Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusEdmond et Jules de Goncourt, Journal

Comptes rendus

Edmond et Jules de Goncourt, Journal

édition de Jean-Louis Cabanès, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 2021
Béatrice Laville
Référence(s) :

Edmond et Jules de Goncourt, Journal, édition de Jean-Louis Cabanès, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 2021, 884 p., ISBN : 9782070392896

Texte intégral

1Cette nouvelle édition du Journal des Goncourt est particulièrement bienvenue, car entre autres mérites, elle permet aux étudiants et à tous ceux que cet incomparable document intéresse, (témoignage de la vie littéraire, de l’histoire, des affres de la création, d’une réflexion esthétique et sociale, d’une interrogation sur l’existence), de le découvrir en un seul volume, richement documenté. En effet, des choix d’extraits variés pour chaque année de 1851 à 1896 (on mesure la difficulté de l’entreprise de sélection) ont présidé à l’élaboration de cette édition qui s’appuie sur le texte établi d’après le manuscrit, pour l’édition intégrale du Journal, aux éditions Honoré Champion. Une bibliographie, des notes et une chronologie viennent éclairer la compréhension du lecteur.

2Le texte des Goncourt est souvent tendu entre des pôles contraires qui contribuent à conférer au Journal une apparence kaléidoscopique, que le choix des extraits met bien en lumière. Les Goncourt rejettent une société des faux-semblants, du simulacre mais ils veulent y laisser leurs traces ; s’ils se défient de leurs contemporains, ils les fréquentent assidûment dans des sorties mondaines, se nourrissent des échanges pour les consigner ou les amalgamer à leurs propos dans le Journal ; s’ils veulent observer un repli élitiste de distinction que leur permet leur qualité de rentiers, ils ne cessent de chercher la reconnaissance de leurs contemporains. C’est précisément cette complexité, ces mouvements contraires qui contribuent, par-delà une plume parfois fielleuse, à faire des diaristes les protagonistes « d’une ondoyante humanité » qu’Edmond évoquait dans sa préface de la première publication chez Charpentier en 1895. Et même s’ils tournent un regard attendri vers l’élégance, la distinction et l’art de la conversation du XVIIIe, ce sont des hommes de leur temps qui scrutent la complexité et l’évolution de leur époque. Jean-Louis Cabanès met fort justement en garde dans une note à l’édition contre le danger d’une absence de contextualisation quant à leur misogynie, leur antisémitisme, leur sentiment de hiérarchie entre les hommes parfaitement insupportables pour un lecteur du Journal au XXIe siècle ; les Goncourt adoptent les stéréotypes les plus vivaces de leur temps, et il convenait de les montrer tels qu’en eux-mêmes.

3D’ailleurs, dans sa remarquable préface, Jean-Louis Cabanès insiste sur l’exigence du vrai « le corrosif de l’artifice » (p. 12) qui exige dévoilement de soi, des autres et mise à nu des fonctionnements pernicieux de cette société : le compte rendu de la scène du procès des deux frères accusés, à leur débuts de journalistes, d’outrages aux bonnes mœurs est une critique acerbe du fonctionnement de la justice (« Trois ans de liberté, trois ans de vie, ainsi ôtés d’une existence humaine, en un tour de Code[…] Il faut voir cela pour savoir ce que c’est ! » p. 56) et de l’hypocrisie généralisée (« ce jour-là même où la Société par la voix du substitut nous accusait de la corrompre, cette même société tenait ouvertes les maisons de tolérances » p. 57). Des constantes se dégagent au fil du texte, le rejet de cette bourgeoisie attachée à l’apparence, aux choses matérielles et à la facilité, elle qui « n’a pas besoin d’un grand commerce d’esprit » et qui rejette l’homme de lettres, car il « est plus connu qu’un bourgeois. Il y a rancune sourde, jalousie secrète » (p. 131). Autre constante, la souffrance de l’écrivain aux prises avec une incompréhension dans un monde qui ne reconnaît plus la singularité de l’art : « Tous les déboires de notre vie littéraire, c’est une longue expiation de ne vouloir faire, et ne faire que de l’art » (p. 167). Ce culte de l’art, qu’ils partagent avec Flaubert ou Gautier, ne supporte aucune allégeance, mais nourrit le sentiment d’une absence injuste de reconnaissance que renforce la force des souffrances de la création qui s’exprime dans de fort belles pages : « le supplice d’une feuille de papier blanc dans la tête […] Et les désespoirs infinis, les lassitudes mornes, les hontes de soi-même d’être là impuissant » (p. 196). Même si l’introspection ne relève pas d’une voie privilégiée, ils écrivent l’ennui, « ce caractère de gris, de décoloration, d’insipidité » et l’attrait parfois de l’isolement. (p. 143) ou même le retour offensif du passé avec les souvenirs familiaux qui affleurent à la mémoire, souvenirs d’enfance à Gisors (p. 78) ou image paternelle (que l’anaphore « je le revoyais » restitue dans toute l’énergie de son surgissement, p. 619). Edmond dit la douleur de la perte de son frère « un passionné de style » (p. 670), la teneur de l’expérience du deuil, sa culpabilité, sans fard (p. 329).

4Mais ce sont surtout, les échos de la vie qui entrent dans le Journal grâce au regard distancié, ironique et parfois bienveillant que les deux frères portent sur ce qui les entoure. Ils consignent scrupuleusement des anecdotes vécues ou rapportées, les sensations éprouvées, ces instants qui condensent avec acuité et intensité la réalité vécue. Ils peuplent leur Journal de portraits qui vont d’une simple condensation extrême du trait (à propos de Rosa Bonheur « tête d’un petit juif polonais bossu », p. 93), à une caricature souvent venimeuse (ainsi pour Octave Feuillet « C’est étonnant, le regard de singe qu’il a, avec cet œil qui n’est guère plus ouvert, [...] que la fente d’un marron rôti », p. 478). Le singulier rejoint parfois l’émergence d’un type (à propos de Champfleury « un de ces hommes qui font leur sillon comme le bœuf » (p. 155) ou donne lieu à un éloge (ainsi pour Nathalie de Gourmont, leur tante, objet « d’un sentiment d’adoration religieuse », p. 632). Les portraits évoluent, saisissant les gens dans le mouvement des sentiments qui leur sont affectés, si Hugo et plus encore Zola échappent aux louanges, Flaubert et surtout Daudet (« à l’heure présente, il n’y a que lui que j’aime parmi mes contemporains », p. 648) appartiennent aux amitiés durables. Mais ces figures se lisent aussi à travers les nombreuses conversations condensées ou directement rapportées, suggérant par cette oralité la vivacité l’intensité, la variété des échanges portant notamment sur la littérature, l’appréhension de la mort, ou l’intimité de leur vie, notamment lors des dîners entre amis avec Tourgueniev, Zola, Flaubert, Gautier, Daudet, ou lors des dîners Magny ou Brébant.

5Tout ce matériau de rencontres, d’échanges de souvenirs mêlés que cette édition condensée fait revivre pour le lecteur actuel vient nourrir l’écriture des Goncourt : « Quelle mine de romanesque vrai, quelles fouilles d’où sort le passé, en drames, en tableaux, en portraits divers et prodigieux- le récit des gens ! » (p. 172). Les Goncourt ne taisent rien des horreurs dont ils sont témoins (scène de la mort de gardes nationaux, p. 385), ni ne tentent d’extirper la haine de leurs propos, à l’issue de la semaine sanglante : « Enfin, la saignée a été saignée à blanc, et les saignées comme celle-ci, en tuant la partie bataillante d’une population, ajournent d’une conscription la nouvelle génération. » (p. 392). Cultivant un sentiment d’étrangéité à l’égard d’une société qui leur déplaît, ils se réfugient volontiers dans la recherche d’un raffinement esthétique dont témoigne un regard pénétrant qui rend compte de descriptions d’intérieur (de Montesquiou-Fezensac, p. 60, de Nephtalie de Courmont, p. 629, de Sarah Bernard, p. 642 etc.) ou de la recherche d’un objet « fascinant comme un miroir magique » (p. 172).

6Cette recherche de la rareté, et de la beauté renvoient aussi à un acharnement élitiste à surpasser les autres artistes, « le fantasme du premier » écrit Jean-Louis Cabanès dans sa préface (p. 17). Et Edmond, de préciser son aptitude à l’invention « d’après des matériaux non déflorés par d’autres. Ça d’abord été les travaux d’après les autographes et les documents inédits du XVIIIe siècle ; après, ça a été les romans littéraires sur le peuple et la canaille ; aujourd’hui, ce sont des travaux sur les artistes du Japon » (p. 586). Ce désir d’être précurseur a partie liée avec une soif éperdue de reconnaissance que souligne l’opiniâtreté à faire perdurer son nom par des stratégies de diffusion diverses, diffusion posthume de l’intégralité du Journal, création du Grenier ou plus tard du prix Goncourt : « C’est chez moi, une occupation perpétuelle à me continuer après ma mort, à me survivre, à laisser des images de ma personne » (p. 511).

7Se plonger dans le texte du Journal, c’est retrouver des traces d’une humanité partagée avec ses angoisses, ses inquiétudes, ses quêtes. Mais c’est aussi éprouver le plaisir d’une écriture discontinue et éminemment travaillée où se succèdent indifféremment des formes textuelles variées : prose poétique, portraits, aphorismes, conversations, anecdotes, narrations d’événements où sont peints personnages célèbres et anonymes, paysages urbains et campagnards, lieux publics et intérieurs privés. Tout concourt à artialiser le mouvement même de la vie. Cet incomparable document, dont l’hybridité et le foisonnement font aussi la richesse, est offert dans une version condensée, qui en elle-même constitue une véritable gageure. Rendre accessible le massif des neuf volumes du Journal dans une édition documentée, précise et riche constitue une prouesse et la promesse d’un bonheur de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Laville, « Edmond et Jules de Goncourt, Journal »Cahiers Edmond et Jules de Goncourt [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 22 octobre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cejdg/1729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cejdg.1729

Haut de page

Auteur

Béatrice Laville

Université Bordeaux-Montaigne, « Plurielles »

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Littérature et économie chez les Goncourt
    Paru dans Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, 28 | 2023
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search