Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Théodulfe et son temps

Les inscriptions de Germigny et la production épigraphique de Théodulf d’Orléans

Cécile Treffort

Texte intégral

Germigny, inscription de dédicaceAfficher l’image
Crédits : Cl. CIFM/V. Debiais

1Les inscriptions visibles dans l’oratoire de Germigny comptent parmi les pièces les plus essentielles pour l’attribution chronologique de l’édifice au début du ixe siècle, pour la confirmation de l’identité de son commanditaire, à savoir Théodulf d’Orléans, et pour l’interprétation de son décor d’abside.

2Pourtant, celle qu’on peut lire sur le linteau de la porte latérale, qui rappelle le souvenir de Théodulf, est de facture clairement moderne ; sur l’un des deux tailloirs de chapiteau à l’entrée du chœur, la partie qui porte la date de 806 est réputée fausse depuis longtemps ; quant à la troisième, qui accompagne la représentation de l’arche d’alliance sur la mosaïque orientale, nous avons aujourd’hui l’assurance qu’elle a été très largement restaurée au xixe siècle.

  • 1  Parmi lesquels ceux de J. Soyer, « Les inscriptions gravées sur les piliers de l’église carolingie (...)

3C’est dire combien la tradition épigraphique, à Germigny, est fragile, alors que l’enjeu des informations qu’elle est supposée transmettre est important. Même si quelques travaux ont déjà été consacrés aux inscriptions encore visibles sur place1, il apparaissait donc nécessaire, dans le cadre d’une nouvelle étude scientifique de l’édifice, de reprendre intégralement le dossier, en associant dans une même approche critique les observations de terrain, une analyse historiographique et une mise en perspective historique de ces textes.

L’inscription de dédicace

4Pour les historiens d’art, l’inscription visible au sommet de deux piliers à l’entrée du chœur est particulièrement précieuse, car elle est censée donner la date de la dédicace (jour, mois et année) et le vocable de l’église. Sur le tailloir nord du chapiteau sud à l’entrée du chœur, on lit en effet (fig. 1) : III no(nas) jan(uarii) dedicatio hujus aeccl(es)iae. [Le trois des nones de janvier, dédicace de cette église.]

Fig. 1 – Germigny, inscription de dédicace

Fig. 1 – Germigny, inscription de dédicace

Cl. CIFM/V. Debiais

5Sur les tailloirs nord-ouest du chapiteau nord à l’entrée du chœur, se développe un texte complémentaire (fig. 2 et 3) : An(no) incar(natio)nis Do(mi)ni DCCC et VI // sub invoc(a)tione s(anct)ae Ginevae et / s(an)ct(i) Germini. [L’an de l’incarnation du Seigneur huit cent et six, sous l’invocation de sainte Geneviève et saint Germain.]

Fig. 2 – Germigny, fausse inscription de dédicace, 1re partie

Fig. 2 – Germigny, fausse inscription de dédicace, 1re partie

Cl. CIFM/V. Debiais

Fig. 3 – Germigny, fausse inscription de dédicace, 2e partie

Fig. 3 – Germigny, fausse inscription de dédicace, 2e partie

Cl. CIFM/V. Debiais

6Séparées topographiquement, les deux parties le sont aussi du point de vue de leur tradition et de leur authenticité, la première seule étant originale, la seconde étant, selon toute probabilité, un faux réalisé au moment de la restauration.

L’inscription authentique : jour de la dédicace

  • 2  Orléans, Bibliothèque municipale, ms. 490-491 (anc. 270), t. 1, p. 67 ; transcription due à A. Jac (...)
  • 3  C. Treffort, « Une consécration “à la lettre”. Place, rôle et autorité des textes inscrits dans la (...)
  • 4  « Quapropter praefatus abbas, tactus supernae inspirationis dextera, senio exesam in melius compon (...)
  • 5  P. Deschamps, « Chronique », Le Moyen Âge, 36 (2e sér., t. 27), p. 256.

7La partie qui précise le jour de la dédicace, le 3 des nones de janvier – soit, selon le calendrier romain, le 3 janvier –, est connue depuis au moins la première moitié du xviiie siècle, citée textuellement par le mauriste Dom Chazal en 17332. D’un point de vue paléographique, elle présente une majorité de lettres capitales romaines associées à quelques onciales – le premier U de hujus – et carrées – les trois C de dedicatio et aecclesiae – ainsi qu’à l’usage d’abréviations et de conjonctions, renvoyant à une période haute. Irrégulière et gravée de manière simple, à l’instar de nombreuses inscriptions dites de dédicace3, elle est difficile à attribuer avec une absolue certitude à l’époque de Théodulf. Elle pourrait être associée à la restauration de l’église et à l’installation sur place des moines de Saint-Benoît sous l’abbatiat d’Hugues (1060-1067), épisode rapporté par André de Fleury dans son livre VI (c. 13) des Miracles de saint Benoît4, voire à une autre date intermédiaire correspondant à un événement inconnu. Sur des critères paléographiques, en particulier la présence du O en losange et des lettres carrées, Paul Deschamps, en 1926, l’attribuait par exemple au xe ou au début du xie siècle5. Malheureusement, l’épigraphie n’étant pas une science exacte, en l’absence de critères paléographiques déterminants, il est plus prudent de laisser la porte ouverte, pour l’instant, à chacune de ces hypothèses.

  • 6  « (…) in honore Dei », cf. infra.
  • 7  « (…) omnium Conditori ac Salvatori rerum Deo consecrans (…) », éd. J.-P. Bouhot, « Les explicatio (...)
  • 8  « (…) in honore omnium Salvatoris dicatam (…) », éd. R.-H. Bautier, Vie de Gauzlin, abbé de Fleury(...)
  • 9  « (…) ecclesiam sancti Salvatoris (…) », éd. É. de Certain, Miracula sancti Benedicti…, op. cit.
  • 10  Cf. J. Soyer, « Les inscriptions gravées… », op. cit., p. 204.
  • 11  Par exemple, celles données par A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1889, p. 175-210.
  • 12  Voir, par exemple, Le martyrologe d’Adon. Ses deux familles, ses trois recensions. Texte et commen (...)

8L’église étant initialement dédiée au saint Sauveur – comme le montrent l’inscription de l’abside6, le Catalogue des abbés de Fleury7 et André de Fleury dans sa Vie de Gauzlin8 ou dans ses Miracles de saint Benoît9 –, puis, à l’époque moderne, à la Sainte Trinité10, le 3 janvier ne peut pas correspondre à la fête du saint patron. Or, pour procéder à une solennité comme la dédicace de l’église, on a vraisemblablement choisi un dimanche, ce qui implique que l’année concernée a dû débuter un vendredi, soit, selon le comput ecclésiastique, qu’elle soit marquée de la lettre dominicale F. Si on se réfère aux tables chronologiques de référence11, on en compte trois (799, 810 et 816) sous l’épiscopat de Théodulf, et deux (1062, 1068) sous l’abbatiat d’Hugues, ce qui ne fait que modestement avancer l’enquête. En revanche, il est à peu près certain que cette date du 3 janvier, qui correspond, dans les martyrologes, à la fête de sainte Geneviève, dont le destin est lié à celui de saint Germain d’Auxerre12, a inspiré l’adjonction d’un vocable erroné dans la seconde partie de l’inscription, inventée, quant à elle, au moment de la restauration.

L’inscription fausse : millésime de dédicace et vocable de l’église

  • 13  On trouve également, dans la littérature, le nom de Chrétain ou Chrétien.

9Le 5 février 1847, l’architecte Charles-François Vergnaud-Romagnesi annonce à la Société royale des sciences, belles lettres et arts d’Orléans la découverte faite dans l’église de Germigny par le restaurateur Théodore Chrétin13 d’une inscription située à la base de la mosaïque absidale, et d’une autre, présente sur un pilier, qui donne la date de 806, octroyant à l’édifice un caractère tout à fait exceptionnel :

  • 14  C.-F. Vergnaud-Romanesi, « Notice sur la découverte en janvier 1847 de deux inscriptions dans l’ég (...)

Si l’on admet avec nous, écrit-il, que cette inscription non douteuse n’a pas été gravée par les moines de Saint-Benoît dans un temps reculé, mais qui serait postérieur à 806, on aura la conviction que cette portion de l’église de Germigny est d’une date si reculée que nous ne connaissons en France aucune église chrétienne qui puisse lui disputer la priorité d’existence14.

  • 15  Résumé des deux affaires par M. Boucher de Molandon, « Germain-Philippe-Anatole Comte du Faur de P (...)
  • 16  A. du Faur de Pibrac, Giadisophe, ou Commentaire de M. Vergnaud-Romanesi sur quelques inscriptions (...)
  • 17  Compte rendu de L. Lalanne dans la Bibliothèque de l’École des chartes, t. 7, 1846, p. 79-81.
  • 18  C. Louandre, « De l’association littéraire et scientifique en France », Revue des deux mondes, 16 (...)
  • 19  A. du Faur de Pibrac, Mémoire sur des antiquités de Beaune-la-Rolande (Gâtinais), Orléans, 1844.
  • 20  Voir par exemple le Bulletin de l’alliance des arts, vol. 2, n° 9, du 25 octobre 1843, p. 141-142.

10Cette remarquable découverte intervient toutefois quelques années seulement après deux polémiques ayant mis aux prises C.-F. Vergnaud-Romanesi avec le monde scientifique orléanais, en particulier avec Anatole du Faur de Pibrac15, autour de questions épigraphiques. La première, portant sur l’interprétation fantaisiste d’une inscription du porche de Saint-Benoît-sur-Loire, monument célèbre à l’échelle nationale, qui avait suscité une réfutation vigoureuse de son adversaire16, fut relayée à Paris, tant dans le milieu érudit que littéraire17 : la Revue des deux mondes en avait même fait le modèle de la médiocrité locale, montrant « ce que devient parfois l’érudition de la province quand elle se laisse égarer, comme il arrive souvent, par l’amour du grand style et des découvertes inattendues18 ». La seconde, née de l’appropriation par C.-F. Vergnaud-Romanesi du relevé fautif et incompréhensible d’une inscription présente sur la cloche de l’horloge de Beaune-la-Rolande19, dépassa aussi les frontières régionales par l’implication d’Éloi Johanneau, membre de la Société des antiquaires de France20.

  • 21  Mis parfaitement en lumière par A. Freeman et P. Meyvaert, « The Meaning of Theodulf’s Apse Mosaic (...)
  • 22  M. de Vassal, « Inscriptions découvertes dans l’église de Germigny-des-Prés (Loiret) », Revue orlé (...)

11Peut-être la personnalité du découvreur, qui s’était déjà illustré comme faussaire à Toulouse quelques années auparavant et dont le rôle majeur dans la falsification ne fait aujourd’hui plus aucun doute21, a-t-elle également suscité quelque méfiance dans le milieu local. On ne s’étonnera donc pas de ce que la Société royale des sciences, belles lettres et arts, dont le comte de Pibrac était membre, ait jugé utile d’envoyer une commission sur place, chargée de vérifier l’existence et le contenu des inscriptions ; toutefois, elle ne semble pas en avoir remis en cause l’authenticité22. Pourtant, presque aussitôt après sa découverte, des doutes surgissent, et non des moindres : Didron, dans les Annales archéologiques de 1847, s’en fait écho en ces termes :

  • 23  A. Didron, « Une mosaïque du xie siècle et les archéologues d’Orléans », Annales archéologiques, 6 (...)

Cette inscription ne paraît pas ancienne. Un millésime de cette époque serait un fait unique jusqu’à présent, et dont on ne saurait trop se défier. Des personnes qui ont vu Germigny, notamment M. Mérimée et M. le baron de Guilhermy, affirment que les caractères de cette inscription n’ont peut-être pas plus de cent ans23.

  • 24  « La forme des lettres et leur liaison n’est pas exprimée. Outre ce saint Germini, dont le nom est (...)
  • 25  R. de Lasteyrie, L’architecture religieuse en France à l’époque romane, ses origines, son développ (...)
  • 26  J. Soyer, « Les inscriptions gravées… », op. cit. La communication du 20 avril à Marseille, présen (...)
  • 27  F. Deshoulières, « Chronique. Les inscriptions de Germigny-des-Prés », Bulletin monumental, 82 (19 (...)

12Après Prosper Mérimée en 184924, puis Robert de Lasteyrie entre 1887 et 191225, c’est au tour de Jacques Soyer, archiviste du Loiret, de s’attaquer à l’authenticité de l’inscription. En 1922, sa présentation au Congrès des Sociétés savantes de Marseille et l’article approfondi qui en est issu prouvent de manière irréfutable, grâce à un faisceau d’éléments convergents, qu’il s’agit bel et bien d’un faux, réalisé pendant les travaux de restauration de l’église26. Cet article, très solidement argumenté, est assez convaincant pour avoir été relayé rapidement auprès de la communauté scientifique, d’abord par F. Deshoulières dans le Bulletin monumental27, puis surtout par un remarquable repentir de la Revue archéologique – qui avait publié la pseudo-découverte de 1847 –, rédigé de la main même de Salomon Reinach :

  • 28  S. Reinach, « Erratum à la Revue de 1847 », Revue archéologique, 22 (1925), p. 315.

Dans cette Revue (15 avril 1847), un archéologue orléanais, qui paraît avoir été un peu charlatan, un peu larron, publia pour la première fois une inscription qu’il disait avoir découverte sur le pilier nord-est de l’église carolingienne de Germigny-des-Prés. […] Mérimée et d’autres eurent des doutes. […] M. Jacques Soyer, archiviste du département du Loiret, a porté le coup de grâce à un faux grossier dont Quicherat et bien d’autres archéologues ont été dupes. Sa démonstration est excellente, sans réplique. […] Comme une vieille dame confessant une erreur de jeunesse, la Revue exprime ses regrets d’avoir inséré, il y a soixante-dix-huit ans, l’article de Vergnaud-Romanesi28.

  • 29  R. Favreau, Épigraphie médiévale, Turnhout, 1997, p. 184-185.
  • 30  A. Jacob, « Rapport de la commission d’archéologie sur l’église de Germigny-des-Prés », Mémoires d (...)

13Outre le fait que cette partie de l’inscription, contrairement à celle qui évoque le jour et le mois de la dédicace, n’est jamais mentionnée dans les documents anciens, on notera, parmi les arguments avancés par J. Soyer en 1923, plusieurs traits épigraphiques que la recherche actuelle continue à considérer comme indices de fausseté29 : la forme des lettres qu’A. Jacob qualifie en 1847 de « rhuniques »30, sans doute à cause du caractère anguleux de certaines d’entre elles, les enclavements et entrelacements, et la séparation systématique des mots par trois points verticaux, qui rappellent le xiie, voire le xiiie, plutôt que le ixsiècle ; les abréviations INCARNIS pour incarnationis, DONI plutôt que DNI pour Domini, SCT au lieu de SCI pour sancti, assez étonnantes ; l’expression de la date par année de l’incarnation, qui serait la plus ancienne connue à ce jour pour une inscription lapidaire ; la graphie de aecclesiae, avec une diphtongue en début de mot qui n’est jamais usitée à l’époque carolingienne, ou encore la présence du mot et entre les centaines (DCCC) et les dizaines (VI). À cela on peut ajouter l’absence, dans toute la documentation ancienne concernant le site, du vocable de Saint-Germain ou de Sainte-Geneviève pour un édifice dédié à l’origine au Sauveur ou, un peu plus tard, à la Sainte-Trinité, et les formes sancti Germini et sanctae Ginevrae, sans équivalent connu.

  • 31  J. Soyer, « Les inscriptions gravées… », op. cit., p. 216.
  • 32  J. Hubert, Nouveau recueil d’études d’archéologie et d’histoire, de la fin du monde antique au Moy (...)

14Toutefois, malgré la fausseté désormais avérée de l’inscription et la ferme conclusion de J. Soyer, selon lequel « aucun document authentique et contemporain n’indique que la dédicace de la basilique de Théodulf ait eu lieu en 80631 », cette mention reste omniprésente dans les travaux des historiens d’art. Même si un graffiti a pu, selon Jean Hubert32, être à l’origine du faux, le plus prudent est désormais d’abandonner cette date précise pour ne garder qu’une fourchette chronologique correspondant à l’activité constructrice de Théodulf à Germigny, corroborée, quant à elle, par les deux autres inscriptions, en vers, connues pour l’édifice.

Les carmina epigraphica de Théodulf

  • 33  Par exemple Alcuin : cf. C. Treffort, « La place d’Alcuin dans la rédaction épigraphique carolingi (...)

15À l’instar d’autres poètes carolingiens, Théodulf s’est adonné au genre des carmina epigraphica, dans une proportion certes moindre que certains de ses contemporains33, mais respectable tout de même. Parmi ces poèmes épigraphiques, on compte quelques épitaphes et, surtout, des inscriptions destinées à des autels ou des monuments, parmi lesquels ceux de Germigny.

Les épitaphes

  • 34  Würzburg, Universitätsbibliothek, ms Fol. 187, fol. 136r°.

16Les épitaphes versifiées composées par Théodulf sont rares et, au nombre de trois, concernent des personnages particulièrement importants, liés d’une manière ou d’une autre à Charlemagne. La première est celle de la reine Fastrade, décédée en 794 et inhumée à Saint-Alban de Mayence. Connue par un manuscrit tardif de Würtzburg34, publiée à de multiples reprises, sa teneur est la suivante :

  • 35  Éd. PL, 105, col. 314 (n° XI), MGH, Poet. Lat. I, p. 483 (n° XXIV) et plus récemment F. V. Arens e (...)

Ici reposent les membres de l’illustre reine Fastrade,
Que la froideur de la mort cueillit en pleine floraison,
Épouse noble par le mariage avec un homme puissant,
Mais plus noble encore par un céleste mariage.
Reste la meilleure part de son âme, le roi Charles lui-même ;
Que Dieu, dans sa bonté, lui accorde encore un long temps35.

  • 36  Alcuin, Lettre à Paulin, XX, 2 : « Pars animae melior, nostrae pars inclyta vitae » (MGH, Poet. La (...)
  • 37  Éginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. M. Sot et C. Veyrard-Cosme, Paris, 2015 (Classiques de (...)
  • 38  Charlemagne, Lettre n° 25, intégrée dans la collection de Saint-Denis (MGH, Formul. I, p. 510).
  • 39  J. Nelson, « The siting of the council at Frankfurt : some reflections on family and politics », i (...)

17Cette épitaphe, dont la composition paraît classique à première vue, se termine de manière assez originale, qualifiant son époux, le roi Charles, de « meilleure part de son âme », expression que l’on trouve également chez Alcuin36, mais qui fait peut-être ici référence à la réputation de cruauté de la reine, deuxième épouse de Charlemagne. Toutefois, l’image négative transmise entre autres par Éginhard37 est contrebalancée par d’autres témoignages, dont celui de Charles lui-même, qui la qualifie de dilecta nobis et valde amabilis conjuga nostra38 ; plusieurs études récentes consacrées à Fastrade insistent d’ailleurs sur son influence politique, mais également sur la force du lien qui l’unissait à son époux. Selon J. Nelson, ce serait même par égard pour elle que Charlemagne convoqua à Francfort, où elle se trouvait, malade et à l’article de la mort39, le célèbre concile de 794 qui traita des deux graves questions de l’hérésie adoptianiste et de la querelle des images, et où, rappelons-le, Théodulf était présent.

  • 40  802 : « Imperator (…) misit Iesse, episcopum Ambianensem et Helmgaudum comitem Constantinopolim et (...)
  • 41  Lettre X-1 : « (…) porrexerunt nobis praefati missi vestri, videlicet Helmengaudus et Hunfridus gl (...)
  • 42  Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 59411, 1v°.
  • 43  A. Oviedo Gonzalez, Poesia funeraria latina : renacimiento carolingiano, Oviedo, 1995, p. 93-94.

18La deuxième épitaphe est dédiée à Helmengaud, comte palatin proche de Charlemagne, mentionné comme missus impérial dans les Annales de Lorsch – mission à Constantinople auprès de l’impératrice Irène en 80240 – et les lettres de Léon en 80841. Transmis dans un manuscrit du xie siècle à la suite du poème sur la procession du Saint-Esprit de Théodulf et avant les Annales royales42, il associe éloge et planctus à la manière des autres poèmes funéraires carolingiens43, mais on y trouve aussi, dans les premiers vers, la célébration de son rôle éminent auprès de Charlemagne :

  • 44  « Hac requiescit humo Helmengaldus nobilis heros, / gloria qui patriae et decus omne fuit, / dives (...)

Ici repose en terre Helmengaud, noble héros,
Lui qui fut toute la gloire et la parure de la patrie,
Comblé de richesses, brillant d’intelligence et de noblesse,
Orné de tout bien et de bonnes mœurs,
Puissant par le conseil, heureux dans les armes, redoutable par la force,
Pénétré des lois, puissant par la parole et les actes.
En effet, il fut ici préfet à la cour palatine,
Alors que le pieux Charles régnait avec sérénité44.

  • 45  Éd. MGH, Poet. Lat. I, p. 489-490, n° XXVI (Super sepulchrum Hadriani papae). Trad. A. Baunard, Th (...)
  • 46  Voir, par exemple, G. B. de Rossi, « L’inscription du tombeau d’Hadrien Ier composée et gravée en (...)
  • 47  R. Louis, « Le titulus et l’epitaphium métrique de Théodulf dans un monastère d’Angers », in Id. ( (...)

19Les quatre premiers distiques – presque un tiers du poème – dressent du défunt le portrait d’un héros et soutien actif de la politique de Charlemagne. C’est également le cas du troisième personnage qui a bénéficié d’un poème funéraire à vocation épigraphique, le pape Hadrien Ier, mort en 79545. Cependant, même s’il se présente comme une épitaphe à part entière, destinée à être placée sur le tombeau du pontife, il a de fortes chances de n’avoir jamais été gravé, puisque la version lapidaire aujourd’hui encore conservée à Saint-Pierre de Rome a été rédigée par Alcuin46. On peut enfin signaler, pour mémoire, le titulus et l’epitaphium métriques étudiés et traduits par René Louis47, rédigés en l’honneur de Théodulf plusieurs années après sa mort, et dont on ne peut donc attribuer la composition au défunt lui-même.

Les inscriptions monumentales

  • 48  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLII, p. 540 : « A foris in prima tabula bibliothecae ».

20Si l’on excepte les épitaphes dont nous venons de parler et une inscription pour une Bible, qui célèbre l’éclat de l’or, de l’argent et des pierreries insérées par Théodulf sur le plat de couverture48, l’ensemble des inscriptions concernent des bâtiments, en particulier des églises, des autels et divers aménagements monumentaux.

  • 49  Éd. J. Sirmond, Theodulfi Aurelianensis episcopi Opera. Jacobi Sirmondi Societatis Jesu presbyteri (...)
  • 50  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XXXVIII, p. 530 : « Versus scripti litteris aureis de sancto Quintino : (...)
  • 51  Folcuin, Gesta des abbés de Lobbes, c. 9 : « Erat quippe Carolo ex patruo nepos, sicut elucet in p (...)

21Trois d’entre elles ont été prévues pour l’église du monastère de Saint-Quentin-en-Vermandois, relevée de ses ruines par Fulrad au début du xie siècle. L’édition de Sirmond49, sur laquelle, en l’absence de manuscrit conservé, s’est fondé Ernst Dümmler, fait précéder les poèmes d’un titre évoquant leur écriture en lettres d’or sur des tabulae50. En plus de la présence du corps de saint Quentin, ces carmina citent explicitement l’édifice reconstruit par Fulrad sous les termes d’aula, templum ou domus. Lorsqu’au siècle suivant, Folcuin, dans ses Gesta des abbés de Lobbes, rappelle la parenté entre Fulrad et Charlemagne, en prenant pour preuve la première inscription de Saint-Quentin, il la dit inscrite « sur le mur de la tour de l’église51 ».

  • 52  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLIX, p. 549.
  • 53  Éd. MGH, SS, II, p. 268.
  • 54  Chronique de Lorsch : « Cui pius rex benigne assentiens, […] per Lullum Mogontinae sedis archiepis (...)

22Un autre poème, intitulé In sepulcro sancti Nazarii52, a été attribué par Sirmond à l’abbaye de Lorsch, où, selon le témoignage de Paul Diacre, les reliques avaient été envoyées vers 765 par le pape à Chrodegang, futur évêque de Metz53. Il est possible que cette inscription ait été rédigée à l’occasion de la dédicace de la nouvelle église et de la translation des reliques réalisées par Lull, l’archevêque de Mayence, en 774, en présence de Charlemagne54.

  • 55  « In altare S. Aniani », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXV, p. 536.
  • 56  A. Baunard, Théodulf, évêque d’Orléans…, op. cit., p. 130. Les deux localités, situées respectivem (...)
  • 57  MGH, Poet. Lat. I, p. 536, note 2. Même si le vocable de la cathédrale est Sainte-Croix, la présen (...)
  • 58  F. Lesueur, « Saint-Aignan d’Orléans. L’église de Robert le Pieux », Bulletin monumental, 115/3 (1 (...)
  • 59  J.-C. Picard, « Orléans », in N. Gauthier et J.-C. Picard (éd.), Topographie chrétienne des cités (...)

23C’est toutefois surtout pour des édifices orléanais que Théodulf composa des tituli. L’un d’entre eux, pour un autel dédié à saint Aignan55, a suscité plusieurs hypothèses pour son attribution précise : une église locale, Saint-Aignan-des-Gués – aujourd’hui commune de Bray-Saint-Aignan – ou Saint-Aignan-le-Jaillard dans le Loiret pour l’abbé Baunard56, la cathédrale d’Orléans pour Ernst Dümmler57, plus sûrement la basilique suburbaine Saint-Aignan, dont Théodulf fut abbé58, hypothèse retenue par Jean-Charles Picard59. La teneur du poème rappelle singulièrement un de ceux présents à Germigny :

  • 60  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXV, p. 536 : « Hanc tibi, celsitonans, aram Teudulfus adorno, / at fave (...)

Cet autel, O Dieu tout-puissant, moi, Théodulf, je l’ai orné pour toi :
Roi Dieu soit favorable à mes vœux.
Toi qui le vois, qui que tu sois, et toi, Aignan, très saint prélat,
Je t’en prie, souviens-toi de moi, si petit60.

24Plusieurs autres pièces sont destinées à des édifices orléanais. C’est le cas du poème intitulé In xenodochio, composé de dix distiques, dont le dernier célèbre la mémoire du fondateur de l’hospice, Théodulf lui-même :

  • 61  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LIX, p. 554-555 : « Qui petis has sedes, Teudulfi quaeso memento, / Haec (...)

Toi qui pénètres en ce lieu, je t’en prie, rappelle-toi Théodulf,
Qui construisit cette demeure avec l’aide de Dieu61.

  • 62  A. Baunard, Théodulf, évêque d’Orléans…, op. cit., p. 194-195.
  • 63  « De septem liberalibus artibus in quadam pictura depictis », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLVI, p. 5 (...)
  • 64  Alia pictura, in qua erat imago terrae in modum orbis comprehensa », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLV (...)
  • 65  « Super januam », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXIII, p. 556.
  • 66  « In propinatorium », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXIV, p. 556.
  • 67  « In faldaone episcopi », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXII, p. 555-556.
  • 68  Voir par exemple J. Hubert, Nouveau recueil d’études…, op. cit., p. 247.

25D’autres ont été parfois attribués au complexe palatial de Germigny62, en particulier les longs poèmes destinés à accompagner deux ensembles peints dans une salle à manger, représentant respectivement un arbre allégorique des sept arts libéraux63 et une mappemonde64. On peut également signaler l’inscription Super januam65 ouvrant vers un espace d’accueil des indigents, peut-être un réfectoire, celle pour une coupe66, dont les deux distiques suggèrent un usage de table plutôt que liturgique, ou encore celle pour un siège épiscopal67, dans une salle d’audience où l’évêque rendait justice. Cependant, il n’existe aucune raison objective pour attribuer cet ensemble épigraphique à Germigny plutôt qu’à une domus épiscopale au cœur de la cité d’Orléans68. On remarquera, en outre, que tous ces textes, transmis uniquement par l’édition de Sirmond, ont dû bénéficier d’une tradition manuscrite complètement différente des deux textes encore visibles à Germigny. Or, la présence de ces derniers dans l’édifice actuel et, surtout, leur mention dans des manuscrits médiévaux prouvent qu’ils étaient bien destinés à Germigny.

Les inscriptions versifiées de Germigny

  • 69  MGH, Poet. Lat. I, p. 556, note 3 pour l’inscription de la porte et p. 557, note 3, pour celle de (...)

26De fait, les deux inscriptions versifiées qu’on peut voir actuellement dans l’oratoire de Germigny, l’une au-dessus de la porte d’entrée latérale, l’autre à la base de la mosaïque absidale, qui mentionnent toutes deux le souvenir de Théodulf, n’ont été signalées par Ernst Dümmler qu’en note dans les Monumenta Germaniae Historica69. Pourtant, ce sont les seules qu’une tradition ancienne incontestable rattache au site.

L’inscription du clocher (aujourd’hui linteau de la porte latérale)

27Au-dessus de la porte méridionale, à l’extérieur, on peut aujourd’hui ainsi lire, peint à même la pierre du linteau, le texte suivant (fig. 4) :

Haec in honore Dei Theodulfus templa sacravi
Quae dum quisquis adis, oro, memento mei
.

Moi, Théodulfe, j’ai consacré ce temple en l’honneur de Dieu.
Qui que tu sois, toi qui viens ici, je t’en prie, souviens-toi de moi.

Fig. 4 – Germigny, inscription moderne sur le linteau de la porte latérale

Fig. 4 – Germigny, inscription moderne sur le linteau de la porte latérale

Cl. CIFM/C. Treffort

28Si l’on peut aisément reconnaître une facture moderne, tant par la technique utilisée que par la graphie, le texte relève, en revanche, d’une tradition qui remonte sans conteste à l’époque carolingienne. Ce distique ne se distingue en rien des autres productions épigraphiques monumentales de Théodulf, qui associe en général le rappel de son action constructive ou dédicatoire à une demande de prière pour sa mémoire. Surtout, on a la preuve de son existence dès la fin du xe siècle grâce à Létald de Micy, qui l’évoque dans ses Miracles de saint Maximin :

  • 70  Létald, Miracles de saint Maximin, c. 13 : « Theodulfus igitur episcopus inter cetera suorum operu (...)

Alors, l’évêque Théodulf, entre autres œuvres, a édifié dans la villa appelée Germigny, une basilique qui, d’une admirable exécution, est comparable à celle qui a été construite à Aix, et dans laquelle il a inscrit de façon élégante le souvenir de lui-même par ces vers : « Ce temple, je l’ai consacré en l’honneur de Dieu, moi Théodulf : toi qui y pénètres, qui que tu sois, je t’en prie, aie une pensée pour moi70. »

29On remarquera que le texte exprime le terme de templum au pluriel, qui semble toutefois n’être qu’un artifice de poète, destiné à faire entrer la désignation de l’édifice dans les contraintes de la métrique, plutôt que la preuve de l’existence de plusieurs édifices de culte dans le complexe palatial de Germigny. Quoi qu’il en soit, l’existence de ce texte est avérée dès le xe siècle, et sa proximité stylistique avec les autres poèmes de Théodulf permet de lui en attribuer sans hésitation la paternité.

  • 71  Date établie par J.-P. Bouhot, « Les explications catéchistiques… », ibid., p. 311.
  • 72  Discussion sur ce terme dans A.-O. Poilpré, « Le décor de l’oratoire de Germigny-des-Prés : l’auth (...)
  • 73  Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1702, fol. 7r°.

30Un texte un peu plus tardif, le Catalogue des abbés de Fleury, vraisemblablement rédigé au début du xiie siècle71, précise même quelles étaient sa forme et sa localisation précises à ce moment-là : Porro in matherio turris e qua signa pendebant, huiuscemodi versus argenteo colore expresso : Haec in honore Dei… On retiendra surtout la mention d’une « couleur » argentée, qui n’est pas sans évoquer certaines tesselles de la mosaïque de l’abside, et le fait que cette inscription était associée au clocher, tour-porche ou tour-lanterne selon les chercheurs. La comparaison établie par Létald de Micy avec le palais d’Aix a suggéré, notamment, que l’inscription ait été située non pas sur la charpente, comme certains chercheurs l’ont avancé, mais sur un bandeau de mosaïque courant au-dessus d’arcades supportant la base d’une coupole72. Ce témoignage, qu’on trouve notamment dans un manuscrit provenant de Fleury73, est tardif, et on ne peut exclure entièrement que l’auteur du Catalogue ait vu une inscription déjà restaurée, par exemple au moment de l’installation des moines. Toutefois, les solutions les plus simples sont parfois les meilleures, et rien n’interdit de penser que Théodulf a fait réaliser, à la base de la coupole surmontée par le clocher, au centre de l’édifice qu’il avait consacré, peut-être au-dessus de l’autel, une inscription monumentale en mosaïque célébrant son œuvre et sa mémoire, répondant à celle de l’abside.

L’inscription de l’abside

31La dernière, et sans doute la plus célèbre inscription de Germigny, est celle qu’on trouve en dessous de l’Arche d’Alliance représentée au cul-de-four de l’abside orientale, les lettres étant réalisées en tesselles d’argent sur fond bleu dans une sorte de banderole aux extrémités tréflées se développant sur 5,75 m de long et 17 cm de hauteur. Si la mosaïque fut découverte en 1841 après dégagement du badigeon qui la recouvrait, il fallut attendre 1847 pour que soit repérée l’inscription elle-même, presque illisible, comme en témoigne Didron :

  • 74  Didron, « Une mosaïque du ixe siècle et les archéologues d’Orléans », Annales archéologiques, 6 (1 (...)

La partie inférieure de la mosaïque se compose d’une bande horizontale formée de cubes bruns et argentés, qui ne semblent dessiner que quelques arabesques irrégulières. L’artiste à qui avait été confiée sa restauration, en la débarrassant complètement du badigeon qui la couvrait y distingua clairement des caractères romains ; il put même assembler le mot Theodulphum et quelques autres ; mais l’interprétation complète de l’inscription lui sembla impossible74.

  • 75  Didron, « Une mosaïque du ixe siècle… », ibid. p. 231.
  • 76  Déjà signalé par A.-O. Poilpré, « Le décor de l’oratoire… », op. cit., p. 294.
  • 77  J.-C. Picard, « Orléans », op. cit., p. 90, citant Jean Hubert.
  • 78  G. Chesseneau, « Les fouilles de la cathédrale d’Orléans (septembre-décembre 1937) », Bulletin mon (...)

32Plusieurs chercheurs se penchent alors sur la question, proposant diverses lectures, plus ou moins erronées75. C’est finalement la découverte du manuscrit de Dom Chazal et de la copie du Catalogue qui lève les derniers doutes, permettant de compléter le texte lors de la campagne de restauration engagée sous la direction d’Albert Delton. L’analyse fine de la composition des tesselles menée par Line Van Meersch a récemment montré que la plupart d’entre elles ont été soit ajoutées, soit remplacées à cette occasion : on peut donc continuer à considérer cette inscription comme très fortement restaurée76, ce qui limite la confiance qu’on peut accorder à une datation paléographique, d’autant que les possibilités de comparaison sont restreintes. Tout au plus peut-on signaler qu’elle se distingue nettement de celle de la mosaïque visible dans la crypte archéologique de la cathédrale d’Orléans (fig. 5), aujourd’hui considérée comme mérovingienne77, même si elle fut attribuée par son inventeur à l’époque de Théodulf (fin du viiie-début du ixe siècle)78.

Fig. 5 – Orléans, cathédrale, mosaïque mérovingienne

Fig. 5 – Orléans, cathédrale, mosaïque mérovingienne

Cl. CIFM/J.-P. Brouard

33À Germigny, des capitales romaines terminées par des empattements, l’usage d’une abréviation signalée par un tilde droit (sanctum) et une écriture en scripta continua, sans séparation des mots ni ponctuation, ne contredisent pas une datation du début du ixe siècle. Il est donc fort probable que, malgré des matériaux datant dans leur grande majorité du xixe siècle, l’inscription présente sur la mosaïque absidale de Germigny soit conforme, dans son contenu comme dans sa forme graphique et littéraire, à celle composée par Théodulf et mentionnée dès le xiie siècle dans le Catalogue des abbés de Fleury (fig. 6 et 7) :

Oraclum s(an)c(tu)m et cerubin hic aspice spectans
Et testamenti en micat arca Dei.
Haec cernens precibus que studens pulsare Tonantem
Theodulfum votis jungito quoeso tuis.

  • 79  Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1720, fol. 7r° : « At vero Theodulfus aulam a se con (...)

Regarde et contemple ici le propitiatoire saint et les chérubins
Voilà que brille l’Arche de l’Alliance de Dieu.
En la regardant et en t’appliquant à toucher par des prières Celui qui tonne
Associe, je t’en prie, Théodulf à tes prières79.

Fig. 6 – Germigny, inscription de la mosaïque

Fig. 6 – Germigny, inscription de la mosaïque

Montage photo Line Van Wersch

Fig. 7 – Catalogue des abbés de Fleury

Fig. 7 – Catalogue des abbés de Fleury

Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1720, fol. 7r°, en ligne [https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8427235p/​f17.image].

34Composée de deux distiques élégiaques, l’inscription utilise un vocabulaire vétérotestamentaire parfaitement adapté pour accompagner la figuration de l’Arche d’Alliance que, selon le livre de l’Exode, Moïse construit pour y déposer les Tables de la Loi – Ex. 25, 10-22 ; Ex. 37, 1-9 –, et celle des chérubins, mentionnés également dans le Saint des Saints du Temple de Salomon (I Reg. 6, 23). Pour le terme oraculum directement tiré de la Bible, où il désigne le propitiatoire, la forme oraclum a sans doute été choisie pour lui permettre d’entrer dans le moule métrique par Théodulf lui-même ; en revanche, le quoeso, au lieu de quaeso, provient assurément d’une erreur de restauration.

35Versifiée comme la précédente, cette inscription appelle également à prier pour le commanditaire. Surtout, elle attire l’attention sur la mosaïque, qui, grâce à ses tesselles de verre, dorées ou non, scintille à la lumière des cierges. Fidèle à la doctrine des Libri Carolini, dont la rédaction est attribuée à Théodulf, l’inscription vise à révéler le sens de la représentation et invite à la contemplation de l’invisible. Uni dans un même discours prenant deux formes différentes mais complémentaires, l’image et le texte transforment en quelque sorte le chœur en Saint des Saints, et l’oratoire tout entier en réplique du Temple de Salomon.

36Peu nombreuses, en grande partie restaurées, les inscriptions de Germigny restent finalement fondamentales pour comprendre l’édifice et confirment son attribution à la volonté de Théodulf d’en faire à la fois un oratoire à sa mémoire et un lieu de culte digne des plus grandes églises. Même en excluant définitivement celle qu’ajoutèrent les restaurateurs au xixe siècle pour lui attribuer un millésime précis, elles contribuent à conforter sa place singulière dans l’histoire et l’art du monde carolingien.

Haut de page

Notes

1  Parmi lesquels ceux de J. Soyer, « Les inscriptions gravées sur les piliers de l’église carolingienne sont-elles authentiques ? », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1922, p. 88-89 ou de C. Treffort, « Doc. 19. Germigny-des-Prés (Loiret), oratoire de Théodulf, début du ixe siècle », in Ead., Paroles inscrites. À la découverte des sources épigraphiques latines du Moyen Âge, Rosny-sous-Bois, 2008, p. 78-82.

2  Orléans, Bibliothèque municipale, ms. 490-491 (anc. 270), t. 1, p. 67 ; transcription due à A. Jacob, « Rapport de la commission d’archéologie sur l’église de Germigny-des-Prés », dans Mémoires de la Société royale des sciences, belles-lettres et arts d’Orléans, séance du 19 février 1847, p. 130-141, ici p. 140 : « In columnâ quae fastigium ecclesiae sustinet, propè majus altare, ad dexteram ingredentium, leguntur adhùc dies et mensis dedicationis hujus ecclesiae, antiquo caractere, in lapide quadrato incisi, sic : III (id est die tertiâ) nonas januarii, dedicatio hujus ecclesiae. Quae verba utrum referenda sint ad dedicationem factam sub Theodulfo, ad aliam non constat (). »

3  C. Treffort, « Une consécration “à la lettre”. Place, rôle et autorité des textes inscrits dans la sacralisation de l’église », in D. Méhu (éd.), Mises en scène et mémoires de la consécration d’église au Moyen Âge, Turnhout, 2008, p. 219-251, notamment p. 220-224 (exemple de Germigny).

4  « Quapropter praefatus abbas, tactus supernae inspirationis dextera, senio exesam in melius componens basilicam, quatuor nostrae congregationis fratres diligit, qui Deo devote deservirent eo loci », éd. É. de Certain, Miracula sancti Benedicti, Paris, 1858, p. 237-238.

5  P. Deschamps, « Chronique », Le Moyen Âge, 36 (2e sér., t. 27), p. 256.

6  « (…) in honore Dei », cf. infra.

7  « (…) omnium Conditori ac Salvatori rerum Deo consecrans (…) », éd. J.-P. Bouhot, « Les explications catéchistiques attribuées à Théodulf d’Orléans », Revue d’histoire des textes, 2 (2007), p. 299-318, ici p. 304 (d’après Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1720, fol. 7r°).

8  « (…) in honore omnium Salvatoris dicatam (…) », éd. R.-H. Bautier, Vie de Gauzlin, abbé de Fleury, Paris, 1969, p. 38.

9  « (…) ecclesiam sancti Salvatoris (…) », éd. É. de Certain, Miracula sancti Benedicti…, op. cit.

10  Cf. J. Soyer, « Les inscriptions gravées… », op. cit., p. 204.

11  Par exemple, celles données par A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1889, p. 175-210.

12  Voir, par exemple, Le martyrologe d’Adon. Ses deux familles, ses trois recensions. Texte et commentaire, éd. J. Dubois et G. Renaud, Paris, 1984, p. 44-45 : « Apud Parisios, sanctae Genovefae virginis, quae a beato Germano Autissiodorensis episcopo Christo dicata, admirandis virtutibus et miraculis late claruit. »

13  On trouve également, dans la littérature, le nom de Chrétain ou Chrétien.

14  C.-F. Vergnaud-Romanesi, « Notice sur la découverte en janvier 1847 de deux inscriptions dans l’église de Germigny des Prés (Loiret) », Revue archéologique, t. 4/1 (1847), p. 33-39.

15  Résumé des deux affaires par M. Boucher de Molandon, « Germain-Philippe-Anatole Comte du Faur de Pibrac. Notice nécrologique », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. 8 (1886), p. 457-493, ici p. 461-463.

16  A. du Faur de Pibrac, Giadisophe, ou Commentaire de M. Vergnaud-Romanesi sur quelques inscriptions de Saint-Benoît-sur-Loire, Orléans, 1845.

17  Compte rendu de L. Lalanne dans la Bibliothèque de l’École des chartes, t. 7, 1846, p. 79-81.

18  C. Louandre, « De l’association littéraire et scientifique en France », Revue des deux mondes, 16 (1846), p. 792-818, ici p. 802.

19  A. du Faur de Pibrac, Mémoire sur des antiquités de Beaune-la-Rolande (Gâtinais), Orléans, 1844.

20  Voir par exemple le Bulletin de l’alliance des arts, vol. 2, n° 9, du 25 octobre 1843, p. 141-142.

21  Mis parfaitement en lumière par A. Freeman et P. Meyvaert, « The Meaning of Theodulf’s Apse Mosaic at Germigny-des-Prés », Gesta, 40/2 (2001), p. 125-139.

22  M. de Vassal, « Inscriptions découvertes dans l’église de Germigny-des-Prés (Loiret) », Revue orléanaise. Recueil historique, archéologique et littéraire, 1re année, 1847, p. 367-368 ; Id., « Rapport sur les lettres de M. E. Johanneau, relatives à la mosaïque de Germigny », Mémoires de la Société royale des sciences, belles-lettres et arts d’Orléans, séance du 18 juin 1847, p. 213-218.

23  A. Didron, « Une mosaïque du xie siècle et les archéologues d’Orléans », Annales archéologiques, 6 (1847), p. 229-232, ici p. 230, note 4.

24  « La forme des lettres et leur liaison n’est pas exprimée. Outre ce saint Germini, dont le nom est inconnu aux hagiographes, des abréviations inusitées, et la formule moderne sub invocatione, pourraient inspirer quelques doutes sur l’authenticité de l’inscription » : cf. P. Mérimée, « Église de Germigny (Loiret) », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 8 (1849), p. 113-118, ici p. 113, note 1.

25  R. de Lasteyrie, L’architecture religieuse en France à l’époque romane, ses origines, son développement, Paris, 1912, p. 143.

26  J. Soyer, « Les inscriptions gravées… », op. cit. La communication du 20 avril à Marseille, présentée le 8 juin 1822 à Orléans, est résumée dans le compte rendu du Congrès, publié au Journal officiel de la République française le 24 avril 1922, p. 4261, texte repris dans le Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais (t. 19, n° 221, 1922, p. 268-269).

27  F. Deshoulières, « Chronique. Les inscriptions de Germigny-des-Prés », Bulletin monumental, 82 (1923), p. 49.

28  S. Reinach, « Erratum à la Revue de 1847 », Revue archéologique, 22 (1925), p. 315.

29  R. Favreau, Épigraphie médiévale, Turnhout, 1997, p. 184-185.

30  A. Jacob, « Rapport de la commission d’archéologie sur l’église de Germigny-des-Prés », Mémoires de la Société royale des sciences, belles-lettres et arts d’Orléans, séance du 19 février 1847, p. 130-141, ici p. 131.

31  J. Soyer, « Les inscriptions gravées… », op. cit., p. 216.

32  J. Hubert, Nouveau recueil d’études d’archéologie et d’histoire, de la fin du monde antique au Moyen Âge, Genève/Paris, 1985, p. 276 [35], note 1.

33  Par exemple Alcuin : cf. C. Treffort, « La place d’Alcuin dans la rédaction épigraphique carolingienne », in P. Depreux et B. Judic (dir.), Alcuin, de York à Tours. Écriture, pouvoir et réseaux dans l’Europe du haut Moyen Âge, Rennes, 2004, p. 353-369.

34  Würzburg, Universitätsbibliothek, ms Fol. 187, fol. 136r°.

35  Éd. PL, 105, col. 314 (n° XI), MGH, Poet. Lat. I, p. 483 (n° XXIV) et plus récemment F. V. Arens et K. F. Bauer (éd.), Die Inschriften der Stadt Mainz von frühmittelaterlicher Zeit bis 1650, Stuttgart, 1958, p. 1, n° 1. « Inclita Fastradae reginae hic membra quiescunt, / de medio quam mors frigida flore tulit. / Nobilis ipsa viri thalamo conjuncta potentis, / sed modo caelesti nobilior thalamo. / Pars animae melior Carolus rex ipse remansit ; / cui tradat mitis tempora larga. » Trad. C. Treffort. On trouvera également deux traductions dans A. Baunard, Théodulf, évêque d’Orléans et abbé de Fleury-sur-Loire, Paris/Orléans, 1860, p. 162 et C. Cuissard, « Théodulf, évêque d’Orléans. Sa vie et ses œuvres, avec une carte du Pagus Aurelianensis au ixe siècle », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, 24 (1892), p. 1-352, ici p. 65.

36  Alcuin, Lettre à Paulin, XX, 2 : « Pars animae melior, nostrae pars inclyta vitae » (MGH, Poet. Lat. I, p. 240).

37  Éginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. M. Sot et C. Veyrard-Cosme, Paris, 2015 (Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 53), c. 20, utilise l’adjectif atrox pour la qualifier.

38  Charlemagne, Lettre n° 25, intégrée dans la collection de Saint-Denis (MGH, Formul. I, p. 510).

39  J. Nelson, « The siting of the council at Frankfurt : some reflections on family and politics », in R. Berndt (éd.), Das Frankfurter Konzil vom 794. Kristallisationspunkt karolingischer Kulture, Mayence, 1997, p. 149-165. Dans le même volume, on peut également citer l’article de F. Staab, « Die Königin Fastrada », p. 183-217.

40  802 : « Imperator (…) misit Iesse, episcopum Ambianensem et Helmgaudum comitem Constantinopolim et pacem cum ea statuerunt () » (MGH, SS, I, p. 190). Passage repris dans de nombreuses annales carolingiennes, par exemple celles de Magdeburg (MGH, SS, XVI, p. 137) ou de Trêves (MGH, SS, XIII, p. 23).

41  Lettre X-1 : « (…) porrexerunt nobis praefati missi vestri, videlicet Helmengaudus et Hunfridus gloriosi comitis () » (MGH, Ep. Karol. Aev., V, p. 88) ; voir aussi la lettre X-2, ibid., p. 9.

42  Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 59411, 1v°.

43  A. Oviedo Gonzalez, Poesia funeraria latina : renacimiento carolingiano, Oviedo, 1995, p. 93-94.

44  « Hac requiescit humo Helmengaldus nobilis heros, / gloria qui patriae et decus omne fuit, / dives opum et sensus seu nobilitate choruscus, / moribus ornatus omnibus atque bonis, / consilio pollens fors armis viribus auctus. / Legibus imbutus ore manuque potens, / namque palatina fuit hic praefatus in aula, / dum regeret Karolus sceptra serena pius », éd. MGH, Poet. Lat. I, p. 532, n° XL. Trad. C. Treffort, Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre genre littéraire, célébration mémorielle et manifeste politique (milieu viiie-xie siècle), Rennes, 2008, p. 239-240.

45  Éd. MGH, Poet. Lat. I, p. 489-490, n° XXVI (Super sepulchrum Hadriani papae). Trad. A. Baunard, Théodulf, évêque d’Orléans…, op. cit., p. 211-213.

46  Voir, par exemple, G. B. de Rossi, « L’inscription du tombeau d’Hadrien Ier composée et gravée en France par ordre de Charlemagne », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 8 (1888), p. 478-501.

47  R. Louis, « Le titulus et l’epitaphium métrique de Théodulf dans un monastère d’Angers », in Id. (dir.), Études ligériennes d’histoire et d’archéologie médiévales, Auxerre, 1975, p. 436-441.

48  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLII, p. 540 : « A foris in prima tabula bibliothecae ».

49  Éd. J. Sirmond, Theodulfi Aurelianensis episcopi Opera. Jacobi Sirmondi Societatis Jesu presbyteri cura & studio edita, notisque illustrata, Paris, 1646, n° VII-IX, p. 781-784.

50  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XXXVIII, p. 530 : « Versus scripti litteris aureis de sancto Quintino : in prima (secunda, tertia) tabula ».

51  Folcuin, Gesta des abbés de Lobbes, c. 9 : « Erat quippe Carolo ex patruo nepos, sicut elucet in pariete turri ecclesiae sancti Quintini […] sculptis, in hunc modum se habentibus : Cum denis (…) » [texte de la première inscription], éd. MGH, SS, IV, p. 59.

52  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLIX, p. 549.

53  Éd. MGH, SS, II, p. 268.

54  Chronique de Lorsch : « Cui pius rex benigne assentiens, […] per Lullum Mogontinae sedis archiepiscopum […] dedicationem ejusdem ecclesiae [Laureshamensis monasterii] celebravit, corpusque beati martyris Nazarii […] transtulit », éd. MGH, SS, XXI, p. 348.

55  « In altare S. Aniani », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXV, p. 536.

56  A. Baunard, Théodulf, évêque d’Orléans…, op. cit., p. 130. Les deux localités, situées respectivement à environ 30 et 40 km d’Orléans, n’ont toutefois aucun lien avéré avec Théodulf.

57  MGH, Poet. Lat. I, p. 536, note 2. Même si le vocable de la cathédrale est Sainte-Croix, la présence d’un autel dédié à saint Aignan, évêque d’Orléans mort au milieu du ve siècle, n’est pas exclue.

58  F. Lesueur, « Saint-Aignan d’Orléans. L’église de Robert le Pieux », Bulletin monumental, 115/3 (1957), p. 169-206, ici p. 172.

59  J.-C. Picard, « Orléans », in N. Gauthier et J.-C. Picard (éd.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, t. 8 (Province ecclésiastique de Sens [Lugdunensis Senonia]), Paris, 1992, p. 91-92.

60  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXV, p. 536 : « Hanc tibi, celsitonans, aram Teudulfus adorno, / at faveas votis rex Deus ipse meis. / Quisquis es hanc cernens, et tu sanctissime praesul / Anianie, exigui sis memor, oro, mei. »

61  Éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LIX, p. 554-555 : « Qui petis has sedes, Teudulfi quaeso memento, / Haec qui construxit tecta favente Deo. »

62  A. Baunard, Théodulf, évêque d’Orléans…, op. cit., p. 194-195.

63  « De septem liberalibus artibus in quadam pictura depictis », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLVI, p. 544-547.

64  Alia pictura, in qua erat imago terrae in modum orbis comprehensa », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° XLVII, p. 547.

65  « Super januam », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXIII, p. 556.

66  « In propinatorium », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXIV, p. 556.

67  « In faldaone episcopi », éd. MGH, Poet. Lat. I, n° LXII, p. 555-556.

68  Voir par exemple J. Hubert, Nouveau recueil d’études…, op. cit., p. 247.

69  MGH, Poet. Lat. I, p. 556, note 3 pour l’inscription de la porte et p. 557, note 3, pour celle de la mosaïque.

70  Létald, Miracles de saint Maximin, c. 13 : « Theodulfus igitur episcopus inter cetera suorum operum basilicam miri operis, instar videlicet ejus quae Aquis est consituta, aedificavit in villa quae dicitur Germiniacus, quo etiam his versibus sui memoriam eleganter expressit : Haec in honore Dei Theodulfus templa sacravi, quae dum quisquis adis, oro, memnto mei. » Trad. J.-P. Bouhot, « Les explications catéchistiques… », op. cit., p. 312.

71  Date établie par J.-P. Bouhot, « Les explications catéchistiques… », ibid., p. 311.

72  Discussion sur ce terme dans A.-O. Poilpré, « Le décor de l’oratoire de Germigny-des-Prés : l’authentique et le restauré », Cahiers de civilisation médiévale, 163 (1998), p. 281-297, ici p. 296.

73  Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1702, fol. 7r°.

74  Didron, « Une mosaïque du ixe siècle et les archéologues d’Orléans », Annales archéologiques, 6 (1847), p. 229-232.

75  Didron, « Une mosaïque du ixe siècle… », ibid. p. 231.

76  Déjà signalé par A.-O. Poilpré, « Le décor de l’oratoire… », op. cit., p. 294.

77  J.-C. Picard, « Orléans », op. cit., p. 90, citant Jean Hubert.

78  G. Chesseneau, « Les fouilles de la cathédrale d’Orléans (septembre-décembre 1937) », Bulletin monumental, 97/1 (1938), p. 73-94, ici p. 82-83. L’auteur reconnaît toutefois le caractère « archaïque » de l’écriture, usitée antérieurement au viiie siècle.

79  Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1720, fol. 7r° : « At vero Theodulfus aulam a se constructam omnium conditori ac salvatori rerum Deo consecrans, cherubim gloriae obumbrantia propitiatorium super altare artificiosissimo magisterio expressum his decoravit versibus (…) », éd. J.-P. Bouhot, « Les explications catéchistiques… », op. cit., p. 304.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Germigny, inscription de dédicace
Crédits Cl. CIFM/V. Debiais
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Germigny, fausse inscription de dédicace, 1re partie
Crédits Cl. CIFM/V. Debiais
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – Germigny, fausse inscription de dédicace, 2e partie
Crédits Cl. CIFM/V. Debiais
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Germigny, inscription moderne sur le linteau de la porte latérale
Crédits Cl. CIFM/C. Treffort
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Orléans, cathédrale, mosaïque mérovingienne
Crédits Cl. CIFM/J.-P. Brouard
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 – Germigny, inscription de la mosaïque
Crédits Montage photo Line Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 7 – Catalogue des abbés de Fleury
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1720, fol. 7r°, en ligne [https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8427235p/​f17.image].
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16066/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Treffort, « Les inscriptions de Germigny et la production épigraphique de Théodulf d’Orléans », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 11 | 2019, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cem/16066 ; DOI : 10.4000/cem.16066

Haut de page

Auteur

Cécile Treffort

Professeur d’histoire médiévale, université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • OpenEdition Journals