Navigation – Plan du site

AccueilCollections du BUCEMACollection CBMA2022Ateliers CBMAhagAteliers CBMAhag 2022. Compte-rendu

2022
Ateliers CBMAhag

Ateliers CBMAhag 2022. Compte-rendu

Eliana Magnani

Texte intégral

  • 1 E. Magnani, « Hagiographie bourguignonne 2.0 – corpus électronique et nouvelles recherches », Bulle (...)

1Les Ateliers CBMAhag ont été lancés en décembre 2021, lors d’une journée d’études qui venait reprendre le fil des rencontres CBMA perturbées par contexte social et sanitaire depuis la fin 20191. Ils partent du constat que le corpus hagiographique bourguignon, constitué entre 2017 et 2019, portant sur plus de 325 unités textuelles dotées de nombreuses métadonnées, appelait d’une part, à l’incitation à son utilisation et exploitation, et d’autre part, à sa mise en rapport avec d’autres ensembles. Ces ateliers, organisés à distance, visent ainsi à soumettre à la discussion différents projets et approches, en gardant comme horizon les méthodes numériques, mais pas seulement. Ils s’articulent autour de trois thématiques : 1. tradition manuscrite, érudition moderne et historiographie ; 2. datation, attribution et spatialisation ; 3. philologie, sémantique et intertextualité. Ils sont ouverts aux recherches en cours sur d’autres corpus et s’intéressent aux connexions des textes bourguignons aux productions d’autres régions ainsi qu’aux articulations des textes hagiographiques avec d’autres types de productions écrites, voire figurées. Les programmes des sessions ont été conçus en vue de traiter, à chaque rencontre, un certain nombre de ces questions.

2Ayant par objectif la préparation d’une publication collective, à l’issue des ateliers qui réunissent environ une vingtaine de participants, les étapes intermédiaires des recherches présentées sont diffusées sous forme de notices individuelles dans la Collection CBMA ou de résumés annexes à ce compte-rendu.

L’atelier du 14 mars 2022

Le projet européen The Cult of Saints in Late Antiquity – Robert Wiśniewski (Université de Varsovie)

  • 2 http://csla.history.ox.ac.uk/

3L’atelier du 14 mars 2022 s’est ouvert par la présentation, par le Professeur Robert Wiśniewski (Université de Varsovie), du projet européen The Cult of Saints in Late Antiquity (2014-2018) développé en collaboration avec le Professeur Bryan Ward-Perkins (Université d’Oxford), et des principes qui ont orienté la réalisation de la base de données connexe2. Concernant le monde chrétien des origines jusqu’à environ 700, l’idée de départ était de construire un outil de recherche sur le culte des reliques et de toutes les autres formes du culte des saints, y compris ceux dont le culte ne s’est pas vraiment développé, tels qu’ils ont été transmis par des témoignages écrits dans différentes langues – grec, latin, copte, syriaque, géorgien, arménien. Réalisée à l’aide d’une équipe de douze post-doctorants répartis entre Oxford et Varsovie, la base de données est composée de deux types de fiches qui peuvent être interrogées grâce à une interface de recherche qui permet d’interrogations très précises ou très larges (Fig. 1).

Fig. 1. Interface de recherche de The Cult of Saints in Late Antiquity Database

Fig. 1. Interface de recherche de The Cult of Saints in Late Antiquity Database

4Les premières, « ID : Evidence » (plus de 8 000 à ce jour), sont relatives aux témoignages écrits, qui peuvent évoquer ou non nominalement un saint (Fig. 2a, 2b, 2c). Les deuxièmes, « ID : Saint » (environ 2 500) répertorient les saints et les sources relatives à leur culte, mais sans but prosopographique (Fig. 3). La base de données est, effectivement, conçue comme un vaste répertoire des sources écrites, où chacune est présente en intégralité, par extrait ou par un résumé, avec une traduction en anglais, une discussion critique, des références bibliographiques et le(s) type(s) d’acte cultuel concernés. Ainsi, pour chacune des fiches, pas moins de treize catégories d’informations, divisées en sous-catégories, sont renseignées.

Fig. 2a. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et ses déclinaisons « Discussion/Bibliographie » et « Activité du culte ».

Fig. 2a. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et ses déclinaisons « Discussion/Bibliographie » et « Activité du culte ».

Fig. 2b. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et sa déclinaison « Discussion/Bibliographie ».

Fig. 2b. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et sa déclinaison « Discussion/Bibliographie ».

Fig. 2c. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et sa déclinaison « Actes cultuels ».

Fig. 2c. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et sa déclinaison « Actes cultuels ».

Fig. 3. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Saint » (extrait).

Fig. 3. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Saint » (extrait).
  • 3 http://presbytersproject.ihuw.pl/index.php?id=1

5Un premier parcours dans cet ensemble montre que la plupart des cultes sont très locaux. Certains centres se détachent, toutefois, par le nombre de sources mobilisées, dont Rome avec 1300 fiches, en contraste avec Constantinople avec 400 et Alexandrie avec 160. À Rome, on compte, en effet, 300 martyrs ou groupes de martyrs et certains phénomènes cultuels peuvent être observés, comme la « popularité » de certains saints, par exemple, à travers la disparité entre saint Pierre, pour lequel on retrouve 200 fiches, et saint Paul dont la plupart des 100 fiches concernent également saint Pierre. Des nombreuses autres observations sur le culte des saints sont à la portée des chercheurs qui disposent désormais d’une vaste matière organisée, catégorisée et passible d’être croisée, grâce à l’aide de l’ordinateur. La base de données sur le culte des saints peut par ailleurs être utilement complétée par la base de données Presbyters in the Late Antique West, créée à l’université de Varsovie et construite sur une structure similaire qui place les sources au départ de toute interrogation3.

Les plus anciennes pièces inédites du dossier de saint Edme de Pontigny : recueil de miracles, brouillon de la vita et autres indulgences (1240-1261) – Jean-Luc Benoit

6(Voir https://journals.openedition.org/​cem/​18895 )

Hagiographie, ressources numériques et historiographie. Premiers jalons de l’enquête – Gabriel Castanho (UFRJ – Lathimm)

7L’enjeu principal étant de définir les contours d’un champ académique très précis, à savoir celui des études « numériques » des textes narratifs hagiographiques, l’exposé s'est articulé autour d’une question-clé : en quoi consiste le champ proprement numérique d’une recherche sur l’hagiographie ? La réponse provisoire présentée a tourné autour de la méthode employée,  plutôt que du support du texte. Des questions subsidiaires ont été lancées : pourquoi faire des études en hagiographie à l’aide du numérique ? Quelles études ont déjà été faites dans ce domaine ? Et avec quels apports nouveaux ? Après une introduction où ont été explicités les limites et le cadre de l’enquête, a été présentée ensuite la méthodologie employée pour repérer et réunir les données utiles. Dans un deuxième temps, il a été question des éléments-clés des données prélevées, tels la chronologie des publications, leurs langues et domaines de recherche. Enfin, dans un dernier volet, la formation d’un domaine de recherche spécifique (celui des études « numériques » des hagiographies) et de leurs caractéristiques a été évoquée afin de savoir si – et comment – il est devenu un champ (Bourdieu) ou un discours (Foucault) académique. 

8En guise de conclusions d’étape ont été rappelés quelques caractères principaux des études « numériques » des hagiographies : leur naissance autour des années 1979-1981 ; le français comme langue la plus répandue avec des centres de recherche situés en Belgique et autour de projets collectifs ; la forte expansion dans les années 2010 avec des bases de données constituées à partir des publications érudites traditionnelles (Bollandistes) ; jusqu’à 2010, des travaux plutôt centrés sur la structuration d’instruments heuristiques, et après, des travaux plutôt orientés vers l’étiquetage et la lemmatisation des textes ; des études sur la syntaxe (statistique et  quantitative) plutôt que sur la sémantique ; relativement peu d’attention consacrée à la datation, à l’attribution et à la spatialisation ; l’insistance sur la structuration des données (heuristiques ou textuelles) faisant de la méthodologie l’objet principal des travaux « numériques » sur les hagiographies. En s’agissant des premiers jalons de l’enquête, la question a resté ouverte : est-ce que la préoccupation méthodologique a abouti à la constitution d’un champ d’études spécifique bien défini par un discours sur l’objet ?

Actualité éditoriale : Cluny et Saint-Bénigne de Dijon dans La bibliothèque et les archives de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp. Splendeur et dispersion des manuscrits et de chartes d'une prestigieuse abbaye bénédictine normande, Volume 1 (dir. S. Lecouteux, N. Leroux, O. Siab, Fécamp, Imprimeries Durand, 2021) – Stéphane Lecouteux (CRAHAM)

9Centre politique et religieux majeur de la Normandie ducale (911-1204), la place-forte de Fécamp s’affirme au Moyen Âge comme l’un des hauts lieux intellectuel, spirituel et culturel de la chrétienté. La collégiale fondée en ses murs par les ducs de Normandie en 990, puis transformée en abbaye bénédictine dès 1001, a joué un rôle essentiel dans cet essor et dans ce succès. Richement doté dès l’origine par les ducs, le monastère devient rapidement l’une des abbayes les plus puissantes de Normandie et d’Occident. C’est aussi un centre de pèlerinage réputé, dédié à la relique du Précieux Sang. La population cosmopolite qui y gravite, l’origine italienne de ses premiers abbés et ses liens étroits avec Saint-Bénigne de Dijon, Cluny ainsi que la papauté ont contribué à façonner sur place une pensée originale, aux influences multiples. Entre 1001 et 1078, ses deux premiers abbés, Guillaume de Volpiano et Jean de Ravenne, ont l'un et l'autre un temps cumulé les abbatiats de Fécamp et de Saint-Bénigne de Dijon, favorisant ainsi le maintien de relations durables entre ces deux établissements et ces deux régions. On observe en particulier une circulation importante de moines, de livres et de textes entre la Bourgogne et la Normandie aux XIe et XIIe siècles du fait des liens spirituels étroits noués entre ces deux monastères.

L’atelier du 13 juin 2022

Le corpus hagiographique de Trèves au début du XVIe siècle. Enquête stylométrique et premiers résultats – Bastien Dubuisson (Université du Luxembourg / Université de Namur)

10(Voir https://journals.openedition.org/​cem/​19285)

Vie d’Odon de Cluny par Jean de Salerne : état actuel des connaissances du dossier – Ludivine Mazelly (Doctorante au CPAF-TDMAM - MMSH Aix-en-Provence - Aix-Marseille Université)

11La Vie d’Odon de Cluny (BHL 6292-6296), écrite par son disciple le moine Jean de Salerne aux alentours de 943, est un texte hagiographique qui a connu divers remaniements au cours des deux siècles qui ont suivi sa rédaction. Si nous connaissons ce texte grâce à deux éditions du XVIIe siècle – l’une de M. Marrier dans la Bibliotheca Cluniacensis (1614), l’autre de J. Mabillon pour ses Acta sanctorum ordinis S. Benedicti, tome 5 (1685), reproduite dans la Patrologie latine de J.-P. Migne) –, les recherches menées durant les 50 dernières années et la reprise actuelle du dossier nous permettent aujourd’hui d’envisager une nouvelle édition, fondée sur une base manuscrite plus étendue et proposant un apparat critique solide.

12La collation des différents témoins de cette Vita Major nous permet de confirmer l’existence de quatre grandes familles de manuscrits (Fig. 4). Les groupes constitués proposent une organisation interne du texte différente (narration en deux, trois ou quatre livres, chapitres de longueurs très diverses dont les débuts et fins varient, absence quasi totale d’organisation interne du texte pour d’autres) comme une structure narrative divergente. Ces états du texte influencent naturellement son sens et en modifient la perception. Les analyses en cours semblent toutefois orienter et confirmer notre choix en faveur d’une famille, même si les autres choix opérés obéissent à une autre logique.

Fig. 4. Paris, BnF lat. 18306, fol.2r, Fin XIe-début XIIe siècle. Incipit du livre I de la Vita Odonis. Famille T3b (Cliché BnF)

Fig. 4. Paris, BnF lat. 18306, fol.2r, Fin XIe-début XIIe siècle. Incipit du livre I de la Vita Odonis. Famille T3b (Cliché BnF)

La datation des inscriptions médiévales : comprendre les spécificités de l’épigraphie pour mieux comparer les sources textuelles – Manon Durier (CESCM)

Mise en ligne : 22 juillet 2022 – Dernière mise à jour : 22 juillet 2022

Haut de page

Notes

1 E. Magnani, « Hagiographie bourguignonne 2.0 – corpus électronique et nouvelles recherches », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre - BUCEMA - Collection CBMA, Les journées d'études, mis en ligne le 12 janvier 2022, http://journals.openedition.org/cem/18495.

2 http://csla.history.ox.ac.uk/

3 http://presbytersproject.ihuw.pl/index.php?id=1

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Interface de recherche de The Cult of Saints in Late Antiquity Database
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 2a. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et ses déclinaisons « Discussion/Bibliographie » et « Activité du culte ».
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 2b. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et sa déclinaison « Discussion/Bibliographie ».
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 2c. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Evidence » (source), et sa déclinaison « Actes cultuels ».
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 3. The Cult of Saints in Late Antiquity Database. Exemple de fiche « Saint » (extrait).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Fig. 4. Paris, BnF lat. 18306, fol.2r, Fin XIe-début XIIe siècle. Incipit du livre I de la Vita Odonis. Famille T3b (Cliché BnF)
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliana Magnani, « Ateliers CBMAhag 2022. Compte-rendu »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Collection CBMA, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cem/19337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19337

Haut de page

Auteur

Eliana Magnani

CNRS – LaMOP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search