Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusNadia Fartas, Simplicité et diver...

Comptes rendus

Nadia Fartas, Simplicité et diversité. Mutations du sensible dans la modernité : Flaubert, Baudelaire, Monet

Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Sémaphores », 2021
Basile Pallas
Référence(s) :

Nadia Fartas, Simplicité et diversité. Mutations du sensible dans la modernité : Flaubert, Baudelaire, Monet, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Sémaphores », 2021, 452 p., ISBN : 9791030004731

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage, qui est la version remaniée d’une thèse, annonce parfaitement le paradoxe que Nadia Fartas entend cerner et explorer, à savoir que la notion de simplicité, axe fort de la modernité, révèle une attention portée au divers, au changeant, au variable, qui sont les symptômes d’une époque de bouleversements majeurs, qu’ils soient littéraires, artistiques ou politiques. La « modernité » – circonscrite ici à la deuxième moitié du XIXe siècle – est ainsi envisagée non comme une période de ruptures, celles qui mettent fin au passé et donnent naissance au présent, mais comme un temps subtil de transitions, de reconfigurations, de « mutations » dans le domaine du sensible. Temps qui est celui du passage, et que la simplicité esthétique recherchée et élaborée par ceux qui en étaient les témoins devait garantir la transmission et la postérité.

2Inscrite dans la lignée des travaux de Marianne Bury, de Jacques Noiray, de Jean-Louis Cabanès et de Juliette Azoulai qui ont montré combien la simplicité, en tant qu’exigence poétique, traversait la littérature et les arts du siècle, l’étude de Nadia Fartas se donne l’ambition d’y apporter un éclairage complémentaire en cherchant à « étudier la manière dont la simplicité constitue une ressource narrative et romanesque mais aussi plastique et picturale » tout en montrant « combien elle s’avère indissociable de la modernité politique et esthétique, parce qu’elle se mesure à la question du changement, c’est-à-dire au mouvant, à l’insaisissable, voire à l’indétermination propre à la modernité. » Cette simplicité moderne, que l’étude tente d’approcher, nécessite dès lors de considérer à nouveaux frais quelques-uns des fondements de la modernité esthétique, comme, par exemple, le rapport d’immédiateté qu’entretiennent écrivains et artistes avec leur temps, qui se traduit notamment par une attention portée à l’apparence, aux surfaces, et de fait, à l’imminence du présent, et prend forme dans une esthétique de la platitude ou dans une poétique de la juxtaposition. À y regarder de près, comme le fait avec beaucoup d’attention Nadia Fartas, il s’avère que cette simplicité du rapport au monde et au temps recouvre subtilement et parfois presque imperceptiblement une « pluralité » qui est celle du divers, du variable, du changeant, alors même que, significativement, les recherches sur la couleur mettaient en valeur la complexité et la richesse des nuances.

3Cette « simplicité plurielle », Nadia Fartas la repèrera et l’analysera chez « trois auteurs fondamentaux de la modernité esthétique du second XIXe siècle, Flaubert, Baudelaire et Monet », trois auteurs dont la nuance se révèle être un point d’entrée privilégié et original dans quelques-unes de leurs œuvres et dans leur conception de la modernité. La première partie, élaborée comme une mise au point théorique sur la notion de simplicité, issue de la rhétorique, ainsi que sur la pensée des couleurs, montre bien la place centrale qu’occupe la simplicité dans l’épistémologie du siècle et comment celle-ci se diffuse dans tous les domaines. En outre, elle ne peut être tenue pour une simplification de la pensée, du style ou des formes, car elle en est précisément l’élaboration concertée, fondée sur un art des nuances.

4La simplicité chez Flaubert est l’un des symptômes de sa modernité et révèle un « souci de l’exactitude capable de traduire dans la littérature les paradoxes du réel et de l’ordinaire », ce qui sera le cas de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale –, « les subtilités de la psyché » dans Un cœur simple et « les ressources prodigieuses des savoirs humains » dans Bouvard et Pécuchet. À chaque fois, Flaubert recourt aux « ressources de la simplicité » pour mettre en valeur, de manière critique, les tensions inhérentes à la modernité. La simplicité flaubertienne devra ainsi être comprise comme attention portée dans ses œuvres aux changements, ceux que génère l’époque moderne, mais qui ne sont jamais exprimés ni représentés comme des bouleversements ou des révolutions. Dans Madame Bovary, le changement est celui de la transgression, celle d’Emma, qui, en sa singularité, se détache de la vie simple de Charles et de l’immobilisme, social et politique, d’Yonville. Dans L’Éducation sentimentale, c’est à partir d’un détail étonnant, magnifiquement analysé, que le changement, ici compris comme variation, est traduit, celui du motif, discret mais insistant, de la gorge-de-pigeon, couleur chatoyante, ou plutôt irisation, de la robe de Madame Arnoux. Le motif apparaît emblématique, en vertu de toutes les nuances qu’il connote, d’une poétique de l’insaisissable qui permet de rendre compte à la fois du travail de « tissage » du temps narratif, historique et politique, mené par Flaubert, ainsi que de toutes les variations de points de vue créées par sa célèbre ironie : le monde ainsi pensé et représenté est un monde en perpétuel mouvement. De la même façon, la simplicité à l’œuvre dans Un cœur simple révèlera les infimes changements du temps, compris cette fois en termes de conversion, celle qui guidera Félicité vers une foi singulière et personnelle.

5C’est à l’auteur du Peintre de la vie moderne que s’attache la troisième partie. Il s’agit de montrer ici, en relisant la critique d’art, que la valorisation du simple pour Baudelaire en passe notamment par une attention portée au vêtement et à la parure, à la couleur, qui est aussi celle du maquillage, ainsi qu’à la place qu’occupe le détail dans son approche du réalisme. Cela permet à Nadia Fartas de reconsidérer les oppositions habituelles, définissant la modernité baudelairienne comme confrontation des deux polarités distinctes que constituent le fugitif et le contingent d’une part, l’immuable d’autre part. C’est en particulier en étudiant la place, essentielle, que prennent la surface et l’apparence dans sa pensée, que Baudelaire gratifie d’une « consistance » inédite, d’une paradoxale « profondeur », que Nadia Fartas peut envisager la modernité baudelairienne comme « intrication » du contingent et du permanent, révélant là encore toutes les nuances et les variations du beau moderne.

6La surface des choses ou, autrement dit, ce qui se perçoit immédiatement, en devenant un enjeu majeur de l’art de la seconde moitié du siècle, se trouve, en quelque sorte, monumentalisée. Emblématique, de ce point de vue, le travail des impressionnistes, et de Monet en particulier – le Monet des Cathédrales – qui fait l’objet de la dernière partie du livre. Le travail du peintre est introduit par un intéressant chapitre sur le motif de l’échafaudage, qui, bien que discret et peu étudié, n’en est pas moins significatif. L’échafaudage apparaît en effet, contrairement au motif romantique des ruines qui mettait l’accent sur la disparition, comme une concrétion temporelle, vecteur de l’idée de reconstruction et donc de renouvellement de l’appréhension du temps, englobant passé, présent et avenir. Le motif rend concrète la dimension transitoire de la modernité tout en la liant intimement à la permanence sur laquelle elle se constitue. En étudiant certains tableaux, de Maximilien Luce, de Victor Dargaud ou encore de Caillebotte, Nadia Fartas retrouve cette profondeur de la surface que l’analyse avait permis de déceler chez Baudelaire. Le motif de l’échafaudage, si efficace pour dire la mouvance du temps, prend en outre des significations politiques lorsqu’il se décline dans celui de la barricade, autre aspect de l’histoire de la modernité. Mais l’échaudage est aussi un insistant motif littéraire, symptôme d’un paysage urbain en constante mutation, ainsi qu’une métaphore exprimant le processus créatif et révélant par là-même une « conception moderne de l’œuvre d’art » caractérisée par l’exhibition de ses procédures, dans sa dimension critique et réflexive. L’étude s’attarde enfin sur la série des Cathédrales de Monet, en revenant sur les nombreux débats qu’elle a suscités et sur le nouveau regard qu’on peut lui accorder, en la considérant à l’aune de cette « simplicité plurielle » dont l’ouvrage a décliné les différentes modalités.

7L’ouvrage constitue ainsi une analyse riche et méthodique – quoique très dense et abstraite dans ses articulations – des phénomènes subtils et complexes qui régissent la modernité esthétique, littéraire et artistique. Le corpus, bien que centré sur les trois figures majeures que sont Flaubert, Baudelaire et Monet, accueille une constellation d’artistes et d’écrivains qui gravite autour d’eux et qui enrichit opportunément la réflexion. Certains tableaux commentés, peu connus, sont avantageusement reproduits dans un livret d’illustrations placé en fin d’ouvrage. L’étude, suggestive à bien des égards, invite à prêter attention à l’épaisseur de ces formes simples qui parcourent le second XIXe siècle – pouvant être prises pour de fausses évidences – et aux multiples variations qu’elles dispensent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Basile Pallas, « Nadia Fartas, Simplicité et diversité. Mutations du sensible dans la modernité : Flaubert, Baudelaire, Monet »Cahiers Edmond et Jules de Goncourt [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 22 octobre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cejdg/1714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cejdg.1714

Haut de page

Auteur

Basile Pallas

Université Bordeaux-Montaigne, « Plurielles »

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search