Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Marquage héraldique, cartographie...

Marquage héraldique, cartographie et histoire des lignages : les relevés de Gaignières à la chapelle des chanoinesses de Luynes

Heraldic marking, cartography and lineage history: the Gaignières drawings from the Chapelle des Chanoinesses de Luynes
Sarah Héquette

Résumés

En 1699, François-Roger de Gaignières et Louis Boudan se rendent à la chapelle des chanoinesses de Luynes, en Touraine, commandée par Hardouin IX de Maillé à la fin du XVe siècle. À en juger par les relevés effectués sur place, l’intérêt de Gaignières pour cet édifice réside dans sa profusion emblématique : sur les dix dessins de Louis Boudan, six se concentrent sur l’héraldique des familles qui marquèrent ce lieu. Au total, douze écus, composés de quinze quartiers différents ont été relevés par Gaignières et témoignent de la filiation, des alliances et de la généalogie de la famille de Maillé. Cet article se propose d’une part, de revenir sur le programme héraldique de la chapelle en identifiant les personnages représentés et en étudiant la manière dont leurs armoiries occupent l'espace. D’autre part, ce texte explore comment les humanités numériques, et particulièrement les géodata, nous permettent de mieux saisir les modalités et les logiques sous-jacentes à ce marquage emblématique. En effet, Gaignières, par ses relevés effectués à la chapelle des chanoinesses de Luynes, rend compte d’une cartographie des familles et des lignages sur un territoire qui dépasse les limites de la Touraine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir les relevés de L. Boudan en Touraine sur la base Collecta, site Internet qui propose une recon (...)

1 En 1699, François-Roger de Gaignières, accompagné de son dessinateur Louis Boudan et de son copiste-valet de chambre Barthélémy Rémy, sillonnent l’Orléanais, l’Anjou, le Poitou et la Touraine afin de relever les édifices, laïcs ou religieux, qui documentent l’histoire du royaume de France. L’antiquaire, en recensant des monuments qui font mémoire pour la monarchie et la noblesse, dresse une large cartographie du territoire des familles. L’héraldique occupe une place prépondérante dans ses relevés en ce qu’elle rend compte de la filiation d’une famille, mais surtout de son empreinte sur un territoire et donc de son pouvoir. L’intérêt porté par Gaignières à l’emblématique en Touraine, haut lieu de la monarchie française au XVe siècle, est avéré puisque l’on dénombre une cinquantaine de dessins de décors armoriés, ainsi qu’une vingtaine de dessins préparatoires du même type1. Autant médiévales que modernes et présentes sur différents supports (épitaphes, tombeaux, vitraux, peintures murales…), les armoiries des grandes familles du royaume émaillent le paysage de la région.

  • 2 Paris, BnF, ms. Clair. 1046, fol. 673, no 27 ; Paris, BnF, ms. Clair. 1042, fol. 170, no 17 ; Paris (...)
  • 3 Paris, BnF, ms. fr. 28282 (PO no 1798), Succession de la terre de Maillé, fol. 188. Voir aussi Patr (...)

2 Lors de son passage dans le village de Luynes, situé à quelques kilomètres à l’ouest de Tours, Louis Boudan enrichit la collection Gaignières de treize relevés. Hormis les dessins d’une épitaphe dans l’église de l’hôpital et de deux vues du château2, dix de ces relevés sont entièrement consacrés à l’église Notre-Dame, aussi appelée chapelle des chanoinesses. Ces derniers témoignent du passé complexe de l’édifice. En effet, depuis le début du XVIIe siècle, le fief est entre les mains des Albert de Luynes. Auparavant, il appartenait, depuis le Xe siècle, à la maison de Maillé. En 1486, Hardouin IX (v. 1415-1487), baron de Maillé et chambellan du roi Louis XI, décide de la construction d’une église collégiale à l’est du château sous l’invocation de l’Annonciation de la Vierge Marie. À sa mort en 1487, son fils, François, baron de Maillé et de Rochecorbon, lui succède et poursuit la construction de l’édifice. Faute d’héritier mâle, la baronnie passe entre les mains de Gilles de Laval par son mariage, en 1502, avec Françoise, petite-fille d’Hardouin IX de Maillé3. C’est à ce moment qu’une chapelle dédiée aux Cinq-Plaies-de-Notre-Seigneur vient flanquer au sud le bâtiment. Sa construction s’étend jusqu’au deuxième quart du XVIe siècle.

  • 4 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 117.
  • 5 Idem, Ibidem, p. 112.
  • 6 À propos des décors héraldiques conservés, voir Sarah Héquette, « Luynes, église Notre-Dame (chapel (...)

3La plupart des décors, ainsi que les bâtiments conventuels du monastère des chanoinesses ont été détruits durant la période post-révolutionnaire4. L’église actuelle, restaurée en 1986 par le douzième duc de Luynes et son épouse5, comprend un vaisseau unique d’une trentaine de mètres de long, couverte d’une voûte en berceau brisé et d’un chœur à trois pans. L’ensemble du programme héraldique a disparu6 à l’exception des trois entraits de la nef qui portent les armes de Maillé fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces, des deux écus vides des clefs de voûte de la chapelle des Cinq-Plaies et d’un écu bûché sur l’accolade de la porte extérieure sud. Les dessins de la collection Gaignières sont les seules traces des vitraux d’origine sur lesquels figuraient les armes des commanditaires.

  • 7 Anne Ritz-Guilbert, La Collection Gaignières. Un inventaire du royaume au XVIIe siècle, Paris, CNRS (...)
  • 8 Paris, BnF, mss. fr. 20299-20300.
  • 9 Paris, BnF, ms. lat. 17047, ff. 7-18v.
  • 10 Notons qu’après la mort de Gaignières en 1715, certains documents de sa collection ont été fondus d (...)

4 On sait, depuis les travaux d’Anne Ritz-Guilbert7, que grâce à un système de classement élaboré par Gaignières, les documents collectés ne sont jamais univoques et se nourrissent des liens qu’ils entretiennent entre eux. Aussi, les prémices de cette enquête héraldique ont consisté à déterminer si d’autres témoins de la maison de Maillé et de la chapelle des chanoinesses de Luynes étaient présents dans la collection et faisaient écho aux relevés. Quelles sources possédaient Gaignières qui auraient pu l’aider à comprendre le programme héraldique ? Cette question aboutie au constat suivant : seule une quantité minime de documents dans la collection se rattache à la famille de Maillé. D’une part, l’Armorial universel, rédigé par Gaignières8, contient le blasonnement de leurs armoiries, ainsi que celles de toutes les familles représentées dans la chapelle des chanoinesses de Luynes, sans toutefois blasonner les armes dessinées dans l’église de Luynes. D’autre part, le manuscrit latin 17047 de la Bibliothèque nationale de France rassemblant des documents consacrés au diocèse de Tours, contient la liste des archevêques de la ville : parmi eux, Simon de Maillé, décédé en 1597, dont l’écu est sommairement dessiné. On y trouve également les titres de l’abbaye de Marmoutier dont une liste de plusieurs prélats qui venaient du fief de Maillé9. Cette collecte des sources reflète l’état actuel de nos connaissances. Gaignières semble avoir en effet consigné les armoiries relevées lors de ses voyages dans un grand armorial mais, pour notre dossier, il n’y a pas d’autres pièces d’archive, cartulaires ou documents de sa main10.

  • 11 Henri Bouchot, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières conservés aux départements (...)
  • 12 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116. Les pages suivantes ont été rédigées avant la lecture du mém (...)

5 Ces informations supplémentaires ne comblent pas les lacunes historiographiques concernant les décors de cet édifice. Aux quelques identifications d’Henri Bouchot au XIXe siècle sur les personnages apparaissant sur les vitraux11 qui, nous le verrons, ne sont pas toujours exactes, s’ajoutent les travaux de Patrick Bordeaux sur la chapelle de Luynes. En 2002, il publie un premier article dans le Bulletin de la Société archéologique de Touraine intitulé « L’église Notre-Dame du Château, à Luynes, du XVe au XVIIe siècle ». Ses propos sont très éclairants car l’historien s’est attaché à retracer l’historique de l’édifice, tout en s’intéressant aux chanoines qui occupèrent le lieu. Cependant, bien qu’il cite en fin d’article les relevés de Gaignières, il n’accorde qu’une faible attention au programme héraldique puisqu’il précise qu’au stade de sa recherche il n’a pu identifier que quatre blasons12.

6 Les pages qui suivent ont pour ambition de s’interroger sur les notions d’inventaire et de cartographie à partir de l’étude des relevés de l’église Notre-Dame de Luynes.

  • 13 Voir notamment les travaux de Francis Salet, Christian de Mérindol, Michel Pastoureau et Laurent Ha (...)

7 Inventorier d’abord, car l’antiquaire et son dessinateur ont relevé l’ensemble du programme héraldique des vitraux de cet édifice. La présente étude propose de blasonner et d’analyser ces données armoriées relevées par Gaignières en examinant les relations, physiques et symboliques, qu’elles entretenaient avec leur contexte architectural. En effet, les récents travaux sur l’emblématique médiévale13 ont démontré la nécessité de considérer ces signes dans l’intégralité de leur décor, et non plus seulement comme des éléments isolés. Derrière le programme héraldique d’un édifice se cachent diverses dynamiques au service du pouvoir de son commanditaire. Ces signes sont pour les élites, laïques ou religieuses, un moyen de construire, de structurer voire de hiérarchiser l’espace tout en mettant virtuellement en scène leur présence ou en exaltant leur lignée, et ainsi, asseoir leur autorité.

8 Cartographier ensuite, car ce corpus offre une double lecture du territoire. La première tient à la quantité de matériaux réunis par Gaignières, qui permet de dessiner la géographie des monuments de la France médiévale et d’Ancien Régime sur un large espace correspondant au berceau de la monarchie française – un grand quart nord-ouest de la France actuelle. La seconde se concentre sur la possibilité de balayer, à partir d’un même édifice, une large cartographie des lignages. Gaignières, par son souci de conserver la mémoire des monuments, a aussi perpétué les systèmes de marquages héraldiques de la fin du Moyen Âge, qui sont à eux seuls des cartographies. Celles-ci sont rendues visibles par le développement de la nouvelle interface Collecta, avec son « module héraldique », qui propose divers points d’entrée dans la collection. L’utilisateur dispose de plusieurs critères de recherches dédiés aux armoiries grâce auxquels il peut effectuer une recherche par famille, par personne, ou même par quartiers héraldiques. Ces données, quantifiables sur une carte interactive, occupent pour notre propos une place de premier plan en ce qu’elles rendent compte du territoire couvert par l’antiquaire, mais aussi du marquage héraldique des familles dont les armoiries étaient présentes dans la chapelle des chanoinesses de Luynes.

Figure 1.

Figure 1.

Généalogie de la famille Maillé. Schéma réalisé par l'autrice.

Figure 2.

Figure 2.

Plan de l'église Notre-Dame de Luynes, réalisé par l'autrice. On se référera à ce plan durant l’article.

Les relevés héraldiques

9 Sur les six dessins héraldiques de Louis Boudan, douze écus, composés de quinze quartiers différents ont été relevés et témoignent de la filiation, des alliances et de la généalogie de la famille de Maillé. Cinq vitraux, une planche différente pour chacun, étaient dédiés à la famille proche d’Hardouin IX de Maillé. Chaque membre était figuré selon le même type iconographique. Le dernier relevé est une planche, composée de six écus en bannière qui ornaient l’édifice aux XVe et XVIe siècles. Sur l’ensemble des relevés, Gaignières et Boudan prirent soin d’indiquer l’emplacement du vitrail dans l’édifice. Sept vitraux se trouvaient alors dans le chœur de l’église, deux dans la nef et deux autres ornaient la chapelle dédiée aux Cinq-Plaies-de-Notre-Seigneur, construite après que le fief soit passé entre les mains de la petite fille d’Hardouin IX, Françoise de Maillé et de son époux Gilles de Laval au commencement du XVIe siècle.

Les cinq relevés des membres de la famille du commanditaire de l’édifice

Figure 3.

Figure 3.

Saint André présente Péronnelle d’Amboise agenouillée face à un prie-Dieu, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 192.

© Gallica

  • 14 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 192. Notons que la disposition exacte des vitraux du chœur est i (...)

10 Le premier vitrail14 est divisé en deux registres et est encadré d’un décor architecturé gothique (fig. 3 ; voir sur le plan). Cette composition se répète sur les quatre autres vitraux du chœur. Ainsi, au registre supérieur saint André présente probablement Péronnelle d’Amboise ( ?-v. 1452) en prière agenouillée, face à un prie-Dieu. Dame de Maillé, femme d’Hardouin VIII de Maillé (v. 1383-v. 1459) et mère d’Hardouin IX de Maillé, le commanditaire de l’église, elle porte sur sa robe un Parti ; au 1 d’or au lion de gueules ; au 2 fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces. Les armes de Maillé sont bien connues et ont donc pu être identifiées sans difficulté, tandis que le lion de gueules est plus énigmatique. Nous y reviendrons à la fin de cette étude.

  • 15 Michel Pastoureau, L’Art héraldique au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2009, p. 62.

11Au registre inférieur, un ange présente un écu en bannière doté d’un Parti ; au 1 fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces (Maillé) ; au 2 coupé ; en A d’or semé de fleurs de lis d’azur, au canton de gueules (Thouars) ; en B palé d’or et de gueules de six pièces (Amboise). À partir du début du XIVe siècle, la règle voulait que les femmes, une fois mariées associent dans une même armoirie les armes de leur mari et de leur père15. Ici, Péronnelle d’Amboise porte donc à dextre (à gauche pour le spectateur) les armes de son mari et à senestre les deux quartiers qui rappellent qu’elle était la petite fille d’Ingerger Ier d’Amboise et d’Isabeau de Thouars (mariage v. 1356).

Figure 4.

Figure 4.

Hardouin IX de Maillé accompagné de saint Jean-Baptiste, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 190.

© Gallica

  • 16 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 190.
  • 17 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3872, p. 12.
  • 18 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 191.

12 Le deuxième vitrail16 présente au registre supérieur Hardouin IX de Maillé accompagné de saint Jean-Baptiste (fig. 4 ; voir sur le plan). Au registre inférieur, un ange tient un écu en bannière aux couleurs de Maillé qui ornent également le tabard du commanditaire en prière. Notons qu’Henri Bouchot17 avait identifié cet homme comme étant un certain Jean, seigneur de Maillé, mais la cohérence du programme iconographique et héraldique nous incite à le reconnaître comme le fondateur de l’édifice. En effet, en face de celui-ci18, l’on pouvait voir Antoinette de Chauvigny (v. 1428-1473), première femme d’Hardouin IX, présentée par saint Pierre (fig. 5 ; voir sur le plan).

Figure 5.

Figure 5.

Antoinette de Chauvigny, première femme d’Hardouin IX, présentée par saint Pierre, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 191.

13Fille de Gui de Chauvigny et de Catherine de Laval, elle porte sur sa robe et sur l’écu tenu en pointe un Parti ; au 1 fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces (Maillé) ; au 2 mi-parti d’argent à la fasce de fusées de gueules au lambel de six pendants d’azur (Chauvigny).

  • 19 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 188.

14 Le quatrième vitrail19 du chœur présente deux jeunes hommes accompagnés de l’archange saint Michel (fig. 6 ; voir sur le plan).

Figure 6.

Figure 6.

Deux jeunes hommes accompagnés de l’archange saint Michel, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 188.

  • 20 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116.
  • 21 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3874, p. 12.

15Leurs vêtements, contrairement aux autres personnages des vitraux, ne sont pas brodés de leurs armes. Leur identité fait débat puisque Patrick Bordeaux les reconnait comme étant François († 1501), second fils d’Hardouin IX de Maillé et d’Antoinette de Chauvigny, et son frère cadet Hardouin X de Maillé (1462-1525)20, tandis qu’Henri Bouchot affirmait qu’il s’agissait de Jacques, premier enfant du couple, et de François, le second fils21. Toutefois, ce vitrail peut prendre une autre signification. Certes, il est plausible que ces figures personnifient deux des quatre garçons du couple, mais peut-être est-ce davantage l’idée de la jeunesse aristocratique, plutôt que la figuration précise des enfants, qui est à l’œuvre ici. Trois composantes iconographiques semblent concourir en ce sens.

  • 22 Le plus célèbre est une compilation de traités de l’empereur Frédéric II, passionné de fauconnerie, (...)
  • 23 M. Pastoureau, Bestiaires du Moyen Âge, Paris, Seuil, 2011, p. 145.
  • 24 Ibid., p. 146.
  • 25 Gaston Duchet-Suchaux et M. Pastoureau, La Bible et les saints, Paris, Flammarion, 2014, p. 211.
  • 26 Laurent Hablot, « Saint Michel, Archétype d’un support héraldique : l’ange écuyer », dans Actes du (...)
  • 27 Hardouin IX de Maillé est le fils de Péronelle d’Amboise ( ?-v. 1452) et Antoinette de Chauvigny es (...)
  • 28 Voir L. Hablot, « Savoir et pratique héraldique au XVIIIe siècle, l’exemple de Gaignières », Dix-se (...)

16 En effet, les deux individus ne portent ni armure ni tabard, contrairement à Hardouin IX de Maillé, et ne sont donc pas vêtus de leurs armoiries personnelles. Ils sont représentés tels des fauconniers, reconnaissables au petit sac de fauconnerie, à droite duquel est posé un faucon. Cette iconographie, très fréquente dans les représentations médiévales, révèle l’importance de ce rapace dans les milieux aristocratiques. De nombreux traités de fauconnerie à destination des jeunes princes sont consacrés à leur dressage et deviennent des livres indispensables à l’éducation courtoise de la jeunesse noble22. Avec le cheval, il est l’animal préféré de l’aristocratie23 et les bestiaires lui prêtent diverses qualités comme celle de combattre les créatures du démon, notamment le serpent24. La présence de l’archange saint Michel terrassant le dragon avec son écu de gueules à la croix d’argent évoque également cette lutte du bien contre le mal. Cet ange guerrier, chef de la milice céleste, est traditionnellement associé à la noblesse militaire mais aussi au monde funéraire puisqu’il est l’ange chargé de la pesée des âmes lors du Jugement Dernier25. Comme Laurent Hablot le rappelle26, saint Michel est le promoteur de la guerre juste, à laquelle tout chevalier doit se soumettre. En sa qualité de gardien des âmes, l’archange est le mieux placé pour présenter à Dieu celui qui sur terre a été investi de ce pouvoir, symbolisé par son écu armorié devenu, depuis le début du XIVe siècle, le visage éternel du défunt. De plus, un transfert de sens s’opère là où les nobles chevaliers apparaissent comme l’équivalent terrestre des milices célestes. Est-il alors permis de voir un rapport entre la fonction militaire de saint Michel et les armoiries du registre inférieur ? Celles-ci se présentent sous la forme d’un Écartelé ; au 1 parti en A d’or semé de fleurs de lis d’azur, au franc-canton de gueules (Thouars) ; en B palé d’or et de gueules de six pièces (Amboise) ; au 2 d’argent à la fasce de fusées de gueules au lambel de trois pendants d’azur (Chauvigny) ; au 3 d’or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d’azur et chargée de cinq coquilles d’argent (Montmorency-Laval) ; au 4 fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces (Maillé). La composition héraldique du blason révèle une exaltation généalogique originale. L’écu bannière est l’unique de la série à ne pas être soutenu par un ange et il présente, non pas les armoiries personnelles des deux jeunes nobles, mais les armes des deux parents, Maillé et Chauvigny, et des deux grands-mères, Amboise et Thouars, et Montmorency-Laval27. De plus, nous avons à faire ici à une inversion de courtoisie, c’est-à-dire que les armes des Maillé et Chauvigny sont placées à senestre, donc vers l’autel puisque les personnes regardent vers la droite. Il aurait été d’usage qu’elles occupent la partie dextre de l’écu, autrement dit la moitié la plus noble. Enfin, il est surprenant que les armes de Maillé, c’est-à-dire celles du père, n’occupent pas le premier quartier, puisque ce sont celles de la mère qui priment avec le quartier de Chauvigny. Nous ne pouvons exclure ici une erreur de la part du dessinateur, bien que Louis Boudan ait été un excellent héraldiste comme le prouve l’ensemble de sa contribution à la collection Gaignières28.

Figure 7.

Figure 7.

Femme, toujours en prière, présentée par saint Paul, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 189.

© Gallica

  • 29 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 189.
  • 30 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3875, p. 12.

17Au cinquième et dernier vitrail29 de la série de dessins de Louis Boudan apparaît une femme, toujours en prière, présentée par saint Paul, et dont l’écu porté par un ange est orné d’un Parti ; au 1 fascé nébulé d’azur et d’or de six pièces ; au 2 fascé nébulé d’or et gueules de six pièces (Maillé), tandis que la robe est ornée d’un écartelé aux mêmes armes (fig. 7 ; voir sur le plan). Selon Henri Bouchot30, il s’agirait de Jacqueline, dame de Maillé, mais aucune occurrence de ce prénom n’apparaît dans la généalogie proche d’Hardouin IX de Maillé. En outre, l’identité de cette dame demeurera inconnue tant que les armes de dextre n’auront pu être identifiées.

La planche des six écus en bannière

  • 31 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 14, fol. 42.

18La description des vitraux armoriés de l’église Notre-Dame de Luynes se poursuit avec un sixième relevé de Louis Boudan qui présente six écus en bannière autrefois peints sur les vitres de la chapelle des chanoinesses de Luynes31.

Figure 8.

Figure 8.

Gough drawings Gaignières 14, fol. 42, Oxford, Bibliothèque Bodléienne.

© Bodleian Libraries, University of Oxford

19 La première armoirie de la planche (fig. 8 a), située dans l’édifice à gauche du grand autel du chœur, peut se blasonner de cette manière : Parti ; au 1 d’or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d’azur et chargée de cinq coquilles d’argent, le premier canton d’azur semé de fleurs de lis d’or chargé d’un lion du même brochant (Laval-Loué) ; au 2 fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces (Maillé). Ces armes sont probablement celles de Françoise de Maillé (v. 1491-v. 1556). Fille de François de Maillé et petite fille d’Hardouin IX de Maillé, elle hérite de la baronnie à la mort de son père en 1501. Par son mariage avec Gilles de Laval (v. 1484-1556) elle prend les armes des Laval-Loué, une branche de la famille ainée de Montmorency-Laval qui porte pour brisure l’écusson des Beaumont déjà reprit par Thibaud Ier de Laval († av. 1433) et Guy II de Laval-Loué († 1484), le grand-père de Gilles de Laval, dont il sera fait mention plus loin dans l’article.

20 Toujours à gauche du grand autel du chœur était peint (fig. 8 b) un Parti ; au 1 coupé en A d’azur à neuf besants d’or (Rieux) ; en B vairé d’or et d’azur (Rochefort) ; au 2 fascé nébulé d’or et de gueules de six pièces (Maillé). Claudine de Maillé (1465-1485) portait à dextre, selon la règle héraldique en vigueur, les armes de son mari Jean IV de Rieux (1447-1519), issu de la branche des Rieux-Rochefort, et à senestre celles de son père, Hardouin IX de Maillé.

  • 32 La chapelle des Cinq-Plaies est encore en place mais les vitraux d’origine ont disparu.

21 Les blasons suivants (fig. 8 c, 8 d) étaient visibles sur les vitraux de la chapelle Cinq-Plaies-de-Notre-Seigneur érigée par Gilles de Laval entre 1502 et 153832. Les armes de Laval-Loué sont brisées de l’écusson des Chabot sur la première bannière. Cette brisure pose question puisqu’il n’y a pas de filiation avec la maison de Chabot dans le cercle proche d’Hardouin IX de Maillé ou dans celui de Gilles de Laval. Une alliance entre les Laval et les Chabot a bien existé mais elle date de la fin du XIIIe siècle avec le mariage de Foulques de Laval († v. 1358) et de Jeanne Chabot († 1341) en 1299. De leur union descend la branche des Rais. Si l’on remonte la généalogie de Maillé, Antoinette de Chauvigny, femme d’Hardouin IX, a un frère, François de Chauvigny qui épouse Jeanne de Laval-Rais en 1456, l’arrière-arrière-petite-fille de Foulques de Laval et de Jeanne de Chabot. Hormis ces filiations lointaines, nous n’en connaissons pas de plus proches.

  • 33 L. Hablot, Manuel de héraldique emblématique médiévale, Tours, Presses universitaires François Rabe (...)
  • 34 M. Pastoureau, op. cit. note 15, p. 131-137 ; p. 171.
  • 35 Il convient ici de rappeler le sens que l’on prête au « symbole » dans un contexte héraldique. Mich (...)

22 Comme la première planche de Louis Boudan, la bannière suivante est aux armes de Laval-Loué et de Maillé, mais elle se présente sous la forme d’un mi-parti et non d’un parti33. La signification de cette partition héraldique, c’est-à-dire la manière dont est divisé l’écu, est encore énigmatique pour les armes composées. Ces armoiries mi-partites appartiennent-elles alors à la même personne que les premières armes de la planche qui se présentaient sous la forme d'un parti ? Un changement de partition est-il significatif si les armoiries restent identiques ? Oui probablement, car le langage emblématique laisse peu de place au hasard et peut révéler la situation de l’individu à l’intérieur d’un lignage, l’histoire de ses alliances et de ses ramifications comme le rappelle Michel Pastoureau34. Si ces armes n’appartiennent pas à la précédemment citée Françoise de Maillé, peut-être étaient-elles celles de Jeanne de Maillé, épouse de Thibaud Ier de Laval († av. 1433). Ces derniers sont les ancêtres directs de Gilles de Laval : leur présence permettrait de rappeler que le nouveau possesseur du fief descend des Maillé et ainsi d’asseoir sa légitimité à reprendre la seigneurie au tout début du XVIe siècle. N’oublions pas que ces images emblématiques, en tant que signes, matérialisent dans l’espace une présence symbolique35 – celle d’individu ou d’un concept comme celui de filiation – et peuvent donc être à ce titre utilisées librement par le commanditaire selon le message qu’il souhaite transmettre à travers le programme héraldique commandé.

  • 36 Ambroise Ledru, La maison de Maillé, t. 2, Paris, 1905, p. 264, preuve 392 : « 1487, 1er octobre, c (...)

23 Les deux dernières bannières de la planche (fig. 8 e et 8 f), situées au-dessus de la chapelle dans la nef, illustrent l’alliance de la famille de Maillé avec celle de Rohan. Nous pouvons y voir un Écartelé ; aux 1 et 4, contre-écartelé, de gueules aux rais de chaînes d’or, et d’azur à trois fleurs de lis d’or, au bâton componé d’argent et de gueules (Navarre et Evreux) ; aux 2 et 3, de gueules à neuf macles d’or (Rohan) ; sur le tout, d’argent à la guivre d’azur engoulant un enfant de gueules (Visconti). Ces armoiries appartiennent au célèbre Pierre de Rohan, maréchal de Gié (1451-1513). En 1476, il épouse en premières noces Françoise de Penhoët (1455-1498), fille de Guillaume de Penhoët et de Françoise de Maillé, elle-même sœur d’Hardouin IX, puis en 1503, en secondes noces, Marguerite d’Armagnac. En effet, il n’eut d’enfants que de son premier mariage et Hardouin IX de Maillé le désigna comme exécuteur testamentaire comme le révèle son testament daté de 148736.

  • 37 Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 102, Vitre de Pierre de Rohan-Gié dans l’église du château du V (...)
  • 38 Paris, Archives nationales, MM684/L et AE/I/25/6, Armorial Le Breton, fol. 56.

24 Avant son mariage avec Marguerite d’Armagnac, Pierre de Rohan-Gié portait les armes simples des Rohan. Après 1503, il prit de sa femme celles de Navarre et d’Evreux. Sur le tout, les armes Visconti lui venaient de sa grand-mère maternelle, Bonne Visconti. Notons que sur certaines sources visuelles, comme une vitre de l’église de son château du Verger, Pierre de Rohan brise ses armes d’un lambel d’argent sur le quartier de Rohan37, tandis que dans l’Armorial Le Breton il porte un lambel d’argent brochant sur le tout en chef38. Les différences de partitions héraldiques dans les armoiries du maréchal indiquent que cette vitre, située au-dessus de la chapelle des Cinq-Plaies dans la nef, n’a pu être réalisée avant 1503, date à laquelle Pierre de Rohan-Gié changea ses armes.

  • 39 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116.
  • 40 Marie Grégoire, Héraldique des femmes en France : Archéologie et histoire, Montréal, JFD, 2017, p.  (...)
  • 41 A. Ledru, La maison de Maillé, t. I, Paris, Alphonse Lemerre, 1905, p. III.

25 Enfin, aux côtés des armes de Pierre de Rohan-Gié était figuré un mi-parti de Rohan-Gié et de Maillé. Plusieurs hypothèses se dessinent quant à l’attribution de ce blason. P. Bordeaux, dans son article39, l’avait attribué à Alain IX de Rohan, époux de Péronelle, sœur d’Hardouin de IX de Maillé, mais celui-ci portait les armes de Rohan simple et non celles de Rohan-Gié. Il pourrait sinon s’agir de Marguerite de Rohan. Nièce de Pierre de Rohan-Gié, elle épouse en 1490 François de Maillé, le fils héritier d’Hardouin IX de Maillé et également le beau-père de Gilles de Laval, le commanditaire de la chapelle des Cinq-Plaies. Cependant, il serait contraire aux conventions héraldiques de disposer à senestre les armes du mari et non pas à dextre. Enfin, l’enquête héraldique mène à une dernière piste ; celle de Françoise de Penhoët, femme de Pierre de Rohan-Gié et nièce d’Hardouin IX de Maillé par sa mère. Néanmoins, la règle héraldique constitue une nouvelle fois un obstacle à cette identification. En effet, si l’on suit cette piste, Françoise de Maillé aurait dû porter à senestre les armes paternelles, celles de son père Guillaume de Penhoët ( ?-1476), et non les armes maternelles des Maillé comme ici. Cependant, comme dans toute règle il existe des exceptions. Une transmission matrilinéaire des armoiries pouvait avoir lieu lorsque la mère possédait davantage de fiefs que le père, ou si elle descendait d’une lignée plus prestigieuse40. Dès lors, trois éléments semblent confirmer l’identité, ou du moins la présence emblématique, de Françoise de Penhoët qui, dans cette commande héraldique précise, porterait les armes de sa mère. Premièrement, la maison de Maillé était au début du XVIe siècle l’une des familles les plus importantes de Touraine41 ; deuxièmement, il se joue dans le programme héraldique de l’édifice une véritable exaltation généalogique de la famille de Maillé ; et enfin, ces armes se trouvaient à côté de celles du maréchal de Gié au-dessus de la chapelle des Cinq-Plaies. En effet, le Moyen Âge et la première Renaissance offrent une multitude d’exemples où les armes des deux époux étaient présentées ensemble. Néanmoins, l’honnêteté intellectuelle nous invite à insister sur les limites de ces attributions voire sur l’impossibilité d’en élucider certaines.

Une généalogie armoriée

  • 42 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 14, ff. 43, 44, 45, 95, 185.
  • 43 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 1, ff. 33, 34.
  • 44 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116.

26 Plusieurs constats se dégagent face au déploiement d’un tel programme héraldique. Une telle concentration de vitraux armoriés mérite d’être soulignée, tout comme le nombre important de relevés effectués par Gaignières pour un édifice de ce type dans la région. En Touraine, il existe deux exemples analogues. Le premier est l’abbaye de Turpenay42 pour laquelle Gaignières fait exécuter les dessins des cinq gisants avec leurs boucliers armoriés. Le second est la Sainte Chapelle de Champigny dont les vitraux sont relevés43. D’une importance capitale, cette dernière devient la chapelle funéraire de la famille Bourbon-Montpensier au XVIe siècle et ses vitraux retracent, comme ceux de la chapelle des chanoinesses de Luynes, leur généalogie. Par ailleurs, l’église de Luynes devait elle aussi faire office de chapelle funéraire pour la famille de Maillé mais seul Hardouin IX et sa première femme Antoinette de Chauvigny y furent inhumés44.

  • 45 L. Hablot, « Le décor emblématique chez les princes de la fin du Moyen Âge : un outil pour construi (...)
  • 46 L. Hablot, « Saint Michel, Archétype d’un support héraldique : l’ange écuyer », Actes du colloque A (...)

27 Incontestablement, la mise en scène familiale passe d’abord par l’iconographie qui a scrupuleusement été relevée par Gaignières. Le programme iconographique reprend la formule traditionnelle du donateur agenouillé devant un prie-Dieu accompagné d’un saint protecteur. La promotion de la lignée est ainsi renforcée par la représentation des portraits des membres de la famille, pratique qui se développe dès le milieu du XIVe siècle45. La multiplication de ces images amène à une saturation visuelle de l’espace qui glorifie l’autorité familiale. En outre, la dévotion des protagonistes est affirmée et le programme héraldique est directement relié à la sacralité de la scène. Le marquage emblématique de l’édifice passe par une double représentation des commanditaires avec des armoiries sur la robe ou le tabard, mais aussi sur les écus du registre inférieur portés par des anges, excepté pour les deux jeunes nobles. Depuis la fin du XIVe siècle, les anges soutenant les écus prennent de plus en plus d’importance dans les représentations héraldiques chez l’ensemble des personnes civiles dans la mesure où ces figures angéliques incarnent le rôle d’intercesseur entre le monde terrestre et le monde céleste46. Ce sont eux qui montent les armes au ciel. Il est intéressant par ailleurs de souligner que le seul écu qui n’est pas soutenu par un ange se trouve sous la représentation de l’archange saint Michel, comme si l’archange se suffisait à lui-même pour jouer ce rôle.

28 Enfin, pourquoi les six bannières de la dernière planche n’ont-elles pas été relevées dans leur décor initial comme pour les cinq premiers vitraux ? Certes, Boudan a consigné l’emplacement des armoiries mais sans être assez précis pour permettre de se les représenter avec exactitude. Gaignières et Boudan vont à l’essentiel, c’est-à-dire aux armoiries, car ce sont véritablement elles qui matérialisent l’identité princière ou familiale. Cette planche, mais aussi les cinq autres relevés, se présentent comme un inventaire, un recensement des familles alliées aux Maillé qui marquèrent l’édifice de leur empreinte. Dès lors, cette généalogie armoriée constitue certainement pour Gaignières le point d’entrée de cette église dans sa collection.

Les humanités numériques au service de l’histoire des lignages

Cartographie héraldique des familles sous l’Ancien Régime

29Les humanités numériques appliquées à l’histoire des collections proposent au chercheur de nouveaux moyens permettant de reconstituer les itinéraires mentaux et spatiaux de l’érudit. La base de données Collecta, avec ses différents critères de recherche dédiés aux armoiries, permet d’observer l’étendu de la documentation réunie par Gaignières autour de ceux qui ont marqué la chapelle des chanoinesses de Luynes. L’antiquaire concentre ici un véritable arbre généalogique qui rassemble certaines des grandes familles nobles du royaume de France, qui tiennent par ailleurs une place tout aussi importante dans sa collection.

  • 47 La base de données est régulièrement enrichie. Ces résultats proviennent d’une requête effectuée le (...)

30 À cet égard, le fonds Gaignières conserve onze relevés avec les armes des Montmorency-Laval47, neuf des Amboise, dix des Rohan-Gié, trois des Laval-Loué et treize des Maillé. Il se dessine alors une carte des familles à la manière d’une toile d’araignée dont l’épicentre serait la chapelle des chanoinesses de Luynes et dont chaque fils mènerait à un autre édifice abritant les armoiries de ces mêmes familles. L’outil numérique qu’est Collecta permet ainsi au chercheur de dresser une cartographie du territoire des familles sous l’Ancien Régime qui ont fait l’objet de relevés par Gaignières.

  • 48 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 46.

31 L’implantation de certaines familles se concentre dans une géographie proche. À titre d’exemple, la branche de Laval-Loué a choisi comme lieu d’inhumation l’église Saint-Germain de Benais en Touraine, dans laquelle Gaignières a relevé la tombe de Guy II de Laval-Loué († 1484), le grand-père de Gilles de Laval qui hérita de la baronnie de Maillé au début du XVIe siècle et qui porte les mêmes armoiries48.

  • 49 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 132 ; Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 102 ; Paris, BnF, RESE (...)
  • 50 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 56 ; Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 96.
  • 51 Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, ff. 97, 98, 99, 100, 101.

32 Précédemment évoqués, Pierre de Rohan-Gié, l’héritier testamentaire d’Hardouin IX de Maillé, et sa femme Françoise de Penhoët, sont d’une importance capitale pour l’église de Luynes, mais également pour leur château du Verger, près d’Angers. Lors de leur passage, Gaignières et Boudan ont réalisé une dizaine de relevés héraldiques. Ces derniers représentent une source incontournable pour la connaissance de l’emblématique du maréchal de Gié puisque ces armes figuraient aussi bien sur des vitraux49, que sur son tombeau et une statue équestre50 ou sur cinq tapisseries qui le mettent en scène selon différentes iconographies militaires (maréchal, général, hommes d’armes…)51.

  • 52 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 209.
  • 53 Paris, BnF, RESERVE OA-16-FOL, fol. 30 ; Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 11. Anne (v. 1485-1529 (...)

33 Le territoire couvert par ces familles s’étend jusqu’à Nantes, dans le Couvent des Cordeliers fondé par Guillaume II de Rieux au XIIIe siècle où sont inhumés plusieurs membres de la branche des Rieux-Rochefort – Louis Boudan les dessine sans les nommer52 – tout comme deux vitraux aux armes de la famille de Rohan avec Jean II (1452-1516) et sa femme Marie de Bretagne (1446-1511)53, représentés en priants à l’instar des vitraux de la chapelle de Luynes.

  • 54 Paris, BnF, VA-37(4)-FOL, fol. 37.
  • 55 Paris, BnF, VA-49(1)-FOL, fol. 72. Gilles de Maillé (v. 1400-ap. 1463) descend de la branche cadett (...)
  • 56 Paris, BnF, VA-49(5)-FOL, fol. 21.
  • 57 Paris, BnF, ms. Clair. 944, fol. 7.
  • 58 Paris, BnF, ms. Clair. 941, fol. 189.
  • 59 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 14, fol. 233. Des débats historiographiq (...)

34 Quant à la maison de Maillé, leurs armes se retrouvent naturellement à Luynes, sur la porte du château54, mais aussi sur la porte de l’église de Brézé (Maine-et-Loire) où figurent celles de Gilles de Maillé55, datant du XVe siècle. L’implantation de la famille s’étend jusqu’à Angers, comme en atteste une fenêtre de l’abbaye Notre-Dame de la Charité du Ronceray56 dans laquelle Jeanne et Yvonne de Maillé ont été abbesses au XVIe siècle, ou encore le couvent des Carmes de Loudun dans le Poitou où l’on trouve les armes de Jacques de Maillé57 ; le grand autel de la cathédrale Saint-Gatien de Tours58 dont Simon de Maillé fut archevêque au XVIe siècle porte également les armes de la famille, ainsi que, non loin de là, l’épitaphe du poète de Pierre de Ronsard59 au Prieuré saint Cosme à La Riche.

  • 60 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 16, fol. 371, nos 7, 8.

35 De surcroît, la démarche de Gaignières consistant à conserver la mémoire de la monarchie de l’Ancien Régime ne se résume pas uniquement aux relevés de monuments. L’on retrouve dans sa collection d’autres témoins de ces familles qui participent à la méthode d’inventaire de l’antiquaire visant à collecter la plus large documentation possible sur un même sujet. À titre d’exemple, les armes de Maillé se retrouvent avec celles de La Rochefoucauld sur deux relevés d’une tapisserie figurant Marguerite de La Rochefoucauld-Barbezieux, seconde femme d’Hardouin IX de Maillé60. Ainsi, l’ensemble de ces différents matériaux participe à la confection d’une histoire des lignages, ici de la famille de Maillé, dans laquelle les partitions héraldiques jouent un rôle clef.

36Croiser les matériaux réunis par Gaignières pour reconstituer l’histoire des familles : le cas des armoiries de Péronelle d’Amboise

  • 61 Paris, BnF, RESERVE OA-14-FOL, fol. 8.
  • 62 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3872, p. 12.
  • 63 Paris, BnF, RESERVE OA-14-FOL, fol. 41, Vitre d’Isabelle d’Écosse, femme de François Ier de Bretagn (...)
  • 64 Mikael Jones, « Les signes du pouvoir. L’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de (...)
  • 65 À propos des concessions d’armoiries voir L. Hablot, « Fidélité et fonction : les identitiés politi (...)

37 Le dépouillement de la collection Gaignières, mené en vue de cette étude, révèle un dernier document d’un grand intérêt pour cette enquête héraldique. Il s’agit de la copie d’une miniature pleine page de la Chronique de Charles VII par Jean Chartier figurant l’entrée à Tours, en 1436, de la dauphine Marguerite Stuart, femme du dauphin Louis, futur Louis XI61. La légende de l’image identifie l’un des deux hommes qui tient la longe du cheval comme étant un seigneur de Maillé. Le baron de Maillé était à cette période Hardouin VIII de Maillé, dont la fille Péronelle (alias Petronille de Maillé, également sœur d’Hardouin IX), était dame d’honneur de la sœur de Marguerite Stuart, Isabelle Stuart, depuis son mariage avec François Ier de Bretagne. Ces données permettent de reconsidérer la signification des armoiries du premier relevé des vitraux de la chapelle de Luynes, évoquées plus haut. La femme avait déjà été identifiée par Louis Bouchot62 comme étant Péronelle d’Amboise grâce à l’ange au registre inférieur qui porte ses armoiries. Le parti de la robe de la dame demeure quant à lui plus mystérieux puisque le lion de gueules à dextre n’a pu être identifié. Pourtant, ce lion est analogue aux armes de l’Écosse que portait Isabelle Stuart : d’or au lion rampant de gueules au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même63. De plus, saint André, qui présente la priante, est le saint patron de l’Écosse. Certes, le double trescheur est absent du relevé de Boudan, mais l’on ne peut exclure qu’Isabelle Stuart ait fait concession de ses armes à sa dame d’honneur. Par ailleurs, en 1453, Pierre II de Bretagne, frère de François Ier, conféra le collier de l’ordre de l’hermine à Péronelle et il semblerait qu’elle ait été la seule de la suite d’Isabelle Stuart à avoir reçu cette distinction64. Bien évidemment, la concession des armes d’Écosse n’est à ce stade de la recherche qu’une hypothèse. Pour la confirmer, il faudrait retrouver un acte de concession d’armoiries65 ou une autre occurrence de ce parti Écosse/Maillé. Si cette piste est avérée, ce vitrail personnifierait une double image des Péronelle de la famille Maillé : d’un côté Péronelle, la sœur du commanditaire de la chapelle de Luynes, de l’autre Péronnelle, sa mère. Enfin, cette représentation de la priante viendrait renforcer la mise en scène et l’exaltation de la lignée familiale en rappelant les liens que celle-ci entretenait avec le royaume d’Écosse.

Conclusion

  • 66 Jean-Marie Guillouët, L’Art du XVe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, p. 226.

38 Plusieurs enjeux et questions apparaissent à l’issue de l’examen des relevés héraldiques de la chapelle des chanoinesses de Luynes. Tout d’abord, ces relevés témoignent du marquage emblématique de l’édifice tel qu’il était visible en 1699. Ils conservent la mémoire de ses possesseurs avant les destructions du XVIIIe siècle. Néanmoins, toutes les armoiries n’ont pas été dessinées par Louis Boudan. Les entraits aux armes de Maillé de la nef, ainsi que les trois écus des clefs de voûte de la chapelle des Cinq-Plaies ne semblent pas avoir intéressé le dessinateur et l’antiquaire. Comment justifier cette omission ? Quelques fois, les contraintes financières et de temps suffisent à expliquer les limites de l’exhaustivité des relevés des décors dans un même bâtiment. Mais ici, les vitraux de la chapelle des chanoinesses de Luynes offraient un ensemble suffisamment cohérent pour témoigner de la généalogie des deux familles – Maillé et Laval – qui possédèrent le fief. En effet, la description et le blasonnement de l’intégralité des vitraux armoriés révèlent les enjeux identitaires et familiaux d’un tel programme héraldique. Cette église s’inscrit dans cette « surenchère armoriale66 » de la fin du Moyen Âge, où la saturation emblématique de l’espace visait à asseoir l’autorité de la personne.

39 Quant aux dernières hypothèses concernant les armoiries de Péronelle de Maillé, elles illustrent la richesse inestimable que présente la collection Gaignières pour l’histoire de la noblesse française. Elle est une ressource importante pour la communauté scientifique puisqu’elle permet d’accéder à des témoignages, textuels et iconographiques, qui ont largement disparu. Ainsi, si la collection se présente comme un colossal inventaire de la France médiévale et d’Ancien Régime, elle invite le chercheur à croiser les matériaux réunis par Gaignières pour tenter de comprendre les dynamiques sous-jacentes aux itinéraires mentaux et spatiaux de l’érudit. Pour aborder un même édifice, il existe une multitude de points d’entrée qui méritent d’être approfondis pour en saisir la complexité. Finalement, l’outil numérique qu’est Collecta invite à une promenade visuelle et intellectuelle au sein de la collection de l’antiquaire en nous offrant de nouvelles perspectives pour comprendre les logiques de mise en signes du territoire.

Haut de page

Notes

1 Voir les relevés de L. Boudan en Touraine sur la base Collecta, site Internet qui propose une reconstitution de la collection Gaignières.

2 Paris, BnF, ms. Clair. 1046, fol. 673, no 27 ; Paris, BnF, ms. Clair. 1042, fol. 170, no 17 ; Paris, BnF, ms. Clair. 1042, fol. 170, no 18.

3 Paris, BnF, ms. fr. 28282 (PO no 1798), Succession de la terre de Maillé, fol. 188. Voir aussi Patrick Bordeaux, « L’église Notre-Dame du Château, à Luynes, du XVe au XVIIe siècle », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 48, 2002, p. 108.

4 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 117.

5 Idem, Ibidem, p. 112.

6 À propos des décors héraldiques conservés, voir Sarah Héquette, « Luynes, église Notre-Dame (chapelle des chanoinesses) », base ARMMA, https://armma.saprat.fr/monument/luynes-eglise-notre-dame-chapelle-des-chanoinesses/ [consulté le 03/01/2023].

7 Anne Ritz-Guilbert, La Collection Gaignières. Un inventaire du royaume au XVIIe siècle, Paris, CNRS éditions, 2016.

8 Paris, BnF, mss. fr. 20299-20300.

9 Paris, BnF, ms. lat. 17047, ff. 7-18v.

10 Notons qu’après la mort de Gaignières en 1715, certains documents de sa collection ont été fondus dans les Pièces Originales de la Bibliothèque nationale de France (Paris, BnF, ms. fr. 28282 PO no 1798). Le dossier Maillé conserve quelques sceaux de la famille dessinés par L. Boudan d’après des documents juridiques de la période médiévale.

11 Henri Bouchot, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières conservés aux départements des Estampes et des Manuscrits, t. 2, Paris, 1891, nos 3871-3875, p. 12. H. Bouchot rédige les notices des cinq relevés des vitraux de l’église de Luynes, tandis que la planche aux six écus bannières est absente de son inventaire.

12 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116. Les pages suivantes ont été rédigées avant la lecture du mémoire de Patrick Bordeaux (L’église Notre-Dame du château de Luynes - olim Maillé - (Indre-et-Loire) et ses abords, seigneurs et fondations, du XVe au XVIIe siècle, mémoire de Master 2 d’histoire de l’art sous la direction d’Alain Salamagne, Université François-Rabelais, Tours, 2011), ainsi que de sa thèse de doctorat, dont la publication est prévue en octobre 2023 (De Maillé à Luynes. Genèse et identités d’une ville de Touraine à l’âge moderne, thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction d’Alexandre Gady, Sorbonne université, 2020). Je remercie M. Bordeaux de m’avoir généreusement partagé ses travaux et je me réjouis de constater la similitude de certaines de nos hypothèses.

13 Voir notamment les travaux de Francis Salet, Christian de Mérindol, Michel Pastoureau et Laurent Hablot.

14 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 192. Notons que la disposition exacte des vitraux du chœur est incertaine puisque les indications sur les relevés ne sont pas assez précises pour pouvoir les situer correctement. C’est pourquoi nous avons préféré signaler cette part d’inconnu par des points d’interrogation sur la proposition de restitution des vitraux du chœur sur le plan de l’édifice.

15 Michel Pastoureau, L’Art héraldique au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2009, p. 62.

16 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 190.

17 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3872, p. 12.

18 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 191.

19 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 188.

20 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116.

21 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3874, p. 12.

22 Le plus célèbre est une compilation de traités de l’empereur Frédéric II, passionné de fauconnerie, d’après laquelle plusieurs exemplaires en langues vernaculaires ont été copiés et enluminés (Paris, BnF, ms. fr. 12400, Livres de fauconnerie (trad. en dialecte lorraine), v. 1280-1290).

23 M. Pastoureau, Bestiaires du Moyen Âge, Paris, Seuil, 2011, p. 145.

24 Ibid., p. 146.

25 Gaston Duchet-Suchaux et M. Pastoureau, La Bible et les saints, Paris, Flammarion, 2014, p. 211.

26 Laurent Hablot, « Saint Michel, Archétype d’un support héraldique : l’ange écuyer », dans Actes du colloque Autour de l’archange saint Michel, dir. C. Lauranzon-Rosas et M. de Framond, Le Puy-en-Velay, 2012, p. 265-278, p. 274.

27 Hardouin IX de Maillé est le fils de Péronelle d’Amboise ( ?-v. 1452) et Antoinette de Chauvigny est la fille de Catherine de Laval (1412-1450).

28 Voir L. Hablot, « Savoir et pratique héraldique au XVIIIe siècle, l’exemple de Gaignières », Dix-septième siècle, vol. 291, no 2, 2021, p. 47-62.

29 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 189.

30 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3875, p. 12.

31 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 14, fol. 42.

32 La chapelle des Cinq-Plaies est encore en place mais les vitraux d’origine ont disparu.

33 L. Hablot, Manuel de héraldique emblématique médiévale, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2019, p. 327 : « Parti, mi-parti : partition verticale du champ de l’écu. On nomme « partie » une armoirie composée de deux signes héraldiques distincts réunis dans un même cadre divisé verticalement. Les armoiries peuvent y être figurées intégralement, on parle alors de « parti », ou par moitié, qualifié dans ce cas de « mi-parti ». En règle générale, l’armoirie la plus honorable (celle de l’époux, du seigneur) est placée à dextre (à gauche) de la combinaison. La répartition mi-parti/parti ou parti/mi-parti peut compenser cette hiérarchie. »

34 M. Pastoureau, op. cit. note 15, p. 131-137 ; p. 171.

35 Il convient ici de rappeler le sens que l’on prête au « symbole » dans un contexte héraldique. Michel Pastoureau différencie l’emblème du symbole car, si le premier dit l’identité ou la personnalité d’un individu ou d’un groupe, le second est un signe qui renvoie à une notion, une idée, un concept (Philippe Palasi (préface Michel Pastoureau), Mots, cris et devises emblématiques dans l’Europe occidentale médiévale et moderne, Paris, Picard, 2016, p. 5).

36 Ambroise Ledru, La maison de Maillé, t. 2, Paris, 1905, p. 264, preuve 392 : « 1487, 1er octobre, château de Maillé. Testament de Hardouin de Maillé, veuf d’Antoinette de Chauvigny. (Archives de la Sarthe, Fonds municipal, au mot Maillé. Copie papier, faite à Blois le 13 janvier 1518, v. s.). Item, voullons et ordonnons que, après notre décès et trespas, notre corps soit inhumé et ensépulturé en l’église collégiale de Notre Dame de Maillé, ou lieu auquel avons de pieçà ordonné la sépulture de nous et de feue notre très chère et très amée compaigne et espouse ANTHOYNECTE DE CHAUVIGNY (…). Item, voulons et enjoignons à notre principal héritier que, en ensuyvant notre intencion et dévotion, il face construire et édiffier les cloistres de ladicte esglise collégial et face refaire et édiffier la chapelle de notre dit chastel du dit lieu de Maillé, au bout des salles dudit chastel, le tout le plus toust que se pourra. (…). Item, pour faire et accomplir les chouses dessus déclérées, nous avons esleuz, commis et nommez noz exécuteurs, notre très cher et amé neveu messire Pierre de Rohan, chevalier, seigneur de Guyé (Gié), maréchal de France, notre chier et amé cousin, maistre Augier de Brie, esleu esvesque d’Angiers, abbé de Sainct Euvrou, notre dite fille Françoise de Maillé, et maistre Jehan Brete, trésorier de l’église de Tours… ».

37 Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 102, Vitre de Pierre de Rohan-Gié dans l’église du château du Verger. Dans ce château du Verger, Pierre de Rohan-Gié s’est également fait représenter sur une tapisserie avec ses armes non brisées, voir Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 101, Tapisserie de Pierre de Rohan-Gié, dans le château du Verger, le représentant en maréchal de France.

38 Paris, Archives nationales, MM684/L et AE/I/25/6, Armorial Le Breton, fol. 56.

39 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116.

40 Marie Grégoire, Héraldique des femmes en France : Archéologie et histoire, Montréal, JFD, 2017, p. 164, 165 ; L. Hablot, op. cit. note 33, p. 57-60. Voir également la définition de « principe cognatique » donnée par A. Guerreau-Jalabart qui caractérise un mode de filiation aussi bien masculin que féminin (Anita Guerreau-Jalabart, « Parenté », dans J. Le Goff et J.-C. Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 864).

41 A. Ledru, La maison de Maillé, t. I, Paris, Alphonse Lemerre, 1905, p. III.

42 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 14, ff. 43, 44, 45, 95, 185.

43 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 1, ff. 33, 34.

44 P. Bordeaux, art. cité note 3, p. 116.

45 L. Hablot, « Le décor emblématique chez les princes de la fin du Moyen Âge : un outil pour construire et qualifier l’espace », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, 37ᵉ congrès, Mulhouse, 2006, dans Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, p. 147-165, p. 165.

46 L. Hablot, « Saint Michel, Archétype d’un support héraldique : l’ange écuyer », Actes du colloque Autour de l’archange saint Michel, dir. C. Lauranzon-Rosas et M. de Framond, Le Puy-en-Velay, 2012, p. 265-278, p. 7.

47 La base de données est régulièrement enrichie. Ces résultats proviennent d’une requête effectuée le 22 décembre 2022 et seront amenés à évoluer selon les futures recherches.

48 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 46.

49 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 132 ; Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 102 ; Paris, BnF, RESERVE PC-18-FOL, fol. 33.

50 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 56 ; Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 96.

51 Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, ff. 97, 98, 99, 100, 101.

52 Paris, BnF, RESERVE PE-2-FOL, fol. 209.

53 Paris, BnF, RESERVE OA-16-FOL, fol. 30 ; Paris, BnF, RESERVE OA-15-FOL, fol. 11. Anne (v. 1485-1529), leur sixième enfant, est vicomtesse de Rohan après son frère. Elle épouse en 1515 Pierre de Rohan († 1525), fils de Pierre de Rohan-Gié.

54 Paris, BnF, VA-37(4)-FOL, fol. 37.

55 Paris, BnF, VA-49(1)-FOL, fol. 72. Gilles de Maillé (v. 1400-ap. 1463) descend de la branche cadette des Maillé-Brézé. Ils portent d’or, à trois fasces ondées de gueules, à la bordure componée.

56 Paris, BnF, VA-49(5)-FOL, fol. 21.

57 Paris, BnF, ms. Clair. 944, fol. 7.

58 Paris, BnF, ms. Clair. 941, fol. 189.

59 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 14, fol. 233. Des débats historiographiques existent quant à la présence des armes Maillé dans celles des Ronsard. Celles-ci proviennent probablement du mariage d’Olivier de Ronsard avec Jeanne de Maillé vers 1455. À propos des armoiries des Ronsard voir Max Prinet, « Les armoiries des Ronsard dans un manuscrit de la Bibliothèque nationale », Revue du Seizième siècle, t. 12, 1925, p. 283-289.

60 Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Gough drawings Gaignières 16, fol. 371, nos 7, 8.

61 Paris, BnF, RESERVE OA-14-FOL, fol. 8.

62 H. Bouchot, op. cit. note 11, no 3872, p. 12.

63 Paris, BnF, RESERVE OA-14-FOL, fol. 41, Vitre d’Isabelle d’Écosse, femme de François Ier de Bretagne, aux Cordeliers de Nantes.

64 Mikael Jones, « Les signes du pouvoir. L’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de Bretagne au XVe siècle », Mémoires de la Société d'histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXVIII, 1991, p. 141-173, p. 156. Pierre II de Bretagne conféra plus de quarante colliers de l’ordre de l’Hermine durant son règne à la cour de Bretagne (1450-1457) (Ibid., p. 154).

65 À propos des concessions d’armoiries voir L. Hablot, « Fidélité et fonction : les identitiés politiques », dans op. cit. note 33, p. 60-63.

66 Jean-Marie Guillouët, L’Art du XVe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, p. 226.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Généalogie de la famille Maillé. Schéma réalisé par l'autrice.
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 2.
Légende Plan de l'église Notre-Dame de Luynes, réalisé par l'autrice. On se référera à ce plan durant l’article.
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 3.
Légende Saint André présente Péronnelle d’Amboise agenouillée face à un prie-Dieu, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 192.
Crédits © Gallica
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 4.
Légende Hardouin IX de Maillé accompagné de saint Jean-Baptiste, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 190.
Crédits © Gallica
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 5.
Légende Antoinette de Chauvigny, première femme d’Hardouin IX, présentée par saint Pierre, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 191.
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 6.
Légende Deux jeunes hommes accompagnés de l’archange saint Michel, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 188.
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 7.
Légende Femme, toujours en prière, présentée par saint Paul, Paris, BnF, Réserve PE-2-FOL, fol. 189.
Crédits © Gallica
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 8.
Légende Gough drawings Gaignières 14, fol. 42, Oxford, Bibliothèque Bodléienne.
Crédits © Bodleian Libraries, University of Oxford
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/29383/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Héquette, « Marquage héraldique, cartographie et histoire des lignages : les relevés de Gaignières à la chapelle des chanoinesses de Luynes »Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 21 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cel/29383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cel.29383

Haut de page

Auteur

Sarah Héquette

Élève de Troisième cycle de l'École du Louvre et doctorante à l’École Pratique des Hautes Études, Sarah Héquette prépare une thèse sur les armoiries monumentales en Touraine au Moyen Âge et au début de la Renaissance. Cette thèse succède à deux précédents mémoires de l’École du Louvre dont l’un portait sur une encyclopédie médiévale de la collection Gaignières et l’autre sur un lot de manuscrits donné à ce même antiquaire. À l’étude des manuscrits, du collectionnisme, de l’héraldique et de l’architecture médiévale, Sarah Héquette ajoute dans le cadre de ses recherches une attention portée à la sculpture. Elle assure pour la troisième année les travaux dirigés devant les œuvres d'histoire de la sculpture médiévale et Renaissance à l’École du Louvre.
Sarah Héquette, a postgraduate student at the École du Louvre and doctoral student at the École Pratique des Hautes Études, is working on a dissertation on monumental coats of arms in Touraine during the Middle Ages and early Renaissance. It follows two previous dissertations at the École du Louvre, one on a medieval encyclopaedia in the Gaignières collection and the other on a batch of manuscripts donated to the same antiquarian. Sarah Héquette’s research focuses on manuscripts, collecting, heraldry, medieval architecture and sculpture. For the third year in a row, she is teaching the history of medieval and Renaissance sculpture at the École du Louvre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search