Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24.2Recherche activeÉtude de la cluse fortifiée de Jo...

Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Recherche active

Étude de la cluse fortifiée de Joux : le cas du bourg castral de Jougne

Valentin Metral

Résumés

Le bourg castral de Jougne participe depuis le Moyen Âge au contrôle et à la défense d’une antique voie de franchissement du Jura. L’étude de cas menée sur les ouvrages fortifiés de Jougne à travers les archives et l’analyse du bâti conservé a révélé sept phases de construction successives, qui offrent une compréhension plus fine de l’évolution de ces fortifications, montrant des reprises, des modernisations et un entretien continu des lieux depuis le Moyen Âge central jusqu’à la fin de l’époque moderne. Jougne reste en effet un des rares exemples de l’utilisation d’un bourg dans la défense du territoire national français au xviiie siècle. L’étude permet aussi de mieux percevoir le développement d’un bourg castral montagnard au fort potentiel archéologique et l’importance de ce dernier dans l’histoire comtoise durant cinq à six siècles. Elle engage à poursuivre l’examen et à l’étendre au réseau et système fortifié de la zone cruciale de passage qu’était la cluse de Jougne dite aussi « cluse du fort de Joux », fort qui reste à étudier.

Haut de page

Texte intégral

Perspective cavalière du bourg de Jougne datée de l’année 1595Afficher l’image
Crédits : Archives privées du château d’Arlay.

1. Introduction

  • 1 Ce programme transfrontalier est porté par l’UMR 6249 Chrono-environnement et l’université de Franc (...)
  • 2 V. Metral, Les fortifications du bourg de Jougne (25), étude des archives et analyse du bâti, mémoi (...)

1Longtemps délaissée et considérée comme une terre de marge pour les périodes antérieures au Moyen Âge central, la haute chaîne jurassienne fait aujourd’hui l’objet de recherches multiples et interdisciplinaires. Le lancement de plusieurs travaux universitaires au sein du vaste programme de recherche pluridisciplinaire « ArchéoPal haut Jura central1 », amorcé en 2015, a mis en évidence une occupation continue dans ce secteur depuis le néolithique. Quoique la période médiévale y soit relativement bien connue historiquement à travers une quantité importante d’archives laissées par les seigneuries, aucun bourg castral ou château du haut Jura n’avait encore fait l’objet d’une étude archéologique approfondie. C’est dans ce contexte peu documenté qu’une analyse du bâti des fortifications du bourg de Jougne a été réalisée entre 2017 et 2019 dans le cadre d’un mémoire de master en archéologie du bâti à l’université de Franche-Comté2. Ce mémoire avait pour objectif de comprendre les dynamiques d’enchâtellement d’un bourg lié à une voie de franchissement du Jura. Nous nous sommes efforcés d’appréhender ces phénomènes depuis la fin du Moyen Âge, en cherchant à décrire l’évolution du château et des fortifications du village de Jougne, à travers un examen de documents textuels et iconographiques que nous avons confrontés aux résultats fournis par l’analyse du bâti. À travers cette étude, c’est donc une part de l’histoire d’un bourg de moyenne montagne que nous souhaitons présenter. De par sa position géographique sur l’une des voies d’Agrippa, Jougne apparaît comme un lieu de passage obligé pour les marchandises transitant dans le massif jurassien. Par le passé, ce bourg a participé de manière importante au développement économique de son territoire, laissant une trace forte dans l’histoire comtoise.

2. Jougne, un bourg de moyenne montagne situé sur un axe de franchissement du Jura

2.1 Le décrochement de Pontarlier, une voie d’importance

2Jougne est une petite commune du sud du département du Doubs. Situé en plein cœur du Jura plissé, son territoire englobe une série de volumes montagneux dominant la vallée de la Jougnena (fig. 1).

Fig. 1 – Carte du décrochement de Pontarlier, appelé également cluse de Joux (DAO V. Metral, 2019).

Fig. 1 – Carte du décrochement de Pontarlier, appelé également cluse de Joux (DAO V. Metral, 2019).

3Les synclinaux ordonnés par ces plis sont d’orientation majoritairement NE-SO. Toutefois, des accidents tectoniques recoupent perpendiculairement ou obliquement par endroits ces plis, formant une voie de passage d’un pli à l’autre. La voie principale est appelée « décrochement de Pontarlier » ; cette grande dislocation orientée nord-sud ouvre une belle voie de passage transversale à travers la chaîne jurassienne, permettant un franchissement simple du massif jurassien. C’est à son extrémité, limitrophe de l’actuelle frontière suisse, que prend place le bourg médiéval de Jougne, implanté à plus de 800 m d’altitude sur un petit éperon rocheux surplombant la vallée qui se développe au sud.

  • 3 Voir, notamment, B. Olivier, M. Malfroy et J. Guiraud, Histoire de Jougne, Besançon, 1988, p. 23.

4Il semble aujourd’hui difficile de saisir à première vue l’importance du rôle qu’a pu jouer Jougne au cours des siècles. Et pourtant, ce bourg se situe sur un axe de communication antique majeur qui assurait la liaison entre la Gaule et l’Italie, axe qui sera plus tard réutilisé par les moines médiévaux entre Dijon et Agaune. C’est en grande partie pour ces raisons que, dès le xiiie siècle, le bourg est choisi pour y implanter un péage qui contribue à assurer la fortune de la maison de Chalon3.

  • 4 A. Barbier, La voie romaine de l’océan entre Besançon et la Suisse. Reconnaissance du tracé et des (...)
  • 5 F. de Gingins-La Sarra, Cartulaire de Romainmôtier, Lausanne, 1844.

5Si, pour la période antique, le tracé semble plutôt bien connu entre Besançon et Pontarlier, très peu d’indices sont perceptibles à partir du décrochement. Cette lacune s’explique par le manque de recherches dans ce secteur. Malgré tout, il est évident que la voie antique devait passer par Jougne, comme l’atteste la borne milliaire retrouvée au lieu-dit « La Fontaine Ronde » sur la commune des Hôpitaux-Vieux. Cette borne, datée du règne de Trajan (98-117 ap. J.-C.), témoigne du passage d’une voie publique d’importance au début du iie siècle de notre ère4. Pour la période médiévale, de nombreux documents, Vitae et récits de translation de reliques, ou encore le cartulaire de Romainmôtier5, – où l’on retrouve Jougne nommé Jonniam – permettent de dresser un schéma du réseau viaire. Ces voies reprennent en partie des tracés plus anciens, tandis que le développement de la population amène à la création de nouveaux axes de circulation. Au cours des xie et xiie siècles, le développement de Jougne se poursuit, mais c’est seulement au xiiie siècle que le bourg s’affirme dans l’histoire comtoise à travers l’essor des échanges internationaux.

2.2. Une cluse densément fortifiée

6Concomitamment à ce trafic accru, plusieurs sites fortifiés vont se développer autour de ce passage très fréquenté. La ville de Pontarlier, le château de Joux et le bourg de Jougne constituent les trois principaux points de contrôle (fig. 2).

Fig. 2 – Carte de localisation des sites fortifiés de la cluse de Joux (ArchéoPal, 2017).

Fig. 2 – Carte de localisation des sites fortifiés de la cluse de Joux (ArchéoPal, 2017).
  • 6 J. Mathez, Histoire de la ville de Pontarlier des origines à aujourd’hui, Pontarlier, 1930.
  • 7 A. Bouvard, Châteaux et bourgs de la montagne du Doubs, t. 1 (Aspects méthodologiques, typologiques (...)
  • 8 V. Bichet, V. Chevassu et H. Richard, Programme de recherche ArcheoPal Haut Jura central – Rapport (...)

7Le château des Clées, situé sur le territoire helvétique, assure le premier point de contrôle au débouché de la cluse. À Pontarlier, deux châteaux sont successivement construits autour de la ville aux xiie-xiiie siècles, tandis qu’une enceinte urbaine est mentionnée à partir du xve siècle6. L’agglomération assure alors le rôle de centre politique et économique de la région. À 4 km au sud-est, le château de Joux apparaît régulièrement, avec ses seigneurs éponymes, dans les chartriers de Montbenoît et de Romainmôtier à compter des xie-xiie siècles. Dès le xiiie siècle, plusieurs bourgs liés au château sont attestés – La Cluse, Joux, Le Frambourg7. Le rôle défensif du site sera secondé à partir du xixe siècle par deux forts appartenant au système Séré de Rivière ; il perdurera jusqu’au xxe siècle et sa fonction militaire ne sera abandonnée qu’à la fin des années 1950. À l’autre extrémité de la cluse, c’est donc Jougne qui assure le contrôle de la voie. Si l’évolution des sites fortifiés de Joux et de Jougne est assez bien connue pour les périodes tardives, le manque d’approches archéologiques ne permet pas d’y déceler de potentielles occupations pré-médiévales. Par ailleurs, aucun site fortifié antérieur au Moyen Âge central n’est connu pour le secteur, alors même que le passage de la cluse est très fréquenté dès la protohistoire. Face aux fortes densités de sites fortifiés protohistoriques et alto-médiévaux jalonnant d’autres itinéraires bordant le massif jurassien, cette absence étonnante paraît principalement liée à l’état de la recherche. L’analyse des relevés LiDAR disponibles pour la cluse de Joux et ses alentours immédiats révèle cependant la présence de plusieurs autres sites. Ces derniers sont mal ou non datés, et semblent abandonnés au plus tard durant le Moyen Âge central. Si deux d’entre eux avaient déjà été signalés de manière laconique par les érudits locaux, les autres sont inédits. La caractérisation archéologique de ces occupations s’avère donc nécessaire afin de décrire l’évolution des pouvoirs et des occupations humaines autour de cet axe de passage. Des prospections menées au cours de l’année 2017, notamment sur l’éperon barré du Fer à Cheval, situé en vis-à-vis du château de Joux, et la fouille du site de la Motte « Au Crêt » en 2018 sur la commune des Fourgs ont permis de caractériser de manière plus précise la morphologie des différents sites repérés, mais également de jauger leur potentiel archéologique8. L’analyse des fortifications du bourg de Jougne s’inscrit précisément dans ce contexte d’étude d’une cluse stratégique densément fortifiée.

3. Quelques jalons de l’histoire du bourg de Jougne

3.1. Des Chalon-Arlay à la famille de Nassau

8Entre le xie et le xiiie siècle, le massif jurassien voit tant sur les plateaux que dans la cluse l’émergence de seigneurs locaux, originaires du Jura pour certains, tandis que d’autres viennent du duché de Bourgogne pour s’y installer. C’est le cas notamment de la famille de Chalon. Grâce au sel de Salins, dont elle favorise l’exploitation, elle renforce son influence et son pouvoir sur le haut Doubs. Les Chalon s’assurent ainsi le soutien des féodaux locaux. Rachetant droits et domaines en tout genre, ils se rendent en quelques dizaines d’années maîtres du haut Doubs ; ils développent alors une politique routière qui affirme leur présence le long des grands axes de circulation, en particulier le long de la voie transjurane Dole/Salins-les-Bains/Jougne. C’est en 1266 que Perrin, sire de Vaumarcus, vend Jougne à Jean de Chalon, sire de Salins. Ce dernier assure la même année sa mainmise sur Jougne par le rachat auprès d’Étienne et Féveol de Bannans de la moitié d’un tiers de tout le péage de Jougne pour quarante livres estevenantes.

  • 9 J.-I.-J. Bourgon, Recherches historiques sur la ville et l’arrondissement de Pontarlier (Doubs), Po (...)

9En 1280, le châtelain de Pontarlier traite au nom du duc de Bourgogne avec Jean de Chalon, représenté par son châtelain de Nozeroy. Cet acte fixe par conséquent les limites des seigneuries de Pontarlier et de Jougne9. Le pouvoir des Chalon continue à s’asseoir lorsque, le 29 mai 1291, Rodolphe de Habsbourg, roi des Romains, accorde à Jean de Chalon-Arlay Ier le droit de battre monnaie. Ce droit est confirmé et adjoint du droit de frapper des monnaies d’or portant au droit et au revers l’aigle impérial par Sigismond en 1421. Par ce biais, les Chalon-Arlay prennent le contrôle de l’économie locale.

10Les Chalon étant soucieux de mettre en valeur leur domaine et d’attirer de nouveaux colons, les bourgeois ont été affranchis dès 1314 par Jean de Chalon-Arlay. Dès la fin du xive siècle, le péage de Jougne réussit à capter le trafic italo-flamand : les Vénitiens pour se rendre aux Pays-Bas afin d’acheter des draps ; les Lombards pour se procurer la laine nécessaire à leur industrie textile. Ainsi, les circuits économiques de Flandre et de Champagne se rejoignent ici avant de poursuivre en direction des cols alpins.

11Le xve siècle est peu présent dans les archives. On note malgré tout la mise à sac du bourg par Hugues de Chalon, le propre frère du seigneur de Jougne, Guillaume. Le duc de Bourgogne remet alors en 1469 la seigneurie aux mains d’Hugues. En 1475, les troupes confédérées suisses envahissent le bourg lui infligeant de nombreux dégâts. Une grande partie des lieux est détruite.

3.2. De la famille de Nassau au déclin progressif du bourg

  • 10 B. Olivier et alii, Histoire de Jougne, op. cit.

12Le dernier descendant de la famille de Chalon, Philibert de Chalon-Arlay, meurt en 1530 au siège de Florence sans laisser d’héritier. Son neveu par alliance, René de Nassau, reprend les droits sur la seigneurie. Le gros péage de Jougne change de titulaire, passant des Chalon-Arlay à la famille de Nassau. Le petit péage est quant à lui établi au profit des frères Ferlin, puis cédé au marquis de Brun10. Durant le xvie siècle, l’essor des activités artisanales et de la polyculture compense le déclin progressif du péage. Les circuits commerciaux internationaux se réduisent au profit d’échanges plus locaux. Jougne cesse alors d’être un poste de transit des échanges internationaux.

  • 11 Pour plus de détails sur l’histoire du péage de Jougne, voir V. Chomel et J. Ebersolt, Cinq siècles (...)

13En 1639, les troupes de Bernard de Saxe-Weimar ruinent totalement le bourg, son château et son enceinte. Les années suivantes, personne ne reprend le bail du péage, qui ne trouve preneur qu’en 1644. Ce déclin est entériné par un arrêté de 1729 qui, s’il confirme le gros péage, supprime le petit. L’importance de Jougne dans l’économie locale disparaît avec l’abolition définitive du péage en 178211. Le bourg conserve néanmoins jusqu’au xixsiècle sa fonction de place forte, puisqu’il contrôle l’une des principales voies d’accès à la Suisse, participant ainsi à la défense du territoire national.

4. Les sources historiques

4.1. Une bibliographie et des archives peu abondantes

14Dès le xvie siècle, les érudits locaux se sont attachés à transcrire ce qu’ils avaient pu récolter sur l’histoire du bourg, aussi bien dans les archives que par tradition orale. Si les données bibliographiques concernant les fortifications du bourg sont majoritairement anciennes et maigres, elles permettent cependant de percevoir dans les grandes lignes l’évolution des structures militaires, principalement depuis la seconde moitié du xviiie siècle, grâce aux nombreux témoignages recueillis au xixe siècle ou au début du xxe siècle.

15Cependant, cette étude s’appuie également en grande partie sur les fonds d’archives conservés dans les institutions publiques ou chez des propriétaires privés. Avant le rachat en 1266 du bourg par la famille de Chalon, les archives sont assez rares. Par la suite, les fonds s’étoffent et sont constitués entre autres d’actes de justice, de livrets de comptes et de documents administratifs en tout genre (amodiations, amendes, etc.). Alors que le plus gros corpus issu des Archives départementales du Doubs et du Jura s’est révélé maigre en informations, les archives privées du château d’Arlay (39), provenant directement de la succession de la famille de Chalon-Arlay, ont offert des ressources importantes pour la compréhension de certaines restaurations ou aménagements des fortifications, par les quelques comptes rendus de visites conservés et une aquarelle remarquable.

4.2. La perspective cavalière de 1595 : un plan exceptionnel

16Peu de bourgs du haut Doubs disposent de plans antérieurs au xviiie siècle. Dans le cas de Jougne la famille de Nassau, héritière par alliance des Chalon-Arlay, commande en 1595 une perspective cavalière du bourg (fig. 3).

Fig. 3 – Perspective cavalière du bourg de Jougne datée de l’année 1595 (archives privées du château d’Arlay).

Fig. 3 – Perspective cavalière du bourg de Jougne datée de l’année 1595 (archives privées du château d’Arlay).
  • 12 Archives privées de la famille de Laguiche, château d’Arlay (Jura).

17Par cette commande et celles des plans d’autres bourgs, les Nassau désiraient certainement asseoir leur pouvoir sur ces bourgs et leurs seigneuries en légitimant leurs possessions foncières. Réalisée à l’encre sur papier, la perspective très détaillée de Jougne est rehaussée de couleurs mettant en évidence la verdure des prairies, les cours d’eau ainsi que les différents types de couvertures distinguant les bâtiments seigneuriaux des demeures bourgeoises. Cette aquarelle conservée au château d’Arlay fixe l’état du bourg à la fin du xvie siècle, montrant aussi bien l’organisation interne de celui-ci que son environnement proche12.

5. Un phasage chronologique des campagnes de construction très affiné par le croisement des sources

18La surface intra-muros du bourg est d’environ 3,2 hectares. De l’enceinte qui clôturait le bourg ne subsistent que quelques pans de murs, dont l’élévation varie de quelques centimètres à plus de cinq mètres. La moitié ouest de la muraille a été détruite en 1847 lors de la construction de la route nationale 57 menant vers la Suisse et bordant le bourg. L’enceinte est essentiellement conservée à l’est et au sud, le plus souvent en mauvais état. Les parties les plus récentes, rattachées aux travaux de la fin du xviiie siècle, s’avèrent toutefois en relativement bon état avec des parements bien conservés. La confrontation entre les sources écrites, iconographiques, et les données de l’étude du bâti permet de déterminer sept grandes phases d’évolution de la fortification et de démontrer la survie de quelques éléments médiévaux réputés disparus (fig. 4).

Fig. 4 – Plan des fortifications du bourg de Jougne et leurs phasages associés (DAO V. Metral, 2020).

Fig. 4 – Plan des fortifications du bourg de Jougne et leurs phasages associés (DAO V. Metral, 2020).

5.1. État 1 : phases antérieures à la fin du xiiie siècle

19Peu de vestiges subsistent aujourd’hui de cette première phase de fortification (cf. fig. 4). L’analyse du bâti réalisée sur l’enceinte au nord de l’église a permis de mettre en exergue des murs antérieurs à la fin du xiiie siècle, qui pourraient constituer les ultimes traces de cette phase de fortification précoce (fig. 5).

Fig. 5 – Relevé en pierre à pierre du fait IV.105 présentant une phase antérieure à la fin du xiiie siècle (DAO V. Metral, 2019).

Fig. 5 – Relevé en pierre à pierre du fait IV.105 présentant une phase antérieure à la fin du xiiie siècle (DAO V. Metral, 2019).

20À cet endroit, quatre unités stratigraphiques forment un ensemble qui sert d’appui à une phase postérieure datée de la fin du xiiie ou du xive siècle. Ailleurs dans le bourg, ce premier état n’a pas été perçu de façon certaine.

5.2. État 2 : fin du xiiie-xivsiècle

21Cette phase de construction se retrouve sur la partie est de l’enceinte castrale entre l’église et l’extrémité nord-est de l’enceinte conservée (cf. fig. 4). Les vestiges de courtine prennent place en partie basse de l’enceinte et s’étendent sur une longueur de 100 m pour une hauteur comprise entre 4 et 6 mètres (fig. 6). La partie haute de l’enceinte a quant à elle été reprise à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle.

Fig. 6 – Vue de la partie est de l’enceinte du bourg dont la partie inférieure est datée de la fin du xiiie siècle-début xive siècle (cl. V. Metral, 2018).

Fig. 6 – Vue de la partie est de l’enceinte du bourg dont la partie inférieure est datée de la fin du xiiie siècle-début xive siècle (cl. V. Metral, 2018).

22Deux tours, l’une quadrangulaire et l’autre semi-circulaire, sont conservées et assurent le flanquement vers l’est. La défense de l’enceinte est également assurée par un certain nombre d’archères (fig. 7).

Fig. 7 – Archère sous niche datée typologiquement de la seconde moitié du xiiie siècle (cl. V. Metral, 2018).

Fig. 7 – Archère sous niche datée typologiquement de la seconde moitié du xiiie siècle (cl. V. Metral, 2018).

23Deux d’entre elles sont conservées, l’une dispose encore de sa niche. La typologie des archères suggère une datation de la seconde moitié du xiiie siècle, que confirment deux analyses au radiocarbone effectuées sur les charbons contenus dans les mortiers de fondation de cet état (fig. 8).

24Fig. 8 – Résultats des analyses radiocarbone menées sur des charbons prélevés dans les mortiers de fondation de la partie est de l’enceinte (Poznań radiocarbon laboratory, 2019).

25Ce deuxième état semble constituer l’âge d’or des fortifications de Jougne. Les vestiges sont d’un apport non négligeable pour la connaissance de l’enceinte à la fin du xiiie siècle. Aucun document d’archive, en effet, ne décrit réellement le système défensif fermant le bourg à cette époque.

  • 13 R. Locatelli, L’abbaye de Mont-Sainte-Marie et le Haut-Doubs forestier : 800 ans d'histoire, Laberg (...)
  • 14 A. Bouvard, Les peuplements castraux de la montagne du Doubs, Villeneuve-d’Ascq, 1999, t. 2.

26Ainsi attestée archéologiquement, la seconde moitié du xiiie siècle répond à de grandes campagnes d’édification lancées sur plusieurs fortifications à travers le territoire des Chalon-Arlay. Le bourg castral de Rochejean, situé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Jougne, est fondé en 126713. Le château de Nozeroy (Jura) est lui aussi construit durant ce siècle pour accueillir un fief des Chalon-Arlay, tout comme le château de Châtelblanc14. Jougne s’intègre donc dans la série de travaux importants qu’ont lancés les seigneurs de Chalon-Arlay afin d’asseoir leur pouvoir, de contrôler et de défendre leur territoire.

5.3. État 3 : milieu du xve-début du xvie siècle

27Ce troisième état se matérialise par une reconstruction partielle du château de Jougne et une modernisation qui l’adapte à l’utilisation des armes à feu (cf. fig. 4). Il ne subsiste aujourd’hui que la partie méridionale du château d’alors, à savoir le mur d’enceinte sud et la tour sud-est (fig. 9).

Fig. 9 – Vue des vestiges du château de Jougne (cl. V. Metral, 2019).

Fig. 9 – Vue des vestiges du château de Jougne (cl. V. Metral, 2019).

28La tour sud-est conserve encore dans ses maçonneries une arbalétrière-canonnière. (fig. 10).

Fig. 10 – Relevé de la façade ouest de la tour sud-est du château (DAO V. Metral, 2019).

Fig. 10 – Relevé de la façade ouest de la tour sud-est du château (DAO V. Metral, 2019).
  • 15 Maxime Messner est doctorant à l’université de Bourgogne. Il réalise actuellement une thèse intitul (...)

29Le château de Voiteur (Jura), la Porte taillée de Besançon, ou plus proche, le château de Nozeroy (Jura) reconstruit dans cette seconde moitié du XVe siècle, présentent tous la même typologie d’ouverture de tir rattachée à la seconde moitié du XVe siècle par Maxime Messner15. La reconstruction de cette partie du château pourrait donc être consécutive à son incendie en 1475 par les troupes suisses, bien qu’aucun document d’archives ne vienne le confirmer.

  • 16 G. Rousset, « Les ouvrages défensifs avancés adaptés à l’artillerie (xve-début xvie siècle) à trave (...)

30Cette phase de construction témoigne quoi qu’il en soit de la volonté des Chalon-Arlay de moderniser la défense du bourg de Jougne. Indirectement, elle marque l’importance du château et du bourg pour cette famille, à une époque où ils maintiennent en état les systèmes défensifs de leurs seigneuries sans pour autant entamer d’importants travaux de reconstruction. Si les vestiges du château sont les seuls témoins de ce troisième état, d’autres aménagements auraient pu être réalisés intra-muros. Sur la perspective cavalière de 1595, un édifice situé au nord-ouest du bourg pourrait constituer un boulevard d’artillerie primitif. Il pourrait être rapproché de ces aménagements de la seconde moitié du xve siècle que l’on retrouve dans d’autres châteaux comtois, à l’instar de celui de Présilly16.

5.4. État 4 : fin du xvie siècle (vers 1579)

31Les aménagements réalisés sur l’enceinte de Jougne à la fin du xvie siècle n’ont été perçus que près de la porte sud du bourg (cf. fig. 4), en partie basse du mur d’enceinte pénétrant dans le bourg (fig. 11).

Fig. 11 – L’entrée sud du bourg de Jougne

Fig. 11 – L’entrée sud du bourg de Jougne

Notez en partie basse de l’enceinte et en grand appareil, la phase datée de la seconde moitié du xvie siècle. Sur cette dernière s’appuie la maçonnerie de la fin du xviiie siècle réalisée en moyen appareil et couverte d’un parapet en tuf d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (cl. V. Metral, 2018).

32Cet état a été situé à la fin du xvie siècle du fait de la présence d’un millésime sur l’un des blocs de parement, qui ne semble pas constituer un réemploi (fig. 12).

Fig. 12 – Détail du bloc de parement portant le millésime en relief de l’année 1579 (cl. V. Metral, 2018).

Fig. 12 – Détail du bloc de parement portant le millésime en relief de l’année 1579 (cl. V. Metral, 2018).
  • 17 Voir, notamment, pour les troubles accompagnant la brève invasion de la Comté en 1595 par le roi de (...)

33Ailleurs dans le bourg, cette phase de construction ne semble pas avoir d’équivalent dans les élévations étudiées. Aucun document d’archive ne mentionne d’aménagements nouveaux réalisés durant l’année 1579. La fin du xvie siècle apparaît dans les archives de la seigneurie comme une période particulièrement dense en entretiens. Elle est ponctuée régulièrement de périodes de tensions et de relâchement17. Les moments de calme sont l’occasion pour la famille de Nassau d’effectuer des travaux d’entretien et d’aménagement sur les enceintes de leurs grandes places fortes. Salins, Arbois ou Poligny vont en bénéficier. Jougne n’est donc pas un cas particulier dans un contexte général de reconstruction.

5.5. État 5 : fin du xviie siècle (vers 1656)

34Dans la seconde moitié du xviisiècle, la porte septentrionale du bourg fait l’objet d’une reconstruction (cf. fig. 4 et fig. 13), imputable peut-être aux conséquences de la Guerre de Dix ans (1634-1644).

Fig. 13 – La porte nord du bourg.

Fig. 13 – La porte nord du bourg.

Seuls ses deux piédroits datent de la seconde moitié du xviisiècle. La partie haute a été totalement reconstruite au cours du xxe siècle à la suite de son arrachement par un poids lourd (cl. V. Metral, 2018).

35Ses deux piédroits, dont l’un comporte un millésime de 1656, renseignent sur les moyens d’accès au nord. Les trous de crapaudine indiquent que cette porte nord était déjà au xviie siècle une porte cochère similaire à celle qui est aujourd’hui restituée. Aucune reprise perçue ailleurs n’a pu être associée à ce cinquième état ; on ne distingue pas non plus de travaux consécutifs au traité de 1678 qui sanctionne l’annexion définitive de la Comté par le royaume de France.

5.6. État 6 : fin du xviiie siècle (vers 1793)

  • 18 Château de Vincennes, Service historique de la Défense : section 1, § 4, cart. 1, n° 18.

36La fin du xviiie siècle est une période où d’importants aménagements sont réalisés dans le bourg de Jougne. Cette phase de construction intervient à la suite de mouvements de fortification de cette partie du territoire désormais français. Le poste de Jougne est alors reconnu comme important par Rostaing et Le Michaud d’Arçon, qui travaillent dès 1791 à prendre des dispositions pour s’opposer au passage de l’ennemi par le bourg18. L’étude du bâti a permis de mettre en exergue les constructions et reprises liées à cette période (cf. fig. 4). Au sud, un bastion flanquant la route menant à la Suisse est construit en 1793 (fig. 14).

Fig. 14 – Le bastion sud du bourg construit en 1793 (cl. V. Metral, 2018).

Fig. 14 – Le bastion sud du bourg construit en 1793 (cl. V. Metral, 2018).

37Les piliers de la porte méridionale encore conservés ont été rattachés chronologiquement à cette phase. Au sud de la porte, les abords sont aménagés pour accueillir trois mortiers, tandis qu’au nord, une plateforme d’artillerie à barbette vient prendre appui sur les murs de la fin du xvie siècle (cf. fig. 11).

38Une seconde batterie aménagée en cette fin du xviiie siècle a été reconnue dans le bourg 100 m plus au nord (cf. fig. 4). Elle ouvre sur l’est et la vallée de la Jougnena. Afin de créer cette plateforme de type batterie à barbette, il a été nécessaire d’abaisser le mur de l’enceinte du xiiie siècle. Cet arasement est perceptible dans les maçonneries. L’arase de l’enceinte est en outre reprise et protégée par un important mur en grand appareil. Au sud et au nord, deux murs de soutènement chaînés à l’enceinte sont construits afin de pouvoir aplanir et stabiliser la plateforme. Ces nouvelles maçonneries sont couvertes par un parapet en tuf ayant pour fonction de protéger les servants de batterie d’éclats aux bords acérés qu’aurait provoqués un calcaire classique lors d’impacts d’obus d’artillerie.

39Avec la fin du xviiie siècle arrivent les premiers véritables progrès de l’artillerie. Les canons sont alors plus faciles à manier grâce à des affuts articulés et de nouveaux projectiles entrent en action – boîte à mitraille ou obus explosifs. La mise en défense du territoire se modernise par la construction de nombreux ouvrages avancés. Jean le Michaud d’Arçon est nommé dès 1793 au poste de lieutenant général, inspecteur général des fortifications. Il va dès lors parcourir l’ensemble des places fortes françaises et en améliorer les défenses. En Franche-Comté, il entame des travaux de consolidation des lignes de défense par la construction d’ouvrages avancés principalement autour de Besançon. La place de Jougne, reconnue alors comme importante, est à nouveau modernisée. Si la construction d’un fort sur la montagne de Vaubillon, située quelques centaines de mètres au sud-ouest, semble menée de front avec la modernisation des fortifications de Jougne, l’édification de ce fort va rapidement être abandonnée et les efforts matériel et humain concentrés sur Jougne – l’ensemble du système défensif étant alors consolidé par plusieurs retranchements en avant de Jougne sur la montagne de Vaubillon.

5.7. État 7 : xixe-xxie siècle

40Cette période est surtout marquée par la destruction de l’intégralité de la partie ouest de l’enceinte lors de l’aménagement en 1847 de la route nationale 57, qui nous prive aujourd’hui de données concernant cette partie de l’enceinte du bourg. L’autre grand aménagement du siècle est la construction d’un important soubassement pour le chevet de l’église reconstruite en 1852. Le nouveau bâtiment s’assoit alors sur l’enceinte.

41Au cours du xixe siècle, la défense de la cluse de Joux est désormais assurée par le château de Joux et les forts Malher, Catinat et Saint-Antoine, appartenant au système de Séré de Rivière. Cet ensemble est complété par quelques fortins de très petite taille. Face à la défense de la ceinture fortifiée de Pontarlier par cet ensemble de forts, les fortifications de Jougne ou de Pontarlier n’ont plus d’intérêt militaire. Dès la fin du xixe siècle, à Pontarlier comme à Jougne, le développement économique de la ville conduit à l’arasement de plusieurs tronçons de leur enceinte.

6. En guise de premier bilan

  • 19 Voir, pour l’heure, l’ouvrage essentiellement historique de J.-M. Thiébaud, R. Lambalot, M. Malfroy (...)

42L’étude menée sur les fortifications de Jougne à travers les archives et l’analyse du bâti conservé met en évidence des phases de fortifications plus précoces que ce qui était suggéré par l’érudition locale. De plus, une compréhension plus fine de l’évolution de cette fortification ressort de l’analyse, montrant des reprises et un entretien continu depuis le Moyen Âge central jusqu’à la fin du xviiie siècle. Jougne reste l’un des rares exemples de l’utilisation d’un bourg dans la défense du territoire national au xviiie siècle. Si l’examen global de ces fortifications offre une meilleure perception du développement du bourg et de l’importance de ce dernier dans l’histoire comtoise, ce travail a aussi permis de mesurer le potentiel archéologique restant à y inventorier, notamment dans les caves intra-muros. Il constitue donc un premier apport, encore modeste, à la connaissance du développement de ce bourg castral de montagne depuis la période médiévale. Les recherches concernant Jougne et son proche territoire se poursuivront d’ailleurs suivant les axes documentaires et archéologiques décrits précédemment, toujours au sein du programme « ArchéoPal Haut Jura central ». Parallèlement à cette vision monographique, l’analyse du bâti fortifié réalisée à Jougne devrait être transposée selon les mêmes problématiques et les mêmes modalités méthodologiques, dans le cadre d’une thèse de doctorat, sur d’autres places fortes voisines du haut Jura qui contrôlaient la voie de franchissement vers le canton de Vaud, et tout particulièrement celle de Joux où l’imposant château demeure vierge d’intervention archéologique19. L’étude projetée de ce dernier monument clef permettra de saisir en détail tant les phases de son évolution morphologique propre, que de resituer sa place – aux côtés du bourg de Jougne – dans les réseaux et systèmes de défense de la cluse éponyme au cours du même temps long, du Moyen Âge à la fin de l’époque moderne.

Reçu : 29 août 2020 – Accepté : 29 novembre 2020

Haut de page

Notes

1 Ce programme transfrontalier est porté par l’UMR 6249 Chrono-environnement et l’université de Franche-Comté, en collaboration avec les universités de Neuchâtel et de Lausanne.

2 V. Metral, Les fortifications du bourg de Jougne (25), étude des archives et analyse du bâti, mémoire de master 2 d’archéologie, université de Franche-Comté, Besançon, 2019 (sous la direction de Morana Čaušević-Bully).

3 Voir, notamment, B. Olivier, M. Malfroy et J. Guiraud, Histoire de Jougne, Besançon, 1988, p. 23.

4 A. Barbier, La voie romaine de l’océan entre Besançon et la Suisse. Reconnaissance du tracé et des occupations jalonnant son parcours, mémoire de master 2 d’archéologie, université de Franche-Comté, Besançon, 2015 ; V. Bichet, A. Barbier, V. Chevassu, D. Daval, E. Gauthier, M. Montandon, H. Richard et M. Thivet, « Traverser les montagnes du Jura : identification de voies antiques de franchissement de la haute chaîne jurassienne par analyse LiDAR », in N. Lemaître (dir.), Traverser les montagnes du Jura : identification de voies antiques de franchissement de la haute chaîne jurassienne par analyse LiDAR, Paris, 2019, en ligne [https://books.openedition.org/cths/4356?lang=fr].

5 F. de Gingins-La Sarra, Cartulaire de Romainmôtier, Lausanne, 1844.

6 J. Mathez, Histoire de la ville de Pontarlier des origines à aujourd’hui, Pontarlier, 1930.

7 A. Bouvard, Châteaux et bourgs de la montagne du Doubs, t. 1 (Aspects méthodologiques, typologiques et historiques), Montbéliard, 2006.

8 V. Bichet, V. Chevassu et H. Richard, Programme de recherche ArcheoPal Haut Jura central – Rapport d’activités 2017 – Secteur de Pontarlier, la Cluse-et-Mijoux, les Fourgs et les Hôpitaux-Vieux (Doubs, France), université de Bourgogne-Franche-Comté, UMR 6249 CNRS Chrono-environnement, 2017.

9 J.-I.-J. Bourgon, Recherches historiques sur la ville et l’arrondissement de Pontarlier (Doubs), Pontarlier, 1841.

10 B. Olivier et alii, Histoire de Jougne, op. cit.

11 Pour plus de détails sur l’histoire du péage de Jougne, voir V. Chomel et J. Ebersolt, Cinq siècles de circulation internationale vue de Jougne un péage jurassien du xiiie au xviiie siècle, Paris, 1951.

12 Archives privées de la famille de Laguiche, château d’Arlay (Jura).

13 R. Locatelli, L’abbaye de Mont-Sainte-Marie et le Haut-Doubs forestier : 800 ans d'histoire, Labergement-Sainte-Marie, 1999.

14 A. Bouvard, Les peuplements castraux de la montagne du Doubs, Villeneuve-d’Ascq, 1999, t. 2.

15 Maxime Messner est doctorant à l’université de Bourgogne. Il réalise actuellement une thèse intitulée Les ouvertures pour armes à feux dans les structures médiévales : morphologie, fonction, usage, sous la direction de Daniel Russo.

16 G. Rousset, « Les ouvrages défensifs avancés adaptés à l’artillerie (xve-début xvie siècle) à travers l’exemple du boulevard de Présilly (Jura) », in H. Mouillebouche, Chastels et maisons fortes en Bourgogne, Actes des journées de castellologie de Bourgogne 1999-2007, Montceau-les-Mines, 2008, p. 91.

17 Voir, notamment, pour les troubles accompagnant la brève invasion de la Comté en 1595 par le roi de France, Henri IV : P. Delsalle, L’invasion de la Franche-Comté par Henri IV, Besançon, 2010.

18 Château de Vincennes, Service historique de la Défense : section 1, § 4, cart. 1, n° 18.

19 Voir, pour l’heure, l’ouvrage essentiellement historique de J.-M. Thiébaud, R. Lambalot, M. Malfroy et J. Guiraud, Le château de Joux, Pontarlier, 1987.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte du décrochement de Pontarlier, appelé également cluse de Joux (DAO V. Metral, 2019).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 2 – Carte de localisation des sites fortifiés de la cluse de Joux (ArchéoPal, 2017).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 3 – Perspective cavalière du bourg de Jougne datée de l’année 1595 (archives privées du château d’Arlay).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 4 – Plan des fortifications du bourg de Jougne et leurs phasages associés (DAO V. Metral, 2020).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 5 – Relevé en pierre à pierre du fait IV.105 présentant une phase antérieure à la fin du xiiie siècle (DAO V. Metral, 2019).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6 – Vue de la partie est de l’enceinte du bourg dont la partie inférieure est datée de la fin du xiiie siècle-début xive siècle (cl. V. Metral, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 7 – Archère sous niche datée typologiquement de la seconde moitié du xiiie siècle (cl. V. Metral, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 9 – Vue des vestiges du château de Jougne (cl. V. Metral, 2019).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 10 – Relevé de la façade ouest de la tour sud-est du château (DAO V. Metral, 2019).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 11 – L’entrée sud du bourg de Jougne
Légende Notez en partie basse de l’enceinte et en grand appareil, la phase datée de la seconde moitié du xvie siècle. Sur cette dernière s’appuie la maçonnerie de la fin du xviiie siècle réalisée en moyen appareil et couverte d’un parapet en tuf d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (cl. V. Metral, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 12 – Détail du bloc de parement portant le millésime en relief de l’année 1579 (cl. V. Metral, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 13 – La porte nord du bourg.
Légende Seuls ses deux piédroits datent de la seconde moitié du xviisiècle. La partie haute a été totalement reconstruite au cours du xxe siècle à la suite de son arrachement par un poids lourd (cl. V. Metral, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 14 – Le bastion sud du bourg construit en 1793 (cl. V. Metral, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/17547/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentin Metral, « Étude de la cluse fortifiée de Joux : le cas du bourg castral de Jougne », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 24.2 | 2020, mis en ligne le 19 décembre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cem/17547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.17547

Haut de page

Auteur

Valentin Metral

Doctorant, UMR 6249 Chrono-environnement

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search