Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.2ChantiersLe castrum Thigernum retrouvé ? N...

Chantiers

Le castrum Thigernum retrouvé ? Nouvelles recherches sur les origines de Thiers (Puy-de-Dôme)

Damien Martinez, Sandra Chabert et Laurent Mosnier

Notes de la rédaction

Historique
Reçu : 6 septembre 2022 – Accepté : 13 décembre 2022

Texte intégral

1. Introduction

1Les origines de la ville de Thiers sont essentiellement connues grâce à la mention d’un Thigernum castrum par Grégoire de Tours. Dans le dernier tiers du vie siècle, il s’agit a priori d’une agglomération partagée en deux « quartiers », correspondant respectivement au castrum assiégé par le roi Thierry autour de 530, où se situe un lieu de culte abritant les reliques de saint Symphorien, et au secteur où prend place une église dédiée à saint Genès, consacrée par l’évêque de Clermont, Avit Ier (571-591). Si une petite ville existe donc bien à la période mérovingienne, aucun indice n’atteste en revanche la présence d’une agglomération durant l’Antiquité.

2Thiers possède actuellement une ville haute, qui s’est développée autour de l’église Saint-Genès, et une ville basse (« Le Moûtier »), où un monastère, gardien des reliques de saint Symphorien, existe au moins dès le début du xie siècle. Les recherches conduites sur l’histoire de Thiers ont longtemps considéré que la topographie actuelle cristallisait l’organisation d’origine, en s’appuyant notamment sur la permanence des hagiotoponymes (Saint-Symphorien et Saint-Genès). Le castrum primitif, situé dans la ville basse, aurait ainsi été réinvesti par le monastère, qui se serait développé à l’ombre du pôle paroissial, localisé pour sa part sur le point haut où se tenait l’église Saint-Genès. Or, la relecture des quelques données historiques et archéologiques disponibles, couplée à de nouvelles recherches de terrain, permet de proposer un schéma d’occupation sensiblement différent, intégrant un site qui jusqu’à présent était passé sous le radar des chercheurs, distinct de l’agglomération actuelle, mais que tout concourt à identifier comme l’emplacement du castrum Thigernum de Grégoire de Tours (fig. 1).

Fig. 1 – La ville de Thiers avec la localisation du site des Millières (source : www.geoportail.gouv.fr ; DAO D. Martinez).

Fig. 1 – La ville de Thiers avec la localisation du site des Millières (source : www.geoportail.gouv.fr ; DAO D. Martinez).

2. Le castrum Thigernum de Grégoire de Tours

  • 1 Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, 51, éd. B. Krusch et W. Levison, Hanovre, 1885 (MGH, S (...)

3D’après Grégoire de Tours, les reliques de saint Symphorien d’Autun auraient été apportées à Thiers par un homme pieux qui aurait déposé trois pierres marquées du sang du martyr dans un reliquaire en argent (capsa argentea). Il aurait alors entreposé la châsse dans ou sous l’autel de l’église du castrum, dont Grégoire précise qu’elle était en bois. Vers 530, lors d’une des campagnes militaires organisées par Thierry Ier, fils aîné de Clovis, la forteresse est incendiée – [...] hoc castrum ab hostibus incendio concrematur [...]1. L’église est détruite, mais les reliques survivent miraculeusement, engageant les habitants du lieu à construire un nouvel édifice, probablement maçonné.

  • 2 Grégoire de Tours, Liber…, ibid., 66, p. 533.

4Une quarantaine d’années plus tard, à la suite de l’invention de la tombe d’un prétendu saint local dénommé Genès, une nouvelle église est bâtie à l’initiative de l’évêque Avitus. Grégoire de Tours précise que cet édifice est situé « in huius urbis arverna territorio quod adjacit Tigernensi castello2 », autrement dit à l’extérieur du site fortifié, à proximité de celui-ci. Avitus fait également apporter des reliques de saint Genès d’Arles, afin d’asseoir le rayonnement de sa fondation et, ainsi, de développer un pèlerinage sur la tombe du saint thiernois, dont le culte est magnifié par l’adjonction des restes de son célèbre homonyme.

  • 3 L. Bréhier, « Thiers, église du Moûtier », in Congrès archéologique de France, 87e session, Clermon (...)
  • 4 D. Parent, Thiers, église Saint-Genès. Rapport de diagnostic archéologique, DRAC/SRA Auvergne-Rhône (...)
  • 5 Ce doute avait déjà été exprimé par May Vieillard-Troïekouroff : M. Vieillard-Troïekouroff, Le pays (...)
  • 6 Le monastère est cité en 1011-1012 lorsqu’il devient un prieuré de Cluny avec la bénédiction du sei (...)

5Partant de ces deux mentions, Louis Bréhier et Gabriel Fournier ont proposé de localiser le castrum dans la ville basse de Thiers, le second décelant d’ailleurs une partie du tracé de l’enceinte sur le cadastre napoléonien3. Ils admettent également que l’église Saint-Genès, en partie haute, pérennise l’emplacement de l’église d’Avitus. Si la seconde proposition semble pouvoir être suivie, en raison notamment des quelques découvertes funéraires faites dans et autour de l’église Saint-Genès – dont un sarcophage trapézoïdal en 20104 –, la première mérite certainement d’être révisée, et ce pour plusieurs raisons. En premier lieu, à l’aune de l’avancée des recherches sur les établissements fortifiés de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, il semble assez peu probable que le castrum/castellum – Grégoire use des deux termes – ait été installé sur un point bas, avec pour seule protection naturelle la rivière Durolle, ceci étant d’autant plus étonnant si l’on tient compte de la topographie alentour5. Deuxièmement, considérant la mobilité souvent avérée des vocables à travers le temps, il est possible que les deux lieux de culte aient vu leur titulature intervertie, peut-être au moment de la fondation du monastère6. Saint-Symphorien aurait alors gagné la partie basse, dite du « Moûtier », les moines emportant avec eux les reliques du martyr d’Autun ; l’église Saint-Genès, à l’origine en bas ou à un emplacement inconnu, aurait été déplacée sur les hauteurs, dans l’assiette de l’ancien castrum mérovingien. Cette seconde hypothèse, qui semble davantage concilier le témoignage des sources et la logique topographique, doit toutefois être nuancée, voire possiblement écartée, en s’appuyant sur les découvertes archéologiques réalisées sur un site distinct de Thiers, dont l’existence est connue au moins depuis le xixe siècle. Le site en question, localisé au lieu-dit des « Millières », occupe une éminence rocheuse située en vis-à-vis de la ville haute de Thiers (fig. 2 et 3), sur la rive opposée de la Durolle. La légende et la tradition locales y situent d’ailleurs un « château ».

Fig. 2 – Le site des Millières, depuis la ville haute de Thiers. La crête granitique correspond au rocher des Margerides surplombant le site (cl. L. Mosnier).

Fig. 2 – Le site des Millières, depuis la ville haute de Thiers. La crête granitique correspond au rocher des Margerides surplombant le site (cl. L. Mosnier).

Fig. 3 – La ville haute de Thiers, depuis le site des Millières (cl. L. Mosnier).

Fig. 3 – La ville haute de Thiers, depuis le site des Millières (cl. L. Mosnier).

3. Le site des « Millières » à Thiers

  • 7 Le Pays Thiernois et son Histoire, brochures n° 2 (1984), n° 8 (1986) et n° 24 (2000).

6Le château des Millières ou des Margerides est connu par une légende thiernoise, sous la forme d’une chanson populaire ou complainte diffusée jusqu’aux années 19607, évoquant un château mystérieux construit sur les flancs abrupts des Margerides, au-dessus des gorges de la Durolle. Cette chanson, inventée dans la seconde moitié du xixe siècle, fait le récit romantique des persécutions d’un odieux seigneur envers la population, notamment sur une jeune bergère.

  • 8 A. Guillemot, Le diable et le trésor, Clermont-Ferrand, 1862.
  • 9 Le terme « Bitor » ou « Bitord » désigne de façon péjorative les Thiernois. Il viendrait au départ (...)

7En 1862, Antoine Guillemot (1822-1902), historien et généalogiste thiernois, publie une nouvelle, Le diable et le trésor8, dans laquelle il mentionne un « château de Bitor9 » bâti au milieu des Margerides. Son texte anachronique, mélangeant le Moyen Âge, les époques gauloise et romaine, était une satire destinée à ridiculiser les intellectuels thiernois de son époque affirmant que les ruines d’un château très ancien, décrit comme à l’origine de Thiers, étaient présentes sur une zone des Margerides appelée la Millière ou les Millières. Sa nouvelle thiernoise fut néanmoins prise au premier degré par ses lecteurs…

  • 10 E. Marchand-Gérin, La nuit de la Toussaint, Paris, 1862.

8Cette même année, le roman d’Eugène Marchand-Gérin (1823-1861), La nuit de la Toussaint10, est publié à titre posthume. Ce livre fait également le récit d’un horrible seigneur vivant au château de Montguerlhe, mais dont l’histoire se déroule en grande partie à Thiers et dans les gorges de la Durolle. Le nom d’un de ses personnages, Griffard, se retrouve dans la complainte des Millières.

  • 11 Les fouilles de 1865-1867 sont relatées dans D. Hadjadj, Pays de Thiers, le regard et la mémoire, C (...)

9On sait également que dans les années 1865-1867, des fouilles ont été effectuées au pied du rocher des Margerides, soit l’actuel sommet des Millières, et auraient mis en évidence la présence d’une vieille construction, peut-être celle d’un ancien château11.

10La chanson des Millières a donc vraisemblablement été créée à partir de ces événements car toutes les dates concordent sur la période 1860-1870. Le Moyen Âge était une source d’inspiration pour le romantisme du xixe siècle, expliquant l’engouement des auteurs de l’époque qui en faisaient alors le décor, certes éloigné de la réalité, de leurs romans. Mais il est intéressant de noter que la légende des Margerides repose néanmoins sur une part de vérité, à savoir les restes de constructions présentes aux Millières. Il est également pertinent de constater que le château des Millières a été considéré comme à l’origine de la ville de Thiers par les érudits locaux du xixe siècle, c’est pourquoi on le retrouve parfois sous le nom de « château des Bitors » soit, si on traduit selon l’interprétation proposée note 9, le « château des Thiernois ».

  • 12 M. Delotz, A Margeride, montagne thiernoise et rocher natal, Clermont-Ferrand, 1912.

11En 1912, l’écrivain thiernois Maurice Delotz (1893-1915) publie un poème en hommage aux falaises de Margeride 12. Il y glisse une étonnante phrase sur les origines antiques du sentier des Margerides : « Aucun n’aura l’attachant secret que tu portes dans tes flancs noirs où les cohortes de Rome ont peut-être laissé un chemin par elles tracé. »

12Par la suite, le thème du château de Bitor est repris en 1916 par Victor Favyé (1851-1925), éditeur local, dans un roman intitulé Le trésor des Bitors. En 1920, un guide touristique (Huit jours à Thiers) indique également la présence d’un ancien château et d’un village en ruine dans le secteur en dessous du rocher de Margeride.

  • 13 13 P.-F. Fournier, « Circonscription de Clermont-Ferrand », Gallia, 19-2 (1961), p. 367.

13En 1959, Roger Beaujeu-Aiguebonne, alors président de la Société des études locales, déclare à l’université de Clermont-Ferrand la présence de tuiles à rebords (tegulae) dans le ravin dit « Goutte des Morts » ou « des Millières ». Ces informations ont été reprises par Pierre-François Fournier dans son inventaire des découvertes archéologiques publié en 1961. Il note que les vestiges gallo-romains sont rares dans la région thiernoise13.

  • 14 A. Bigay, Sur les bords de la Durolle, [Vichy], 1960, p. 165.
  • 15 Ces données inédites ont été retrouvées en 2021 aux Archives départementales du Puy-de-Dôme par Lau (...)
  • 16 Cette explication est celle retenue, car le mot « millière » ou « miliare » ou « milliaire » ne se (...)

14Aucune trace d’un édifice médiéval n’a été retrouvée dans les archives municipales de Thiers, le plus vieux terrier datant de 1476. Les recherches récentes effectuées sur une autre légende de la zone (le gouffre des Millières14) mettent en évidence l’exploitation d’une mine de plomb de 1729 à 173315. Ce dernier point explique vraisemblablement la toponymie du nom « Millière » qui semble résulter d’une déformation du mot « Minière » sur trois siècles16.

4. Les nouvelles recherches de terrain

  • 17 D. Martinez, De la cité arverne au diocèse de Clermont. Topographie ecclésiale, fortifications et p (...)

15Les découvertes de 1959, restées anecdotiques, ont été reconsidérées il y a quelques années dans le cadre d’une thèse de doctorat abordant la question des établissements fortifiés de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Auvergne17. La présence de tegulae sur ce point haut, en effet, invitait à s’interroger sur la véritable chronologie des vestiges observés depuis le xixe siècle sur le site des Millières. Des reconnaissances sur le terrain ont ainsi été entreprises en 2013, afin d’inventorier les vestiges maçonnés encore perceptibles au travers de la végétation. Le site constitue un pointement rocheux formant une avancée en surplomb d’un méandre de la Durolle (fig. 4).

Fig. 4 – Plan topographique des vestiges reconnus sur le site des Millières, sur fond LiDAR (source LiDAR CRAIG ; traitement LiDAR L. Mosnier ; DAO D. Martinez).

Fig. 4 – Plan topographique des vestiges reconnus sur le site des Millières, sur fond LiDAR (source LiDAR CRAIG ; traitement LiDAR L. Mosnier ; DAO D. Martinez).

16À l’origine, il était organisé en une crête sommitale dominant trois vastes terrasses principales, dont une partie a été reprise et remodelée dans le cadre d’une activité d’élevage, voire pour la création de vergers ou de jardins à des époques plus ou moins récentes. À mi-pente, la terrasse inférieure est bloquée par un puissant mur, constitué de blocs de granite liés par un mortier de chaux épais et agencés selon un appareil irrégulier. Cette maçonnerie, d’une épaisseur avoisinant les deux mètres, conservée par endroits sur plus de trois mètres de hauteur, peut être suivie de façon quasi certaine sur une longueur de près de soixante-quinze mètres (fig. 5).

Fig. 5 – Le parement externe du mur d’enceinte du site des Millières (cl. D. Martinez).

Fig. 5 – Le parement externe du mur d’enceinte du site des Millières (cl. D. Martinez).

17Il n’y a aucun doute sur le fait qu’il s’agit ici d’un mur d’enceinte et non d’un simple mur de terrasse de culture. Certains segments de cette muraille sont démolis, laissant ainsi les terres anciennement retenues intra muros se répandre au niveau de l’amorce de la pente. C’est d’ailleurs au sein de celles-ci que les premiers tessons de céramique attribuables aux ve-viie siècles ont été collectés. À l’angle sud-ouest du site, à la transition entre les deux terrasses, deux murs également liés au mortier de chaux forment l’angle d’un imposant bâtiment, peut-être contemporain de l’enceinte (cf. fig. 4). Une porte est d’ailleurs aménagée dans la façade sud de cet édifice. Plus au sud et à l’ouest, plusieurs maçonneries sont perceptibles. Si certaines correspondent sans ambiguïté à des murs de parcelles, d’autres sont peut-être à associer à une occupation ancienne, sans qu’il soit possible d’en dire davantage pour le moment.

  • 18 Nous tenons à remercier à ce titre Julie Charmoillaux, Raphaël Angevin, Fabien Delrieu et Julian Ca (...)
  • 19 D. Martinez, « Entre plaine et montagne. Gestion du territoire et réseaux de peuplement dans la cit (...)

18Compte tenu des difficultés d’appréhension des structures sur le terrain, un relevé par la méthode du LiDAR a été réalisé en 2014. Le premier modèle numérique de terrain fait ressortir sans difficulté la portion ouest du mur d’enceinte, tout comme ceux du grand bâtiment précédemment évoqué. Fort de ces premières acquisitions, de nouvelles prospections de terrain ont été effectuées récemment, durant l’hiver 2021-2022, en complément desquelles un premier plan topographique a été réalisé avec l’appui logistique et technique du Service régional de l’archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes18. Un nouveau ramassage du mobilier de surface a pu être réalisé, notamment au sein des taupinières, révélant encore une fois la présence de tessons de céramique tardo-antique. À ceux-ci sont associés quelques fragments de terres cuites architecturales, dont des tegulae et des imbrices, mais, surtout, une brique peignée, identifiable à une tegula mammata. Ce type d’éléments, participant de dispositifs de chauffage par hypocauste, est connu dans les contextes de l’Antiquité tardive, localement sur le site fortifié de La Couronne à Molles (Allier ; ve-vie siècles)19.

5. Le mobilier céramique

19La céramique ramassée au pied du mur d’enceinte et sur la terrasse inférieure (intra muros) rassemble vingt-six tessons pour six individus. En dehors de quelques tessons modernes, elle ne comporte que des éléments de la fin de l’Antiquité. Ceux-ci correspondent à de la céramique commune grise et à de la céramique grise kaolinique, au répertoire caractéristique des ve-viie siècles.

20La céramique commune grise est principalement à pâte mi-grossière, sableuse, grise à grise clair. Lui sont associés un bord de pichet à col cylindrique et à petite lèvre déversée (fig. 6, n° 1), et un fond plat de forme probablement fermée (fig. 6, n° 2).

Fig. 6 – Les céramiques collectées en prospection pédestre sur le site des Millières (dessin et DAO S. Chabert).

Fig. 6 – Les céramiques collectées en prospection pédestre sur le site des Millières (dessin et DAO S. Chabert).

21Un deuxième groupe technique, caractérisé par une pâte brune et une surface sombre, est observé sur une forme ouverte (un fond pseudo-annulaire). Une troisième pâte, en tout point semblable à la première, mais non tournée, s’ajoute aux deux autres ; elle n’est représentée que par un fragment de panse difficilement datable.

  • 20 S. Chabert, La céramique arverne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (fin iiie-milieu v (...)

22La céramique en pâte kaolinique est en majorité à cuisson réductrice. Seul un tesson est cuit en mode oxydant, une jatte à collerette basse. Certains éléments se distinguent par une pâte fine contenant peu d’inclusions et une surface soigneusement lissée, voire lustrée. Les deux seules formes associées sont une coupe à bord évasé ou plat à lèvre saillante (type plat 2-120 ; cf. fig. 6, n° 3) et une coupe à lèvre ourlée habituellement retrouvée dans les contextes tardo-antiques régionaux (coupe 2-1 ; cf. fig. 6, n° 4).

  • 21 S. Chabert, La céramique…, ibid., p. 256.
  • 22 S. Chabert, La céramique…, ibid., p. 94 et 255, fig. 88.
  • 23 A. Wittmann, « Étude céramologique », in K. Chuniaud (dir.), Clermont-Ferrand (Auvergne, Puy-de-Dôm (...)
  • 24 L. Lautier (dir.), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes), Projet InspiRe – Secteur 8 (...)
  • 25 A. Horry, « Étude céramologique », in P. Bet et P. Pouenat, Lezoux (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alp (...)

23Par les catégories céramiques et les formes, ce petit ensemble est homogène et peut être daté entre les ve et viie siècles. Dans les ensembles régionaux connus, la coupe à lèvre ourlée associée au plat à lèvre saillante est attestée à partir des ve-vie siècles21. Ces formes sont ainsi répertoriées à La Couronne à Molles à cette période22, à Clermont-Ferrand sur le site de Trémonteix entre le ve et le milieu du viiie siècle23 et rue de l’Oradou aux vie et viie siècles24, ainsi qu’à Lezoux durant les vie et viie siècles25.

  • 26 S. Chabert, « Étude de la céramique médiévale et moderne de Lezoux », in F. Baucheron, Lezoux (Puy- (...)

24La céramique issue des perturbations d’époque moderne correspond uniquement à de la céramique glaçurée. Très peu d’études publiées existent sur ces productions récentes, en particulier pour les secteurs de confins comme ceux abordés ici. Un fragment à glaçure parsemée rouge et un second à glaçure plombifère verte sur pâte grossière paraissent relativement anciens et pourraient remonter à la fin du Moyen Âge ou au début de la période moderne. Ils sont proches de récipients enregistrés à Lezoux pour ces mêmes périodes26. Le reste appartient plutôt aux xvie-xviie siècles, voire au xviiie siècle, avec une écuelle à oreilles à glaçure orange décorée sur engobe, un tesson à glaçure interne verte à taches vert foncé et un bord de jatte à lèvre en bourrelet et glaçure jaune épaisse et brillante, sur engobe.

6. Perspectives de recherches

  • 27 D. Martinez, « Entre plaine et montagne… », op. cit., carte p. 282.

25La relecture des sources textuelles et des données archéologiques anciennes, prolongée récemment par une nouvelle enquête de terrain, semble suffisamment probante pour inciter la mise en place d’un programme de sondages, voire de fouilles archéologiques sur le site des Millières, dans la perspective de vérifier l’hypothèse de l’existence, à cet emplacement, du castrum Thigernum du vie siècle. Au-delà de la nature des vestiges et des premiers éléments de chronologie apportés par le mobilier céramique, la localisation de ce site semble tout à fait en adéquation avec la logique topographique d’implantation des sites fortifiés de hauteur de l’Antiquité tardive27. Le site des Millières, en effet, occupe un éperon dominant un méandre de la Durolle, dont la vallée s’engage dans le massif du Livradois-Forez en direction de l’est. De ce point de vue, cette vallée a certainement accueilli un axe de circulation dès le Haut-Empire, voire antérieurement. La position du site offre un point de vue privilégié sur les gorges en contrebas ainsi qu’en direction du sud-ouest, où s’étend la Limagne, prenant place ainsi dans une zone de contact entre plaine et hauteurs. Par cette position, la fortification offrait un potentiel défensif certain, constituant un premier verrou de la vallée de la Durolle. Toutefois, à l’instar du site élitaire de La Couronne, le castrum Thigernum – qu’il soit situé aux Millières ou non d’ailleurs – ne se réduisait certainement pas à sa dimension défensive ; il devait recouvrir une pluralité de fonctions et constituer localement un jalon de premier ordre dans la strate du peuplement. À ce titre, ce n’est certainement pas un hasard si les reliques d’un saint particulièrement vénéré en Gaule à partir de la fin du ve siècle, Symphorien d’Autun, y ont été apportées. En outre, l’expédition du roi Thierry n’a rien d’anodin et doit nécessairement interroger sur le statut du site, qui devait abriter un pouvoir suffisamment important ou, du moins, des installations défensives suffisamment puissantes pour susciter l’intérêt du souverain mérovingien dans le cadre de sa reconquête de l’Auvergne.

Haut de page

Notes

1 Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, 51, éd. B. Krusch et W. Levison, Hanovre, 1885 (MGH, Scriptores rerum merovingicarum, I-2), p. 524. Pour la nouvelle édition commentée et la traduction du Liber in gloria martyrum, nous renvoyons à Grégoire de Tours, La gloire des martyrs, éd. et trad. L. Piétri, Paris, 2000, p. 160-162 et 198-199 pour les passages concernant Thiers.

2 Grégoire de Tours, Liber…, ibid., 66, p. 533.

3 L. Bréhier, « Thiers, église du Moûtier », in Congrès archéologique de France, 87e session, Clermont-Ferrand, 1924, Paris, 1925, p. 287-323 ; G. Fournier, Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le haut Moyen Âge, 3e éd., Clermont-Ferrand, 2011, p. 338-341.

4 D. Parent, Thiers, église Saint-Genès. Rapport de diagnostic archéologique, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2010.

5 Ce doute avait déjà été exprimé par May Vieillard-Troïekouroff : M. Vieillard-Troïekouroff, Le paysage religieux de la Gaule d’après les œuvres de Grégoire de Tours, Lille, 1977, p. 205.

6 Le monastère est cité en 1011-1012 lorsqu’il devient un prieuré de Cluny avec la bénédiction du seigneur Guy de Thiers.

7 Le Pays Thiernois et son Histoire, brochures n° 2 (1984), n° 8 (1986) et n° 24 (2000).

8 A. Guillemot, Le diable et le trésor, Clermont-Ferrand, 1862.

9 Le terme « Bitor » ou « Bitord » désigne de façon péjorative les Thiernois. Il viendrait au départ du mot « buté = butor » au sens de « borné » et « têtu » des habitants de Thiers.

10 E. Marchand-Gérin, La nuit de la Toussaint, Paris, 1862.

11 Les fouilles de 1865-1867 sont relatées dans D. Hadjadj, Pays de Thiers, le regard et la mémoire, Clermont-Ferrand, 1989.

12 M. Delotz, A Margeride, montagne thiernoise et rocher natal, Clermont-Ferrand, 1912.

13 13 P.-F. Fournier, « Circonscription de Clermont-Ferrand », Gallia, 19-2 (1961), p. 367.

14 A. Bigay, Sur les bords de la Durolle, [Vichy], 1960, p. 165.

15 Ces données inédites ont été retrouvées en 2021 aux Archives départementales du Puy-de-Dôme par Laurent Mosnier (cotes 1 C 6950 et 1 C 6951).

16 Cette explication est celle retenue, car le mot « millière » ou « miliare » ou « milliaire » ne se retrouve pas dans les terriers de cette zone de Thiers (xve et xvie siècles). Au xve siècle, c’est le « terroir Margeride » à côté du « Puy des Golatz » (qui deviendra Dégoulat).

17 D. Martinez, De la cité arverne au diocèse de Clermont. Topographie ecclésiale, fortifications et peuplement de l’Auvergne entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge (ve-xe siècles) : une approche archéologique, thèse de doctorat en histoire de l’art et archéologie, sous la dir. de B. Phalip, Université Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand, 2017, 3 vol.

18 Nous tenons à remercier à ce titre Julie Charmoillaux, Raphaël Angevin, Fabien Delrieu et Julian Castelbou.

19 D. Martinez, « Entre plaine et montagne. Gestion du territoire et réseaux de peuplement dans la cité de Clermont durant l’Antiquité tardive (ve-viie siècles) », Archéologie du Midi médiéval, 38 (2020), p. 275-289.

20 S. Chabert, La céramique arverne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (fin iiie-milieu viiie siècle). Approche chrono-typologique, économique et culturelle, Tours, 2019 (supplément RACF, 71), annexe 2.

21 S. Chabert, La céramique…, ibid., p. 256.

22 S. Chabert, La céramique…, ibid., p. 94 et 255, fig. 88.

23 A. Wittmann, « Étude céramologique », in K. Chuniaud (dir.), Clermont-Ferrand (Auvergne, Puy-de-Dôme), ZAC de Trémonteix lot 1. D’un domaine l’autre. Rapport d’opération de fouille archéologique, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2013, p. 206, fig. 200, n° 1, 4.

24 L. Lautier (dir.), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes), Projet InspiRe – Secteur 8, Oradou. Rapport de diagnostic archéologique, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2022, p. 85, fig. 25, n° 4.

25 A. Horry, « Étude céramologique », in P. Bet et P. Pouenat, Lezoux (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes), Aperçu d’une occupation sur les marges des ateliers de la rue Saint-Taurin : le terrain des Bombènes durant le Haut-Empire et le haut Moyen Âge. Rapport de fouille préventive, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2012, p. 279, fig. 414.

26 S. Chabert, « Étude de la céramique médiévale et moderne de Lezoux », in F. Baucheron, Lezoux (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes), allée de Ligonne, Prafréchat, chemin des Coutades. Rapport de fouille archéologique préventive, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, en cours.

27 D. Martinez, « Entre plaine et montagne… », op. cit., carte p. 282.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La ville de Thiers avec la localisation du site des Millières (source : www.geoportail.gouv.fr ; DAO D. Martinez).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 2 – Le site des Millières, depuis la ville haute de Thiers. La crête granitique correspond au rocher des Margerides surplombant le site (cl. L. Mosnier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 3 – La ville haute de Thiers, depuis le site des Millières (cl. L. Mosnier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 4 – Plan topographique des vestiges reconnus sur le site des Millières, sur fond LiDAR (source LiDAR CRAIG ; traitement LiDAR L. Mosnier ; DAO D. Martinez).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 5 – Le parement externe du mur d’enceinte du site des Millières (cl. D. Martinez).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 6 – Les céramiques collectées en prospection pédestre sur le site des Millières (dessin et DAO S. Chabert).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Martinez, Sandra Chabert et Laurent Mosnier, « Le castrum Thigernum retrouvé ? Nouvelles recherches sur les origines de Thiers (Puy-de-Dôme) »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.2 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cem/19713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19713

Haut de page

Auteurs

Damien Martinez

Université Lumière Lyon 2, UMR 5648 CIHAM

Articles du même auteur

Sandra Chabert

Inrap, UMR 5138 ArAr

Articles du même auteur

Laurent Mosnier

Association Escotal

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search