Navigation – Plan du site

Le Prince Impérial : le témoignage posthume d’un talent ignoré

The Prince Imperial: the posthumous evidence of an unknown talent
Aude Nicolas

Résumés

Resté célèbre pour sa mort tragique au Zululand le 1er juin 1879, le Prince Impérial a cependant laissé une production artistique élaborée tout au long de sa courte existence et qui révèle ses talents naturels pour le dessin et la sculpture. Cet article permet de revenir sur cet aspect méconnu de sa personne, qui montre qu’au-delà du militaire, le Prince était également un artiste accompli aux dons aussi précoces que prometteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Commandant en chef du corps expéditionnaire britannique au Zululand.

1« Where is the Prince ? » Lorsque Lord Chelmsford1 demande des nouvelles de son jeune aide de camp, parti en mission topographique le matin même, ce sont des officiers et des soldats hagards et embarrassés qui lui rendent compte des événements. Ces hommes appartiennent à la patrouille dont faisait partie Eugène-Louis-Jean-Joseph-Napoléon Bonaparte, Prince Impérial, lieutenant d’artillerie au service de la reine Victoria et fils unique de l’empereur Napoléon III et de l’impératrice Eugénie. Mais le Prince, tout juste âgé de vingt-trois ans, n’est pas avec eux. L’angoisse et la colère étreignent Lord Chelmsford qui ordonne le départ d’une nouvelle patrouille à la recherche du jeune homme.

2Trop tard. Le Prince a succombé en tenant tête, seul, face à cinquante assaillants. Il gît au fond de la donga où il a résisté jusqu’à la dernière extrémité, dans cette plaine d’Itelezi où un riant soleil révèle aux hommes qui le découvrent le souple modelé de son corps sans vie. Seules les médailles qu’il portait autour du cou lui ont été laissées, gage d’admiration de celui que ses adversaires, retrouvés et interrogés par les Anglais, comparent à un lion, l’animal le plus courageux qu’ils connaissent...

Autre dormeur d’un autre val qui, prophétique, avait déclaré au général Wood qui lui demandait en plaisantant s’il ne s’était pas encore fait tuer, le matin de ce fatal 1er juin 1879 auquel le jeune homme ne survivrait pas :

  • 2 Augustin Filon, Le Prince Impérial. Souvenirs et documents (1856-1879), Paris, Hachette, 1912, p. 2 (...)

Non, mais si je devais être frappé, je crois que j’aimerais mieux un coup de sagaie qu’une balle venant on ne sait d’où : cela montre, au moins, qu’on a senti le contact de l’ennemi2.

Le destin l’avait pris au mot : pas moins de dix-sept impacts de sagaie, tous reçus de face, avaient été dénombrés sur son torse, ses bras et son visage…

3De même que l’Aiglon avant lui, le Prince Impérial, frappé par la fatalité, incarne le drame romantique du héros au destin brisé, enlevé au moment où il réunissait les deux plus grandes passions de son éphémère existence : l’armée et le dessin.

Car il avait produit, le jour de sa mort, les derniers croquis que sa main, déjà ferme et talentueuse, avait tracés et que ses compagnons d’armes retrouvèrent au moment où Percy, son cheval, arrivait épuisé au camp au terme d’une course folle :

  • 3 Général Jules Espinasse, Mémoires. Souvenirs d’enfance et de jeunesse auprès du Prince Impérial, Ét (...)

Il est revenu avec son harnachement, bride comprise, tout à fait au complet, un revolver dans une fonte et des dessins dans l’autre. Mais le surfait en cuir fixant les fontes à la selle était déchiré3

Que reste-t-il aujourd’hui de ce jeune homme, espoir brisé de la cause impériale, en dehors de ses vêtements d’enfant et d’adolescent, de ses jouets, de ses armes et de ses nombreux portraits peints, photographiés ou sculptés, souvenirs à la fois tendres et déchirants pour sa mère à jamais abîmée de douleur qui devait lui survivre près de quarante ans ?

  • 4 Dessinatrice, peintre et musicienne, elle est l’auteur de l’hymne du Second Empire, Partant pour la (...)
  • 5 Amélia Carette, née Bouvet, Souvenirs intimes de la Cour des Tuileries, Paris, Paul Ollendrof, 1889 (...)
  • 6 Ce dessin, accompagné de la mention que nous citons, est conservé à la bibliothèque municipale de R (...)

4Immergé dès son plus jeune âge dans l’armée dont il porte l’uniforme et qui le passionne, le Prince Impérial a également montré un véritable don pour les arts, ce que révèlent à la fois les quelques exemples de sa production conservés aujourd’hui, ainsi que les récits de ses proches et de ses amis, modestes échantillons dévoilant le talent d’un artiste prometteur. N’est-il pas le petit-fils de la reine Hortense4, artiste accomplie formée autrefois par Eugène Isabey ? Et ses parents ne cultivent-ils pas eux-mêmes un penchant pour les arts graphiques ? Amélia Carette, lectrice puis dame de compagnie de l’Impératrice, écrit qu’Eugénie « dessinait avec facilité et faisait de l’aquarelle5 » ; et Napoléon III lui-même, pourtant considéré par ses contemporains comme indifférent et même ignorant en la matière, se plaisait à croquer de temps à autre les portraits de ses ministres et possédait une réelle maîtrise du croquis topographique, comme l’atteste celui qu’il exécuta en juillet 1859 « du point le plus favorable pour faire la photographie de la bataille de Solférino6 ».

5Cet héritage familial a donc vraisemblablement prédisposé l’enfant à développer ses dons naturels pour les arts : le jeune Louis excelle en musique et sa voix, aussi juste que mélodieuse, n’est qu’une facette de ses qualités pour la discipline, puisqu’il compose de petits airs et joue du piano en autodidacte. Mais sa production la plus marquante reste en dessin et en sculpture, disciplines pour lesquelles il montrait les dispositions les plus prometteuses.

L’objectif de cet article est ainsi de mettre en valeur quelques échantillons signifiants de l’œuvre dessiné et sculpté du Prince, témoignages originaux d’un talent qui ne demandait qu’à s’épanouir.

L’initiation à la sculpture

  • 7 A. Filon, Le Prince Impérial, 1856-1879, Paris, Hachette, 1935, p. 15.

6Parmi les souvenirs d’enfance conservés au palais de Compiègne figurent des pages d’exercice d’écriture, de géométrie et d’arithmétique exécutés par le jeune garçon à l’automne 1866. La plupart de ces feuillets sont interrompus par des profils esquissés à la hâte, des scènes de bataille ou de charmantes saynètes, témoins de la distraction naturelle de son esprit face aux leçons de son premier précepteur, Francis Monnier, qui cède volontiers aux demandes « d’expression artistique » de son élève, en application de son système éducatif basé sur l’intérêt spontané. Augustin Filon, second précepteur du Prince, raconte que « lorsque le Prince se tenait, la craie à la main, devant le tableau noir pour y écrire quelques chiffres, une fantaisie lui traversait l’esprit : “Monsieur Monnier, est-ce que je peux dessiner un petit oiseau ?” – “Dessinez, monseigneur !” répondait le précepteur ; et, entre deux additions, l’enfant dessinait un oiseau7 ».

  • 8 Idem, Ibidem, p. 58.
  • 9 Jean-Claude Lachnitt, Le Prince Impérial. « Napoléon IV », Paris, Perrin, 1997, p. 71.

7Filon ne tarde pas à remarquer à son tour que « ce don étonnant, qui caractérisait le Prince, la mémoire des contours et des couleurs, était peut-être une des causes qui lui rendaient difficile à acquérir la connaissance de l’orthographe. Quand on prononçait un nom devant lui, il voyait l’homme ou la chose et non pas un mot imprimé devant sa pensée8 ». Peut-être inquiète de la manifestation de ces penchants naturels chez son fils, et surtout soucieuse de l’éducation humaniste et solide de l’héritier du trône, l’Impératrice n’a semble-t-il pas encouragé Louis dans la voie artistique : d’après Jean-Claude Lachnitt, « il ne sera […] jamais question de donner à Louis des maîtres qui développeraient ces dons. Il est permis de le regretter lorsqu’on regarde certains de ses dessins, esquissés d’une main sûre et saisissants de vérité. Seule la technique, qui elle ne s’invente pas, leur a manqué9 ».

  • 10 « Aujourd’hui M. Carpeaux a une certaine influence ; il est consulté. Il a donné des leçons de dess (...)
  • 11 Lettre de Carpeaux à ses parents, citée par Edouard Papet, « Le Prince Impérial », Carpeaux, 1827-1 (...)

8Mais il convient peut-être de nuancer ce rigorisme apparent, puisque le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux est nommé professeur de dessin du Prince à la fin de l’année 186410. Cette nomination intervient au moment où l’artiste, invité lors de la série de Compiègne de novembre 1864, propose d’exécuter « le buste du petit Prince Impérial11 » et obtient l’assentiment des souverains. Le succès du projet imaginé par Carpeaux est tel que Napoléon III lui demande en même temps de bien vouloir exécuter une statue en pied de son fils. Cependant, l’état de santé du petit garçon, fragilisé par la rougeole suivie d’un refroidissement contracté pendant sa convalescence, retarde les échéances : les séances de pose n’ont lieu qu’au mois d’avril 1865.

Ce n’est donc vraisemblablement qu’entre la période de réalisation des esquisses et l’achèvement de la sculpture que Carpeaux exerce son enseignement auprès du Prince, suscitant la jalousie de Monnier, vexé sans doute de n’être plus le centre principal d’intérêt de l’enfant sur le plan intellectuel : la rivalité qui s’ensuit complique les relations des deux hommes. Les plaintes véhémentes et continuelles que Monnier adresse au marquis de Piennes, chambellan de l’Impératrice, trouvant tous les défauts possibles à Carpeaux qu’il accuse d’être incapable de s’occuper du Prince et de lui laisser faire n’importe quoi ont, semble-t-il, eu raison de l’artiste puisqu’il n’est plus question de lui après l’achèvement de la statue en pied de l’enfant et de son braque Néro. Cette œuvre pleine de grâce, de douceur et de spontanéité est datée du 15 août 1865, jour de la Saint-Napoléon – sans doute pour être agréable à l’Empereur – et est conservée au musée d’Orsay. Elle avait cependant été achevée pour le Salon où elle remporta un franc succès, en même temps qu’elle signait la fin de la présence de Carpeaux aux côtés du petit garçon : Augustin Filon, nommé précepteur du Prince en 1867 et auteur de la première véritable biographie de Louis, très complète, ne fait ainsi aucune mention du sculpteur dans l’entourage du Prince. Cette cohabitation originale entre Louis et Carpeaux a toutefois été évoquée par de nombreux témoins, spectateurs parfois amusés de la crainte jalouse de Monnier de voir s’achever une relation privilégiée de complicité affectueuse pour manifester un intérêt grandissant et non dissimulé pour le travail du sculpteur. Quoi qu’il en soit, la présence et le rôle de l’artiste ont eu un impact non négligeable sur l’enfant et c’est bien à Carpeaux que Louis, alors âgé de neuf ans, doit d’avoir mené ses premières et, il faut bien le dire, uniques expériences en sculpture où il révèle un talent plein de promesses qui stupéfie son entourage :

  • 12 Amélia Carette, Souvenirs intimes de la Cour des Tuileries, Paris, Paul Ollendorf, 1889, tome III, (...)

Lorsque Carpeaux travaillait à la statue du Prince Impérial au printemps de 1865, pendant les séances qui avaient lieu dans l’orangerie de la terrasse du Bord de l’eau, le Prince pour se distraire se mit à manier la terre glaise. Il fit de mémoire un buste de l’Empereur, défectueux comme exécution et qui semblait fait de boulettes de mie de pain, mais extrêmement ressemblant. L’Empereur, sans permettre qu’on y fît aucune retouche, le fit mouler et le conservait dans son cabinet. Le Prince fit aussi le combat d’un cavalier et d’un fantassin qui était plein de mouvement ! On voyait qu’il savait manier un cheval et qu’il connaissait l’escrime à la baïonnette. Mais le plus extraordinaire, ce fut le buste de son précepteur, M. Monnier : on l’aurait reconnu d’un bout à l’autre d’une galerie. Ce n’étaient pas seulement ses traits, c’était son expression. Tout le caractère de l’homme se révélait dans le nez, les yeux, les moustaches, la pose un peu effarouchée de la tête. Peu de portraits sont aussi ressemblants12.

9Prosper Mérimée, proche de la famille impériale à laquelle il rend visite très régulièrement, assiste, lui aussi, à la scène et fait part de son admiration presque émerveillée :

  • 13 Prosper Mérimée, Lettres à M. Panizzi (1850-1870) publiées par M. Louis Fagan, tome II, troisième é (...)

Un artiste nommé Carpeaux qui a beaucoup de talent a fait son portrait ; lorsque le Prince l’a vu pétrir la terre glaise, il a naturellement eu envie de mettre la main à la pâte, et a fait un portrait de son père, qui est atrocement ressemblant ; mais bien que ce soit gâché comme un bonhomme en mie de pain, l’observation des proportions est extraordinaire […] Mais le plus extraordinaire c’est le portrait de son précepteur, M. Monnier, que vous aimez tant. Je vous jure que vous le reconnaîtriez d’un bout de la cour du British Museum à l’autre. Ce ne sont pas seulement ses traits, c’est même son expression. Tout le génie de l’homme se révèle dans ses yeux, son nez et ses moustaches. Je suis sûr qu’il y a peu de sculpteurs de profession qui pourraient en faire autant13.

La réussite aussi spontanée qu’inattendue du Prince dans cette nouvelle technique est incontestable : toutes les figures exécutées par l’enfant sont moulées en plâtre par Carpeaux qui, d’après Le Moniteur des Arts du 30 juin 1865, les offre ensuite à l’Empereur. Le seul témoignage conservé de cette production inédite, sans doute dispersée au moment du départ précipité de l’Impératrice pour l’Angleterre en 1870, à la chute du régime, est un moulage en plâtre conservé au palais de Compiègne. Autrefois propriété de Mme Carpeaux, cette modeste statuette permet de supposer que l’artiste avait dupliqué pour lui les moulages exécutés pour Napoléon III, afin de conserver un souvenir de la production de son petit élève.

L’œuvre, improprement intitulée Prince impérial en porte-drapeau de la Garde Impériale, haute d’environ quarante centimètres, représente un officier porte-Aigle des grenadiers à pied de la Garde Impériale du Premier Empire (fig. 1). La date du 6 février 1865 est portée sur le socle, époque à laquelle Louis contracte la rougeole :

  • 14 A. Carette, op. cit. note 12, tome I, pp. 206-207.

Lorsque le Prince Impérial eut la rougeole au mois de février 1865, l’Impératrice inquiète à l’idée qu’un refroidissement pourrait avoir de mauvaises conséquences, voulut passer elle-même, les nuits auprès de son fils14.

Fig. 1

Fig. 1

Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Officier porte-Aigle des grenadiers à pied de la Garde Impériale du Premier Empire, plâtre, 1865. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt

Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt

10Carpeaux a-t-il antidaté l’œuvre comme il l’avait fait pour la sculpture du Prince avec Néro ? Cette date est d’autant plus surprenante que les témoignages cités précédemment concordent tous pour affirmer que Louis a découvert et demandé pour la première fois à modeler au moment où le sculpteur se livrait à ses esquisses préliminaires en terre, en avril 1865, dans l’atelier improvisé de l’Orangerie des Tuileries. Cependant cette date, si énigmatique soit-elle, n’ôte rien au talent prometteur du petit garçon, avec ce grenadier si ressemblant et spontané pour lequel il a certainement bénéficié des conseils techniques de Carpeaux, notamment dans l’attention portée à la répartition des masses et au maintien de l’équilibre du personnage. L’avancée de la jambe gauche et le double soutien de la hampe du drapeau et de la fascine en partie détruite à l’arrière du socle, servent respectivement de renfort des poussées et d’étai appuyée contre la jambe droite. Le boulet de canon, présent sur le socle, contribue à l’animation de l’œuvre et à sa remise en contexte sur un champ de bataille.

  • 15 L’œuvre, pendant du Matin ; avant l’attaque du même Protais, est conservée au musée Condé de Chanti (...)

11À l’image du lieutenant de chasseurs à pied perdu en pleine méditation contemplative devant le cadavre d’un jeune Autrichien dans le tableau d’Alexandre Protais, intitulé Le soir ; après le combat exposé au Salon de 186315, le grenadier semble vouloir se recueillir, peut-être devant le corps invisible d’un camarade tombé au champ d’honneur, à moins qu’il ne soit tout simplement fatigué. En dépit du travail très esquissé, tous les détails essentiels à l’identification du soldat sont présents et correspondent avec une grande précision au règlement en vigueur à l’époque et aux uniformes portés par les grenadiers à pied de la Garde Impériale entre 1804 et 1815, notamment avec les revers de l’habit qui s’ouvrent sur la veste boutonnée droite ; deux incisions et un pli en relief au niveau des genoux et des jointures, ainsi qu’un modelé plus attentif du galbe des mollets, indiquent le port des guêtres hautes des grenadiers à pied du Premier Empire. Et le Prince a poussé la minutie jusqu’à représenter l’épaulette et la contre-épaulette permettant d’identifier un sous-lieutenant ou un lieutenant, grade habituel des porte-Aigles précisé par le décret du 18 janvier 1808. Louis n’avait évidemment pas lu ce texte mais il a finement observé les illustrations qui ornaient les livres consacrés au Premier Empire, abondants dans sa bibliothèque enfantine, et sans doute aussi s’est-il concentré sur ses soldats de plomb. Chaque détail est ainsi minutieusement reporté, qu’il s’agisse de la banderole porte-Aigle, du cordon-raquette, du plumet du bonnet d’ourson ou encore de l’Aigle et de la cravate surmontant les plis du tablier du drapeau, au retombé habilement traité. Le traitement stylistique et l’attitude imprimée à ce grognard à la moustache tombante et à l’aspect méditatif, presque mélancolique, le rapprochent des figures de la légende napoléonienne, si chère au Prince :

  • 16 A. Filon, op. cit. note 7, p. 59.

[…] prenant un morceau de terre glaise, il se mit à le pétrir. On a conservé ce qui sortit de ses mains : une ébauche, sans doute, et qu’il était incapable d’achever, mais une ébauche où il y avait déjà le mouvement, la vie, le sentiment, un grenadier qui, regardé à distance ou dans la pénombre, est saisissant de vérité comme les silhouettes tragiques de Raffet16.

  • 17 « Le Prince attrapait les ressemblances, rendait sensible, en l’exagérant, le trait dominant d’une (...)

12Le modelé rapide et vigoureux de la statuette concourt à donner une impression de vie et de spontanéité au personnage, à la pose bien étudiée et très naturaliste17. Enfin, la rapidité d’exécution, l’attention portée au détail et la capacité à reproduire, même de manière schématique, tous les éléments signifiants permettant d’identifier immédiatement le sujet, constituent les principales caractéristiques du style du Prince, des traits personnels qui marquent également ses dessins dans lesquels il imprime déjà sa personnalité. Ces croquis du jeune Louis, exécutés au crayon ou à la plume, loués par son entourage, révèlent que le petit garçon a le sens des proportions, un bon coup d’œil et beaucoup d’assurance dans le tracé :

  • 18 Id., Ibid., p. 58.

Le Prince s’était révélé artiste le premier jour où il avait eu un crayon dans les mains et une feuille de papier devant lui. Lorsque j’assistai, pour la première fois, à l’improvisation d’une de ces innombrables esquisses qu’il jetait, pour ainsi dire, à la volée, je fus frappé de voir qu’il procédait d’instinct, comme mon cher et illustre Henri Regnault, mon camarade au lycée Napoléon, que j’ai vu dessiner si souvent, en 1859 et en 1860. Tous deux commençaient par un soulier, un manche d’éventail, une pointe de baïonnette, un bras tendu, une queue de chien. Et cela, d’un trait net, sûr, ininterrompu, qui savait parfaitement où il allait. On eût dit qu’ils calquaient sur une gravure d’un travail très fini et très arrêté. C’est que, devant leur esprit, ils évoquaient les images des objets, dans leurs moindres détails, les posaient, les fixaient, en formaient un tableau. Et pourtant, sur une suggestion qui leur était offerte, ils introduisaient sans difficulté un nouveau détail dans le tableau ou même en bouleversaient l’ordonnance générale, alors qu’il était à moitié réalisé18.

Ces modestes ébauches, pieusement conservées par l’entourage du Prince après sa mort, dont bon nombre sont aujourd’hui conservées au palais de Compiègne, au château d’Arenenberg mais aussi à la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt ou en collections particulières, révèlent ce talent précoce et spontané de même que l’affirmation progressive d’une véritable personnalité artistique.

La passion du dessin

13En dehors de ces modestes essais sculptés dont il ne reste que quelques traces éparses, le Prince Impérial a également abondamment dessiné, nourrissant une préférence pour les sujets à thématique militaire :

  • 19 A. Carette, op. cit. note 12, tome III, pp. 277-278.

Le Prince, en effet, avait un goût très vif pour le dessin. Dès qu’il restait un moment tranquille, il crayonnait sur tous les sujets dont on causait autour de lui. Malgré l’incorrection d’une exécution enfantine, ces petits croquis avaient beaucoup de vie et de mouvement. C’était surtout les sujets militaires qui le captivaient, et, saisissant le côté pittoresque des différents types de l’armée, les chevaliers armés de pied en cap, les mousquetaires du Roi, les vétérans de la Grande Armée, les soldats de la Garde se livraient à des tournois fantaisistes, s’alignant et ferraillant au gré de son imagination. Le soir, pendant les moments que le Prince passait au salon avec l’Empereur et l’Impératrice, avant l’heure où il se retirait, il s’emparait du papier, des crayons qu’il trouvait dans le salon de service, et s’amusait à dessiner, au hasard. Il abandonnait ensuite ces feuilles à ceux que ces petits autographes intéressaient. J’en ai conservé un certain nombre, parmi lesquels il en est un fort bien fait, par le Prince, aux Tuileries, en 1865 : il emprunte aux événements un pathétique souvenir. C’est un soldat d’artillerie, l’uniforme que le Prince Impérial portait au Zululand, renversé par son cheval qui s’enfuit19.

Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur le caractère involontairement prémonitoire que manifestaient les membres de la dynastie Bonaparte, à l’instar de Napoléon Ier qui, enfant, avait noté ces quelques mots saisissants sur son cahier d’écolier, lors d’un cours de géographie : « Sainte-Hélène, petite île. »

En dehors de ces considérations sur la fatalité, corroborant l’aspect romantique et tragique de ces destinées, il ressort des multiples dessins du Prince Impérial une maîtrise et une évolution prononcée de son art qu’il avait le souci, dès son plus jeune âge, de faire progresser au contact des œuvres de peintres contemporains tel Adolphe Yvon, comme l’expose Amélia Carette :

  • 20 Idem, Ibidem, pp. 275-276.

Étant un peu fatigué de la vie à Châlons, où il s’agitait beaucoup, et qui le sortait du calme de ses habitudes régulières, il eut un jour un peu de mal de tête, d’embarras d’estomac. L’Empereur pria le baron Larrey de l’examiner.
Le Docteur prescrivit quelques légers soins et entre autres un repos de quarante-huit heures. Le Prince se récria et se mit à raisonner :
– Vous pensez bien, Docteur, que je ne suis pas venu au camp pour me soigner et m’enfermer ; je ne peux pas me priver de sortir pendant deux jours. Qu’est-ce que je ferais ? – Mais, Monseigneur, insista le Docteur, si vous ne vous soignez pas, vous pourriez devenir plus malade, et cela tourmenterait l’Empereur. Vous lirez, vous dessinerez, puisque vous avez le goût du dessin, vous ferez des croquis militaires.
Le Prince réfléchit un moment. Craignant d’avoir blessé le Baron en résistant à son avis :
– Eh bien ! vous avez raison, Docteur, je suivrai votre conseil. Il y a là, dans le salon à côté, votre portrait sur le champ de bataille de Solférino : je le copierai pour vous le donner. Cela m’intéressera beaucoup20.

14Le baron Larrey avait en effet été portraituré par Adolphe Yvon pour son tableau monumental de la Bataille de Solférino, exposé au Salon de 1861 et conservé au château de Versailles. Parmi les nombreuses esquisses préparatoires prises sur le motif et pour lesquelles l’ensemble des modèles de ce vaste portrait de groupe avait posé, figure l’effigie du chirurgien, conservée au musée de l’Armée. Amateur des œuvres d’Yvon, l’Empereur lui avait également demandé de peindre des réductions de ses grands formats qu’il avait placés aux Tuileries, à Compiègne, à Fontainebleau et dont certaines figuraient également à Châlons, dans le pavillon impérial. L’essai du Prince que mentionne Mme Carette n’a malheureusement pas été conservé, mais ce témoignage atteste néanmoins la volonté du jeune Louis de progresser dans une discipline pour laquelle il éprouve le plus vif intérêt ; de fait, cette anecdote semble pouvoir être rapprochée de l’été 1864, qui marque un tournant dans la progression artistique du Prince. Délaissant un premier style enfantin, il évolue graduellement, à l’approche de son dixième anniversaire, vers une maîtrise et une maturité surprenantes pour son âge, ce que révèle de manière saisissante un dessin conservé dans les collections de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt.

  • 21 Le titre a probablement été donné par l’ancien propriétaire de l’œuvre, le comte Maurice Allard du (...)
  • 22 Louis avait alors 8 ans et 4 mois.

15Ce croquis, tracé sur papier bis et signé et daté précisément du 19 juillet 1864, s’intitule Les petits soldats21 (fig. 2). L’exactitude étonnante du tracé et des proportions, bien loin de ce que produisent habituellement les enfants de cet âge22, révèle les qualités et le talent inné du Prince. En dépit de la couleur absente et des personnages à l’aspect schématisé, la composition est soigneusement posée, formant une frise ondulante permettant, grâce à l’irrégularité de la ligne du sol faite de creux et de reliefs, de rompre l’apparente monotonie de l’alignement des protagonistes. L’échelle plus réduite de certains d’entre eux donne l’idée de la profondeur ; l’ensemble est conçu en deux plans avec une accumulation plus ou moins espacée de la droite vers la gauche produisant un effet de masse.

Fig. 2

Fig. 2

Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Les Petits soldats, graphite, 1864 – bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt

Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt

En dépit de l’aspect rudimentaire de ces quelques traits au crayon représentant des « bonshommes » de type « allumettes » qui marchent les uns à la suite des autres, cette esquisse n’en est pas moins une représentation soigneusement observée et étudiée d’une scène dont l’enfant a vraisemblablement été le témoin et qu’il reproduit avec beaucoup de précision et d’acuité.

16Quoique le sens de lecture suive la direction de marche des protagonistes, scindés en trois groupes épousant les aspérités du terrain, la compréhension de la scène commence néanmoins par la tête de cette petite colonne. Car il s’agit bien là d’une représentation militaire, dont tous les acteurs sont reconnaissables grâce aux détails suffisamment précis tracés par l’auteur : le premier personnage, avec son bâton levé et son couvre-chef assez large orné d’un plumet, est un tambour-major coiffé d’un colback, armé d’un sabre au côté et tenant sa canne à longue pomme à la main pour indiquer la direction à suivre. Derrière lui vient un premier groupe composé de quatre sapeurs, identifiables à leurs bonnets oblongs, à leurs longs tabliers et à leurs haches portées sur l’épaule, suivis par un officier à cheval, sabre au clair, coiffé d’un shako. Les cinq autres personnages qui suivent sont des tambours marquant la cadence du pas. De fait, ce premier groupe ressemble fortement à la tête de colonne d’un bataillon d’infanterie au milieu de laquelle chevauche son commandant.

17Derrière suit un second officier, à pied cette fois, brandissant son sabre pour entraîner à sa suite un autre groupe de soldats. Tous les hommes sont coiffés d’un shako à plumet et portent le fusil à baïonnette sur l’épaule gauche ; le mouvement même des corps, penchés vers l’avant et accentué par l’irrégularité du sol, renforce le dynamisme du déplacement, tandis que l’aspect graphique, presque saccadé des traits, contribue à accentuer le mouvement du pas cadencé, sa régularité étant marquée par l’avancée simultanée de la jambe gauche de chacun des personnages. L’effectif représenté et sa disposition marquant un rythme ternaire, renforcé par la scission des masses en trois groupes distincts alternant avec un homme à intervalle régulier, nous permet de suggérer qu’il s’agit de deux capitaines marchant en tête de leurs compagnies, un ordre particulier qui correspond à l’ordonnancement d’un bataillon d’infanterie sous le Second Empire.

  • 23 Un régiment se compose de trois bataillons sous le Second Empire.
  • 24 À l’époque, un bataillon comptait huit compagnies.
  • 25 Au combat, les tambours sont souvent placés à l’arrière des colonnes d’assaut, à l’abri des atteint (...)
  • 26 Les voltigeurs de la Garde sont les seuls à arborer le shako tronconique orné du plumet droit. L’in (...)

18Les usages et les règlements militaires de cette époque précisent en effet que chaque bataillon d’infanterie – à raison de deux par régiment –, compte quatre sapeurs dirigés par un caporal-sapeur, suivis d’un caporal-tambour dirigeant deux à quatre tambours. L’ensemble de ces formations constitue la tête de colonne du régiment lors des grandes parades, précédant le colonel encadré de son petit état-major. Et, contrairement au Premier Empire, le drapeau surmonté de son aigle ne fait pas partie de la tête de colonne mais est placé au sein de la 2e ou de la 3e compagnie de fusiliers du 2e bataillon, au centre. L’absence marquée de l’emblème, dans cette œuvre, laisse supposer qu’il s’agit d’une représentation du 1er ou du 3e bataillon du régiment23. Ici, les effectifs réduits de la batterie – dite « clique » –, des sapeurs et du bataillon24 dans son ensemble, correspondent à ce dispositif et nous permettent d’étayer l’hypothèse qu’il s’agit bien du défilé du 1er ou du 3e bataillon d’un régiment d’infanterie sous le Second Empire. Cette assertion est renforcée par les attitudes mêmes des soldats, représentés l’arme au bras, et par la présence de la musique, en tête, précédée d’un tambour-major25 qui, si l’on se réfère à la composition régimentaire précitée, serait plutôt un caporal-tambour. Enfin, l’étude de certains détails permet de proposer une identification plus précise du lieu et de l’unité : le peu de planéité du sol semble désigner davantage un terrain naturel – peut-être le camp de Châlons, où le Prince allait chaque été avec son père – qu’une avenue pavée de la capitale, et le plumet droit des shakos évoque nettement les régiments de voltigeurs de la Garde Impériale26.

19Le Prince révèle donc, avec ce dessin particulièrement éloquent, ses caractéristiques stylistiques majeures alliant dynamisme de la composition, rapidité d’exécution comme le révèle son tracé à la fois précis et nerveux, ainsi que son sens de l’observation, du détail et des proportions justes, autant de traits marquants que l’on retrouve dans la statuette du grenadier que nous avons analysée plus haut et que cette composition précède d’une année. Ces mêmes qualités s’accentuent au fur et à mesure que Louis, devenu adolescent, prend de l’assurance. Son tracé gagne encore en rapidité, d’autant plus accentuée qu’il dessine régulièrement à l’encre et à la plume, si bien que ses compositions accusent une certaine ressemblance avec l’art de Raffet, auquel le compare le général Espinasse, son ami d’enfance :

  • 27 Général Espinasse, op. cit. note 3, p. 311.

Le Prince dessinait de façon charmante. C’était un don naturel ; dès qu’il avait commencé à avoir devant lui une feuille de papier et une plume ou un crayon à sa disposition, il avait dessiné. J’ai vu naître et grandir ce véritable talent. Les dessins du début, faits à l’âge de dix et onze ans, sont naturellement enfantins, naïfs et chaotiques : c’étaient toujours des soldats, de grands combattants ou des paysages de bataille disproportionnés. Mais bien vite ces coups de crayon se rapprochèrent de la réalité au point de devenir des croquis de grande valeur, rappelant ceux de Raffet27.

  • 28 L’Histoire de Napoléon du comte Jacques de Norvins, parue chez Furne en 1827 et illustrée par Raffe (...)

20Un dessin issu de la collection de l’abbé Eugène Misset (fig. 3), approximativement daté vers 1870, atteste cette ressemblance avec le style de Raffet28. L’œuvre montre des grenadiers à pied de la Garde Impériale s’exerçant au tir à la cible, à la caserne ou, plus vraisemblablement, au camp de Châlons, au son de deux tambours et de deux musiciens qui jouent du cornet à piston. Le Prince a signé de son monogramme, tel un véritable artiste.

Fig. 3

Fig. 3

Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Grenadiers à pied de la Garde Impériale s’exerçant au tir à la cible, encre, vers 1870. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt

Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt

Une fois encore, quelques traits rapides donnent corps aux personnages et révèlent la maîtrise consommée de l’auteur :

  • 29 Général Espinasse, op. cit. note 3, p. 311.

Sans courtisanerie aucune, je puis dire que je trouvais un plaisir extrême à voir le Prince illustrer une conversation sur un sujet quelconque, mais militaire plutôt, par des coups de crayon jetés à la volée, faisant vivre devant nos yeux les soldats, les gens du monde ou les localités qui faisaient l’objet de notre entretien. J’ai gardé quelques-uns de ces dessins, mais combien peu nombreux… À vingt ans c’était un véritable artiste – ses sujets étaient vivants et ressemblants – et quand l’envie lui en prenait, il forçait un peu la note et obtenait des caricatures proportionnées et d’autant plus saisissantes qu’elles étaient exemptes d’exagération. Le Prince a fait de notre ami Masimbert une caricature qui est le modèle de son genre. Il a fait aussi la mienne en sergent de Saint-Cyr29 […]

Le Prince était effectivement réputé pour la qualité de ses caricatures, ce que confirme Filon :

  • 30 A. Filon, op. cit. note 7, pp. 51-52.

Il aimait à dessiner des caricatures, et c’est là que son talent, tout spontané et instinctif […] se montrait le plus à son avantage, parce que son ignorance en matière technique y disparaissait sous les exagérations que ce genre comporte […]. Ce sens comique se greffait sur le sens artistique. […] Ses caricatures sont « parlantes » dans le sens le plus littéral du mot, et lorsque je regarde celles qui sont restées dans mes mains, j’entends aussitôt la phrase qui revenait sans cesse sur leurs lèvres, la phrase typique qu’il avait l'intention de me suggérer. Les lecteurs verront plus loin comment il représentait M. Thiers en Napoléon, élevé sur le pavois par les vieux partis. Ce dessin appartient à une époque postérieure, mais son crayon avait déjà beaucoup de malice avant 187030.

Le bon caricaturiste doit à la fois être fin observateur et posséder suffisamment d’acuité pour faire ressortir, en les exagérant, les traits révélateurs d’un caractère : si l’on en croit les témoignages de son entourage, car aucune de ces caricatures n’est parvenue jusqu’à nous, le jeune Louis détenait ces qualités.

21En grandissant, le Prince affermit et surtout affine son tracé, qui devient net et régulier sans pour autant perdre de son énergie, ainsi que le révèlent les dessins de l’âge adulte, parmi lesquels figurent quelques croquis offerts au baron Pierre de Bourgoing, ami d’enfance avec lequel il passe quelques fins d’été entre 1873 et 1878 dans la propriété familiale héritée de la reine Hortense, à Arenenberg, dans le canton suisse de Thurgovie (fig. 4, 5 et 6).

Fig. 4

Fig. 4

Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Grenadier, encre, entre 1873 et 1878. D’après Armand Dayot, Le Second par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt

Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt

Fig. 5

Fig. 5

Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Officier de grenadiers, encre, entre 1873 et 1878. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt

Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt

Fig. 6

Fig. 6

Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Fantassin de ligne, encre, entre 1873 et 1878. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt

Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt

Ces représentations de grenadiers – soldat et officier – et de fantassin de ligne, attestent l’ultime stade de progression du style du jeune homme, qui signe désormais « Napoléon » d’une main ferme. Fidèle à son habitude de tracer des croquis « à la volée », le Prince utilise même le papier à lettres à l’en-tête du domaine, quitte à le prendre à l’envers, preuve que son inspiration instinctive se manifeste à l’improviste. Le grenadier au « présenter armes » comporte également quelques indications de mise en couleurs de l’uniforme, preuve qu’en dépit de l’abondance de croquis exécutés à la plume et au crayon, Louis avait probablement envisagé de colorier ou de peindre son dessin. Le motif semble, en outre, avoir été tracé de mémoire, peut-être quelque temps avant le séjour à Florence de l’hiver 1876 : entraîné par le comte François Arese dans les ateliers d’artistes de la ville, il accepte de prendre quelques leçons avec un « artiste célèbre » dont Filon, présent, tait le nom mais constate que :

  • 31 Le Prince avait été cadet à l’Académie d’Artillerie de Woolwich, avec le consentement de la reine V (...)
  • 32 Filon, op. cit. note 7, p. 173.

Ces quelques leçons, avec les conseils donnés autrefois par Carpeaux et une ou deux aquarelles faites sous la direction du professeur de dessin de Woolwich31 en 1874, représentent toute l’éducation artistique du Prince. Je suis convaincu qu’il eût fait un beau chemin dans cette carrière s’il avait été d’un rang ordinaire et libre de suivre ses instincts32.

  • 33 Secrétaire particulier de Napoléon III et fidèle de l’exil à Chislehurst.

22Les derniers dessins du Prince sont les relevés de sa mission topographique retrouvés dans la fonte de la selle de Percy, qu’il exécute le jour même de sa mort, peu de temps avant l’attaque des Zulus. Sa jeune existence, tranchée par le ciseau de la Parque, ne lui a pas laissé le loisir de se faire un nom distingué dans le monde des arts. Sa carrière militaire et artistique a été interrompue si brutalement qu’en dépit des dessins conservés, relativement nombreux, ce pan de sa personnalité a été presque complètement occulté. Seuls les témoignages de quelques-uns de ses proches, ainsi que le nombre important de ses croquis, ont permis de conserver la trace d’un talent et d’un penchant naturel qu’il bridait lui-même en raison de ses responsabilités d’héritier du trône impérial, comme il le dit un jour au comte Franceschini Pietri33 :

  • 34 A. Filon, op. cit. note 7, p. 173.

J’ai trop de penchant pour l’art. Si je m’abandonne à ce penchant, je serai entraîné plus loin que je ne voudrais et je négligerai mon métier34.

Comment exprimer plus clairement la conscience qu’il avait de cette passion grandissante et du sacrifice qu’il s’était volontairement imposé, en homme de devoir conscient qu’il était né pour régner ? Artiste et soldat, le destin avait décidé pour lui.

Nous remercions chaleureusement Gabrielle Soullié de Roincé, conservateur de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt, qui a généreusement mis la richesse de ses collections à notre disposition dans le cadre de cette étude sur l’œuvre du Prince Impérial.

Haut de page

Notes

1 Commandant en chef du corps expéditionnaire britannique au Zululand.

2 Augustin Filon, Le Prince Impérial. Souvenirs et documents (1856-1879), Paris, Hachette, 1912, p. 225.

3 Général Jules Espinasse, Mémoires. Souvenirs d’enfance et de jeunesse auprès du Prince Impérial, Étampes, Imprimerie Terrier Frères, 1928, tome II, p. 377.

4 Dessinatrice, peintre et musicienne, elle est l’auteur de l’hymne du Second Empire, Partant pour la Syrie, hommage tacite de Napoléon III à sa mère disparue.

5 Amélia Carette, née Bouvet, Souvenirs intimes de la Cour des Tuileries, Paris, Paul Ollendrof, 1889, pp. 144-145.

6 Ce dessin, accompagné de la mention que nous citons, est conservé à la bibliothèque municipale de Rouen. La précision et le réalisme de ce croquis tracé au crayon peu de temps après la bataille sont frappants. L’Empereur avait ainsi indiqué le point de vue à prendre au photographe Léon-Eugène Méhédin, chargé d’immortaliser les lieux les plus significatifs de la campagne de 1859.

7 A. Filon, Le Prince Impérial, 1856-1879, Paris, Hachette, 1935, p. 15.

8 Idem, Ibidem, p. 58.

9 Jean-Claude Lachnitt, Le Prince Impérial. « Napoléon IV », Paris, Perrin, 1997, p. 71.

10 « Aujourd’hui M. Carpeaux a une certaine influence ; il est consulté. Il a donné des leçons de dessin au Prince Impérial, d’après lequel il a fait une petite statue, œuvre charmante, fine et distinguée. », Charles d’Henriet, « L’art contemporain – Les sculptures de M. Carpeaux », La Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1869, tome 83, p. 482.

11 Lettre de Carpeaux à ses parents, citée par Edouard Papet, « Le Prince Impérial », Carpeaux, 1827-1875. Un sculpteur pour l’Empire, Paris, coédition du musée d’Orsay et des éditions Gallimard, 2014, p. 111.

12 Amélia Carette, Souvenirs intimes de la Cour des Tuileries, Paris, Paul Ollendorf, 1889, tome III, pp. 277-278.

13 Prosper Mérimée, Lettres à M. Panizzi (1850-1870) publiées par M. Louis Fagan, tome II, troisième édition, Paris, Calmann Lévy éditeur, 1881, lettre XLVIII datée du 23 juin 1865 à Paris, pp. 112-113.

14 A. Carette, op. cit. note 12, tome I, pp. 206-207.

15 L’œuvre, pendant du Matin ; avant l’attaque du même Protais, est conservée au musée Condé de Chantilly.

16 A. Filon, op. cit. note 7, p. 59.

17 « Le Prince attrapait les ressemblances, rendait sensible, en l’exagérant, le trait dominant d’une physionomie, le geste familier, l’attitude favorite, le tic révélateur qui, souvent, donne la clé d’un caractère. ». Idem, Ibidem, p. 60.

18 Id., Ibid., p. 58.

19 A. Carette, op. cit. note 12, tome III, pp. 277-278.

20 Idem, Ibidem, pp. 275-276.

21 Le titre a probablement été donné par l’ancien propriétaire de l’œuvre, le comte Maurice Allard du Chollet (1863-1937), collectionneur d’autographes et de manuscrits. Ses héritières ont donné le dessin à la bibliothèque en 2002.

22 Louis avait alors 8 ans et 4 mois.

23 Un régiment se compose de trois bataillons sous le Second Empire.

24 À l’époque, un bataillon comptait huit compagnies.

25 Au combat, les tambours sont souvent placés à l’arrière des colonnes d’assaut, à l’abri des atteintes pour pouvoir continuer à transmettre musicalement les ordres de manœuvre à leurs camarades en première ligne.

26 Les voltigeurs de la Garde sont les seuls à arborer le shako tronconique orné du plumet droit. L’infanterie de ligne porte le pompon à houppe sur ses shakos et les bataillons de chasseurs à pied ont le plumet tombant.

27 Général Espinasse, op. cit. note 3, p. 311.

28 L’Histoire de Napoléon du comte Jacques de Norvins, parue chez Furne en 1827 et illustrée par Raffet, faisait certainement partie des ouvrages de la bibliothèque du Prince, et il n’est pas exclu de penser qu’en regardant sans cesse ces lithographies, l’enfant ait pu s’imprégner inconsciemment du style de l’artiste.

29 Général Espinasse, op. cit. note 3, p. 311.

30 A. Filon, op. cit. note 7, pp. 51-52.

31 Le Prince avait été cadet à l’Académie d’Artillerie de Woolwich, avec le consentement de la reine Victoria.

32 Filon, op. cit. note 7, p. 173.

33 Secrétaire particulier de Napoléon III et fidèle de l’exil à Chislehurst.

34 A. Filon, op. cit. note 7, p. 173.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Officier porte-Aigle des grenadiers à pied de la Garde Impériale du Premier Empire, plâtre, 1865. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt
Crédits Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 2
Légende Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Les Petits soldats, graphite, 1864 – bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt
Crédits Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3
Légende Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Grenadiers à pied de la Garde Impériale s’exerçant au tir à la cible, encre, vers 1870. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt
Crédits Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 4
Légende Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Grenadier, encre, entre 1873 et 1878. D’après Armand Dayot, Le Second par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt
Crédits Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 5
Légende Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Officier de grenadiers, encre, entre 1873 et 1878. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt
Crédits Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 6
Légende Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, Prince Impérial (1856-1879), Fantassin de ligne, encre, entre 1873 et 1878. D’après Armand Dayot, Le Second Empire par l’image, Paris, Flammarion, 1900, collection de la bibliothèque Paul-Marmottan de Boulogne-Billancourt
Crédits Avec l’aimable autorisation de Gabrielle Soullié de Roincé, directrice des musées de la ville de Boulogne-Billancourt
URL http://journals.openedition.org/cel/docannexe/image/866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Nicolas, « Le Prince Impérial : le témoignage posthume d’un talent ignoré », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 03 mai 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cel/866 ; DOI : 10.4000/cel.866

Haut de page

Auteur

Aude Nicolas

Aude Nicolas est docteur en histoire l’art contemporain de l’université de Nanterre, diplômée de l’École du Louvre et qualifiée aux fonctions de Maître de conférences. Spécialiste en patrimoine militaire, sa thèse intitulée L’art et la bataille : représenter les campagnes d’Italie (1800 ; 1859) a été soutenue en 2015 sous la direction du professeur Claire Barbillon. Chargée de cours à l’École du Louvre et à l’université de Poitiers, elle est chercheur associé au Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, arts et musicologie (Criham, EA 4270) de l’université de Poitiers et à l’équipe de recherche de l’École du Louvre ; elle est également membre du Conseil des études et de la recherche de l’École du Louvre et présidente de l’Association pour la promotion du patrimoine et de l’histoire militaires (APPHM). Elle contribue au projet des monuments sculptés aux grands hommes (post-doctorat, université de Poitiers et labex Les passés dans le présent, université de Nanterre). Outre sa participation à des expositions temporaires telles que Napoléon III et l’Italie : naissance d’une nation (Milan, 2010, Paris, 2011), elle est l’auteur de nombreux articles sur le patrimoine artistique et militaire du xixe siècle et a collaboré à plusieurs ouvrages sur le sujet.
***
Aude Nicolas, who has a PhD in the history of contemporary art from the Université de Nanterre, is a graduate of the École du Louvre and a lecturer. A specialist in military heritage, she supported her thesis, “L’art et la bataille : représenter les campagnes d’Italie (1800; 1859)”, which was supervised by Professor Claire Barbillon, in 2015. A lecturer at the École du Louvre and the Université de Poitiers, she is an associate researcher at the Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Arts et Musicologie (Criham, EA 4270) of the Université de Poitiers and a member of the research team at the École du Louvre; she is also a member of the Conseil des Études et de la Recherche of the École du Louvre and president of the Association pour la Promotion du Patrimoine et de l’Histoire Militaires (APPHM). She contributes to the sculpted monuments to great men project (postdoctoral, Université de Poitiers, and labex Les Passés dans le Présent, Université de Nanterre). In addition to her participation in temporary exhibitions such as Napoléon III et l’Italie : naissance d’une nation (Milan, 2010; Paris, 2011), she is the author of several articles on nineteenth-century artistic and military heritage, and has collaborated on several books on the subject.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de l'École du Louvre sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo École du Louvre
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo heSam - hautes écoles Sorbonne arts et métiers
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals