Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Recherche active
La Bourgogne au premier Moyen Âge (viexe s.) : approches spatiales et institutionnelles – 1re livraison

Les Chamaves et les autres : une enquête linguistique sur les traces des Chamaves, Hattuaires, Varasques, Scotinges et Burgondes au nord de la Bourgogne1

Wolfgang Haubrichs
Traduction de Philippe Thierry

Résumé

Dans le nord de la Bourgogne, entre Besançon et Dijon, notamment dans la région de la Franche-Comté, on trouve quatre pagi mérovingiens, dont la dénomination rappelle celle des petites gentes germaniques : le Varais, les Varasques, qui, selon leur origo, sont venus après la fin du ve siècle de la région de Ratisbonne (sur le Danube) ; l’Écouens, les Scotinges, attestés depuis le viie siècle ; l’Attuyer, près de Dijon, les Hattuariens attestés depuis le milieu du viie siècle ; et, enfin, peu étudié jusqu’ici, l’Amous – autour de Gray, Dole et Neublans –, rappelant les Chamaves, attestés en 717. On rencontre ces deux dernières gentes également en Rhénanie septentrionale et en Westphalie en lien avec les Francs.
Cet article cherche d’abord à définir l’extension spatiale du pagus *Hamavorum par l’analyse et l’identification linguistiques des lieux attestés dans les chartes. À l’inverse du reste de la Franche-Comté, la plupart des noms de lieux y sont d’origine gallo-romaine, peu relèvent du germanique oriental/bourguignon. On trouve cependant de nombreux toponymes en germanique occidental/francique terminant en -ingas (-ange en français) et en *thorpa- (hameau, village). La comparaison avec les études archéologiques et historiques conduit à comprendre cette occupation du sol par les Chamaves, qui est attestée relativement tard, dans le contexte des tentatives franques de pacification du royaume des Burgondes, soumis seulement en 534 de façon définitive.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand.

Cet article fait référence aux cartes 2, 6 et 7 du dossier cartographique. Ces cartes sont réinsérées dans le corps du texte et les liens vers le dossier cartographique sont donnés en documents annexes.

La carte 2 a été modifiée le 25 juillet 2018.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le présent article est un remaniement de W. Haubrichs, « Chamaven, Hattuarier, Warasken, Skutingen (...)
  • 2  K. Zeuss, Die Deutschen und ihre Nachbarstämme, Munich, 1837, p. 585 ; A. Longnon, Atlas historiqu (...)

1C’est une particularité du nord de la Bourgogne, c’est-à-dire des régions bordant la Saône et le Doubs, autour de Besançon en Franche-Comté et de Dijon, d’y trouver jusqu’à nos jours, outre la strate germanique orientale qui s’est constituée aux ve-vie siècles avec l’extension du regnum burgonde et se manifeste avant tout dans les noms des établissements, des noms de contrées prouvant la présence dans le haut Moyen Âge d’autres gentes germaniques, en partie franques2 (cf. carte 2) :

  • 3  W. Gisi, « Scutingi und Warasci », in Anzeiger für Schweizerische Geschichte, 15 (1884), p. 383-39 (...)

• les Varasques (Warasci), probablement venus à la fin du ve ou au début du vie siècle d’une contrée nommée Stadevanga < *Staþa-wangaz, située sur les bords de la rivière Regen, qui se jette dans le Danube à Ratisbonne – en allemand Regensburg : « la forteresse sur le Regen » –, impliqués dans des combats contre les Burgondes, par la suite tombés sous l’influence d’une hérésie bonosiaque (arienne ?) combattue par l’abbé Eustase de Luxeuil. Les Varasques sont attestés dans des noms de contrées et de pagi depuis le viie siècle ; leur pagus s’étendait sur la région située à l’est de Besançon, sur les deux rives du Doubs, du sud de la métropole de la provincia Sequanorum jusqu’au cœur du Jura, jusqu’à Arbois et Pontarlier, villes toutes deux situées dans le département du Jura. Le nom de ce pagus a survécu dans le nom de pays Varais3 ;

  • 4  Chronique de Frédégaire, éd. B. Krusch, MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 2, Hanovre, 1888, p. (...)
  • 5  J. Finot, « Note sur la contrée du comté de Bourgogne appelée pagus Scodingorum », Bibliothèque de (...)

• les Scotinges (Scutingi, Scudingi), attestés depuis le début du viie siècle4 en tant qu’éponyme d’un pagus qui comprenait la région située dans le cours supérieur de la Seille, autour de Lons-le-Saunier (dép. du Jura), dans la haute vallée de l’Ain et tout autour de Salins-les-Bains (dép. du Jura), localité qui devait son importance à l’extraction très ancienne du sel. Les Skut-ingōs – à rapprocher du germanique *skut- « lancer, tirer, tir » – continuent à vivre dans les noms de la contrée d’Écouens ou Escuens5 ;

  • 6  M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 895-908 ; G. Neumann et H. von Petrikovits, « Chat (...)

• les Hattuaires (Attuarii), attestés depuis le milieu du viie siècle (en 658 : pagus Attuariorum) en tant qu’éponyme d’un pagus qui comprenait la région à l’est de Dijon et qui existe encore dans le nom de contrée Attuyer6 ;

  • 7  M. Schönfeld, Wörterbuch der altgermanischen Personennamen und Völkernamen, Heidelberg, 1911 [réim (...)

• les Chattuarii, Hattuarii < *Hattu-warijōz – en vieil-anglais au datif pluriel Haetwerum, nominatif pluriel *Hetware –, mot signifiant probablement « les hommes originaires du pays des Chattes » ou bien « les habitants du pays des Chattes », sont attestés depuis le ier siècle dans la basse vallée du Rhin et appartenaient au ive siècle à la confédération franque7.

Carte 2 – Les pagi du diocèse de Besançon et de sa marge occidentale (viie-xie s.)

Carte 2 – Les pagi du diocèse de Besançon et de sa marge occidentale (viie-xie s.)

Une enquête linguistique : le pagus *Hamavorum

2À l’est de l’Attuyer, au nord de l’Écouens et à l’ouest du Varais s’étendait un autre pagus qui tirait son nom d’un ethnonyme et qui s’est perpétué dans le nom de la contrée d’Amous. C’est avant tout de cette contrée qu’il s’agira ici.

  • 8  J. Meynier, « Limites des anciennes divisions… », op. cit., p. 104 sq. ; cf. les vues d’ensemble c (...)

3Le nom de ce pagus est attesté dans la série suivante de documents, seules les mentions n° 9 et 10 étant originales et toutes les autres des copies8 :

  • 9  J. M. Pardessus, Diplomata, chartae, epistolae, leges aliaque instrumenta ad res gallo-francicas s (...)

(1) a. 719 : in pago Amavorum [var. Amaorum]…9

  • 10  J. M. Pardessus, Diplomata…, ibid., p. 323-327, n° 514 ; J. Marilier, « Notes sur la tradition tex (...)

(2) a. 717 : in pago Comavorum… [< *Camavorum]… in pago Ammaviorum… in pago Amavorum10

  • 11  GMoyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 36 sq., n° LV ; R. Locatelli et G. Moyse, (...)

(3) a. 779/780 : in pago Scudengorum, et Amaorum, sed in Salinense…11

  • 12  R. Locatelli et G. Moyse, « Le “Cartulaire de Saint-Claude”… », ibid., n° 5 ; B. Kasten et W. Haub (...)

(4) a. 784 : in pago Amaorum12

  • 13  G. Moyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 37, n° LVII (version courte) ; R. Locatell (...)

(5) a. 787 (version courte) : in pago Scudengorum et Amaorum, seo et in Salinensium…13

  • 14  G. Moyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 37, n° LVII (version longue) ; M. Chaume, (...)

(6) a. 787 (version longue) : in pagos Escodingorum et Amaorum14

  • 15  R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, thèse (...)

(7) a. 839 (partage de l’Empire) : comitatum Amaus, comitatum Hatoariorum15

  • 16  M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1247.

(8) a. 863 : pagi Amausensis…16

  • 17  Die Urkunden Lothars I. und Lothars II., éd. T. Schieffer, MGH, DD Karolinorum, 3, Berlin/Zurich, (...)

(9) a. 866 : in pago… Amausensi, Scudensi…17

  • 18  Die Urkunden Lothars…, ibid., n° 32, p. 437.

(10) a. 868 : Amausensi, Scudensi18

  • 19  R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne…, op. cit., p. 4 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Pr (...)

(11) a. 870 (Traité de Meersen) : Warasch, Scudingum, Emaus19

  • 20  M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1248 sq.

(12) ixe/xe siècle : in comitatu Amauso…20

  • 21  M. Chaume, Les origines du duché…, ibid., p. 1249.

(13) a. 953 (?) : in comitatu Amauvensi21

  • 22  M. Chaume, Les origines du duché…, ibid. ; cf. GMoyse, « Les origines du monachisme… », op. cit. (...)

(14) a. 951 : in comitatu Amanuense [< *Amauvense]…22

  • 23  Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, tomus quintus decimus, ubi de provincia (...)

(15) a. 1040 : in comitatuAmosensi…23

  • 24  H. Reichert, Lexikon der altgermanischen Namen, t. 1, Vienne, 1987, p. 170 (Cariatto a. 529 ; Cari (...)
  • 25 H. Reichert, Lexikon…, ibid., p. 175.
  • 26  R. E. Künzel, D. P. Blok et J. MVerhoeff, Lexicon van nederlandse toponiemen tot 1200, Amsterdam (...)
  • 27  G. Neumann et H. von Petrikovits, « Chamaver », Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, t. 4 (...)

4Les attestations du nom du pagus énumérées ci-dessus peuvent s’expliquer à partir d’un ethnonyme latinisé *Hamavi ou respectivement d’un adjectif roman dérivé Hamavensis. Le nom de pays Amous, qui s’est créé en langue vernaculaire, tire son origine de *(ad)Hamavos transformé en Amavos (n° 1 et 2) puis en Amaus (n° 7, 11 et 12), le [h] initial et le [v] intervocalique tombant en langue romane. Les formes en langue vernaculaire ont à leur tour influencé les formes latinisées contenues dans les diplômes (cf. n° 3, 4, 5, 6 et 8, 9, 10, 13, 14 et 15). L’hypothèse selon laquelle il faut placer le phonème germanique [x] à l’initiale de *Hamavi pour retrouver sa forme d’origine repose sur l’existence de la forme *Camavi datée de 717 et particulièrement précieuse pour la recherche étymologique. Le roman substituant par un autre phonème le phonème germanique présupposé [x], qui fut transcrit sous la forme <ch> ou bien encore <c>, comme dans Charibert, Caribert < Haribert, les formes écrites Chamavi, Camavi étaient donc également possibles24. Nous trouvons ces formes écrites avec Chamavi depuis Tacite, en grec depuis Ptolémée avec Καµανοι, Χαµάβους, puis en latin avec Camari [< *Camavi] dans le Laterculus Veronensis (a. 425), finalement avec Matronis Hamavehis (CIL XIII 7864), noms de matrones dérivés de l’ethnonyme et inscrits sur la pierre votive d’Altdorf, village situé au sud de Jülich. Toutes ces formes désignent la gens25 qui était établie au ive siècle autour de l’Yssel et qui donna plus tard son nom au Hama-land < *Hamawa-land « pays des Chamaves » situé autour de Deventer et dans la partie occidentale du diocèse de Münster en Westphalie26. On en tire la conclusion irréfutable que l’ethnonyme employé pour construire les expressions pagus Hamavorum, Amavorum se rattache bien à la gens des Chamaves ; on peut faire un parallèle avec l’expression pagus Attuariorum pour la gens des Hattuaires, ces deux gentes appartenant en outre au ive siècle à la confédération des tribus franques27.

Sur les traces des Chamaves

5L’étendue géographique du pagus *Hamavorum peut être correctement reconstituée à partir de la situation des localités identifiables apparaissant dans les diplômes cités ci-dessus, car elles sont en nombre considérable (cf. carte 2).

  • 28  Cf. pour les identifications M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1245-1249 avec des co (...)

6Ces localités sont les suivantes28 :

• dans le département du Jura :

  • Amange (canton d’Authume)

  • Annoire (canton de Tavaux)

  • Auxange (canton d’Authume)

  • Bans (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Belmont (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Chamblay ?, a. 863 Campus Vellii (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Chassey (commune de Mutigney, canton d’Authume)

  • Chatelay (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Chevigny (canton d’Authume)

  • Chissey-sur-Loue ? (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Dammartin-Marpain (canton de Montmirey-le-Château)

  • Dole (ch.-l. d’arr.)

  • Staulin, aujourd’hui Port-Lesney (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Falletans (canton d’Authume)

  • Frasne-les-Meulières (canton d’Authume)

  • Gendrey (canton d’Authume)

  • Germigney (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • Gevry (canton de Dole)

  • Grozon (canton de Bletterans)

  • Longwy-sur-le-Doubs (canton de Tavaux)

  • Ougney (canton d’Authume)

  • Pagney (canton d’Authume)

  • Louvatange (canton d’Authume)

  • Peseux (canton de Tavaux)

  • Saint-Vivant-en-Amous (commune de Biarne, canton d’Authume), le prieuré y compris ses dépendances

  • Salins ? (canton d’Arbois)

  • Santans (canton de Mont-sous-Vaudrey)

  • †Savigny, près de Dole

Dans la donation du comes Fridericus de 784, les villae non identifiées d’Alblinus, Reccus et Tingus, d’après les localités les entourant, sont probablement à joindre à la liste ci-dessus.

• dans le département de la Haute-Saône :

  • Bucey-lès-Gy (canton de Marnay)

  • Chassey-lès-Scey (canton de Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin)

  • Choye (canton de Marnay)

  • Gray (ch-l. de canton)

  • Gy (canton de Marnay)

  • Maizières (canton de Rioz)

• dans le département de Saône-et-Loire :

  • Charnay-lès-Chalon (canton de Gergy)

  • Chazelles (commune de Mont-lès-Seurre, canton de Gergy)

  • Pourlans (canton de Gergy)

• dans le département de la Côte-d’Or :

  • Jallanges (canton de Brazey-en-Plaine)

  • †Latrecey, près de Tichey (canton de Brazey-en-Plaine)

  • Pontailler-sur-Saône, paroisse Saint-Maurice (canton d’Auxonne)

• dans le département du Doubs :

  • Voires ? (canton de Valdahon), a. 717 Vigris

  • 29  A. Longnon, Atlas historique…, op. cit., p. 154 sq. ; M. Chaume Les origines du duché…, op. cit., (...)

7Le pagus des Chamaves s’étendait donc pour l’essentiel à l’ouest de Besançon, entre la Saône et le Doubs, jusqu’à leur confluence, et au sud du Doubs autour de la forêt de Chaux jusqu’à la vallée de la Loue. Depuis Auguste Longnon, les chercheurs pensent communément que l’Amous correspond, en termes de circonscriptions ecclésiastiques, à trois doyennés du diocèse de Besançon : ceux de Gray, Dole et Amous, avec Neublans comme siège pour ce dernier (cf. carte 6)29.

Carte 6 – Archidiaconés et doyennés du diocèse de Besançon (xiie s.)

Carte 6 – Archidiaconés et doyennés du diocèse de Besançon (xiie s.)

Gallo-romain et germanique : un héritage toponymique varié

  • 30  Cf. pour ce type de nom M. Buchmüller-Pfaff, Siedlungsnamen zwischen Spätantike und frühem Mittela (...)

8Comme dans toute la Franche-Comté et toute la Gaule, les noms d’établissements en -(i)acum30, que l’on trouve aussi dans l’Amous, constituent la strate gallo-romaine de l’Antiquité tardive et peut-être même du très haut Moyen Âge. En voici quelques exemples tirés de notre documentation :

  • a. 719 : Cariniaco (Charnay-lès-Chalon)

  • a. 787 : Caviniaco (Chevigny)

  • a. 787 : Cattiliago (Chatelay)

  • a. 787 : Saviniacho (Savigny)

  • a. 787 : Geveriaco (Gevry)

  • a. 787 : in fine Latriacense < *Latriacum (Latrecey)

  • a. 787 : Germiniaco (Germigney)

  • a. 951 : Gradiacus (Gray)

  • a. 951 : Pontiliacus (Pontailler-sur-Saône), etc.

9Ces noms contenaient toujours dans la première partie de leur composition un nom de personne (NP) latin ou celtique, parfois aussi germanique, d’où était dérivé le nom d’un domaine rural par adjonction du suffixe -(i)acum à l’origine celtique, mais devenu rapidement gallo-romain :

Carinius -acum Carini-acum
Cassius
-acum Cassi-acum
Cavinius
-acum Cavini-acum
Germinius
-acum Germini-acum
Pontilius
-acum Pontili-acum

10Avec les autres noms de lieux préromans, la plupart celtiques (Bisuntione > Besançon ; Luxovium > Luxeuil) et romans (Cassellas de cas-ella « la maisonnette » > Chazelles ; Salinas « les salines » > Salins ; Macerias « les murs » > Maizières), ces noms en -(i)acum constituent le socle de la structure toponymique de la région héritée de l’Antiquité tardive et qui a continué à évoluer sous l’influence romane.

  • 31  Cf. au sujet des Burgondes J. Favrod, Histoire politique du royaume burgonde (443-534), Genève, 19 (...)
  • 32  Cf. W. Haubrichs, « Burgundian Names, Burgundian Language », in I. N. Wood (dir.), The Burgundians (...)

11Avec l’arrivée des Burgondes, une gens germanique orientale pour l’essentiel31, apparaissent dans le pays depuis le ve siècle de nouveaux noms de personnes, parmi lesquels des noms germaniques spécifiquement orientaux, comme ces noms de personnes masculins en -a (germ. occidental en -o) à déclinaison faible – c’est-à-dire celle des noms dont le radical se terminait à l’origine par -n –, tels Gibica, Sunja, Adica, Athala, Effa, Eudila, Fagila, Fastila, Goma, Chunna, Walista, Trapsta et Vulfia. Parallèlement, apparaissent de nouveaux noms d’établissements composés du suffixe -ingen en germanique commun, le suffixe -ingos étant particulier au germanique oriental, et d’un nom de personne germanique, le suffixe se transformant en -ens et -ans dans le parler roman de la région32. Font partie, par exemple, de ces nouveaux noms d’établissements dans l’Amous, les noms suivants :

  • 33  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 455 sq. ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologische (...)

• a. 722 : Stolingus, -as (Staulin, aujourd’hui Port-Lesney) < *Stōl-ingos du NP *Stōla formé sur *stōl- « siège, trône » – gotique stōls, got. de Crimée stul « siège »33 ;

  • 34  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 423 sq. ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologische (...)

• a. 787 : Sentincus, a. 1179 Sentens (Santans) < *Sinþ-ingos du NP Sinþa « compagnon »34 ;

  • 35  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 32 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 51 sq.
  • 36  R. Kaiser, Die Burgunden…, op. cit., p. 265.

• a. 787 : Badenenc (Bans) < *Badīn-ingos du NP Bad-īn formé sur le germanique *badwō (vieil-angl. beadu) « combat, querelle »35, élément très répandu dans les noms de personnes en germanique oriental – cf. par exemple dans Gundo-bad36, nom des rois et fils de roi burgondes ou respectivement le nom de lieu Combadens, commune d’Ambérieu-en-Bugey (dép. de l’Ain), formé sur le même nom ;

  • 37  Sur l’extension de *þewaz cf. W. Haubrichs, « Scutingi… », op. cit., p. 157-165 ; Id., « Warasci…  (...)

• a. 1040 Feletens, a. 1275 Falatens (Falletans) : < *Feluthew-ingos formé sur le NP Felu-þewa- « bon serviteur » avec l’élément de nom -þewaz « serviteur »37, très répandu dans les NP en germanique oriental.

12D’autres éléments de noms spécifiques du germanique oriental se trouvent dans la toponymie et l’anthroponymie de Franche-Comté et de Bourgogne :

  • 38  Sur *walda- cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 443 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p (...)
  • 39  Passio Sancti Sigismundi regis, Fredegarii et aliorum Chronica. Vitae sanctorum, éd. B. Krusch, MG (...)
  • 40  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 500.
  • 41  M. Schönfeld, Wörterbuch…, op. cit., p. 237 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 358 ; H.  (...)

• a. 1147 : Trestudens (Tretudens, Territoire de Belfort) < *þrafstwald-ingos du NP *þrafst-walda-38, formé sur le germanique *þrafsta- « consolation » + *walda- « souverain », auquel correspond à son tour le nom d’un Burgonde, un certain Trapsta Burgundio, mentionné en l’année 523 dans la Passio Sigismundi regis39*þrafsta- – du got. þrafstjan « consoler, avertir, exhorter ». La racine *þrafst- n’est attestée qu’en germanique oriental40 : cf. un Goth du nom de Thraustila, cité en l’année 454, beau-frère d’Aetius ; un certain Thraust-ilas, impliqué dans une conjuration contre l’empereur Zénon (474-491) ; le prince des Gépides Thrafst-ila (variantes Trapstila, Thraustila) au vie siècle ; voir aussi le nom wisigotique Trasta-mirus41 ;

  • 42  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 501 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 424 sq(...)
  • 43  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 365 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 27 (...)
  • 44  M. Schönfeld, Wörterbuch…, op. cit., p. 237 sq. et p. 240 ; H. Reichert, Lexikon der altgermanisch (...)
  • 45  Vita sancti Treverii monachi, c. III, 13, AA SS Januarii, t. 2, p. 399. Au sujet de *wulfa- « loup (...)

• xiie siècle : Tramoens (Trémoins, dép. de la Haute-Saône, canton d’Héricourt) < *þrasmōd-ingos du NP þrasa-môda- formé sur le germanique *þrasa- (got. þrasa- « querelle », vieux norrois þrasa « se quereller, être agité »42) + *mōþa- « sens, esprit, âme »43. Le premier élément est jusqu’au viie siècle attesté exclusivement en germanique oriental44. Cf. par exemple aussi le Burgonde Trasulfus ± a. 602, presbyter dans le vicus Prissianicum, c’est-à-dire Saint-Didier-sur-Chalaronne (dép. de l’Ain, canton de Châtillon-sur-Chalaronne) < *þrasa-wulfa- formé sur le germanique *þrasa- « querelle » + *wulfa- « loup » (Vita S. Treverii)45 ;

  • 46  Cf. n. 41 et 43.
  • 47  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 468 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 39 (...)

• a. 1239 Tracendans, a. 1467 Trassandans (Tressandans, dép. de la Haute-Saône, canton de Rougemont) : < *þrasaswind-ingos du NP þrasa-swinþa- formé sur le germanique *þrasa- « querelle »46*swinþa « fort, vigoureux » (got. swinþs, vieux-saxon swiđ)47.

  • 48  W. Braune et I. Reiffenstein, Althochdeutsche Grammatik, t. 1, Tübingen, 2004, § 77 sq.

13Le germanique oriental et, par conséquent, la langue burgonde également se distinguent du germanique occidental, par exemple du francique et de l’alémanique, en plus par des caractéristiques phonétiques, par exemple la conservation du phonème germanique [z], un s sonore qui s’est transformé en [r] en germanique occidental48 :

  • 49  Vita Desiderii episcopi Viennensis (II), in Passiones vitaeque sanctorum aevi Merovingici, éd. B. (...)
  • 50  F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 347 sq. ; V. Orel, A Handbook…, o (...)
  • 51  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 115 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 124 sq.

• a. 606/607 : Gaissefredo datif, comes dans la région de Vienne49*Gaiza-friþu- formé du germanique *gaiza- « javelot » (vieux-norrois geirr, vieil-angl. gār, vieux-saxon et vha gēr)50friþu- « paix »51 ;

  • 52  Leges Burgundionum (Lex Gundobada), éd. L. R. von Salis, MGH, Leges nationum Germanicarum, 2.1, Ha (...)
  • 53  Sur *gelda-, *geldana- « rendre la pareille, venger », cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 130 (...)
  • 54  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 161 et 532.
  • 55  W. Braune et I. Reiffenstein, Althochdeutsche Grammatik…, op. cit., § 10.

• a. 517 : Usgildi génitif, comes52*Uz-gelda- « vengeur »53, formé avec le préfixe germanique *uz-, en germ. occidental ur- « dès le début » (préfixe utilisé également pour exprimer une intensification comme dans le got. us-gildan « rendre la pareille, venger »)54 ; en outre avec la transformation du [e] en [i] en germanique oriental55 ;

  • 56  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 47 ; cf. F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterb (...)

• le nom de lieu Oysenans (dép. du Jura, canton de Bletterans, commune de Ruffey-sur-Seille) : a. 852 Ausinincus < *Auzīn-ingôs du NP Auz-īn formé sur le germanique *auza- « briller » + suffixe -n56 ;

  • 57  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 76 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 42  (...)

• le nom de lieu Beaumotte-Aubertans (dép. du Jura, canton de Montbozon), a. 1170 Ozbatens, a. 1231 Ozbartans, a. 1242 Ozbertans : < *Auzberht-ingôs du NP *Auza-berhta- formé sur le germanique *auza- « briller » + germanique *berhta- « brillant, célèbre »57 ;

  • 58  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 27 sq. ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches (...)

• le nom de lieu Issans (dép. du Doubs, canton de Bavans) : a. 1293 Ayssens, a. 1441 Yssans < *Aiz-ingôs du NP Aiza formé sur le germanique *aizō- (vha ēra) « honneur »58.

  • 59  R. Kaiser, Die Burgunden…, op. cit.
  • 60  La conception privilégiée et défendue par les romanistes [E. Schüle « Le problème burgonde vu par (...)
  • 61  Dans un colloque commun interdisciplinaire (1er semestre 2005-2006) sur « Les noms de lieux et l’h (...)

14Il ne peut donc y avoir de doute que les porteurs de NP contenus dans les noms de lieux en -ingos en Bourgogne, plus précisément dans le pays des Dombes, en Franche-Comté et dans la partie occidentale de la Suisse étaient pour l’essentiel des Germains orientaux, surtout des Burgondes probablement, qui, depuis leur installation par le général romain Aetius en 443 dans la Sabaudia autour du lac de Genève, étendirent leur regnum aux cités romaines de Lyon, Vienne, Mâcon, Chalon, Langres (Dijon) et Besançon, jusqu’à ce qu’il fût définitivement incorporé en 534 au grand royaume mérovingien59. Certes, le suffixe -ingos a bien pu vivre encore quelque temps après la fin du royaume des Burgondes et était peut-être encore productif dans des bouches romanes après la disparition définitive de la langue burgonde dans la seconde moitié du vie siècle60. Toutefois, les découvertes archéologiques réalisées dans les nécropoles de plein champ appartenant aux lieux en -ingos montrent que ces nécropoles existent dès les ve-vie siècles61.

  • 62  Des noms germaniques occidentaux sont aussi présents de manière caractéristique dans le groupe des (...)
  • 63  G. Baesecke, « Verhältnis der Handschriften der Lex Gundobada nach der Grafenliste », Zeitschrift (...)
  • 64  W. Haubrichs « Akkulturation und Distanz… », op. cit.

15Dans la couche supérieure de la société burgonde, mais pas uniquement dans ce groupe62, on trouvait aussi des noms contenant des éléments germaniques occidentaux : par exemple dans la liste des comtes du Liber constitutionum – c’est-à-dire la lex Burgundionum63 de l’année 517, qui comprenait aussi des comites portant des noms masculins germaniques occidentaux en -o, peut-être originaires du pays des Hattuaires et des Chamaves, comme Siggo et Offo, et on trouve même un nom roman Silvanus parmi les trente et un comtes64. De même, on rencontre des noms germaniques occidentaux, dont on suppose qu’ils sont ceux des propriétaires fonciers, dans les noms d’établissements en -ingos, par exemple :

  • 65  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 13 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 27 sq. ; W. Hau (...)
  • 66  Cf. n. 49.

• nom de lieu Augerans (dép. du Jura, canton de Montbarrey), a. 1092 Algerens < *Alagair-ingôs du NP germ. occidental *Ala-gaira- avec germanique occidental [r] < [z] < * -gaiza formé sur le germanique *ala- « plein, entier »65*gaiza- « lance, javelot »66 ;

  • 67  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 13 ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. ci (...)

• nom de lieu Germondans (dép. du Doubs, canton de Marchaux), a. 1284 Germondans < *Gairamund-ingôs du NP *Gaira-munda formé sur le germanique occidental *gaira- < germ. *gaiza- « lance, javelot » *munda- « protection »67.

  • 68  Sur les noms en -ange, cf. E. Muret, « Les noms de lieu germaniques en -ens ou -ans ou -anges dans (...)

16On remarque tout de suite que se trouve en plein pagus des Chamaves, directement au nord du Doubs et de la forêt de Chaux, un groupe très compact de noms d’établissements se terminant par le suffixe germanique occidental -ingas, qui, comme ailleurs dans le royaume franc, a évolué en bouche romane en -enge(s), -ange(s) (cf. carte 7)68 :

  • 69  Sur *ermena-, cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 85 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., (...)
  • 70  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 31 sq. ; A. L. Lloyd, R. Lühr et O. Springer, Etymologi (...)

1. Amange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 784 Emeningas, a. 1275 Amenges, a. 1280 Amanges < *Em(m)īn-ingas du NP Emmīn(o) avec assimilation de [rm] > [mm] formé sur le germanique *ermina- « grand, sublime »69. Si la référence de 784 ne se rapporte pas à Amange, il faut reconstruire *Am-ingas à partir du NP Amo formé sur le germanique *ama- (vieux-norrois ama « presser, tracasser » ; vha emmizîgemiz- amiz « persistant, assidu »)70 ;

  • 71  Sur *erkna-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 25 ; V. Orel, A Handbook…, op. (...)

2. Archelange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 1250 Archeleinges, a. 1263 Archeleinge < *Erkil-ingas du NP Erkil(o) formé sur le germanique *erk- < *erkna- « sublime »71 + suffixe -l ;

  • 72  Sur *auda-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, ibid., p. 63 ; V. Orel, A Handbook…, ibid., (...)

3. Audelange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 1177 Audelengis < *Audil-ingas du NP Audilo < germ. *auda- « possession »72 + suffixe -l ;

  • 73  X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012. Sur *austa-, cf. V. Orel, A Handbook…, op.  (...)

4. †Autange (dép. du Jura, canton de Levier, commune de Frasne) : < *Aust-ingas du NP Austo ? formé sur le germanique *austa- « Osten »73 ;

  • 74  Sur *sedu-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 418 ; V. Orel, A Handbook…, op. (...)

5. Auxange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 784 Autsidingus < *Audasid-ingas du NP *Auda-sedu- formé sur le germanique *auda- « possession » + *sedu- « usage, coutume »74 ;

  • 75  Cf. n. 55. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012) reconstruit comme NP un *Berhtal(...)

6. Berthelange (dép. du Doubs, canton de Saint-Vit) : a. 1160 Bertelenges, a. 1271 Berthelainges < *Berhtil-ingas du NP Berhtilo formé sur le germanique *berhta- « brillant, célèbre »75 + suffixe -l ;

  • 76  Cf. n. 37 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013.

7. Berthoulange, Bathoulange (dép. du Jura, canton d’Authume, commune d’Auxange) : a. 1130 Bertoldenges, ± 1150 Bertoldenges < *Berhtwald-ingas du NP *Berht-walda- < germ. *berhta- « brillant, célèbre » + *-walda- « souverain »76 ;

8. †Bulliange (dép. du Jura, canton d’Authume, commune d’Amange) : probablement du NP *Budil(o) ;

  • 77  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 185 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 122 sq(...)
  • 78  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 247 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 163 ; (...)

9. Jallerange (dép. du Doubs, canton de Saint-Vit) : a. 1089 et 1111 Gelerengis, a. 1137 Jalerenges, a. 1275 Galerenges < *Gailhar-ingas du NP Gaila-harja- < germ. *gaila- « vivant, joyeux » (got. gailjan « réjouir »)77 avec substitution phonétique romane [a] pour germ. [ai] + *harja- « armée, guerrier »78 ;

  • 79  Sur *lauba-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 188 ; V. Orel, A Handbook…, op (...)
  • 80  Sur *haþu-, cf. V. Orel, A Handbook…, ibid., p. 165 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 1 (...)

10. Louvatange (dép. du Jura, canton d’Authume) : déjà mentionné en 933 comme Louetenges dans le comitatus d’Amous, xiie siècle Lovatenges < *Laubahad-ingas du NP *Lauba-hadu- < germ. *lauba- « cher »79*hadu- « combat, combattant »80 ;

  • 81  Sur *madal- < *maþlan (got. maþl), cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 349 sq(...)

11. Malange (dép. du Jura, canton d’Authume) : avant a. 1000 Malingus, a. 1120 Malanges, xiie siècle Maalenges < *Madal-ingas du NP Madalo formé sur le germanique *maþal- « assemblée, tribunal, discours devant le tribunal »81 ;

  • 82  Cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 512 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit (...)

12. Offlanges (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 908 Offanengos, a. 1120 Offange, xiiie siècle Offlange*Offan-ingas du NP Offan, Uffan < germ. oriental (got.) ufjo « superflus, surabondant, riche, fier »82 + suffixe -;

  • 83  Sur *hrōma-, terme uniquement germ. occidental, cf. F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterb (...)

13. Romange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 852/855 Romingus, xiie siècle Reumanges < *Hrōm-ingas du NP *Hrōmo formé sur le germanique *hrōma- « gloire »83 ;

  • 84  Sur les abréviations de deux radicaux, cf. H. Kaufmann, Untersuchungen zu altdeutschen Rufnamen, M (...)

14. Rouffange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 1140 Rofenges < du NP Rōf(fo) ; probablement une abréviation de deux radicaux provenant d’un NP comme Rōd-frid, etc., ce type d’abréviations se rencontrant surtout en germanique occidental et se manifestant relativement tard84 ;

  • 85  Sur *sarwa-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 411 ; V. Orel, A Handbook…, op (...)

15. Sermange (dép. du Jura, canton d’Authume) : a. 1120 Sarmangis, Salmangis, a. 1351, Sermanges, xive siècle Sermaige < *Sarw-ingas du NP *Sarwo formé sur le germanique *sarwa- (got. sarwa pluriel « armure, arme », vha saro « armure »)85 ;

  • 86  Je suis ici X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013), mais la forme a. 1182 Wasileng (...)

16. Vassange (dép. du Jura, canton d’Authume, commune de Gendrey) : a. 1141 Waschenges, a. 1204 Waschenges*Wask-ingas du NP Wasko « Basque »86 ;

  • 87  Sur *wulþar-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 577 ; H. Kaufmann, Ergänzungs (...)

17. Vriange (dép. du Jura, canton d’Authume) : xiie siècle Wurrienges, a. 1339 Verranges *Wulþar-ingas du NP Wulþar formé sur le germanique *wulþar « valeur, gloire » (got. wulþrs)87 ;

  • 88  Sur *wala- « mort », cf. F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 970. Cf. (...)

18. †Walerange (dép. du Jura, canton d’Authume, commune de Sermange) : a. 1182 ValirengesWalahar-ingas du NP *Wala-harja- formé sur le germanique *wala- « mort » + *-harja- « guerrier »88 ;

  • 89  Cf. n. 44 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

19. †Willaufange (dép. du Jura, canton d’Authume, commune de Gendrey) : a. 1140 Willelfenges, a. 1181 Willerfenges*Wiljawulf-ingas du NP *Wilja-wulfa- formé sur le germanique occidental *wiljôn « volonté, souhait » + *wulfa- « loup »89 ;

  • 90  Cf. X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

20. †Woufflange (dép. du Jura, canton d’Authume, commune de Montmirey-le-Château) : a. 1172 Vofflenges, a. 1182 Wufflenges, Wulliflengis*Wulfil-ingas du NP Wulf-ilo < germ. *wulfa- « loup » + suffixe -l90.

Carte 7 – Toponymes de l’Amous

Carte 7 – Toponymes de l’Amous

17Quelques-uns des noms en -ange se trouvent aussi à l’extérieur de cette aire compacte, aux marges de l’Amous :

  • 91  Sur *welja-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 563 ; V. Orel, A Handbook…, op (...)
  • 92  Cf. n. 49. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1011 sq.) croit que Vellefrange, comme (...)

21. Vellefrange (dép. de la Haute-Saône, canton de Mamay, commune de Vellefrey-et-Vellefrange) : a. 1189 Vilefrainge, xiiie siècle Vilefrange < *Wiljafrid-ingas du NP *Wilja-friduz < germ. occidental *wilja- « volonté, souhait »91*-fridu- « paix »92 ;

  • 93  Sur *bandwa-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 79 sq. ; V. Orel, A Handbook…(...)

22. Bantanges (dép. de la Saône-et-Loire, canton de Cuiseaux) : a. 833 Bandingas, xiiie siècle Bandenges*Band-ingas du NP Bando < germ. *bandwa- « signe, bannière »93 ;

  • 94  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 71 ; A. L. Lloyd, R. Lühr et O. Springer, Etymologische (...)

23. Branges (dép. de la Saône-et-Loire, canton de Louhans) : a. 926 Brilanga, a. 957 Brengis, a. 1200 Brengiae < *Bridil-ingas du NP *Bridil(o) < germ. occidental *brigdila- (vha brîdil, ancien saxon briddil, ancien angl. brîdel, moyen français bride) « bride ». Cf. le nom de lieu bavarois Prittriching (arr. Landsberg), xiie siècle Bridirich-ingen94 ;

  • 95  Cf. n. 78 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 227.

24. Louhans (sous-préfecture du dép. de la Saône-et-Loire) : a. 878 Louingum (dat. plur.), a. 915 Lauuingum, a. 941 Louincum*Laub-ingum (dat. plur.) du NP *Laubo < germ. *lauba- « cher »95 ;

  • 96  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 56. Cf. X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p (...)

25. Bousselange (dép. de la Côte-d’Or, canton de Brazey-en-Plaine) : a. 1170 Bocelenges*Bôdsil-ingas du NP Bôd-s-o, forme hypocoristique du nom Bôdo < germ. *bauda- « commander » + suffixe -l96 ;

  • 97  Cf. n. 77 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

26. Jallange (dép. de la Côte-d’Or, canton de Brazey-en-Plaine) : a. 784 Jadangos (< *Jalangos ?), a. 1294 Jaulanges < *Gail(l-)ingas du NP Gail(l)o < germ.*gaila- « vivant, joyeux » (avec substitution romane [a] pour germ. [ai])97.

  • 98  Cf. F. Lassus et G. Taverdet, Noms de lieux de Franche-Comté…, op. cit., p. 68 ; X. Gouvert, Probl (...)

18La carte 7 montre nettement que les noms d’établissements en -ange se concentrent sur les terres de colonisation situées entre deux rivières, l’Ognon et le Doubs, entre le massif forestier de la Serre, la forêt d’Arne et la forêt de Chaux, tandis que les toponymes en -ans se trouvent bien plus concentrés dans le secteur des anciens noms gallo-romains en -(i)acum. On ne pourra guère s’interdire de mettre en relation ce groupe germanique occidental de noms d’établissements en -ingas avec les Chamaves, en tant que groupe donnant son nom à ce pagus. Sont aussi à prendre en considération les trois noms d’établissements en germanique -þorpa, qui ont des équivalents anciens dans la basse vallée du Rhin, en Westphalie et aux Pays-Bas98 :

27. Torpes (dép. de la Saône-et-Loire, canton de Pierre-de-Bresse), au sud de Neublans-Abergement : a. 1111 Torpa, a. 1315 Torpe ;

28. Torpes (dép. du Doubs, canton de Besançon), sur le Doubs, au nord de Boussières : a. 1187 Torpa, a. 1292 Torpe ;

  • 99  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 17 ; A. L. Lloyd et O. Springer, Etymologisches Wörterbuch des (...)

29. Antorpe (dép. du Doubs, canton et commune de Saint-Vit), sur le Doubs, à l’est d’Évans et Salans : a. 1293 Entorpes, à rapprocher de *ana « en haut, placé plus haut ». Le village surplombe une voie romaine de Besançon à Chalon-sur-Saône99.

L’implantation des Chamaves

  • 100  K. Zeuss, Die Deutschen und ihre Nachbarstämme, Munich, 1837, p. 582 ; M. Chaume, Les origines du (...)

19À partir de quand doit-on faire commencer l’implantation des Chamaves ? On cite volontiers la nouvelle rapportée par le panégyriste Eumenius, selon qui Constance Chlore (293-306), à la fin du iiie siècle, après ses victoires dans la basse vallée du Rhin, a transplanté des Chamaves et des Frisons dans la région de Langres100. Cependant est-on vraiment autorisé, sans autres indices, à assimiler cette nouvelle à une implantation de Chamaves dans la civitas de Besançon ?

  • 101  J.-P. Chambon, « Zones d’implantation publique au haut Moyen Âge précoce dans le nord de la cité d (...)
  • 102  X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1031 et 1050.
  • 103  X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1050 sq.
  • 104  J.-P. Chambon, « Sur quelques toponymes de la région de Luxeuil (Haute-Saône) », Bulletin de la So (...)

20On a effectivement recouru à différents toponymes formés sur des noms de peuples, dans le secteur de Besançon et dans toute la Séquanie, pour prouver l’installation par les Romains de lètes et de déditices (dediticii). Ainsi Bourguignon près de Chatey (dép. du Doubs, canton de Pont-de-Roide-Vermondans) pour prouver une « implantation des lètes burgondes », Goux-lès-Dambelin < *Gothis (ibid.) celle des lètes gotiques101 ; Franxault (dép. de la Côte-d’Or, canton de Brazey-en-Plaine), vers 1113-1119 Franceis*(apud) Franciscos celle des lètes franques102 ; Soissons-sur-Nacey (dép. de la Côte-d’Or), a. 1239 Saixons, a. 1243 Sessons, ca. 1250 Saissuns *(apud) Saxones celle des lètes saxons103. Même Amage près d’Annegray (dép. de la Haute-Saône, canton de Faucogney) < *Hamāvia (?) a été considéré comme un « établissement de déditices chamaves »104. Toutefois, là aussi, il faut se demander si ces hypothèses peuvent être établies avec certitude sans un éclairage extra-linguistique. On ne peut certainement pas exclure si facilement une implantation conduite par les rois mérovingiens au haut Moyen Âge. Et l’implantation de Goths près de Dambelin sur le Doubs et dans d’autres lieux de la Séquanie ne peut-elle pas être due à l’afflux de Wisigoths dans le regnum des Burgondes, comme le Liber constitutionum de l’année 517 le mentionne ?

  • 105  D’après la communication amicale de Frauke Stein (université de la Sarre), ce sont pour la période (...)
  • 106  WHaubrichs, « Warasci… », op. cit., p. 260.

21Par conséquent, la coïncidence et la corrélation avec des facteurs extra-linguistiques, par exemple avec des découvertes archéologiques, doivent rester des paramètres déterminants. Et ces découvertes parlent effectivement un langage très clair : quatre sur vingt, soit 20 % des toponymes en -ingas analysés ci-dessus, sont à mettre en corrélation avec des nécropoles de l’époque mérovingienne. Or, celles-ci ne commencent à exister qu’au début du viie siècle105. À cette époque, les chroniques commencent aussi à témoigner de la présence des Scotinges et des Varasques. Cependant, l’arrivée de ces derniers, à la lumière de leur adhésion à la doctrine bonosiaque, devrait remonter au début du vie siècle, c’est-à-dire à l’époque du regnum burgonde et, comme d’après leur Origo ils ont combattu les Burgondes, elle devrait être en rapport avec les tentatives des rois francs d’endiguer l’expansion burgonde106. La genèse du pagus Chamavorum pourrait être due à de telles tentatives, peut-être un peu plus tardives, de contrôler la turbulente Bourgogne.

Reçu : 27 juillet 2017 – Accepté : 2 septembre 2017

Haut de page

Notes

1  Le présent article est un remaniement de W. Haubrichs, « Chamaven, Hattuarier, Warasken, Skutingen und Burgunden in der Onomastik Nordburgunds. Eine linguistische Spurensuche », in W. Czachur et M. Czyzewska (dir.), Vom Wort zum Text. Studien zur deutschen Sprache und Kultur. Festschrift J. Wiktorowicz, Varsovie, 2008, p. 621-637. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à Philippe Thierry (Paris) pour l’excellente traduction de ce texte.

2  K. Zeuss, Die Deutschen und ihre Nachbarstämme, Munich, 1837, p. 585 ; A. Longnon, Atlas historique de la France, Paris, 1907, p. 154 sq. ; M. Chaume, Les origines du duché de Bourgogne, seconde partie (géographie historique), Dijon, 1927 et 1937, réimpr. Aalen, 1977, p. 771 ; O. Perrin, Les Burgondes. Leur histoire, des origines à la fin du premier Royaume (534), Neuchâtel, 1968, p. 352 sq. ; G. Moyse, « La Bourgogne septentrionale et particulièrement le diocèse de Besançon », in E. Ewig et J. Werner (dir.), Von der Spätantike zum frühen Mittelalter. Aktuelle Probleme in historischer und archäologischer Sicht, Sigmaringen, 1979, p. 467-480 : pour aller plus loin cf. J. Meynier, « Limites des anciennes divisions de la Séquanie », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 6e série, 1 (1886), p. 98-107 ; J. Marilier, « Testamentum Wideradi coenobii Flaviniacensis abbatis », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 23 (1970-1971), p. 57-72 ; K. Weber, Die Formierung des Elsass im Regnum Francorum. Adel, Kirche und Königtum am Oberrhein in merowingischer und frühkarolingischer Zeit, Ostfildern, 2011, p. 46-48 ; Id., « Pagus und ducatus am südlichen Oberrhein in merowingischer und karolingischer Zeit », in S. Brather et J. Dendorfer (dir.), Grenzen, Räume und Identitäten. Der Oberrhein und seine Nachbarregionen von der Antike bis zum Hochmittelalter, Ostfildern, 2017, p. 411-434 ; Id., « Alsace and Burgundy : Spatial Patterns in the Early Middle Ages, c. 600-900 » [à paraître, à l’adresse http://journals.openedition.org/cem/14838].

3  W. Gisi, « Scutingi und Warasci », in Anzeiger für Schweizerische Geschichte, 15 (1884), p. 383-392 ; J. Meynier, « Limites des anciennes divisions… », ibid., p. 102-104 (avec d’autres diplômes du xiiie siècle) ; M. Chaume, Les origines du duché…, ibid., p. 209 sq. ; WHaubrichs, « Warasci », in Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 33 (2006), p. 258-261 ; cf. aussi JMarilier, « Testamentum Wideradi… », ibid. ; GMoyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (ve-xe siècles) », Bibliothèque de l’École des chartes, 131 (1973), p. 21-104, 369-485, ici p. 26, n° VII (Tarcenay) ; p. 26 sq., n° XI (Reugny) ; p. 30, n° XXX (avec de nouveaux documents concernant la période avant 929, les années 944 et 941-942). Étymologiquement les Varasques, au sens vraisemblablement de « les vigilants », sont à rapprocher du germanique *wara- « attentif, vigilant ». On doit considérer comme erronée l’étymologie Waeraeskas « Les Frênes de l’alliance » proposée par J.-P. Poly et P. Riché dans « Le Christ qu’aimaient les Francs », in Y. Lequin (dir.), Histoire des étrangers et de l’immigration en France, Paris, 1988, p. 81-103, ici p. 91.

4  Chronique de Frédégaire, éd. B. Krusch, MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 2, Hanovre, 1888, p. 130 : in pago… Scotingorum (vers 603-604).

5  J. Finot, « Note sur la contrée du comté de Bourgogne appelée pagus Scodingorum », Bibliothèque de l’École des chartes, 33 (1872), p. 289-294 ; W. Gisi, « Scutingi… », op. cit. ; J. Meynier, « Limites des anciennes divisions… », op. cit., p. 104 sq. ; M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 185 ; WHaubrichs, « Scutingi », in Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 27 (2004), p. 633-634, ici p. 633 sq. On doit considérer comme erronée l’étymologie *ScuwOdingas, qui signifierait « d’Odings qui surveillent », proposée par J.-P. Poly, « Le premier roi des Francs. La loi salique et le pouvoir royal à la fin de l’Empire », in G. Constable et M. Rouche (dir.), Auctoritas. Mélanges offerts à Olivier Guillot, Paris, 2006, p. 97-128, ici p. 110.

6  M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 895-908 ; G. Neumann et H. von Petrikovits, « Chattwarier », Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 4 (1981), p. 391-393, ici p. 392 sq.

7  M. Schönfeld, Wörterbuch der altgermanischen Personennamen und Völkernamen, Heidelberg, 1911 [réimpr. 1965], p. 131 ; G. Neumann et H. von Petrikovits, « Chattwarier », ibid., p. 391 sq. On doit considérer comme erronée l’étymologie « des Francs Hattehare “les Gris de Hatti” » chez J.-P. Poly, « Le Christ qu’aimaient les Francs… », op. cit., p. 92, qui, il est vrai, dans son article « Le premier roi des Francs… », op. cit., p. 110, avec *Hatteware « les habitants (chez) les Hatte » s’approche de la dérivation acceptable en linguistique.

8  J. Meynier, « Limites des anciennes divisions… », op. cit., p. 104 sq. ; cf. les vues d’ensemble chez J. Meynier, ibid., p. 105 sq. ; M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1245-1249. Il existe encore un diplôme de l’année 933 dans lequel le diacre Alcherius offre à l’Église de Besançon ses possessions à Louvatange (dép. du Jura, canton d’Authume) situé dans le comitatus de l’Amous. Cf. G. Moyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 27, n° XVI.

9  J. M. Pardessus, Diplomata, chartae, epistolae, leges aliaque instrumenta ad res gallo-francicas spectantia, t. 2, Paris, 1849 [réimpr. Aalen, 1969], p. 399-402, n° 587 ; The Cartulary of Flavigny 717-1113, éd. C. B. Bouchard, Cambridge (Mass.), 1991 (Medieval Academy Books, 99), n° 2 et 58.

10  J. M. Pardessus, Diplomata…, ibid., p. 323-327, n° 514 ; J. Marilier, « Notes sur la tradition textuelle des testaments de Flavigny », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 23 (1962), p. 185-199 ; Id., « Testamentum Wideradi… », op. cit. ; U. Nonn, « Merowingische Testamente. Studien zum Fortleben einer römischen Urkundenform im Frankenreich », Archiv für Diplomatik, 18 (1972), p. 1-129, ici p. 110-121 ; The Cartulary of Flavigny…, ibid., n° 1 et 57.

11  GMoyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 36 sq., n° LV ; R. Locatelli et G. Moyse, « Le “Cartulaire de Saint-Claude” constitué par Pierre-François Chifflet », in L. Delobette et P. Delsalle (dir.), Autour de Chifflet. Aux origines de l’érudition en Franche-Comté, Besançon, 2007, p. 165-202, n° 6 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden des Jura-Klosters Saint-Claude », Archiv für Diplomatik, 58 (2012), p. 15-56, ici p. 39-41, n° 1.

12  R. Locatelli et G. Moyse, « Le “Cartulaire de Saint-Claude”… », ibid., n° 5 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden… », ibid., p. 41-45, n° 2.

13  G. Moyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 37, n° LVII (version courte) ; R. Locatelli et G. Moyse, « Le “Cartulaire de Saint-Claude”… », ibid., n° 4 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden… », ibid., p. 45-47, n° 3.

14  G. Moyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 37, n° LVII (version longue) ; M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1247 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden… », op. cit., p. 47-50, n° 4.

15  R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, thèse, Paris, 1907 [réimp. Genève, 1974], p. 3 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden… », op. cit., p. 30. Annales de Saint-Bertin, éd. F. Grat et alii, Paris, 1964, a. 839.

16  M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1247.

17  Die Urkunden Lothars I. und Lothars II., éd. T. Schieffer, MGH, DD Karolinorum, 3, Berlin/Zurich, 1966, Lothaire II, n° 27, p. 429.

18  Die Urkunden Lothars…, ibid., n° 32, p. 437.

19  R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne…, op. cit., p. 4 ; B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden… », op. cit., p. 30. Annales de Saint-Bertin…, op. cit., a. 870.

20  M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1248 sq.

21  M. Chaume, Les origines du duché…, ibid., p. 1249.

22  M. Chaume, Les origines du duché…, ibid. ; cf. GMoyse, « Les origines du monachisme… », op. cit., p. 27, n° XIII.

23  Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, tomus quintus decimus, ubi de provincia Vesuntionensi agitur, condidit Bartholomaeus Hauréau, Paris, 1860, ici XV, p. 8, n° VII.

24  H. Reichert, Lexikon der altgermanischen Namen, t. 1, Vienne, 1987, p. 170 (Cariatto a. 529 ; Cariatto < *Hariatto a. 585 ; Cariobaud < Hariobaud a. 383/392, etc.).

25 H. Reichert, Lexikon…, ibid., p. 175.

26  R. E. Künzel, D. P. Blok et J. MVerhoeff, Lexicon van nederlandse toponiemen tot 1200, Amsterdam, 1988, p. 163.

27  G. Neumann et H. von Petrikovits, « Chamaver », Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, t. 4 (1981), p. 368-370 ; R. Schmidt-Wiegand « Lex Francorum Chamavorum », Handbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte, 2 (1978), p. 1915-1916. Étymologiquement, *Hamawōz peut se rattacher probablement à *hamaz « vêtement, peau » (vieux-norrois hamr « peau », vieil-angl. hama « vêtement », moyen-bas-allemand ham « vêtement », vieil-haut-allemand [désormais vha] hamo « filet de pêche », vieux-frison hama « robe, habit », vha gund-hama « chemise de combat, cotte de mailles ») ; voir aussi got. ga-hamon « se vêtir » ; vieil-islandais hamask ganga « l’allure d’un Berserker, c’est-à-dire d’un guerrier-fauve ; s’envelopper (dans une figure d’animal) ». S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch der gotischen Sprache, Leyde, 1939, p. 6 ; V. Orel, A Handbook of Germanic Etymology, Leyde/Boston, 2003, p. 158 ; M. Schönfeld, Wörterbuch, op. cit., p. 125 sq. ; voir aussi P. von Polenz, Landschaftsnamen und Bezirksnamen im frühmittelalterlichen Deutschland, t. 1, Marbourg, 1961, p. 20. Les Chamaves se considéraient vraisemblablement comme « des guerriers enveloppés de peaux (de bête) ». On doit considérer comme totalement erronée l’interprétation non explicitée *Ham-hàwe « éclaireurs (restés) à la maison », donnée par J.-P. Poly, « Le premier roi des Francs », op. cit., p. 108 ; elle n’est juste ni phonétiquement ni morphologiquement ni lexicologiquement.

28  Cf. pour les identifications M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 1245-1249 avec des corrections chez JMarilier, « Testamentum Wideradi… », op. cit. ; voir aussi des indications sur des diplômes tardifs du xie siècle chez J. Meynier, « Limites des anciennes divisions… », op. cit., p. 105 sq. ; voir, en outre, B. Kasten et W. Haubrichs, « Unedierte Privaturkunden… », op. cit., p. 39-56.

29  A. Longnon, Atlas historique…, op. cit., p. 154 sq. ; M. Chaume Les origines du duché…, op. cit., p. 1245 ; J. Calmette et E. Clouzot, Pouillés des provinces de Besançon, de Tarentaise et de Vienne, Paris, 1940, XXVII, XXIX sq. (en 1238 archidiaconatus de Amoys et non pas de Neublans).

30  Cf. pour ce type de nom M. Buchmüller-Pfaff, Siedlungsnamen zwischen Spätantike und frühem Mittelalter. Die -(i)acum-Namen der römischen Provinz Belgica Prima, Tübingen, 1990.

31  Cf. au sujet des Burgondes J. Favrod, Histoire politique du royaume burgonde (443-534), Genève, 1997 ; L. Steiner, « Burgondes et Francs en Suisse Occidentale (ve-viie siècle) : une présence germanique précoce, mais discrète », Revue suisse d’art et d’archéologie, 60 (2003), p. 65-74 ; R. Kaiser, Die Burgunden, Stuttgart, 2004 ; K. Escher, Les Burgondes, ier-vie siècle après J.-C., Paris, 2006 ; V. Gallé (dir.), Die Burgunder : Ethnogenese und Assimilation eines Volkes, Worms, 2009 ; D. Billoin, K. Escher, H. Gaillard de Semainville et P. Gandel, « Contributions à la connaissance de l’implantation burgonde en Gaule au ve siècle », Revue archéologique de l’Est, 59 (2010), p. 567-583.

32  Cf. W. Haubrichs, « Burgundian Names, Burgundian Language », in I. N. Wood (dir.), The Burgundians from the Migration Period to the Sixth Century. An Ethnographic Perspective, Woodbridge [sous presse] ; Id., « Ein namhaftes Volk, Burgundische Namen und Sprache des 5. und 6. Jahrhunderts », in V. Gallé (dir.), Die Burgunder…, ibid., p. 135-184 ; Id., « Akkulturation und Distanz. Germanische und romanische Personennamen im regnum der Burgunden », in M. Becher (dir.), Völker, Reiche und Namen im frühen Mittelalter, Munich, 2010, p. 191-222 ; Id., « Sprachliche Integration, Sprachinseln und Sprachgrenzbildung im Bereich der östlichen Gallia. Das Beispiel der Burgunden und der Franken », in T. Kölzer et R. Schieffer (dir.), Von der Spätantike zum Frühmittelalter : Kontinuitäten und Brücken, Konzeptionen und Befunde, Ostfildern, 2009, p. 61-100 ; W. Haubrichs et M. Pfister, « Burgundisch (Burgundian) », in U. Ammon et H. Haarmann (dir.), Wieser-Enzyklopädie der Sprachen Westeuropas, Klagenfurt, 2016, t. 1, p. 73-80 ; voir aussi au sujet des noms d’établissements en -ingos E. Gamillscheg, Romania Germanica. Sprach- und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des alten Römerreichs, t. 3, Berlin/Leipzig, 1936 ; M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 167-171 ; T. Perrenot, La toponymie burgonde, Paris, 1942 ; cf. note 67.

33  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 455 sq. ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, Berlin/New York, 2002 (24e éd.), p. 893 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 379 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband zu Ernst Förstemann, Personennamen, Munich/Hildesheim, 1968, p. 328, indique un parallèle alémanique avec le nom d’établissement Stühlingen (district de Waldshut), au xie siècle Stuolingen à rapprocher du NP en vha. Stuolo formé par diphtongaison < *Stôlo.

34  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 423 sq. ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, ibid., p. 352 (Ge-sinde) ; M. Schönfeld, Wörterbuch…, op. cit., p. 202 (Sende-fara), p. 207 sq. (Sinde-rith, Sind-ila, Sind-val) ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, ibid., p. 315 sq.

35  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 32 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 51 sq.

36  R. Kaiser, Die Burgunden…, op. cit., p. 265.

37  Sur l’extension de *þewaz cf. W. Haubrichs, « Scutingi… », op. cit., p. 157-165 ; Id., « Warasci… », op. cit., p. 300-303.

38  Sur *walda- cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 443 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 379 sq.

39  Passio Sancti Sigismundi regis, Fredegarii et aliorum Chronica. Vitae sanctorum, éd. B. Krusch, MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 2, Hanovre, 1888, p. 329-340, c. 9, ici p. 338.

40  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 500.

41  M. Schönfeld, Wörterbuch…, op. cit., p. 237 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 358 ; H. Reichert, Lexikon der altgermanischen Namen, t. 1, p. 701 sq. ; N. Wagner, « Gaisericus und Gesiric. Zu ai und au im späteren Ostgermanisch und bei Wulfila », Beiträge zur Namenforschung, 37 (2002), p. 259-270, ici p. 267.

42  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 501 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 424 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 358 sq.

43  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 365 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 274 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 259 sq.

44  M. Schönfeld, Wörterbuch…, op. cit., p. 237 sq. et p. 240 ; H. Reichert, Lexikon der altgermanischen Namen…, op. cit., p. 699-701, 713 sq.

45  Vita sancti Treverii monachi, c. III, 13, AA SS Januarii, t. 2, p. 399. Au sujet de *wulfa- « loup » cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 473 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 416 sq.

46  Cf. n. 41 et 43.

47  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 468 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 394 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 336 sq.

48  W. Braune et I. Reiffenstein, Althochdeutsche Grammatik, t. 1, Tübingen, 2004, § 77 sq.

49  Vita Desiderii episcopi Viennensis (II), in Passiones vitaeque sanctorum aevi Merovingici, éd. B. Krusch, MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 3, Hanovre, 1896, p. 626-645, c. 8, ici p. 641.

50  F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 347 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 123 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 132-134.

51  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 115 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 124 sq.

52  Leges Burgundionum (Lex Gundobada), éd. L. R. von Salis, MGH, Leges nationum Germanicarum, 2.1, Hanovre, 1892, p. 34.

53  Sur *gelda-, *geldana- « rendre la pareille, venger », cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 130 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 146 sq.

54  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 161 et 532.

55  W. Braune et I. Reiffenstein, Althochdeutsche Grammatik…, op. cit., § 10.

56  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 47 ; cf. F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 672 (Osten).

57  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 76 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 42 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 56.

58  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 27 sq. ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 228 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 11 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 105.

59  R. Kaiser, Die Burgunden…, op. cit.

60  La conception privilégiée et défendue par les romanistes [E. Schüle « Le problème burgonde vu par un romaniste », in Z. Marzys (dir.), Actes du colloque de dialectologie franco-provençale, Neuchâtel/Genève, 1971, p. 27-55 ; W. Müller, « Siedlungsgeschichte und Ortsnamen in der Suisse romande », in P. Ernst et al. (dir.), Ortsnamen und Siedlungsgeschichte, Vienne, 2002, p. 83-94 ; Id., « Alemannische Doppelnamen in der Suisse romande ? », in W. Haubrichs (dir.), Interferenz-Onomastik. Namen in Grenz- und Begegnungsräumen in Geschichte und Gegenwart, Sarrebruck, 2011, p. 151-162 ; A. Kristol et al., Lexikon der schweizerischen Gemeindenamen, Frauenfeld, 2005, p. 175 et passim], selon laquelle -ingôs est un suffixe d’emprunt originaire du royaume franc mérovingien, repris relativement tard et utilisé par les Gallo-Romains, ne résiste pas à l’épreuve des faits. Cette théorie n’est pas en mesure non plus d’expliquer comment il se fait qu’en dehors du territoire burgonde les noms d’établissements en -ens < *-ingos ne se rencontrent plus que dans la région wisigotique-germanique orientale autour de Toulouse, alors qu’en territoire véritablement franc on trouve seulement des formes en -enge, -ange < -*inga(s). Elle n’est pas en mesure non plus d’expliquer pourquoi dans ces noms d’établissements on trouve un nombre si élevé de noms de personnes spécifiquement germaniques orientaux.

61  Dans un colloque commun interdisciplinaire (1er semestre 2005-2006) sur « Les noms de lieux et l’histoire des implantations en Franche-Comté », Frauke Stein (université de la Sarre), que je remercie pour la communication de ses résultats, a pu dater les nécropoles mérovingiennes appartenant aux établissements en -ans (9 cas) dans trois cas, soit 33 %, de la seconde moitié du ve siècle ou du vie siècle et, dans un cas, de la période entre 610 et 640. Les noms de ces établissements sont 1) Cramans, 2) †Vaddans, commune de Rochefort, 3) Évans, tous situés dans l’Amous, pour la strate la plus ancienne, le cas à dater plus tard se rapporte à 4) Bavans.

62  Des noms germaniques occidentaux sont aussi présents de manière caractéristique dans le groupe des liberti dans les inscriptions de l’espace burgonde autour de Vienne et Lyon.

63  G. Baesecke, « Verhältnis der Handschriften der Lex Gundobada nach der Grafenliste », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germ. Abt., 59 (1939), p. 233-249.

64  W. Haubrichs « Akkulturation und Distanz… », op. cit.

65  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 13 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 27 sq. ; W. Haubrichs, « Nomen gentis. Die Volksbezeichnung der Alamannen », in J. Jaehrling, U. Meves et E. Timm (dir.), Röllwagenbüchlein. Festschrift für Walter Röll, Tübingen, 2002, p. 19-32.

66  Cf. n. 49.

67  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 13 ; F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 637 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 262.

68  Sur les noms en -ange, cf. E. Muret, « Les noms de lieu germaniques en -ens ou -ans ou -anges dans les pays de domination burgonde », Revue de linguistique romane, 4 (1928), p. 209-221, ici p. 217 sq. ; M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 173-177 ; F. Lassus et G. Taverdet, Noms de lieux de Franche-Comté. Introduction à la toponymie, Paris, 1995, p. 65 sq. ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes en toponymie française. Essais de linguistique historique sur les noms de lieux du Roannais, thèse de doctorat Paris-Sorbonne, 2008, p. 1011-1018 : ce travail méritoire souffre malheureusement d’un relatif manque de connaissances concernant la linguistique historique germanique, la recherche allemande récente et souvent les recherches régionales récentes.

69  Sur *ermena-, cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 85 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 108 sq. ; X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1015) identifie Emeningas avec Menange, « lieu-dit de la commune d’Annoire…, dont la forme actuelle s’explique aisément par une déglutination ». En l’absence de documentation ancienne, cette identification n’est que pure hypothèse.

70  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 31 sq. ; A. L. Lloyd, R. Lühr et O. Springer, Etymologisches Wörterbuch des Althochdeutschen, t. 2, Goettingen/Zurich, 1998, c. 1065-1067. La dérivation de Amanges d’un ancien *Amage*Hamavia « lieu des Hamaves » (altéré « par le jeu de l’attraction paronymique »), postulé par X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1056) est invraisemblable.

71  Sur *erkna-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 25 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 84 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 107. Cf. aussi X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012.

72  Sur *auda-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, ibid., p. 63 ; V. Orel, A Handbook…, ibid., p. 28 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, ibid., p. 43 sq. ; X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012) reconstruit *Aldal-ingas du NP *Aldal non attesté, reconstruction qui n’est pas nécessaire.

73  X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012. Sur *austa-, cf. V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 30 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 48.

74  Sur *sedu-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 418 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 321 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 311. Cf. aussi X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013.

75  Cf. n. 55. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012) reconstruit comme NP un *Berhtal non attesté.

76  Cf. n. 37 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013.

77  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 185 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 122 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 131 sq.

78  S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 247 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 163 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 174-176 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1012.

79  Sur *lauba-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 188 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 273 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 227 sq.

80  Sur *haþu-, cf. V. Orel, A Handbook…, ibid., p. 165 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 177-179. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013) dérive le toponyme d’un NP *Hluda-hwat, qui n’est pas attesté, et, en outre, invraisemblable.

81  Sur *madal- < *maþlan (got. maþl), cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 349 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 263 sq. ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 254. Cf. aussi X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013.

82  Cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 512 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 364 ; F. Heidermanns, Etymologisches Wörterbuch der germanischen Primäradjektive, Berlin/New York, 1993, p. 638 sq. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013) reconstruit *Audulf-ingas du NP *Audulf, reconstruction qui n’est pas nécessaire.

83  Sur *hrōma-, terme uniquement germ. occidental, cf. F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 775 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 201 sq. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013) reconstruit *Hrôdamod-ingas du NP *Hrôdamôd, reconstruction qui n’est pas nécessaire.

84  Sur les abréviations de deux radicaux, cf. H. Kaufmann, Untersuchungen zu altdeutschen Rufnamen, Munich, 1965, p. 32 sq. ; S. Sonderegger, « Prinzipien germanischer Namengebung », in D. Geuenich, W. Haubrichs et J. Jarnut (dir.), Nomen et gens. Zur historischen Aussagekraft frühmittelalterlicher Personennamen, Berlin/New York, 1997, p. 1-29, ici p. 20-22. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013) reconstruit *Rolfenges*Hrôdulf-ingas du NP *Hrôdulf, reconstruction qui semble un peu trop compliquée.

85  Sur *sarwa-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 411 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 319 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 303. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1019) privilégie la forme tardive Sermaige : « Il est hors de doute que Sermange doit être ramené au prototype latin *Sarmaticas (terras) “terre des Sarmates” et interprété comme le vestige toponymique » d’un établissement de lètes iraniens du Bas-Empire. Pour Gouvert, « le passage de la finale -aige à -ange est évidemment l’effet de l’attraction analogique des vingt toponymes en -ange qui entourent Sermange ». Vu les formes assez anciennes en -angis, cette théorie reste bien problématique.

86  Je suis ici X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013), mais la forme a. 1182 Wasilenges, qu’il cite, ne peut être identifiée avec Vassange.

87  Sur *wulþar-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 577 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 417. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1013) reconstruit *Werrienges Werrowig-ingas du NP impossible et non attesté *Werro-wig-.

88  Sur *wala- « mort », cf. F. Kluge et E. Seebold, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., p. 970. Cf. aussi X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

89  Cf. n. 44 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

90  Cf. X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

91  Sur *welja-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 563 ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 453 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 403 sq.

92  Cf. n. 49. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1011 sq.) croit que Vellefrange, comme nom de lieu, « ne saurait être séparé de Vellefrey… avec lequel il forme un couple toponymique référant primitivement à un fundus bicéphale ». Mais cette théorie me semble impossible à prouver. Cf. contre cela : La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes, t. 6, Vesoul, 1974, p. 52.

93  Sur *bandwa-, cf. S. Feist, Vergleichendes Wörterbuch…, op. cit., p. 79 sq. ; V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 35. Cf. aussi X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

94  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 71 ; A. L. Lloyd, R. Lühr et O. Springer, Etymologisches Wörterbuch…, op. cit., t. 2, c. 349 sq. ; E. Gamillscheg, Etymologisches Wörterbuch der französischen Sprache, Heidelberg, 1969 (2e éd.), p. 152. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014) reconstruit un NP *Brâdo, non attesté et invraisemblable, qui, en outre, ne convient pas avec le [i] dans Brilanga.

95  Cf. n. 78 ; H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 227.

96  H. Kaufmann, Ergänzungsband…, op. cit., p. 56. Cf. X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

97  Cf. n. 77 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1014.

98  Cf. F. Lassus et G. Taverdet, Noms de lieux de Franche-Comté…, op. cit., p. 68 ; X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1025 sq. et 1039. Les formes avec <t> initial sont témoins d’une substitution phonétique romane pour la fricative dentale germanique. Pour la Rhénanie, cf. H. Dittmaier, Die linksrheinischen Ortsnamen auf -dorf und -heim, Bonn, 1979.

99  V. Orel, A Handbook…, op. cit., p. 17 ; A. L. Lloyd et O. Springer, Etymologisches Wörterbuch des Althochdeutschen, t. I, Goettingen/Zurich, 1988, p. 213-215. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1026) pense à une dérivation du germ. *anda- « contre, vis-à-vis ».

100  K. Zeuss, Die Deutschen und ihre Nachbarstämme, Munich, 1837, p. 582 ; M. Chaume, Les origines du duché…, op. cit., p. 148 sq. ; G. Moyse, « La Bourgogne septentrionale… », op. cit., p. 468.

101  J.-P. Chambon, « Zones d’implantation publique au haut Moyen Âge précoce dans le nord de la cité de Besançon. L’apport de l’analyse diachronique des noms de lieux », in D. Hägermann, W. Haubrichs et J. Jarnut (dir.), Akkulturation. Probleme einer germanisch-romanischen Kultursynthese in Spätantike und frühem Mittelalter, Berlin/New York, 2004, p. 221-256, ici p. 228 sq. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1029 sq.) trouve un autre Goux dans la commune de Dole « au confluent du Doubs et de la Loue ».

102  X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1031 et 1050.

103  X. Gouvert, Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1050 sq.

104  J.-P. Chambon, « Sur quelques toponymes de la région de Luxeuil (Haute-Saône) », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Lure, 20 (2001), p. 9-18, ici p. 11 sq. X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1055-1058) dérive encore d’autres toponymes (presque toujours en l’absence de documentation ancienne) de l’ethnonyme des Hamaves. Toutes ces reconstructions sont problématiques.

105  D’après la communication amicale de Frauke Stein (université de la Sarre), ce sont pour la période 610-640 : Vriange dans l’Amous et †Boulange (commune de Saint-Germain-lès-Arlay) au nord de Lons-le-Saunier ; pour la période 640-680 : †Bulliange dans l’Amous, pas spécifiques du viie siècle, Audelange et Malange dans l’Amous, ce qui convient bien avec la datation philologique des toponymes en -ange par X. Gouvert (Problèmes et méthodes…, op. cit., p. 1042 et 1049) : « On peut par conséquent tenir pour acquise, avec un assez haut degré de certitude, la fourchette ca 550 - ca 700 comme date de fixation des toponymes en ingas de la Séquanie. »

106  WHaubrichs, « Warasci… », op. cit., p. 260.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 2 – Les pagi du diocèse de Besançon et de sa marge occidentale (viie-xie s.)
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Carte 6 – Archidiaconés et doyennés du diocèse de Besançon (xiie s.)
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Carte 7 – Toponymes de l’Amous
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/14779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wolfgang Haubrichs, « Les Chamaves et les autres : une enquête linguistique sur les traces des Chamaves, Hattuaires, Varasques, Scotinges et Burgondes au nord de la Bourgogne », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 21.2 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cem/14779 ; DOI : 10.4000/cem.14779

Haut de page

Auteur

Wolfgang Haubrichs

Professeur émérite de philologie germanique, université de la Sarre, Sarrebruck

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals