Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier : Les Goncourt et l'économieDroit moral et droit patrimonial ...

Dossier : Les Goncourt et l'économie

Droit moral et droit patrimonial chez les Goncourt

Moral rights and property rights in the Goncourts
Jean-Yves Mollier

Résumés

Le Journal des frères Goncourt met en scène un certain nombre d’éditeurs de leur temps, d’Édouard Dentu à Georges Charpentier, en passant par Ambroise Firmin-Didot, Michel et Calmann Lévy et d’autres de leurs contemporains. Ces milliers de pages et de notations accumulées au fil du temps montrent aussi une évolution de l’attitude des deux écrivains, et surtout d’Edmond par rapport à leurs intermédiaires auprès du public. Ô combien jaloux de préserver intact leur droit moral, ils ne tolèrent aucune intrusion des éditeurs dans la littérarité de leurs œuvres. En revanche, sur le plan des droits patrimoniaux, ils n’ont pas de prétention précise et se montrent prêts à accepter aussi bien le compte d’auteur que le compte à demi, le compte d’éditeur l’emportant cependant avec le temps. Après 1870, la rencontre avec Georges Charpentier conduira Edmond de Goncourt à l’admettre dans son grenier, signe évident d’un changement d’attitude et, peut-être, de l’octroi d’un statut d’artiste à l’éditeur qui, en 1896, perd à la fois son auteur et sa maison d’édition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, rééd. Robert Ricatte, Paris, R (...)
  • 2 Moniteur universel, 21 juillet 1793.
  • 3 On date généralement des arrêts publiés en août 1777 la reconnaissance d’un véritable droit de l’au (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.
  • 5 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain. 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïq (...)

1En janvier 1861, Edmond et Jules de Goncourt écrivent dans leur Journal : « La propriété littéraire, la moins légale des propriétés, parce qu’elle est la plus légitime1 ». Cette phrase est un commentaire libre de la fameuse interpellation de Lakanal affirmant à la barre de la Convention le 19 juillet 1793 : « De toutes les propriétés, la moins susceptible de contestations, celle dont l’accroissement ne peut ni blesser l’égalité républicaine, ni donner d’ombrage à la liberté, c’est sans contredit celle des productions du génie2 ». Bien que la reconnaissance du droit d’auteur ait commencé à protéger l’homme de lettres un peu avant la Révolution française3, Edmond et Jules de Goncourt ont publié leurs œuvres dans une époque de mutations qui voit l’avènement d’un champ littéraire balbutiant dans lequel l’autonomie de l’écrivain est encore embryonnaire4. En effet, si l’on compare la deuxième moitié du XIXe siècle avec les années 1750-1830 qui ont vu, selon Paul Bénichou, l’écrivain consacré comme la nouvelle idole5, l’impression qui se dégage est celle d’un recul, d’une régression qui sied à la mélancolie des deux écrivains. Il suffit de lire leurs innombrables notations sur Michel et Calmann Lévy, Achille Bourdilliat, Louis Hachette, Ambroise Firmin-Didot ou Édouard Dentu pour se convaincre que les Goncourt ont vécu sous le signe de l’exploitation la plus éhontée, et même de l’égorgement, leurs rapports avec les éditeurs de leur temps.

  • 6 Jean-Yves Mollier, Brève Histoire de la concentration dans le monde du livre, Paris Libertalia, 202 (...)

2Partant d’une conception de l’artiste qui est au sommet de leurs hiérarchies, et d’un corollaire étrange selon lequel l’intermédiaire entre le créateur et le public, l’imprésario au théâtre, l’éditeur dans le monde du livre, le patron de presse, ne sont que de vulgaires capitalistes absolument insensibles au commerce des arts, ils ont passé leur temps à chercher l’éditeur idéal et à lui dénier tout droit à discuter d’égal à égal avec eux le contenu de leurs œuvres. Leur rencontre avec le principal éditeur de littérature générale du Second Empire, Michel Lévy, le 17 mars 1861, est caractéristique du fossé qui sépare un certain nombre d’écrivains du temps de ceux qui ont la charge de les faire connaître. Refusant, comme son confrère Louis Hachette, le réalisme des peintures de l’hôpital où l’on ne va guère, alors, que pour mourir, l’éditeur de la galerie Vivienne avait refusé le roman, accepté par son concurrent du boulevard des Italiens, Achille Bourdilliat. Or, six mois après être entré dans les collections à 2 F de la Librairie Nouvelle, avec un vrai contrat et des droits proportionnels à la vente de leur roman, les frères Goncourt se retrouvaient entre les mains de Michel Lévy, repreneur, en décembre 1861, de cette maison d’édition. Curieusement, alors que Baudelaire et nombre d’écrivains vont protester contre cette première forme de concentration dans le monde du livre6, eux restent muets, se contentant de multiplier, dans leur Journal, les allusions antisémites que semble avoir alors largement partagées Gustave Flaubert, leur nouveau compagnon.

  • 7 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 22 mars 1877, t. II, p. 732.
  • 8 123 200 exemplaires auront été vendus en 1891 ; cf. Colette Becker, Trente Années d’amitié. Lettres (...)

3Comme leur ombrageux ami, Edmond de Goncourt découvrira en Georges Charpentier, l’éditeur d’Émile Zola au début de la Troisième République, la forme apparemment idéale de l’éditeur attaché à la fois au respect absolu du droit moral de l’écrivain sur son œuvre et à la mise en valeur d’un droit patrimonial permettant, enfin, à l’auteur de La Fille Élisa de profiter de la vente de ses volumes. « Gaullet [le comptable] me dit qu’il y en déjà plus de 5 000 de partis et que Charpentier, qui avait fait tirer à 6 000, a donné l’ordre de faire retirer de suite 4 000 […] Un peu sorti de cette émotion, je commence à savourer cette vente de dix mille exemplaires en quelques jours. Dix mille exemplaires, nous à qui il fallait dix ans pour en vendre quatre cents. Oh ! l’ironie des bonnes et mauvaises fortunes de la vie7… », écrit-il le 22 mars 1877 au sortir du restaurant Magny où il est allé fêter, avec du bordeaux et de la viande rouge, son tout nouveau succès. S’il l’attendait puisqu’il avait accepté de traiter avec ce jeune éditeur dont tout Paris parlait, il n’avait, jusqu’à la sortie des volumes de l’imprimerie, osé croire à un emballement aussi rapide du public. La même année, L’Assommoir de Zola chez le même éditeur, allait atteindre la barre des 100 000 exemplaires8 et confirmer un certain nombre d’écrivains dans l’idée qu’enfin un lien pouvait s’établir entre l’artiste et l’homme de la marchandise, soudainement transformé en complice amical de l’écrivain.

Champ éditorial et champ littéraire dans la seconde moitié du XIXe siècle

  • 9 Gervais Charpentier mourut persuadé que sa femme l’avait trompé et il interdit, par testament, tout (...)
  • 10 Isabelle Olivero, L’invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à (...)
  • 11 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891, Paris, Calma (...)
  • 12 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres…, op cit., p. 210.

4Gervais Hélène Charpentier, le géniteur officiel de Georges9, avait initié, en 1838, ce que les contemporains dénommèrent la « révolution Charpentier », c’est-à-dire le début du tirage systématique des livres dans un format compact, le « Grand in-18 anglais dit ‘Jésus’ », qui autorisait à la fois un tirage à 2 000 ou 3 000 exemplaires et un prix de vente abaissé de 7F50 ou 6F à 3F5010. S’accrochant obstinément au prix qui lui paraissait compatible avec une rentabilité commerciale suffisante, il fut bientôt dépassé par Michel Lévy qui mit sur le marché, en 1846, les Œuvres complètes d’Alexandre Dumas père au même format, mais avec un prix d’appel de 2F justifié par des tirages encore plus impressionnants. Neuf ans plus tard, débordé à son tour par la création de la « Bibliothèque des chemins de fer » de Louis Hachette et par la « Bibliothèque nouvelle » de la Librairie Nouvelle, toutes les deux apparues en 1853, le jeune concurrent se décidait à frapper un grand coup et lançait, en septembre-octobre 1855, la « Bibliothèque Michel Lévy » à un franc. Un an plus tard la collection s’était imposée et avait commencé à faire le vide autour d’elle avec 211 volumes entrés dans la série conçue au départ pour ne recevoir qu’un seul titre par semaine11. Un peu plus tard, dépité mais lucide, Gervais Charpentier expliquera à son notaire que c’était à la fois la guerre en Crimée, en le privant de débouchés extérieurs, et la concurrence forcenée de la « Collection Michel Lévy » en France, qui avaient entraîné le dépérissement de son entreprise12.

5Aux yeux des frères Goncourt, ces mutations du système éditorial de leur temps pouvaient se résumer ainsi :

  • 13 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 10 mai 1856, t. I, p. 169.

Michel Lévy et Jaccottet [l’associé de Bourdilliat] devenus les Augustes de tous les mendiants qui salissent du papier pour vivre. Pas un jeune homme, pas une jeune plume, pas une amertume ! Plus de public mais une certaine quantité de gens qui aiment à digérer en lisant une prose claire comme un journal, qui aiment à se faire raconter des histoires en chemin de fer par un livre qui en tient beaucoup ; qui lisent non pas un livre, mais pour vingt sous13.

  • 14 J.-Y. Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, p. 329-33 (...)
  • 15 Bénédicte Gornouvel et Isabelle Nières-Chevrel, Les 150 ans de la Bibliothèque rose, Rennes, Biblio (...)

Dans ce commentaire dont nous ne citons que le début, Edmond et Jules de Goncourt confondent ou synthétisent plusieurs changements qui ont modifié les habitudes des écrivains et celles des lecteurs. Si le livre à un franc – ils écrivent « vingt sous » parce que le sou (5 centimes) est la plus vilaine des monnaies métalliques de l’époque – est bien en train de triompher, il ne se confond pas avec le « livre de voyageurs », contrairement à ce qu’ils affirment. Plus petites et souvent imprimées en format in-32, les « Bibliothèques de voyageurs » auront peu de succès en France en raison de la vogue du volume « Charpentier », et surtout de la « Collection Michel Lévy ». Louis Hachette a pourtant tout tenté pour en réduire l’audience et, de mars 1853 à décembre 1859, il n’a vendu, dans ses bibliothèques de gares, que la « Bibliothèque des chemins de fer », soit les sept puis huit séries aux couleurs différentes qui composent cette collection-maison. Les guides Joanne, à dos rouge, la « Bibliothèque rose illustrée » qui s’en détache en 1857, et les volumes à couverture saumon sont alors les plus demandés14, mais bien d’autres ouvrages figurent au catalogue de cette « bibliothèque » aux prix très bas dont le concepteur aurait voulu qu’elle éclipsât toutes les autres15.

  • 16 Yvan Leclerc et Jean-Yves Mollier, Gustave Flaubert et Michel Lévy. Un couple explosif, Paris, Calm (...)
  • 17 Yvan Leclerc, Crimes écrits. La littérature en procès au XIXe siècle, Paris, Plon, 1991.

6Obligé par le pouvoir et par l’organisme professionnel, le Cercle de la Librairie, de composer avec ses confrères, l’éditeur du boulevard Saint-Germain ouvrit le marché des bibliothèques de gares à la concurrence le 1er janvier 1860 et il en profita pour prélever 40 % puis 45 % du prix marqué pour couvrir ses frais. Ce ne sont pas ces détails qui ont frappé les frères Goncourt, mais le fait que ces collections mises à la portée de toutes les bourses avaient provoqué une nouvelle dégradation des Belles Lettres. Selon leur analyse, le petit livre à vingt sous contient essentiellement des nouvelles, et non des romans, et son espace a été conçu pour recevoir le temps de cerveau ou d’imagination disponible d’un voyageur de convoi ferroviaire. À ce stade, l’observation risque d’aboutir à de sérieuses contradictions puisque la faible vitesse de déplacement des trains rend les trajets relativement longs, ce qui justifierait plutôt l’achat de gros bouquins gorgés d’épisodes à rebondissements multiples, donc empruntés au genre du roman-feuilleton. Deux auteurs dramatiques ne s’y sont pas trompés, Eugène Labiche et Édouard Martin, qui mettent en scène, au début du Voyage de Monsieur Perrichon, un couple en partance pour des vacances à Chamonix et cherchant un livre capable d’occuper leurs deux filles pendant le voyage. Peu portés sur l’observation réaliste des mœurs de leurs semblables, du moins dans le domaine de leurs réactions face à la naissance des industries culturelles, les Goncourt ont confondu volontairement le style des auteurs de séries bon marché avec celui des journalistes, leurs bêtes noires. Ce faisant, ils sont passés totalement à côté d’une des raisons du succès de Madame Bovary – 20 000 exemplaires vendus entre avril 1857 et août 1858 – sa présence dans la « Collection Michel Lévy » à un franc16. Manifestement la prose de Flaubert, véritable modèle pour les puristes, n’avait pas découragé les acheteurs de ces volumes bon marché, il est vrai, attirés par le parfum de scandale qui avait entouré le procès correctionnel17.

7Même Balzac, qui avait accueilli avec scepticisme les débuts de la « Bibliothèque Charpentier » en 1838, s’était vite laissé convaincre de ses avantages, et il avait signé des contrats en bonne et due forme avec l’éditeur du jour pour bénéficier des retombées financières de son innovation. Après 1855, les conséquences économiques de ces luttes à couteau tiré entre éditeurs n’avaient pas tardé et la Librairie Nouvelle, comme Victor Lecou repris par Louis Hachette, avait dû déclarer forfait et passer sous la houlette de la maison Michel Lévy frères. Attaqué très durement dans la presse à ce sujet, Michel Lévy se contenta de faire prendre à son frère Calmann un brevet de libraire à son nom, mais nul ne fut dupe du stratagème utilisé et beaucoup s’inquiétèrent du renforcement considérable de l’entreprise du Palais-Royal que cette vente avait entraîné. Charles Baudelaire s’étonna, il est vrai anonymement pour ne pas compromettre ses relations avec l’éditeur de ses traductions d’Edgar Allan Poe, de ce rapprochement, et il écrivit dans la Revue anecdotique un article qui résumait les angoisses des écrivains du temps :

  • 18 Revue anecdotique des lettres et des arts, décembre 1861, 2e quinzaine, p. 268.

Avec l’achat de la Librairie Nouvelle – fait avec 220 000 fr. et non 400 000 fr. comme on l’a dit d’abord – la maison Michel Lévy frères devient des plus considérables. On a soulevé à cette occasion une question fort délicate – celle de savoir si, à moins de clause expresse, une propriété intellectuelle peut passer de Pierre à Paul, si un auteur, qui a voulu s’engager primitivement avec M. Bourdilliat, le cessionnaire, et non avec M. Michel Lévy, peut, sans être consulté, être vendu à celui-ci par celui-là18.

  • 19 Robert Darnton, L’Aventure de l’Encyclopédie. 1775-1800. Un best-seller au siècle des Lumières, Par (...)
  • 20 J.-Y. Mollier, Noël Parfait (1813-1896). Biographie littéraire et historique, thèse de doctorat de (...)
  • 21 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit., p. 426-427.
  • 22 Voir Correspondance Flaubert-Sand, édition de Philippe Jacobs, Paris, Flammarion, 1981, notamment l (...)

On le voit, l’interrogation de Baudelaire est infiniment plus rigoureuse et plus profonde que la notation d’Edmond et de Jules de Goncourt, peu au fait des transformations qui modifient en profondeur le rapport de l’homme de lettres avec son « cessionnaire », son médiateur auprès du public. Demeurés persuadés que Voltaire avait eu raison de traiter cavalièrement ses libraires, les « forbans » et « corsaires » témoins d’une époque de « capitalisme de butin » que Robert Darnton a souvent mis en lumière dans ses travaux19, les deux écrivains ne voyaient dans leurs marchands que de vulgaires « épiciers » mal dégrossis, s’interdisant par là-même toute chance de faire évoluer le système en leur faveur. Pour se contenter de deux exemples, mais ils sont fondamentaux : Victor Hugo éprouvait une réelle estime envers Pierre-Jules Hetzel, et il acceptait de discuter style ou accords grammaticaux avec son correcteur des Contemplations, Noël Parfait20; quant à George Sand, après avoir manifesté beaucoup de réticence à l’égard de Michel Lévy en 1855, elle avait appris à l’apprécier et même à l’aimer comme elle l’écrira à sa mort en 187521. Face à Gustave Flaubert déchaîné et désireux de l’entraîner avec lui dans la recherche de causes biologiques, ethniques, et, pour tout dire racistes, à la dureté en affaires de Michel Lévy, elle résistera et lui opposera un tout autre portrait de leur éditeur que celui qu’il entendait répandre autour de lui22.

  • 23 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 20 octobre 1862, t. I, p. 867.

8Même s’ils avaient plutôt dénoncé les façons de « saltimbanque » de Gustave Flaubert qui acceptait de laisser dire que Michel Lévy lui avait payé 30 000 F la propriété de Salammbô en 1862, alors qu’il n’avait donné que le tiers de la somme23, les Goncourt avaient été fascinés par la vente des Misérables à la maison Lacroix, Verboeckhoven et Cie au début de la même année. Dans leur Journal, ils notaient en avril 1862 :

  • 24 Ibid., avril 1862, t. I, p. 808.

Une grande déception pour nous, Les Misérables d’Hugo. J’écarte la morale du livre : il n’y a point de morale en art ; le point de vue humanitaire de l’œuvre m’est absolument égal. D’ailleurs, à y bien réfléchir, je trouve assez amusant de gagner deux cent mille francs – qui est le vrai chiffre de vente – à s’apitoyer sur les misères du peuple24 ! 

  • 25 Francis Sartorius, Les éditeurs belges de Victor Hugo et le banquet des Misérables. Bruxelles, 1862 (...)
  • 26 Voir aux archives nationales, le rapport du commissaire Gaillard au ministre de l’Intérieur daté du (...)
  • 27 Lettres inédites d’Ernest Renan à ses éditeurs Michel et Calmann Lévy, introduction, notes et comme (...)

Vendu 240 000 F sans les droits de traduction, payés 75 000 F à l’auteur pour la seule version en anglais, le roman avait déchaîné de multiples commentaires dans la presse et les salons. La Librairie Hachette n’était pas allée au-delà des 150 000 F proposés – 750 000 euros actuels – et il avait fallu que le jeune éditeur belge emprunte le montant prévu au contrat à la banque Oppenheim de Bruxelles pour emporter l’enchère. Toutefois, les Goncourt ne retiennent ici que le côté infamant de la négociation : à leurs yeux, Victor Hugo s’est nourri et enrichi de la peinture des misères des pauvres gens, ce qui semble sous-entendre une insincérité qui trahit une jalousie envers un écrivain universellement célébré25. Ils confondent d’ailleurs de nouveau la somme perçue par Victor Hugo, indépendamment du résultat des ventes, beaucoup moins important qu’on aurait pu le croire en raison de la cherté du roman : 60 F (300 euros) pour les dix tomes de la version originale. Avec, en moyenne, 12 000 exemplaires pour les six premiers tomes puis 10 à 11 000 pour les suivants, il s’était vendu environ 110 000 volumes des Misérables la première année, ce qui avait suffi à rentabiliser l’opération commerciale, mais ne représentait pas un succès absolument extraordinaire26. En 1863-1864, Michel Lévy commercialisera 66 000 exemplaires de la Vie de Jésus à 7 F 50 et 88 000 volumes du Jésus à 1 F 25 d’Ernest Renan27. Ernest Feydeau, pour sa part, avait obtenu, peu de temps auparavant, avec Fanny et Daniel parus chez Amyot, d’excellents résultats qui confirmaient que l’époque s’orientait vers les grands tirages et que l’édition française avait profondément changé depuis la fin du règne de Louis-Philippe, favorisant ainsi les « coups » commerciaux et les opérations publicitaires destinées à « lancer » un écrivain ou un livre.

Les frères Goncourt et leurs éditeurs

  • 28 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres…, op. cit., p. 302-310 pour la librairie tenue par Édouard D (...)
  • 29 Voir, pour une première version de cet essai, J.Y. Mollier, « Les frères Goncourt et leurs éditeurs (...)

9Quand on reprend l’ensemble de leurs tractations avec des éditeurs parisiens depuis 1854, date de la mise en vente de l’Histoire de la société française pendant la Révolution, on s’aperçoit que Jules et Edmond de Goncourt ont connu toutes les formes d’édition alors en usage, du compte d’auteur au compte d’éditeur en passant par le compte à demi. Deux de ces formes d’édition, le compte d’auteur et le compte à demi, étaient en régression, mais encore en usage chez les éditeurs qui hésitaient à basculer du côté de la modernité. Ainsi Édouard Dentu, fils et petit-fils d’imprimeurs légitimistes, à la tête d’une fortune immobilière importante, pratiquait-il, dans sa boutique du Palais-Royal, deux formes complémentaires d’édition. Avec 36 des écrivains présents dans ses catalogues, Barbey d’Aurevilly pour Les Diaboliques, Alphonse Daudet pour Les Rois en exil, ou Jules Michelet pour La Sorcière, il jouait le rôle d’un authentique éditeur, réglant les droits de ses auteurs sur la signature du bon à tirer de la dernière feuille d’impression, et assumant ainsi tous les risques d’une éventuelle mévente des volumes28. Avec les autres écrivains, presque le double puisqu’il y en avait 68 en 1884, à son décès, il se contentait du dépôt des exemplaires dans ses magasins. Cela signifie que les auteurs ne disposant pas d’un capital social appréciable se voyaient contraints de faire imprimer à leurs frais leurs exemplaires puis de les apporter aux libraires qui voulaient bien, en échange d’une remise de 35 % en moyenne, les accepter dans leurs librairies29.

  • 30 Voir Jean-Louis Cabanès et Pierre-Jean Dufief, Les Frères Goncourt, Paris, Fayard, 2020.
  • 31 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 26 octobre 1855, t. I, p. 164.
  • 32 Ibid., 13 avril 1858, t. I, p. 342.

10Les premiers ouvrages mis dans le circuit de la librairie par les frères Goncourt, l’Histoire de la société française pendant la Révolution en 1854, La peinture à l’Exposition universelle, en 1855, puis Une voiture de masques, en 1856, parurent de cette manière sans que l’éditeur n’en assume les frais30. C’est à l’occasion de leurs visites au libraire qui avait sa boutique sous les arcades du Théâtre-Français que l’on trouve ce portrait pour le moins étonnant d’un professionnel connu et apprécié : « Dentu désespéré du chapitre canaille des Actrices. Déclare les queues de mots incompréhensibles. Aspire, ô folie ! à comprendre ce qu’il édite31 ». Il en sera de même un peu plus tard pour Ambroise Firmin-Didot, pourtant membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et la charge sera encore plus féroce à l’égard de « l’idiot » affublé d’« un cou de vautour pelé, turgide et flanqué de petites plumes blanches » qui avait osé parler « style » avec eux32. On le pressent à lire leurs réactions instantanées face à un éditeur qui ose pénétrer dans leur territoire et s’aventurer du côté de leur droit moral, celui qui relève de la seule autorité de l’écrivain, ce droit ne se partage pas et ne souffre aucune contestation, fût-elle d’ordre grammatical ou stylistique. En désaccord avec la plupart de leur confrères, Gustave Flaubert mis à part, ils refusent de prendre en considération le capital scolaire ou universitaire de l’éditeur, son éventuel savoir-faire, son expérience, tout ce qui constitue pourtant, aux yeux de George Sand notamment, un authentique capital. Les écrivains composant le cercle le plus intime de Louis Hachette le définiront, au moment de son décès comme un véritable pair, un scholar au sens anglais du terme, ce qui est un immense compliment, mais, pour les Goncourt, le personnage n’avait aucun mérite intellectuel et était tout au plus un cuistre cultivant l’amour du « progrès ». Sur son lit de mort, ils écriront cette horrible épitaphe :

  • 33 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit.,  22 septembre 1864, t. I, p. 1100.

Cet homme, qui est mort de désespoir de la fortune des Péreire, Hachette, était le fils de la lingère de Louis-le-Grand. Il eut une bourse. À dix ans, il était déjà marchand : il vendait des billes et des livres. Puis il se mit libraire pauvrement. Charpentier se rappelle avoir vu sa femme brocher des livres à côté de lui, tandis que lui-même se servait de commis33.

  • 34 J.-Y. Mollier, Louis Hachette…, op. cit., p. 441-442.

Si l’on entend bien la critique, l’ambition secrète de Louis Hachette consistait à rivaliser avec l’un des hommes d’affaires juifs les plus riches de son temps, Émile Péreire. Cette affirmation vise à faire passer le catholique libraire du quartier Latin, solennellement enterré à Saint-Séverin en présence d’une foule évaluée à plus de deux mille personnes34, pour un Juif, donc un exploiteur sans vergogne des artistes à qui il vole depuis des lustres le fruit de leur imaginaire. Le reste de la critique est alors limpide : fils d’une simple ouvrière lingère, il n’est pas le produit de la méritocratie, une forme d’élévation sociale à laquelle les Goncourt refusent tout crédit, mais l’enfant d’une analphabète grossière et travaillant de ses mains, une ouvrière, pour ne pas dire une prolétaire, incapable de donner à son rejeton les bases d’une éducation convenable. Recueilli par charité, le jeune boursier manifesta aussitôt des dons précoces, non pour le latin, le grec et l’anglais, ce qui lui valut d’être reçu troisième au concours d’entrée à l’École Normale (supérieure) en 1819, mais pour le commerce de l’argent, nouvelle preuve d’une origine juive à peine dissimulée. L’allusion à la confidence de l’éditeur Gervais Charpentier prend ensuite tout son sens si l’on se souvient qu’entre 1853 et 1859 trois éditeurs français ont mené le combat pour l’ouverture du marché des bibliothèques de gares à l’ensemble de la profession : Napoléon Chaix, qui vendait des guides-horaires de chemins de fer, Gervais Charpentier dont la « Bibliothèque » éponyme avait un urgent besoin de débouchés, et Michel Lévy dont la « Collection » à un franc possédait toutes les qualités pour se vendre dans les gares. Mêlant ainsi considérations antisémites et défense du droit d’auteur jugé menacé par la réussite d’éditeurs aussi puissants que Louis Hachette et Michel Lévy, les frères Goncourt vont se déchaîner au moment du décès du second.

  • 35 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 15 février 1892, t. III, p. 665.
  • 36 Ibid., 31 décembre 1870, t. II, p. 326.

11Qualifié à plusieurs occasions de « sangsue des lettres », décrit comme un vulgaire parvenu, lui et son frère, ou plutôt « ces Michel Lévy » étaient « les plus grands égorgeurs, les plus féroces usuriers de la littérature35 ». Les Goncourt n’avaient pas eu de mots assez forts pour les flétrir et les immoler dans leur mausolée, ce Journal qui devait témoigner, après leur mort, d’un droit imprescriptible pour l’écrivain de dire la vérité sur leur époque et de crier la force de leur art et sa supériorité par rapport à toutes les fausses valeurs d’une société minée par le triomphe de l’argent. Ils n’avaient cependant pas hésité, à plusieurs occasions, à solliciter l’éditeur de la galerie Vivienne et à manifester leur désir d’entrer dans ses collections. On l’a vu pour Sœur Philomène en 1861, mais ce fut encore le cas pour Blanche de La Rochedragon, en 1870, et, cette fois, ce fut le malheureux Noël Parfait qui fut traité d’imbécile pour avoir osé refuser un tel chef d’œuvre. « C’est prodigieux comme l’amabilité d’un sot est toujours blessante » avaient-ils écrit à cette occasion36, refusant à l’ancien secrétaire de Théophile Gautier et d’Alexandre Dumas père puis au correcteur de Victor Hugo et d’Ernest Renan toute capacité à pénétrer dans leur pré carré. Écrivain cependant, et coauteur, avec Gautier, de La Juive de Constantine, de plusieurs vaudevilles et de mélodrames, journaliste et homme politique en vue du « parti » républicain, Noël Parfait n’avait aucune chance d’obtenir grâce à leurs yeux s’il entamait une discussion sur la « valeur » intellectuelle ou artistique de leur œuvre.

  • 37 Ibid., 13 avril 1858, t. I, p. 342.

Oh ! Il est de certaines lâchetés dont j’aurais peut-être le courage, [avaient-ils concédé en 1858] ; mais nous, ayant notre pain sur la planche et libres, après tout, de la tyrannie de l’éditeur – nous qui avons un idéal, qui cherchons, qui pesons une virgule, qui tentons d’écrire, qui aimons nos phrases, nous qui sommes et voulons être nous ˗ nous, laisser un niais, un bêta, un idiot toucher et tripoter dans ce que nous avons pondu, et recouver nos enfants et rhabiller nos idées avec les ciseaux de Prudhomme ? Non pas ! Et je viens dire aujourd’hui à M. Ambroise Firmin-Didot, imprimeur de l’Institut, que certaines de ses 119 corrections nous ont paru inadmissibles et les autres impossibles, ayant tout pesé et prêts, au pis-aller, à remporter le manuscrit plutôt que de laisser mutiler l’œuvre37.

  • 38 Comtesse de Ségur à Émile Templier, lettre du 16 mars 1858, in Œuvres, édition Claudine Beaussant, (...)

Ce magnifique plaidoyer en faveur de la liberté du créateur et de son absolu droit moral inaliénable et incessible avait été lancé à la face de l’imprimeur et de l’éditeur du Dictionnaire de l’Académie, Ambroise Firmin-Didot, qui passait pour être un spécialiste de la langue nationale et qui publia, en 1867, des Observations sur l’orthographe française, suivies d’un exposé historique des opinions et systèmes sur ce sujet, depuis 1527 jusqu’à nos jours. Traducteur de Thucydide et d’Anacréon, tout autant latiniste qu’helléniste, collectionneur et bibliophile, il pouvait posséder tous les talents mais, s’il essayait de pénétrer à l’intérieur du domaine sacré des Goncourt, il recevrait la volée de bois vert qui attendait tout éditeur osant manifester sa « tyrannie » à l’égard de ses auteurs. C’est ce que la comtesse de Ségur qualifiait de « droit de remontrance de l’éditeur » ; elle ne le contestait pas à condition qu’il ne s’accompagne pas du « droit de retranchement sans consentement d’auteur », inadmissible à ses yeux comme à l’ensemble des écrivains de sa connaissance38. Manifestement, il existait plus d’une manière, en ce début du Second Empire, de réagir face aux prétentions des éditeurs prêts à se faire les gardiens de la langue et les défenseurs du style. Si la comtesse de Ségur, George Sand, Théophile Gautier, Alexandre Dumas père et, plus rarement, Victor Hugo, consentaient à partager avec leur éditeur, ou son directeur de collection, une parcelle de leur droit moral, ni Flaubert ni les Goncourt, ni Baudelaire n’entendaient les accompagner dans cette direction.

12C’est précisément parce que seul importait à leurs yeux la défense du droit moral que les Goncourt discutaient assez peu leurs droits patrimoniaux, considérant que ce domaine ne relevait pas de leur compétence et qu’un compte à demi avec l’éditeur – le partage des frais et des bénéfices – un compte d’auteur – l’impression et le simple dépôt chez un libraire – ou le compte d’éditeur étaient assez indifférents et interchangeables. Fiers de leur indépendance financière, gage de leur liberté d’auteurs, ils ne recherchaient pas la fortune et, s’ils ne méprisaient pas le succès ni l’audience révélée par de forts tirages, ils ne se résignèrent jamais à céder aux prétentions des éditeurs pour obtenir leurs faveurs. En ce sens, leur refus du simple droit de remontrance, la discussion franche et loyale entre un directeur de collection et un de ses auteurs au sujet du manuscrit mis en lecture, apparaît moins comme un sursaut d’orgueil un peu exagéré que comme un refus des évolutions à l’œuvre sous le Second Empire. Le sacre de l’écrivain avait été l’horizon sur lequel s’était édifiée leur ambition d’auteurs ; celui de l’éditeur n’était qu’une usurpation, un vol du feu sacré qu’ils n’entendaient nullement cautionner.

Un éditeur artiste, Georges Charpentier

  • 39 J.-L. Cabanès et P.-J. Dufief, Les Frères Goncourt, op. cit., p. 476.
  • 40 Pierre-Auguste Renoir, Madame Charpentier et ses enfants (1878), New York, The Metropolitan Museum (...)

13Presque au même moment que Gustave Flaubert, dans la première décennie de la Troisième République, Edmond de Goncourt va trouver en Georges Charpentier l’éditeur quasi idéal-typique qu’il désespérait sans doute de croiser un jour. C’est en effet l’étonnant succès de La Fille Élisa, avec vingt-deux éditions publiées l’année de sa mise en vente, en 1877, donc 11 000 exemplaires réellement vendus39, peut-être 12 000 si les « passes », les exemplaires sans droits, n’ont pas été inclus dans ce chiffre, qui a modifié radicalement l’attitude de l’auteur envers l’éditeur du roman. Désormais, Edmond de Goncourt accepte les invitations à déjeuner de « Caillou », un dandy à la mode, jouisseur mais homme du monde, capable de tenir sa place et son rang dans un salon, notamment celui de sa femme, Marguerite Charpentier, dont Renoir a brossé un portrait plutôt à son avantage40. Il n’aura même pas besoin de se forcer pour devenir le parrain de Jeanne, l’un des trois enfants du couple, et fera de Georges Charpentier un invité quasi permanent du grenier d’Auteuil. Le Journal désormais tenu par le seul Edmond de Goncourt a pourtant enregistré un certain nombre de défaillances du personnage, qui compromet la sécurité financière de son entreprise en cédant à sa soif de plaisirs et de jouissances. Edmond de Goncourt montre ainsi plusieurs fois le caissier de Charpentier, Gaullet, essayant de réfréner cette soif de jouissances, mais en vain, jusqu’au jour où son patron lui communique sa débordante passion.

  • 41 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres…, op. cit., p. 219-234.

14Edmond de Goncourt note également, en 1883, que l’incapacité proverbiale de l’éditeur à gérer sa maison d’édition l’a acculé à la faillite ou à la recherche d’un associé capable de le renflouer et de relancer la « Bibliothèque Charpentier », la marque sous laquelle elle est surtout connue. Et c’est le moment précis où Calmann Lévy, toujours à l’affût d’une bonne affaire, entre en lice, par l’intermédiaire de son gendre, le banquier Siegfried Propper, l’associé du baron Jacques de Reinach, et s’offre à reprendre la maison d’édition comme son frère avait absorbé la Librairie Nouvelle vingt ans plus tôt. On sait que, finalement, c’est l’association Marpon et Flammarion qui entrera, pour 50 %, dans le capital de la « Bibliothèque Charpentier », et, sept ans plus tard, à la mort de Charles Marpon, lorsqu’Ernest Flammarion reprendra seul le flambeau de la maison où il avait débuté en 1875, la fille de Charles Marpon, devenue l’épouse de Noël-Eugène Fasquelle, obtiendra pour son mari la moitié du capital de la société Charpentier. C’est ainsi qu’en 1896, après la mort de Paul Charpentier et le retrait de son père, la maison d’édition Fasquelle succèdera à la librairie Charpentier41. Rappeler ces faits dont Edmond de Goncourt a été le témoin étonné présente l’intérêt de préciser le portrait de l’éditeur qu’il avait adopté. À l’évidence dénué de tout sens commercial un peu développé, Charpentier s’est contenté de dépenser les sommes considérables gagnées grâce à la vente des Rougon-Macquart, notamment après le succès de L’Assommoir en 1877 et de Nana en 1880. Par ailleurs, en confondant systématiquement chiffre d’affaires et bénéfices, en achetant aux impressionnistes de nombreux tableaux et en transformant le salon de son épouse en haut lieu de la sociabilité parisienne, il a entraîné sa librairie sur une pente dangereuse. Cela n’a pas empêché Gustave Flaubert et Edmond de Goncourt de le considérer comme le seul éditeur de leur époque et de l’admettre dans leur cénacle, à Croisset comme à Auteuil, et même à le laisser discuter librement du contenu de leurs œuvres. Manifestement, ni l’un ni l’autre ne cherchait un professionnel capable de les diffuser massivement, et ils acceptèrent Georges Charpentier peut-être à cause de ses défauts professionnels qui aboutissaient à gommer l’homme de la marchandise en lui et à ne laisser transparaître qu’une sorte d’artiste ou d’ami sincère des artistes, capable de dépenser sa fortune sur un coup de tête et, par ce trait peu suspect d’être un vil commerçant.

15En 1882, la publication de La Faustin, toujours chez Charpentier, avait valu à Edmond de Goncourt une élévation de ses droits d’auteur, portés à 0 F 60 par volume in-18 vendu 3 F 50, soit 17 % du prix marqué, passes non comprises (15 % en réalité). Manifestement, cette rectification ou cette majoration de ses droits lui apparaissait comme un signe de reconnaissance à la fois sociale et culturelle, et ce geste de son éditeur ne pouvait que renforcer leurs liens. Chérie, deux ans plus tard, démarra également en fanfare, les piles de livres observées dans l’une des boutiques de Marpon et Flammarion, confirmant l’écrivain dans son sentiment d’être désormais un auteur qui compte.

  • 42 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 19 avril 1884, t. II, p. 1065.

Chez Marpon, au coin du passage de l’Opéra, des Chérie en paquets, des Chérie en vedette, des Chérie partout, et, à côté des Chérie, des Faustin, des Germinie Lacerteux, des Sœur Philomène, des Marie-Antoinette, des Madame de Pompadour, etc. : tout un débordant étalage plein de mon nom, jeté aux yeux des passants du boulevard italien42.

16Même si ses tirages n’atteignent pas ceux des livres d’Alphonse Daudet et d’Émile Zola, Edmond de Goncourt a vécu ces années comme une revanche sur la période où, avec son frère il avait peu de lecteurs. Son éditeur l’effraie même un peu dans ses folies dépensières auxquelles il mêle désormais son caissier, mais cela ne l’empêchera pas d’admettre Georges Charpentier au nombre des rares élus reçus à Auteuil, dans son académie en formation, ce qui confirme l’élévation de l’éditeur au rang de quasi pair. Choisi pour être le médiateur du Journal auprès du public, Charpentier allait en effet signer de son nom les neuf volumes parus entre 1887 et 1896, date de son passage de pouvoir à Eugène Fasquelle. Cela n’empêcha pas l’auteur de s’en prendre parfois violemment à l’éditeur, notamment en mai 1890, parce que Charpentier avait refusé d’entreprendre une édition illustrée des Frères Zemgano, finalement publiée en Espagne. Du coup, le commerçant avait été rabaissé pour un court moment au rang d’éditeur « juif », l’antisémitisme d’Edmond de Goncourt, fortifié par celui d’Alphonse Daudet, s’étant considérablement renforcé après la publication de La France juive d’Édouard Drumont, en décembre 1885. Très irrité contre Georges Charpentier, il écrivait :

  • 43 Ibid., 31 mai 1890, t. III, p. 433.

Ah ! J’en ai assez de ces exploiteurs de l’amitié des autres, qui, ainsi que dans un bois, le couteau sous la gorge, ont volé le parrainage de leurs enfants auprès de quatre messieurs qui étaient célibataires ou avaient donné l’assurance qu’ils n’auraient pas d’enfants… mon Dieu, dans l’honnête convoitise de leurs successions43 !

  • 44 Ibid., 21 juillet 1895, t. III, p. 1155.
  • 45 Ibid., 8 janvier 1896, t. III, p. 1217.
  • 46 J.-Y. Mollier, « Pierre-Victor Stock et la passion du jeu », Histoires littéraires, Janvier-Février (...)
  • 47 Ibid., 13 février 1896, t. III, p. 1235.

Déchaîné contre son éditeur, il l’accuse dans ce passage peu commenté d’avoir tenté de voler la fortune de Flaubert, la sienne et celle de deux autres écrivains choisis pour être les parrains de ses trois enfants, Georgette, Jeanne et Paul. Prenant au sens littéral le terme de « parrain », second père des enfants, il affecte de croire que les jeunes Charpentier pourraient se prévaloir en justice de droits à l’héritage des écrivains mentionnés, ce qui était évidemment impossible. La crise disparut assez rapidement et Edmond de Goncourt reprit sans tarder le chemin du salon et celui de la salle à manger des Charpentier où il se met souvent en scène dans les années 1891-1896. Le 21 juillet 1895, il accompagnera le couple ami à l’enterrement de leur fils, mort à vingt ans deux jours plus tôt, et constatera l’ébranlement physique et psychique de Georges Charpentier dont tous les espoirs s’effondrent44. Six mois plus tard, l’éditeur lui expliquera son retrait lié au décès de son fils mais aussi à l’évolution de la profession : « Il n’a plus de cœur à ce métier, écrit-il, où maintenant, pour vivre, il faut faire des économies sur l’impression, le papier, l’encre, et fabriquer des volumes avec beaucoup de mauvaises images45 ». Un mois plus tard, une ultime notation confirme les dangereux penchants de l’éditeur qui aurait joué en Bourse et perdu beaucoup d’argent et qui, en agissant ainsi, exactement comme le fera Pierre-Victor Stock en 1921, s’était mis sous le couperet de son associé, l’ancien quart d’agent de change Noël Eugène Fasquelle. De la même manière que Jacques Boutelleau (Jacques Chardonne) et Maurice Delamain s’emparèrent de la maison d’édition Stock en exigeant le retrait du fondateur au lendemain de la Première Guerre mondiale46, Eugène Fasquelle profita des erreurs de son associé pour rompre leurs accords et le chasser de la maison d’édition qu’il avait véritablement recréée en 187147. Confirmée par le témoignage de Zola, la déconfiture de Charpentier et sa joie un peu sénile à l’idée d’être débarrassé désormais des soucis de la gestion de son entreprise, ajoutent une note tragique et même grotesque à cette peinture de l’éditeur qui saute de joie et voudrait danser pour manifester son bonheur devant cette délivrance qui ressemblait pourtant à une sorte de dépossession de sa maison d’édition.

Être éditeur selon les frères Goncourt

  • 48 Yvan Leclerc et J.-Y. Mollier, Gustave Flaubert et Michel Lévy. Un couple explosif, Paris, Calmann- (...)

17La lecture du Journal ou plutôt des Mémoires de la vie littéraire dans la seconde moitié du XIXe siècle autorise une assez exacte vision du désarroi des écrivains français assistant impuissants au sacre de l’éditeur. Balzac l’avait annoncé à sa manière en décrivant le « padisha de la librairie », Dauriat, ou Camille Ladvocat, le patron de Gervais Charpentier, trônant dans sa boutique du Palais-Royal à la fin des années 1830, mais le libraire romantique disparut assez vite et mourut à l’hôpital au début du Second Empire. Avec l’arrivée sur le marché des Michel et Calmann Lévy, Louis Hachette, Émile Templier et Louis Bréton, ses gendres, qui précèdent la génération des Ernest Flammarion et Arthème Fayard, tout aussi dynamiques entrepreneurs schumpetériens que leurs prédécesseurs, l’édition française procède à une mue profonde et sort de l’enfance. Transformée en authentique industrie culturelle dès 1855-1860, elle produit désormais des livres à une échelle jamais observée auparavant et franchit, en 1877-1880, l’entrée dans « l’ère des cent mille » que Bernard Grasset prétendra, mais à tort, avoir initiée. Ce sont Émile Zola et Georges Ohnet qui en ont été les premiers initiateurs et, si L’Assommoir et Nana valent mieux que Serge Panine et Le Maître de forges, ils en sont strictement contemporains. Alphonse Daudet a, lui aussi, bénéficié de forts tirages, comme Ernest Feydeau, alors que Gustave Flaubert ne parvenait pas à transformer l’essai réussi de Madame Bovary en tremplin de ses œuvres à venir48. Jules de Goncourt mourut sans avoir connu la période des vaches grasses réservée à son frère, à partir de 1877.

  • 49 Florian Preisig, « Clément Marot éditeur de son père », Travaux de littérature, t. XIV/2001, p. 139 (...)
  • 50 Charles Baudelaire à Michel Lévy, le 7 juillet 1863, in « Baudelaire et les frères Lévy : auteur et (...)

18Très souple, nous y avons insisté, sur la gestion de leurs droits patrimoniaux, Jules et Edmond de Goncourt se sont montrés absolument intraitables sur la question du droit moral et de la délimitation des frontières de leur royaume aux limites infranchissables. Héritiers d’une tradition classique qui fait de l’éditeur celui qui, comme Clément Marot, publie avec soin les œuvres de son père49, ils ont obstinément refusé de voir les mutations qui transformaient les libraires du XVIIIe siècle en éditeurs du suivant, hommes doubles, un pied dans la marchandise et un autre dans le domaine de l’esprit. Charles Baudelaire avait perçu ce changement quand il écrivait à Michel Lévy qu’il « y avait deux Michel en lui », qu’il appréciait « le parfait homme du monde » qui le recevait dans son salon de la Place Vendôme, mais qu’il détestait le commerçant « hérissé comme un sauvage» dès que l’on parlait argent50. Edmond de Goncourt se montra parfois sensible aux initiatives de son éditeur pour assurer la publicité de ses livres, mais il ne semble pas avoir véritablement discuté le contenu de ses œuvres ni leurs qualités littéraires.

19Jaloux de la gestion strictement privée de leur droit moral, lui et son frère n’étaient pas disposés à laisser entrer un éditeur dans le cercle des élus, des artistes de nature. Pourtant les déceptions enregistrées auprès des autres éditeurs, et l’évolution parallèle de Gustave Flaubert et d’Émile Zola qui vont chez Charpentier après 1870 comme d’autres allaient chez Michel Lévy au début du Second Empire, ont conduit le survivant à modifier son attitude et à admettre progressivement qu’un éditeur, en tout cas Georges Charpentier, pouvait être reçu dans son Grenier. Comme dans le cas de Flaubert invitant Charpentier à dormir à Croisset, on manque d’éléments pour aller plus loin et préciser les contours de leur intimité nouvelle. Lui et Edmond de Goncourt acceptèrent d’être les « parrains » des enfants de l’éditeur, ce qui surprend encore davantage de la part de ces célibataires endurcis bien peu sensibles au charme des enfants. L’âge auquel ils sont parvenus quand ils modifient leur comportement et leur jugement vis-à-vis de leur éditeur joue sans doute un rôle comme la personnalité agréable, toute en délicatesse, de Georges Charpentier, incapable de faire sentir à son interlocuteur la puissance de sa situation. Au-delà de ces différences de tempérament, d’éducation et de milieu, le côté jouisseur de Georges Charpentier a fini par persuader ses proches qu’il n’était pas vraiment semblable à ces hommes d’affaires qui dominaient désormais le monde de l’édition. Ses difficultés puis ses déboires ont enfin achevé de convaincre Edmond de Goncourt que son éditeur était davantage un Bohème qu’un commerçant, paradoxe qui explique peut-être le changement de statut qu’il lui accorda après le succès de La Fille Élisa.

Haut de page

Notes

1 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, rééd. Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, 1989, coll. « Bouquins », 3 vol. t. I, p. 766.

2 Moniteur universel, 21 juillet 1793.

3 On date généralement des arrêts publiés en août 1777 la reconnaissance d’un véritable droit de l’auteur, et non plus du seul libraire, sur son œuvre ; voir J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, rééd. Paris, la fabrique, 2019, p. 117-123.

4 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

5 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain. 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, Librairie José Corti, 1985.

6 Jean-Yves Mollier, Brève Histoire de la concentration dans le monde du livre, Paris Libertalia, 2022, p. 16-17.

7 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 22 mars 1877, t. II, p. 732.

8 123 200 exemplaires auront été vendus en 1891 ; cf. Colette Becker, Trente Années d’amitié. Lettres de l’éditeur Georges Charpentier à Émile Zola, Paris, PUF/Centre de correspondances du XIXe siècle, 1980, p. 138-139.

9 Gervais Charpentier mourut persuadé que sa femme l’avait trompé et il interdit, par testament, tout contact physique de sa dépouille avec celle de sa compagne dont il s’était séparé par jugement du tribunal. Il déshérita son fils qui dut contester, en justice, le contrat qui le dépouillait de son héritage. Voir J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition, Paris, Fayard, 1988, p. 208-228.

10 Isabelle Olivero, L’invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris, IMEC Éditions-Éditions de la MSH, 2001.

11 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891, Paris, Calmann-Lévy, 1984, p. 265-270.

12 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres…, op cit., p. 210.

13 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 10 mai 1856, t. I, p. 169.

14 J.-Y. Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, p. 329-332.

15 Bénédicte Gornouvel et Isabelle Nières-Chevrel, Les 150 ans de la Bibliothèque rose, Rennes, Bibliothèque de Rennes métropole, 2006, p. 28-33 pour le détail des huit séries composant la « Bibliothèque des chemins de fer ».

16 Yvan Leclerc et Jean-Yves Mollier, Gustave Flaubert et Michel Lévy. Un couple explosif, Paris, Calmann-Lévy, 2021, p. 59-60.

17 Yvan Leclerc, Crimes écrits. La littérature en procès au XIXe siècle, Paris, Plon, 1991.

18 Revue anecdotique des lettres et des arts, décembre 1861, 2e quinzaine, p. 268.

19 Robert Darnton, L’Aventure de l’Encyclopédie. 1775-1800. Un best-seller au siècle des Lumières, Paris, Robert Laffont, 1982.

20 J.-Y. Mollier, Noël Parfait (1813-1896). Biographie littéraire et historique, thèse de doctorat de 3e cycle de littérature française, dir. Pierre Citron, université Paris III, 1978, 2 vol., inédite.

21 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit., p. 426-427.

22 Voir Correspondance Flaubert-Sand, édition de Philippe Jacobs, Paris, Flammarion, 1981, notamment les lettres de 1872.

23 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 20 octobre 1862, t. I, p. 867.

24 Ibid., avril 1862, t. I, p. 808.

25 Francis Sartorius, Les éditeurs belges de Victor Hugo et le banquet des Misérables. Bruxelles, 1862, Bruxelles, Crédit communal, 1986, et Bernard Leuilliot, Victor Hugo publie Les Misérables. Correspondance avec Albert Lacroix (août 1861-juillet 1862), Paris, Klincksieck, 1970.

26 Voir aux archives nationales, le rapport du commissaire Gaillard au ministre de l’Intérieur daté du 18 juin 1862 (AN, F/18/1747, dossier Jules Claye) et Diana Cooper-Richet et Jean-Yves Mollier, « Le roman populaire du XIXe siècle à l’origine des rituels de participation et d’identification », Les cultes médiatiques, dir. Philippe Le Guern, Rennes, PUR, 2002, p. 53-65.

27 Lettres inédites d’Ernest Renan à ses éditeurs Michel et Calmann Lévy, introduction, notes et commentaires de Jean-Yves Mollier, Paris, Calmann-Lévy, 1986, pour le détail des ventes de la Vie de Jésus.

28 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres…, op. cit., p. 302-310 pour la librairie tenue par Édouard Dentu.

29 Voir, pour une première version de cet essai, J.Y. Mollier, « Les frères Goncourt et leurs éditeurs : portrait de groupe », in Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de « Goncourt », dir. Jean-Louis Cabanès, Pierre-Jean Dufief, Robert Kopp, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier, Villeneuve d’Ascq, Presses du septentrion, 2005, p. 67-76.

30 Voir Jean-Louis Cabanès et Pierre-Jean Dufief, Les Frères Goncourt, Paris, Fayard, 2020.

31 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 26 octobre 1855, t. I, p. 164.

32 Ibid., 13 avril 1858, t. I, p. 342.

33 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit.,  22 septembre 1864, t. I, p. 1100.

34 J.-Y. Mollier, Louis Hachette…, op. cit., p. 441-442.

35 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 15 février 1892, t. III, p. 665.

36 Ibid., 31 décembre 1870, t. II, p. 326.

37 Ibid., 13 avril 1858, t. I, p. 342.

38 Comtesse de Ségur à Émile Templier, lettre du 16 mars 1858, in Œuvres, édition Claudine Beaussant, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 3 vol., t. I, p. LXVI-LXVII.

39 J.-L. Cabanès et P.-J. Dufief, Les Frères Goncourt, op. cit., p. 476.

40 Pierre-Auguste Renoir, Madame Charpentier et ses enfants (1878), New York, The Metropolitan Museum of Art. Voir aussi Virginie Meyer, Georges Charpentier (1846-1905) : figure d’éditeur, diplôme de conservateur de bibliothèque, dir. Frédéric Barbier, ENSSIB, 2005, précieux pour l’analyse des divers réseaux de Marguerite Charpentier.

41 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres…, op. cit., p. 219-234.

42 E. et J. de Goncourt, Journal, op. cit., 19 avril 1884, t. II, p. 1065.

43 Ibid., 31 mai 1890, t. III, p. 433.

44 Ibid., 21 juillet 1895, t. III, p. 1155.

45 Ibid., 8 janvier 1896, t. III, p. 1217.

46 J.-Y. Mollier, « Pierre-Victor Stock et la passion du jeu », Histoires littéraires, Janvier-Février-Mars 2020, vol. XXI, n° 81, p. 145-161.

47 Ibid., 13 février 1896, t. III, p. 1235.

48 Yvan Leclerc et J.-Y. Mollier, Gustave Flaubert et Michel Lévy. Un couple explosif, Paris, Calmann-Lévy, 2021.

49 Florian Preisig, « Clément Marot éditeur de son père », Travaux de littérature, t. XIV/2001, p. 139-148.

50 Charles Baudelaire à Michel Lévy, le 7 juillet 1863, in « Baudelaire et les frères Lévy : auteur et éditeur », Études baudelairiennes XII, Neuchâtel, La Baconnière, 1986, p. 192-194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Mollier, « Droit moral et droit patrimonial chez les Goncourt »Cahiers Edmond et Jules de Goncourt [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 04 avril 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cejdg/1296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cejdg.1296

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Mollier

Université Paris Saclay/Versailles Saint-Quentin

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search