Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25.1Recherche activeLes Plantagenêts vus par un abbé ...

Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Recherche active

Les Plantagenêts vus par un abbé du xve siècle : l’article « Anglia » du Granarium de John Wheathampstead

Élisa Mantienne

Résumés

L’article porte sur la représentation des rois Plantagenêts dans une encyclopédie compilée au xve siècle par John Wheathampstead, abbé du monastère bénédictin anglais de Saint-Albans. Cet ouvrage, le Granarium, comporte notamment un article nommé « Anglia », une histoire des rois d’Angleterre, depuis ses origines mythiques jusqu’à la fin du règne d’Henri V. En nous intéressant plus particulièrement au cas des premiers Plantagenêts, nous chercherons à comprendre les intentions de l’auteur de ce texte hybride, entre article d’encyclopédie, chronique et miroir aux princes. Nous présenterons l’hypothèse selon laquelle cette histoire de l’Angleterre aurait été conçue à l’attention de l’entourage du jeune Henri VI et porte un appel à la poursuite de la guerre en France, à une époque où, à la cour, les partisans de la guerre s’opposent aux partisans du compromis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. H. Keen, « Early Plantagenet History through Late Medieval Eyes », in C. Carpenter et L. S. Clar (...)

1Dans « Early Plantagenet History through Late Medieval Eyes », l’historien anglais Maurice Keen montrait en 2004 que le récit des règnes des premiers Plantagenêts par William Worcester et John Fortescue devait se lire à la lumière des faits du xve siècle, les auteurs ayant plaqué sur les événements du passé qu’ils racontaient des réalités contemporaines1. Cette démarche invite à s’intéresser à la manière dont les auteurs médiévaux représentent leur passé, expérience que l’on peut chercher à reproduire à partir des écrits de l’un des derniers grands abbés du monastère anglais de Saint-Albans, John Wheathampstead.

  • 2 John Wheathampstead est abbé une première fois entre septembre 1420 et novembre 1440, puis de janvi (...)

2Proche de la cour, cet abbé bénédictin est très engagé dans la vie intellectuelle, religieuse et politique de son temps et ce, dès le début de son premier abbatiat : il contribue aux côtés du roi Henri V à la réforme de l’ordre bénédictin en Angleterre (1421), se rend en Italie pour participer à l’un des conciles (Pavie/Sienne, 1423) destinés à trouver une solution au Grand Schisme. Dans les années qui suivent, John Wheathampstead semble s’être consacré avant tout à la communauté de Saint-Albans, ce qui ne l’empêche pas de conserver des liens avec certains des membres de la cour, à commencer par le duc Humphrey de Lancastre, duc de Gloucester, devenu « protecteur » du royaume à la mort de son frère Henri V en 14222.

  • 3 Sur l’encyclopédie et sa composition, on peut se référer notamment à C. E. Hodge, The Abbey of St.  (...)
  • 4 L’attribution de certains manuscrits au Granarium a fait l’objet de discussions. Pour une étude cod (...)
  • 5 La première partie est conservée dans les manuscrits de la British Library, Cotton Nero C VI (lettr (...)
  • 6 Pour cette hypothèse Alfred Hiatt renvoie notamment au manuscrit de la British Library Cotton Titus (...)
  • 7 Par exemple le manuscrit de la British Library Add 26764, considéré par certains comme appartenant (...)
  • 8 A. Hiatt, « The Reference Work… », ibid., p. 13-14 et 16-17. Les trois manuscrits les plus soignés (...)

3Il évoque ces divers sujets dans des productions variées, notamment des poèmes, des lettres ou encore une encyclopédie, le Granarium. Cette œuvre est compilée en deux temps : une première version est rédigée sous son premier abbatiat (1420-1440) et fait l’objet de révisions dans un second temps, dans les années 14403. D’après plusieurs descriptions médiévales et les manuscrits du Granarium conservés, cette œuvre est constituée de quatre, voire cinq parties4. La première porte sur l’histoire ; la deuxième sur les hommes illustres et la philosophie morale5. Il est possible que la troisième partie concerne les poètes classiques et médiévaux, comme l’indiquent des articles trouvés dans des miscellanées6. Enfin, aucun manuscrit ne peut être attribué avec certitude à la quatrième ou à la cinquième partie7. Les manuscrits conservés sont d’aspect variable : tandis que trois ont été réalisés avec un soin particulier – ce dont témoignent leur taille, la présentation du texte sur deux colonnes, les initiales enluminées – les autres sont plus petits et moins soignés. Les relations entre ces différentes versions doivent encore être étudiées, mais certains des ouvrages étaient destinés à circuler en dehors du monastère : les ducs de Bedford et de Gloucester en possédaient, et ce dernier procura des volumes du Granarium à l’université d’Oxford8.

4L’ensemble conservé représente plusieurs centaines d’entrées. Parmi elles, figure l’article « Anglia », dans lequel John Wheathampstead propose une histoire de l’Angleterre, depuis ses origines mythiques jusqu’à la mort du roi Henri V. Le manuscrit original ayant été perdu, la seule version du texte identifiée à ce jour est conservée dans des miscellanées, compilées dans la décennie 1440 pour un moine de Saint-Albans, Edmond Shenley, et conservées désormais à la Bodleian Library d’Oxford dans le manuscrit Bodley 585 (f. 18v°-41v°). Il s’agira donc de dépasser les contraintes liées à la perte du texte témoin pour étudier comment, dans l’article « Anglia », la représentation des siècles passés évolue, en fonction de plusieurs paramètres comme le contexte de rédaction, l’accès aux sources et aux informations, et la nature du document. Ces différents éléments servent de cadre à la représentation, mais certaines de ces contraintes permettent aussi de révéler et de mieux mettre en valeur les intentions de l’auteur. Ainsi, dans l’article « Anglia », la brièveté imposée par le format de l’article encyclopédique permet de faire ressortir ce qui était jugé important par l’auteur.

  • 9 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 26v°-28r°(Henri II), fol. 28r°-31r° (Richard Ier), fol.  (...)
  • 10 Sur la production de chroniques à Saint-Albans, voir A. Gransden, Historical Writing in England, Lo (...)

5Dans cette étude, nous nous pencherons sur les règnes des premiers Plantagenêts, plus particulièrement Henri II (1154-1189), Richard Ier (1189-1199), Jean Ier (1199-1216), Henri III (1216-1272), Édouard Ier (1272-1307) et Édouard II (1307-13279). Outre la séquence événementielle particulièrement riche de ces règnes au cours desquels la poursuite des guerres sur le continent se double de crises internes, ce choix s’explique aussi par une question de sources. Des récits de ces règnes sont en effet compilés par d’importants chroniqueurs appartenant au grand centre historiographique qu’était Saint-Albans : Roger Wendover, Matthieu Paris, et encore Thomas Walsingham qui, à la fin du xive siècle, donne sa version des règnes des premiers Édouards, en s’appuyant sur des travaux plus anciens, réalisés ou non dans le monastère de Saint-Albans10. Cette étude portant sur la manière dont un membre de l’élite ecclésiastique du xve siècle se représentait ce qui était déjà pour lui de l’Histoire, les règnes qui suivent et qui sont rapportés par le chroniqueur Thomas Walsingham ont été écartés, car trop proches de la période à laquelle vivait l’abbé.

6Pour tenter d’éclairer les objectifs de John Wheathampstead au moment de la rédaction de ce texte et ainsi mieux comprendre ses choix pour représenter les premiers rois Plantagenêts, nous nous pencherons d’abord sur le statut de ce document, avant de proposer dans un second temps l’hypothèse selon laquelle l’abbé s’adressait dans ce texte à l’entourage du jeune roi Henri VI, cherchant à y prodiguer des conseils sur la politique à tenir, notamment vis-à-vis de la poursuite de la guerre contre la France.

1. Le statut incertain du texte

1.1. Un original perdu

7De nombreuses incertitudes entourent l’article « Anglia » du Granarium, notamment en raison de la perte du manuscrit dans lequel se trouvait la version originale de ce texte, sur lequel nous n’avons aucune information.

  • 11 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 18-41. D. R. Howlett, « A St Albans historical misce (...)
  • 12 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 18v°. Dans ce manuscrit, l’article « Anglia » est suivi (...)
  • 13 D. R. Howlett, « A St Albans historical miscellany… », op. cit., p. 198 pour l’attribution à Edmund (...)

8L’article « Anglia » à l’étude se situe donc dans un ensemble de miscellanées, compilées pour le moine Edmond Shenley dans les années 1440-144811. Il ne se trouve donc pas dans la tradition manuscrite du Granarium, mais son association à l’encyclopédie de Wheathampstead peut être établie avec certitude par la rubrique qui le précède : « De Granario magistri Johannis Wetamstede. » La perte du texte original empêche donc de savoir dans quelle partie du Granarium l’abbé l’avait initialement placé, et à quel autre type de contenu il était originellement associé12. L’ouvrage réalisé pour Edmond Shenley fut conçu sans doute peu de temps après la première rédaction de l’article « Anglia » par John Wheathampstead et se trouve désormais dispersé entre la Bodleian Library d’Oxford et la Cambridge University Library, dans les manuscrits Bodley 585 et University Library, Dd. 6.7. Ainsi que l’a reconstitué David Howlett, l’ouvrage original comprenait une série de six textes portant sur l’histoire de l’Angleterre, parmi lesquels une vie des saints du monastère, Alban et Amphibald, une vie des deux Offa, deux rois à qui l’on attribue la fondation du monastère, un texte sur l’arrivée des Géants à Albion, l’Historia regum Britanniae de Geoffrey de Monmouth (University Library, Dd. 6.7), l’article « Anglia » du Granarium suivi par les articles « Animal » et « Cirus », ce dernier faisant écho aux références au roi de Perse dans la vie des deux Offa (Bodleian Library, Bodley 585). Dans l’ouvrage possédé par Edmond Shenley, l’article « Anglia » entrait dans le cadre de la progression identifiée par David Howlett et qui, commençant par la légende, se dirigeait vers l’hagiographie et enfin l’histoire. Toutefois, la disparition du manuscrit original du Granarium dans lequel se trouvait l’article initial « Anglia » rend difficile la compréhension du sens à donner à cette courte chronique perdue dans une encyclopédie13.

  • 14 A. Hiatt, « The Reference Work… », op. cit., p. 22 : « As it stands, the Granarium is an encycloped (...)

9Ni dédicace ni prologue ne viennent éclairer les objectifs de John Wheathampstead au moment de la compilation de cet abrégé de l’histoire d’Angleterre, de même que nous ne savons pas quelles autres entrées lui étaient associées dans cette encyclopédie hétérogène et originale. Alfred Hiatt remarque que le Granarium ne correspond pas à la définition d’une encyclopédie et note que deux des livres de cet ensemble auraient pu appartenir au genre hétéroclite des miroirs au prince14. L’abbé n’aurait donc pas conçu son œuvre uniquement comme un simple « miroir » des connaissances du monde, mais il aurait aussi cherché à donner une portée didactique à certaines de ses parties, idée que nous explorerons dans notre développement, en nous concentrant sur l’article « Anglia » qui fait figure de texte hybride, où le récit historique est mis au service d’autres objectifs.

1.2. Un abrégé de l’histoire d’Angleterre dans une encyclopédie ?

  • 15 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 19v° : juxta plures [...] juxta alios.
  • 16 La fin du règne d’Henri III telle que narrée par Matthieu Paris dans l’Abbreviatio chronicorum ress (...)
  • 17 Oxford, Bodleian Library, Bodley 292, fol. 1-148v°. Nicholas Trivet est né en 1258 et était encore (...)
  • 18 Il n’a pas été possible d’identifier l’exemplaire des Annales Sex Regum Anglie utilisé par les moin (...)
  • 19 Il est possible que Nicholas Trivet ait obtenu ces informations lors d’un séjour à Paris au cours d (...)
  • 20 Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie…, op. cit., p. 115. On retrouve d’ailleurs la même allusi (...)

10Le texte de l’article lui-même présente des modes de rédaction différents : au début, l’abbé indique ses sources, comme il le fait dans la plupart des notices de l’encyclopédie. Toutefois, les références précises sur les origines mythiques cèdent le pas aux références vagues puis disparaissent15. Il faut alors chercher dans les replis du texte pour deviner les influences de John Wheathampstead. Les chroniqueurs de Saint-Albans en font partie, notamment Thomas Walsingham pour les règnes de Richard II, Henri IV et Henri V. De même, pour les xiie-xiiie siècles, on devine l’influence de Roger Wendover et Matthieu Paris, par exemple à propos du règne d’Henri III16. Loin de se contenter de résumer les riches chroniques de ses prédécesseurs dans le scriptorium de Saint-Albans, l’abbé Wheathampstead mène un vrai travail de compilation, intégrant aussi des travaux du dominicain anglais Nicholas Trivet, dont plusieurs ouvrages, à commencer par des commentaires de Sénèque et de saint Augustin, étaient conservés à Saint-Albans17. Ici, ce sont ses Annales Sex Regum Anglie qui servent de source pour le récit du règne d’Henri III, comme l’indiquent les reprises de remarques rares sinon introuvables dans les autres chroniques anglaises18. Le choix fait par Richard Ier de demander l’absolution pour sa révolte contre son père auprès des archevêques de Rouen et de Trèves, rapporté par Wheathampstead, figure par exemple chez Nicholas Trivet19. On constate toutefois que le passage est présenté de manière différente par les deux auteurs : après avoir rappelé les agissements de Richard Ier après la mort de son père, Nicholas Trivet indique qu’à Sées, Richard demande le pardon pour s’être soulevé contre son père après s’être croisé. Ensuite, d’après le dominicain, se rendant à Rouen, il aurait été fait duc de Normandie par l’archevêque de Rouen, avant de partir pour l’Angleterre afin de se faire couronner roi20. Au contraire, dans une formulation plus ramassée, John Wheathampstead mélange les temporalités et modifie le propos de Nicholas Trivet :

  • 21 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 28r°-28v° : Priusquam tamen se apud Westmonasterium coro (...)

Avant de se faire couronner à Westminster, il demanda aux archevêques de Rouen et de Trèves le bénéfice de l’absolution pour les crimes qu’il avait commis contre son propre père lorsqu’il s’était soulevé contre lui avec le roi de France21.

11John Wheathampstead expurge ses travaux des nombreux détails dont regorgent ces chroniques, dont la plupart se trouvaient pourtant encore dans la bibliothèque du monastère au xve siècle. L’un des éléments les plus frappants est la disparition des dates : les règnes ne sont plus situés dans le temps. Sa volonté de résumer et de classer les faits le conduit à des erreurs et des simplifications abusives. L’un des cas les plus significatifs est celui du règne d’Henri III, marqué par la poursuite du conflit avec le roi Louis IX pour les territoires continentaux de l’Angleterre. L’abbé y mélange des dispositions du traité de Lambeth, qu’il ne nomme pas (1217), avec des négociations menées en 1226. Juste après, il donne l’impression que le traité de Paris ratifié en 1259 est contemporain de l’expédition anglaise de Bretagne, menée en 1230 :

  • 22 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 33v° : Quare rex Henricus collecta valida populi multitu (...)

Pour cela, le roi Henri, ayant rassemblé un grand nombre de personnes, s’embarqua pour la Bretagne et demanda que lui soient restituées les terres que le roi des Français avait enlevées à son père de manière peu légitime. Comme les Français lui répondirent avec acrimonie que cela n’était pas suffisant, le roi, [...] presque forcé, fit la paix avec ces gens, et contre une rente annuelle de 20 000 livres, il abandonna tout titre de droit sur ces possessions, et par la suite il cessa de se nommer duc de Normandie22.

  • 23 La source exacte de John Wheathampstead est inconnue. On peut postuler que l’abbé s’est inspiré des (...)

12Il évoque ensuite la question du conflit qui oppose le roi à ses barons, comme s’il s’agissait de deux événements séparés, alors que ces tensions se cristallisent précisément au moment des négociations de la paix et sont l’une des raisons qui incitent Henri III à conclure le traité au plus vite. Ce décalage apparaît dans l’expression « presque forcé » (quasi compulsus) : on peut penser qu’il s’agit d’une référence au rôle que la situation intérieure du royaume joue dans la résolution de la paix. Sans doute cette référence était-elle plus explicite dans la source utilisée par John Wheathampstead, mais une fois intégrée dans le résumé proposé par l’abbé, elle devient difficile à comprendre23.

  • 24 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 31-32 ; Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie…, (...)
  • 25 W. E. Lunt, Papal Revenues in the Middle Ages, t. 1, New York, 1934, p. 69-70.

13Il s’agit donc d’un récit fautif, imprécis, dans lesquels la chronologie et le détail sont laissés de côté. Le format réduit n’explique cependant pas tout : dans certains cas, John Wheathampstead accorde beaucoup de place à certains éléments, ainsi que le montre l’exemple du règne de Jean sans Terre. Il ne cite pas la Magna Carta, mais imite Nicholas Trivet en copiant dans son intégralité la lettre de 1213 par laquelle le roi Jean sans Terre reconnaît tenir l’Angleterre en fief de la papauté24. Il est d’autant plus intéressant qu’il soit cité que le tribut n’était alors plus payé depuis le début du xive siècle et que l’accord entre Jean et le pape avait été annulé par Édouard III et son parlement en 136625. John Wheathampstead reconnaît d’ailleurs lui-même que le pacte n’existe plus, en raison selon lui de la disparition du texte de l’accord dans un incendie du palais d’Avignon. Si la question de la soumission de l’Angleterre à la papauté réapparaît dans les discussions du Grand Schisme et dans les chroniques du xve siècle, on peut toutefois s’étonner de ce que l’abbé accorde dans son abrégé une place aussi grande à un document qu’il juge tombé en désuétude. Les raccourcis et omissions ne sont donc pas uniquement le résultat d’un problème d’espace, et les choix narratifs ont été pesés par l’abbé ; il convient désormais de chercher à déterminer les raisons de ces choix.

1.3. Légitimer une dynastie ?

  • 26 Il peut s’agir de la mention d’une épitaphe comme pour Henri II (Oxford, Bodleian Library, Bodley 5 (...)
  • 27 London, British Library, Royal 13 E IX, fol. 169v°-176r°.
  • 28 Sur ce manuscrit, voir J. G. Clark, Monastic Renaissance at St Albans. Thomas Walsingham and his Ci (...)
  • 29 Sur les généalogies en rouleau, on peut se référer à O. de Laborderie, Histoire, mémoire et pouvoir (...)

14Pour ce faire, il est tout d’abord possible d’étudier la structure du récit des différents règnes. Le travail de compilation de John Wheathampstead le mène en effet à proposer un récit dans lequel les règnes sont structurés de la même manière : le lieu du sacre et le prélat qui officie ouvrent la notice, tandis qu’une place importante est accordée à la mort du roi26. Un texte présentant des caractéristiques similaires existe parmi les ouvrages présents à Saint-Albans à l’époque de John Wheathampstead : les Gesta regum Anglie compendiose compilata, trouvés dans un volume compilé à la fin du xive siècle, sans doute à l’usage de la communauté de Saint-Albans27. Il s’agit d’une série de courtes notices sur les rois anglais, de Brutus à Édouard III28. L’auteur anonyme de ce document résume lui aussi – et encore plus brièvement que John Wheathampstead – les règnes de chaque roi. Il insiste beaucoup sur l’ascendance et la descendance de chaque roi. Un tel texte semble remplir la même fonction que les généalogies en rouleaux, fréquentes en Angleterre et qui étaient souvent accompagnées de courts textes dans lesquels étaient brièvement résumés les règnes29. Dans les Gesta regum Anglie, les explications sur la descendance remplacent la représentation figurée proposée dans les généalogies en rouleaux, les noms des différents enfants du roi et de leurs époux ou épouses sont précisés.

  • 30 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 25r° et 28r°.
  • 31 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 33r° : felonice pro ut imposuit Arthurum ducem Britannie (...)
  • 32 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 34v°. Repris à Willelmi Rishanger quondam monachi S. Alb (...)
  • 33 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 38v°.

15L’article « Anglia » ne présente pas les mêmes caractéristiques : peu d’explications généalogiques sont retrouvées dans le texte de l’encyclopédie. Seuls les fils aînés sont cités ou, si ces derniers meurent, leurs frères cadets amenés à succéder au roi et le plus souvent si cela a une importance particulière. Le couronnement d’Henri (1172), fils aîné d’Henri II, du vivant de son père, est ainsi mentionné car ayant joué un rôle d’après John Wheathampstead dans la dispute entre Henri II et Thomas Becket. L’abbé évoque ensuite sans les nommer les fils du roi révoltés et se contente d’indiquer dans un dernier bilan du règne qu’il meurt après deux de ses fils, Henri et Geoffrey30. De même, on entraperçoit le problème de la succession de Richard Ier et le « casus regis » par lequel Jean s’impose sur le trône au détriment du principe de représentation qui aurait dû favoriser Arthur de Bretagne – le fils du défunt Geoffrey – lorsqu’au détour d’une phrase à propos du traité de Paris de 1259, John Wheathampstead indique que Jean « avait avec félonie fait tuer Arthur, duc de Bretagne, pour s’imposer à sa place31 ». Aucune explication ne vient éclairer l’identité d’Arthur de Bretagne et seul un lecteur averti pourrait ainsi comprendre les questions de succession qui se sont posées aux Plantagenêts. Dans ce tableau, les reines et les autres enfants sont absents, à quelques exceptions près, comme Aliénor de Castille. L’auteur indique qu’elle a donné quatre fils et cinq filles à Édouard Ier – leurs noms ne sont pas précisés –, et l’abbé s’intéresse à elle en raison des croix que le roi fait ériger à sa mort sur le trajet du convoi qui ramène son corps du nord de l’Angleterre à Westminster32. L’accent semble avant tout mis sur l’amour exceptionnel porté par le roi à sa femme. Rien ne permet donc d’affirmer que John Wheathampstead ait cherché à insister sur la légitimité dynastique des rois Plantagenêts, pas plus que celle de la branche des Lancastre qui leur succède en 1399 : Henri de Lancastre est présenté comme le fils du duc Jean de Lancastre, sans que l’abbé précise ses liens avec la famille royale. Jean de Lancastre était le troisième fils d’Édouard III, à ce titre et en l’absence de descendance de Richard II, lui et son fils auraient donc eu une certaine légitimité à revendiquer le trône33.

16Ce texte n’a donc pas l’objectif de légitimer une dynastie, ni de servir de récit exhaustif des règnes des prédécesseurs d’Henri VI. Il convient donc de chercher ailleurs le sens de ses choix de compilation, en mettant le contenu de l’article en perspective grâce à l’étude du contexte de rédaction.

2. Représenter le passé pour instruire le présent ?

2.1. Un miroir du présent ?

17Plusieurs passerelles peuvent être établies entre la situation de l’Angleterre du xiiie-début xive siècle et celle du xve siècle. Ces deux périodes sont des moments d’instabilité de la royauté, que l’on songe, sous les Plantagenêts, aux déboires de Jean sans Terre avec ses barons et la papauté, à la révolte des barons autour de Simon de Montfort sous Henri III, ou encore à la déposition d’Édouard II. Un siècle plus tard, la mort prématurée du roi Henri V ébranle la royauté, désormais entre les mains de son très jeune fils Henri VI. La minorité de celui-ci correspond aussi à une période de fragilisation des positions anglaises sur le continent, dans le cadre d’une guerre qui faisait déjà rage au xiiie siècle. Ce conflit avec le roi de France, dont les rois d’Angleterre étaient les vassaux pour leurs possessions continentales se poursuit. Il prend à partir du règne d’Édouard III la forme de ce que l’on connaît sous le nom de guerre de Cent Ans, pendant laquelle la couronne de France est revendiquée par les rois d’Angleterre, d’abord par Édouard III, avant qu’Henri V ne remette en avant cette revendication. L’Aquitaine et la Normandie sont les deux grands champs de bataille de cette guerre qui, après une période de calme relatif sous Richard II et Henri IV, est relancée par les expéditions d’Henri V, avec la reconquête de la Normandie. Ces victoires sont de courte durée, et le règne d’Henri VI est marqué par la réaction française ainsi que par des désaccords dans l’entourage royal à propos de la politique à tenir sur le continent comme dans le royaume.

  • 34 Humphrey Gloucester entre dans la fraternité du monastère en 1423 et à nouveau en 1431, et fait de (...)
  • 35 J. P. Carley, R. Sharpe, R. M. Thomson et A. Watson, English Benedictine Libraries. The Shorter Cat (...)
  • 36 London, British Library, Arundel 391, fol. 168r°, cité et commenté par AHiatt, « The Reference Wo (...)
  • 37 Sur les liens entre écriture de l’histoire et visée morale, la bibliographie est vaste et les exemp (...)

18L’abbé Wheathampstead n’ignore sans doute pas ces discussions auxquelles participent des membres de la famille royale qu’il est amené à fréquenter34. Ces liens pouvaient aussi se traduire par des échanges de présents ou encore de manuscrits. Ainsi, le duc de Bedford, régent de France jusqu’à sa mort en 1435, est le destinataire d’un manuscrit du Granarium, tandis que son frère Humphrey de Gloucester, protecteur et défenseur du royaume, semble en avoir eu plusieurs en sa possession35. Ces ouvrages n’ont pas été conservés. Toutefois dans un manuscrit londonien, Arundel 391, contenant la deuxième partie du Granarium, un colophon assimile le texte à de la terre, nourrissant les esprits, et qui « donne une conduite au roi, une direction aux princes, un miroir au duc ». Alfred Hiatt propose de voir dans le « duc » une référence à Humphrey de Gloucester36, à qui aurait été adressé ce miroir au prince. Ces hypothèses concernant la deuxième partie du Granarium nous amènent à formuler l’hypothèse suivante à propos de l’article « Anglia » : dans sa version initiale, avant d’être destiné à nourrir l’abrégé de l’histoire anglaise du moine Edmond Shenley, ce texte faisait peut-être partie d’un ouvrage destiné à l’un des membres de l’entourage du jeune prince Henri VI, la visée didactique et morale sous-tendant le récit historique37.

2.2. Des exemples et contre-exemples royaux

  • 38 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 28r°-28v° : peciit ab archiepiscopis Rotomagensi et Trev (...)
  • 39 L’anecdote est citée par Matthieu Paris (Chronica majora, éd. H. R. Luard, t. 2, Londres, 1874, p.  (...)

19Dans l’article « Anglia », John Wheathampstead ne cache pas les erreurs et les défauts des rois. Il fait quelques allusions aux conflits intrafamiliaux qui ont touché les Plantagenêts. Ainsi, la révolte des fils d’Henri II est brièvement évoquée à deux reprises : rencontrant de nombreux problèmes après l’assassinat de Thomas Becket, le roi Henri II est contraint de se soumettre à Philippe Auguste afin de conclure la paix avec ses fils. Plus tard, il reprend l’anecdote de Nicholas Trivet selon laquelle, avant son couronnement, Richard Ier aurait demandé aux archevêques de Rouen et de Trèves l’absolution pour les crimes commis contre son propre père en se rebellant aux côtés du roi de France38. John Wheathampstead ne va pas jusqu’à raconter l’anecdote imagée citée par ses prédécesseurs et selon laquelle le corps du défunt Henri II se serait mis à saigner du nez à l’entrée de son traître de fils dans la pièce, toutefois il ne cache pas la gravité de la révolte en rappelant bien l’alliance entre Richard et le roi de France Philippe Auguste39. De la même manière, il décrit par le menu les faiblesses et mauvaises décisions d’Édouard II, déposé en 1327 :

  • 40 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 36r° : varia commisit anormala vituperio digna. Inter qu (...)

Il commit plusieurs actions anormales et dignes de critiques. Parmi celles qui doivent être comptées, le meurtre de l’illustre chevalier Thomas, comte de Lancastre, la répudiation de sa propre femme, le déshéritement de son fils aîné Édouard, et l’exaltation imméritée d’Hugues Despenser et le rappel de celui-ci dans le royaume après que le conseil des seigneurs avisés du royaume lui eut ordonné de quitter la terre et de se trouver un nouveau lieu d’habitation. Et bien que ce roi ait été bon de caractère [...] il avait toujours été conduit par de mauvais conseillers40.

  • 41 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 34r° : Post hec orta dissencione inter ipsum regem et su (...)

20Sans aller jusqu’à légitimer les révoltes, l’abbé Wheathampstead n’hésite pas à expliquer les contestations du pouvoir royal par les faiblesses de ses détenteurs. La révolte des barons sous Henri III est ainsi décrite : « un conflit naquit entre le roi et ses grands à propos des lois et des coutumes renouvelées dans le Parlement d’Oxford et que ce roi négligea de servir41 ».

  • 42 Je remercie A. Pélissié du Rausas pour son aide dans l’identification de ce parlement, peu cité dan (...)

21Il ne s’agit pas d’un appel à la révolte, dont les plus grands moments et les chefs les plus emblématiques sont laissés dans l’ombre. Ainsi, le nom de Simon de Montfort n’est pas cité et l’on insiste plutôt sur la réconciliation et la manière dont les rois rétablissent l’ordre. Alors que la bataille de Lewes (1264) avait fait l’objet de longs développements dans les chroniques du temps, John Wheathampstead ne s’y attarde pas, et insiste plutôt sur la restauration du pouvoir royal grâce au prince Édouard à Evesham ainsi que sur la punition des révoltés, évoquant à cette occasion un parlement à Winchester42.

  • 43 D’après John Wheathampstead, Henri II prononce à haute voix ses plaintes contre Thomas Becket, inci (...)

22De même, pour prendre un exemple plus ancien, les démêlés des rois avec l’Église ne sont pas cachés : par ses paroles, Henri II est responsable du meurtre de Thomas Becket, ce qui explique les problèmes des années suivantes, problèmes qui s’arrêtent avec la réconciliation du roi avec les moines de Christ Church de Cantorbéry43. Ici, un parallèle pourrait être dressé avec ce que John Wheathampstead écrit du règne d’Henri IV (1399-1413), grand-père d’Henri VI : son règne est glorieux jusqu’à la condamnation à mort pour trahison de l’archevêque d’York Richard Scrope par la justice royale en 1405, après que celui-ci a proposé une réforme du royaume.

  • 44 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 39v° : sibi [Henri IV] Ricardus Eboracensis archiepiscop (...)

Richard archevêque d’York fut décapité par ce roi en raison de sa rébellion et sur décision de justice, sans respect pour le sacerdoce. À partir de ce moment, il [le roi] tomba dans la vindicte de son fait, comme beaucoup le pensent, dans la maladie contagieuse de la lèpre, maladie qui, par la suite, le fatigua sans cesse et irrémédiablement44.

23Ainsi, John Wheathampstead n’hésite pas à dresser dans son encyclopédie le portrait de rois imparfaits mais dont les problèmes se résolvent lorsqu’ils finissent par respecter les lois du royaume, s’entourer de bons conseillers, se soumettre à l’Église et aider celle-ci. Dans le cas d’Henri IV, la rédemption de la dynastie n’arrive qu’après la mort, grâce à l’action d’Henri V. Celui-ci est qualifié de miles Christi, notamment pour son implication dans la lutte contre les Lollards, un mouvement jugé hérétique développé entre la fin du xive siècle et le début du xve siècle dans la lignée des idées du théologien John Wyclif.

24Cette chronique ne cherche donc pas à faire de récit détaillé et exhaustif des faits : l’accent est mis sur les modèles et contre-modèles royaux. Cette hypothèse rejoindrait l’analyse proposée par Alfred Hiatt, et citée plus tôt, selon laquelle le Granarium aurait été pensé comme un miroir au prince. Parmi les exemples d’un jeune prince, sont particulièrement mis en avant les rois guerriers : Richard Ier, Édouard Ier, ou, plus proche de l’abbé, Henri V.

2.3. La légitimité anglaise sur le continent

25La guerre est en effet un motif important dans l’article « Anglia », notamment la guerre en France à laquelle il accorde une grande place. Dans les dires et les silences de l’abbé, se dessine comme un appel implicite à la fermeté face aux prétentions françaises sur les possessions continentales anglaises, à une époque où, dans l’entourage du jeune Henri VI, les partisans de la guerre à outrance se heurtent aux partisans du compromis.

  • 45 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 27v°-28r° : preter regnum Anglie, ducatum Normannie et P (...)
  • 46 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 30v°-31r° : direxit aciem contra Francie qui contra fedu (...)

26Les possessions anglaises en France, obtenues grâce au mariage d’Henri Plantagenêt, futur Henri II, avec Aliénor d’Aquitaine sont énumérées dans ce dernier45. La perte d’une partie de ces territoires pendant les xiiie et xive siècles n’est pas évoquée : les défaites militaires sont rarement citées, et les échecs diplomatiques des rois d’Angleterre deviennent sous la plume de l’abbé le résultat des actions illégitimes des rois de France. Ainsi, d’après le récit des règnes des fils d’Henri II par l’abbé, Richard Ier se bat contre les Français qui ont envahi ses terres alors qu’il était à la croisade, en dépit de tous les traités passés jusque-là, et rien n’est dit des défaites militaires de Jean sans Terre en Normandie. La seule référence à la situation en Normandie sous ce roi est faite plus loin quand John Wheathampstead écrit que la Normandie réclamée par Henri III avait été prise par Philippe Auguste de façon « peu légitime », une référence détournée à la commise des fiefs continentaux de Jean en avril 120246.

  • 47 Sur ses relations avec le duc Humphrey de Gloucester, un personnage de premier plan au niveau polit (...)

27De même, lors des négociations avec Henri III, Louis IX ne tient pas ses promesses : les rois de France sont de peu de foi et, dans ce récit bref, les rois d’Angleterre semblent avoir des droits parfaitement légitimes sur les territoires continentaux. Bien que l’on ne connaisse pas la date précise à laquelle John Wheathampstead compose ce document, le contexte des années 1420-1440, période estimée de la première rédaction, éclaire sous un nouveau jour le point de vue de l’abbé sur la guerre contre la France. Dans la décennie 1420, se construit la domination anglaise sur la Normandie récemment reconquise par Henri V et, plus théoriquement, sur l’ensemble du royaume de France, dans le prolongement du traité de Troyes (1420) ; tandis que dans les années 1430, la mainmise anglaise commence à rencontrer des problèmes et les tensions apparaissent entre les tenants de la paix et les tenants de la guerre, parmi lesquels figure le duc Humphrey de Gloucester, proche de John Wheathampstead47. Ces deux contextes peuvent expliquer que l’abbé ait voulu souligner la légitimité des droits anglais sur les terres continentales dans un document qui était sans doute destiné à être offert et à circuler en dehors des seuls murs du cloître.

3. Conclusion

28Tandis que dans le manuscrit compilé pour Edmond Shenley, l’article joue le rôle d’une histoire de l’Angleterre, il avait vraisemblablement une autre fonction à l’origine. Pour comprendre celle-ci en l’absence du manuscrit témoin, il faut observer de près les choix de compilation de l’abbé, lequel a opéré un tri dans les sources fourmillantes à sa disposition pour conserver ce qu’il jugeait le plus important. La forme courte de récit historique prend ici tout son intérêt : les chroniques courtes sont des miroirs grossissants des choix de l’auteur, obligé de faire de strictes sélections de compilation parmi les sources à sa disposition. Dans sa sélection, John Wheathampstead met en avant les démêlés des rois anglais avec l’Église et les conquêtes militaires des rois anglais. Une fois mis en perspective avec le contexte politique et les relations que l’abbé entretenait avec les proches du jeune roi Henri VI, ces choix de l’abbé prennent un nouveau sens. L’entourage du jeune roi Henri VI est ainsi mis en garde contre les conséquences que pourraient avoir de mauvaises relations avec l’Église et surtout est appelé à imiter les rois guerriers exaltés dans l’article « Anglia ». À un moment où la question se pose de poursuivre la guerre, John Wheathampstead met en avant la légitimité des revendications anglaises sur le continent et semble inciter le jeune roi à poursuivre les hauts faits de ses ancêtres, et plus particulièrement ceux d’Henri V. En cela, l’abbé de Saint-Albans rejoint les auteurs de vies d’Henri V, notamment un autre membre de l’entourage du duc de Gloucester, Titus Livius Frulovisi qui, dans sa Vita Henrici Quinti, loue les hauts faits du père du jeune roi à qui l’ouvrage est dédié. À une époque où les possessions continentales de l’Angleterre sont remises en cause, les conseils donnés au prince se doublent de l’incitation à la poursuite de la guerre et prennent des formes toujours renouvelées.

Reçu : 29 janvier 2021 – Accepté : 28 mars 2021

Haut de page

Notes

1 M. H. Keen, « Early Plantagenet History through Late Medieval Eyes », in C. Carpenter et L. S. Clark (dir.), Political culture in late medieval Britain, Woodbridge, 2004, p. 33-44.

2 John Wheathampstead est abbé une première fois entre septembre 1420 et novembre 1440, puis de janvier 1452 à sa mort en janvier 1465. J. G. Clark, « Whethamstede [Bostock], John (c. 1392-1465), scholar and abbot of St Albans », in Oxford Dictionary of National Biography, en ligne [https://www-oxforddnb-com.janus.bis-sorbonne.fr/view/10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-29197], dernière consultation le 29 janvier 2021.

3 Sur l’encyclopédie et sa composition, on peut se référer notamment à C. E. Hodge, The Abbey of St. Albans under John of Whethamstede, thèse non publiée de l’université de Manchester, 1933, p. 170-186 et A. E. Hiatt, « The Reference Work in the Fifteenth Century », in C. M. Meale et D. Pearsall (dir.), Makers and Users of Medieval Books, Essays A. S. G. Edwards, Cambridge, 2014, p. 13-33.

4 L’attribution de certains manuscrits au Granarium a fait l’objet de discussions. Pour une étude codicologique des manuscrits, voir D. R. Howlett, Studies in the works of John Whethamstede, thèse non publiée de l’université d’Oxford, 1974.

5 La première partie est conservée dans les manuscrits de la British Library, Cotton Nero C VI (lettres A à L), Arundel 11 (22 articles communs au Cotton Nero C VI, 11 concernent les lettres L à Z), et pour C. E. Hodge, dans le manuscrit Gonville and Caius College 230 (The Abbey of St. Albans…, op. cit.). Au moins deux manuscrits de la British Library comportent des articles de la deuxième partie du Granarium : London, British Library, Cotton Tiberius D V et Arundel 391.

6 Pour cette hypothèse Alfred Hiatt renvoie notamment au manuscrit de la British Library Cotton Titus A XX. A. Hiatt, « The Reference Work… », op. cit., p. 16 et 20.

7 Par exemple le manuscrit de la British Library Add 26764, considéré par certains comme appartenant à un autre ouvrage de John Wheathampstead, le Pabularium, pourrait appartenir à cette quatrième partie (A. Hiatt, « The Reference Work… », ibid., p. 20-22).

8 A. Hiatt, « The Reference Work… », ibid., p. 13-14 et 16-17. Les trois manuscrits les plus soignés sont conservés à la British Library : Cotton Nero C VI, Cotton Tiberius D V et Add. 26764. « However, entries that appear in both a high quality and a working manuscript often differ significantly in length and content, and the complex interrelationships between these two sets of manuscripts await proper investigation » (A. Hiatt, « The Reference Work… », ibid., p. 17).

9 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 26v°-28r° (Henri II), fol. 28r°-31r° (Richard Ier), fol. 31r°-33r° (Jean Ier), fol. 33r°-34r° (Henri III), fol. 34r°-35v° (Édouard Ier), fol. 35v°-36r° (Édouard II).

10 Sur la production de chroniques à Saint-Albans, voir A. Gransden, Historical Writing in England, Londres, 1974-1996, 2 vol., notamment t. 1, p. 356-380 et t. 2, p. 118-156.

11 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 18-41. D. R. Howlett, « A St Albans historical miscellany of the fifteenth century », in Transactions of the Cambridge Bibliographical Society, 6 (1974), p. 195-200.

12 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 18v°. Dans ce manuscrit, l’article « Anglia » est suivi d’une entrée nommée « Cirus », que l’on retrouve quant à elle dans le manuscrit London, British Library, Royal Nero D VI, qui contient la première partie du Granarium.

13 D. R. Howlett, « A St Albans historical miscellany… », op. cit., p. 198 pour l’attribution à Edmund Shenley.

14 A. Hiatt, « The Reference Work… », op. cit., p. 22 : « As it stands, the Granarium is an encyclopedia in neither a medieval nor a modern sense. Only book two seems to fit into a recognized genre of medieval compilation, and even it is really a combination of two genres : the record of illustrious men, and the dicta of learned men, both of which could be deployed to serve as a mirror for a prince. » Sur la question de sa catégorisation comme un « genre » et les formes variées qu’il peut prendre, on peut notamment se référer à E. M. Jonsson, Le Miroir. Naissance d’un genre littéraire, Paris, 1995 ; F. Lachaud et L. Scordia (éd.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Mont-Saint-Aignan, 2007, notamment p. 11-17.

15 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 19v° : juxta plures [...] juxta alios.

16 La fin du règne d’Henri III telle que narrée par Matthieu Paris dans l’Abbreviatio chronicorum ressemble beaucoup au texte de John Wheathampstead (Matthieu Paris, Historia Anglorum, sive, ut vulgo dicitur, Historia minor. Item, ejusdem Abbreviato chronicorum Angliae, éd. F. Madden, t. 1, Londres, 1866, p. 564-566).

17 Oxford, Bodleian Library, Bodley 292, fol. 1-148v°. Nicholas Trivet est né en 1258 et était encore actif dans la première moitié du xivsiècle : certains de ses travaux historiques (et peut-être aussi théologiques) étaient déjà connus des moines de Saint-Albans au milieu du xive siècle.

18 Il n’a pas été possible d’identifier l’exemplaire des Annales Sex Regum Anglie utilisé par les moines. Pour les années postérieures à 1259, l’abbé Wheathampstead utilise peut-être une chronique du xive siècle, désormais conservée dans le manuscrit London, British Library, Royal 14 C VII, compilée à partir des Annales Sex Regum Anglie de Nicholas Trivet, et d’une chronique désormais perdue attribuée au moine William Rishanger. Sur William Rishanger et ses travaux, on peut se référer à J. P. Carley, « Rishanger, William (b. 12/1250, d. after 1312), Benedictine monk and chronicler », in Oxford Dictionary of National Biography, en ligne [https://www-oxforddnb-com.janus.bis-sorbonne.fr/view/10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-23669], dernière consultation le 30 novembre 2020. Willelmi Rishanger quondam monachi S. Albani et quorundam anonymorum, Chronica et Annales regnantibus Henrico Tertio et Edwardo Primo, éd. H. T. Riley, Londres, 1865. Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie, qui a comitibus andegavensibus originem traxerunt, éd. T. Hog, Londres, 1845.

19 Il est possible que Nicholas Trivet ait obtenu ces informations lors d’un séjour à Paris au cours duquel il aurait collecté le matériel concernant l’Angleterre dans des chroniques françaises et normandes (Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie, op. cit., p. vii), sans doute dans la seconde moitié du xiiie siècle. On peut se référer sur la question à la thèse de R. J. Dean, « The life and works of Nicholas Trivet with special reference to his Anglo-Norman Chronicle », thèse non publiée de l’université d’Oxford, 1938, notamment p. 39.

20 Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie…, op. cit., p. 115. On retrouve d’ailleurs la même allusion à l’absolution de Richard Ier dans le texte de l’Ypodigma Neustriae, compilé au xve siècle sous la direction de Thomas Walsingham (Ypodigma Neustriae, éd. H. T. Riley, Londres, 1876, p. 110).

21 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 28r°-28v° : Priusquam tamen se apud Westmonasterium coronari fecerat peciit ab archiepiscopis Rotomagensi et Treverensi beneficium absolucionis pro crimine quod in patrem proprium commisit, dum contra eum cum rege Francie insurrexit.

22 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 33v° : Quare rex Henricus collecta valida populi multitudine transfretavit in Britanniam petiit que eas sibi restitui terras quas de manu patris sui minus legitime abstulit rex Francorum. Cui cum Francigeni acriora darent responsa non sufficiens esset ipse rex [...] quasi compulsus pacem cum ipsis fecit, per que viginti milibus librarum annui census omnem titulum juris relaxavit de illis dominiis, ulteriusque se ducem Normannie scribere tunc cessavit.

23 La source exacte de John Wheathampstead est inconnue. On peut postuler que l’abbé s’est inspiré des Annales de Nicholas Trivet ou du récit désormais perdu compilé par le moine de Saint-Albans William Rishanger. Sur cette question des sources du traité de 1259, je me permets de renvoyer à une communication présentée avec Amicie Pélissié du Rausas, « Chronicling the peace during the Hundred Years War. Anglo-French peace treaties in the manuscripts from Saint-Albans, 13-15th centuries », journées d’études doctorales « Power and Identity : the Reading of History in High Medieval Europe, 900-1300 », Aberystwyth, juin 2017.

24 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 31-32 ; Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie…, op. cit., p. 189-190.

25 W. E. Lunt, Papal Revenues in the Middle Ages, t. 1, New York, 1934, p. 69-70.

26 Il peut s’agir de la mention d’une épitaphe comme pour Henri II (Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 28r°), d’une référence aux Moires à propos des morts d’Henri III et d’Henri V (Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 34r° et fol. 40v°), ou encore d’une référence à la Consolation de Philosophie de Boèce à propos de la mort de Richard II (Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 39r°).

27 London, British Library, Royal 13 E IX, fol. 169v°-176r°.

28 Sur ce manuscrit, voir J. G. Clark, Monastic Renaissance at St Albans. Thomas Walsingham and his Circle, Oxford, 2004, p. 105-107.

29 Sur les généalogies en rouleau, on peut se référer à O. de Laborderie, Histoire, mémoire et pouvoir : les généalogies en rouleau des rois d’Angleterre, 1250-1422, Paris, 2013. Pour un extrait des Gesta regum Anglie sur l’ascendance des rois, voir par exemple London, British Library, Royal 13 E IX, fol. 175v° : en dehors même du cas du futur Henri III qui fait l’objet d’une notice particulière, les mariages des enfants de Jean et Aliénor de Castille sont précisés – Richard de Cornouaille devenu roi des Germains, Isabelle mariée à l’empereur Frédéric II, Aliénor devenue comtesse (sans référence au fait qu’elle épouse Simon de Montfort), Jeanne devenue reine d’Écosse par son mariage avec le fils du roi William d’Écosse –, tout comme l’absence de descendance d’Isabelle et de Jeanne.

30 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 25r° et 28r°.

31 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 33r° : felonice pro ut imposuit Arthurum ducem Britannie interfecit.

32 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 34v°. Repris à Willelmi Rishanger quondam monachi S. Albani…, op. cit., p. 121.

33 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 38v°.

34 Humphrey Gloucester entre dans la fraternité du monastère en 1423 et à nouveau en 1431, et fait de nombreux séjours au monastère de Saint-Albans à cette période (London, British Library, Cotton Nero D VII, fol. 147r° et 154r° ; Annales Monasterii S. Albani, a Johanne Amundesham, monacho, ut videtur, conscripti (A. D. 1421-1440), 2 vol., éd. H. T. Riley, Londres, 1870-1871, t. 1, p. 4, 8-9, 12, 19 et 26 et t. 2, p. 137). Pour un exemple de visite de John Bedford au monastère, voir Annales Monasterii S. Albani…, ibid., t. 1, p. 10. Peu d’éléments permettent néanmoins de documenter un attachement important entre cet homme et l’abbé. On peut aussi citer parmi la famille royale Henry Beaufort, dont les relations avec le monastère n’ont pas toujours bonnes, notamment lorsqu’il était évêque de Lincoln, mais qui a fait de nombreuses visites au monastère notamment sous l’abbatiat de John Wheathampstead (Gesta Abbatum Monasterii S. Albani, éd. H. T. Riley, t. 3, Londres, 1864, p. 437-440 ; Annales Monasterii S. Albani…, ibid., t. 1, p. 5, 11, 28 et 33).

35 J. P. Carley, R. Sharpe, R. M. Thomson et A. Watson, English Benedictine Libraries. The Shorter Catalogues, Londres, 1996, p. 579 (B89, liste d’ouvrages écrits ou commandés par l’abbé), n° 51 ([...] excerpta plurima de tertia et quarta Granarii ; quem librum qui solempnis fuerat, donavit regis patruo domino Humfrido Duci Glocestrie) et n° 52 ([...] secunda et tertia pars Granarii, quem quia etiam multum solempnis fuerat, donavit illustri principi dom. Ioh. Bedford. duci).

36 London, British Library, Arundel 391, fol. 168r°, cité et commenté par AHiatt, « The Reference Work… », op. cit., p. 19 : Dat regi regimen Dat principibus moderamen Dat que duci speculum.

37 Sur les liens entre écriture de l’histoire et visée morale, la bibliographie est vaste et les exemples nombreux, que l’on songe à des auteurs lus par les moines de Saint-Albans (voir par exemple Guillaume de Malmesbury étudié par S. Olsen Sonnesyn dans William of Malmesbury and the Ethics of History, Boydell, 2012) ou à des auteurs plus proches dans le temps de John Wheathampstead, par exemple Christine de Pizan dans le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V.

38 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 28r°-28v° : peciit ab archiepiscopis Rotomagensi et Treverensi beneficium absolucionis pro crimine quod in patrem proprium commisit, dum contra eum cum rege Francie insurrexit. Nicholas Trivet, Annales sex regum Anglie…, op. cit., p. 115 : quia, post susceptam crucem contra patrem arma moverat, apud Sagium ab archiepiscopis Rothomagensi et Treverensi absolutionis beneficium petiit et recepit.

39 L’anecdote est citée par Matthieu Paris (Chronica majora, éd. H. R. Luard, t. 2, Londres, 1874, p. 344-345).

40 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 36r° : varia commisit anormala vituperio digna. Inter que connumerari solent occisio illustri militis Thomae comitis Lancastrie relegacio uxoris proprie, exheredacio Edwardi filii sui primogeniti, inmeritaque exaltacio Hugonis de Spencere ac revocacio ipsius ad regnum, postquam per maturum dominorum consilium jussus erat de terra recedere et eligere sibi novum inhabitacionis solum. Attamenque rex iste vir benignus in moribus fuerat [...], imo sinistro ductus concilio executus erat. Le duc Thomas de Lancastre participe activement au mouvement des « ordainers », lesquels contraignent Édouard II à accepter des ordonnances de réforme du royaume et font mettre à mort le favori du roi, Gaveston. Capturé lors de la bataille de Boroughbridge en 1322, le duc de Lancastre est exécuté. Les chroniqueurs de Saint-Albans produisent des récits favorables à Thomas de Lancastre. Rien ne permet d’indiquer qu’Édouard II ait répudié sa propre femme ou déshérité son fils, le futur Édouard III : John Wheathampstead exagère peut-être les menaces qu’Édouard II aurait proférées à l’égard de son épouse et de son fils, notamment lorsqu’ils partent en France.

41 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 34r° : Post hec orta dissencione inter ipsum regem et suos proceres super legibus et consuetudinibus, in Parliamento apud Oxoniam renovatis et nimium necgligenter per ipsum regem servatis.

42 Je remercie A. Pélissié du Rausas pour son aide dans l’identification de ce parlement, peu cité dans les travaux sur la révolte, mais identifié par J. R. Maddicott comme un parlement royaliste, tenu à Winchester en septembre 1265 (J. R. Maddicott, The Origins of the English Parliament, 924-1327, Oxford, 2010, p. 262 ; B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy (éd.), Handbook of British Chronology, Londres, 19863, p. 543).

43 D’après John Wheathampstead, Henri II prononce à haute voix ses plaintes contre Thomas Becket, incitant ainsi des membres de son entourage à assassiner l’archevêque : Post quod martirium rex iste qui prius gloria et honore coronatus fuerat [...] In eam posterius lapsus est in felicitatis miseriam quam cogeretur absolute sesummittere regi Francie dummodo pacem cum propris filiis et gratiam in oculis dicti principis invenire posset. In ea quoque miseria obtenta tamen primitus tam a summo pontifice quam a claustrali collegio Cantuarie pro morte sancti Thome beneficio absolucionis (Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 28r°).

44 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 39v° : sibi [Henri IV] Ricardus Eboracensis archiepiscopus per ipsum regem propter suam rebellionem judicialiter sacerdocii postposita reverencia decollatus esset. Ex tunc et eum in facti vindictam cecidit, ut a multis putabatur, in contagiosum lepre morbum quo morbo continue posterius fuerat irremediabiliter fatigatus…

45 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 27v°-28r° : preter regnum Anglie, ducatum Normannie et Pictavie comitatum gauderet etiam ulterius pleno dominio terre Wasconie, Cenomannie et Alvernie ac pacifica possessione fungetur et gauderet hereditario jure.

46 Oxford, Bodleian Library, Bodley 585, fol. 30v°-31r° : direxit aciem contra Francie qui contra fedus alias cum eo initum terras suas in ejus absencia invasit (« il se battit contre les Français qui, allant à l’encontre des traités, avaient envahi ses terres en son absence ») ; fol. 33v° : terras quas de manu patris sui minus legittime abstulit rex Francorum (« les terres que le roi de France [Philippe Auguste] avait retirées peu légitimement des mains de son père [Jean sans Terre] »). L’abbé paraphrase ici Nicholas Trivet (Annales sex regum Anglie…, op. cit., p. 247), repris par William Rishanger (Willelmi Rishanger quondam monachi S. Albani…, op. cit., p. 46).

47 Sur ses relations avec le duc Humphrey de Gloucester, un personnage de premier plan au niveau politique et intellectuel, plusieurs débats existent encore. Sur ce sujet, on peut se référer notamment à A. Petrina, Cultural Politics in Fifteenth-Century England : the Case of Humphrey, Duke of Gloucester, Leyde, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisa Mantienne, « Les Plantagenêts vus par un abbé du xve siècle : l’article « Anglia » du Granarium de John Wheathampstead », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 25.1 | 2021, mis en ligne le 25 juin 2021, consulté le 07 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cem/18140 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.18140

Haut de page

Auteur

Élisa Mantienne

Université de Lorraine - CRULH

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search