Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.1DécouvertesÀ propos d’un lot de graines déco...

Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Découvertes

À propos d’un lot de graines découvert au pied de l’église Saint-Martin à Grévilly (Saône-et-Loire) associé à la sépulture d’un périnatal aux Xe-XIe siècles

Antoine Guicheteau, Anne-Lise Bugnon, Geneviève Daoulas et Luc Staniaszek

Texte intégral

Vue vers le sud d’une des deux baies ébrasées en plein cintre à claveaux maçonnés de l’absideAfficher l’image
Crédits : Cl. A. Guicheteau

Principaux résultats d’un diagnostic au pied de l’église Saint-Martin à Grévilly

  • 1 A. Guicheteau, Sondages à l’église Saint-Martin, Grévilly, église Saint-Martin, lieu-dit : la Sabot (...)

1Un diagnostic archéologique a été réalisé en 2019 au pied de l’église paroissiale Saint-Martin à Grévilly, une commune de Saône-et-Loire de trente-six habitants située dans un vallon de l’arrière-côte mâconnaise, en préalable à la mise en place d’un réseau de drainage pour assainir l’édifice1. L’église et son environnement, à savoir le cimetière attenant et le muret de clôture en pierres sèches, sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis 1941 et classés depuis 1942.

2L’église est implantée à mi-pente d’un coteau orienté vers l’ouest. Elle domine le village actuel, situé en contrebas, à environ 300 m au sud-ouest. L’édifice est presque orienté ; il se compose d’une nef, d’une travée de chœur surmontée d’un clocher et d’une abside semi-circulaire, ainsi que d’une sacristie au sud, construite au xixe siècle, celle-ci n’étant en effet pas figurée sur le cadastre de 1808 (fig. 1).

Fig. 1 – a. Extrait de la feuille B1, dite du village, du cadastre de 1808 ; b. Détail de l’église Saint-Martin sur la même feuille ; c. Vue vers le nord-ouest de l’église Saint-Martin (Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).

Fig. 1 – a. Extrait de la feuille B1, dite du village, du cadastre de 1808 ; b. Détail de l’église Saint-Martin sur la même feuille ; c. Vue vers le nord-ouest de l’église Saint-Martin (Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).
  • 2 Données de la carte archéologique, DRAC/SRA Bourgogne-Franche-Comté.

3La découverte de quelques tessons de l’Antiquité en position secondaire dans les tranchées du diagnostic (fig. 2a) fait écho à des structures repérées en prospection aérienne au nord-ouest du village actuel et attribuées au Haut-Empire2. Cela étant, l’occupation peine cependant encore à être caractérisée.

Fig. 2 – a. Plan d’implantation des tranchées et localisation des éléments attribuables à l’Antiquité ou au haut Moyen Âge ; b. Deux fragments de céramique bistre décorés d’un motif réalisé à la molette provenant de la tranchée 4. Ils sont produits dans le centre de production de Sevrey (71), entre le vie et leviie siècle ; c. L’hypothétique couvercle de sarcophage réemployé en dalle de seuil dans la tranchée 2 (A. Guicheteau et A.-L. Bugnon).

Fig. 2 – a. Plan d’implantation des tranchées et localisation des éléments attribuables à l’Antiquité ou au haut Moyen Âge ; b. Deux fragments de céramique bistre décorés d’un motif réalisé à la molette provenant de la tranchée 4. Ils sont produits dans le centre de production de Sevrey (71), entre le vie et le viie siècle ; c. L’hypothétique couvercle de sarcophage réemployé en dalle de seuil dans la tranchée 2 (A. Guicheteau et A.-L. Bugnon).
  • 3 C. Mani, « La “céramique bistre” dite de Sevrey (Saône-et-Loire) », Revue archéologique de l’Est, 5 (...)
  • 4 Longueur : 1,1 m ; largeur : entre 0,44 et 0,66 m ; épaisseur : 0,14 m.
  • 5 G. Monthel et P.-Y. Lambert, « La carrière gallo-romaine de Saint-Boil (Saône-et-Loire) », Gallia, (...)
  • 6 F. Cognot, « Les carrières de La Lie à La Roche-Vineuse (Saône-et-Loire) », Gallia, 59 (2002), p. 1 (...)
  • 7 H. Gaillard de Sémainville, Cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise(...)
  • 8 E. Zadora-Rio, Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoire (...)

4Plusieurs tessons de panses de céramique bistre, produits à l’époque mérovingienne dans des ateliers situés au sud de Chalon-sur-Saône3, ont été recueillis à l’est de l’église dans un niveau de remblai installé sur le substrat (fig. 2b). Leur présence peut être mise en perspective avec la découverte d’une dalle en calcaire, réemployée avant le xve siècle comme seuil d’une porte au sud de la nef, qui évoque un fragment de couvercle de sarcophage du fait d’une forme trapézoïdale marquée (fig. 2c)4. On rappellera que plusieurs carrières de sarcophages sont répertoriées dans le Mâconnais, à Saint-Boil5 ou à La Roche-Vineuse6. De même, plusieurs sépultures en coffrage de dalles de calcaire disposées de chant ont été mises au jour en 1960 au sud-est du cimetière, lors de l’aménagement d’un réservoir d’eau. En dépit de l’absence d’éléments chronologiques précis, ce mode d’inhumation est particulièrement courant durant le haut Moyen Âge dans le secteur, notamment durant la période mérovingienne7. L’hypothèse d’une origine précoce de la vocation funéraire des lieux est donc à considérer d’après ces quelques éléments, d’autant plus que l’hagiotoponyme de l’église, Martin, pourrait suggérer une datation haute8.

  • 9 A. Juenin, Preuves de l’histoire de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus, Dijon, 1733, p. 145-147.

5Les éléments bâtis les plus anciens conservés en élévation sont attribuables au début du xiie siècle, une période pendant laquelle le pape Calixte II confirme en 1120 la possession de l’église par l’abbaye de Tournus9. Les maçonneries datables de cette époque correspondent à celles de l’abside, construite en moellons équarris, dont deux baies originelles sont conservées. Celles-ci se caractérisent par un couvrement en plein cintre ; leur ébrasement marqué s’accorde bien avec une datation du xiie siècle (fig. 3).

Fig. 3 – Vue vers le sud d’une des deux baies ébrasées en plein cintre à claveaux maçonnés de l’abside (cl. A. Guicheteau).

Fig. 3 – Vue vers le sud d’une des deux baies ébrasées en plein cintre à claveaux maçonnés de l’abside (cl. A. Guicheteau).
  • 10 A. Horry, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes, xvie, xviie, xviiie siècles. Un panorama des techni (...)

6Manifestement l’église présentait un plan simple à nef unique, prolongée par une travée de chœur et une abside semi-circulaire. L’opération archéologique n’a pas permis de mettre au jour des structures appartenant à l’occupation médiévale de l’église, mais plusieurs aménagements des Temps modernes ont été découverts. Ainsi, un caniveau disposé contre le mur gouttereau méridional de la nef semble en usage à la fin du xve et dans le courant du xvie siècle d’après la datation des bords de marmites en terre cuite – dont un exemplaire à anses coudées – recueillie dans une fine couche liée à son utilisation (fig. 4a et 4d)10.

Fig. 4 – a. Caniveau de la tranchée 2 en usage à la fin du xve et au xvie siècle ; b. Vue vers le sud du mur US 4.6 ; c. Porte moderne bouchée dans le mur gouttereau sud de la nef ; d. Échantillons de bords de marmites, dont la diffusion est datée entre la fin du xve et le xvie siècle. Ces artefacts proviennent du caniveau de la tranchée 2 (A. Guicheteau et A.-L. Bugnon).

Fig. 4 – a. Caniveau de la tranchée 2 en usage à la fin du xve et au xvie siècle ; b. Vue vers le sud du mur US 4.6 ; c. Porte moderne bouchée dans le mur gouttereau sud de la nef ; d. Échantillons de bords de marmites, dont la diffusion est datée entre la fin du xve et le xvie siècle. Ces artefacts proviennent du caniveau de la tranchée 2 (A. Guicheteau et A.-L. Bugnon).

7Deux murs parallèles au nord de la travée de chœur ont également été découverts (fig. 4 b) : ils délimitent, sans doute, un petit espace annexe, abandonné au xviie siècle d’après la datation du matériel céramique recueilli dans le remblai le colmatant. La sacristie actuelle date quant à elle du xixe siècle et n’appelle pas de commentaire particulier, comme les rares restes humains mis au jour dans les niveaux modernes ou le percement de nouvelles ouvertures, notamment une porte dans le mur gouttereau méridional (fig. 4 c).

8C’est dans la tranchée 4 (cf. fig. 2a), attenante au mur gouttereau nord de la nef, qu’un creusement (US 4.13), attribuable aux xe-xie siècles, a été détecté à 1,1 m de profondeur, sous un remblai (US 4.5, fig. 5). C’est dans son comblement que se situe la principale découverte de l’opération, à savoir l’association d’un squelette d’individu immature et un lot de graines carbonisées.

Fig. 5 – Localisation planimétrique, stratigraphique et relevé du creusement US 4.13, panse cannelée (a) et fond lenticulaire (b), céramique grise de Sevrey (A. Guicheteau).

Fig. 5 – Localisation planimétrique, stratigraphique et relevé du creusement US 4.13, panse cannelée (a) et fond lenticulaire (b), céramique grise de Sevrey (A. Guicheteau).

L’interprétation d’un creusement des xe-xie siècles en question

  • 11 J.-M. Poisson, « Espaces et modes de stockage des denrées alimentaires dans les maisons villageoise (...)

9Le creusement US 4.13 est implanté dans une strate d’argile de décalcification qu’il perce pour atteindre le toit de la dalle calcaire sous-jacente. Sa profondeur avoisine 0,45 m. Son remplissage consiste en un limon gris mêlant de rares nodules de charbon de bois et de nombreuses graines carbonisées, visibles à l’œil nu. La présence de deux niveaux de dalles disposées de chant sur les parois du creusement permet a priori d’écarter l’hypothèse d’un coffrage funéraire, généralement formé d’un seul rang de dalles, et tend à privilégier l’hypothèse d’un imposant trou de poteau, ce dernier présenterait un diamètre ou une largeur de près d’une quarantaine de centimètres, pour une largeur totale du creusement d’environ 0,6 à 0,7 m. Cela étant, l’hypothèse d’un coffrage voué à d’autres fonctions ne peut être écartée de manière définitive, la diversité des modes de stockage au Moyen Âge étant à souligner11.

  • 12 A. Delor-A, O. Simonin et A. Legros, « Sevrey “Les Tupiniers” (Saône-et-Loire) : données nouvelle (...)
  • 13 « Actum atrii Sancti Martini fuit facta », recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. A. Bernard(...)
  • 14 M. et C. Dickson, Les églises romanes de l’ancien diocèse de Chalon, Cluny et sa région, Mâcon, 193 (...)
  • 15 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny…, op. cit., p. 683 (charte n° 727).

10Le remplissage du creusement US 4.13 consiste en une matrice de limon gris ponctué de quelques nodules de charbon de bois. Son comblement intervient aux xe-xie siècles d’après la découverte de plusieurs tessons de céramique grise – notamment un fond lenticulaire et un tesson de panse cannelé –, très probablement produits dans les ateliers de Sevrey12. Cette datation s’accorde avec la stratigraphie, puisque le niveau US 4.5 qui recouvre le creusement est recoupé par la tranchée de fondation du mur gouttereau nord de la nef (US 4.9, cf. fig. 3), supposé relever de l’état de construction le plus ancien du bâti actuel de l’église, situé vers le premier quart du xiie siècle. Toutefois, l’église en elle-même est sans doute plus ancienne, sans préjuger des matériaux de construction mis en œuvre, puisqu’un acte de l’abbaye de Cluny daté de 939 est supposé avoir été passé dans l’atrium de l’église Saint-Martin13, église assimilée à celle de Grévilly, par M. et C. Dickson14. Un texte de 948 mentionne l’existence d’un « fine Griviliacense15 », témoignage de l’existence du site, peut-être déjà un habitat groupé, à la charnière des xe et xie siècles.

  • 16 H. Duday, F. Laubenheimer et A.-M. Tillier, Sallèles d’Aude : nouveau-nés et nourrissons gallo-roma (...)
  • 17 D. Castex, M. Guillon et H. Duday, « Mortalité périnatale / mortalité infantile : validité du rappo (...)
  • 18 N. Baills-Talbi et P. Blanchard, « Sépultures de nouveau-nés et de nourrissons du 1er âge du Fer au (...)
  • 19 É. Perez, « Les enfants dans le cimetière médiéval », in C. Treffort (dir.), Le cimetière au villag (...)
  • 20 P. Riche et D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen-Âge, Paris, 1994, p. 85.
  • 21 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commém (...)

11Le squelette complet d’un individu périnatal a été déposé sur le dos dans les derniers centimètres du comblement du creusement. D‘après l’étude anthropologique, son âge au décès peut être estimé à sept mois et demi lunaires16. Cet individu intègre le groupe des nouveau-nés défini entre sept mois fœtal – soit quand les fœtus sont viables – et vingt-huit jours après la naissance17. La volonté d’intégrer à la société le nourrisson peut transparaître dans différents rites, comme dans notre cas l’emplacement de la tombe et la manière d’être inhumé en cas de décès conformément aux pratiques religieuses de l’époque18. Mort avant le baptême, l’enfant est un « marginal », dans le sens où il n’a pas droit au salut19. Aucun texte médiéval ne rapporte clairement l’interdiction d’inhumer un enfant non baptisé aux xe et xie siècles20. Dans le cas présent, la volonté de déposer l’individu au plus près de l’église est nette et rappelle des pratiques connues par ailleurs21.

  • 22 W. Beijerinck, Zadenatlas der Nederlandsche Flora ten behoeve van de botanie, bodemcultuur en waren (...)

12Un échantillon de trois litres de sédiment issu de l’US 4.13 a fait l’objet d’une analyse carpologique. Parmi les 598 macrorestes végétaux carbonisés observés et identifiés22, tous sont des graines hormis une glumelle d’avoine cultivée (fig. 6).

Fig. 6 – Résultats de l’étude carpologique. Décomptes indiqués en NMI (G. Daoulas).

Fig. 6 – Résultats de l’étude carpologique. Décomptes indiqués en NMI (G. Daoulas).
  • 23 M.-P. Ruas, V. Zech-Matterne, M.-F. Dietsch-Sellami, B. Pradat et S. Preiss, « Les avoines dans les (...)

13On atteste uniquement des plantes alimentaires avec six taxons : trois céréales (97 % des restes du dépôt), deux légumineuses (3 %) et un fruit (moins de 1 %). L’espèce la plus représentée dans le corpus est l’orge polystique vêtue – Hordeum vulgare ssp. vulgare. Elle représente 85 % des céréales identifiées. Elle peut être cultivée comme une céréale d’été ou d’hiver selon les variétés et peut croître aussi bien sur des sols lourds que sur des sols sableux légers. L’avoine est la seconde espèce répertoriée. Il est impossible de déterminer l’espèce exacte d’avoine à laquelle appartiennent les caryopses uniquement en les observant. L’avoine cultivée est une céréale d’été qui pousse préférentiellement sur des sols légers23, mais ici son statut sauvage ou cultivé reste en suspens, en dépit de l’observation d’une glumelle appartenant à l’espèce cultivée (Avena sativa). Des blés nus – Triticum aestivum s.l./durum/turgidum – sont également attestés. Il s’agit d’une céréale d’hiver, très exigeante en termes de conditions climatiques et édaphiques. Elle a besoin de sols nutritifs, labourés et assez épais, ainsi qu’un climat humide au printemps et chaud en été. Les légumineuses sont aussi représentées avec quelques pois (Pisum sativum) et lentilles (Lens culinaris), ainsi que les fruits avec deux pépins de raisin (Vitis vinifera ssp. vinifera).

Un nouvel exemple archéologique de lien entre l’Église, la mort et les récoltes ?

  • 24 M. Poux, « De la veillée au tombeau », in C. Goudineau (dir.), Rites funéraires à Lugdunum, Paris, (...)

14La découverte de cette concentration de graines, largement dominée par les céréales, et en particulier par l’orge, témoigne de la présence de structures de stockage de grains – greniers, silos, celliers, etc. – dans l’environnement immédiat de l’église Saint-Martin de Grévilly, dans le courant des xe-xie siècles. Leur présence, dans un creusement contenant un périnatal, pose plusieurs questions quant à la raison de ce dépôt. Le fait qu’il s’agisse d’une concentration exclusivement composée de plantes alimentaires semble confirmer qu’il ne s’agit pas de graines aléatoires qui se seraient retrouvées piégées dans ce creusement, mais bien le résultat d’une intention humaine, c’est-à-dire provenant d’un stock ou d’un dépôt. Par contre, il demeure délicat de trancher entre l’hypothèse d’une association volontaire, fortuite ou même opportuniste des graines et du défunt, d’autant plus que ces possibilités peuvent d’ailleurs être complémentaires. Les offrandes sous forme de graines sont très courantes depuis la période antique24. Des textes signalent même la valeur symbolique attribuée aux légumineuses, comme dans le chapitre 30 du livre 18 sur les céréales de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien. Mais l’on retrouve également cette symbolique dans les Évangiles avec les graines comme image de la Résurrection (Lc 8, 5-15 et Jn 12, 24).

  • 25 I. Catteddu, coll. de B. Clavel et M.-P. Ruas, « L’habitat rural mérovingien de Genlis (Côte-d’Or)  (...)
  • 26 é. Peytremann et S. Poignant, « Des morts et des récoltes. Premières approches des inhumations dans (...)
  • 27 B. Saint-Jean Vitus, « Marges et périphéries d’abbayes, témoins de vie laïque au service des moines (...)
  • 28 G. Pertuisot, « Les récents apports de l’archéologie préventive à la connaissance de la formation d (...)
  • 29 É. Perez, « Les enfants… », op. cit. I. Séguy et M. Signoli, « Quand la naissance côtoie la mort : (...)
  • 30 M. Lauwers, « Pour une histoire de la dîme et du dominum ecclésial », in M. Lauwers (dir.), La dîme (...)

15Le cas de Grévilly rappelle le phénomène des inhumations en silos au haut Moyen Âge, connu dans la région25 et plus largement documenté à l’échelle nationale26. Bien que n’étant pas systématiquement associé à un lieu de culte, cette pratique interroge particulièrement les liens entre les récoltes et la mort. En outre, quelques contextes associant inhumation(s) d’immature(s), édifice cultuel et stockage des grains sont répertoriés en Bourgogne, comme l’illustrent les découvertes de sépultures de nouveau-nés associées à des silos dans l’environnement de l’abbaye Notre-Dame située rue Saint-Genest à Nevers27, ou encore les deux sépultures de jeunes enfants installées dans un silo localisé à proximité du prieuré Saint-Marcel à Fleurey-sur-Ouche28. Ces découvertes viennent donc alimenter les réflexions quant à la place de l’enfant dans le cimetière et la communauté chrétienne29, mais aussi sur la mise en place des dîmes et de leur gestion30.

16Dans le cas de Grévilly, les limites inhérentes à l’opération ne permettent que de soulever quelques questions quant aux liens entre l’Église, les récoltes et la mort – en particulier des immatures –, sans pouvoir trancher de manière définitive entre plusieurs hypothèses. Cela étant, les résultats contribuent à attirer l’attention sur ces problématiques spécifiques et démontrent une nouvelle fois l’intérêt de ces opérations (trop) limitées, ainsi que le recours aux disciplines paléoenvironnementales dès le stade du diagnostic.

Reçu : 17 décembre 2021 – Accepté : 13 mars 2022

Haut de page

Notes

1 A. Guicheteau, Sondages à l’église Saint-Martin, Grévilly, église Saint-Martin, lieu-dit : la Sabotte (Saône-et-Loire), rapport de diagnostic, DRAC/SRA Bourgogne-Franche-Comté, Dijon, 2019.

2 Données de la carte archéologique, DRAC/SRA Bourgogne-Franche-Comté.

3 C. Mani, « La “céramique bistre” dite de Sevrey (Saône-et-Loire) », Revue archéologique de l’Est, 53 (2004), p. 189-219.

4 Longueur : 1,1 m ; largeur : entre 0,44 et 0,66 m ; épaisseur : 0,14 m.

5 G. Monthel et P.-Y. Lambert, « La carrière gallo-romaine de Saint-Boil (Saône-et-Loire) », Gallia, 59 (2002), p. 89‑120.

6 F. Cognot, « Les carrières de La Lie à La Roche-Vineuse (Saône-et-Loire) », Gallia, 59 (2002), p. 121‑131.

7 H. Gaillard de Sémainville, Cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise, Dijon, 1980 (3e supplément à la Revue archéologie de l’Est).

8 E. Zadora-Rio, Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, Tours, 2008 (34e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France).

9 A. Juenin, Preuves de l’histoire de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus, Dijon, 1733, p. 145-147.

10 A. Horry, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes, xvie, xviie, xviiie siècles. Un panorama des techniques, des formes et des décors, Lyon, 2015.

11 J.-M. Poisson, « Espaces et modes de stockage des denrées alimentaires dans les maisons villageoises médiévales », in F. Journot (dir.), Pour une archéologie indisciplinée. Réflexions croisées autour de Joëlle Burnouf, Dremil-Lafage, 2018, p. 201-211.

12 A. Delor-A, O. Simonin et A. Legros, « Sevrey “Les Tupiniers” (Saône-et-Loire) : données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue archéologique de l’Est, 54 (2005), p. 249-298.

13 « Actum atrii Sancti Martini fuit facta », recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. A. Bernard et A. Bruel, t. 1, Paris, 1876, p. 482 (charte n° 496).

14 M. et C. Dickson, Les églises romanes de l’ancien diocèse de Chalon, Cluny et sa région, Mâcon, 1935, p. 171-172.

15 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny…, op. cit., p. 683 (charte n° 727).

16 H. Duday, F. Laubenheimer et A.-M. Tillier, Sallèles d’Aude : nouveau-nés et nourrissons gallo-romains, Paris, 1995. I. Gy Fazekas et F. Kosa, Forensic fœtal osteology, Budapest, 1978.

17 D. Castex, M. Guillon et H. Duday, « Mortalité périnatale / mortalité infantile : validité du rapport démographique et intérêt en palethnologie funéraire pour trois sites médiévaux », in L’identité des populations archéologiques, Sophia Antipolis, p. 427-441.

18 N. Baills-Talbi et P. Blanchard, « Sépultures de nouveau-nés et de nourrissons du 1er âge du Fer au haut Moyen-Âge découvertes hors des contextes funéraires traditionnels sur les territoires carnute, turon et biturige cube : inventaire, synthèse et interprétation », in A. Ferdière (ed.), Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre, Tours, 2006, p. 157-205 (29e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France).

19 É. Perez, « Les enfants dans le cimetière médiéval », in C. Treffort (dir.), Le cimetière au village dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 2015, p. 173-191.

20 P. Riche et D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen-Âge, Paris, 1994, p. 85.

21 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, 1998.

22 W. Beijerinck, Zadenatlas der Nederlandsche Flora ten behoeve van de botanie, bodemcultuur en warenkennis, Amsterdam, 1976 (éd. fac-similé, Wageningen, 1947). R. T. J. Cappers, R. M. Bekker et J. E. A. Jans, Digitale Zadenatlas van Nederland, Groningen, 2006. S. Jacomet (dir.), Bestimmung von Getreidefunden aus archäologischen Ausgrabungen, Bâle, 20062.

23 M.-P. Ruas, V. Zech-Matterne, M.-F. Dietsch-Sellami, B. Pradat et S. Preiss, « Les avoines dans les productions agropastorales dans le nord-ouest de la France. Données carpologiques et indications textuelles », in V. Carpentier et C. Marcigny, Des Hommes aux champs. Pour une archéologie des espaces ruraux du Néolithique au Moyen Âge, Rennes, 2012, p. 327-366.

24 M. Poux, « De la veillée au tombeau », in C. Goudineau (dir.), Rites funéraires à Lugdunum, Paris, 2009, p. 25-46.

25 I. Catteddu, coll. de B. Clavel et M.-P. Ruas, « L’habitat rural mérovingien de Genlis (Côte-d’Or) », Revue archéologique de l’Est, 43 (1992), p. 39-98.

26 é. Peytremann et S. Poignant, « Des morts et des récoltes. Premières approches des inhumations dans des silos au premier Moyen Âge (vie-xiie s.) », in I. Leroy et L. Verslype (dir.), Communauté des vivants, compagnie des morts, Saint-Germain-en-Laye, 2017, p. 61-72.

27 B. Saint-Jean Vitus, « Marges et périphéries d’abbayes, témoins de vie laïque au service des moines, à Dijon et Nevers aux xe-xiiie siècles », in N. Reveyron, O. Puel et C. Gaillard (dir.), Architecture, décor, organisation de l’espace. Les enjeux de l’archéologie médiévale. Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’art du Moyen Âge offerts à Jean-François Reynaud, Lyon, 2013, p. 105-116.

28 G. Pertuisot, « Les récents apports de l’archéologie préventive à la connaissance de la formation du village de Fleurey-sur-Ouche au cours du premier Moyen Âge », in A. Guicheteau, V. Marchaisseau et A. Quiquerez (dir.), La genèse du village : archéologie de l’habitat groupé du haut Moyen Âge (ve-xiie siècles) dans le Centre-Est de la France actuelle, 2021, en ligne [https://doi.org/10.4000/books.artehis.25665].

29 É. Perez, « Les enfants… », op. cit. I. Séguy et M. Signoli, « Quand la naissance côtoie la mort : pratiques funéraires et religion populaire en France au Moyen Âge et à l’époque moderne », in F. Gusi I Jener, S. Muriel et C. Olària (dir.), Nasciturus, infans, puerulus vobis mater terra : la muerta en la infancia, Castello, 2008, p. 497-512.

30 M. Lauwers, « Pour une histoire de la dîme et du dominum ecclésial », in M. Lauwers (dir.), La dîme, l’Église et la société féodale, Turnhout, 2012, p. 11-64.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – a. Extrait de la feuille B1, dite du village, du cadastre de 1808 ; b. Détail de l’église Saint-Martin sur la même feuille ; c. Vue vers le nord-ouest de l’église Saint-Martin (Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 2 – a. Plan d’implantation des tranchées et localisation des éléments attribuables à l’Antiquité ou au haut Moyen Âge ; b. Deux fragments de céramique bistre décorés d’un motif réalisé à la molette provenant de la tranchée 4. Ils sont produits dans le centre de production de Sevrey (71), entre le vie et le viie siècle ; c. L’hypothétique couvercle de sarcophage réemployé en dalle de seuil dans la tranchée 2 (A. Guicheteau et A.-L. Bugnon).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 3 – Vue vers le sud d’une des deux baies ébrasées en plein cintre à claveaux maçonnés de l’abside (cl. A. Guicheteau).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19099/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 4 – a. Caniveau de la tranchée 2 en usage à la fin du xve et au xvie siècle ; b. Vue vers le sud du mur US 4.6 ; c. Porte moderne bouchée dans le mur gouttereau sud de la nef ; d. Échantillons de bords de marmites, dont la diffusion est datée entre la fin du xve et le xvie siècle. Ces artefacts proviennent du caniveau de la tranchée 2 (A. Guicheteau et A.-L. Bugnon).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19099/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 5 – Localisation planimétrique, stratigraphique et relevé du creusement US 4.13, panse cannelée (a) et fond lenticulaire (b), céramique grise de Sevrey (A. Guicheteau).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19099/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 6 – Résultats de l’étude carpologique. Décomptes indiqués en NMI (G. Daoulas).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19099/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Guicheteau, Anne-Lise Bugnon, Geneviève Daoulas et Luc Staniaszek, « À propos d’un lot de graines découvert au pied de l’église Saint-Martin à Grévilly (Saône-et-Loire) associé à la sépulture d’un périnatal aux Xe-XIe siècles  », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.1 | 2022, mis en ligne le 25 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cem/19099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19099

Haut de page

Auteurs

Antoine Guicheteau

Inrap, UMR 6298 Artehis

Articles du même auteur

Anne-Lise Bugnon

Inrap, UMR 6298 Artehis

Geneviève Daoulas

Inrap, UMR 7209 Aaspe

Articles du même auteur

Luc Staniaszek

Inrap, UMR 6298 Artehis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search