Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.2Recherche activeLes derniers feux de l’Écorcherie...

Recherche active

Les derniers feux de l’Écorcherie : la chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles (printemps 1445)

Christophe Furon

Résumés

Au printemps 1445, se produit ce qui peut être considéré comme la dernière course d’écorcheurs : en territoires bourguignons, le capitaine français Robert de Flocques pille le sud du duché du Luxembourg puis, rejoint par le capitaine Poton de Xaintrailles, le comté de Rethel et la châtellenie de Château-Regnault. Ces pillages s’inscrivent dans le contexte de la réforme militaire initiée par Charles VII et des négociations entre ce dernier et la duchesse de Bourgogne à Reims et Châlons-en-Champagne. En s’appuyant sur des documents partiellement inédits conservés aux Archives départementales de la Côte-d’Or, cette étude analyse les enjeux économiques, géopolitiques et diplomatiques de cette chevauchée, qui éclaire à la fois la mise en œuvre de la réforme militaire et le déroulement des négociations. La chevauchée se révèle ainsi être un outil de réaffirmation du pouvoir royal.

Haut de page

Notes de la rédaction

Historique
Reçu : 31 août 2022 – Accepté : 10 octobre 2022

Texte intégral

  • 1 J. Rigault, « Ravages de la guerre de Cent Ans. Les écorcheurs en Luxembourg et Rethélois en 1445 » (...)
  • 2 A. Plaisse, Un chef de guerre au xve siècle. Robert de Flocques, bailli royal d’Évreux, maréchal hé (...)
  • 3 A. Plaisse, Un chef de guerre au xve siècle…, op. cit., p. 110.
  • 4 Archives départementales de la Côte-d’Or [désormais abrégé ADCO], B 11882. Pour une présentation de (...)

1Au printemps 1445, se produit ce qui peut être considéré comme la dernière course d’écorcheurs : en territoires bourguignons, le capitaine français Robert de Flocques, dit Flocquet, pille le sud du duché du Luxembourg puis, rejoint par le capitaine Poton de Xaintrailles, le comté de Rethel et la châtellenie de Château-Regnault. Ces pillages sont connus des historiens depuis la publication d’un article de Jean Rigault, qui reconstitue la chronologie des faits1. Cet article a été repris par André Plaisse dans sa biographie sur Robert de Flocques2, mais il ne présente ces exactions que comme une énième répétition de « ces actes de banditisme et de sauvagerie », de « ces pratiques barbares »3 dont sont capables les gens de guerre. L’essentiel de leur propos se fonde sur une enquête menée début juin 1445 pour évaluer les dégâts commis par ces écorcheurs dans le comté de Rethel et la châtellenie de Château-Regnault4, sans tenir compte de nombreuses autres sources, que nous présenterons plus loin et qui montrent que cette chevauchée n’est pas qu’une simple opération de pillage.

  • 5 Sur le siège de Metz par Charles VII, voir : F. de Saulcy et A. Huguenin, Relation du siège de Metz (...)
  • 6 Sur la réforme militaire de 1445, l’étude de référence reste celle de P. Contamine, Guerre, État et (...)
  • 7 Sur ces conférences, voir M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvo (...)
  • 8 Sur l’année 1445, décisive à bien des égards pour le règne de Charles VII, la synthèse la plus déta (...)

2Celle-ci s’inscrit en effet dans un contexte particulier. Elle débute après la levée du siège mis par les troupes de Charles VII devant Metz5 et la réforme militaire instaurant les compagnies d’ordonnance6. Parmi les capitaines de ces compagnies, ont été choisis Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles. De plus, ces pillages ont lieu alors que se tiennent les conférences de Reims et Châlons-en-Champagne organisées pour régler les différends apparus entre Charles VII et Philippe le Bon depuis le traité d’Arras signé en 14357, dans un contexte de lutte d’influence entre la France et la Bourgogne sur la frontière avec l’Empire8. Loin de n’être qu’une simple opération de pillage, la chevauchée commandée par Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles présente donc des enjeux politiques, militaires et diplomatiques. Les violences commises doivent être analysées à l’aune de ces enjeux. Son étude fournit ainsi des éléments à la fois sur la mise en œuvre de la réforme militaire, sur la fin de l’Écorcherie et sur les négociations franco-bourguignonnes. Cette chevauchée fournit donc un éclairage sur des événements décisifs de l’année 1445, qui marque à bien des égards un tournant dans le règne de Charles VII.

1. Un ensemble documentaire riche

  • 9 C’est souvent ainsi que sont présentés les écorcheurs : A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., et J. (...)

3Il est possible de l’étudier grâce à une documentation particulièrement riche qui, complétée par quelques chroniques peu disertes, permet de dépasser la simple vision d’un déferlement de violences commises par une horde d’hommes d’armes sans foi ni loi9. Les Archives départementales de la Côte-d’Or recèlent en effet un important corpus documentaire concernant cette chevauchée, réparti dans deux liasses cotées B 11882 et B 11906, dont les pièces sont présentées ici dans l’ordre chronologique de leur production.

  • 10 A.-B. Spitzbarth, Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc Valois de Bourgogne (...)

4La liasse B 11906 contient deux pièces en parchemin et trente-sept pièces en papier datées des années 1444-1445 : il s’agit de mémoires, d’instructions et de lettres. Anne-Brigitte Spitzbarth a montré que ce dossier est bien celui constitué pour les ambassadeurs bourguignons aux conférences de Reims et Châlons-en-Champagne10. L’inventaire qui figure dans la liasse permet d’affirmer que de nombreuses pièces n’ont pas été conservées et que d’autres y ont été ajoutées au fil des négociations, notamment les lettres adressées à Isabelle de Portugal. Cette dernière est l’épouse du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, et dirige les négociations lors des conférences de Châlons-en-Champagne pour le compte de ce dernier. C’est pourquoi elle est informée des exactions commises par les Français dans le duché de Luxembourg alors sous domination bourguignonne. L’insertion de ces lettres, ainsi que de rapports sur les dommages causés, dans ce dossier montre que ces pillages ont fait l’objet de discussions pendant les conférences. Les documents concernant cette chevauchée sont les pièces suivantes :

    • 11 Sur Corneille de Bourgogne, voir A. Marchandisse, « Corneille, bâtard de Bourgogne (ca 1426-1452) » (...)

    n° 11 : une lettre du 6 avril 1445, adressée par Robert de Flocques à Corneille, fils bâtard de Philippe le Bon et gouverneur du Luxembourg, dans laquelle il demande réparation pour l’attaque de ses hommes par Antoine de Bourgogne, le demi-frère de Corneille11 ;

  • n° 10 : une lettre non datée de Corneille répondant à la précédente et qui nie l’implication d’Antoine de Bourgogne dans cette attaque ;

    • 12 Sur Bernard de Bourscheid, voir J. Vannérus, « Les Seigneurs de Bourscheid. II. De Bernard Ier (139 (...)

    n° 7 : une lettre, datée du 4 mai, de Bernard de Bourscheid, capitaine et prévôt d’Arlon, qui se plaint à Robert de Flocques de ses exactions12 ;

    • 13 Publiée par A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 252.

    n° 6 : une lettre datée du même jour et envoyée par Robert de Flocques à Bernard de Bourscheid en réponse à la précédente et à une autre du même émetteur, mais perdue, dans laquelle le capitaine français minimise les crimes dont le prévôt lui fait reproche13 ;

  • n° 13 : une lettre que, le 5 mai, André de Lohéac, maréchal de France, envoie en réponse à celle, apparemment perdue, de Corneille pour défendre Robert de Flocques contre ses accusations de pillages et dénoncer les attaques que les Bourguignons mènent contre d’autres capitaines, dont Poton de Xaintrailles ;

    • 14 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne (1430-1 (...)

    n° 14 : une lettre du 7 mai adressée par Corneille à Isabelle de Portugal pour lui rendre compte de la gravité de la situation dans le duché de Luxembourg14 ;

  • n° 4 : une quittance de Robert de Flocques, datée du 11 mai, pour le paiement d’une avance de 197 florins sur une somme de 606 florins du Rhin destinée à financer la rançon des bêtes qu’il a prises dans la prévôté d’Arlon ;

    • 15 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 191-193.

    n° 12 : une lettre adressée le 15 mai par Corneille à Isabelle de Portugal pour l’informer du refus de Flocquet de réparer les dommages commis15 ;

  • n° 5 : une quittance de Robert de Flocques, datée du 23 mai, pour le paiement de la somme de 606 florins du Rhin évoquée plus haut ;

    • 16 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 193-194. La lettre de Bernard (...)

    n° 3 : une lettre de Corneille à Isabelle de Portugal, datée du 28 mai 1445, qui accompagne le rapport du prévôt d’Arlon sur les dommages causés par Flocquet dans sa circonscription ainsi qu’une lettre du même prévôt16 ;

    • 17 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 196.

    n° 9 : une lettre de Corneille à Isabelle de Portugal, non datée, mais que Monique Sommé situe après le 28 mai 1445, et dans laquelle il informe la duchesse des mouvements des écorcheurs17 ;

    • 18 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 194-196.

    n° 2 : une lettre de Bernard de Bourscheid à Isabelle de Portugal, datée du 29 mai 1445, et qui figure dans le même envoi que la pièce n° 3, dans laquelle il détaille les sommes payées à Robert de Flocques et lui demande d’obtenir réparation18 ;

  • n° 8 : le rapport de Bernard de Bourscheid, capitaine et prévôt d’Arlon, sur les exactions de Robert de Flocques, rédigé le 29 mai 1445, et accompagnant la lettre précédente ;

    • 19 Je ne suis pas parvenu à identifier ce capitaine.

    n° 1 : un rapport non daté sur les dommages causés par les hommes de Robert de Flocques et d’un capitaine nommé Verdun19 dans le comté de Chiny et la prévôté d’Yvois, du 12 au 14 mai.

5Arrêtons-nous sur ces deux rapports. Le premier est peu détaillé et moins long que la lettre adressée par le prévôt d’Arlon à la duchesse, qu’il complète. Il y est dit que, le 1er mai, Robert de Flocques a pillé vingt-quatre villages, sans qu’ils soient tous nommés, et évoque de manière très générale leurs méfaits – viols d’églises, capture de vingt personnes mises à rançon et de bétail – pour estimer les dommages causés à 5 000 florins du Rhin. Il ajoute que d’autres crimes – deux personnes tuées à Messancy – et dommages ont été commis sans davantage de précisions. Le caractère succinct de ce rapport, qui contraste avec les autres enquêtes qui nous sont parvenues sur les ravages des écorcheurs, invite à penser qu’il s’agit d’un résumé d’une enquête que le prévôt a diligenté, mais dont nous avons perdu la trace. L’auteur du second rapport est anonyme : si l’on considère que l’enquête a été menée selon la même procédure qu’à Arlon, on peut penser qu’il s’agit du prévôt d’Yvois ou du moins que c’est lui qui l’a diligentée. Toujours est-il que ce rapport est plus détaillé que le précédent, fournissant pour chaque localité la liste des personnes et des animaux capturés avec, pour ces derniers, le montant de leurs rançons, ainsi que celle des biens saisis et de leur valeur estimée. L’insertion de ces deux rapports, qui s’attardent davantage sur l’estimation des biens et des dommages causés que sur les violences commises, dans le dossier destiné aux négociateurs bourguignons de Châlons-en-Champagne indique une volonté de demander réparation auprès du roi de France lors des conférences.

  • 20 Il s’agit d’enquêtes sur les ravages des écorcheurs commis en 1445, les préparatifs de croisade de (...)
  • 21 Cette datation s’appuie sur le contenu du document, qui rappelle que Robert de Flocques « a couru e (...)
  • 22 Voir la présentation de cette pièce au paragraphe suivant.
  • 23 ADCO, B 11906, n° 9.

6Dans la liasse B 11882, qui contient quatorze pièces en parchemin et six pièces en papier datées des années 1445-147420, les trois pièces non numérotées qui concernent notre propos relèvent du même objectif. La première dans l’ordre chronologique est une « declaracion en brief des dommaiges faiz par les gens du roy notre seigneur durant la convencion de Reims et de Chaalons qui a duré des le premier jour de mars m cccc xliiii jusques [un blanc] sur les pays de monseigneur et autres qu’il a en gouvernement et ou Conté de Retheloiz ». Bien qu’elle ne soit pas datée, on peut estimer qu’elle a été rédigée dans les derniers jours de mai 144521. Il s’agit d’une liste, sans doute destinée aux négociateurs bourguignons, résumant les points à aborder : le premier fait référence au rapport de Bernard de Bourscheid du 29 mai, le deuxième à celui sur les dommages commis dans la prévôté d’Yvois, le troisième à l’enquête – qui ne débute que le 1er juin – sur les ravages opérés dans le comté de Rethel22, le quatrième au départ de Flocques et Xaintrailles vers le Hainaut – information sans doute tirée de la lettre envoyée par Corneille à la duchesse après le 28 mai23 –, et le dernier aux exactions commises durant cette période par la garnison française de Montbéliard dans le comté de Bourgogne.

  • 24 Ce document est édité par A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 253-255.

7La deuxième pièce de cette liasse est une copie, dont l’original semble perdu, de l’« Informacion faite par nous Jehan Hervin, lieutenant de monseigneur le bailli de Rethel, et Jehan Letorel, procureur general dudit Rethelois, des courses rancons composicions exces et delis fais et commis par les gens Flocquet et autres sur les [un blanc] et subgietz de Rethelois dont avons peu avoir cognoissance et aussi en la chastellenie de Chastel Regnault ». Elle se présente sous la forme d’un rouleau de cinq feuilles de papier attachées, dont la largeur est de 28 cm et la longueur de 270 cm. Comme l’indique son titre, cette enquête a été réalisée par deux officiers de Charles de Bourgogne, comte de Nevers et de Rethel et cousin de Philippe le Bon, quelques jours après le départ de Robert de Flocques de la région, du 1er au 4 juin 1445. Pour mener l’enquête, les deux officiers se rendent dans les localités pillées et sont accompagnés de deux tabellions royaux de la prévôté de Sainte-Menehould, mais il n’est pas certain que ces derniers aient participé à la rédaction du rapport. Peut-être sont-ils commissionnés par Charles VII pour surveiller le bon déroulement de la procédure et veiller à ce que cette dernière ne soit pas l’occasion pour les officiers bourguignons d’exagérer les ravages commis pour en demander plus forte réparation. Le rapport d’enquête se présente sous la forme d’une liste de témoignages d’habitants sur les violences commises, les rançonnements et les biens volés. Cette liste a été rédigée au fil des déplacements des officiers et de l’audition des témoins et des victimes. L’objectif principal est d’évaluer financièrement les dommages : le rapport d’enquête insiste davantage sur les vols de biens et le paiement des rançons que sur les violences, dont seules les plus graves sont rapportées. Viols, profanations et meurtres sont mentionnés – parfois avec force détails, mais sans que l’on puisse déterminer s’ils figurent tous dans le rapport – tandis que les violences « ordinaires » du pillage, comme molester une personne, ne sont pas enregistrées. La troisième pièce est un « extrait en brief des oultraiges et dommaiges faiz ou pays de Retheloiz », c’est-à-dire de l’enquête précédente24. De dimensions qui la rendent plus maniable que celle-ci (430 x 530 mm), elle est certainement destinée à être utilisée lors des discussions, car elle synthétise les témoignages de l’enquête sans fournir les noms des personnes interrogées.

8Un dernier point mérite d’ores et déjà d’être précisé en ce qui concerne l’ensemble du dossier : nous ne savons pas dans quelle mesure toute cette documentation a été utilisée, ni si elle l’a effectivement été. Comme nous le verrons, la chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles fait l’objet de discussions lors des conférences, mais celles-ci semblent n’aboutir à aucun résultat puisque les accords signés ne font état d’aucun dédommagement pour ces pillages.

  • 25 Voir les enquêtes publiées par A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 2, p. 301-380 et celles don (...)

9Pour l’historien, cela n’enlève rien à l’extraordinaire richesse de cet ensemble documentaire. Habituellement, les enquêtes sur les dévastations des écorcheurs ne sont pas éclairées par d’autres documents25, hormis des chroniques souvent peu détaillées. Dans ce cas précis, les sources permettent de comprendre comment ces pillages interfèrent dans le déroulement des négociations de Reims et de Châlons et comment ces dernières ont généré une production documentaire destinée à appuyer les demandes bourguignonnes. Replacé dans le contexte de l’année 1445 évoqué plus haut, cet ensemble documentaire permet ainsi d’analyser de manière plus précise que de coutume l’intérêt que présentent des pillages comme ceux-ci pour les hommes d’armes, les capitaines et les souverains. Elle permet également de comprendre comment ces motivations, au départ différentes, convergent, donnant à voir toute la rationalité qui préside à ces opérations généralement présentées comme de simples déferlements de violences.

2. Des hommes d’armes entre réforme militaire et expectative : l’économie du pillage

  • 26 Toul se soumet en mai et Verdun le 23 juin, cf. G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…(...)
  • 27 Sur l’expédition que mène en 1444-1445 le dauphin Louis dans l’Empire pour éloigner les écorcheurs, (...)
  • 28 Selon les sources contemporaines, les effectifs menés par le dauphin Louis varient entre 14 000 et (...)
  • 29 S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », op. cit.

10La chevauchée de Robert de Flocques trouve son origine dans la fin du siège de Metz en février 1445. Charles VII assiège alors la cité depuis six mois dans le but de soutenir René d’Anjou, duc de Lorraine, en conflit avec les Messins, et d’imposer son autorité sur certaines villes d’Empire. Après avoir soumis Épinal en septembre, son objectif est de faire de même avec Metz, Verdun et Toul. Le 28 février 1445, Charles VII obtient la soumission de Metz26. Le 3 mars, sous son égide, un traité est signé entre la cité et René d’Anjou : il annule les dettes du second envers la première. Les assiégeants doivent donc quitter la région, alors même que les écorcheurs, que le dauphin Louis avait menés en Alsace, refluent soit vers la Bourgogne, soit vers la Lorraine27. Par conséquent, des milliers, voire des dizaines de milliers, d’hommes d’armes se retrouvent sans emploi28. Ces accords sont suivis dans la première quinzaine de mars de la promulgation de l’ordonnance mettant en place la réforme militaire : elle désigne les capitaines retenus pour commander les compagnies qui composent l’armée royale et précise les effectifs qui sont sous leurs ordres29.

  • 30 F. de Saulcy et A. Huguenin, Relation du siège de Metz…, op. cit., p. 297-299. Nous disposons de pe (...)
  • 31 ADCO, B 11906, n° 1.
  • 32 ADCO, B 11882.
  • 33 ADCO, B 11882. Pierre de Louvain est moins connu pour son passé d’écorcheur que pour avoir été l’am (...)
  • 34 Il est possible qu’à la suite de son éviction par l’ordonnance de 1445, Pierre Michiel ait intégré (...)
  • 35 S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », op. cit., p. 825.

11Ces effectifs sont largement inférieurs à ceux que Charles VII et Louis ont conduits dans l’ouest de l’Empire : cela implique qu’une grande partie des hommes d’armes ne sera pas choisie par les capitaines pour former leur compagnie. Pour ces derniers, la sélection s’annonce difficile. Un état des forces françaises lors du siège de Metz permet de se faire une idée des effectifs alors sous leurs ordres. Pour s’en tenir à ceux qui participent à la chevauchée, Poton de Xaintrailles commande 2 240 chevaux, Robert de Flocques, 704, et Pierre Michiel, 2 00030. Ces effectifs sont fluctuants : les 12 et 13 mai 1445, Robert de Flocques occupe l’abbaye Notre-Dame d’Orval avec 900 à 1 000 chevaux31, et Pierre Michiel pille le comté de Rethel avec 500 chevaux32. Un autre capitaine, Pierre de Louvain, ne participe pas au siège mais pille, lui aussi, le Rethélois avec 500 chevaux33. Quoi qu’il en soit, la réforme impose à ces capitaines – hormis Pierre Michiel, qui n’est pas retenu34 – 100 lances et 200 archers, soit un total de 600 chevaux par compagnie35. De nombreux hommes d’armes sont donc destinés à se retrouver sans emploi.

  • 36 Sur cette question, voir V. Toureille, « Pillage ou droit de prise… », op. cit.

12Cette sélection drastique a des implications dans la manière dont ces derniers conçoivent la chevauchée menée par Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles. Pour eux, la prédation revêt deux enjeux majeurs. Le premier est la subsistance : la levée du siège de Metz les laisse sans activité militaire et cette situation risque de durer longtemps s’ils ne sont pas choisis pour intégrer les compagnies d’ordonnances. Le second est leur équipement : ils savent que seuls les mieux équipés seront choisis. Il leur faut donc voler ou trouver de quoi acheter armes et chevaux. Entre pillage et droit de prise, le comportement de ces hommes d’armes est difficile à qualifier du point de vue juridique, mais relève, en ce qui les concerne, d’une nécessité vitale36.

  • 37 F. de Saulcy et A. Huguenin, Relation du siège de Metz…, op. cit., p. 175-178.
  • 38 U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon, t. 4, 1781, Preuves, p. clxxv. (...)
  • 39 ADCO, B 11906, n° 6, publiée par A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 252.
  • 40 ADCO, B 11882.
  • 41 ADCO, B 11882.
  • 42 Ces trois localités correspondent aujourd’hui à la ville de Charleville-Mézières. Arches est le nom (...)
  • 43 ADCO, B 11882. Un poinçon est une sorte de baril contenant la moitié d’une queue, soit environ 200 (...)
  • 44 ADCO, B 11882.
  • 45 ADCO B 11906, n° 1.

13Après la levée du siège, les troupes restent dans la région messine, vivant sur le pays et vendant les produits de leurs pillages aux habitants37, mais certains commencent à piller le duché du Luxembourg38. Pour eux, la chevauchée qui les conduit en mai en Rethélois relève avant tout de la prédation de subsistance, assurant une fonction de ravitaillement quotidien en vivres. Robert de Flocques justifie son attaque sur la prévôté d’Arlon par, entre autres, le refus de Bernard de Bourscheid de lui procurer ces vivres39. Lorsqu’il rejoint Poton de Xaintrailles à Mondigny le 16 mai, leurs hommes tuent plusieurs moutons et vont à Mézières s’emparer de vingt pots de vin et trois douzaines de pain40. À l’abbaye de Laval-Dieu, ils prennent, entre autres choses, les vivres et tuent des animaux, sans doute pour leur consommation41. Le 28 mai, le bétail pris à Mézières, Arches, Étion42, Damouzy et Sorel est rançonné à 140 florins du Rhin, mais aussi six queues d’avoine et une queue de vin. De même, les trois hommes capturés le sont à un poinçon de vin, deux setiers d’avoine, en plus d’une paire d’éperons et de six francs en argent43. Le même jour, à Saint-Marceau, les écorcheurs composent une partie du bétail capturé et en conservent l’autre, c’est-à-dire quarante moutons, vingt agneaux et deux vaches44, là aussi sans doute pour leur propre consommation. Notons également que les sources n’évoquent que le gros bétail – chevaux, bovins et ovins – et que les volailles ne sont pas mentionnées parmi les prises, certainement en raison de leur faible valeur. Les chevaux ont également besoin d’être nourris : le blé, l’avoine, le foin et la paille saisis à l’abbaye Notre-Dame d’Orval sont certainement destinés à leur entretien45.

  • 46 Sur la question des rançons et de la fixation des tarifs, voir R. Ambühl, Prisoners of War in the H (...)
  • 47 ADCO, B 11882.
  • 48 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-19 (...)
  • 49 ADCO, B 11882.
  • 50 ADCO, B 11882.
  • 51 ADCO, B 11882.

14Les rançons payées en argent apportent quelques revenus46. Pour les personnes, la fixation du prix semble être fonction de leurs capacités de paiement et de leur statut. À Monthermé, un enfant de dix ans (douze francs) vaut moins qu’un homme adulte – cinquante-cinq francs, deux aunes de drap fin, un double bonnet, une paire de chausses et une paire de souliers47. La rançon de ce dernier montre qu’elle a été fixée en fonction de ses moyens. En comparaison, la somme de cinquante florins versée par Corneille pour la libération de dix personnes de la prévôté d’Arlon à la fin du mois de mai paraît faible, rapportée au nombre de prisonniers48. De même, les quarante florins du Rhin et trois pipes de vin versés pour la libération des vingt-quatre personnes de Poix-Terron reflètent leur faible solvabilité. Les habitants ne pouvant pas payer, car ils ont déjà été attaqués, les hommes de Poton de Xaintrailles prennent trois otages qu’ils brutalisent jusqu’à ce que la rançon soit versée49. Hormis la prise en compte du niveau de richesse des prisonniers, la fixation du prix de la rançon ne paraît pas répondre à une grille tarifaire précise : les marchandises prises aux merciers de Monthermé semblent être le prix de leur libération50. Les rançons font parfois l’objet de négociations, notamment lorsque l’entourage du captif ne peut pas payer. C’est sans doute le cas à l’abbaye de Laval-Dieu, où les écorcheurs réclament quarante saluts d’or pour le père de l’abbé, qu’ils torturent pour accélérer le paiement. Finalement, ils reçoivent un cheval d’une valeur de cinquante saluts51. Les pilleurs ayant pris tout l’argent aux moines, ceux-ci ont dû le leur proposer en guise de paiement.

  • 52 ADCO, B 11882.

15Pour les animaux, les tarifs pratiqués obéissent parfois à une certaine logique : le 29 mai, les dix-sept animaux pris à Bouvellemont valent dix-sept francs et les cent huit bêtes prises au Chesne le même jour valent cent huit francs, soit un franc par bête à chaque fois52. Toutefois, cette simplicité tarifaire est une exception. Il n’y a pas de différences de prix entre les espèces – douze vaches et cinq chevaux sont pris à Bouvellemont –, contrairement à ce qui est habituellement pratiqué, du moins autant que le manque de précision des sources, qui ne retiennent que les sommes globales, le laisse entrevoir. Ainsi, les chevaux ont davantage de valeur que les autres bêtes : le même jour au Chesne, les quatorze chevaux capturés sont rançonnés à treize francs et demi, quatorze quartiers d’avoine et quatorze pots de vin, c’est-à-dire un tarif plus élevé. Mais un autre cheval est composé seulement à un florin de Bar. Cette différence peut être liée à l’état, à la race ou à la fonction du cheval.

  • 53 Dans nombre de localités, les explications sur les biens volés sont évasives : à Braux, chanoines, (...)
  • 54 ADCO, B 11882 et B 11906, n° 1.
  • 55 ADCO, B 11882.
  • 56 ADCO, B 11906, n° 8.
  • 57 ADCO, B 11882.
  • 58 M. Jucker, « Le butin de guerre au Moyen Âge. Aspects symboliques et économiques », Francia, 36 (20 (...)
  • 59 Valérie Toureille souligne la « place privilégiée » du linge, quel que soit sa nature, parmi les ob (...)

16L’enquête de juin 1445 fournit quelques précisions sur les objets volés, qu’il faut prendre avec précaution car ils sont tous détenus par l’Église. Les clercs semblent avoir eu le réflexe de demander réparation pour ces vols53, alors qu’on imagine mal les paysans, les artisans et les bourgeois épargnés par ces mêmes vols. Vulnérabilité et objets de valeur font en effet des bâtiments ecclésiastiques des cibles privilégiées. Deux abbayes sont pillées par Robert de Flocques : Notre-Dame d’Orval, près d’Auflance, les 12 et 13 mai, et Laval-Dieu, près de Monthermé, le 17 ou le 18 mai. Dans les deux cas, ce sont les richesses qui attirent les pillards : objets liturgiques, argent, vêtements et tissus54. Dans la seconde, ils se sont emparés de la crosse de l’abbé et ont « osté de ladite crosse l’argent qui estoit autour55 ». Des pillages d’églises sont également mentionnés dans la prévôté d’Arlon56, à Monthermé, où les hommes de Robert de Flocques prennent un bréviaire, des draps, deux calices en argent, deux joyaux, des reliques et tout l’argent qu’ils trouvent, et à Thilay57. Une grande quantité de tissus – draps, habits de religieux, linges, nappes – figure dans le butin. Pour d’autres exactions, Michael Jucker explique cela par la nécessité du transport des objets saisis, les articles de literie servant de sacs58. On ne peut toutefois exclure la possibilité de leur revente ou de leur réemploi59.

  • 60 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, 1883-1888, t. 2, p. 60.
  • 61 ADCO, B 11906, n° 6.
  • 62 ADCO, B 11906, n° 5.
  • 63 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-19 (...)
  • 64 ADCO, B 11906, n° 2.
  • 65 ADCO, B 11906, n° 1.
  • 66 ADCO, B 11906, n° 1.
  • 67 ADCO, B 11906, n° 1.
  • 68 ADCO, B 11882.
  • 69 ADCO, B 11882.

17Dans la perspective de la réforme militaire, le pillage n’est pas seulement un moyen de se procurer des vivres mais constitue aussi, grâce à l’argent reçu du paiement des rançons et de la revente des objets volés, un moyen de s’équiper. En tentant d’amasser un petit pécule, les hommes nourrissent l’espoir de financer l’acquisition d’un cheval : Olivier de La Marche rapporte que, à cette époque, les prix des chevaux augmentent car les hommes souhaitant intégrer les compagnies d’ordonnances se mettent à la recherche d’une monture qui, d’après eux, leur procurerait davantage de chances d’être retenus60. De fait, lors de la chevauchée de mai 1445, les hommes de Robert de Flocques accordent une attention particulière au vol de ces animaux de valeur. À Arlon, le prévôt estime que 2 000 chevaux, bœufs et vaches sont saisis dans sa circonscription. Cette estimation est contestée par Robert de Flocques, qui ne parle dans sa lettre du 4 mai que de 700 ou 800 bêtes61. Ces divergences peuvent s’expliquer de deux façons : soit les hommes du capitaine ne lui déclarent pas toutes leurs prises, soit le capitaine sous-évalue leur nombre pour ne pas avoir à toutes les rendre, par exemple en gardant les chevaux. Quoi qu’il en soit, il rançonne tout ce bétail à 606 florins du Rhin, somme payée le 23 mai62. Le 11 mai, il reçoit une avance de 197 florins, qui sert à rembourser une dette qu’il a contractée auprès de marchands de chevaux barrois, peut-être au début de sa chevauchée. Les 409 autres florins sont confisqués par le roi à la demande de la duchesse de Bourgogne63. En outre, il libère les prisonniers capturés dans la prévôté d’Arlon contre un cheval de 55 florins64. L’acquisition de chevaux est donc une préoccupation majeure du capitaine – qui a des difficultés à financer ses achats effectués en Barrois – et de ses hommes. Les captures opérées durant cette chevauchée sont liées aux tensions du marché dans la région. Les sources signalent de nombreuses prises lors de cette chevauchée. Il n’est pas toujours possible de savoir de quels types de chevaux il s’agit, mais tous ne sont pas des chevaux de guerre. Dans la prévôté d’Yvois, les seize « chevaulx de charroiz » pris les 12 et 13 mai à l’abbaye Notre-Dame d’Orval et à ses dépendants ne sont pas rendus65. Ils sont sans doute gardés dans le but de transporter le butin. Le 14 mai, près d’Yvois, les hommes de Robert de Flocques prennent « XXIIII ou XXV chevaulx de harnois qui povoit [sic] bien valoir la somme de VIc florins d’or et plus66 ». En revanche, « d’autres chevaulx et bestes », dont l’espèce et le nombre ne sont pas précisés, mais qui appartiennent à l’abbaye, sont rendus contre une rançon de cent florins67. Dans le comté de Rethel, de nombreux chevaux sont volés, mais la plupart sont rendus contre des rançons. Celles-ci indiquent que les animaux sont de faible valeur. À Saint-Marceau, par exemple, treize chevaux, plusieurs vaches et de nombreux ovins sont pris, mais les routiers gardent quarante moutons « bien vestus de laine », vingt agneaux et deux vaches, sans doute pour leur consommation, et rançonnent le reste à quatre-vingts florins du Rhin. Seuls les treize chevaux pris à Arches, d’une valeur totale de 260 francs, ne sont pas restitués68. À Château-Regnault, les hommes de Robert de Flocques et de Poton de Xaintrailles prennent ceux du château, sans les rendre69.

18Globalement, lorsque l’on rapporte ces effectifs de bétail et ces sommes d’argent aux centaines d’hommes participant aux pillages et à la durée de cette chevauchée, le partage du butin paraît d’un faible bénéfice pour chacun d’eux. S’il est difficile de savoir si les pillards mangent à leur faim, il semble évident que les rançons leur rapportent peu et que tous ne parviennent pas à acquérir une monture. Pour les capitaines, la prédation ne leur est guère plus profitable, comme le suggère l’échec financier de la prise des chevaux dans la prévôté d’Arlon. Mais leur objectif principal n’est sans doute pas là : en tant que capitaines désignés par l’ordonnance de mars 1445, ils sont au service du roi.

3. Des capitaines aux frontières du royaume : géopolitique du pillage

  • 70 J. Delapoix de Fréminville, Les Écorcheurs en Bourgogne…, op. cit., p. 187-200.

19Dans le contexte des négociations franco-bourguignonnes, la chevauchée de Robert de Flocques a en effet une forte dimension géopolitique, s’inscrivant dans la lutte d’influence entre le roi de France et le duc de Bourgogne de part et d’autre de la frontière avec l’Empire. Les régions pillées sont en effet sans doute visées moins pour leurs ressources que parce que ce sont des territoires bourguignons : il s’agit de faire pression sur Philippe le Bon. Au même moment, le nord du comté de Bourgogne est menacé par les troupes du dauphin et la garnison de Montbéliard qui se livrent à des pillages70. Tout l’itinéraire de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles doit donc être analysé à l’aune de la géographie politique de la frontière franco-impériale et éclaire l’état des relations franco-bourguignonnes au moment des conférences de Reims et Châlons.

  • 71 ADCO, B 11906, n° 11 (6 avril 1445) et n° 6 (4 mai 1445).

20Nous ignorons où Robert de Flocques se trouve en mars après la levée du siège de Metz. Le 6 avril, il est à Arrancy-sur-Crusnes, et y reste au moins jusqu’au 4 mai, comme l’indiquent les deux lettres qu’il écrit à ces dates71 (fig. 1).

Fig. 1 – La chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles, avril-mai 1445 (DAO C. Furon).

Fig. 1 – La chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles, avril-mai 1445 (DAO C. Furon).
  • 72 ADCO, B 11906, n° 8.
  • 73 B. Schnerb, Bulgnéville (1431). L’État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, 1993, p. 112. P.  (...)
  • 74 A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 64-65.
  • 75 A. Plaisse, Un chef de guerre…, ibid., p. 113-119. Ils sont représentés priant côte à côte sur la v (...)
  • 76 A. Plaisse, Un chef de guerre…, ibid., p. 24. G. Prosser, « Affinity as a social world : marriage b (...)
  • 77 Nouvel homme fort du gouvernement, Pierre de Brézé est également chargé par Charles VII de négocier (...)
  • 78 Il est alors habituel de voir des officiers royaux servir les intérêts d’un prince tant que ceux-ci (...)

21Comme l’explique le prévôt d’Arlon dans son rapport du 29 mai, la ville lui sert de base pour les incursions de ses troupes en Luxembourg, précisant que c’est une « terre par indivis dez deux pays de Luxembourg et de Bar72 ». Robert de Flocques profite donc de cette situation juridique avantageuse : Corneille, gouverneur du Luxembourg, ne peut essayer de l’en chasser car cela créerait un incident avec René d’Anjou, duc de Lorraine et de Bar, et nuirait aux négociations en cours. Par ailleurs, le capitaine bénéficie certainement du soutien du roi René, qui réclame alors l’annulation de sa dette, liée à sa rançon de Bulgnéville, de plus de 400 000 écus, et la restitution d’un certain nombre de places, contentieux qui dure depuis le traité de Lille de 143773. Robert de Flocques lui est en effet lié : il l’a servi – contre des espèces sonnantes et trébuchantes en quantité – dans sa guerre contre Antoine de Vaudémont en 143874. Il est également proche de Pierre de Brézé, lui-même proche du roi René : ensemble, ils ont pris Évreux en 1441, Flocquet devenant bailli et Brézé étant nommé comte75 ; ils sont également mariés à deux sœurs, respectivement Jacqueline et Jeanne Crespin76. Pierre de Brézé étant aussi l’un des concepteurs de la réforme militaire de 144577, ces liens expliquent le choix de Robert de Flocques comme capitaine. En pillant le duché de Luxembourg à partir d’Arrancy-sur-Crusnes, ce dernier sert donc les intérêts de René d’Anjou en même temps que ceux de Charles VII78.

  • 79 ADCO, B 11906, n° 1, 4, 6, 7, 8 10, 11 et 12.
  • 80 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., t. 4, p. 127-128.
  • 81 Jean de Stavelot, Chronique, éd. A. Borgnet, Bruxelles, 1861, p. 552.
  • 82 S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », op. cit., p. 826-827.
  • 83 Sur Poton de Xaintrailles, je me permets de renvoyer à C. Furon, Servir le roi par les armes : La H (...)
  • 84 ADCO, B 11906, n° 13.

22Les régions qu’il pille montrent toutefois qu’il agit avant tout en capitaine du roi de France. En avril et dans la première quinzaine de mai, il ravage la partie méridionale du duché de Luxembourg, attaquant les prévôtés d’Arlon et d’Yvois79. L’acquisition du duché par Philippe le Bon en 1443 inquiète Charles VII, qui voit d’un mauvais œil le croissant territorial bourguignon se renforcer sur ses frontières, de la mer du Nord au Charolais. Au printemps 1445, le roi semble préparer une attaque sur le duché : le chancelier de Savoie rapporte à Henri Engelhard, l’ambassadeur des ducs de Saxe, ses propos allant dans ce sens ; de son côté, l’ambassadeur fait état d’une rumeur courant en Lorraine selon laquelle les troupes françaises envisagent d’attaquer le Luxembourg80. Dans cette perspective, le roi se rapproche également de la ville de Liège, où ses ambassadeurs arrivent le 4 mai81. Même s’il est favorable à la paix avec le duc, Charles VII envisage donc la possibilité d’un échec des négociations et se prépare à une guerre, ce qui expliquerait pourquoi ses troupes restent dans la région alors que l’ordonnance promulguée en mars a prévu leur dispersion dans tout le royaume82. En tout cas, les forces françaises paraissent se coordonner. Au même moment, Poton de Xaintrailles, l’un des hommes de confiance du roi83, est lui aussi actif dans le duché de Luxembourg, sans doute dans une autre région que Floquet, puisqu’il n’apparaît pas à ses côtés dans la documentation. C’est ce que suggère une lettre du maréchal André de Lohéac, datée du 5 mai et adressée à Corneille : il rapporte que le capitaine s’est plaint des attaques du gouverneur sur ses hommes84.

  • 85 Sur Évrard de La Marck, voir J. de Chestret de Haneffe, Histoire de la Maison de la Marck, y compri (...)
  • 86 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. Du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864, t. 1, p. 72-75. Adr (...)
  • 87 ADCO, B 11906, n° 14, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 189-1 (...)
  • 88 ADCO, B 11906, n° 14, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 189-191, (...)
  • 89 F.-X. Würth-Paquet, « Table chronologique des chartes et diplômes relatifs à l’histoire de l’ancien (...)

23Cette présence française réveille les oppositions à la présence bourguignonne. À une date inconnue en mai, Évrard de La Marck, parent du prince-évêque de Liège Jean de Heinsberg85, s’allie avec Jean de Herbigny, seigneur de Beauraing. Son soutien à Charles VII est motivé par un intérêt personnel : il revendique les seigneuries de Lomprez, Mirwart et Villance, dont la possession a été confirmée par Philippe le Bon à son demi-frère Jacques de La Marck. Se préparant à soutenir ses revendications par les armes, il engage des capitaines français non retenus par l’ordonnance et donc en quête de revenus. Naudonnet de La Cassagne, neveu de Poton de Xaintrailles, se voit attribuer la garde du château de Rochefort et Pierre-Regnault de Vignoles, peut-être déjà membre de la compagnie de Poton, est affecté à celle d’Agimont, deux possessions de La Marck86. Ce dernier emploie également Jacquemin de Beaumont, un fidèle de Robert de Sarrebruck87. Selon Corneille, ce sont entre 4 000 et 5 000 chevaux qui ravagent le duché de Luxembourg au début du mois de mai. La situation est telle qu’elle l’empêche de rejoindre la duchesse de Bourgogne à Châlons comme prévu88 et que, le 15 avril, il accorde aux autorités de Marville le pouvoir de contraindre les clercs, les nobles et les officiers possédant des biens bourgeois à participer à l’entretien des défenses de la ville89.

  • 90 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., t. 3, p. 221 et 228.
  • 91 ADCO, B 11882.
  • 92 ADCO, B 11882.

24La situation est d’autant plus compliquée pour les Bourguignons que le comté de Rethel est bientôt attaqué. Son détenteur, Charles de Bourgogne, par ailleurs comte de Nevers et cousin de Philippe le Bon, a été membre de la coalition des princes français formée à Nevers en 144290. Les ravages des capitaines français ne risquent donc pas d’émouvoir le roi. De fait, Pierre de Louvain et Pierre Michiel s’y installent du 11 au 18 mai pour se procurer des vivres au Chesne, à Brieulles-sur-Bar, Authe et Autruche. Robert de Flocques rejoint Poton de Xaintrailles à Mondigny le 16 mai pour attaquer la châtellenie de Château-Regnault, possession du comte de Rethel91. Le choix de cette cible, frontalière du duché de Luxembourg, s’explique sans doute aussi par sa proximité avec les terres d’Évrard de La Marck. Peut-être Poton amène-t-il alors des renforts à son neveu basé à Rochefort. À leur arrivée à Château-Regnault, les hommes des deux capitaines s’identifient comme étant ceux d’Évrard de La Marck et de Jean de Herbigny et, dans leurs rangs, se trouvent des serviteurs de ces derniers92.

  • 93 V. Toureille, « Pillage ou droit de prise… », op. cit.

25Même si aucun ordre du roi n’est parvenu jusqu’à nous, sa passivité complaisante laisse penser que l’attaque du comté de Rethel et de la châtellenie de Château-Regnault sert ses intérêts. Non seulement elle permet de punir le comte pour sa participation à la coalition de Nevers, mais elle constitue un moyen de pression sur Philippe le Bon, qui pourrait bien voir son duché subir le même sort en cas d’échec des négociations. En outre, ces deux territoires étant situés dans le royaume de France, la présence des troupes françaises réaffirme la souveraineté royale sur le territoire d’un prince rebelle. Dans cette perspective, les pillages commis ne sont pas une simple accumulation de butin mais relèvent du droit de prise93.

  • 94 ADCO, B 11882. Toutes les citations de ce paragraphe sont tirées de cette enquête.

26Les détails fournis par l’enquête réalisée en juin 1445 montrent qu’une véritable stratégie de conquête de la châtellenie de Château-Regnault est mise en œuvre94 (fig. 2).

Fig. 2 – Le pillage de la châtellenie de Château-Regnault (DAO C. Furon).

Fig. 2 – Le pillage de la châtellenie de Château-Regnault (DAO C. Furon).

27Partis de Mondigny le 16 mai « environ souleil couchié », Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles se dirigent vers Monthermé en empruntant différentes routes. Un premier groupe arrive « environ mynuyt en la place et voye qui est empres la riviere de Meuze devant le Chastel Regnault ». La garnison n’oppose pas de résistance. Seuls des chevaux sont pris, les écorcheurs n’y restant que quelques heures puisqu’il est précisé par un témoin qu’ils partent « environ souleil levant » : ils vont piller Thilay. Simultanément, un autre groupe entre dans Braux « ung peu apres mynuit ». L’investissement de la place est décrit par un témoin, un chanoine : les écorcheurs attaquent, « leurs espees nues, crians horriblement et chassans les hommes et femmes pour villonner, commencerent a rompre huys et fenestres des maisons que c’estoit horreur ». Un troisième groupe, qui doit venir directement de Mondigny, sans avoir fait halte à Château-Regnault étant donné qu’il arrive à Monthermé à « mynuyt passé », pénètre dans la ville « tres impetueusement comme se feussent ennemis de ladite ville, sonnans trompettes, crians horriblement ville gaingnié, estans estandars desploiez et avoient leurs espees nues, disant tue, tue, tuons tout ». Attaques surprises de nuit, cris de victoire, trompettes sonnantes, étendards levés, épées dégainées : ces récits ressemblent à ceux relatant l’investissement d’une place après un siège. C’est d’ailleurs comme cela que le perçoivent les témoins quand ils disent que les écorcheurs se comportent « comme se feussent ennemis de ladite ville ». Cette opération de pillage ressemble donc à la conquête d’un territoire : différents groupes se dispersent pour occuper une plus grande superficie et agissent de la même manière que lors d’une guerre régulière. De cette façon, toutes les bourgades de la partie sud de la châtellenie tombent sous leur joug. Ensuite, les troupes convergent vers l’abbaye de Laval Dieu, qui apparaît comme un îlot de richesses dans un « povre pays et sterille ».

  • 95 ADCO, B 11906, n° 4.
  • 96 ADCO, B 11906, n° 1.
  • 97 ADCO, B 11882.
  • 98 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-19 (...)

28De manière plus générale, tous ces mouvements de troupes apparaissent comme un moyen de réaffirmer avec force la frontière franco-impériale dans un contexte d’expansion bourguignonne. Robert de Flocques utilise la frontière comme une ligne de protection pour lui et ses hommes. Nous avons déjà vu qu’il profite de la situation juridique d’Arrancy-sur-Crusnes pour s’en servir de base à ses courses dans le duché de Luxembourg. Ses allées et venues, ainsi que celles de ses hommes, de part et d’autre de la frontière avec l’Empire, sont non seulement une façon de réaffirmer la souveraineté royale du côté français mais aussi de montrer la capacité de projection des forces françaises – et donc leur capacité de nuisance – en dehors du royaume, tout en faisant la démonstration de la faiblesse de la défense bourguignonne. Parti d’Arrancy-sur-Crusnes, Robert de Flocques est présent en personne dans le duché de Luxembourg le 11 mai à Arlon95, les 12 et 13 mai à l’abbaye Notre-Dame d’Orval, puis le 14 mai à Yvois96. Il franchit ensuite la frontière pour faire sa jonction avec Poton à Mondigny et piller le comté de Rethel et la châtellenie de Château-Regnault97. Le 23 mai, il est à Mouzon, terre royale depuis 1379, où il se fait payer le reste de la rançon des animaux pris dans la prévôté d’Arlon quelques semaines auparavant98. L’activité de Robert de Flocques et des autres capitaines sert l’objectif de Charles VII de contrer la politique expansionniste bourguignonne.

4. Le roi et la duchesse : pillage et diplomatie

  • 99 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 187.
  • 100 U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne…, op. cit., Preuves, p. clxxv.
  • 101 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 187.
  • 102 ADCO, B 11906, n° 11.
  • 103 ADCO, B 11906, n° 10.

29En période de négociations, cela ne pouvait manquer d’échapper aux Bourguignons, qui relèvent l’attitude ambiguë du roi et de ses officiers. Dans sa lettre du 9 avril, le maréchal de Bourgogne Thibaud de Neufchâtel informe la duchesse Isabelle de Portugal qu’il a transmis aux Français installés à Montbéliard les ordres du roi leur interdisant de pénétrer en territoire bourguignon. Mais il ajoute qu’ils n’en ont tenu aucun compte et qu’il a appris que « le roy et monseigneur le dauphin ont mandé secrettement aux routtiers qu’ilz vesquissent en Bourgoingne jusquez a ce que la journee de Reims fut tenue99 ». On peut raisonnablement penser qu’il en est de même sur la frontière du Luxembourg. En tout cas, les courses françaises sont sources de tensions : dans ses instructions aux ambassadeurs du 4 mars, Philippe le Bon leur ordonne de réclamer le départ des Français du Luxembourg, ainsi que des réparations pour les dommages causés100. Dans sa lettre du 9 avril, Thibaud de Neufchâtel remercie la duchesse de le soutenir face au dauphin Louis, qui accuse le maréchal bourguignon de harceler les Français101. Trois jours plus tôt, Robert de Flocques écrit à Corneille pour se plaindre du fait que six ou sept de ses hommes ont été attaqués à Marville par ceux d’Antoine de Bourgogne, le demi-frère du gouverneur, « sans ce qu’ilz aient rien prins ne rançonné senon vivres » et que l’un d’eux fut tué102. En guise de réponse, Corneille rédige une lettre dont le ton illustre l’état de tension entre eux : il dément catégoriquement les accusations du capitaine, arguant du fait qu’il a interdit à ses hommes d’attaquer ceux du roi, mais l’informe qu’il diligentera une enquête, ajoutant, pour renverser l’accusation d’agression, qu’il sait « comment vous et autres des gens du roy courent devant les villes de Marville, Verton et Damvillers et ailleurs, où ilz ont fait plusieurs dommages inreparables103 ».

  • 104 ADCO, B 11906, n° 7.
  • 105 ADCO, B 11906, n° 6.
  • 106 ADCO, B 11906, n° 13.

30Les conférences de Reims commencées, les tensions ne s’apaisent pas. Début mai, dans deux lettres, dont l’une datée du 4, le prévôt d’Arlon se plaint à Robert de Flocques de ses exactions, l’accusant de meurtres et de vols alors que le roi avait ordonné de ne pas attaquer les territoires bourguignons104. Avec une mauvaise foi manifeste, le capitaine français minimise les vols de bétail et dit tout ignorer des meurtres. Il ajoute que, de toute façon, ses hommes ont agi en représailles des attaques injustifiées de Corneille, qui en ont tué certains, et qu’il ne s’en serait pas pris à la prévôté si le prévôt avait bien voulu lui fournir des vivres105. Dans le même temps, Corneille informe André de Lohéac, maréchal de France, des exactions de Flocquet. Le 5 mai, l’officier royal lui répond vertement en reprenant la justification du capitaine, en affirmant que Poton de Xaintrailles et d’autres capitaines se sont également plaints d’attaques de la part du gouverneur sur leurs hommes et en exigeant des réparations pour éviter d’autres dommages106. Alors que, jusqu’ici, l’affaire en était restée du côté français à l’échelon du capitaine, les plus hautes autorités s’y trouvent mêlées en la personne du maréchal, troisième personnage dans la hiérarchie militaire après le roi et le connétable. Le fait qu’André de Lohéac « couvre » ses capitaines constitue un indice supplémentaire en faveur de la complaisance, voire d’un ordre, de Charles VII. Dans cette partie subtilement équilibrée entre menaces indirectes, mais insistantes, et volonté d’apaisement, le roi, qui n’a pas encore rencontré Isabelle de Portugal, reste en retrait. De cette manière, il se laisse la possibilité de désavouer ses capitaines à tout moment en fonction de l’évolution des négociations.

  • 107 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 404.
  • 108 ADCO, B 11906, n° 14, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 189-191, (...)
  • 109 ADCO, B 11906, n° 12, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 191-193, (...)
  • 110 M. Thibault, La jeunesse de Louis XI (1423-1445), Paris, 1907, p. 423-438.
  • 111 ADCO, B 11906, n° 12, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-1 (...)

31Français et Bourguignons n’en sont alors qu’aux préliminaires. Si Isabelle de Portugal représente son mari à Reims depuis le 7 avril, puis à Châlons à partir de la mi-mai, la reine Marie d’Anjou, le dauphin Louis et son épouse Marguerite d’Écosse arrivent à Châlons le 4 mai107. C’est à ce moment que les pillages français font l’objet de discussions. Le 7 mai, Corneille envoie une copie de la lettre de Lohéac à la duchesse108. Dans une lettre du 15 mai, il informe cette dernière que le dauphin et Pierre de Brézé, qui participe aux tractations depuis le début, ont demandé à Robert de Flocques de réparer les dommages causés dans la prévôté d’Arlon. Le capitaine répond qu’il ne le fera que si Corneille répare les siens109. Du côté français, la mauvaise volonté est totale : Floquet n’obéit pas à un ordre du dauphin et ce dernier, peu enclin à faire avancer les tractations110, ne fait rien pour se faire obéir. Par conséquent, dans la même lettre, Corneille demande à la duchesse d’« en parler au roy111 ».

  • 112 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 405.
  • 113 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 194-196, (...)
  • 114 ADCO, B 11906, n° 3, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 193-194.
  • 115 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 194-195.
  • 116 ADCO, B 11906, n° 8.
  • 117 ADCO, B 11906, n° 1.

32Ce dernier n’arrive à Châlons que le 29 mai112. Durant les deux semaines qui s’écoulent entre la demande de Corneille et la venue de Charles VII, Robert de Flocques poursuit ses pillages sans être inquiété. Un seul indice montre que le roi suit l’affaire avec intérêt : à la demande d’Isabelle de Portugal, il fait confisquer les 409 florins payés au capitaine pour prix de la rançon des animaux qu’il a capturés113. Les autorités bourguignonnes paraissent toutefois espérer encore obtenir réparation. En tout cas, elles comptent mettre cette question sur la table des négociations. En effet, durant cet intervalle et à la demande de la duchesse, Bernard de Bourscheid réalise un état des dommages causés dans sa prévôté d’Arlon, que Corneille envoie avec sa lettre rédigée le 28 mai114 et une autre du prévôt115. Ce rapport estime le montant total des dommages – destructions, vols et rançons – à 5 000 florins du Rhin116. À une date inconnue, mais certainement à cette époque, un autre rapport est réalisé à propos des dommages causés par Robert de Flocques dans la prévôté d’Yvois et dont le coût est estimé à un total de plus de 1 200 florins d’or117. Des négociations ont-elles lieu sur la base de ces documents ? Nous l’ignorons : les sommes réclamées dans ces rapports ne paraissent pas avoir été payées.

  • 118 ADCO, B 11882.
  • 119 ADCO, B 11882.
  • 120 ADCO, B 11882.
  • 121 ADCO, B 11881. M. Canat, Documents inédits…, op. cit., p. 448 et 457. A. Tuetey, Les Écorcheurs…, o (...)

33Mais les pillages commis par les Français font au moins l’objet de discussions à l’arrivée du roi, comme le montre l’enquête réalisée entre le 1er et le 4 juin sur les dommages causés dans le comté de Rethel et la châtellenie de Château-Regnault118. Ces deux territoires se situant dans le royaume de France, l’enquête est menée par deux officiers du comte de Rethel, Jean Hervin, lieutenant du bailli de Rethel, et Jean Letorel ou Torel, procureur général du comté de Rethel, et deux tabellions du roi dans la prévôté de Sainte-Menehould, Coleton Le Limessun et Jean Bourgoing. L’enquête est dirigée par les deux premiers, qui précisent que les tabellions royaux ont été « appellez pour ce faire avec nous119 ». La majorité des auditions des trente-huit témoins est réalisée par Jean Letorel « en la presence de » Jean Bourgoing120. Jean Hervin ne participe qu’à celles du 4 juin concernant les déprédations dans la châtellenie de Château-Regnault, tandis que, pour une raison inconnue, Coleton Le Limessun n’apparaît à aucun moment. À chaque fois, ils sont accompagnés d’un autre tabellion, chargé sans doute de prendre en note les témoignages. Cette organisation est singulière : les autres enquêtes sur les ravages commis par les écorcheurs dans les territoires bourguignons situés dans le royaume de France ont été réalisées uniquement par des officiers bourguignons121. Les officiers du comte de Rethel dirigent l’enquête, mais la présence de tabellions français pendant la procédure s’explique par la volonté royale de trouver un terrain d’entente sur la question des pillages et de contrôler le travail d’enquête rethélois.

  • 122 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 407-408.
  • 123 A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 2, p. 192-197.
  • 124 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 407.
  • 125 V. Bessey, Construire l’armée française, t. 1 (De la France des premiers Valois à la fin du règne d (...)
  • 126 P. Contamine, « 1445 : Charles VII et l’art… », op. cit., p. 346.

34Comme nous l’avons vu, il est difficile de connaître l’usage qui a été fait du rapport de cette enquête. Mais l’essentiel n’est peut-être pas là pour le roi et la duchesse. En envoyant des tabellions assister à l’enquête dans le comté de Rethel et la châtellenie de Château-Regnault, Charles VII reconnaît implicitement la responsabilité de ses capitaines, alors que, jusqu’ici, le dauphin et le maréchal justifiaient leurs actes par la légitime défense. De plus, après son arrivée à Châlons, les négociations progressent vite : le 16 juin, au bout de deux semaines, une trêve est conclue entre la Bourgogne et Dieppe, d’où des pirates partent vers la mer du Nord122. Le 24 juin, Isabelle de Portugal fait un ensemble de propositions qui sont toutes acceptées : la dette de René d’Anjou est totalement annulée en échange de sa ratification du traité d’Arras ainsi que celle de son fils, Jean de Calabre ; le dauphin Louis doit également ratifier le traité et évacuer Montbéliard123. Les traités concernant l’annulation de la dette de René d’Anjou et l’évacuation de Montbéliard sont signés le 6 juillet124. La consolidation du traité d’Arras, souvent battu en brèche depuis dix ans, a de quoi rassurer Philippe le Bon. Par ailleurs, l’ordonnance royale de Louppy-le-Châtel, promulguée le 26 mai pour répartir les compagnies d’ordonnance dans différents lieux de garnison125, permet au duc d’espérer une application rapide du traité d’évacuation – qui n’a finalement lieu qu’en octobre – et, plus généralement, la fin de l’Écorcherie. Enfin, le rapprochement franco-anglais – en juillet, Charles VII envoie une ambassade à Londres – risque de l’isoler126. Tout cela vaut donc bien de laisser en suspens la question des réparations et de la garder en réserve pour d’éventuelles futures négociations, d’autant que l’importance des sommes en jeu risquerait de mécontenter le roi, qui pourrait bien inciter ses capitaines à poursuivre leurs pillages. Quant à Charles VII, ces accords lui offrent l’occasion de paraître à peu de frais – que ce soit politiquement ou financièrement – comme un roi de paix et lui permettent de se consacrer aux relations avec l’Angleterre.

  • 127 Jean Maupoint, Journal parisien, 1437-1469, éd. G. Fagniez, Paris, 1878, p. 36.
  • 128 J.-M. Cauchies, « Les “écorcheurs” en Hainaut (1437-1445) », Revue belge d’histoire militaire, 20/5 (...)
  • 129 ADCO, B 11906, n° 9, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 196.
  • 130 ADCO, B 11882.
  • 131 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, op. cit., t. 1, p. 72-74. Sur l’usage des lettres de défi et ses im (...)
  • 132 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, ibid., t. 1, p. 75-78. Jean de Stavelot, Chronique…, op. cit., p. 5 (...)
  • 133 Jean de Stavelot, Chronique…, ibid., p. 553.
  • 134 A. Marchandisse, « Jean de Heinsberg… », op. cit., p. 74.

35De plus, ses capitaines maintiennent une certaine pression sur les territoires bourguignons jusqu’en juillet, au point que « plusieurs doubterent tres fort de nouvelle guerre » entre Charles VII et Philippe le Bon127. Des écorcheurs menacent le Hainaut dès la fin mai : le 21, le duc demande à Jean de Croÿ, son bailli dans le comté, de les surveiller128 et, dans une lettre inachevée, que Monique Sommé date d’après le 28 mai, Corneille informe la duchesse qu’une partie des troupes s’est installée à Maubert-Fontaine et se dirigerait vers le Hainaut avec Évrard de La Marck et Jean de Beauraing129. La mention du rapport disparu sur les pillages commis en Hainaut dans le dossier constitué pour Isabelle de Portugal précise que Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles pillent Forest-en-Cambrésis, Croix-Caluyau et Vendegies-au-Bois, au sud du comté130. Le 6 juin, Évrard de La Marck pense qu’il est encore opportun d’envoyer une lettre de défi à Philippe le Bon131. Celui-ci rassemble alors ses troupes et les envoie assiéger Lomprez, tenue par des hommes de Pierre-Regnault de Vignoles et Naudonnet de La Cassagne. La place est rapidement prise132. En réalité, La Marck est de plus en plus isolé. D’un côté, Charles VII n’a plus besoin de lui : Stavelot rapporte que, le 9 juin, la « commone famme » selon laquelle un accord entre le roi et le duc serait conclu court à Liège133. De l’autre, l’évêque de Liège cesse son soutien au roi de France et à La Marck devant l’opposition des Liégeois et la menace d’une attaque bourguignonne134.

  • 135 Jean de Stavelot, Chronique…, op. cit., p. 555.
  • 136 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, op. cit., t. 1, p. 78-79. Jean de Stavelot, Chronique…, ibid., p. 5 (...)
  • 137 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, ibid., t. 1, p. 78-79. Jean de Stavelot, Chronique…, ibid., p. 566- (...)

36Pour les capitaines français au service de La Marck, le moment est venu de se retirer. Si Pierre-Regnault de Vignoles et Naudonnet de La Cassagne semblent encore agir au nom de leur employeur lorsqu’ils font des courses, respectivement dans le comté de Namur et sur Bastogne vers la mi-juin135, les accords franco-bourguignons, le rapprochement entre les Liégeois et les Bourguignons, l’isolement de leur employeur et la supériorité militaire bourguignonne les incitent à ne pas trop s’aventurer dans ce mercenariat sans avenir et qui pourrait leur valoir la colère d’un Charles VII qui n’a plus besoin de semer le trouble dans la région. Assiégé dans Rochefort, La Cassagne vend son départ contre 6 000 florins du Rhin le 5 août. Le lendemain, conformément à l’accord, 4 500 florins lui sont versés et il quitte la place pour rentrer en France136. Pour Pierre-Regnault de Vignoles, qui résiste plus longtemps, l’affaire est moins lucrative. Assiégé dans Agimont par Corneille et les Liégeois, il est abandonné par La Marck, qui finit par se soumettre le 25 août. Il négocie alors son départ : le 30 août, il quitte la place en échange de 700 florins du Rhin137.

  • 138 V. Bessey, Construire l’armée française…, op. cit., p. 102-105. E. Cosneau, Le Connétable de Richem (...)
  • 139 Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 32511, fol. 103r. H. Fisquet, La France pontificale (G (...)

37Quant à Robert de Flocques, il met en application les ordonnances royales. Celle de Louppy-le-Châtel lui impose d’envoyer trente lances, sur les cent qu’il a sous ses ordres, en Poitou, leur lieu de garnison : c’est chose faite en juillet138. Nous ne disposons pas d’informations pour Poton de Xaintrailles, mais tout porte à croire qu’il met lui aussi en œuvre la réforme militaire. Toujours est-il qu’à l’automne 1445, il est à Nevers avec Charles de Culant pour s’assurer de l’élection de Jean d’Étampes, le candidat du roi, à l’épiscopat139. La mise au pas des Bourguignons se poursuit sous d’autres formes.

  • 140 L. Cazaux, Les capitaines dans le royaume de France. Guerre, pouvoir et justice au bas Moyen Âge, P (...)

38La riche documentation concernant la chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles et ses suites éclaire une séquence importante du règne de Charles VII, s’étalant sur le premier semestre 1445, de la réforme militaire aux conférences de Châlons-en-Champagne. Loin de n’être qu’une énième flambée de violences de la part d’écorcheurs se livrant aux pires atrocités, elle répond à des logiques différentes selon les acteurs. S’il est certain que le bénéfice pécuniaire est maigre pour les hommes d’armes et les capitaines non retenus par la réforme militaire, Naudonnet de La Cassagne mis à part, il est plus difficile d’évaluer dans quelle mesure cette chevauchée a une incidence sur les négociations franco-bourguignonnes. La question des réparations reste en suspens, mais les avancées sont suffisamment intéressantes pour être présentées comme un succès par les deux parties. L’essentiel réside sans doute dans la réaffirmation d’un pouvoir royal qui, lors de la décennie passée, a été confronté aux révoltes princières et aux ravages des écorcheurs. La réforme militaire est une reprise en main efficace de ses troupes. La chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles constitue à la fois une forme de représailles pour l’assemblée de Nevers de 1442, une réaffirmation de l’autorité souveraine de Charles VII sur le comté de Rethel et un moyen de pression sur les négociations qui, in fine, le font apparaître comme un roi de paix. Enfin, un dernier point mérite d’être souligné : malgré le fait que le roi leur laisse une grande part d’autonomie et qu’ils paraissent n’obéir à aucun ordre de sa part, les capitaines ne contreviennent jamais à ses intérêts. Rien de surprenant pour ceux retenus par l’ordonnance, mais les autres, vexés de ne pas avoir été retenus ou tout simplement pour subsister, auraient pu continuer leurs déprédations. Au lieu de cela, Pierre Michiel intègre la compagnie de Robert de Flocques. On retrouve Pierre-Regnault de Vignoles, qui a pourtant eu sous ses ordres plusieurs centaines d’hommes, comme simple homme d’armes de la garnison de Falaise en 1451-1452 sous les ordres de Poton. Quant à Naudonnet de La Cassagne, il ne fait plus parler de lui durant tout le règne. Si l’abolition générale des hommes de guerre, qui accompagne la réforme militaire, explique la réussite de cette dernière140, l’intégration de ces capitaines « déchus » dans les compagnies d’ordonnances paraît également être un facteur de cette réussite : pour eux, Charles VII reste le seul horizon d’attente.

Haut de page

Notes

1 J. Rigault, « Ravages de la guerre de Cent Ans. Les écorcheurs en Luxembourg et Rethélois en 1445 », in Actes du 104e Congrès national des sociétés savantes (Bordeaux, 1979), t. I (La reconstruction après la guerre de Cent Ans), Paris, 1981, p. 153-160.

2 A. Plaisse, Un chef de guerre au xve siècle. Robert de Flocques, bailli royal d’Évreux, maréchal héréditaire de Normandie, conseiller et chambellan du roi, Évreux, 1984, p. 108-110. En revanche, cette affaire semble inconnue de A. Tuetey, Les Écorcheurs sous Charles VII. Épisodes de l’histoire militaire de la France au xve siècle d’après des documents inédits, Montbéliard, 1874, 2 vol.

3 A. Plaisse, Un chef de guerre au xve siècle…, op. cit., p. 110.

4 Archives départementales de la Côte-d’Or [désormais abrégé ADCO], B 11882. Pour une présentation de cette enquête, voir infra.

5 Sur le siège de Metz par Charles VII, voir : F. de Saulcy et A. Huguenin, Relation du siège de Metz en 1444 par Charles VII et René d’Anjou, publiée sur les documents originaux, Metz, 1835 et P. Marot, « L’expédition de Charles VII à Metz (1444-1445). Documents inédits », Bibliothèque de l’École des chartes, 102 (1941), p. 109-155.

6 Sur la réforme militaire de 1445, l’étude de référence reste celle de P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris/La Haye, 1972, p. 279-283 et 399-404. Une copie du texte de l’ordonnance de mars 1445 est publiée par S. Péquignot, « De la France à Barcelone. Une version catalane de “l’ordonnance perdue” de Charles VII sur les gens d’armes (1445) », Revue historique, 676 (2015), p. 793-830.

7 Sur ces conférences, voir M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au xve siècle, Lille, 1998, p. 404-408.

8 Sur l’année 1445, décisive à bien des égards pour le règne de Charles VII, la synthèse la plus détaillée demeure celle de G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, 1881-1891, t. 4, p. 7-168, à actualiser avec les références bibliographiques des notes précédentes et P. Contamine, Charles VII. Une vie, une politique, Paris, 2017, p. 263-278.

9 C’est souvent ainsi que sont présentés les écorcheurs : A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., et J. Delapoix de Fréminville, Les Écorcheurs en Bourgogne (1435-1445). Étude sur les compagnies franches au xve siècle, Dijon, 1887. Récemment, le sujet a fait l’objet d’analyses renouvelées par les travaux de Valérie Toureille : « Pillage ou droit de prise. La question des Écorcheurs pendant la guerre de Cent Ans », in L. Bourquin, P. Hamon, A. Hugon et Y. Lagadec (dir.), La Politique par les armes. Conflits internationaux et politisation (xve-xixe siècle), Rennes, 2014, p. 169-182 ; Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (v. 1400-v. 1462), Rennes, 2014.

10 A.-B. Spitzbarth, Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc Valois de Bourgogne (1419-1467), Turnhout, 2013, p. 129-130. Certaines de ses pièces ont été éditées par A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 2.

11 Sur Corneille de Bourgogne, voir A. Marchandisse, « Corneille, bâtard de Bourgogne (ca 1426-1452) », in É. Bousmar, A. Marchandisse, C. Masson et B. Schnerb (dir.), La bâtardise et l’exercice du pouvoir en Europe du xiiie au début du xvie siècle, éd. Revue du Nord, 31 (hors-série), 2015, p. 53-89.

12 Sur Bernard de Bourscheid, voir J. Vannérus, « Les Seigneurs de Bourscheid. II. De Bernard Ier (1394-1451) à Bernard IV (1476-1512) », Les cahiers luxembourgeois, 1939/2, p. 149-171.

13 Publiée par A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 252.

14 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne (1430-1471), Ostfildern, 2009, p. 189-191. Sur Isabelle de Portugal, voir M. Sommé, Isabelle de Portugal…, ibid.

15 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 191-193.

16 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 193-194. La lettre de Bernard de Bourscheid est la pièce n° 2 de cette liasse et son rapport, la pièce n° 8. Ces deux documents étant datés du 29 mai, la lettre de Corneille qui les accompagne est donc certainement envoyée au plus tôt à cette date.

17 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 196.

18 Publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 194-196.

19 Je ne suis pas parvenu à identifier ce capitaine.

20 Il s’agit d’enquêtes sur les ravages des écorcheurs commis en 1445, les préparatifs de croisade de Philippe le Bon en 1453 et différentes opérations militaires dans l’Empire.

21 Cette datation s’appuie sur le contenu du document, qui rappelle que Robert de Flocques « a couru en prevosté d’Arlon et en xxiiii villaiges d’icelle prevosté », ce nombre de vingt-quatre villages n’apparaissant que dans le rapport de Bernard de Bourscheid daté du 29 mai. De plus, il indique que, dans le comté de Rethel, le capitaine français et Poton de Xaintrailles ont commis des pillages « dont plus ample information et declaration en sera baillié » : il s’agit d’une référence à la deuxième pièce de cette liasse, une enquête sur leurs méfaits commencée le 1er juin.

22 Voir la présentation de cette pièce au paragraphe suivant.

23 ADCO, B 11906, n° 9.

24 Ce document est édité par A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 253-255.

25 Voir les enquêtes publiées par A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 2, p. 301-380 et celles dont de larges extraits sont cités par M. Canat, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Bourgogne, Chalon-sur-Saône, t. 1, 1863, p. 448-485.

26 Toul se soumet en mai et Verdun le 23 juin, cf. G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., p. 59-61.

27 Sur l’expédition que mène en 1444-1445 le dauphin Louis dans l’Empire pour éloigner les écorcheurs, voir A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 1, p. 123-367.

28 Selon les sources contemporaines, les effectifs menés par le dauphin Louis varient entre 14 000 et 70 000, cette dernière estimation étant certainement très exagérée (A. Tuetey, Les Écorcheurs…, ibid., t. 1, p. 148-167).

29 S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », op. cit.

30 F. de Saulcy et A. Huguenin, Relation du siège de Metz…, op. cit., p. 297-299. Nous disposons de peu d’informations sur Pierre Michiel : il apparaît dans un compte lorrain comme membre de la compagnie de La Hire, qui s’est mis au service de René d’Anjou dans sa lutte contre Antoine de Vaudémont en 1438, cf. A. Vallet de Viriville, « Documents inédits sur La Hire, Chabannes et autres capitaines du xve siècle », Bulletin de la Société de l’histoire de France, 2 (1859-1860), p. 14. Il pille le comté de Rethel entre le 11 et le 18 mai 1445 avec Pierre de Louvain, vicomte de Berzy et nommé capitaine d’ordonnance la même année, cf. ADCO, B 11882. S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », ibid., p. 825.

31 ADCO, B 11906, n° 1.

32 ADCO, B 11882.

33 ADCO, B 11882. Pierre de Louvain est moins connu pour son passé d’écorcheur que pour avoir été l’amant de Blanche d’Overbreuc, épouse de Guillaume de Flavy, qu’elle fait tuer en 1449 avec sa complicité, voir : P. Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne. Contribution à l’histoire de Jeanne d’Arc et à l’étude de la vie militaire et privée au xve siècle, Paris, 1906, p. 93-111 ; C. Gauvard, « Entre justice et vengeance : le meurtre de Guillaume de Flavy et l’honneur des nobles dans le royaume de France au milieu du xve siècle », in J. Paviot et J. Verger (dir.), Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, Paris, 2000, p. 291-311. En 1438, il conclut une alliance avec le comte Gaston IV de Foix (AD Pyrénées-Atlantiques, E 438). Ce dernier ayant rejoint le roi à Nancy en février 1445, au moment où s’opère la sélection des capitaines, Pierre de Louvain doit peut-être au comte sa nomination comme capitaine d’ordonnance.

34 Il est possible qu’à la suite de son éviction par l’ordonnance de 1445, Pierre Michiel ait intégré la compagnie de Robert de Flocques dès le printemps. En tout cas, plusieurs montres le signalent comme simple homme d’armes de la compagnie de ce dernier : Paris, Bibliothèque nationale de France, nouv. acq. fr. 8607, n° 35 (20 juillet 1452), n° 90-93 (28 décembre 1460), n° 97 (9 mars 1461) et n° 124-125 (11 sept. 1461). Un autre capitaine devient simple homme d’armes sous l’effet de la réforme : Pierre-Regnault de Vignoles, frère bâtard de La Hire (voir infra).

35 S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », op. cit., p. 825.

36 Sur cette question, voir V. Toureille, « Pillage ou droit de prise… », op. cit.

37 F. de Saulcy et A. Huguenin, Relation du siège de Metz…, op. cit., p. 175-178.

38 U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon, t. 4, 1781, Preuves, p. clxxv. La première mention de pillages commis par les hommes de Robert de Flocques dans le duché du Luxembourg date du 6 avril (ADCO, B 11906, n° 11).

39 ADCO, B 11906, n° 6, publiée par A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 252.

40 ADCO, B 11882.

41 ADCO, B 11882.

42 Ces trois localités correspondent aujourd’hui à la ville de Charleville-Mézières. Arches est le nom de la ville qui précède la fondation de Charleville en 1606. Étion est un village intégré à Charleville-Mézières en 1966.

43 ADCO, B 11882. Un poinçon est une sorte de baril contenant la moitié d’une queue, soit environ 200 litres.

44 ADCO, B 11882.

45 ADCO B 11906, n° 1.

46 Sur la question des rançons et de la fixation des tarifs, voir R. Ambühl, Prisoners of War in the Hundred Years War. Ransom Culture in the Late Middle Ages, Cambridge, 2013, p. 128-137. L’auteur étudie principalement les rançons des nobles.

47 ADCO, B 11882.

48 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-196, ici p. 195.

49 ADCO, B 11882.

50 ADCO, B 11882.

51 ADCO, B 11882.

52 ADCO, B 11882.

53 Dans nombre de localités, les explications sur les biens volés sont évasives : à Braux, chanoines, chapelains et serviteurs de l’église perdent « tous leurs biens meubles » et les écorcheurs s’emparent de « tous les biens de la ville et eglise de Thielay », sans aucune précision sur leur valeur (ADCO, B 11882). Peut-être faut-il interpréter ces mentions comme le résultat de l’opportunisme des membres du clergé profitant du passage des enquêteurs pour tenter d’obtenir quelque argent de la part des autorités.

54 ADCO, B 11882 et B 11906, n° 1.

55 ADCO, B 11882.

56 ADCO, B 11906, n° 8.

57 ADCO, B 11882.

58 M. Jucker, « Le butin de guerre au Moyen Âge. Aspects symboliques et économiques », Francia, 36 (2009), p. 126.

59 Valérie Toureille souligne la « place privilégiée » du linge, quel que soit sa nature, parmi les objets du vol, cf. V. Toureille, « Vol, recel et gages. L’économie du vol et la circulation des objets au Moyen Âge », in L. Feller et A. Rodríguez (dir.), Objets sous contraintes. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, 2013, p. 307-320, en particulier p. 309.

60 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, 1883-1888, t. 2, p. 60.

61 ADCO, B 11906, n° 6.

62 ADCO, B 11906, n° 5.

63 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-196, ici p. 195.

64 ADCO, B 11906, n° 2.

65 ADCO, B 11906, n° 1.

66 ADCO, B 11906, n° 1.

67 ADCO, B 11906, n° 1.

68 ADCO, B 11882.

69 ADCO, B 11882.

70 J. Delapoix de Fréminville, Les Écorcheurs en Bourgogne…, op. cit., p. 187-200.

71 ADCO, B 11906, n° 11 (6 avril 1445) et n° 6 (4 mai 1445).

72 ADCO, B 11906, n° 8.

73 B. Schnerb, Bulgnéville (1431). L’État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, 1993, p. 112. P. Contamine, Charles VII…, op. cit., p. 275.

74 A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., p. 64-65.

75 A. Plaisse, Un chef de guerre…, ibid., p. 113-119. Ils sont représentés priant côte à côte sur la verrière des Trois Marie de la cathédrale d’Évreux.

76 A. Plaisse, Un chef de guerre…, ibid., p. 24. G. Prosser, « Affinity as a social world : marriage brokerage, maintenance and lateral networks. A magnate affinity in 15th century Normandy : the followers of Pierre de Brézé, comte de Maulevrier (1450-65) », in D. Bates, V. Gazeau, É. Anceau, F. Lachaud et F.-J. Ruggiu (dir.), Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle) / Personal Links, Networks and Solidarities in France and British Isles (11th-20th Century), Paris, 2006, p. 29-57.

77 Nouvel homme fort du gouvernement, Pierre de Brézé est également chargé par Charles VII de négocier la reddition de Metz en son nom, cf. P. Contamine, « 1445 : Charles VII et l’art de la négociation », in M. T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, S. Péquignot et M. Sánchez Martínez (dir.), Negociar en la Edad Media / Négocier au Moyen Âge, Barcelone, 2005, p. 338.

78 Il est alors habituel de voir des officiers royaux servir les intérêts d’un prince tant que ceux-ci ne contreviennent pas à ceux du roi, l’insertion dans les réseaux princiers offrant une protection supplémentaire.

79 ADCO, B 11906, n° 1, 4, 6, 7, 8 10, 11 et 12.

80 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., t. 4, p. 127-128.

81 Jean de Stavelot, Chronique, éd. A. Borgnet, Bruxelles, 1861, p. 552.

82 S. Péquignot, « De la France à Barcelone… », op. cit., p. 826-827.

83 Sur Poton de Xaintrailles, je me permets de renvoyer à C. Furon, Servir le roi par les armes : La Hire et Poton de Xaintrailles, capitaines de Charles VII, thèse de doctorat sous la direction de J.-M. Moeglin, Sorbonne Université, 2021, 2 vol.

84 ADCO, B 11906, n° 13.

85 Sur Évrard de La Marck, voir J. de Chestret de Haneffe, Histoire de la Maison de la Marck, y compris les Clèves de la seconde race, Liège, 1898, p. 107-109. Sur Jean de Heinsberg et ses relations difficiles avec Philippe le Bon, voir A. Marchandisse, « Jean de Heinsberg ou le dilemme d’un prince-évêque de Liège écartelé par des options politiques antagonistes », in J.-M. Cauchies (dir.), Hommes d’Église et pouvoirs à l’époque bourguignonne (xive-xvie s.), Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes, 38 (1998), p. 69-87.

86 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. Du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864, t. 1, p. 72-75. Adrien d’Oudenbosch, Chronicon, éd. C. de Borman, Liège, 1903, p. 23-25. Jean de Stavelot, Chronique…, op. cit., p. 552-553. Sur Naudonnet de La Cassagne, je me permets de renvoyer à C. Furon, Servir le roi par les armes…, op. cit., t. 1, p. 312-314. Pierre-Regnault de Vignoles est le frère bâtard de La Hire et un écorcheur renommé. Il intègre peut-être la compagnie de Poton dès la réforme de 1445, mais cela n’est attesté qu’en 1451-1452 (C. Furon, Servir le roi par les armes…, ibid., p. 300-306).

87 ADCO, B 11906, n° 14, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 189-191. V. Toureille, Robert de Sarrebrück…, op. cit., p. 139.

88 ADCO, B 11906, n° 14, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 189-191, ici p. 190.

89 F.-X. Würth-Paquet, « Table chronologique des chartes et diplômes relatifs à l’histoire de l’ancien pays de Luxembourg », Publications de la Section historique de l’Institut royal grand-ducal de Luxembourg, 29 (1874), p. 50-51, n° 70. Au début du mois, Marville a subi les ravages des hommes de Robert de Flocques (ADCO, B 11906, n° 10 et 11).

90 G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., t. 3, p. 221 et 228.

91 ADCO, B 11882.

92 ADCO, B 11882.

93 V. Toureille, « Pillage ou droit de prise… », op. cit.

94 ADCO, B 11882. Toutes les citations de ce paragraphe sont tirées de cette enquête.

95 ADCO, B 11906, n° 4.

96 ADCO, B 11906, n° 1.

97 ADCO, B 11882.

98 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-196, ici p. 195. J. Rigault, « Ravages de la guerre de Cent Ans… », op. cit., p. 156, n. 31.

99 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 187.

100 U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne…, op. cit., Preuves, p. clxxv.

101 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 187.

102 ADCO, B 11906, n° 11.

103 ADCO, B 11906, n° 10.

104 ADCO, B 11906, n° 7.

105 ADCO, B 11906, n° 6.

106 ADCO, B 11906, n° 13.

107 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 404.

108 ADCO, B 11906, n° 14, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 189-191, ici p. 190.

109 ADCO, B 11906, n° 12, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 191-193, ici p. 192.

110 M. Thibault, La jeunesse de Louis XI (1423-1445), Paris, 1907, p. 423-438.

111 ADCO, B 11906, n° 12, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 194-193, ici p. 192.

112 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 405.

113 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 194-196, ici p. 195.

114 ADCO, B 11906, n° 3, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 193-194.

115 ADCO, B 11906, n° 2, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, ibid., p. 194-195.

116 ADCO, B 11906, n° 8.

117 ADCO, B 11906, n° 1.

118 ADCO, B 11882.

119 ADCO, B 11882.

120 ADCO, B 11882.

121 ADCO, B 11881. M. Canat, Documents inédits…, op. cit., p. 448 et 457. A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 2, p. 309.

122 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 407-408.

123 A. Tuetey, Les Écorcheurs…, op. cit., t. 2, p. 192-197.

124 M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 407.

125 V. Bessey, Construire l’armée française, t. 1 (De la France des premiers Valois à la fin du règne de François Ier), Turnhout, 2006, p. 102-105.

126 P. Contamine, « 1445 : Charles VII et l’art… », op. cit., p. 346.

127 Jean Maupoint, Journal parisien, 1437-1469, éd. G. Fagniez, Paris, 1878, p. 36.

128 J.-M. Cauchies, « Les “écorcheurs” en Hainaut (1437-1445) », Revue belge d’histoire militaire, 20/5 (mars 1974), p. 339, n. 106.

129 ADCO, B 11906, n° 9, publiée par M. Sommé (éd.), La correspondance d’Isabelle…, op. cit., p. 196.

130 ADCO, B 11882.

131 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, op. cit., t. 1, p. 72-74. Sur l’usage des lettres de défi et ses implications juridiques, voir V. Toureille, « La coutume, le droit et la guerre : les lettres de défi. L’exemple d’une terre de frontière : La Lorraine au xve siècle », in T. Deswarte, B. Dumézil et L. Vissière (dir.), Epistola 3. Lettres et conflits. Antiquité tardive et Moyen Âge, Madrid, 2021, p. 21-30.

132 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, ibid., t. 1, p. 75-78. Jean de Stavelot, Chronique…, op. cit., p. 553-554.

133 Jean de Stavelot, Chronique…, ibid., p. 553.

134 A. Marchandisse, « Jean de Heinsberg… », op. cit., p. 74.

135 Jean de Stavelot, Chronique…, op. cit., p. 555.

136 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, op. cit., t. 1, p. 78-79. Jean de Stavelot, Chronique…, ibid., p. 565-566. Les 1 500 florins restants sont à payer dans les quatre mois.

137 Mathieu d’Escouchy, Chronique…, ibid., t. 1, p. 78-79. Jean de Stavelot, Chronique…, ibid., p. 566-567.

138 V. Bessey, Construire l’armée française…, op. cit., p. 102-105. E. Cosneau, Le Connétable de Richemont. Arthur de Bretagne (1393-1458), Paris, 1886, p. 358, n. 6. En septembre-octobre, les soixante-dix lances restantes de sa compagnie sont en Saintonge, cf. A. Plaisse, Un chef de guerre…, op. cit., Évreux, 1984, p. 128.

139 Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 32511, fol. 103r. H. Fisquet, La France pontificale (Gallia christiana). Histoire chronologique et biographique de tous les archevêques et évêques de tous les diocèses de France. Métropole de Sens. Nevers-Bethléhem, Paris, 1866, p. 67-68. V. Tabbagh, « Les évêques de Nevers à la fin du Moyen Âge (1295-1519) », Annales de Bourgogne, 70 (juillet-décembre 1998), p. 196-197.

140 L. Cazaux, Les capitaines dans le royaume de France. Guerre, pouvoir et justice au bas Moyen Âge, Paris, 2022, p. 622-662.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles, avril-mai 1445 (DAO C. Furon).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19573/img-1.png
Fichier image/png, 559k
Titre Fig. 2 – Le pillage de la châtellenie de Château-Regnault (DAO C. Furon).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Furon, « Les derniers feux de l’Écorcherie : la chevauchée de Robert de Flocques et Poton de Xaintrailles (printemps 1445) »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.2 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cem/19573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19573

Haut de page

Auteur

Christophe Furon

Docteur en histoire médiévale (Sorbonne Université), membre associé du CRHIA (université de Nantes)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search