Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.1Note de lectureActualité des éditions cistercien...

Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Note de lecture

Actualité des éditions cisterciennes. Réflexions à partir de l’ouvrage de Benoît Chauvin, Recueil des chartes et documents d’Auberive au xiie siècle

Devecey, éd. L’Hermitage, 2020, 2 vol., 613 p.
Coraline Rey
Référence(s) :

Benoît Chauvin, Recueil des chartes et documents d’Auberive au xiie siècle, Devecey, éd. L’Hermitage, 2020, 2 vol., 613 p.)

Texte intégral

1En 2017, B.-M. Tock commençait son article sur le projet Charcis – Chartes cisterciennes du xiie siècle en ces termes :

  • 1 B.-M. Tock, « L’édition et l’étude des chartes cisterciennes : le projet “Charcis” », Revue Mabillo (...)

Quatre siècles, environ, après les premières éditions imprimées de chartes médiévales, le bilan du travail d’édition scientifique des actes médiévaux est plutôt mitigé. Si le texte de nombreux actes a été imprimé, l’ensemble n’est ni assez exhaustif, ni assez systématique, ni assez rigoureux1.

2Cinq années plus tard, le bilan de ce travail d’édition reste mitigé.

3Cependant, les éditions de textes médiévaux, pas seulement cisterciens, ont connu un nouveau développement, notamment grâce aux bases de données et aux éditions informatisées. Cette note de lecture est l’occasion d’évoquer ces travaux, qui se sont multipliés ces vingt dernières années.

4Dans une première partie, nous faisons le point sur les recherches relatives à l’abbaye d’Auberive, institution peu étudiée malgré le nouvel essor des travaux cisterciens de ces dernières années. La deuxième partie est consacrée à l’édition de B. Chauvin, qui s’accompagne d’informations codicologiques, diplomatiques et sigillographiques. Nous achevons cette note de lecture par la mise en perspective de l’ouvrage de B. Chauvin dans le paysage éditorial cistercien.

1. L’abbaye d’Auberive

  • 2 B. Galbrun et V. Gazeau, L’abbaye de Savigny (1112-2012). Un chef d’ordre anglo-normand, Rennes, 20 (...)
  • 3 A. Noblesse-Rocher, « Les recherches actuelles sur le monde cistercien : un état de la question dan (...)
  • 4 B.-M. Tock, « Les Cisterciens et l’écrit au xiie siècle : considérations générales », in A. Baudin (...)

5Les recherches cisterciennes connaissent un nouvel élan ces dernières années, pas seulement en raison des dates anniversaires des fondations de Savigny (1112) et de Clairvaux (1115) qui ont donné lieu à des colloques2. Ces rencontres ont été l’occasion pour A. Noblesse-Rocher d’établir un bilan des recherches actuelles sur le monde cistercien dans les sciences humaines et bibliques3. Quant à B.-M. Tock, il a dressé un état des recherches sur l’écrit en guise d’ouverture au colloque sur les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes4.

6Les publications et travaux en cours montrent bien à quel point les études cisterciennes sont denses et touchent à tous les domaines et aires géographiques : diplomatique, réseaux et filiation, archéologie, spiritualité, liturgie… Le numérique a également permis de valoriser les fonds d’archives et de manuscrits, par le biais de bases de données textuelles ou iconographiques, et au moyen de numérisations5.

  • 6 B. Chauvin, Recueil des chartes et documents de l’abbaye cistercienne d’Auberive au xiie siècle, no(...)

7Qu’en est-il d’Auberive ? Vers 1135, des moines issus de l’abbaye de Clairvaux viennent fonder Auberive sur des terres données par l’évêque de Langres Guilain – Guillenc d’Aigremont, 1125-1136. De cette installation, il nous reste une pancarte, dite pancarte de fondation6. Les xviie et xviiie siècles sont marqués par la reconstruction de bâtiments, qui donnent à l’abbaye son apparence actuelle : reconstruction de l’abbatiale, édification des ailes ouest et nord aux façades monumentales classiques, reconstruction de l’aile est quelques années avant la Révolution française. Le domaine et les bâtiments sont vendus comme Bien national : une filature de coton y est installée, l’abbatiale est démontée. L’abbaye devient, à partir de 1856, une prison pour femmes, puis une colonie industrielle pénitentiaire entre 1885 et 1891, enfin une colonie agricole entre 1894 et 1924. Une communauté religieuse se réinstalle entre 1925 et 1960, mais, en 1960, l’abbaye est vendue à l’entreprise Solvay qui en fait une colonie de vacances pour les enfants de son personnel, jusqu’en 2004. En 2005, les nouveaux propriétaires, la famille Volot, rouvrent le site au public, devenu depuis un centre d’art contemporain.

  • 7 É. Guillou, « Le chevet cistercien ou presbyterium d’Auberive », in Mélanges saint Bernard, 24e Con (...)
  • 8 A. Catherinet, « Le fer. L’exploitation du fer à Auberive aux xiie-xiiie siècles : un exemple de mé (...)
  • 9 P. Benoît, « La maîtrise de l’eau par deux monastères cisterciens de Champagne, Trois-Fontaines (Ma (...)
  • 10 B. Chauvin, « Notes et documents pour servir à l’histoire du sel de Lons-le-Saunier : les archives (...)
  • 11 Comte de Marsy, « La maison d’Auberive à Langres (1227-1765) », Revue de Champagne et de Brie, 5 (1 (...)

8Malgré la volonté affirmée des propriétaires, les études sur Auberive restent peu nombreuses. En nous en tenant aux recherches en médiévistique, citons quelques travaux en archéologie, comme ceux d’E. Guillou portant sur le chevet de l’abbaye7, ceux d’A. Catherinet relatifs à l’exploitation du fer8, ou encore ceux de P. Benoît et C. Bou sur l’hydraulique9. B. Chauvin a quant à lui étudié l’exploitation du sel en Franche-Comté, notamment à partir de l’étude des archives d’Auberive10. La maison de l’abbaye à Langres a fait, elle aussi, l’objet d’une étude11.

  • 12 P. Gautier, « La désolation de l’abbaye d’Auberive à la fin de la guerre de cent ans », Bulletin hi (...)
  • 13 C. Auberive, Auberive et son abbaye, Dijon, 1941 ; É. Guillou, « Auberive - esquisse historique », (...)
  • 14 G. Villain, L’abbaye d’Auberive : Haute-Marne, Langres, 2006.
  • 15 Par exemple É. Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne : dictionnaire géographique, statistiqu (...)
  • 16 Nous pourrions arguer que d’autres monastères cisterciens ont été encore moins étudiés, comme les a (...)

9L’histoire de l’abbaye a également donné matière à quelques travaux : P. Gautier a étudié l’état de l’abbaye à la fin de la guerre de Cent Ans12. C. Auberive, E. Guillou, O. Grandmottet, G. Lauvergeon et M. Calfat ont proposé des points et études d’inégales ampleurs sur l’abbaye et son temporel13. À ces travaux, il faut ajouter un livre récemment publié et richement illustré14, ainsi que quelques notices de dictionnaires15. La bibliographie est peu abondante et parfois datée16.

  • 17 J.-C. Didier, « Une charte d’Auberive inédite du xiie siècle », Les cahiers Haut-Marnais, 124 (1976 (...)
  • 18 « Recueil d’actes isolés concernant l’abbaye d’Auberive (“Cartulaire factice”) (Table onomastique)  (...)

10Quant aux chartes relatives à l’abbaye d’Auberive, seules quelques-unes ont été éditées17. À ces éditions, il faut ajouter les regestes de cartulaires de l’IRHT publiés en ligne dans RegeCart18.

2. L’ouvrage de Benoît Chauvin

  • 19 B. Chauvin, Vauxbons, abbaye cistercienne au diocèse de Langres, Devecey, 2005.
  • 20 B. Chauvin, « L’abbaye du Lieu-Dieu au Moyen Âge (I). Des débuts controversés (vers 1150-vers 1200) (...)
  • 21 B. Chauvin, « Poulangy, abbaye cistercienne ? (...1147-1233…) », Les cahiers Haut-Marnais, 236-237 (...)
  • 22 B. Chauvin, « Orimont, communauté féminine cistercienne éphémère au diocèse de Langres (milieu xiie(...)
  • 23 B. Chauvin et L. Olivier, « Vie et survie d’une abbaye de moniales cisterciennes (milieu du xiiie - (...)
  • 24 B. Chauvin, « La reconstruction du monastère de Cîteaux (vers 1160-vers 1240) », Bulletin monumenta (...)
  • 25 B. Chauvin, « L’abbaye de Corcelles : du milieu à la fin du xiie siècle », Mémoires de la Société d (...)

11Dans ce contexte, B. Chauvin a entrepris l’édition des chartes et documents d’Auberive, de 1125 à 1200 inclus. L’auteur s’est fait spécialiste de l’édition de chartes cisterciennes, accompagnée d’études historiques. Grâce à ses travaux, de nombreuses abbayes d’hommes et de femmes, situées en Bourgogne, en Franche-Comté et en Champagne, ses régions de prédilection, sont désormais mieux connues : Vauxbons19, Lieu-Dieu20, Poulangy21, Orimont22, Ounans23, Cîteaux24 et Corcelles25.

12Le recueil de B. Chauvin ne comprend pas la partie historique, annoncée comme à paraître dans les Cahiers Haut-Marnais. L’ampleur du travail d’édition scientifique poussée nécessite, en effet, à elle seule une publication séparée.

13L’ouvrage est divisé en deux tomes d’un peu plus de 300 pages chacun, avec une pagination unique couvrant les deux volumes, de 1 à 613. L’auteur explique son choix de scinder en deux tomes d’égale ampleur son travail par la volonté d’avoir en mains deux volumes aisément manipulables, sans préjudice pour la reliure. À ce choix, nous soumettons une autre possibilité : la scission de ce travail en deux tomes, l’un comprenant la présentation des sources, les études diplomatiques, codicologiques, la bibliographie et les index ; l’autre comprenant l’édition seule.

14En guise d’ouverture, le premier volume comprend une préface d’H. Flammarion (p. 5-7), ainsi qu’un encart de remerciements (p. 8) ; suit un avant-propos de B. Chauvin (p. 9-11), dans lequel il explique le choix d’Auberive pour cette présente édition.

15Le reste du volume est divisé en cinq parties principales : la première permet de présenter le chartrier d’Auberive (p. 13-98), la deuxième est consacrée aux sources écrites du xiie siècle (p. 99-104), la troisième contient une étude diplomatique (p. 141-198), la quatrième liste les références bibliographiques (p. 199-210), et la cinquième contient l’édition des chartes et documents numérotés de 1 à 83.

2.1. Le chartrier d’Auberive

16La première partie s’intitule « Le chartrier d’Auberive (xiie-xviiie siècle) ». B. Chauvin liste et présente les originaux conservés et perdus (p. 15-28), les deux cartulaires médiévaux et le cartulaire du xviiie siècle (p. 29-59), les trois inventaires de chartes établis par les moines ou qu’ils ont fait établir à l’époque moderne (p. 60-91).

  • 26 S. Lamassé et B. Rouzeau, « Le manuscrit n° 1 de Bourbonne-les-Bains entre cotations, archives et m (...)

17L’auteur donne des descriptions codicologiques des cartulaires et des inventaires, et indique de quelle manière les actes y ont été transcrits ou notifiés : textes parfois transcrits intégralement dans les inventaires, omission des adresses ou des devises chirographaires, abréviation des listes de témoins. Ces notices révèlent parfois une imprécision dans l’utilisation du vocabulaire codicologique et des lacunes relatives à l’archivistique cistercienne. Par exemple, pour B. Chauvin, la présence, dans le premier inventaire, d’environ 1 250 cotes et les nombreuses mentions marginales rendent « presque impossible de dresser une statistique sérieusement fondée sur la nature de chaque cote, tant mentions simples, analyses en quelques lignes, extraits plus ou moins longs, copies complètes ou presque se chevauchent inextricablement ». Pourtant, c’est bien ce type d’étude que S. Lamassé et B. Rouzeau ont mené sur le pseudo-cartulaire de Morimond, un inventaire dressé entre 1476 et 1486 : étude des classements et reclassements, exploration du système d’indexation sur un temps long (xiiie-xviie siècle) et analyse sociale des actes26. Il s’agit certes d’une étude en soi, qui sort du cadre de l’édition scientifique à proprement parler, et qui demande la maîtrise d’autres outils et techniques – bases de données, statistiques et analyses de réseau.

  • 27 C. Rey, « Un classement archivistique au xviiie siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptist (...)
  • 28 À propos du classement des archives de la commune de Dijon, se reporter à J. Lauvernier, Classer et (...)

18Autre exemple : toujours selon B. Chauvin, le troisième inventaire, daté de 1781, contient des analyses qui sont « d’une longueur, d’une précision et d’une exactitude inhabituelles pour ce type de manuscrit ». Cette assertion est surprenante, d’autant plus que, p. 97, à propos des classements des archives effectués au xviiie siècle, il évoque bien les prémices de l’archivistique moderne. Dans le courant du xviiie siècle, en effet, plusieurs institutions ecclésiastiques, laïques ou personnes privées font classer leurs archives par des archivistes professionnels, qui établissent des inventaires précis et cotent les pièces, avec des systèmes parfois complexes : à Cîteaux, les documents ont été mis en liasses par Jean-Baptiste Lemort vers 1740. Ces liasses étaient elles-mêmes placées dans des cartables, qui formaient ensuite des layettes27. Cet archiviste a fait réaliser toute une série d’inventaires dans lesquels les actes étaient longuement analysés et cotés. Il a également classé les archives de l’abbaye cistercienne du Miroir, celles de la commune de Chalon-sur-Saône, celles de la famille de Montessus, et a débuté le classement des archives de la commune de Dijon28.

19B. Chauvin achève cette partie en faisant un bref point sur les classements du chartrier (p. 92-98). Il indique :

Les classements successifs du chartrier d’Auberive sont révélés par les trois types de sources précédemment analysés : originaux à travers leurs mentions dorsales, cartulaires et inventaires à travers leurs structures respectives.

  • 29 E. Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », Scriptorium, 50/2 (1996), p. 345 (...)

20En réalité, hormis ce que nous savons de la structure des cartulaires médiévaux, divisés en chapitres topographiques et thématiques, aucun des numéros d’ordre donnés aux transcriptions des actes n’a été reporté au dos des originaux. Contrairement à B. Chauvin, nous n’employons pas le terme « cote » pour désigner les numéros d’ordre donnés aux chartes dans les cartulaires et inventaires médiévaux et modernes, la cote étant une suite numérique ou alphabétique servant à identifier le document dans le cadre d’un classement, pour reprendre les mots d’E. Poulle29.

  • 30 C. Rey, Archives et bibliothèque à Cîteaux : entreprises d’écritures au Moyen Âge (xiie siècle-débu (...)
  • 31 G. Declercq, « Le classement des chartriers ecclésiastiques en Flandre au Moyen Âge », Scriptorium, (...)
  • 32 M. Geley, « Conservation et traitement des actes à l’abbaye des Vaux-de-Cernay (xiie-xive siècle) » (...)

21À Auberive, les versos des chartes comportent seulement des mentions et analyses, apposés à partir de la seconde moitié du xiiie siècle, et qui ne répondent pas à des critères ou schémas précis, comme nous pouvons en trouver à Cîteaux dès la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle30. Mais Cîteaux fait finalement office d’exception dans le panorama des pratiques archivistiques cisterciennes. Dès le tournant du xiiie siècle, en effet, les moines ont apposé au dos des chartes des analyses complexes – mentionnant auteur, nature de la transaction et lieu de la transaction – ainsi qu’une cote composée de deux chiffres romains : l’un pour indiquer dans quelle partie ou division topographique l’acte était rangé, l’autre correspondant à un numéro d’ordre. Ce système complexe fut le même utilisé dans les cartulaires, et ce jusqu’à la fin du xve siècle, faisant de cette cote une cote intellectuelle mais également topographique. Aux Vaux-de-Cernay ou à Ravensberg31, seul un numéro en chiffres romains accompagne les analyses dorsales, et ce dès le xiiie siècle. Pour les Vaux-de-Cernay, M. Geley préfère alors employer le terme de « proto-cotation » plutôt que de cotation32.

  • 33 T. Roche, « L’écrit cistercien en Normandie au xiie siècle : autour du cas de l’abbaye de Mortemer  (...)
  • 34 P. Pietresson de Saint-Aubin, « Notes sur les archives de l’abbaye de Clairvaux », in Saint Bernard (...)

22Aucun autre système de ce type n’a été trouvé dans les autres abbayes cisterciennes avant le xve siècle. À Mortemer, si des annotations et analyses ont bien été placées au dos des actes dès le xiie siècle, ce n’est qu’au xve siècle, au moment de la réalisation du cartulaire, qu’apparaît un système de cotation en chiffres romains33. À Clairvaux, un système de cotation fait de noms de lieu et de chiffres romains apparaît au xve siècle, puis un système de lettres de l’alphabet accompagnées de noms de lieux au tournant du xvie siècle34.

  • 35 C’est le cas à Clairvaux et Mortemer précédemment cités, mais également à Morimond et Bonnefont : M (...)
  • 36 T. Roche, « L’écrit cistercien en Normandie… », op. cit., p. 73.
  • 37 A. Baudin, « Conserver la mémoire dans la filiation de Clairvaux : usages et pratiques archivistiqu (...)
  • 38 M. Geley, « Conservation et traitement des actes… », op. cit., p. 252-254.
  • 39 J.-B. Renault, « La mémoire des “filles adoptives”. Le traitement des archives des abbayes rattaché (...)
  • 40 G. Simard, L’écrit comme production sociale. Étude des méthodes de production et de conservation de (...)

23Dans la majorité des abbayes, du xiie au xive siècle, les traces de pratiques archivistiques se résument en strates d’annotations dorsales, mêlant simples mentions de noms de personnes ou de noms de lieux et analyses complexes35. Si le système de cotation semble finalement peu utilisé, les cisterciens confectionnent régulièrement des inventaires d’archives, notamment sur rouleau : à Mortemer au xive siècle36, à Larrivour vers 1240-125037, aux Vaux-de-Cernay au milieu du xiiie siècle puis au début du xive siècle38, à Cheminon vers 1244-124539, ou encore à La Ferté au début du xive siècle40.

24S’il n’existe pas de traces d’une entreprise systématique et exhaustive d’analyses et de cotation à Auberive ni de la réalisation d’inventaires médiévaux, nous ne pensons pas, comme le suggère B. Chauvin, que l’inventaire daté de 1528-1529 soit le « fruit d’une reprise en mains des archives » (p. 97), expression trop décisive, puisque les cartulaires du xiiie siècle prouvent bien l’existence d’un classement topographique.

2.2. Les sources écrites

25La deuxième partie de l’ouvrage est intitulée « Les sources écrites (xiie siècle) » (p. 99-139). L’auteur reprend la même division que dans la précédente : les originaux (p. 101-107), les cartulaires (p. 108-126), les inventaires (p. 127-137), et ajoute une partie de « bilans » (p. 138-139). Ces titres peu explicites ne permettent pas au lecteur de savoir ce qu’il va trouver dans ces sous-parties. Il s’agit en fait de listes – B. Chauvin parle de « tableaux » mais ceux-ci n’ont pas de délimitation ni intitulés de colonnes – donnant la référence aux actes du xiie siècle, à leur transcription ou mention dans les cartulaires et inventaires, leur datation, leur numéro dans la présente édition. Selon nous, ces listes auraient mérité d’être intégrées dans la première partie du livre, ce qui aurait permis au plan de l’ouvrage à gagner en clarté et en compréhension.

26Dans la sous-partie « les bilans », B. Chauvin donne le dénombrement des actes de son édition ainsi que le nombre des chartes du xiie siècle : 222. Ces chiffres auraient très bien pu être inclus en introduction à la troisième partie de l’ouvrage présentant une étude diplomatique des actes.

2.3. Les informations diplomatiques

  • 41 G. Simard, L’écrit comme production sociale…, ibid.

27La troisième partie s’intitule « Les informations diplomatiques (xiie siècle) » (p. 141-198). Il s’agit, en effet, de premières informations plutôt que d’une étude poussée. Comme la première partie, ce chapitre pèche par le manque de références et de comparaisons à d’autres travaux achevés ou en cours, autres que ceux relatifs à Clairvaux, Morimond et La Ferté, dont le travail établi par G. Duby, daté, a depuis été revu et augmenté par G. Simard41.

  • 42 Nous pensons par exemple à la base Sigilla, produite par un consortium réunissant le Service Interm (...)

28B. Chauvin donne des informations relatives aux notificateurs (p. 143-146) et à la typologie des actes – actes pontificaux, pancartes, chirographes, p. 147-172 –, aux types d’écritures (p. 173-178), ainsi qu’aux sceaux encore présents et disparus (p. 179-198). De nombreux clichés agrémentent agréablement cette partie, même si des renvois aux bases de données sigillographiques, qui permettent de visualiser les sceaux et leurs empreintes en couleurs42, auraient été précieux.

2.4. L’édition critique des documents

29La quatrième partie contient les références bibliographiques utilisées et citées par B. Chauvin (p. 199-210).

30L’édition des chartes et documents à proprement parler occupe les parties V et VI : p. 211-307 dans le premier volume (n° 1 à 83) et p. 319-462 dans le second. Il s’agit d’une édition érudite et minutieuse.

31Les normes d’édition suivies sont rappelées page 212. B. Chauvin a choisi de développer particulièrement les analyses des actes afin que les textes soient accessibles aux non-latinistes. Il a accompagné les transcriptions d’une longue tradition comprenant les transcriptions dans les cartulaires, les mentions dans les inventaires, les copies médiévales et les éditions, mais non les copies modernes. De nombreuses notes – numérotation en chiffres arabes – placées sous la tradition apportent des informations complémentaires ou des justifications, par exemple sur le choix des dates pour les actes non datés.

32Cependant, cette édition peut paraître difficile à appréhender en raison de la mise en page chargée, que B. Chauvin reconnaît lui-même comme « malcommode en l’espèce »  (p. 8) : utilisation des caractères romains ; italiques pour les analyses, les lettres dans la tradition, et les noms en vernaculaires dans la tradition et les transcriptions ; gras pour la numérotation des actes ; notes en chiffres arabes pour les commentaires ; notes en lettres de l’alphabet, sous le texte, pour des annotations portant sur la transcription ; lignes marquées par un slash et un numéro en exposant ; nombreux points de suspensions utilisés pour abréger les références bibliographiques ; manque de sauts de lignes.

3. Les éditions de chartes cisterciennes, 2000-2021

3.1. Les éditions « classiques »

  • 43 Voir n. 1.

33Si l’édition de B. Chauvin est « rigoureuse », pour reprendre un terme utilisé par B.-M. Tock43, nous ne nous pouvons pas affirmer, comme B. Chauvin, qu’une « toute petite minorité privilégiée des sites français […] » sont « dotés d’un instrument de travail [c’est-à-dire une édition de chartes] » (p. 10). Mais B. Chauvin prend, peut-être, seulement en considération les éditions « classiques », sur papier. Or, les éditions de textes médiévaux, pas seulement cisterciens, ont connu un nouvel essor, notamment grâce aux bases de données et à l’édition informatisées.

  • 44 B.-M. Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), Paris, 1991.

34Les éditions classiques demeurent difficiles à comptabiliser : certains fonds d’archives ont été intégralement édités, d’autres de manière partielle. Les éditions ont fait l’objet de publications dans des volumes spécifiques ou au sein d’articles, d’autres encore sont intégrées dans des travaux universitaires, parfois difficiles d’accès, car pas toujours (bien) recensés. Enfin, certains actes intéressants les cisterciens ont parfois été transcrits au sein d’éditions de fonds non cisterciens, par exemple les six actes relatifs à La Brayelle d’Annai, publiés dans le recueil des chartes des évêques d’Arras44.

  • 45 J. Waquet, J.-M. Roger et L. Veyssière, Recueil des chartes de l’abbaye de Clairvaux…, op. cit.
  • 46 H. Flammarion, Recueil des chartes de l’abbaye de Morimond…, op. cit.
  • 47 B.-M. Tock, Les chartes de l’abbaye cistercienne de Vaucelles au xiie siècle, Turnhout, 2010.
  • 48 V. de Becdelièvre, Le chartrier de l’abbaye cistercienne de Fontfroide : 894-1260, Paris, 2009.
  • 49 C. Evans, L’abbaye cistercienne de Bégard des origines à 1476 : histoire et chartes, Turnhout, 2012
  • 50 J.-P. Evrard, L’abbaye de Lisle-en-Barrois. Origines, histoire et chartes (1134-1226), Turnhout, 20 (...)
  • 51 G. Duby, Recueil des pancartes de l’abbaye de la Ferté-sur-Grosne, 1113-1178, Bruxelles, 2000.
  • 52 L. Viaut, Le cartulaire de l’abbaye du Palais Notre-Dame (xii e et xiiie siècles). Édition critique(...)

35Ces vingt dernières années, parmi les éditions intégrales ou portant sur un nombre important de documents et ayant fait l’objet d’une publication papier, citons celles relatives aux chartes du xiie siècle des abbayes de Clairvaux45, Morimond46, ou Vaucelles47. L’ouvrage que B. Chauvin a consacré à Vauxbons donne la transcription de chartes et documents datés de 1175 à 1394. V. de Becdelièvre a édité les chartes de Fontfroide de 894 à 126048, C. Evans celles relatives à l’abbaye de Bégard jusqu’en 147649, et J.-P. Evrard celles concernant l’abbaye de Lisle-en-Barrois de 1143 à 122650. À cette liste, ajoutons la réédition des pancartes de La Ferté-sur-Grosne51, et l’édition du cartulaire du Palais Notre-Dame par L. Viaut52.

36D’autres travaux sont en cours, comme pour La Bussière (N. Perreaux), Fontenay (D. Stutzmann), Savigny (R. Allen) ou Valmagne (894 actes antérieurs à 1212, édition à paraître au CTHS). Nous ne savons pas si ces éditions donneront lieu à une publication papier, et/ou seront intégrées à des bases de données.

  • 53 Voir n. 19-25. B. Chauvin mêle régulièrement transcriptions intégrales et regestes dans ces travaux
  • 54 L. Morelle et C. Senséby, Une mémoire partagée. Recherches sur les chirographes en milieu ecclésias (...)

37Les éditions d’actes diplomatiques parues dans des articles ou chapitres d’ouvrages sont un peu plus nombreuses, et plusieurs d’entre elles sont l’œuvre de B. Chauvin53. De parution récente, l’ouvrage relatif aux chirographes dirigé par C. Senséby et L. Morelle fait la part belle aux chirographes cisterciens avec trois chapitres qui leur sont consacrés : « Les chirographes dans les fonds des abbayes cisterciennes de La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond » par M. Helias-Baron ; « L’acte et son double : genèse des chirographes, originaux multiples et actes de même dispositif à l’abbaye cistercienne de Fontenay (v. 1150-1213) » par D. Stutzmann ; et « Un chirographe de l’abbaye cistercienne de Morimond (1168) » par M. Helias-Baron54.

  • 55 P. S. Skinner, The cartulary of Clairmarais, a monastery of Cistercian nuns at Reims, France c. 122 (...)
  • 56 D. Rouet, Entre gestion et historiographie : les cartulaires monastiques de la Normandie moyenne (x (...)
  • 57 G. Simard, L’écrit comme production sociale…, op. cit.
  • 58 C. Rey, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier docume (...)

38À ces publications viennent s’ajouter les travaux universitaires. Le cartulaire de Clairmarais a été l’objet d’une étude de P. S. Skinner55, et D. Rouet a transcrit certaines notices du cartulaire de Mortemer dans son mémoire portant sur les cartulaires monastiques de Normandie moyenne56. Quant à G. Simard, il a édité les chartes de La Ferté-sur-Grosne de 1112 à 119957. Enfin, une soixantaine de chartes ont été transcrites par C. Rey dans son mémoire consacré à la seigneurie de Villars, dépendance de l’abbaye de Cîteaux58.

39Ces deux dernières décennies, ce sont donc plus d’une vingtaine de publications papier qui ont vu le jour.

3.2. Les éditions numériques

40Aujourd’hui, les éditions disponibles sur Internet, du simple format texte – .txt et .doc notamment – à la base de données, en passant par les pdf, sont les plus nombreuses, et de loin. Ces éditions peuvent mettre à disposition des lecteurs des textes bruts, mais peuvent aussi répondre à des critères plus exigeants de critique scientifique. Par exemple la base Scripta propose une typologie des actes diplomatiques, indique si l’acte est authentique ou suspect, sa datation, le lieu de rédaction, et extrait le nom de l’auteur (disposant) ainsi que celui du bénéficiaire.

  • 59 R. de Pillot de Coligny, Chartes du Miroir, 1131-1300, Mâcon, 1997-1998.
  • 60 W. O. Duba, The cartulary of Vauluisant : a critical edition, 1994.

41Les bases de données comprennent soit des éditions anciennes, informatiquement saisies et renseignées pour l’occasion, soit des transcriptions inédites. Par exemple, le projet CBMA – Corpus de la Bourgogne du Moyen Âge, était à l’origine formé d’éditions anciennes, comme l’édition des chartes et documents de Cîteaux, des origines à 1182, par J. Marilier. L’équipe a complété cette publication par la transcription de chartes datées de 1182 à 1201, couvrant ainsi l’intégralité du xiie siècle. De nombreuses chartes cisterciennes d’abbayes bourguignonnes ou franc-comtoises ont pu être ajoutées à la base CBMA dans le cadre d’un travail commun au sein du projet Charcis, mis en route au début des années 2010 par B.-M. Tock. Ce projet, spécifiquement dédié à l’édition d’actes cisterciens du xiie siècle, a permis d’enrichir les bases CBMA, Scripta et Chartae Galliae de plusieurs milliers d’actes déjà édités et de plus de 2 000 inédits. À l’heure où nous rédigeons ces lignes, ce sont plus de 11 100 actes cisterciens qui sont consultables dans Chartae Galliae. Pour certaines abbayes, le xiie siècle a été intégralement couvert : Cîteaux, Le Miroir – reprise de l’édition de R. de Pillot de Coligny59 – et Vauluisant – reprise de l’édition de W. O. Duba60. Quelques publications ont été entièrement intégrées, comme celle des Vaux-de-Cernay avec ses 507 chartes du xiie au xvie siècle. Depuis la fin du programme Charcis, les projets Scripta et CBMA ont poursuivi l’enrichissement de leurs bases de données respectives.

42Cependant, et malgré les ajouts de ces milliers de chartes, certaines abbayes n’ont pas encore fait l’objet d’édition. Il est également vrai que le xiie siècle demeure privilégié, notamment parce que le xiiie siècle est synonyme d’inflation documentaire : pour Auberive, B. Chauvin a comptabilisé 222 textes pour le xiie siècle, contre environ 400 pour le premier tiers du xiiie siècle. Pour Cîteaux, il est possible de dénombrer environ 300 chartes pour le xiie siècle, contre près de 1 800 pour le xiiie siècle.

4. Conclusion

43Nous sommes conscients que B. Chauvin s’est en priorité focalisé sur l’édition des chartes et documents d’Auberive, une édition critique poussée et méticuleuse. Cependant, les informations codicologiques, diplomatiques et archivistiques qu’il donne mériteraient d’être mises en relation et comparées à d’autres travaux, outre ceux de Clairvaux et de Morimond. Son ouvrage comprend peu de références bibliographiques en notes, et il faut parfois aller les chercher dans le corps du texte, comme dans le cas des identifications de filigranes renvoyant au catalogue de C. Briquet (p. 62).

44L’ouvrage de B. Chauvin apporte une précieuse pierre à l’édifice des éditions de textes, en particuliers cisterciens, même si son format papier ne permet pas une exploitation via les nouveaux outils de recherche – statistiques, analyses de réseaux, fouilles de texte, data mining. En outre, la publication de plus de 200 chartes et documents, agrémentée d’index conséquents de lieux, personnes et mots matières – septième et huitième parties, p. 463-608 – permettra de mieux connaître l’histoire de l’abbaye d’Auberive.

Reçu : 30 janvier 2022 – Accepté : 17 mars 2022

Haut de page

Notes

1 B.-M. Tock, « L’édition et l’étude des chartes cisterciennes : le projet “Charcis” », Revue Mabillon, 28 (2017), p. 262-268. Voir également la description du projet sur les sites de l’Agence nationale de la recherche [https://anr.fr/Project-ANR-12-CORP-0007] et des universités de Lorraine [http://crulh.univ-lorraine.fr/recherche/projets-anr-termines/anr-charcis] et de Strasbourg [https://arche.unistra.fr/axes-projets/projets/anciens-projets/charcis], consultés le 12 août 2021.

2 B. Galbrun et V. Gazeau, L’abbaye de Savigny (1112-2012). Un chef d’ordre anglo-normand, Rennes, 2019 ; A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (xiie-milieu du xvie siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver, Paris, 2016 ; A. Baudin et A. Grélois (dir.), Le temps long de Clairvaux. Nouvelles recherches, nouvelles perspectives (xiie-xxie siècle), Paris, 2017 ; P. Benoît, A. Baudin et J. Rouillard (dir.), L’industrie cistercienne (xiie-xxie siècle), Paris, 2019 ; A.-M. Turcan-Verkerk, D. Stutzmann, T. Falmagne et P. Gandil, Les Cisterciens et la transmission des textes (xiie-xviiie siècles), Turnhout, 2018. L’anniversaire de la fondation de Clairvaux a aussi donné lieu au montage d’une exposition : A. Baudin et L. Veyssière, Clairvaux. L’aventure cistercienne, Paris, 2015.

3 A. Noblesse-Rocher, « Les recherches actuelles sur le monde cistercien : un état de la question dans les sciences humaines et bibliques », in A. Baudin et A. Grélois (dir.), Le temps long de Clairvaux…, ibid., p. 31-36.

4 B.-M. Tock, « Les Cisterciens et l’écrit au xiie siècle : considérations générales », in A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit…, op. cit., p. 15-29. Même si l’écrit ou, plutôt, les écrits et pratiques de l’écrit devraient être étudiés comme un tout, nous avons choisi ici de laisser de côté les études portant sur les manuscrits, les bibliothèques, les pratiques liturgiques et la transmission des textes, pour nous consacrer à la diplomatique et à l’archivistique cisterciennes.

5 Par exemple, la Bibliothèque virtuelle de Clairvaux [https://www.bibliotheque-virtuelle-clairvaux.com/] propose des numérisations de manuscrits, des vidéos sur l’histoire de la bibliothèque de l’abbaye, des dossiers pédagogiques et des expositions virtuelles. Les services d’archives mettent également à disposition des chartes et des cartulaires numérisés, comme les Archives départementales de la Côte-d’Or [https://archives.cotedor.fr/ et http://www.cbma-project.eu] ou les Archives départementales de l’Aube [http://www.archives-aube.fr/r/153/clairvaux/], consultés le 26 août 2021.

6 B. Chauvin, Recueil des chartes et documents de l’abbaye cistercienne d’Auberive au xiie siècle, no 3. Cette pancarte a peut-être été réécrite a posteriori.

7 É. Guillou, « Le chevet cistercien ou presbyterium d’Auberive », in Mélanges saint Bernard, 24e Congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes, Dijon, 1954, p. 364-368.

8 A. Catherinet, « Le fer. L’exploitation du fer à Auberive aux xiie-xiiie siècles : un exemple de métallurgie monastique et de modèle cistercien local », Les cahiers Haut-Marnais, 246-247 (2006), p. 113-118.

9 P. Benoît, « La maîtrise de l’eau par deux monastères cisterciens de Champagne, Trois-Fontaines (Marne) et Auberive (Haute-Marne) », Les cahiers Haut-Marnais, 218-219 (1999), p. 14-26 ; C. Bou, « Aux sources de l’Aube : patrimoine et maîtrise hydraulique de l’abbaye cistercienne d’Auberive au Moyen Âge », Les cahiers Haut-Marnais, 214-215 (1997), p. 29-49 ; Id., Aux sources de l’Aube. Patrimoine hydraulique, maîtrise d’un territoire, l’abbaye cistercienne d’Auberive au Moyen Âge, mémoire de maîtrise, université de Paris, 1997.

10 B. Chauvin, « Notes et documents pour servir à l’histoire du sel de Lons-le-Saunier : les archives de l’abbaye d’Auberive », Les cahiers Haut-Marnais, 182 (1990), p. 1-27 ; Id., « Vente d’une chaudière à sel à l’abbaye d’Auberive, 1239, avril », Les cahiers Haut-Marnais, 10 (1947), p. 397.

11 Comte de Marsy, « La maison d’Auberive à Langres (1227-1765) », Revue de Champagne et de Brie, 5 (1878), p. 262-264.

12 P. Gautier, « La désolation de l’abbaye d’Auberive à la fin de la guerre de cent ans », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 30 (1912), p. 50-63.

13 C. Auberive, Auberive et son abbaye, Dijon, 1941 ; É. Guillou, « Auberive - esquisse historique », Les cahiers Haut-Marnais, 23 (1950), p. 111-120 ; O. Grandmottet, « Aspects du temporel de l’abbaye d’Auberive des origines à la fin du xiiie siècle », Les cahiers Haut-Marnais, 52 (1958), p. 1-13 ; G. Lauvergeon, Le temporel de l’abbaye d’Auberive aux xiie et xiiie siècles, université de Dijon, 1959 ; M. Calfat, L’abbaye d’Auberive et la vallée de l’Aujon aux xiie-xiiie siècles : réussite d’une entreprise cistercienne, université de Laval (Québec, Canada), 1980.

14 G. Villain, L’abbaye d’Auberive : Haute-Marne, Langres, 2006.

15 Par exemple É. Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne : dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique de ce département, Chaumont, 1858.

16 Nous pourrions arguer que d’autres monastères cisterciens ont été encore moins étudiés, comme les abbayes de l’actuel département de la Nièvre : Bouras, les Roches et le monastère de cisterciennes de Saizy (Le Réconfort).

17 J.-C. Didier, « Une charte d’Auberive inédite du xiie siècle », Les cahiers Haut-Marnais, 124 (1976), p. 1-5 ; Id., « Une charte d’Auberive », Bulletin de la Société historique et archéologique de Langres, 13 (1962), p. 344-345 ; C. Royer, « Chartes concernant l’abbaye d’Auberive », Bulletin de la Société historique et archéologique de Langres, 34 (1886), p. 124-136. B. Chauvin indique que seulement douze chartes du xiie siècle ont été intégralement éditées, et trente-quatre de manière partielle.

18 « Recueil d’actes isolés concernant l’abbaye d’Auberive (“Cartulaire factice”) (Table onomastique) », in IRHT-Section de diplomatique (éd.), RegeCart, regestes de cartulaires, Paris, 2015, en ligne [http://regecart.irht.cnrs.fr/dossier-48-TO1/ms-0030], consulté le 30 janvier 2022.

19 B. Chauvin, Vauxbons, abbaye cistercienne au diocèse de Langres, Devecey, 2005.

20 B. Chauvin, « L’abbaye du Lieu-Dieu au Moyen Âge (I). Des débuts controversés (vers 1150-vers 1200). Bilan critique et données nouvelles », Recueil des travaux. Centre Beaunois d’études historiques, 27 (2009), p. 5-35 ; Id., « L’abbaye du Lieu-Dieu au Moyen Âge (II). Une maison florissante (vers 1200-vers 1280). Le soutien de la duchesse Alix de Vergy », Recueil des travaux. Centre Beaunois d’études historiques, 28 (2010), p. 13-61 ; Id., « L’abbaye du Lieu-Dieu au Moyen Âge (III). Une maison rentière (vers 1280-vers 1350), le temps de la maturité », Recueil des travaux. Centre Beaunois d’études historiques, 31 (2013), p. 1-42.

21 B. Chauvin, « Poulangy, abbaye cistercienne ? (...1147-1233…) », Les cahiers Haut-Marnais, 236-237 (2004), p. 3-29 ; Id., « Actes [de l’abbaye de Poulangy] », Les cahiers Haut-Marnais, 236-237 (2004), p. 30-53.

22 B. Chauvin, « Orimont, communauté féminine cistercienne éphémère au diocèse de Langres (milieu xiie-milieu xiiie siècle) », Bulletin de la Société historique et archéologique de Langres, 27 (2011), p. 21-43.

23 B. Chauvin et L. Olivier, « Vie et survie d’une abbaye de moniales cisterciennes (milieu du xiiie - milieu du xve siècles). Le cas d’Ounans », Travaux de la Société d’Émulation du Jura, 2004, p. 33-66.

24 B. Chauvin, « La reconstruction du monastère de Cîteaux (vers 1160-vers 1240) », Bulletin monumental, 165 (2007), p. 143-174.

25 B. Chauvin, « L’abbaye de Corcelles : du milieu à la fin du xiie siècle », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 47 (2005), sans pagination. Les éditions de B. Chauvin ont par ailleurs été intégrées à la base CBMA [www.cbma-project.eu/], consultée le 30 janvier 2022.

26 S. Lamassé et B. Rouzeau, « Le manuscrit n° 1 de Bourbonne-les-Bains entre cotations, archives et mémoires : premiers résultats d’une enquête », in A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit…, op. cit., p. 271-292.

27 C. Rey, « Un classement archivistique au xviiie siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, 18/2 (2014), en ligne [https://journals.openedition.org/cem/13491].

28 À propos du classement des archives de la commune de Dijon, se reporter à J. Lauvernier, Classer et inventorier au xixe siècle : administration des fonds et écriture de l’histoire locale dijonnaise par l’archiviste Joseph-François Garnier, 1815-1903, thèse de doctorat, sous la dir. de P. Poirrier, Dijon, université de Bourgogne, 2012.

29 E. Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », Scriptorium, 50/2 (1996), p. 345-355, ici p. 348.

30 C. Rey, Archives et bibliothèque à Cîteaux : entreprises d’écritures au Moyen Âge (xiie siècle-début du xvisiècle), thèse de doctorat, sous la dir. de D. Russo et E. Magnani, Dijon, université de Bourgogne-Franche-Comté, 2019, en ligne [https://www.theses.fr/2019UBFCH023].

31 G. Declercq, « Le classement des chartriers ecclésiastiques en Flandre au Moyen Âge », Scriptorium, 50/2 (1996), p. 331-344, ici p. 335.

32 M. Geley, « Conservation et traitement des actes à l’abbaye des Vaux-de-Cernay (xiie-xive siècle) », in A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit…, op. cit., p. 241-256, particulièrement p. 247-251.

33 T. Roche, « L’écrit cistercien en Normandie au xiie siècle : autour du cas de l’abbaye de Mortemer », in A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit…, ibid., p. 55-74, ici p. 58.

34 P. Pietresson de Saint-Aubin, « Notes sur les archives de l’abbaye de Clairvaux », in Saint Bernard et son temps, Dijon, 1929, ici p. 265 ; J. Waquet, J.-M. Roger et L. Veyssière, Recueil des chartes de l’abbaye de Clairvaux au xiie siècle, Paris, 2004 ; M. Helias-Baron, Recherches sur la diplomatique cistercienne au xiie siècle : La Ferté, Pontigny, Clairvaux, Morimond, thèse de doctorat, sous la dir. de M. Parisse, université Paris 1, 2005, ici p. 447-450.

35 C’est le cas à Clairvaux et Mortemer précédemment cités, mais également à Morimond et Bonnefont : M. Helias-Baron, Recherches sur la diplomatique…, ibid., p. 457-459. C. Samaran et C. Higounet, Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont en Comminges, Paris, 1970.

36 T. Roche, « L’écrit cistercien en Normandie… », op. cit., p. 73.

37 A. Baudin, « Conserver la mémoire dans la filiation de Clairvaux : usages et pratiques archivistiques dans cinq abbayes de Champagne (xiie-xvie siècle) », in A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit…, op. cit., p. 185-210, ici p. 194-195.

38 M. Geley, « Conservation et traitement des actes… », op. cit., p. 252-254.

39 J.-B. Renault, « La mémoire des “filles adoptives”. Le traitement des archives des abbayes rattachées à l’ordre de Cîteaux en Champagne (xiie-début xive siècle) », in A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit…, ibid., p. 213-240, ici p. 223-226.

40 G. Simard, L’écrit comme production sociale. Étude des méthodes de production et de conservation des documents rédigés à l’abbaye de La Ferté-sur-Grosne entre 1112-1199 (et au-delà), mémoire de maîtrise, université Laval (Québec, Canada), 2014, en ligne [https://docplayer.fr/77154977-Memoire-guillaume-simard-maitrise-en-histoire-maitre-es-arts-m-a-quebec-canada.html], consulté le 30 janvier 2022.

41 G. Simard, L’écrit comme production sociale…, ibid.

42 Nous pensons par exemple à la base Sigilla, produite par un consortium réunissant le Service Interministériel des Archives de France, les Archives nationales, le CRAHAM-Centre Michel de Boüard, le CRUHL-Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire et l’IRHT-Institut de recherche en histoire des textes [http://www.sigilla.org/] ; ou encore à la collection des sceaux de Bourgogne numérisée par les Archives départementales de la Côte-d’Or [https://archives.cotedor.fr/v2/site/AD21/Rechercher/Recherche_thematique], consultés le 22 janvier 2022.

43 Voir n. 1.

44 B.-M. Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), Paris, 1991.

45 J. Waquet, J.-M. Roger et L. Veyssière, Recueil des chartes de l’abbaye de Clairvaux…, op. cit.

46 H. Flammarion, Recueil des chartes de l’abbaye de Morimond…, op. cit.

47 B.-M. Tock, Les chartes de l’abbaye cistercienne de Vaucelles au xiie siècle, Turnhout, 2010.

48 V. de Becdelièvre, Le chartrier de l’abbaye cistercienne de Fontfroide : 894-1260, Paris, 2009.

49 C. Evans, L’abbaye cistercienne de Bégard des origines à 1476 : histoire et chartes, Turnhout, 2012.

50 J.-P. Evrard, L’abbaye de Lisle-en-Barrois. Origines, histoire et chartes (1134-1226), Turnhout, 2021.

51 G. Duby, Recueil des pancartes de l’abbaye de la Ferté-sur-Grosne, 1113-1178, Bruxelles, 2000.

52 L. Viaut, Le cartulaire de l’abbaye du Palais Notre-Dame (xii e et xiiie siècles). Édition critique, Scripta Mediævalia 44, Ausonius Éditions, 2021.

53 Voir n. 19-25. B. Chauvin mêle régulièrement transcriptions intégrales et regestes dans ces travaux.

54 L. Morelle et C. Senséby, Une mémoire partagée. Recherches sur les chirographes en milieu ecclésiastique, Genève, 2019.

55 P. S. Skinner, The cartulary of Clairmarais, a monastery of Cistercian nuns at Reims, France c. 1220-1460 : Edition and commentary, université d’Iowa (États-Unis), 2005.

56 D. Rouet, Entre gestion et historiographie : les cartulaires monastiques de la Normandie moyenne (xiie-xve siècles), mémoire d’étude, sous la dir. de M. Arnoux, Lyon, École nationale supérieure de l’information et des bibliothèques, 2000, en ligne [https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/61811-entre-gestion-et-historiographie-les-cartulaires-monastiques-de-la-normandie-moyenne-xiie-xve-siecles], consulté le 30 janvier 2022.

57 G. Simard, L’écrit comme production sociale…, op. cit.

58 C. Rey, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, mémoire de master, sous la dir. d’E. Magnani et M. Gasse-Grandjean, Dijon, université de Bourgogne, 2009.

59 R. de Pillot de Coligny, Chartes du Miroir, 1131-1300, Mâcon, 1997-1998.

60 W. O. Duba, The cartulary of Vauluisant : a critical edition, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coraline Rey, « Actualité des éditions cisterciennes. Réflexions à partir de l’ouvrage de Benoît Chauvin, Recueil des chartes et documents d’Auberive au xiie siècle  », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.1 | 2022, mis en ligne le 25 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cem/19064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19064

Haut de page

Auteur

Coraline Rey

Archives départementales du Gard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search