor, « Nackt-Kultur. Denunziationen zur Geschichte des Lichtluftbades », p. 448.

24 Heinrich Pudor, « Arbeit », in Pudor, Die neue Erziehung. Essays zur Erziehung zu Kunst und Leben, Leipzig, Hermann Seemann Nachfolger, p. 58-64, ici p. 63-64.

25 Cf. Pudor, Mutter-Milch, p. 28.

26 Friedrich Schlegel, Lucinde, trad. de l’allemand par J.-J. Anstett, Paris, Aubier-Flammarion (coll. « bilingue Aubier »), 1971, p. 104 et 105.

27 Pudor, Mutter-Milch, p. 6.

28 Cf. Pudor, Katechismus der Nacktkultur, p. 16.

29 « So durchsichtig wie die Haut der Weinbeere, durch die man das Blut der Rebe goldig schimmern sieht […]. » Pudor, Nackende Menschen, p. 44. Ce thème était apparemment si cher à Pudor qu’en dépit de son évolution vers un style moins lyrique à partir de la seconde moitié des années 1890, il chantait encore en 1906 « l’homme accompli, la figure humaine divine, accomplie […] mi-fleur, mi-arbre, […] bâtie autour d’une solide armature d’os, revêtue d’un épiderme diaphane, à travers lequel luit le sang ». (« – [D]en ganzen Mensch, die ganze göttliche Menschengestalt, […] halb Blume, halb Baum, […] auf einem festen Gerüst von Knochen aufgebaut, mit einer durchsichtigen Haut bekleidet, durch die das Blut scheint »). Heinrich Pudor, « Der Segen der Nacktheit », Die Schönheit, 3e année, 1905/1906, p. 467.

30 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 7.

31 Ibid., p. 40 et p. 9 sq.

32 Ibid., p. 10.

33 « [E]ntspricht dem Gelb der vom Sonnenlicht abgesperrten Pflanzen. » Ibid.

34 « So kräftig und gesund wie Jahrhunderte alter Epheu » (ibid., p. 43).

35 Ibid., p. 41.

36 « [D]as Nicht-Essen, das Nackend-Gehen und die Keuschheit. » Heinrich Pudor (sous le pseudonyme de Heinrich Scham), Geschlechtsliebe? Paradiesesstimmen, Leipzig, Chez l’auteur, s. d. (1895), p. 34.

37 « [W]enn man einer Pflanze die Blätter einpackt, einwickelt, und umhüllt ». Pudor, Nackende Menschen, p. 7.

38 « Der Mensch ist von Natur weder Pflanzenfresser, noch Fruchtfresser, noch Fleischesser, sondern überhaupt kein Esser. » Pudor, Mutter-Milch, p. 8.

39 Ibid., p. 12.

40 Ibid., p. 57.

41 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 15.

42 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 25 sq.

43 Pudor, Geschlechtsliebe? Paradiesesstimmen, p. 20 et p. 26.

44 Ibid., p. 27.

45 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 11 et p. 12.

46 Pudor, Mutter-Milch, p. 53.

47 « [W]enn der Becher gefüllt ist, oder wenn man sich nach einem neuen Menschen sehnt. » Pudor, Nackende Menschen, p. 15.

48 Il faut le dire et le répéter : la Lebensreform use souvent – mais pas exclusivement ! – de moyens identiques à ceux mis en œuvre par la naturopathie et, plus largement, les pratiques de santé naturistes, mais elle s’en distingue par des fins d’ordre social et culturel, qui en sont le critère discriminant. Une personne qui refuse les aliments carnés parce qu’elle les croit nuisibles à la santé n’est pas dans une logique de Lebensreform ; en revanche, la même personne entre dans une telle logique si elle pense que le monde serait meilleur et plus fraternel sans aliments de « bête de proie ». De façon typique, Ida Hofmann (1864-1926), la principale théoricienne du sanatorium du Monte Verità, estimait que l’homme ou la femme passés par le « feu purificateur du végétarisme » (Läuterungsfeuer des Vegetarismus) trouvaient l’harmonie en eux-mêmes et par voie d’entraînement contribuaient à l’harmonie sociale tout à l’entour. Ida Hofmann-Oedenkoven, Vegetabilismus! Vegetarismus!, Monte Verità bei Ascona, Chez l’auteur, s. d. (1905), p. 28 et p. 29 sq. Sur cette question des spécificités de la Lebensreform, cf. Marc Cluet, « La Lebensreform historique dans ses spécificités propres » [Ire Partie de « Lebensreformer et Verts en lutte pour un monde meilleur – Divergences et similitudes »], in Olivier Hanse, Annette Lensing, Birgit Metzger (dir.), L’écologie dans le clivage gauche-droite : convergences et divergences entre l’Allemagne et la France des années 1970 à nos jours/ Die Ökologie im rechten und linken Spektrum: Konvergenzen und Divergenzen zwischen Deutschland und Frankreich von den 1970er Jahren bis heute, Bern et al., Peter Lang, 2017, p. 49-89, ici p. 52-68.

49 Cf. n. 36.

50 Pudor, Mutter-Milch, p. 30.

51 Cf. Pudor, Jungbrunnen, p. 14, et Pudor, Nackende Menschen, p. 6.

52 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 22 et p. 24.

53 « Palmen in freiem Land – freie Menschen lieben freies Land ». Pudor, Nackende Menschen, p. 37.

54 « […] Nutzen, nicht Schaden […] insofern, als er die Lösung der sozialen Frage bringt und den Rettungsweg aus der Kulturkrise zeigt. » Entrefilet des Dresdner Neueste Nachrichten, février 1893 (cf. n. 10).

55 Pudor, Nackende Menschen, p. 43.

56 Gert Mattenklott, « Körperkult, Ökosophie und Religion. Ein kritisches Vorwort zur Neuauflage des Fidus-Buches von Janos Frecot, Johann Friedrich Geist und Diethart Kerbs », in Janos Frecot, Johann Friedrich Geist et Diethart Kerbs, Fidus 1868-1948. Zur ästhetischen Praxis bürgerlicher Fluchtbewegungen [1972], München, Rogner & Bernhard, 1997, p. VII-XXVII, ici p. XXIV.

57 Cf. Ida Hofmann-Oedenkoven, Vegetabilismus! Vegetarismus! , p. 27.

58 Cf. Fidus, « Zukunftsehe » (1913), Die Schönheit, 21e année, 1925, p. 107-127, plus particulièrement p. 116. Die Schönheit reprenait là, dans le cadre d’un numéro spécial « Fidus » (3e de l’année), un texte initialement paru dans : Ferdinand Freiherr von Paungarten (éd.), Das Eheproblem im Spiegel unserer Zeit, München, Ernst Reinhardt, 1913, p. 17-28. Contrairement à l’homme-plante de Pudor, l’« amour végétal » de Fidus – qui tient de la chasteté « tempérée » du premier – n’a pas échappé à la recherche scientifique : cf. Jost Hermand, « Meister Fidus », in Hermand, Der Schein des schönen Lebens. Studien zur Jahrhundertwende, Frankfurt a. M., Athenäum Verlag, 1972, p. 55-127, ici p. 82-84.

59 Cf. n. précédente.

60 Fidus a illustré le volume d’aphorismes de Pudor JungbrunnenOffenbarungen der Natur (cf. n. 10), où il est question e. a. d’étreintes chastes homophiles (cf. n. 45).

61 Cf. Hermand, « Meister Fidus », p. 83.

62 Fidus, « Zukunftsehe », p. 119.

63 Cf. n. 8.

64 Fidus, « Zukunftsehe », p. 113.

65 Ibid., p. 124-126.

66 « [G]egenseitige Knechtung durch Gewalt und Eifersucht ». Ibid., p. 123.

67 Ibid., p. 117.

68 Ibid., p. 113.

69 Cf. Pudor, Geschlechtsliebe? Paradiesesstimmen, p. 25.

70 Cf. Pudor, Nackende Menschen, p. 25 et p. 17. L’année charnière envisagée par Pudor ne vaut certainement pas pour elle-même, mais plutôt parce qu’elle se situe à 24 ans de distance de la parution de son manifeste, et que ce nombre « 24 » est chargé de sens.

71 Cf. Ninja Walbers, « Am eigenen Leib. Von der performativen Natureinfühlung ab den 1970er Jahren », in Nicole Fritz (dir.), Ich bin eine Pflanze. Naturprozesse in der Kunst, catalogue de l’exposition homonyme au Kunstmuseum Ravensburg, 11.07.-08.11.2015, Berlin, Kerber, 2015, p. 107-119.

72 Cf. n. 2.

73 Cf. Ninja Walbers, « Am eigenen Leib », p. 115-118.

74 Cf. n. 2. Le choix de Disfilassi est pertinent, mais les indications bibliographiques fournies sont approximatives. Initialement parue dans l’édition du dimanche 6 août 1978 de La Stampa, cette nouvelle fut reprise dans le recueil de Primo Levi Lilit e otri raconti, Torino, Einaudi, 1981, puis rendue accessible en anglais en 1986, en français en 1987, en allemand en 1989.

75 Primo Levi, Dysphylaxie [1978], in Levi, Lilith et autres nouvelles [1987], trad. de l’italien par Martine Schruoffeneger, Paris, Le Livre de Poche, 2013, p. 105-113, ici p. 108.

76 Un site internet représentatif de cette tendance serait, parmi beaucoup d’autres : https://www.wildtattoo.com/tree-tattoos [dernière consultation le 15 juillet 2018]. – Dans le même registre “mass-médial”, on pourrait mentionner, tout aussi bien, la prestation de Francesca Michielin au Concours Eurovision de la chanson 2016, avec sa chanson « Nessun grado di separazione » (« Aucun degré de séparation » – d’avec… la nature végétale), et, sur le versant opposé des productions culturelles à caractère plus confidentiel, le recueil poétique de Julien Nouveau, Éloge des arborinidés, Paris, Éditions Intervalles, 2014. Il semble évident que les femmes/ hommes-plantes apparaissent en nombre croissant aujourd’hui dans des productions culturelles de tous ordres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Cluet, « L’anthropologie de la médecine naturelle autour de 1900 : l’homme-plante »Cahiers d’Études Germaniques, 78 | 2020, 59-73.

Référence électronique

Marc Cluet, « L’anthropologie de la médecine naturelle autour de 1900 : l’homme-plante »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 78 | 2020, mis en ligne le 28 octobre 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ceg/9566 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.9566

Haut de page

Auteur

Marc Cluet

Université de Strasbourg, Mondes germaniques et nord-européens (EA 1341), Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search