Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.1DissertatioL’expulsion des juifs du duché de...

Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Dissertatio

L’expulsion des juifs du duché de Bourgogne en 1306 et ses suites : une étude totale. Historiographie, mécanismes, impact

Mémoire de master en histoire médiévale sous la direction de B. Lemesle, université de Bourgogne, soutenu le 7 juin 2017
Maïwenn Jouquand

Texte intégral

Codex des créances confisquées chez les juifs de Chalon-sur-Saône et de Buxy, début de l’inventaireAfficher l’image
Crédits : Cl. M. Jouquand

Introduction

1L’expulsion des juifs de France en 1306 est l’une des mieux connues aujourd’hui, dans la mesure où elle précède de peu la déchéance de l’ordre du Temple, mesure spectaculaire du règne de Philippe IV le Bel. Cette décision s’inscrit dans un vaste programme aussi bien politique que religieux, conjugués à des intérêts économiques. Le roi, en effet, entend s’inscrire dans l’héritage idéologique de son grand-père, Louis IX, tout juste canonisé en 1297. Du reste, le monarque a besoin de subsides pour rétablir la monnaie de son aïeul, les dévaluations monétaires ayant entraîné une grave crise financière entre 1302 et 1305. Celle-ci prend de l’ampleur à la fin de la guerre contre les Flamands, qui aboutit, en 1305, à la signature du traité de paix à Mons-en-Pévèle, marquant la fin des revenus extraordinaires. Néanmoins, cette notoriété tient également au fait que l’expulsion constitue une fracture sans précédent pour les communautés juives du royaume de France, jusqu’à leur expulsion définitive en 1394. Par ailleurs, il s’agit de la première expulsion royale à l’échelle du royaume. Dans le cadre de cette mesure extraordinaire, le duché de Bourgogne se distingue par une mise en œuvre indépendante de l’expulsion et des confiscations de biens qui en découlent. Aussi, l’objectif était-il de proposer une étude générale de cette expulsion bourguignonne pour en saisir les modalités d’exécution, en comparaison avec les missions menées par le roi de France.

2Pour ce faire, l’étude a été divisée en deux parties complémentaires : une historiographie critique à trois échelles – Occident médiéval, royaume de France, duché de Bourgogne –, suivie d’une analyse de l’appropriation de cette entreprise coercitive dans le duché. Cette seconde partie consacrée à l’analyse du corpus se compose de quatre chapitres dédiés aux mécanismes de l’opération ainsi que d’un épilogue interrogeant les suites de l’expulsion dans le duché, tant du point de vue de l’histoire juive – approche néanmoins très limitée – que de celui de l’évolution de l’administration du duché jusqu’au milieu du xivᵉ siècle.

L’historiographie de l’expulsion bourguignonne

  • 1 Citons, par exemple : J. Sibon, Chasser les juifs pour régner, Paris, 2016 ; W. C. Jordan, The Fren (...)

3L’historiographie a replacé l’année 1306 dans l’histoire des expulsions des juifs au Moyen Âge, d’une part, et au sein de l’histoire du judaïsme, d’autre part. Ce travail a également permis de mettre en avant les limites de l’approche comparative entre les expulsions générales mais aussi locales. Par ailleurs, les expulsions sont des moments clés du glissement d’une judéité médiévale vers des identités culturelles juives modernes ; l’expulsion de 1306 a ainsi joué un grand rôle dans la disparition de la culture des juifs de la France du Nord. En outre, il a été question de dresser des bilans historiographiques des thématiques incontournables du champ des études juives, telles que l’usure ou encore l’antijudaïsme, qui sont essentielles à la compréhension des phénomènes d’expulsion. D’un point de vue purement disciplinaire, il a également été question de présenter les axes de recherche actuels qui privilégient la dimension politique des proscriptions des juifs par les princes comme moyens d’affirmer leur pouvoir1.

  • 2 S. Méchoulan, « L’expulsion des juifs de France en 1306 : proposition d’analyse contemporaine sous (...)

4Le deuxième grand point de cette historiographie est dédié aux débats des historiens autour de l’expulsion de 1306. Il a tout d’abord été question de dresser un bilan des différentes interprétations présentées dans les travaux pour expliquer les fondements de cette opération d’un nouveau genre, puis d’en interroger les bilans politique et financier2. Cette partie a permis de revenir notamment sur le travail de Céline Balasse, à l’origine d’une thèse sur l’expulsion royale de 1306, fondamentale pour la comparaison avec notre étude dans sa dimension ducale.

  • 3 M.-H. Clément-Janin, Notice sur la communauté israélite de Dijon, Dijon, 1879, p. 10-18.
  • 4 J. Simonnet, « Juifs et Lombards en Bourgogne », Mémoire de l’Académie de Dijon, 1865, p. 149-245 ; (...)
  • 5 Parmi les travaux les plus récents sur les juifs du duché de Bourgogne, citons ceux de Roger Samuel (...)

5Enfin, le troisième point de cette première partie – à l’échelle du duché – présente les travaux précurseurs sur l’histoire des juifs « dans les deux Bourgognes » à la fin du xixᵉ siècle et au début du xxᵉ siècle. Ces recherches initiales s’inscrivaient dans l’actualité contemporaine marquée par des découvertes tumulaires juives et l’érection de la nouvelle synagogue de Dijon3. Leur ambition était de retracer l’histoire des juifs – conjointement à celle des Lombards – de leur installation jusqu’à la fin du Moyen Âge et ce, aussi bien dans le duché que dans le comté de Bourgogne4. Il était alors nécessaire de reprendre les conclusions avancées et l’examen des pièces justificatives de ces différents auteurs afin d’écrire l’histoire de l’expulsion des juifs de 1306 dans le duché, de manière exclusive et aussi complète que possible5.

Appropriation et adaptation de l’expulsion royale dans le duché

  • 6 Premier feuillet de l’inventaire des créances confisquées chez les juifs de Chalon-sur-Saône (Archi (...)

6La seconde partie du mémoire est ensuite consacrée à l’analyse du corpus relatif à l’expulsion des juifs. Le cœur du celui-ci est composé des documents produits durant les confiscations des biens. Il s’agit d’inventaires de créances saisies chez les juifs, d’un rouleau des biens des juifs de Dijon inventoriés et vendus, ainsi que d’un cahier des dépenses effectuées par les commissaires en missions aux alentours de Baigneux-les-Juifs et d’une enquête sur des suspicions de recel par certains commissaires durant les opérations d’inventaire (fig. 1)6.

Fig. 1 – Inventaire des lettres de créances confisquées chez les juifs de Chalon-sur-Saône et de Buxy, début de l’inventaire (Archives dép. de la Côte-d’Or, B10412, fol. 8r° ; cl. M. Jouquand).

Fig. 1 – Inventaire des lettres de créances confisquées chez les juifs de Chalon-sur-Saône et de Buxy, début de l’inventaire (Archives dép. de la Côte-d’Or, B10412, fol. 8r° ; cl. M. Jouquand).
  • 7 ADCO, B2295 : pièce complémentaire issue du même document qu’une autre pièce dans le dossier B10415
  • 8 Le registre des créances confisquées chez les prêteurs juifs du Chalonnais (ADCO B10412) témoigne é (...)

7À ce noyau, il faut ajouter des quittances de biens juifs vendus, des documents diplomatiques éclairant le contexte de cette mesure ainsi que divers comptes de bailliages et comptes rendus par les commissaires auprès de la chambre des comptes de Dijon. L’étude de la matérialité des documents a mis au jour la double distinction opérée par les commissaires et leurs clercs entre les inventaires de biens et gages confisqués et ceux des créances et des biens fonciers, témoignant de processus différents. En outre, la deuxième distinction concerne les fonctions de ces inventaires : le rouleau des biens inventoriés et vendus des juifs de Dijon est un assemblage postérieur aux missions destiné à être conservé dans les archives ducales, tandis que les deux pièces de parchemin disjointes de la liquidation des créances dues à Jasuot de Montbard, prêteur juif, sont utilisées en tant que pièces de renforcement (intercalaire) dans des comptes postérieurs7. Par conséquent, ce sont vraisemblablement des documents de travail, devenus inutiles une fois les missions achevées. Néanmoins, ils sont éloquents pour l’historien puisqu’ils témoignent de la grande maîtrise des conversions monétaires et des pratiques comptables des commissaires et de leurs clercs, transformant et synthétisant les créances en vue du recouvrement des dettes8. Enfin, la comparaison du corpus avec celui d’autres vagues de confiscations a mis en avant non pas le caractère inédit de ces documents, mais sa proportion remarquable d’inventaires et de pièces relatives au déroulement des opérations. En revanche, l’étude de l’expulsion ducale souffre de l’absence totale de documents émanant du pouvoir qui aurait pu en éclairer les fondements.

  • 9 ADCO, B11691. U. Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, t. II, Dijon, 1741, n (...)

8Néanmoins, la prise en compte du corpus de l’expulsion ainsi que des documents relatifs aux relations entre Robert II et Philippe IV le Bel a permis de proposer des hypothèses quant aux raisons de cette application de la mesure royale dans le duché et, surtout, quant à sa gestion autonome par le pouvoir ducal, alors incarné par Agnès de France, veuve de Robert II et fille de Louis IX. L’hypothèse d’un accord entre Agnès de France et Philippe le Bel passé entre le 21 mars, mort du duc Robert II, et le 21 juin 1306, date de la communication orale de l’ordre d’expulsion aux commissaires, est une piste crédible. La duchesse douairière et le jeune Hugues V (alors mineur) se rendent en effet à Paris durant cette courte période lors de laquelle un accord pourrait avoir été passé. La disparition de Robert II est indubitablement un point central dans cette décision. Le testament de ce dernier fait en effet état de sa volonté de maintenir les juifs sur le territoire après sa mort, contrastant avec un mandement royal, daté de 1304, adressé au duc, qui enjoint de faire appliquer dans le duché l’ordonnance de Saint Louis sur les usuriers juifs avec plus de rigueur9. L’étude des relations entre le pouvoir royal et ducal sous Robert II a mis en évidence un lien privilégié entre les deux branches capétiennes, rapport ambivalent mais toujours à l’avantage du roi, qui regrette sa complaisance vis-à-vis de leurs activités, comme en témoignent les volontés testamentaires de ce dernier.

  • 10 ADCO, B10414.

9La logique spatiale prévaut dans l’organisation des différentes missions, de même que dans la nomination des commissaires en charge de celles-ci. Ainsi, malgré le déséquilibre des données, il a été mis en évidence que les différentes missions couvrant le territoire suivent le découpage des bailliages, mais également l’implantation des communautés juives. Le recrutement des commissaires résulte en partie de cette logique, puisque le pouvoir attribue cette charge de commissaires des affaires juives à celles des officiers ducaux issus du service de la chapelle du duc ou des offices domaniaux et judiciaires – baillis, prévôts et châtelains. La fonction est pérenne et maintenue pour les opérations menées en 1321. De plus, autour de ce noyau gravite tout un personnel hiérarchisé, dont on note la présence de personnes mobilisées ponctuellement sur place et le recours à des valets effectuant les tâches de moindre importance. De même, le cahier des dépenses des commissaires dans les environs de Baigneux-les-Juifs nous a permis de mettre en évidence le maintien des réseaux de communication entre les baillis et les commissaires en missions, mais également entre les commissaires et la duchesse elle-même. Ainsi, le croisement de ce document avec les comptes postérieurs, liés au recouvrement des dettes, nous a permis d’interroger la rémunération et les modalités de contrôle du travail des commissaires, de deux ordres : la reddition des comptes et les enquêtes sur le recel durant les missions d’inventaire et de saisie10.

  • 11 Dans le registre des créances des juifs de Buxy et Chalon-sur-Saône, certaines dettes ne sont trans (...)
  • 12 ADCO, B1388, fol. 28v°. : « Mas l’en ne se trueve de quoi paier pour la pouvreté des genz qui doive (...)

10Quant à la chronologie des opérations, les étapes sont les mêmes que celles de l’opération analogue menée par les agents du roi, bien que les cadres et enjeux territoriaux et politiques soient différents. Dans le duché, les ventes des biens meubles et des gages sont achevées dans l’année de l’expulsion, les propriétés et biens communautaires des juifs sont vendus les années suivantes. En revanche, le recouvrement des dettes s’étend sur une chronologie plus longue, compte tenu de l’ampleur du travail à accomplir11. La reddition des comptes des commissaires devant les gens des Comptes de Dijon à partir de 1331 permet d’observer le retard dont souffre ce travail, notamment en raison de la pauvreté des populations12.

  • 13 Robert II empruntait lui aussi aux juifs. Ainsi, Aliot de Châtillon prête 200 livres au duc, qui lu (...)

11Par ailleurs, les inventaires de confiscations des biens et gages chez les juifs ont également été étudiés non seulement pour ce qu’ils renseignent sur les missions et les objectifs de la spoliation, mais aussi pour le contenu des informations consignées sur les possessions et les activités des communautés juives du duché. Cette exploitation des inventaires est cependant restreinte par la fonction même de ces documents qui est d’engendrer des bénéfices financiers, limitant ainsi très largement les tentatives d’écriture d’une histoire sociale des communautés juives locales. Ainsi, ce sont majoritairement les activités des prêteurs qui sont visibles. En outre, l’étude des dettes est également limitée par les transformations opérées par les commissaires en vue du recouvrement des dettes. Les inventaires répondent, en effet, à des logiques précises d’organisation, pensées à l’avance et en prévision de l’inscription des dettes, qu’ils ont auparavant synthétisées et simplifiées. Nous avons tout de même pu mettre en évidence la diversité des pratiques du prêt juif bourguignon, et notamment l’importance du prêt sur gage dans le territoire. L’étude des débiteurs a montré un ancrage local des prêteurs, mais également une fidélité de la clientèle, des plus modestes aux plus aisés13.

  • 14 Dans le registre B10412, une seule dette est contractée après l’expulsion.
  • 15 E. A. R. Brown, « Philip V, Charles IV and the Jews of France : the alleged Expulsion of 1322 », Sp (...)
  • 16 Dans ce cadre, deux documents sont particulièrement intéressants. Le premier est une quittance de p (...)

12L’étude des mécanismes de l’expulsion de 1306 a mené à une réflexion critique de « l’après », c’est-à-dire à une enquête sur les conséquences effectives de cette expulsion. À court terme, certains prêteurs juifs demeurent sans qu’il ne soit possible d’en estimer le nombre14. À plus long terme, les arrêts présentés devant la chambre des comptes entre 1331 et 1348 invitent au réexamen de la question de l’expulsion présumée de 1322, dans la mesure où le recouvrement des dettes confisquées en 1306 se confond avec celui de confiscations postérieures. Néanmoins, la réalité d’une nouvelle expulsion à l’origine de cette vague de confiscations divise les historiens15. Au-delà de la confrontation des différentes positions et de l’examen des documents comtois centraux pour cette question, le travail a consisté à s’interroger sur le cas du duché de Bourgogne16. Ainsi, l’hypothèse privilégiée est celle de confiscations orchestrées en 1321 dans le duché, suivant la politique du roi de faire lever une lourde amende sur les juifs, accusés d’avoir empoisonné des puits. Cette dernière partie a également été l’occasion de réfléchir aux fondements politiques des expulsions et confiscations touchant les juifs dans les territoires du duché et des espaces frontaliers dans la première partie du xivᵉ siècle. La situation politique propre à chaque territoire conditionne ces décisions. Ainsi, en 1348 des confiscations – sans expulsion semble-t-il – sont opérées sur les juifs de Savoie et du comté de Bourgogne mais ne s’appliquent pas aux juifs ducaux.

Conclusion

13Cette étude a permis de mettre en évidence les caractéristiques de l’expulsion ducale, c’est-à-dire exclusivement menée par l’administration et le pouvoir bourguignons, entièrement au profit de la duchesse Agnès. Ainsi, on observe l’appropriation et l’adaptation des dispositifs de l’opération royale aux cadres du duché de Bourgogne : création de la fonction de commissaires « sur le fait des juifs » et vastes opérations de recouvrement des dettes. Enfin, la réflexion dépasse le cadre d’un événement propre à l’histoire juive en rendant visible le perfectionnement comptable de l’administration ducale et son efficacité en ce début de xivᵉ siècle.

Reçu : 10 novembre 2021 – Accepté : 16 avril 2022

Haut de page

Notes

1 Citons, par exemple : J. Sibon, Chasser les juifs pour régner, Paris, 2016 ; W. C. Jordan, The French monarchy and the Jews : from Philip Augustus to the last Capetians, Philadelphie, 1989.

2 S. Méchoulan, « L’expulsion des juifs de France en 1306 : proposition d’analyse contemporaine sous l’angle fiscal », in P. Contamine, J. Kerhervé et A. Rigaudière (dir.), Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel, Paris, 2007, p. 199-226.

3 M.-H. Clément-Janin, Notice sur la communauté israélite de Dijon, Dijon, 1879, p. 10-18.

4 J. Simonnet, « Juifs et Lombards en Bourgogne », Mémoire de l’Académie de Dijon, 1865, p. 149-245 ; L. Gauthier, « Les juifs dans les deux Bourgognes, étude sur le commerce d’argent aux xiiiᵉ et xivᵉ s. », publié en partie seulement dans la Revue des études juives, 48 (1904), p. 208-229 et 49, p. 1-17 et 244-261, repris dans les Mémoires de la Société d’émulation du Jura, 9ᵉ série, 3ᵉ vol., 1914, p. 57-233.

5 Parmi les travaux les plus récents sur les juifs du duché de Bourgogne, citons ceux de Roger Samuel Kohn et notamment son précieux article sur la recherche des documents d’archives mentionnés par Léon Gauthier : R. S. Kohn, « Les pièces justificatives des “Juifs dans les Deux Bourgognes” de Léon Gauthier », Revue des études juives, 152 (1993), p. 257-312.

6 Premier feuillet de l’inventaire des créances confisquées chez les juifs de Chalon-sur-Saône (Archives départementales de la Côte-d’Or [désormais abrégé ADCO], B10412, fol. 8r°). Il s’agit d’un codex composé de feuillets préliminaires exposant les valeurs des monnaies et suivi de l’inscription des dettes trouvées chez les juifs de cet espace et de ses environs. L’inventaire des créances est organisé en chapitres avec un sommaire par lieux puis par ordre alphabétique selon le prénom des débiteurs.

7 ADCO, B2295 : pièce complémentaire issue du même document qu’une autre pièce dans le dossier B10415.

8 Le registre des créances confisquées chez les prêteurs juifs du Chalonnais (ADCO B10412) témoigne également de cette maîtrise des opérations comptables : les premiers feuillets présentent un tableau des fluctuations monétaires et les dettes inscrites sont converties en monnaie de compte.

9 ADCO, B11691. U. Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, t. II, Dijon, 1741, n° CLXXVII.

10 ADCO, B10414.

11 Dans le registre des créances des juifs de Buxy et Chalon-sur-Saône, certaines dettes ne sont transmises aux commissaires par les tabellions qu’à partir de 1308, ce qui témoigne du retard des opérations d’inventaires, alors même que le recouvrement des dettes au profit du pouvoir bourguignon est amorcé.

12 ADCO, B1388, fol. 28v°. : « Mas l’en ne se trueve de quoi paier pour la pouvreté des genz qui doivent 670 livres 12 deniers. »

13 Robert II empruntait lui aussi aux juifs. Ainsi, Aliot de Châtillon prête 200 livres au duc, qui lui rembourse la moitié en digenois et le reste sous forme d’une rente à prélever sur quatre ans. ADCO, Ms312, transcription d’H. Jassemin dans Le mémorial de Robert II duc de Bourgogne (1273-1285), Paris, 1933, p. 38.

14 Dans le registre B10412, une seule dette est contractée après l’expulsion.

15 E. A. R. Brown, « Philip V, Charles IV and the Jews of France : the alleged Expulsion of 1322 », Speculum, 66 (1991), p. 294-329. A. Holtmann, « Implantation et expulsion des juifs dans une région frontalière : le comté de Bourgogne (1306 et 1321-1322) », in D. Iancu-Agou (dir.), Philippe le Bel et les Juifs du royaume de France (1306), Paris, 2012, p. 139-159. Par ailleurs, les travaux précurseurs bourguignons avancent plus aisément l’idée d’expulsion dans la mesure où les confiscations de biens ne sont jamais clairement dissociées des phénomènes d’expulsion.

16 Dans ce cadre, deux documents sont particulièrement intéressants. Le premier est une quittance de paiement datée de 1322, qui sanctionne le paiement du loyer d’une maison ayant appartenu à Héliot de Cuisery, que le duc a tenu en sa main durant un an « apres ce que li diz juiz fut pris avoic les autres juiz » (ADCO, B10415). Le second est un mandement du roi de France Philippe V au bailli de Sens, daté du 17 juin 1321, rapportant une plainte du duc de Bourgogne au roi, car son bailli a saisi des biens des juifs de sa juridiction, entravant ainsi la perception de la taxe qu’il a instaurée sur eux. Ce document signifie qu’il y a bien des confiscations orchestrées par le roi de France sur les juifs dans le contexte de l’amende instaurée par le souverain. Néanmoins, il montre que le duc de Bourgogne n’en orchestre pas sur les juifs de sa juridiction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Inventaire des lettres de créances confisquées chez les juifs de Chalon-sur-Saône et de Buxy, début de l’inventaire (Archives dép. de la Côte-d’Or, B10412, fol. 8r° ; cl. M. Jouquand).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïwenn Jouquand, « L’expulsion des juifs du duché de Bourgogne en 1306 et ses suites : une étude totale. Historiographie, mécanismes, impact », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.1 | 2022, mis en ligne le 25 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cem/19164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19164

Haut de page

Auteur

Maïwenn Jouquand

Doctorante en histoire médiévale à l’université de Bourgogne, UMR Artehis 6298

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search