Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Entretien

« La communauté scientifique a enfin compris qu’il fallait désormais avoir plusieurs cordes à son arc. » Entretien avec Michel Balivet

Propos recueillis par Sami Benkherfallah
Sami Benkherfallah et Michel Balivet

Entrées d’index

Index géographique :

Byzance, Turquie, Grèce
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2012, Michel Balivet est professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille, où il a enseigné l’histoire seldjoukide, ottomane et byzantine. Il est également chercheur associé à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Ses recherches portent sur le fait religieux en Anatolie et aux Balkans à l’époque ottomane. Son œuvre est importante et compte plus de cent cinquante ouvrages et articles sur la question. Le professeur Balivet m’a fait l’honneur de me recevoir à son domicile dans la périphérie aixoise, le 26 janvier 2018, pour revenir sur sa carrière.

Sami Benkherfallah [SB] : Monsieur Balivet, vous êtes historien, spécialiste d’histoire byzantine et turque, aujourd’hui professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille. Comment a débuté votre carrière ?

  • 1  Robert Mantran (1917-1999) est un historien français. Il fut, notamment, chercheur au Centre natio (...)
  • 2  M. Balivet, Konya : la ville des derviches tourneurs, Paris, 2001.
  • 3  M. Balivet, Les dits du derviche Bektachi, textes traduits du turc par C. Balivet et H. Kartel, Pa (...)

Michel Balivet [MB] : J’ai commencé des études d’histoire dans le cadre d’une licence, au milieu des années soixante. Durant ces années, j’ai eu la chance de rencontrer le professeur Robert Mantran1, un historien spécialiste de l’époque ottomane, qui dispensait des cours sur l’histoire des Croisades, un enseignement qui m’a beaucoup appris et intéressé. Lorsque j’étais au lycée, je m’étais initié au grec ancien. Avec ces quelques bases en langue, le professeur Mantran m’a suggéré de me spécialiser dans les relations entre Byzance et les Turcs, et, pour cela, bien entendu, j’ai dû apprendre le turc. L’avantage des sources, c’est qu’elles étaient plurielles et existaient dans les deux camps, ce qui permettait d’aborder une vision plus objective qu’elle ne l’était auparavant. J’ai donc commencé à faire du turc et puis j’ai eu la chance de pouvoir obtenir un premier contrat en Turquie, au tout début de ma carrière scientifique. Durant ces deux années, j’ai enseigné le français à Ankara, à l’université Hacettepe. Dans les années 1970-1972, Ankara était un point central, parfait pour rayonner dans la Turquie intérieure, loin du tourisme et en prise directe avec les paysans, les nomades et les sites historiques peu visités. Il y avait encore, dans certains cantons du Taurus ou dans les steppes du pied de l’Ararat, des nomades, avec leurs yourtes noires ou blanches et leurs chameaux de Bactriane. Je découvris aussi un groupe socio-religieux, presque inconnu alors du grand public : les Alévi-s, minorité souvent oppressée, qui m’accueillit de nombreuses fois dans ses cérémonies, ce qui orienta mes recherches en direction des mouvements mystiques qui avaient fortement marqué l’histoire médiévale et ottomane de l’Anatolie. J’écrivis par la suite deux études : l’une consacrée aux Mevlevi-s, les fameux « derviches tourneurs »2 (fig. 1), la seconde sur les Bekjtachi-s3 (fig. 2), qui avaient été les aumôniers du turbulent corps d’élite des sultans, les Janissaires.

Fig. 1 – Konya : la ville des derviches tourneurs

Fig. 1 – Konya : la ville des derviches tourneurs

Fig. 2 – Les Dits du derviche Bektachi

Fig. 2 – Les Dits du derviche Bektachi

À la suite de cette expérience anatolienne, la chance m’a à nouveau souri et j’ai pu passer plusieurs années (1972-1982) en Grèce du Nord, Macédoine et Thrace, régions peu visitées des touristes. J’ai enseigné à l’université Aristote de Thessalonique. Là, j’ai découvert que Byzance existait encore à 150 kilomètres de mon lieu de travail, dans la république monastique du Mont-Athos, qui gardait en son sein les trésors du vieil empire romain d’Orient. J’y ai souvent séjourné, parlant avec les moines des disputes théologiques du passé, encore vivantes pour eux, contemplant les fresques, les manuscrits et l’architecture, qui font de ce lieu unique un véritable « Tibet européen ».

Enfin, une troisième opportunité s’est présentée à moi, lorsque j’ai été nommé, en 1982, chercheur à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul. J’y côtoyai des hittitologues, tournés vers Göreme ou Yazilikaya, des archéologues classiques, fouillant à Xanthos ou à Claros, des turcologues et islamologues, penchés sur les manuscrits de la bibliothèque de Soliman le Magnifique, qui contient les fonds les plus riches du monde musulman. Je voyais aussi des politologues, scrutant les remous de la Turquie contemporaine. Tous ces contacts élargissaient mes perspectives et finissaient de me persuader de la richesse inépuisable de cette région.

  • 4  M. Balivet, De Byzance aux Ottomans : attitudes de conciliation et comportements supraconfessionne (...)
  • 5  Irène Melikoff (1917-2009) est une orientaliste française, fondatrice de la revue Turcica. Elle a (...)

Bout à bout, ces années d’études livresques et de prospections sur le terrain représentent près de vingt ans de ma vie passée à l’étranger, pour me spécialiser, pour apprendre à connaître un peu mieux les Balkans, la Turquie, le Machrek et le Caucase, pour approcher les langues et, surtout, pour finir ma thèse. Il est vrai qu’à l’époque nous avions beaucoup plus de temps pour la faire. Je l’ai finalement soutenue à Strasbourg en 1992, après un doctorat de recherche obtenu, dès 1975, à Aix-en-Provence4. J’ai été encadré par Irène Mélikoff5, grande spécialiste de l’islam mystique et des chroniques médiévales turques.

  • 6  J.-C. Garcin et al., États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval (xe-xve siècle), 3 vol (...)

À la suite de cela, j’ai été nommé au Centre national de la recherche scientifique à Paris comme byzantiniste, rattaché au Collège de France dans l’équipe de Gilbert Dagron, titulaire de la chaire d’histoire byzantine. Ces années parisiennes me permirent d’approcher les meilleurs spécialistes francophones de Byzance et de garder un contact régulier avec le grand byzantiniste Paul Lemerle, qui m’avait toujours accordé une attention bienveillante depuis mes premières recherches. En 1988, j’ai obtenu, à l’université de Provence – désormais université d’Aix-Marseille – le poste que j’occupe encore actuellement à titre émérite, d’abord comme maître de conférences en histoire et civilisation turques et ottomanes et, ensuite, comme professeur, jusqu’à ma retraite en 2012. Dès ma nomination, j’ai intégré l’équipe des arabisants et islamologues, réunis depuis 1997 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. J’ai participé, sous la direction de Jean-Claude Garcin, à l’ouvrage collectif sur le monde musulman médiéval (fig. 3)6.

Fig. 3 – États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle

Fig. 3 – États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle

SB : Même si vous y avez en partie répondu, comment en êtes-vous venu à travailler sur ce champ de recherche, est-ce que vous pouvez nous en dire davantage ?

  • 7  M. Balivet, Les Turcs au Moyen Âge : des Croisades aux Ottomans (xie-xve siècle), Istanbul, 2002.

MB : Ce qui est important et ce que j’ai très vite compris, notamment grâce aux professeurs Mantran et Mélikoff, c’est qu’il est difficile, dans nos spécialités très pointues, de s’accrocher à une seule et même civilisation, où même de se contenter d’une seule approche linguistique. Si vous vous intéressez seulement au grec médiéval ou byzantin, vous êtes obligé de vous tourner, à un moment ou à un autre, vers le monde musulman ou slave. À ce propos, ce qui m’a vite intéressé, c’est l’histoire relationnelle. Comme j’ai enseigné pendant longtemps l’histoire des Croisades, j’ai pu prendre connaissance à la fois des sources chrétiennes, mais aussi des sources musulmanes, qui forment un corpus très riche et qui s’avèrent être d’une importance de premier plan (fig. 4)7.

Fig. 4 – Les Turcs au Moyen Âge, des Croisades aux Ottomans (xie-xve siècle)

Fig. 4 – Les Turcs au Moyen Âge, des Croisades aux Ottomans (xie-xve siècle)

SB : Comment expliquez-vous ce regain d’intérêt pour ces régions à la fois si proches et si éloignées ?

  • 8  M. Balivet, Pour une concorde islamo-chrétienne : démarches byzantines et latines à la fin du Moye (...)

MB : C’est un peu dans l’air du temps, avec notamment les turbulences politiques et sociétales actuelles. En plus de cela, il se trouve qu’en Europe occidentale, les personnes d’origine et de culture musulmane sont assez nombreuses et sont présentes aujourd’hui dans tous les domaines de la société, en particulier dans le secteur universitaire et dans les sphères intellectuelles. Par conséquent, les Européens de culture non musulmane se posent des questions sur les cultures diverses qu’ils côtoient, car nous sommes dans une période de mixage social et culturel. Dès lors, il est absolument indispensable de savoir ce qu’est le monde musulman, comme ce qu’est le monde juif, le monde hindou, etc. Nous entrons dans une phase de mondialisation, qui est à prendre dans le bon sens du terme. On ne peut plus ignorer le voisin, comme cela a été le cas durant longtemps. Ceci dit, la réflexion sur le dialogue des cultures et le « vivre ensemble » ne date pas d’aujourd’hui. Elle a été inaugurée dans un esprit sérieux d’ouverture par plusieurs intellectuels européens de la Renaissance. Citons le Catalan Ramon Lull, qui admirait les soufis musulmans et qui préconisa l’ouverture d’écoles de langue arabe en Occident à la fin du xiiie siècle ; Nicolas de Cues, cardinal de l’Église romaine, qui voulait organiser un congrès mondial des religions pour arriver à une « paix dans la foi », titre de son traité, écrit au xve siècle ; Guillaume Postel, humaniste polyglotte, qui, en pleines guerres de Religion, voulait établir une concorde universelle grâce à la connaissance des langues et des cultures du monde ; et, surtout, Georges de Trébizonde, Byzantin, qui écrivit en 1453 au sultan Mehmed II, conquérant de Constantinople, pour lui démontrer, Bible et Coran en main, que christianisme et islam prônaient le même message spirituel dans des langues différentes ! J’ai traduit jadis le texte étonnant de cet auteur, non moins étonnant (fig. 5)8.

Fig. 5 – Pour une concorde islamo-chrétienne : démarches byzantines et latines à la fin du Moyen Âge (de Nicolas de Cues à Georges de Trébizonde)

Fig. 5 – Pour une concorde islamo-chrétienne : démarches byzantines et latines à la fin du Moyen Âge (de Nicolas de Cues à Georges de Trébizonde)

SB : Quel bilan pouvez-vous faire de l’activité scientifique autour de votre spécialité ?

MB : L’activité scientifique autour de ma spécialité a été, pendant longtemps, relativement lente, surtout dans la communauté des historiens francophones. Mais, depuis quelques années, la nouvelle génération travaille beaucoup sur cette histoire turco-byzantine et, plus particulièrement, sur l’histoire des relations qui a pu exister entre l’ensemble ottoman et le monde byzantin, slave et les provinces arabes. Par conséquent, il est difficile, aujourd’hui, d’avoir une double spécialité, comme ce put être mon cas, et d’arriver à suivre à la fois ce qui se passe du côté des byzantinistes et du côté de la recherche sur l’Empire ottoman ou seldjoukide, tant la production est importante. Le suivi de l’ensemble de ces champs de recherche s’avère délicat, puisque de plus en plus d’ouvrages et d’articles, d’excellente qualité, sont publiés. Il faut donc prendre le temps de suivre ces publications de très près. Je pense que la communauté scientifique a enfin compris qu’il fallait désormais avoir plusieurs cordes à son arc. À titre d’exemple, si vous travaillez sur les Turcs Seldjoukides, il vous faut également connaître les sources occidentales et, de même, si vous travaillez sur l’Empire ottoman, il vous faut connaître les diverses sources balkaniques.

SB : Qu’est ce qui fait l’originalité de vos travaux de recherche, notamment en ce qui concerne les questions de « l’imbrication gréco-turque », recouvrant les relations entre le monde byzantin et ses voisins turcs ?

MB : Ce qui m’a toujours fasciné, c’est la perception que l’on a de l’autre, du voisin, de l’étranger, voire de « l’ennemi intime », c’est-à-dire de celui que l’on combat depuis si longtemps qu’on finit par le connaître en profondeur, parfois jusqu’à être influencé par lui et même jusqu’à lui rendre justice : « Les Turcs sont un peuple humain et miséricordieux, à qui il ne manque que le nom de chrétien, car ils en ont le comportement. » C’est un Byzantin du xive siècle qui fait ce constat, étonnant dans la bouche d’un Grec préoccupé par l’invasion de son pays par les Turcs.

SB : Comment vous situez-vous par rapport à vos contemporains français et étrangers ?

  • 9  H. Inalcik, The Ottoman Empire : The classical age 1300-1600, Paris, 2013 ; I. Beldiceanu-Steinher (...)

MB : Dans le domaine de l’histoire relationnelle turco-byzantine, je me situe entre la génération des précurseurs9, tels Irène Beldicéanu, Halil Inalcik, Elizabeth Zachariadou ou Anthony Bryer, et mes plus stricts contemporains, comme Ahmed Yachar Ocak, Colin Imber, Cemal Kafadar et, encore plus récemment, Rostam Shukurov. J’en omets beaucoup parmi les plus jeunes, c’est dire le développement de cette spécialité, ce dont je me félicite.

  • 10  M. Balivet, H. Lessan Pezechki et R. Mounier, Les Turcs seldjoukides d’Anatolie, xie-xive siècle. (...)

SB : Concernant votre dernière parution, qui se veut être une traduction partielle du savant persanophone du xie siècle, Ibn Bibi10, comment en êtes-vous venu à collaborer sur ce projet ?

MB : Il s’agit véritablement d’une coïncidence, car je ne connais pas le persan, mais j’ai beaucoup étudié l’époque des Croisades, aux xie, xiie et xiiie siècles. Je me suis rendu compte que la plupart des sources turques de cette époque sont écrites en persan, ce qui fait que le turc, pendant cette période, n’est pas d’une véritable utilité. Ce projet est né de la rencontre d’un historien – en l’occurrence moi-même – et d’une collègue, professeure de langue et civilisation iranienne, à l’université de Provence, Homa Lessan Pezechki. De son côté, elle-même a également découvert qu’il y avait un important corpus en langue persane, qui n’avait été que très peu étudié. À partir de ce constat, nous travaillons en étroite collaboration depuis plusieurs années avec d’autres scientifiques pour essayer d’éditer et d’exploiter historiquement les sources persanes d’époque seldjoukide. On a commencé par ce premier volume, œuvre d’Ibn Bibi, un peu connu, car traduit en allemand dans les années cinquante et cité par les chercheurs de manière indirecte. Mais personne n’avait vraiment étudié en détail le texte et c’est sur quoi nous avons donc travaillé, avec l’ambition d’éditer d’autres textes en persan d’époque seldjoukide. Dans ce projet, il y a au moins quatre auteurs, outre Ibn Bibi, sur lesquels nous avons l’intention de nous pencher. Dans une deuxième parution, en cours d’élaboration, il est question d’exploiter et d’éditer le texte de Kerimuddin Aksarayi, auteur contemporain des Mongols de Perse et d’Anatolie, qui n’a jamais été traduit dans une langue européenne. Nous avons pour objectif de transmettre ce projet à une nouvelle génération de doctorants iranisants, qui souhaiterait bien entendu travailler sur ces problématiques.

Fig. 6 – Première de couverture du dernier ouvrage de Michel Balivet, en collaboration avec Homa Lessan Pezechki et René Mounier, dans la collection « Le temps de l’histoire » aux éditions des Presses universitaires de Provence

Fig. 6 – Première de couverture du dernier ouvrage de Michel Balivet, en collaboration avec Homa Lessan Pezechki et René Mounier, dans la collection « Le temps de l’histoire » aux éditions des Presses universitaires de Provence
  • 11  H. Lessan Pezechki et M. Balivet, Études turco-iraniennes, Anatolie-Iran du Moyen Âge à l’époque m (...)

L’an dernier, dans la même perspective, nous avons publié un recueil d’articles sur les échanges turco-persans au Moyen Âge (fig. 7)11.

Fig. 7 – Études turco-iraniennes : Anatolie – Iran, du Moyen Âge à l’époque moderne

Fig. 7 – Études turco-iraniennes : Anatolie – Iran, du Moyen Âge à l’époque moderne

SB : Si vous deviez retenir un souvenir de votre carrière, lequel serait-il ?

MB : Je crois qu’il s’agirait du mariage harmonieux, à un moment précis de ma vie, lorsque j’étais jeune chercheur, entre les choses que j’avais pu lire dans les bibliothèques européennes et les choses que je suis allé confirmer sur le terrain en Turquie. Je faisais à cette époque un mémoire de recherche sur un auteur byzantin, qui avait été prisonnier des Turcs, dans la ville de Nicée (Iznik actuellement). J’avais traduit le manuscrit et j’étais parti voir sur place si ce qu’il disait dans le texte était exact. Je suis arrivé dans cette petite ville, qui n’avait pas pratiquement bougé depuis le Moyen Âge, et j’ai retrouvé, sur le terrain, les murailles décrites par mon auteur et la porte par laquelle il était passé et, à ce moment-là, j’ai compris qu’il était essentiel non seulement de lire, mais aussi d’aller sur place pour mettre en articulation ses propres éléments de réflexion directement avec le terrain (fig. 8).

Fig. 8 – Photographie des murailles d’Iznik en Turquie (anciennement ville de Nicée)

Fig. 8 – Photographie des murailles d’Iznik en Turquie (anciennement ville de Nicée)

Extrait de F.-X. de Villemagne, Les remparts de Nicée, l’actuelle ville d’Iznik (Turquie) [en ligne : http://www.villemagne.net/​site_fr/​jerusalem-les-remparts-de-nicee-l-actuelle-ville-d-iznik-turquie-tu09.php, consulté le 27 janvier 2018].

SB : Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

  • 12  C. Cahen, La Turquie pré-ottomane, t. 7, Istanbul/Paris, 1988.

MB : Qu’une nouvelle génération puisse prendre le relais et s’intéresser à ces problématiques pleines d’avenir. Ce qui s’avère déjà être un peu le cas et, en particulier, sur l’histoire des Turcs seldjoukides d’Anatolie, qui ont longtemps été moins étudiés que les Ottomans, comme le remarquait jadis Claude Cahen, le meilleur spécialiste de la « Turquie pré-ottomane », titre qu’il avait donné à son ouvrage12, inégalé, depuis sa parution en 1988, sur la Turquie seldjoukide.

Reçu le 27 janvier 2018 – Accepté le 19 mai 2018

Haut de page

Notes

1  Robert Mantran (1917-1999) est un historien français. Il fut, notamment, chercheur au Centre national de la recherche scientifique à partir de 1952, puis maître de conférences à l’université de Tunis et, enfin, professeur spécialiste de l’époque ottomane à l’université de Provence.

2  M. Balivet, Konya : la ville des derviches tourneurs, Paris, 2001.

3  M. Balivet, Les dits du derviche Bektachi, textes traduits du turc par C. Balivet et H. Kartel, Paris, 2014.

4  M. Balivet, De Byzance aux Ottomans : attitudes de conciliation et comportements supraconfessionnels, thèse d’État, université de Strasbourg, 1992.

5  Irène Melikoff (1917-2009) est une orientaliste française, fondatrice de la revue Turcica. Elle a été promue au rang d’officier dans l’Ordre des Palmes académiques en 1983. Elle est l’un des plus grande turcologue de sa génération. En 1968, elle est élue maître de conférences à l’université de Strasbourg puis professeur dans la même université.

6  J.-C. Garcin et al., États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval (xe-xve siècle), 3 vol., Paris, 1995 et 2000.

7  M. Balivet, Les Turcs au Moyen Âge : des Croisades aux Ottomans (xie-xve siècle), Istanbul, 2002.

8  M. Balivet, Pour une concorde islamo-chrétienne : démarches byzantines et latines à la fin du Moyen Âge (de Nicolas de Cues à Georges de Trébizonde), Rome, 1997.

9  H. Inalcik, The Ottoman Empire : The classical age 1300-1600, Paris, 2013 ; I. Beldiceanu-Steinherr, Le règne de Selim Ier : tournant dans la vie politique et religieuse de l’empire ottoman, Strasbourg, 1975 ; E. Zachariadou, « The conquest of Adrianople by the Turks », Studii Veneziani, 12 (1970), p. 211-217 ; A. Bryer et D. Winfield, The Byzantine Monuments and Topography of the Pontos, t. 1, Washington, 1985.

10  M. Balivet, H. Lessan Pezechki et R. Mounier, Les Turcs seldjoukides d’Anatolie, xie-xive siècle. Une anthologie des sources premières, t. 1 (Les sources persanes : Ibn Bîbî), Aix-en-Provence, 2017.

11  H. Lessan Pezechki et M. Balivet, Études turco-iraniennes, Anatolie-Iran du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, 2017.

12  C. Cahen, La Turquie pré-ottomane, t. 7, Istanbul/Paris, 1988.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Konya : la ville des derviches tourneurs
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 2 – Les Dits du derviche Bektachi
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3 – États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 4 – Les Turcs au Moyen Âge, des Croisades aux Ottomans (xie-xve siècle)
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 – Pour une concorde islamo-chrétienne : démarches byzantines et latines à la fin du Moyen Âge (de Nicolas de Cues à Georges de Trébizonde)
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6 – Première de couverture du dernier ouvrage de Michel Balivet, en collaboration avec Homa Lessan Pezechki et René Mounier, dans la collection « Le temps de l’histoire » aux éditions des Presses universitaires de Provence
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7 – Études turco-iraniennes : Anatolie – Iran, du Moyen Âge à l’époque moderne
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 8 – Photographie des murailles d’Iznik en Turquie (anciennement ville de Nicée)
Crédits Extrait de F.-X. de Villemagne, Les remparts de Nicée, l’actuelle ville d’Iznik (Turquie) [en ligne : http://www.villemagne.net/​site_fr/​jerusalem-les-remparts-de-nicee-l-actuelle-ville-d-iznik-turquie-tu09.php, consulté le 27 janvier 2018].
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/15227/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sami Benkherfallah et Michel Balivet, « « La communauté scientifique a enfin compris qu’il fallait désormais avoir plusieurs cordes à son arc. » Entretien avec Michel Balivet », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 22.1 | 2018, mis en ligne le 03 septembre 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cem/15227 ; DOI : 10.4000/cem.15227

Haut de page

Auteurs

Sami Benkherfallah

Doctorant en histoire médiévale, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers, Laboratoire des études civilisationnelles de Tlemcen

Michel Balivet

Professeur émérite d’histoire à l’université d’Aix-Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals