Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.1ChantiersLa structuration du peuplement mé...

Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Chantiers

La structuration du peuplement médiéval en haut Velay : enjeux et méthodes, présentation du projet collectif de recherches Dynam’Haut1

Mélinda Bizri

Texte intégral

  • 1 L’acronyme signifie « Dynamiques de peuplement du territoire rural du haut Velay granitique (Haute- (...)

1Situé dans le quart nord-est du département de la Haute-Loire, le haut Velay s’étend entre la vallée de la Loire à l’ouest (Monistrol-sur-Loire), le Pilat au nord (Saint-Régis-du-Coin/Saint-Sauveur-en-Rue), les contreforts du Vivarais à l’est (Ardèche) et l’Yssingelais au sud. Ce secteur couvre environ 650 km2 et une vingtaine de communes (fig. 1).

Fig.  – Localisation du secteur d’étude : le haut Velay (SIG et DAO M. Bizri).

Fig.  – Localisation du secteur d’étude : le haut Velay (SIG et DAO M. Bizri).

2Il est traversé par trois affluents mineurs de la Loire : la Semène, la Dunières et le Lignon. L’altitude moyenne des massifs montagneux de ces vallées est comprise entre 750 et 900 m. Ce secteur, majoritairement granitique, est ponctué par quelques formations phonolitiques vers la Semène et d’autres, gneissiques et basaltiques, au-delà du Lignon.

1. L’organisation territoriale du haut Velay durant la période médiévale : un bref état de la question

  • 2 La raison d’un faible nombre d’enquête sur le terrain à ce sujet est sans doute à chercher dans le (...)
  • 3 M. Bizri et al., Site castral de La Tour (Dunières). Rapport de prospection thématique avec sondage (...)

3En Velay, les textes documentent seulement à partir du xiiie siècle la présence de castra – seuls les lignages pouvant faire l’objet de mentions antérieures, lorsqu’ils sont connus – et en haut Velay particulièrement, la présence de castra doubles, décrits avec un castrum inférieur et un castrum supérieur, est prépondérante. L’enquête archéologique sur le castrum a très peu abordé la morphologie de ces espaces castraux particuliers, alors même que le phénomène de coseigneurie est indissociable de la société élitaire du Moyen Âge2. En marge du territoire impérial et aux confins des diocèses du Puy, du Lyonnais, du Viennois et de Valentinois, ces vallées sont marquées par une absence des familles seigneuriales vellaves richement possessionnées – Polignac, Chalencon, Rochebaron, Chapteuil par exemple. Le haut Velay est en revanche investi par des familles vraisemblablement d’origine vivaroise (Saint-Didier, Retourtour, etc). Les espaces de la coseigneurie y sont aussi fortement représentés sans que l’on puisse davantage corréler ce phénomène à l’origine plus proprement vivaroise de ces familles3.

  • 4 M. Saudan, Espaces perçus, espaces vécus : géographie historique du Massif central du ixe siècle au (...)
  • 5 P.-É. Poble, « Les origines médiévales d’Aurec-sur-Loire. La charte dite de “fondation du prieuré d (...)

4L’espace christianisé n’est pas documenté dans les sources écrites avant l’an Mil – premières mentions d’églises et de paroisses4 – et encore moins par l’archéologie. Les bourgs ecclésiaux se construisent dans un territoire marqué par une juxtaposition des pôles structurants. Le maillage chrétien du haut Velay n’est pas connu dans les détails. Des sphères d’influence d’ordres religieux – La Chaise-Dieu, Cluny notamment – ont été identifiées, mais il conviendra de mieux définir les liens qu’entretiennent ces réseaux de la chrétienté avec les familles seigneuriales, via leurs établissements sur le territoire – églises, chapelles, monastères, abbayes5.

2. Enjeux du projet

  • 6 M. Bizri Construction et pratique sociale … op. cit.

5L’objectif du projet collectif est ainsi de documenter et positionner l’espace castral face aux espaces de la paroisse chrétienne qui se constitue autour des églises, dans une chronologie semblable6. Les durées d’occupation observées sur les sites castraux sont confrontées à ces données pour mesurer la dynamique du peuplement médiéval, loin du paradigme de l’an Mil, où le modèle des sociétés est défini uniquement sous l’angle féodal et où l’occupation du sol est binaire – habitat groupé/habitat dispersé.

  • 7 J. Perrel, Yssingeaux et le pays des sucs, des origines au xiiie siècle, Yssingeaux, 1993 ; J. Perr (...)
  • 8 E. Bouvard, Empreintes monastiques en moyenne montagne du xiie siècle à l’Actuel. Archéologie des e (...)
  • 9 E. Bouvard, Zones humides et interprétations géo-archéologiques dans le massif du Meygal. Communes (...)

6Pour sortir du paradigme de l’an Mil, les occupations médiévales identifiées dans l’espace et dans le temps sont replacées dans le paysage qui a permis leur émergence. Ici, le lien aux ressources naturelles est questionné. Restituer l’environnement médiéval était une préoccupation des travaux de Jean Perrel, le mettant en avant au travers des toponymes et parlers régionaux pour l’Yssingelais7. Le paysage anthropisé est également au cœur de l’analyse et la caractérisation de l’implantation cistercienne en Auvergne et Velay dans la thèse d’Emma Bouvard8. L’analyse des zones humides – recherche ponctuelle à Araules9 – a complété récemment le dispositif d’enquête sur l’occupation humaine par les traces laissées dans la sédimentation – étude paléoenvironnementale, géoarchéologie.

7Pour répondre aux questionnements posés sur cet espace, le projet est structuré en trois axes thématiques : morphologie des espaces castraux, territoire christianisé alto-médiéval et histoire des paysages.

8Une réflexion est ainsi engagée à travers un projet collectif de recherche interdisciplinaire – histoire, archéologie, géographie, céramologie, datation 14C, géomatique, histoire de l’art, géologie, géomorphologie – afin de mieux reconnaître les dynamiques économiques, sociales et historiques qui ont mené à la structuration du territoire du haut Velay à l’époque médiévale. Le projet implique douze participants issus de trois universités – Bourgogne, Jean Monnet Saint-Étienne, Clermont-Auvergne – et cinq structures – laboratoires ARTEHIS, LEM-CERCOR, EVS-ISTHME, bureau d’études Hadès, association GRAV).

9En 2021, deux campagnes de prospections multisites d’une semaine ont été menées sur six communes – trois sites castraux, trois bourgs médiévaux, trois sites cultuels. Elles ont été réalisées avec les étudiants L2 et L3 des universités de Saint-Étienne et Clermont-Auvergne, de M1 (Bourgogne et Aix-Marseille) et de doctorants du laboratoire ARTEHIS (Bourgogne). Dix étudiants ont suivi de courts stages d’une semaine en laboratoire (accueil ARTEHIS) afin de traiter les données archéologiques et topographiques. La tenue de plusieurs stages de terrain et de post-terrain a permis la mise en place d’une méthodologie de prospection encadrée, confrontant carte ou parcellaire abandonnés, dans une chronologie encore à déterminer, avec la prospection archéologique à vue, suivi de relevés des structures au GPS. Un thésaurus de structures a été élaboré en amont et s’est enrichi au cours des prospections. La mise en place d’un SIG d’étude (géodatabase) synthétisant les données archéologiques – relevés de structures en élévation ou qui affleurent, mobilier, chronologie – est en cours de construction, puisque ce territoire a aussi fait l’objet de relevés Lidar ponctuels en parallèle de recherches menées en archives.

3. Résultats de l’année 2021

3.1. Axe 1

10Les actions menées en 2021 ont donné lieu à l’établissement de nouvelles données topographiques avec le relevé des plans de structures des sites castraux et/ou de coseigneuries, ce qui donne un nouvel aperçu de leurs possibles organisations et morphologies, notamment à Carry-Vertamise (commune de Grazac, fig. 2) ou au suc de Mons (commune de Saint-Pal-de-Mons) et à Châteauvieux (commune de Monistrol-sur-Loire).

Fig.  – Le site de Carry-Vertamise sur la commune de Grazac : localisation des structures relevées sur fond de MNT (T. Rolland, université de Bourgogne) (SIG et DAO M. Bizri).

Fig.  – Le site de Carry-Vertamise sur la commune de Grazac : localisation des structures relevées sur fond de MNT (T. Rolland, université de Bourgogne) (SIG et DAO M. Bizri).

11Des vestiges d’habitat et d’activités artisanales – ancrage dans le rocher, maçonneries, scories – ont été localisés, ainsi que des traces de chemins/circulations aménagés, des vestiges de fortifications – fossés, soutènement, accès contraint. Une attention particulière a été portée aux vestiges médiévaux encore en élévation sur le site de Carry-Vertamise (tour du xiie-xiiie siècle) et à Saint-Julien-la-Tourette (chapelle du xie-xiie siècle) située sur la commune de Saint-Pal-de-Mons, où, bien que des chronologies soient proposées, les modalités de constructions demeurent mal connues : une observation et un enregistrement de ces dernières ont été engagés sous la forme d’atelier d’archéologie sur le bâti.

12Sur deux communes, la prospection de lieux-dits a permis de proposer deux nouveaux indices de sites castraux d’origine médiévale, au moins pour l’un d’entre eux, qu’il conviendra de conforter par la suite dans leurs caractères morphologiques et chronologiques – Châtelard à Montregard et Chanteloube à Saint-Pal-de-Mons.

  • 10 Sous la forme d’une collaboration scientifique avec Rémi Carme, céramologue responsable d’opération (...)
  • 11 P.-É. Poble, Le suc de Saussac. Yssingeaux (Haute-Loire). Rapport d’opération archéologique, DRAC/S (...)
  • 12 E. Teyssier, Rapport de prospection inventaire diachronique [2017], le château de Monistrol-sur-Loi (...)

13La constitution d’un corpus de mobilier de surface géolocalisé (dont une monnaie) et la datation 14C de charbons sur le site du château de Montregard – coupe accessible en bas du promontoire – ont permis d’approcher la chronologie d’occupation de ce site castral (xiie-xiiie siècle). La céramique collectée sur les sites castraux en prospection de surface s’échelonne sur une chronologie de plus longue durée : médiévale à moderne. La céramique médiévale du Velay est peu connue, étant donné un corpus de lots disparates. Un chantier des collections est engagé10 pour inventorier et étudier les lots disponibles sur le secteur du haut Velay : les collections issues de fouilles des années 1970 conservées en mairie – fouilles du suc de Mons à Saint-Pal-de-Mons – ou à Rochebaron – sondages depuis les années 1970 – vont être confrontées aux lots non encore étudiés des sites castraux fouillés de Saussac11 à Yssingeaux et de Châteauvieux à Monistrol (fouilles en cours12).

3.2. Axe 2

14Des relevés ont été menés sur un sarcophage entreposé dans l’église romane de Dunières (fig. 3) et sur une tombe creusée dans le rocher à Lapte (au lieu-dit Oratoire Sainte-Marguerite) afin de mieux documenter l’origine des implantations chrétienne et médiévale de ces lieux.

Fig.  – Cuve de sarcophage entreposée dans l’église de Dunières (cl. M. Bizri).

Fig.  – Cuve de sarcophage entreposée dans l’église de Dunières (cl. M. Bizri).
  • 13 Méthodologie faisant l’objet d’un dépôt de sujet de mémoire de master, septembre 2022, par Ludovic (...)
  • 14 Critique par Sarah Réault (géographe, université de Saint-Étienne).

15Le territoire alto-médiéval est appréhendé avec la constitution d’un corpus de noms de saints chrétiens – en cours d’élaboration par chronologies abordées de l’époque médiévale à moderne13 –, puis confronté aux hagiotoponymes présents sur le territoire. L’ancienneté de ces hagiotoponymes est critiquée à partir de la lecture de cartes (État-Major, Cassini)14, ce qui permet de discriminer les implantations postmodernes.

  • 15 Travaux conjoints d’Élodie Chaurand (bénévole GRAV), de Mélinda Bizri (archéologue, université de B (...)

16Des prospections-inventaires menées dans les bourgs à partir du cadastre napoléonien, confronté à l’actuel – Montregard, Saint-Pal-de-Mons, Grazac ; lieux-dits Villedemont, Laval à Saint-Pal-de-Mons –, ont permis d’établir un premier diagnostic de la conservation du bâti médiéval à moderne dans le bâti actuel : réemploi, parcellaire, chronologie d’essor du bourg15. Les bourgs prospectés sont d’essor industriels en majorité, mais comportent de nombreux réemplois de blocs médiévaux – chapiteaux, moulurations d’encadrements, etc.

  • 16 Étude de Sébastien Fray (historien médiéviste, université de Saint-Étienne).

17L’étude sur les lignages apporte aussi un nouvel éclairage sur les réseaux de pouvoir de ce secteur autour de l’an Mil, particulièrement à Grazac16.

3.3. Axe 3

  • 17 Travaux de Sarah Réault (géographe, université de Saint-Étienne), de Gérald Lauret (bénévole GRAV) (...)

18Deux ateliers ont concerné une méthodologie d’approche géohistorique des cartographies moderne à contemporaine – lecture critique de la toponymie sur les cartes Cassini, d’État-Major et cadastre napoléonien – sur une enquête concernant les voies et les paysages17.

19Les chronologies manquent pour mieux cerner les dynamiques qui ont abouti à l’évolution de la configuration du peuplement rural. Pour le moment, l’étude régressive des toponymes et des cartographies est menée dans le but de discriminer les évolutions modernes du territoire de l’espace antérieur. Le secteur du haut Velay, en effet, a connu un essor industriel important au xixe siècle, ce qui a impacté durablement le faciès économique du territoire : exploitation minière et forestière, moulinage lié à l’industrie textile (soierie lyonnaise), etc. Les traces de cette industrialisation sont visibles le long des cours d’eau, avec l’implantation de moulins, notamment ceux de Châteauvieux à Monistrol, de Carry à Grazac, de La Roche-Fayard ou de Laval à Saint-Pal-de-Mons (fig. 4), ou ceux des maisons des bourgs – faubourgs de tisserands et de passementiers à Saint-Pal-de-Mons ou Dunières par exemple.

Fig.  – Moulin de Laval, rive sud, au pied du suc de la chapelle Saint-Julien-la-Tourette (Saint-Pal-de-Mons). Relève de l’abbaye cistercienne de la Séauve (Saint-Didier-en-Velay) au xviiie siècle (extrait du cadastre napoléonien, s.d. [1824 ?], archives départementales de la Haute-Loire).

Fig.  – Moulin de Laval, rive sud, au pied du suc de la chapelle Saint-Julien-la-Tourette (Saint-Pal-de-Mons). Relève de l’abbaye cistercienne de la Séauve (Saint-Didier-en-Velay) au xviiie siècle (extrait du cadastre napoléonien, s.d. [1824 ?], archives départementales de la Haute-Loire).
  • 18 M. Bizri, A.-M. Dendievel, A. Quiquerez, J.-P. Garcia et al., Dunières (Haute-Loire), site castral (...)

20Cette industrialisation est aussi tournée vers l’extraction de la pierre, avec l’exploitation à l’explosif de vastes carrières, comme celle de La Tour à Dunières18, utilisée pour la construction du chemin de fer reliant le bassin minier de Saint-Étienne.

4. Perspectives

21La mise en commun de méthodologies pluridisciplinaires abordant l’espace à différentes échelles de temps et d’espace, et de différentes manières – cartographie régressive, prospections – a enrichi les données à comparer. Une approche sérielle et expérimentale, adossée à la formation archéologique sur le terrain et en post-terrain des étudiants des universités partenaires du projet, a pour objectif de mettre en séquence les évolutions de ces fonctionnements. Le projet collectif entend poursuivre les questionnements de synthèse sur l’anthropisation de cet espace – dynamique du peuplement, polarisation, paysage exploité – plus particulièrement recentré sur la période médiévale.

Reçu : 24 janvier 2022 – Accepté : 29 avril 2022

Haut de page

Notes

1 L’acronyme signifie « Dynamiques de peuplement du territoire rural du haut Velay granitique (Haute-Loire) à l’époque médiévale ». Responsable : Mélinda Bizri, université de Bourgogne/ARTEHIS. Participants : Ludovic Antoine, association Groupe de recherche archéologique Vellave [GRAV] ; Rémi Carme, société Hadès ; Élodie Chaurand, GRAV ; Pascale Chevalier, université Clermont Auvergne/ARTEHIS ; Sébastien Fray, université Jean-Monnet/LEM-CERCOR ; Gérald Lauret, GRAV ; Pierre-Éric Poble, Lem-Cercor ; Sarah Réault, université Jean-Monnet/EVS-ISTHME ; Giovanni Stranieri, université Jean Monnet/ARTEHIS ; Esteban Teyssier, GRAV.

2 La raison d’un faible nombre d’enquête sur le terrain à ce sujet est sans doute à chercher dans le caractère complexe et polymorphe de ce phénomène. Pierre-Yves Laffont, a tenté de dresser une liste de leurs nombreuses formes d’expression monumentale, en répertoriant six « cas » de manifestations possible de ce phénomène en s’appuyant sur des exemples rencontrés en Vivarais, dont certains montrent l’absence de traduction architecturale visible ou connue. P.-Y. Laffont, « La coseigneurie : les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France », in Mélanges de l’Ecole Française de Rome, 122, 1, 2010, p. 13‑34.

3 M. Bizri et al., Site castral de La Tour (Dunières). Rapport de prospection thématique avec sondages, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand, 2013 et M. Bizri, Construction et pratique sociale de l’espace fortifié en Velay, xiiie-xve siècles, thèse de doctorat en histoire de l’art et archéologie, université Clermont Auvergne, 2017.

4 M. Saudan, Espaces perçus, espaces vécus : géographie historique du Massif central du ixe siècle au xiie siècle, thèse de doctorat d’histoire, université Paris 1, 2004.

5 P.-É. Poble, « Les origines médiévales d’Aurec-sur-Loire. La charte dite de “fondation du prieuré d’Aurec”, une histoire de faussaires ? », Cahiers de la Haute-Loire, p. 69-99.

6 M. Bizri Construction et pratique sociale … op. cit.

7 J. Perrel, Yssingeaux et le pays des sucs, des origines au xiiie siècle, Yssingeaux, 1993 ; J. Perrel, Yssingeaux et le pays des sucs, du xiiie au xvie siècle, Yssingeaux, 1996.

8 E. Bouvard, Empreintes monastiques en moyenne montagne du xiie siècle à l’Actuel. Archéologie des espaces et des paysages cisterciens dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy, thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2, 2016.

9 E. Bouvard, Zones humides et interprétations géo-archéologiques dans le massif du Meygal. Communes d’Araules et Yssingeaux, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2018.

10 Sous la forme d’une collaboration scientifique avec Rémi Carme, céramologue responsable d’opération, société Hadès.

11 P.-É. Poble, Le suc de Saussac. Yssingeaux (Haute-Loire). Rapport d’opération archéologique, DRAC/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand, 2018, campagne 2017 travaux inédits.

12 E. Teyssier, Rapport de prospection inventaire diachronique [2017], le château de Monistrol-sur-Loire, fable historique ou réalité archéologique ? Prospection inventaire, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2018 ; Id., Rapport d’opération de sondages, le Château Vieux, une controverse pluriséculaire (Haute-Loire, Monistrol-sur-Loire), DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2019 ; Id., Rapport d’opération de sondages, le Château Vieux, un espace mis en défense ? (Haute-Loire, Monistrol-sur-Loire), DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2020 ; Id., Rapport d’opération de sondages, le Château Vieux, un site perché à caractère défensif (Haute-Loire, Monistrol-sur-Loire), DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2021.

13 Méthodologie faisant l’objet d’un dépôt de sujet de mémoire de master, septembre 2022, par Ludovic Antoine (bénévole GRAV).

14 Critique par Sarah Réault (géographe, université de Saint-Étienne).

15 Travaux conjoints d’Élodie Chaurand (bénévole GRAV), de Mélinda Bizri (archéologue, université de Bourgogne/ARTEHIS), de Pascale Chevalier (archéologue et historienne d’art, université Clermont Auvergne/ARTEHIS).

16 Étude de Sébastien Fray (historien médiéviste, université de Saint-Étienne).

17 Travaux de Sarah Réault (géographe, université de Saint-Étienne), de Gérald Lauret (bénévole GRAV) et de Giovanni Stranieri (archéologue, université de Saint-Étienne).

18 M. Bizri, A.-M. Dendievel, A. Quiquerez, J.-P. Garcia et al., Dunières (Haute-Loire), site castral La Tour, prospection GPS et données Lidar, prospection thématique 2019, université de Bourgogne/ARTEHIS, Conseil départemental de la Haute-Loire, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, MSH Dijon, Intelespace Clermont-Ferrand, CNRS/Chronoenvironnement, Clermont-Ferrand, 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.  – Localisation du secteur d’étude : le haut Velay (SIG et DAO M. Bizri).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig.  – Le site de Carry-Vertamise sur la commune de Grazac : localisation des structures relevées sur fond de MNT (T. Rolland, université de Bourgogne) (SIG et DAO M. Bizri).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig.  – Cuve de sarcophage entreposée dans l’église de Dunières (cl. M. Bizri).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig.  – Moulin de Laval, rive sud, au pied du suc de la chapelle Saint-Julien-la-Tourette (Saint-Pal-de-Mons). Relève de l’abbaye cistercienne de la Séauve (Saint-Didier-en-Velay) au xviiie siècle (extrait du cadastre napoléonien, s.d. [1824 ?], archives départementales de la Haute-Loire).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélinda Bizri, « La structuration du peuplement médiéval en haut Velay : enjeux et méthodes, présentation du projet collectif de recherches Dynam’Haut », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.1 | 2022, mis en ligne le 25 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cem/19134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19134

Haut de page

Auteur

Mélinda Bizri

Ingénieure d’études en archéologie, université de Bourgogne/UMR 6298

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search