Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.2ChantiersL’église méconnue de Saint-Aubin-...

Chantiers

L’église méconnue de Saint-Aubin-de-Médoc (Gironde) : une relecture architecturale grâce au diagnostic archéologique

Juliette Masson

Notes de la rédaction

Historique
Reçu : 15 septembre 2022 – Accepté : 23 novembre 2022

Texte intégral

1Saint-Aubin-de-Médoc est une commune située au nord-ouest de Bordeaux. La paroisse dépendait de l’archiprêtré de Moulis jusqu’à la Révolution (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation de l’église paroissiale de Saint-Aubin-de-Médoc (DAO D. Mouquet).

Fig. 1 – Localisation de l’église paroissiale de Saint-Aubin-de-Médoc (DAO D. Mouquet).
  • 1 C. Scuiller, Saint-Aubin-de-Médoc, rapport de diagnostic archéologique, Inrap 2006, DRAC/SRA Bordea (...)

2En 2006, un diagnostic a été réalisé autour de l’église. Des sépultures et des structures bâties ont été mises au jour au sud et à l’est et attribuées à des niveaux modernes d’occupation. Si la clôture du cimetière est observée à l’est du chevet, seule une sépulture médiévale est signalée à l’extérieur de cette clôture, dans des niveaux datés des xive-xve siècles1.

  • 2 J. Masson, Saint-Aubin-de-Médoc, rapport de diagnostic archéologique 2019, DRAC/SRA Bordeaux, 2020.

3En 2019, en amont de travaux d’aménagement affectant le sol de l’église, nous avons réalisé le diagnostic archéologique prescrit par le SRA, dont le but était d’identifier d’éventuelles sépultures en place à l’intérieur de l’église et de détecter les traces des états antérieurs de l’édifice2.

4L’église conserve plusieurs parties construites au Moyen Âge, dont certaines sont remaniées à l’époque moderne puis à la période contemporaine (fig. 2).

Fig. 2 – L’église de Saint-Aubin depuis le nord-ouest (cl. J. Masson).

Fig. 2 – L’église de Saint-Aubin depuis le nord-ouest (cl. J. Masson).
  • 3 J.-A. Brutails, Les vieilles églises de la Gironde, Bordeaux, 1912, p. 204 ; P. Aramel, Commune de (...)

5Toutefois, aucun plan récent de l’église n’était disponible pour l’étude préalable à l’intervention sur le terrain. Seul un plan partiel réalisé par J.-A. Brutails constituait une première source fiable, complétée par un état des lieux mené en 20033. Aucune étude approfondie de l’ensemble n’est connue pour cet édifice. Pour les curieux venant visiter l’église, un plan est affiché à l’intérieur, mais il ne tient pas compte des travaux cités et donne un phasage inexact.

6Nous avons alors commencé par mener une pré-étude de l’édifice pour comprendre les éléments en élévation et ainsi organiser stratégiquement le diagnostic afin qu’il permette aussi de mieux cerner l’architecture actuelle de l’édifice. Les premières observations faites sur les élévations ont donné des indices supposant un bras de transept au nord, ouvrant probablement sur une chapelle orientée agrandie postérieurement. D’autres éléments indiquaient la présence éventuelle d’un bras de transept au sud. Les sondages ont été placés dans chaque partie de l’église, avec pour certains une implantation à l’emplacement supposé des murs pressentis du transept, ou pour tester l’hypothèse d’une nef antérieure plus courte (fig. 3).

Fig. 3 – Localisation des sondages du diagnostic réalisé en 2019 (DAO J. Masson).

Fig. 3 – Localisation des sondages du diagnostic réalisé en 2019 (DAO J. Masson).

1. Éléments de connaissance et premières observations

1.1. Description de l’église médiévale

  • 4 Après un classement partiel en 1925, l’église est inscrite dans sa totalité au titre des Monuments (...)

7L’église actuelle conserve une nef composée d’un vaisseau central, élevé au xiie siècle (cf. fig. 3). Un collatéral est ajouté au nord au xve siècle puis un second au sud aux xviie-xviiie siècles (fig. 4)4.

Fig. 4 – L’église de Saint-Aubin depuis l’ouest (cl. J. Masson).

Fig. 4 – L’église de Saint-Aubin depuis l’ouest (cl. J. Masson).

8La nef ouvre sur une travée droite de chœur prolongée d’une abside, datée du xiie siècle. Deux portes sont percées dans le chevet, une première au nord donne accès à une chapelle à fond plat, et la seconde mène à une sacristie installée au sud au xxe siècle. La façade occidentale présente un portail néo-roman, un clocher du xive siècle contre son angle au nord, et un porche du xixe siècle abritant une porte d’accès à l’église, contre son flanc sud. La base du clocher et le mur de la nef percé de la porte sud sont attribués au xiie siècle.

9Le chevet est construit en pierre de taille et l’abside est rythmée à l’extérieur par des contreforts colonne coiffés de chapiteaux aux corbeilles lisses. Les bases de ces colonnes sont alternativement lisses et ornées de frises d’oves. La corniche repose sur des modillons lisses. Trois baies en plein cintre et sans décor éclairent l’abside. Elles reposent sur une corniche à mi-hauteur qui divise en deux registres horizontaux l’élévation du chevet. Les observations pré-diagnostic révèlent que deux autres baies semblables ouvraient sur la travée droite du chevet. À l’intérieur, les chapiteaux sont ornés de motifs floraux et l’arc triomphal en plein cintre retombe sur des chapiteaux au décor d’oiseaux, personnages et animaux, et de motifs géométriques. Le couvrement de la nef et des collatéraux a été repris. Le chevet a conservé sa voûte en berceau plein cintre terminé à l’est par un cul-de-four. Cet ensemble s’insère dans le répertoire roman du xiie siècle.

10Une arcade, reliant la travée orientale de la nef et le collatéral nord, conserve un arc en plein cintre retombant sur des chapiteaux semblables à ceux de l’abside, et ouvre sur un espace de plan quadrangulaire ayant conservé une voûte d’arêtes, remaniée, mais qui semble d’origine (fig. 5).

Fig. 5 – Prise de vue intérieure de l’angle nord-ouest de l’église : angle du collatéral nord et élévation du chevet où l’on perçoit la baie obstruée derrière la pierre tumulaire (cl. J. Masson).

Fig. 5 – Prise de vue intérieure de l’angle nord-ouest de l’église : angle du collatéral nord et élévation du chevet où l’on perçoit la baie obstruée derrière la pierre tumulaire (cl. J. Masson).

11Cet espace semble indiquer un ancien bras de transept au nord. Le mur oriental du collatéral, fermant cet espace à l’est, conserve dans son épaisseur la trace d’un arc antérieur qui pourrait être l’ouverture vers une chapelle orientée. Ainsi, le diagnostic a permis de tester cette hypothèse au moyen des sondages réalisés à l’emplacement du bras de transept et de la chapelle. En outre, le pilier portant l’arc triomphal au sud conservant les mêmes moulurations que le pilier nord, indiquant un probable bras au sud, a incité à positionner un sondage pour évaluer cette hypothèse complémentaire (fig. 6).

Fig. 6 – Prise des moulurations en parties conservées sur le pilier sud de l’arc triomphal (cl. J. Masson).

Fig. 6 – Prise des moulurations en parties conservées sur le pilier sud de l’arc triomphal (cl. J. Masson).

12L’arcade qui ouvrait sur le bras nord du transept, en effet, est à deux rouleaux portés par une demi-colonne sur dosseret, ce dernier ayant un angle mouluré en tore. Au sud, le même dosseret mouluré est en partie conservé.

13La chapelle à fond plat ajoutée au nord-est est de plan rectangulaire et vient nettement s’appuyer contre le chevet : son mur oriental englobe l’un des contreforts colonne extérieurs du chevet et la corniche à mi-hauteur est utilisée pour asseoir une suite de modillons (cf. fig. 3 et fig. 7a, 7b et 7c).

Fig. 7a – Élévation nord de la chapelle : négatif d’une ancienne baie sous la corniche (cl. J. Masson).

Fig. 7a – Élévation nord de la chapelle : négatif d’une ancienne baie sous la corniche (cl. J. Masson).

Fig. 7b – Élévation sud de la chapelle : ébrasement de l’ancienne baie du chevet visible derrière la rangée de modillons. La corniche et ses modillons sont posés sur la corniche à mi-hauteur divisant l’élévation extérieure du chevet. Dans l’angle sud-est (à gauche sur la photo), un contrefort colonne du chevet est englobé dans le mur (cl. J. Masson).

Fig. 7b – Élévation sud de la chapelle : ébrasement de l’ancienne baie du chevet visible derrière la rangée de modillons. La corniche et ses modillons sont posés sur la corniche à mi-hauteur divisant l’élévation extérieure du chevet. Dans l’angle sud-est (à gauche sur la photo), un contrefort colonne du chevet est englobé dans le mur (cl. J. Masson).

Fig. 7c – Élévation ouest de la chapelle : décor peint ornant la voûte en berceau. La peinture, qui habille l’arc-doubleau, a été recouverte par la maçonnerie isolant cet espace du reste de l’église (cl. J. Masson).

Fig. 7c – Élévation ouest de la chapelle : décor peint ornant la voûte en berceau. La peinture, qui habille l’arc-doubleau, a été recouverte par la maçonnerie isolant cet espace du reste de l’église (cl. J. Masson).
  • 5 P. Aramel, Commune de Saint-Aubin-de-Médoc…, op. cit.

14Ces modillons obstruent la baie qui ouvrait sur le chevet au nord. Une même suite de modillons orne l’élévation intérieure nord. Ces modillons, décorés pour certains, soulignent la corniche portant une voûte en berceau plein cintre. La voûte est recouverte d’une peinture murale, datée à ce jour du xive siècle, avec quatre scènes représentées, dont une Annonciation, mais l’ensemble n’a jamais fait l’objet d’une étude ni d’une restauration approfondie5. Curieusement, et ce malgré les indications du dossier conservé à la Conservation régionale des Monuments historiques et du plan réalisé par J.-A. Brutails, cette chapelle est nommée localement « l’oratoire » et présentée comme la partie la plus ancienne de l’église, peut-être pour son côté vétuste, qui souligne en réalité son mauvais état de conservation.

  • 6 La pierre tumulaire est classée au titre d’objet en 1908, la porte en bois sculpté est classée en 1 (...)

15Les trois arcades entre la nef et le collatéral nord, en arc brisé avec des nervures prolongées sur les piliers, sont datées du xve siècle (cf. fig. 4). Elles marquent un premier agrandissement de l’église. Dans le sanctuaire, une porte en bois sculpté datée du xve siècle ferme l’armoire liturgique et une pierre tumulaire peinte et datée de 1583 est encastrée dans l’élévation nord du chevet en l’honneur d’un seigneur de Saint-Aubin (cf. fig. 5). La pré-étude sur le terrain a permis de constater que cette pierre est placée dans l’ancienne baie qui éclairait le chevet au nord6.

16La particularité de cette église réside dans l’aménagement conservé dans l’abside du chevet : un sarcophage entier, en calcaire, est installé en hauteur contre le mur du chevet, dans l’axe est-ouest, à 1,50 m du sol (fig. 8).

Fig. 8 – Prise de vue du sarcophage reliquaire installé dans l’abside axiale (cl. J. Masson).

Fig. 8 – Prise de vue du sarcophage reliquaire installé dans l’abside axiale (cl. J. Masson).
  • 7 G. Rougé, Les sarcophages entre Loire et Pyrénées : observations et études par des critères techniq (...)
  • 8 P. Aramel, Commune de Saint-Aubin-de-Médoc…, op. cit.
  • 9 C. Sapin, Les cryptes en France : pour une approche archéologique, ive-xiie siècle, Paris, 2014, p. (...)

17Sa cuve monolithe et son couvercle en bâtière permettent de le dater entre le vie et le viiie siècle7. Il repose sur deux colonnes, dont l’une est engagée dans le mur du chevet pour porter le côté étroit (côté pieds, à l’est) tandis que l’autre est fichée dans le sol, pour porter le côté large (côté tête, à l’ouest). Cet aménagement du sarcophage dans l’abside romane daterait du xve siècle8. Le sarcophage est dans une position secondaire, mais sa présence suggère une occupation funéraire locale pour la période mérovingienne. Placé derrière le maître-autel, il était visible pour les visiteurs depuis la nef et le chœur. Un aménagement similaire existe dans la crypte de l’église de Caniac-du-Causse dans le Lot, où un sarcophage reliquaire est fiché dans le mur derrière le maître-autel de la chapelle axiale9.

1.2. Les remaniements aux périodes moderne et contemporaine

18Les baies du collatéral nord sont remaniées au cours des xviie-xviiie siècles, indiquant une reprise du mur élevé au xve siècle. L’ajout d’un collatéral au sud est réalisé aux xviie-xviiie siècles avec trois grandes arcades, contre quatre au nord (cf. fig. 3 et 4). Les deux arcades à l’est sont aussi en arc brisé ; celle à l’ouest est moins haute et en arc plein cintre. Enfin, le collatéral sud est plus large que celui au nord.

  • 10 Le retable et la statue de saint Jean Baptiste sont classés en 1988.
  • 11 DRAC/SRA, dossier de protection MH.

19À la fin du xviie siècle, un mur est élevé à l’intérieur du chevet pour adosser un grand retable en bois orné de statues en bois de saint Pierre et de saint Paul10. Il est orienté nord-sud, calé entre deux colonnes engagées de l’abside, tronquées pour ce faire en partie basse. Ce mur cloisonne le sanctuaire et isole le sarcophage, devenant alors non visible depuis la nef et le chœur. Deux portes ont été intégrées au nord et au sud pour aménager une circulation vers le sarcophage. L’église de Saint-Aubin fut le lieu d’un important pèlerinage jusqu’à la seconde guerre mondiale. Le sarcophage aménagé derrière le maître-autel a longtemps été considéré à tort comme le contenant des reliques de saint Aubin. Au cours du xixe siècle, le curé tente d’obtenir de vraies reliques du saint pour maintenir le pèlerinage, mais en vain. Il dépose contre la cuve une statue d’évêque pour continuer d’attirer les pèlerins, ce qui fonctionne jusqu’au milieu du xxe siècle11. Les pèlerins rentraient par une des portes aménagées dans le mur cloisonnant le chevet, longeaient le mur et passaient sous le sarcophage, continuant ainsi de longer le mur, pour enfin ressortir par l’autre porte.

  • 12 Ibid.

20Les transformations de l’église se poursuivent jusqu’au xixe et xxe siècles, en particulier à partir de 1872, après le déplacement du cimetière en 186112. Le portail occidental est entièrement repris avec le soin de conserver un caractère roman. Le porche est aménagé dans l’angle sud-ouest et la sacristie est ajoutée contre le chevet au sud. Le plan visible sur le cadastre daté de 1843 présente l’église telle qu’on la connaît aujourd’hui sauf dans l’angle sud-est où la sacristie n’est pas encore construite (fig. 9).

Fig. 9 – Extrait du cadastre daté de 1843, Archives départementales de la Gironde, 3 P 376/22.

Fig. 9 – Extrait du cadastre daté de 1843, Archives départementales de la Gironde, 3 P 376/22.

21Même si la prudence est de mise dans l’analyse de ce type de plan, on note deux détails : la travée droite de chœur apparaît plus large que l’abside orientale et un retrait figure sur l’élévation orientale du collatéral sud – largeur antérieure ? bras de transept ?

2. Les apports du diagnostic archéologique13

2.1. Un état antérieur au xiie siècle ?

22Les sondages 1 et 2 ont été réalisés à l’intérieur du sanctuaire, à l’arrière du mur de cloison, au pied des colonnes du sarcophage reliquaire (fig. 10 et 11).

Fig. 10 – Plan de l’église de Saint-Aubin (données topographiques générales D. Mouquet et J. Masson, reprise du plan de J.-A. Brutails pour l’abside).

Fig. 10 – Plan de l’église de Saint-Aubin (données topographiques générales D. Mouquet et J. Masson, reprise du plan de J.-A. Brutails pour l’abside).

Fig. 11 – Plan des vestiges observés au diagnostic pour les sondages 1 et 2 (DAO D. Mouquet et J. Masson).

Fig. 11 – Plan des vestiges observés au diagnostic pour les sondages 1 et 2 (DAO D. Mouquet et J. Masson).

23Dans ces deux sondages, des radiers composés de moellons agencés en couche régulière, liés au mortier de chaux, peuvent être des hérissons de drainage. Toutefois des moellons semblent agencés en suivant une courbe d’où l’hypothèse de fondations d’une terminaison orientale antérieure, une abside plus petite (USC 112 et 211) ? Ces vestiges apparaissent à environ 25 cm de profondeur, recouverts de niveaux de circulation conservés directement sous les tommettes en place, datées du xviie siècle. L’ouverture restreinte des sondages limitant l’observation des vestiges, seules des investigations supplémentaires permettraient de tester correctement cette hypothèse.

2.2. L’église construite au xiie siècle : mise en évidence d’un transept saillant

24Le sondage 5 mené dans le collatéral nord a permis la découverte de fondations massives (MR 508) à moins de 20 cm de profondeur sous le sol actuel (fig. 12).

Fig. 12 – Plan des vestiges observés au diagnostic pour les sondages 3 et 5 et proposition de restitution (DAO D. Mouquet et J. Masson).

Fig. 12 – Plan des vestiges observés au diagnostic pour les sondages 3 et 5 et proposition de restitution (DAO D. Mouquet et J. Masson).

25Elles indiquent la présence d’un mur axé nord-sud qui fermait un bras de transept, dans l’alignement avec le pilier conservant une colonne romane. La voûte d’arêtes en serait le couvrement d’origine. Le sondage 3, réalisé dans la salle ajoutée au nord-est, a mis en évidence des fondations indiquant l’existence d’une structure antérieure plus petite, à moins de 20 cm sous le sol actuel (cf. fig. 10, US 305). Le bras du transept ouvrait sur une petite chapelle orientée et hémicirculaire, comme le suggèrent la forme et l’orientation des fondations observées. Aussi, le mur est du collatéral conserve la trace de l’arc qui assurait la transition entre le bras du transept et l’absidiole. Cette dernière a été agrandie, donnant place à la chapelle actuelle à fond plat. La baie nord du chevet est obstruée lors de ces remaniements. Notons la présence peu commune de corniches placées à l’intérieur, probablement des remplois. Les motifs ornant les modillons sont datés du xiie siècle et les peintures ornant les voûtes sont attribuées au xive siècle. Lors de la transformation de l’absidiole, l’arc-doubleau la séparant du transept a été surélevé. Les peintures se développent sur la face est de cet arc et sont recouvertes par le mur de clôture élevé au xve siècle entre le transept et la chapelle. Ainsi, l’absidiole est d’abord agrandie en chapelle à fond plat, ornée de peintures, puis isolée du transept, probablement lors de l’ajout du collatéral nord au xve siècle. Deux accès sont possibles pour la chapelle nord-est : un premier à l’est par l’extérieur, l’autre par une porte ouvrant sur la travée droite ; cette dernière porte pouvant exister dès l’agrandissement de la chapelle.

26Au sein du sondage 7, réalisé dans le collatéral sud, outre des remblais sous des niveaux de sols, seule une maçonnerie est-ouest a été partiellement observée, prise dans la berme sud (cf. fig. 10). Ce mur est à bonne distance de la nef pour constituer un indice de bras de transept au sud. En revanche, il se développe vers l’ouest, au-delà de la limite du transept envisagé. Il peut s’agir d’un vestige du bras sud de transept, remanié comme au nord pour aménager un collatéral, moins large que l’actuel. Ainsi peut être proposée l’hypothèse d’un transept saillant, où les deux bras ouvrent chacun sur une absidiole orientée.

27Les vestiges observés dans le sondage 9 révèlent les fondations d’un mur axé est-ouest et situé dans l’alignement des grandes arcades, à attribuer au mur gouttereau sud de la nef romane – MR 912 à environ 50 cm sous le sol actuel –, ainsi que des sépultures en parties conservées et postérieures à l’ajout du collatéral au sud. En revanche, le sondage 8, réalisé dans le collatéral nord n’a pas révélé de fondations attribuables à la nef romane (cf. fig. 10).

28Enfin les sondages ont mis au jour plusieurs niveaux de sols, en terre, en mortier de chaux ou en carreaux de terre cuite. Les résultats permettent de relier le sol en terre à l’église romane. De même, à proximité du sarcophage, pour des niveaux de terre datables du xve siècle, alors qu’un sol de mortier de chaux, synchrone, semble fonctionner avec la colonne portant le sarcophage : peut-être pour recevoir un autel précédant le sarcophage comme à Caniac-du-Causse ? Ces niveaux sont recouverts au xviie siècle d’un premier sol en carreaux de terre cuite, avant l’installation des tommettes actuelles, sols contemporains du mur cloisonnant le chevet, le premier ayant été observé aussi dans le reste de l’église des xviie-xviiie siècles.

29Ainsi les résultats du diagnostic permettent de proposer un nouveau plan de l’église de Saint-Aubin-de-Médoc pour la période romane (fig. 13).

Fig. 13 – Plan phasé de l’église de Saint-Aubin-de-Médoc : proposition de restitution (DAO J. Masson).

Fig. 13 – Plan phasé de l’église de Saint-Aubin-de-Médoc : proposition de restitution (DAO J. Masson).

30L’église était composée au xiie siècle d’une nef à vaisseau unique, d’environ 20 m de long sur 5 m de large, d’un transept saillant dont les bras, de 2,5 m de largeur est-ouest sur 3 m de profondeur nord-sud, étaient voûtés d’arêtes et ouvraient sur une absidiole orientée peu profonde (environ 2 m). Le chevet associé était composé d’une travée droite voûtée d’un berceau et d’une abside couverte d’une voûte en cul-de-four. À l’ouest, l’église avait probablement dès le xiie siècle un clocher contre la façade au nord. Le portail actuel, néo-roman, marque l’extrémité de l’église au xiie siècle, mais il n’est pas attesté qu’un portail ouvrait initialement à l’ouest. Une ouverture, en effet, à l’extrémité occidentale de la nef, est envisageable dans l’élévation sud, où elle conserve des maçonneries du xiie siècle.

3. Conclusion

31L’église de Saint-Aubin-de-Médoc peut désormais être comparée à d’autres églises locales, à commencer par sa voisine de Saint-Médard-en-Jalles. Cette dernière conserve, en effet, un chevet roman – travée droite et abside à pans coupés –, un bras de transept au sud ouvrant sur une absidiole orientée et un portail aménagé à l’extrémité sud de la nef. De même, l’église Saint-Martin de Blanquefort, au nord de Bordeaux, reconstruite en style néo-classique, conserve une absidiole antérieure qui pourrait révéler le même type de plan.

32Souvent les études relatives aux églises girondines, en particulier paroissiales, soulignent le peu de points communs entre ces édifices, mais c’est aussi parce qu’elles sont peu étudiées et, de fait, mal cernées. Toutefois J.-A. Brutails soulignait que le plan à une nef avec transept, abside et absidioles est très répandu à l’ouest de la Garonne, mais pour tous types d’églises. Le projet porté au sein du Centre archéologie préventive de Bordeaux Métropole, relatif aux églises et cimetières du territoire métropolitain, poursuit ce type d’études qui visent à mieux comprendre le paysage architectural des églises paroissiales médiévales.

Haut de page

Notes

1 C. Scuiller, Saint-Aubin-de-Médoc, rapport de diagnostic archéologique, Inrap 2006, DRAC/SRA Bordeaux, 2006.

2 J. Masson, Saint-Aubin-de-Médoc, rapport de diagnostic archéologique 2019, DRAC/SRA Bordeaux, 2020.

3 J.-A. Brutails, Les vieilles églises de la Gironde, Bordeaux, 1912, p. 204 ; P. Aramel, Commune de Saint-Aubin-de-Médoc, église (abside ISMH le 24 décembre 1925), compte rendu du 5 mai 2003, Bordeaux, Service départemental de l’architecture et du patrimoine de la Gironde, 2003.

4 Après un classement partiel en 1925, l’église est inscrite dans sa totalité au titre des Monuments historiques en 2006.

5 P. Aramel, Commune de Saint-Aubin-de-Médoc…, op. cit.

6 La pierre tumulaire est classée au titre d’objet en 1908, la porte en bois sculpté est classée en 1971.

7 G. Rougé, Les sarcophages entre Loire et Pyrénées : observations et études par des critères techniques et morphologiques, thèse de doctorat en archéologie, sous la dir. d’I. Cartron, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2014.

8 P. Aramel, Commune de Saint-Aubin-de-Médoc…, op. cit.

9 C. Sapin, Les cryptes en France : pour une approche archéologique, ive-xiie siècle, Paris, 2014, p. 135.

10 Le retable et la statue de saint Jean Baptiste sont classés en 1988.

11 DRAC/SRA, dossier de protection MH.

12 Ibid.

13 J. Masson, Saint-Aubin-de-Médoc…, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de l’église paroissiale de Saint-Aubin-de-Médoc (DAO D. Mouquet).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 2 – L’église de Saint-Aubin depuis le nord-ouest (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3 – Localisation des sondages du diagnostic réalisé en 2019 (DAO J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 4 – L’église de Saint-Aubin depuis l’ouest (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 5 – Prise de vue intérieure de l’angle nord-ouest de l’église : angle du collatéral nord et élévation du chevet où l’on perçoit la baie obstruée derrière la pierre tumulaire (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 6 – Prise des moulurations en parties conservées sur le pilier sud de l’arc triomphal (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 7a – Élévation nord de la chapelle : négatif d’une ancienne baie sous la corniche (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 7b – Élévation sud de la chapelle : ébrasement de l’ancienne baie du chevet visible derrière la rangée de modillons. La corniche et ses modillons sont posés sur la corniche à mi-hauteur divisant l’élévation extérieure du chevet. Dans l’angle sud-est (à gauche sur la photo), un contrefort colonne du chevet est englobé dans le mur (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 7c – Élévation ouest de la chapelle : décor peint ornant la voûte en berceau. La peinture, qui habille l’arc-doubleau, a été recouverte par la maçonnerie isolant cet espace du reste de l’église (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 8 – Prise de vue du sarcophage reliquaire installé dans l’abside axiale (cl. J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 9 – Extrait du cadastre daté de 1843, Archives départementales de la Gironde, 3 P 376/22.
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 10 – Plan de l’église de Saint-Aubin (données topographiques générales D. Mouquet et J. Masson, reprise du plan de J.-A. Brutails pour l’abside).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 11 – Plan des vestiges observés au diagnostic pour les sondages 1 et 2 (DAO D. Mouquet et J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 12 – Plan des vestiges observés au diagnostic pour les sondages 3 et 5 et proposition de restitution (DAO D. Mouquet et J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 13 – Plan phasé de l’église de Saint-Aubin-de-Médoc : proposition de restitution (DAO J. Masson).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19732/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Masson, « L’église méconnue de Saint-Aubin-de-Médoc (Gironde) : une relecture architecturale grâce au diagnostic archéologique »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.2 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cem/19732 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19732

Haut de page

Auteur

Juliette Masson

Centre archéologie préventive de Bordeaux Métropole, Ausonius UMR 5607

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search