Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Le décor

Germigny, le décor sculpté : la pierre

François Heber-Suffrin

Texte intégral

Abside, chapiteau n° 4Afficher l’image
Crédits : L. Van Wersch
  • 1  J. Hubert, « Germigny-des-Prés », in 93e Congrès archéologique de France, Orléans, 1930, Paris, 19 (...)
  • 2  Voir l’article de Bénédicte Bertholon dans ce volume.
  • 3  F. Heber-Suffrin, « Germigny-des-Prés, une œuvre exemplaire ? », in C. Sapin (dir.), Stucs et déco (...)
  • 4  G. Bouet, « L’église de Germigny-des-Prés et celle de Beaulieu-sous-Loches », Bulletin monumental, (...)

1La sculpture sur pierre de l’église de Germigny-des-Prés n’a pas intéressé les historiens de l’art et fut jugée par Jean Hubert aussi médiocre que le décor de stuc. Dans son article de 1931, il ne lui consacre que ces quelques lignes : « La sculpture sur pierre offrait la même grossièreté d’exécution [que le stuc]. Le musée d’Orléans a recueilli quelques chapiteaux ainsi que deux tailloirs décorés d’entrelacs qui couronnaient l’un des piliers centraux1. » Des sculptures de l’église, il n’évoque, en raison des inscriptions qu’elles comportent, que les deux impostes remises en place sur les piliers est de la tour. On conçoit ses réserves si l’on considère l’importante rénovation à laquelle s’est livré Juste Lisch entre 1845 et 1876. Aborder l’étude du décor sculpté (chapiteaux et impostes) implique une analyse préalable approfondie afin de séparer les témoins authentiques des copies, pastiches ou éventuelles créations ex nihilo. Une interrogation du même ordre se pose aussi, avec plus d’acuité, pour les stucs2. Certains éléments lapidaires, ainsi que de nombreux fragments de stuc, sont actuellement conservés à Orléans, dans le dépôt du Musée historique et archéologique de l’Orléanais3. En raison du manque d’intérêt accordé aux vestiges lors de la restauration et des destructions consécutives au bombardement d’Orléans en juin 1940, nombre d’entre eux ont disparu. Des impostes plus ou moins mutilées et quelques chapiteaux au décor rudimentaire, sans provenance précise – l’architecte restaurateur a négligé de noter les lieux de découverte –, nous sont toutefois parvenus. La réinstallation des chapiteaux et des impostes de pierre dans les parties reconstruites, comme la tour, semble toutefois avoir été faite en respectant au mieux leur localisation primitive, ce qu’atteste en partie la vue intérieure de l’édifice dessinée par Georges Bouet4 (fig. 1).

Fig. 1 – Vue intérieure vers le sud-ouest, dessin

Fig. 1 – Vue intérieure vers le sud-ouest, dessin

G. Bouet

2Du fait de la formulation atypique de la plupart des chapiteaux, leur classement selon les critères habituels n’est pas vraiment convaincant, bien qu’il permette de suivre, plus ou moins, l’élaboration des motifs à partir de modèles tardo-antiques. Certaines formulations restent cependant inclassables, sans correspondants connus dans l’Empire ; on ne peut pour autant en déduire qu’il s’agit de créations originales.

Une nécessaire critique d’authenticité

3Bien que les chapiteaux authentiques soient assez nombreux, une analyse approfondie s’impose du fait de la qualité de certains pastiches ou copies du xixe siècle exécutés pour combler des lacunes et remplacer des exemplaires mutilés ou, sans doute, jugés trop médiocres. Tous les tailloirs ont été refaits et seules les impostes des deux piliers est de la tour ont été remis en place.

4L’abside comporte de nombreux chapiteaux de petite taille dans l’arc d’entrée et la galerie d’arcatures située sous la mosaïque du cul-de-four (fig. 2).

Fig. 2 – Abside, arcatures

Fig. 2 – Abside, arcatures

D. Prigent

5Les quatre chapiteaux de l’arc sont authentiques ainsi que les colonnes qui les supportent (fig. 3 et 4) ; l’une, au sud, en marbre, est un remploi antique retaillé.

Fig. 3 – Abside, arc d’entrée, colonnes et chapiteaux nord

Fig. 3 – Abside, arc d’entrée, colonnes et chapiteaux nord

L. Van Wersch

Fig. 4 – Abside, arc d’entrée, colonnes et chapiteaux sud

Fig. 4 – Abside, arc d’entrée, colonnes et chapiteaux sud

L. Van Wersch

6En revanche, seuls trois des douze chapiteaux de l’abside le sont aussi (n° 4, 5 et 7) (fig. 5, 6, 7 et 8), du fait des mutilations subies par l’ancienne galerie d’arcatures.

Fig. 5 – Abside, arcature, localisation des chapiteaux authentiques (no 4, 5, 7)

Fig. 5 – Abside, arcature, localisation des chapiteaux authentiques (no 4, 5, 7)

D. Prigent

Fig. 6 – Abside, chapiteau n° 4

Fig. 6 – Abside, chapiteau n° 4

L. Van Wersch

Fig. 7 – Abside, chapiteau n° 5

Fig. 7 – Abside, chapiteau n° 5

L. Van Wersch

Fig. 8 – Abside, chapiteau n° 7

Fig. 8 – Abside, chapiteau n° 7

L. Van Wersch

7Ils ont apparemment été conservés ou remis en place, selon le relevé de J. Lisch en 1873 avant la restauration (fig. 9).

Fig. 9 – Abside, relevé avant restauration, 1873

Fig. 9 – Abside, relevé avant restauration, 1873

J. Lisch

8Des grands chapiteaux des bas-côtés, accolés aux parois est, nord et sud, qui encadrent les trois absides, seuls trois d’entre eux sont authentiques, à la retombée des arcs doubleaux. L’un est situé à droite de l’ouverture de l’abside orientale, dont le symétrique est une copie assez fidèle (fig. 10a-b).

Fig. 10a – Bas-côté est, chapiteau sud, authentique

Fig. 10a – Bas-côté est, chapiteau sud, authentique

F. Heber-Suffrin

Fig. 10b – Bas-côté est, chapiteau nord, copie

Fig. 10b – Bas-côté est, chapiteau nord, copie

F. Heber-Suffrin

9Dans le bas-côté nord, deux chapiteaux de facture assez sèche ont été copiés sur l’exemplaire mutilé conservé au musée d’Orléans (A65) (fig. 11 a-b).

Fig. 11a – Bas-côté nord, chapiteau original (Orléans)

Fig. 11a – Bas-côté nord, chapiteau original (Orléans)

Musée historique et archéologique de l’Orléanais

Fig. 11b – Bas-côté nord, chapiteau nord, copie

Fig. 11b – Bas-côté nord, chapiteau nord, copie

F. Heber-Suffrin

10Au sud, les deux chapiteaux, dont G. Bouet a publié le dessin, sont des originaux (fig. 12a-b et 13 a-b).

Fig. 12a – Bas-côté sud, chapiteau est

Fig. 12a – Bas-côté sud, chapiteau est

F. Heber-Suffrin

Fig. 12b – Bas-côté sud, chapiteau est

Fig. 12b – Bas-côté sud, chapiteau est

Dessin G. Bouet

Fig. 13a – Bas-côté sud, chapiteau ouest

Fig. 13a – Bas-côté sud, chapiteau ouest

F. Heber-Suffrin

Fig. 13b – Bas-côté sud, chapiteau ouest

Fig. 13b – Bas-côté sud, chapiteau ouest

Dessin G. Bouet

  • 5  H. Claussen et A. Skriver (éd.), Die Klosterkirche Corvey, t. 2 (Wandmalerei und Stuck aus karolin (...)

11En ce qui concerne le bas-côté ouest, dont la paroi fut modifiée dès l’époque romane et entièrement renouvelée lors de la restauration, nous ignorons tout. Contrairement aux chapiteaux des parties basses, plus sujets aux destructions ou dégradations, ceux des triplets d’arcades de la tour sont intacts, remis en place après la reconstruction (fig. 14) ; ils conservent à l’est, à l’ouest et au sud, les traces d’une polychromie ancienne rouge ou bleue, peut-être originelle, car l’application de badigeons de couleurs vives et contrastées sur la pierre est attestée au ixe siècle, notamment sur les piliers de la tribune occidentale de l’abbatiale de Corvey sur la Weser (Allemagne)5.

Fig. 14 – Tour, intérieur, vue vers le nord-est

Fig. 14 – Tour, intérieur, vue vers le nord-est

F. Heber-Suffrin

Originaux, copies et pastiches

12C’est dans l’abside que l’on perçoit le mieux l’intervention de l’architecte restaurateur. Les trois chapiteaux anciens (n° 4, 5 et 7) (cf. fig. 6, 7, 8), dont l’authenticité est attestée par des dessins antérieurs aux restaurations et par la présence d’enduits superposés témoignant des états colorés successifs de l’oratoire, ont en partie servi de modèles pour la restitution du décor architectural. Toutefois, sans doute pour éviter toute uniformité, ils ne l’ont été qu’une fois pour trois d’entre eux, deux fois pour l’un (fig. 15).

Fig. 15 – Abside, les douze chapiteaux, numéros du nord vers le sud

Fig. 15 – Abside, les douze chapiteaux, numéros du nord vers le sud

L. Van Wersch

13Ces copies, certes un peu sèches, sont assez fidèles : n° 2 (n° 7), n° 6 et 11 (n° 5), n° 12 (n° 4), ce qui n’interdit pas quelques variantes (n° 6 et 11, gravés de nervures). Un chapiteau en place dans le triplet ouest de la tour, dont on conserve un dessin de G. Bouet, a été reproduit avec quelques variantes aux n° 1, 3 et 10 (fig. 16) et le n° 9 copie avec précision un chapiteau du triplet nord (fig. 17).

Fig. 16a – Tour, triplet ouest, authentique

Fig. 16a – Tour, triplet ouest, authentique

F. Heber-Suffrin

Fig. 16b – Tour, triplet ouest

Fig. 16b – Tour, triplet ouest

Dessin G. Bouet

Fig. 16c – Abside n° 1, copie du xixe siècle

Fig. 16c – Abside n° 1, copie du xixe siècle

L. Van Wersch

Fig. 16d – Abside n° 3, copie du xixe siècle

Fig. 16d – Abside n° 3, copie du xixe siècle

L. Van Wersch

Fig. 16e – Abside n° 10, copie du xixe siècle

Fig. 16e – Abside n° 10, copie du xixe siècle

L. Van Wersch

Fig. 17a – Chapiteau : tour, triplet nord, authentique

Fig. 17a – Chapiteau : tour, triplet nord, authentique

F. Heber-Suffrin

Fig. 17b – Chapiteau : abside, copie, n° 9

Fig. 17b – Chapiteau : abside, copie, n° 9

L. Van Wersch

  • 6  A. Haupt, Die älteste Kunst, insbesondere die Baukunst des Germanen von der Völkerwanderung bis zu (...)

14Le chapiteau n° 8 est lui aussi la réplique assez fidèle d’un original connu par une autre source6 (fig. 18).

Fig. 18a – Abside, chapiteau : copie n° 9

Fig. 18a – Abside, chapiteau : copie n° 9

L. Van Wersch

Fig. 18b – Abside, chapiteau : dessin d’un original

Fig. 18b – Abside, chapiteau : dessin d’un original

Haupt

15Les options choisies pour la restauration témoignent, semble-t-il, de la volonté de respecter la diversité décorative originelle, avec une répartition aléatoire des motifs, perçue comme caractéristique des pratiques médiévales. Apparemment, dans le souci de restituer un décor de qualité, les sculptures jugées médiocres ou maladroites ont été écartées. Deux petits chapiteaux de pierre, sculptés sur deux faces et peu mutilés, occupaient vraisemblablement des angles. Leurs dimensions sont voisines de celles des chapiteaux de l’abside, dont les numéros 1 et 12 qui occupent les deux angles au revers de l’arc d’entrée, sont des pastiches. Nous n’avons, cependant, aucune preuve d’une telle localisation, bien que l’hypothèse soit tentante. Ils présentent tous deux sur l’angle une palmette, d’un type répandu dans tout l’édifice. Les faces latérales sont peuplées d’un fleuron sommaire et d’un caulicole sommé d’un double niveau de crossettes pour l’un (A62) (fig. 19a-b) et de gravures à peine ébauchées pour l’autre (A63) (fig. 20a-c).

Fig. 19a – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A62), première face

Fig. 19a – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A62), première face

F. Heber-Suffrin

Fig. 19b – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A62), seconde face

Fig. 19b – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A62), seconde face

F. Heber-Suffrin

Fig. 20a – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), première face

Fig. 20a – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), première face

F. Heber-Suffrin

Fig. 20b – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), deuxième face

Fig. 20b – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), deuxième face

F. Heber-Suffrin

Fig. 20c – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), troisième face

Fig. 20c – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), troisième face

F. Heber-Suffrin

16Le bas-côté conserve son ordonnance primitive sans la fantaisie ornementale adoptée par l’architecte restaurateur dans l’abside. On constate un total respect du parti primitif dans la localisation des chapiteaux et dans les copies complémentaires, hormis pour le bas-côté ouest, dont nous ne savons rien. Comme il a été dit plus haut, le chapiteau situé à gauche de l’abside orientale a servi de modèle à celui de droite, les deux exemplaires du bas-côté sud sont authentiques et le chapiteau du musée d’Orléans a été reproduit dans le bas-côté nord, dont il provient à coup sûr. Le dessin d’ensemble de G. Bouet (cf. fig. 1) semble suggérer que le décor initial et son organisation ont été respectés. J. Lisch a été somme toute plus respectueux des données anciennes en ce qui concerne la restauration du décor sculpté en pierre que de l’ornementation de stuc, dont il est vrai que pratiquement rien ne subsistait en place.

Approche stylistique

  • 7  Voir l’article de Bénédicte Bertholon dans ce volume. Constant Dufeux, relevé, Bibliothèque du pat (...)

17Il convient d’analyser la structure des chapiteaux de pierre en parallèle avec ceux des stucs, inspirés, semble-t-il, de sources identiques. Ce matériau plastique n’a pas été réservé au seul décor pariétal, mais a servi aussi à la création de pièces de forme architecturales, comme le prouve, notamment, l’encadrement en ronde-bosse des fenêtres de la tour (colonnes et chapiteaux), dont divers relevés prouvent que, lors de la reconstruction du clocher, le décor originel a été fidèlement reproduit7.

18La plupart des chapiteaux de pierre, en place dans l’édifice, se réfèrent plus ou moins aux styles composites ou corinthisants.

Le chapiteau composite

19Le chapiteau composite est présent sous des formes variées. Le modèle le plus complet est celui du n° 4 de l’abside (fig. 21, 6) et du chapiteau sud du bas-côté oriental (cf. fig. 10a).

Fig. 21 – Abside, chapiteau n° 4

Fig. 21 – Abside, chapiteau n° 4

D. Prigent

20On y reconnaît la disposition en deux registres séparés par un double ruban torsadé. Toutefois, la classique couronne d’acanthes de la partie basse est réduite à des palmettes d’angle séparées par des éléments végétaux stylisés, caulicoles et calices simplifiés (n° 4), souvenirs lointains du chapiteau corinthien, ou simples baguettes et crossettes (bas-côté est). Le registre supérieur comporte, de part et d’autre d’un dé strié verticalement, deux petites crossettes formant volutes d’angle. À la différence des véritables chapiteaux composites, les puissants enroulements latéraux de type ionique sont absents et chaque face est traitée indépendamment, de manière identique, comme dans l’exemplaire du musée d’Orléans (A65), modèle des deux chapiteaux du bas-côté nord (cf. fig. 11a-b).

  • 8  G. Bouet, « L’église de Germigny… », ibid., respectivement fig. 10 et 9.

21Des formules hybrides ou simplifiées ont été développées sur cette base. Le chapiteau ouest du bas-côté méridional, dont on conserve aussi le dessin par G. Bouet8, en donne un bon exemple. Il présente la disposition en deux registres séparés par un simple tracé rectiligne en légère saillie marquant la limite de la corbeille ; les palmettes d’angle sont jointives et les minces volutes en forme de crossettes, sculptées sur l’abaque, se rejoignent sur l’angle (cf. fig. 12a-b). Les chapiteaux du triplet oriental du clocher présentent le même schéma sous une forme plus ramassée et sans compartimentation horizontale : palmettes d’angle et volutes développées (fig. 22).

Fig. 22 – Tour, chapiteau, triplet est

Fig. 22 – Tour, chapiteau, triplet est

F. Heber-Suffrin

  • 9  Chapiteau en stuc et non en pierre, absent de F. Heber-Suffrin, « Germigny-des-Prés… », op. cit. V (...)

22À cette série, il convient de rattacher d’autres chapiteaux moins caractéristiques, mais dont la parenté avec les précédents paraît évidente. Le chapiteau est du collatéral sud offre une disposition similaire à celle de son symétrique, mais le registre supérieur est réduit à une simple tablette, les volutes ont disparu et le décor complémentaire a été limité à des stries parallèles obliques, simplement gravées (cf. fig. 13a-b). C’est à ce type simplifié qu’il faut rattacher trois chapiteaux de stucs du dépôt lapidaire d’Orléans, dont la localisation primitive est inconnue. L’un (A61) est presque identique au précédent, hormis le fleuron qui occupe le triangle entre les palmettes9 (fig. 23) ; un autre (A70), en faible relief, est complété à sa base par une baguette en demi-cercle (fig. 24) ; du dernier (A64), très mutilé, ne subsiste qu’une palmette et un décor intermédiaire de stries verticales (fig. 25).

Fig. 23 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A61)

Fig. 23 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A61)

F. Heber-Suffrin

Fig. 24 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A70)

Fig. 24 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A70)

F. Heber-Suffrin

Fig. 25 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A64)

Fig. 25 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A64)

F. Heber-Suffrin

Le chapiteau corinthisant

23Le chapiteau corinthisant est lui aussi présent sous des formes variées, parfois très minimalistes. Il peut s’agir de chapiteaux à double couronne de feuilles lisses, sans volutes d’angle, traitées comme des écailles et parfois dépourvus de tablette : abside n° 5 (fig. 26) et trois chapiteaux ouest et nord de la tour (fig. 27 et 28).

Fig. 26 – Abside, chapiteau n° 5

Fig. 26 – Abside, chapiteau n° 5

L. Van Wersch

Fig. 27 – Tour, triplet sud

Fig. 27 – Tour, triplet sud

D. Prigent

Fig. 28 – Tour, triplet nord

Fig. 28 – Tour, triplet nord

F. Heber-Suffrin

  • 10  J. Hubert, « Germigny… », op. cit., p. 562, fig. 17 (cl. J. Banchereau).

24Cette organisation a été adoptée pour trois chapiteaux de stuc, dont l’un, à feuilles lisses, connu par une médiocre photographie publiée par J. Hubert10, a disparu lors des bombardements au cours desquels les deux autres ont été mutilés. Sur ces derniers, les feuilles sont grossièrement formulées en palmettes (A80 et A395) (fig. 29 et 30).

Fig. 29 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A80)

Fig. 29 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A80)

F. Heber-Suffrin

Fig. 30 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A395)

Fig. 30 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A395)

F. Heber-Suffrin

25Une variante originale est offerte par le n° 7 de l’abside, sur lequel les feuilles schématisées de la double couronne se terminent en crossettes formant hélices et volutes d’angle (fig. 31).

Fig. 31 – Abside, chapiteau n° 7

Fig. 31 – Abside, chapiteau n° 7

L. Van Wersch

26Les quatre chapiteaux supports de l’arc d’entrée de l’abside se réfèrent à un modèle plus classique : registre inférieur en forme de collerette festonnée, registre supérieur réduit à des tracés géométriques gravés évoquant lointainement des feuilles et tablette rectangulaire ornée d’un perlé ou d’un damier (fig. 32 et 33).

Fig. 32 – Abside, arc d’entrée, chapiteaux nord

Fig. 32 – Abside, arc d’entrée, chapiteaux nord

L. Van Wersch

Fig. 33 – Abside, arc d’entrée, chapiteaux sud

Fig. 33 – Abside, arc d’entrée, chapiteaux sud

L. Van Wersch

Un motif original

27Les deux chapiteaux du triplet ouest de la tour (fig. 34), modèles des chapiteaux n° 1, 3 et 10 de l’abside (cf. fig. 16), associent une structure corinthisante, proche de celle du triplet oriental, des palmettes d’angle et de curieux décors géométriques.

Fig. 34 – Tour, triplet ouest

Fig. 34 – Tour, triplet ouest

F. Heber-Suffrin

28Sur chaque face, la feuille médiane est compartimentée en six réserves triangulaires ; celles du haut et du bas servent de cadre à de petites têtes traitées sommairement. Peu lisibles en place, notamment pour le chapiteau ouest, qui conserve d’importantes traces de badigeon bleu, elles sont bien visibles sur celui de l’est, ce que confirme un dessin de G. Bouet (fig. 35, cf. fig. 16b).

Fig. 35 – Tour, triplet ouest, chapiteau sud

Fig. 35 – Tour, triplet ouest, chapiteau sud

F. Heber-Suffrin

29Au contact du tailloir, le décor est complété par un motif de chevrons. Un traitement voisin a été adopté pour le chapiteau ouest du triplet nord, dans lequel un double registre de chevrons orné de trois têtes identiques aux précédentes (fig. 36) domine une couronne de feuilles lisses, identiques à celles du triplet sud de la tour (cf. fig. 27).

Fig. 36 – Tour, triplet nord, chapiteau ouest

Fig. 36 – Tour, triplet nord, chapiteau ouest

F. Heber-Suffrin

La modénature des impostes et des tailloirs

30Les impostes de la tour sont traitées de manière variée, bien que l’entrelacs à un brin, d’un modèle commun, semble avoir prédominé (fig. 37).

Fig. 37 – Tour, types d’impostes, dessins

Fig. 37 – Tour, types d’impostes, dessins

G. Bouet

  • 11  Ils apparaissent complets, semble-t-il, sur la photographie de J. Banchereau publiée par J. Hubert (...)

31Deux exemplaires mutilés en subsistent au musée d’Orléans11 ainsi qu’une plaque de stuc de même dimension, qui complétait sans doute sans doute l’une des impostes (fig. 38).

Fig. 38a – Impostes à entrelacs, Orléans, musée : pierre, fragment

Fig. 38a – Impostes à entrelacs, Orléans, musée : pierre, fragment

B. Bertholon

Fig. 38b – Impostes à entrelacs, Orléans, musée : stuc (A67)

Fig. 38b – Impostes à entrelacs, Orléans, musée : stuc (A67)

F. Heber-Suffrin

  • 12  C. Sapin (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique (ve-xxe siècles). 10 ans de rech (...)

32C’est ce modèle qu’a utilisé Juste Lisch pour la rénovation de la partie occidentale, en remplacement des reliefs déposés. À l’est, les deux impostes originelles ont été remises en place sur les piliers reconstruits, sans doute en raison de leur état de conservation et surtout des inscriptions dédicatoires qu’elles comportaient. Leur formulation varie d’une face à l’autre et adopte soit un modèle de corniche sur corbeaux, dans lequel l’épaisse tablette est décorée de baguettes verticales convexes, reliées horizontalement par deux fins cordons suggérant une sorte de plessis (fig. 39), soit une alternance de minces moulures horizontales, selon un type bien représenté sur des tailloirs de la crypte de Saint-Germain d’Auxerre12 (fig. 40).

Fig. 39 – Tour, types d’impostes

Fig. 39 – Tour, types d’impostes

F. Heber-Suffrin

Fig. 40 – Auxerre, Saint-Germain, cryptes, chapiteau et tailloir

Fig. 40 – Auxerre, Saint-Germain, cryptes, chapiteau et tailloir

C. Sapin

33Dans le bas-côté, la mouluration originelle des tailloirs, tous remplacés, a été reproduite fidèlement lors de la restauration, comme le prouvent les dessins de G. Bouet (cf. fig. 1, 12 et 13). Dans les triplets de la tour, la modénature a été simplifiée : tablette lisse en remplacement de deux baguettes séparées par un étroit cavet (cf. fig. 16a-b).

Un répertoire caractéristique de l’esthétique carolingienne ?

34Dans la plupart des exemples carolingiens, la tradition antique est sous-jacente, mais la question se pose de savoir dans quelle mesure les chapiteaux de Germigny et les stucs qui leur étaient associés sont caractéristiques du répertoire architectural carolingien. Ne sont-ils que des avatars tardifs de l’art antique ou présentent-ils quelques aspects spécifiques ?

35L’important groupe de chapiteaux, de style corinthisant ou composite, plus ou moins simplifiés, se réfère à des schémas peu nombreux, diversement traités pour susciter l’illusion d’une richesse décorative. De mêmes modèles semblent avoir servi dans la pierre comme dans le stuc, notamment pour la formulation des palmettes (fig. 41a-b), ce qui confirme la proximité des sculpteurs sur pierre et des stucateurs et prouve, apparemment, la contemporanéité des décors.

Fig. 41a – Orléans, musée, palmettes : chapiteau de pierre (A65)

Fig. 41a – Orléans, musée, palmettes : chapiteau de pierre (A65)

Musée historique et archéologique de l’Orléanais

Fig. 41b – Orléans, musée, palmettes : stuc (A82)

Fig. 41b – Orléans, musée, palmettes : stuc (A82)

F. Heber-Suffrin

36Le type composite, illustré par le chapiteau n° 4 de l’abside et son homologue du bas-côté est, témoigne de la difficulté du sculpteur à concevoir en trois dimensions la formulation du bloc ; chaque face est traitée de manière indépendante (cf. fig. 6). Seules les palmettes d’angle qui remplacent les acanthes font le lien entre les faces. Diverses formules simplifiées ont été déclinées dans le bas-côté méridional, avec développement des palmettes d’angle (cf. fig. 12) et simplification des volutes supérieures ou même leur absence (cf. fig. 13). Ces chapiteaux, l’exemplaire mutilé du musée d’Orléans (cf. fig. 41a) et une partie des chapiteaux du clocher, aux proportions plus ramassées, appartiennent aussi à cette catégorie : palmettes et volutes d’angle. Parallèlement, le type corinthisant simplifié – n° 5 de l’abside (cf. fig. 7) – voisine, sous une forme identique dans la tour, à l’est et au nord, deux couronnes de feuilles lisses, marquées seulement par une nervure centrale. Dans le triplet nord, le chapiteau de gauche fait exception ; son décor est réduit à une unique couronne de feuilles dominées par deux étroits registres horizontaux peuplés de baguettes obliques formant chevrons, schéma repris par les chapiteaux pastiches de l’abside, n° 3, 9 et 10 (cf. fig. 17). Dans les triplets sud et ouest, une gravure de surface évoque encore lointainement les feuilles d’acanthes, à l’origine du schéma, et les deux volutes supérieures sont conservées. On constate un schéma similaire dans certains chapiteaux d’applique en stuc du dépôt lapidaire. Autres variantes : le chapiteau n° 7 de l’abside, dans lequel les feuilles de la double couronne se terminent en crossettes, et, à la base de l’arc, de part et d’autre de l’entrée de l’abside, les quatre chapiteaux dont la couronne supérieure est simplement gravée sur la corbeille alors que la couronne inférieure, réduite, s’épanouit en corolle.

  • 13  R. Meyer et D. Herrmann, Frühmittelalterliche Kapitelle und Kämpfer in Deutschland. Typus - Techni (...)
  • 14  W. Jacobsen, « Frühe Kapitellkunst im Umkreis der Abtei Fulda », in Baukunst des Mittelalters in E (...)

37Le traitement des chapiteaux de Germigny-des-Prés est très caractéristique des pratiques carolingiennes : imiter le chapiteau antique à travers les témoins architecturaux conservés. À Aix-la-Chapelle, c’est le remploi et la copie de modèles italiens qui ont surtout été pratiqués. Plus tard, à l’est de l’Empire, à Fulda ou Corvey sur la Weser, de libres interprétations de modèles classiques, notamment composites, ont été privilégiées13. Les quatre petits chapiteaux corinthisants situés à l’entrée de l’abside dérivent d’un modèle connu, dont la chapelle Saint-Michel de Fulda offre l’exemplaire carolingien le plus remarquable14 (fig. 42).

Fig. 42a – Chapiteau corinthisant : Germigny-des-Prés, abside, arc d’entrée

Fig. 42a – Chapiteau corinthisant : Germigny-des-Prés, abside, arc d’entrée

L. Van Wersch

Fig. 42b – Chapiteau corinthisant : Fulda, Saint-Michel

Fig. 42b – Chapiteau corinthisant : Fulda, Saint-Michel

F. Heber-Suffrin

38Toutefois, alors qu’à Fulda les feuillages conservent un aspect naturaliste, à Germigny, ils sont réduits à des formes géométriques simples.

  • 15  F. Heber-Suffrin, « L’acanthe dans le décor architectural carolingien », in L’Acanthe dans la scul (...)
  • 16  R. Colardelle, La ville et la mort, Saint-Laurent de Grenoble, 2000 ans de tradition funéraire, Tu (...)
  • 17  Il est apparu que les chapiteaux composites de la façade dataient de l’Antiquité tardive et avaien (...)
  • 18  A. Flammin, « Le décor installé dans le baptistère de Poitiers au viie siècle », in B. Boissavit-C (...)
  • 19  G. Faccani, nouvelle étude en cours.
  • 20  M. Wyss, notice n° VIII.31, « Korinthisierendes Kapitell » (n° de cl. VIII. 32), in Kunst und Kult (...)
  • 21  C. Sapin (dir.), Archéologie et architecture…, op. cit, p. 269-273.
  • 22  C. Sapin, La Bourgogne préromane. Construction, décor et fonction des édifices religieux, Paris, 1 (...)

39En Francie occidentale, les sources sont sans doute plus locales, des chapiteaux de l’Antiquité tardive déjà fortement transformés et simplifiés15. C’est ce qui explique une certaine confusion dans les datations et le fait que ces dernières années des chapiteaux perçus comme carolingiens – crypte Saint-Laurent de Grenoble16 ou Torhalle de Lorsch17 – ont dû être réattribués à l’Antiquité tardive. La mutation presque systématique de l’acanthe traditionnelle en palmette témoigne d’un goût pour la simplification, déjà présent sur un chapiteau composite tardo-antique réemployé au viie siècle dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers18. Bien qu’on en trouve des exemples en Suisse, à Saint-Gall19, il semble que cette formule ait été surtout répandue à l’ouest de l’Empire. Outre l’emploi de la palmette, elle se caractérise aussi par un décor à peine dégagé du bloc, parfois simplement gravé comme à Saint-Denis20. On en conserve plusieurs exemples en Bourgogne, relativement élaborés dans la confession de Saint-Germain d’Auxerre21 et beaucoup plus sommaires dans celle de Flavigny-sur-Ozerain22 (fig. 43a-e).

Fig. 43a – Chapiteau à palmettes : Poitiers, baptistère Saint-Jean

Fig. 43a – Chapiteau à palmettes : Poitiers, baptistère Saint-Jean

A. Flammin

Fig. 43b – Chapiteau à palmettes : Saint-Gall, abbatiale

Fig. 43b – Chapiteau à palmettes : Saint-Gall, abbatiale

C. Sapin

Fig. 43c – Chapiteau à palmettes : Saint-Denis, abbatiale

Fig. 43c – Chapiteau à palmettes : Saint-Denis, abbatiale

F. Heber-Suffrin

Fig. 43d – Chapiteau à palmettes : Auxerre, Saint-Germain, confession

Fig. 43d – Chapiteau à palmettes : Auxerre, Saint-Germain, confession

F. Heber-Suffrin

Fig. 43e – Chapiteau à palmettes : Flavigny-sur-Ozerain, confession

Fig. 43e – Chapiteau à palmettes : Flavigny-sur-Ozerain, confession

F. Heber-Suffrin

40Le mystère demeure en ce qui concerne les décors géométriques peuplés de têtes des triplets ouest et nord de la tour (cf. fig. 34-36). Il est difficile d’y voir la poursuite d’une tradition antique et les exemples manquent tout autant pour un héritage franc.

Haut de page

Notes

1  J. Hubert, « Germigny-des-Prés », in 93e Congrès archéologique de France, Orléans, 1930, Paris, 1931, p. 534-568, notamment p. 563-564.

2  Voir l’article de Bénédicte Bertholon dans ce volume.

3  F. Heber-Suffrin, « Germigny-des-Prés, une œuvre exemplaire ? », in C. Sapin (dir.), Stucs et décors, de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (ve-xiie siècles), Turnhout, 2006, p. 179-195.

4  G. Bouet, « L’église de Germigny-des-Prés et celle de Beaulieu-sous-Loches », Bulletin monumental, 34 (1868), p. 566-588, et réédition « L’église de Germigny-des-Prés », in 59e Congrès archéologique de France, Orléans, 1892, Paris, 1894, p. 254-271, fig. 1.

5  H. Claussen et A. Skriver (éd.), Die Klosterkirche Corvey, t. 2 (Wandmalerei und Stuck aus karolingischer Zeit), Mayence, 2007.

6  A. Haupt, Die älteste Kunst, insbesondere die Baukunst des Germanen von der Völkerwanderung bis zu Karl dem Grossen, Leipzig, 1909 (rééd. Berlin, 1923 et 1935). Dessin repris dans A. Peroni, « La ricomposizione degli stucchi preromanici di S. Savatore a Brescia », in La chiesa di San Salvatore in Brescia, t. 2, Milan, 1962, p. 294 (fig. 47). Une incertitude demeure cependant quant à l’authenticité de ce chapiteau. La publication date de 1909, alors que la restauration a été terminée en 1876. Nous ignorons quand l’auteur a pu faire ce relevé. Il reste que certaines différences entre le relevé et la copie en place ainsi que l’association avec une colonnette torse disparue plaident pour son ancienneté.

7  Voir l’article de Bénédicte Bertholon dans ce volume. Constant Dufeux, relevé, Bibliothèque du patrimoine, pl. 1467, publié dans P. Mérimée, « L’église de Germigny-des-Prés », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 8 (1849), col. 113-118 (pl. 10-11) ; E. Viollet-Le-Duc, « Stuc », in Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xe au xvie siècle, t. 8, 1866, p. 472-473, dessin p. 473 ; G. Bouet, « L’église de Germigny… », op. cit., fig. 11 et 13.

8  G. Bouet, « L’église de Germigny… », ibid., respectivement fig. 10 et 9.

9  Chapiteau en stuc et non en pierre, absent de F. Heber-Suffrin, « Germigny-des-Prés… », op. cit. Voir l’article de Bénédicte Bertholon dans ce volume.

10  J. Hubert, « Germigny… », op. cit., p. 562, fig. 17 (cl. J. Banchereau).

11  Ils apparaissent complets, semble-t-il, sur la photographie de J. Banchereau publiée par J. Hubert (« Germigny… », ibid., fig. 16, p. 561).

12  C. Sapin (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique (ve-xxe siècles). 10 ans de recherches à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Auxerre/Paris, 2000, p. 382-383.

13  R. Meyer et D. Herrmann, Frühmittelalterliche Kapitelle und Kämpfer in Deutschland. Typus - Technik – Stil, Berlin, 1997.

14  W. Jacobsen, « Frühe Kapitellkunst im Umkreis der Abtei Fulda », in Baukunst des Mittelalters in Europa, Hans Erich Kubach zum 75. Geburtstag, Stuttgart, 1988, p. 257-322.

15  F. Heber-Suffrin, « L’acanthe dans le décor architectural carolingien », in L’Acanthe dans la sculpture monumentale de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 1993, p. 189-210.

16  R. Colardelle, La ville et la mort, Saint-Laurent de Grenoble, 2000 ans de tradition funéraire, Turnhout, 2008.

17  Il est apparu que les chapiteaux composites de la façade dataient de l’Antiquité tardive et avaient été sciés en deux pour être réutilisés en applique. K. Papajanni, « Verwaltung der Staatlichen Schlösser & Gärten in Hessen : “Lothringer Kalkstein in der Lorscher Torhalle” », in Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz, problématique complexe pour un ensemble exceptionnel, colloque tenu à Metz du 27 au 29 avril 2017, à paraître.

18  A. Flammin, « Le décor installé dans le baptistère de Poitiers au viie siècle », in B. Boissavit-Camus (dir.), Le baptistère Saint-Jean de Poitiers. De l’édifice à l’histoire urbaine, Turnhout, 2014, p. 390-394.

19  G. Faccani, nouvelle étude en cours.

20  M. Wyss, notice n° VIII.31, « Korinthisierendes Kapitell » (n° de cl. VIII. 32), in Kunst und Kultur der Karolingerzeit. Karl der Grosse und Papst Leo III. In Paderborn, t. 2, Mayence, p. 546-547.

21  C. Sapin (dir.), Archéologie et architecture…, op. cit, p. 269-273.

22  C. Sapin, La Bourgogne préromane. Construction, décor et fonction des édifices religieux, Paris, 1986, p. 199-202.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue intérieure vers le sud-ouest, dessin
Crédits G. Bouet
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 2 – Abside, arcatures
Crédits D. Prigent
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 3 – Abside, arc d’entrée, colonnes et chapiteaux nord
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 4 – Abside, arc d’entrée, colonnes et chapiteaux sud
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 5 – Abside, arcature, localisation des chapiteaux authentiques (no 4, 5, 7)
Crédits D. Prigent
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 6 – Abside, chapiteau n° 4
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 7 – Abside, chapiteau n° 5
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 8 – Abside, chapiteau n° 7
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 9 – Abside, relevé avant restauration, 1873
Crédits J. Lisch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 10a – Bas-côté est, chapiteau sud, authentique
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 10b – Bas-côté est, chapiteau nord, copie
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 11a – Bas-côté nord, chapiteau original (Orléans)
Crédits Musée historique et archéologique de l’Orléanais
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 11b – Bas-côté nord, chapiteau nord, copie
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 12a – Bas-côté sud, chapiteau est
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 12b – Bas-côté sud, chapiteau est
Crédits Dessin G. Bouet
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 13a – Bas-côté sud, chapiteau ouest
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 13b – Bas-côté sud, chapiteau ouest
Crédits Dessin G. Bouet
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 14 – Tour, intérieur, vue vers le nord-est
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 15 – Abside, les douze chapiteaux, numéros du nord vers le sud
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 16a – Tour, triplet ouest, authentique
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 16b – Tour, triplet ouest
Crédits Dessin G. Bouet
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 16c – Abside n° 1, copie du xixe siècle
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 16d – Abside n° 3, copie du xixe siècle
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 16e – Abside n° 10, copie du xixe siècle
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 17a – Chapiteau : tour, triplet nord, authentique
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 17b – Chapiteau : abside, copie, n° 9
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 18a – Abside, chapiteau : copie n° 9
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 18b – Abside, chapiteau : dessin d’un original
Crédits Haupt
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 19a – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A62), première face
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 19b – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A62), seconde face
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 20a – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), première face
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 20b – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), deuxième face
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 20c – Abside (?), chapiteau d’angle, Orléans, musée (A63), troisième face
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 21 – Abside, chapiteau n° 4
Crédits D. Prigent
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 22 – Tour, chapiteau, triplet est
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 23 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A61)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 24 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A70)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 25 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A64)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 26 – Abside, chapiteau n° 5
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 27 – Tour, triplet sud
Crédits D. Prigent
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 28 – Tour, triplet nord
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 29 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A80)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 30 – Chapiteau de stuc, Orléans, musée (A395)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 31 – Abside, chapiteau n° 7
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 32 – Abside, arc d’entrée, chapiteaux nord
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 33 – Abside, arc d’entrée, chapiteaux sud
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 34 – Tour, triplet ouest
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 35 – Tour, triplet ouest, chapiteau sud
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 36 – Tour, triplet nord, chapiteau ouest
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 37 – Tour, types d’impostes, dessins
Crédits G. Bouet
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 38a – Impostes à entrelacs, Orléans, musée : pierre, fragment
Crédits B. Bertholon
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 38b – Impostes à entrelacs, Orléans, musée : stuc (A67)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 39 – Tour, types d’impostes
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 40 – Auxerre, Saint-Germain, cryptes, chapiteau et tailloir
Crédits C. Sapin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 41a – Orléans, musée, palmettes : chapiteau de pierre (A65)
Crédits Musée historique et archéologique de l’Orléanais
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 41b – Orléans, musée, palmettes : stuc (A82)
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 42a – Chapiteau corinthisant : Germigny-des-Prés, abside, arc d’entrée
Crédits L. Van Wersch
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 42b – Chapiteau corinthisant : Fulda, Saint-Michel
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 43a – Chapiteau à palmettes : Poitiers, baptistère Saint-Jean
Crédits A. Flammin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 43b – Chapiteau à palmettes : Saint-Gall, abbatiale
Crédits C. Sapin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 43c – Chapiteau à palmettes : Saint-Denis, abbatiale
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 43d – Chapiteau à palmettes : Auxerre, Saint-Germain, confession
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 43e – Chapiteau à palmettes : Flavigny-sur-Ozerain, confession
Crédits F. Heber-Suffrin
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/16123/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Heber-Suffrin, « Germigny, le décor sculpté : la pierre », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 11 | 2019, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cem/16123 ; DOI : 10.4000/cem.16123

Haut de page

Auteur

François Heber-Suffrin

Maître de conférences honoraire, université de Paris-Nanterre-La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals