Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.2DissertatioLa collégiale Saint-Étienne de Tr...

Dissertatio

La collégiale Saint-Étienne de Troyes (1152-1158 – 1314)

Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Laurent Morelle, École pratique des hautes études (SAPRAT, EA 4116), soutenue le 3 décembre 2021
Thomas Lacomme

Notes de la rédaction

Historique
Reçu : 26 août 2022 – Accepté : 14 novembre

Texte intégral

  • 1 À propos d’Henri le Libéral, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Ch (...)
  • 2 AD Aube, 6 G 7 (2) ; Paris, BnF, lat. 17098, fol. 31r°a-32r°a. De l’original, réemployé pour servir (...)

1Saint-Étienne de Troyes est une collégiale fondée entre 1152 et 1158, par le comte de Champagne Henri Ier le Libéral (1152-11811), fils de Thibaud II et de Mathilde de Carinthie. L’historiographie retient traditionnellement l’année 1157 comme date de fondation. Cette dernière correspond au plus ancien document conservé dans le fonds de Saint-Étienne2, à savoir une charte comtale récapitulative et confirmative de son temporel, dans laquelle il apparaît que le chapitre existe déjà et possède des biens, droits et revenus (fig. 1).

Fig. 1 – Original de la première charte comtale récapitulative et confirmative du temporel de Saint-Étienne de Troyes (1157), AD Aube, 6 G 7 (2) (cl. AD Aube).

Fig. 1 – Original de la première charte comtale récapitulative et confirmative du temporel de Saint-Étienne de Troyes (1157), AD Aube, 6 G 7 (2) (cl. AD Aube).
  • 3 À propos de l’utilisation du style de Pâques en Champagne, voir B.-M. Tock et O. Guyotjeannin, « “M (...)

2L’acte du comte Henri Ier est daté du seul millésime : « Datum Trecis, per manum Willelmi, cancellarii, anno Verbi incarnati M° C° quinquagesimo septimo. » En style pascal3, l’année 1157 court du 31 mars 1157 au 19 avril 1158. La fondation de Saint-Étienne a donc eu lieu après le 10 janvier 1152, date de la mort du comte Thibaud II et du début du principat de son fils, et avant le 19 avril 1158.

1. Le contexte politique de la fondation de Saint-Étienne

  • 4 Thibaud Ier de Champagne, mais Thibaud III de Blois.
  • 5 Eudes III de Troyes, mais Eudes IV de Blois.
  • 6 À propos d’Hugues, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire…, op. cit., t. 2, p. 63-142 ; M. Bur, (...)

3La fondation au milieu du xiie siècle de Saint-Étienne de Troyes s’inscrit dans un contexte politique de réorientation des possessions du lignage des Thibaudiens. Les princes de cette famille gouvernent le comté de Blois et d’autres possessions au sud-ouest du domaine royal. Ils dominent aussi un ensemble de terres, à l’est du domaine des Capétiens, qui finit par être appelé au xiiie siècle le comté de Champagne et de Brie, entité politique constituée par l’adjonction progressive de plusieurs comtés (Meaux, Troyes, Bar-sur-Aube…) et châtellenies (Provins, Saint-Florentin…). Depuis la mort du comte Eudes II en 1037, les aînés des Thibaudiens sont comtes de Blois, laissant les autres possessions et, en particulier, les terres champenoises, à leurs cadets. Le grand-père du Libéral, Étienne-Henri, fils de Thibaud Ier4 et de Gersende du Mans, n’a ainsi pas hérité du comté de Troyes, qui a échu, après la mort de son père en 1089, à ses demi-frères, issus du mariage de Thibaud Ier avec Adèle de Valois : le comté de Troyes est revenu d’abord à Eudes III5, puis à Hugues après 10936 (fig. 2).

Fig. 2 – Généalogie simplifiée des comtes de Champagne, d’Eudes II à Henri le Libéral (vers 1021/1023-1181) (DAO T. Lacomme).

Fig. 2 – Généalogie simplifiée des comtes de Champagne, d’Eudes II à Henri le Libéral (vers 1021/1023-1181) (DAO T. Lacomme).
  • 7 Thibaud II de Champagne, mais Thibaud IV de Blois ; voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire…, ibi (...)
  • 8 Pour les séjours troyens de Thibaud II, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire…, ibid., t. 2, p. (...)

4Ce dernier transmet ses terres à son neveu, Thibaud II7, fils d’Étienne-Henri et d’Adèle de Normandie. Le père d’Henri Ier acquiert ainsi, en 1125, le comté de Troyes, alors qu’il a déjà autorité sur celui de Blois, depuis la mort de son père survenue en 1102. Thibaud II séjourne fréquemment à Troyes8, mais il réside le plus souvent à Blois et à Chartres. Lorsqu’il meurt en 1152, son fils Henri est le premier des aînés du lignage des Blois-Champagne à préférer prendre en main le comté de Troyes plutôt que celui de Blois, probablement guidé dans son choix par la manne financière des foires qui se développent alors à Troyes, ainsi qu’à Provins, Lagny, Bar-sur-Aube et Sézanne.

5Pour asseoir son autorité dans la capitale d’un comté que la branche aînée des Thibaudiens n’a que rarement contrôlé directement depuis plus d’un siècle, sans l’avoir jamais totalement négligé non plus, Henri le Libéral prend la décision de faire de Troyes son lieu de résidence principal. Il fait construire un palais à l’ouest du Bourg-Saint-Denis, c’est-à-dire hors de la muraille tardo-antique et de la cité dominée par l’évêque. Perpendiculairement à sa nouvelle domus, il fait élever une grande capella, dédiée à saint Étienne. Celle-ci a une longueur maximale d’environ soixante-douze mètres, la mesure se faisant, hors œuvre, de la tribune comtale au fond de la chapelle Notre-Dame, à partir de plans et documents modernes (fig. 3).

Fig. 3 – Plan de Notre-Dame-aux-Nonnains, du couvent des Jacobins, du palais des Comtes, de la collégiale Saint-Étienne et de l’église Saint-Barthélemy de l’Hôtel-Dieu, non daté [1765-1766], AD Aube, 22 H 516 (cl. AD Aube).

Fig. 3 – Plan de Notre-Dame-aux-Nonnains, du couvent des Jacobins, du palais des Comtes, de la collégiale Saint-Étienne et de l’église Saint-Barthélemy de l’Hôtel-Dieu, non daté [1765-1766], AD Aube, 22 H 516 (cl. AD Aube).
  • 9 J.-F. Lemarignier, « Aspects politiques des fondations de collégiales dans le royaume de France au (...)

6Influencée par Saint-Étienne de Sens, mais aussi par Saint-Corneille de Compiègne, elle ne ressemble en rien à ces petites collégiales châtelaines dont Jean-François Lemarignier a bien montré l’importance au xie siècle9.

2. Le contexte religieux de la fondation de Saint-Étienne

  • 10 T. Lacomme, « Sécularité et réforme dans le comté de Champagne : transformations, résistances et éc (...)

7Dans cette église, Henri Ier installe un chapitre de chanoines séculiers, ce qui constitue une rupture vis-à-vis de la politique religieuse alors majoritaire dans l’Occident chrétien. Depuis le milieu du xie siècle, en effet, les réformes des collégiales séculières se sont multipliées, transformant ces établissements en monastères ou bien en collégiales régulières. Rien qu’en Champagne, ce sont vingt-trois églises, soit 85 % des collégiales séculières fondées avant 1152, qui ont ainsi été réformées, dont six ou sept par Thibaud II10. Son fils choisit pourtant d’installer des chanoines séculiers dans l’église qui jouxte le nouveau palais comtal à Troyes, ainsi que dans cinq autres églises ou chapelles, toutes sises en Champagne méridionale. En 1157, Henri Ier acte aussi l’échec de la réforme de la collégiale Saint-Quiriace de Provins, voulue par son père, et il fait procéder au déménagement des chanoines réguliers. Ceux-ci cohabitaient difficilement avec les séculiers depuis 1132. Au total, dans le comté de Champagne, le mouvement de fondation de collégiales séculières, initié par Henri le Libéral, aboutit, entre 1152 et 1222, à la création de vingt-trois églises, correspondant au minimum à 388 prébendes.

  • 11 Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ms. 365, fol. 60r°a-62r°b.
  • 12 Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, édC. Lalore, Paris/Troyes, 1875-1890, (...)
  • 13 L’absentéisme est attesté dès les premières décennies d’existence du chapitre : une charte de la ré (...)

8Le chapitre de Saint-Étienne de Troyes est, quant à lui, doté de soixante-douze prébendes, soit autant que dans ceux des cathédrales de Reims et de Cologne, et il est dominé par neuf dignitaires. Dans un livre foncier commencé en 1289 par le sous-doyen Guy d’Aulnay, la liste des revenus et droits des dignitaires nous apprend que certains d’entre eux disposent de deux prébendes, à savoir le doyen, le prévôt, le sous-doyen, le trésorier, le chantre et le cellérier, et que les autres, c’est-à-dire l’écolâtre, le chevecier et le sous-chantre, ne touchent qu’une seule prébende, au même titre que les simples chanoines11. Par ailleurs, certaines prébendes de Saint-Étienne ont été aliénées définitivement, la plupart du temps par décision comtale : par exemple, en 1163 l’une d’elles a été concédée à Saint-Loup de Troyes12. Il y a ainsi au maximum entre cinquante-six et cinquante-neuf individus ayant voix au chapitre, effectif théorique qui ne correspond pas au nombre réel des chanoines présents dans le claustrum, étant donné que l’absentéisme y est attesté13, comme dans bien d’autres chapitres à la même époque.

9La communauté canoniale dans son ensemble compte probablement plus d’une centaine d’âmes, étant donné qu’au nombre des dignitaires et des chanoines, il faut ajouter celui des chapelains, prêtres bénéficiers et vicaires, sans oublier les clercs qui assistent certains dignitaires et les enfants de chœur. Cette communauté compte aussi des laïcs : les marguilliers, leurs épouses, les famuli ou servientes, ainsi que tous ceux et toutes celles qui, par leur métier, sont attachés à l’entretien de l’église ou à celui du vestiaire des chanoines.

  • 14 Le tombeau et le tympan ont été détruits, mais des dessins et gravures des xviiie-xixe siècles nous (...)

10Le palais comtal se trouve dans le claustrum, ce qui fait des Thibaudiens les plus proches voisins de cette communauté canoniale. Ils sont aussi les fondateurs de la collégiale et, malgré le contexte post-grégorien, ils disposent de la collation de toutes les prébendes et d’une partie des trente et un autels attestés avant 1314. Le sceau du chapitre de Saint-Étienne met d’ailleurs en scène le patronage comtal, puisqu’il représente le prince qui, à genoux, remet une maquette de l’église à saint Étienne (fig. 4), scène également visible sur la seule enluminure du cartulaire de la collégiale, ainsi que sur le tombeau d’Henri Ier et sur le tympan de la porte nord de l’église14.

Fig. 4 – Matrice du sceau de la collégiale Saint-Étienne de Troyes (fin du xiiie-début du xive siècle), Troyes, musée des Beaux-arts et d’Archéologie, inv. 2003.3.13. (cl. Musées de Troyes).

Fig. 4 – Matrice du sceau de la collégiale Saint-Étienne de Troyes (fin du xiiie-début du xive siècle), Troyes, musée des Beaux-arts et d’Archéologie, inv. 2003.3.13. (cl. Musées de Troyes).

3. Cadre de l’étude et problématiques

  • 15 J. Becquet, « La vie commune du clergé aux xie et xiie siècles. Problèmes et recherches (Semaine d’ (...)
  • 16 A. Massoni, « Un nouvel instrument de travail pour la communauté scientifique : le répertoire des c (...)
  • 17 N. Deflou-Leca et A. Massoni, « Nouveaux outils de recherche et d’analyse spatiale des collégiales (...)

11Le contexte, à la fois politique et religieux, dans lequel s’insère la fondation de Saint-Étienne de Troyes, de même que les liens institutionnels qui existent entre les comtes de Champagne et ce chapitre, permettent d’adopter un angle politique pour l’étude de cet établissement religieux. Il s’agit alors de mobiliser deux historiographies, celle du fait princier et celle des collégiales séculières. Cette dernière a longtemps été présentée comme « le parent pauvre dans la famille de l’histoire ecclésiastique15 », alors même qu’elle connaît un réel dynamisme depuis plusieurs décennies, porté en France par des groupes et programmes de recherches, en particulier l’équipe « Collégiales16 » ou le projet ANR « COL&MON17 ».

12L’objectif de la thèse est de répondre aux trois questions suivantes : pourquoi Henri le Libéral choisit-il d’installer des chanoines séculiers dans l’église attenante à son nouveau palais troyen ? Comment évoluèrent les liens entre ses héritiers et ce chapitre ? Ce dernier possédait-il d’autres sources de puissance, indépendamment du patronage comtal ?

  • 18 Le rattachement de la Champagne au domaine de France ne fut officialisé qu’en 1361.

13Pour cela, il faut étudier Saint-Étienne de Troyes depuis sa fondation, en 1152-1158, jusqu’au rattachement officieux de la Champagne au domaine royal, en 131418, date de l’avènement de Louis X, fils de Philippe IV le Bel et de Jeanne de Navarre, arrière-arrière-petite-fille du Libéral (fig. 5).

Fig. 5 – Généalogie des comtes de Champagne, depuis Henri le Libéral jusqu’à Louis X (1152-1316) (DAO T. Lacomme).

Fig. 5 – Généalogie des comtes de Champagne, depuis Henri le Libéral jusqu’à Louis X (1152-1316) (DAO T. Lacomme).

14L’annexion du comté des Thibaudiens marque une rupture dans l’histoire de la collégiale troyenne, dans la mesure où les liens qu’elle peut ensuite entretenir avec les rois de France ne sont plus aussi étroits que ceux qui se sont noués durant le principat d’Henri Ier et qui ont été maintenus, avec une intensité fluctuante, par ses héritiers.

15L’angle monographique adopté durant cette thèse se double d’une approche comparatiste. Le profil de Saint-Étienne a ainsi été mis en regard de celui des collégiales séculières réformées avant 1152 dans le comté de Champagne, de celles qui y ont été fondées à partir du xiie siècle et des autres établissements religieux communautaires du diocèse de Troyes. Comme Saint-Étienne bénéficie de nombreuses chartes des comtes de Champagne, elle a aussi été comparée aux autres églises et monastères qui ont reçu des actes de ces princes de 1152 à 1314. Des comparaisons, architecturales ou institutionnelles, ont par ailleurs été établies avec des établissements religieux situés hors de la Champagne, notamment avec Saint-Corneille de Compiègne, la Cappella Palatina de Palerme, Saint-Martin-le-Grand de Londres ainsi que la chapelle palatine des ducs de Bourgogne, à Dijon, fondée en 1172 par Hugues III, au retour d’un pèlerinage en Terre sainte.

4. Sources

  • 19 Paris, BnF, lat. 17098.
  • 20 Paris, BnF, lat. 17098, fol. 159r°-v°.

16L’un des principaux documents mobilisés dans le cadre de cette recherche est le cartulaire de la collégiale19. Dans ce manuscrit, en grande partie inédit, 803 actes ou mentions d’actes ont été copiés sur 394 folios. Le plus ancien date de 1157 – il s’agit de la charte comtale récapitulative et confirmative du temporel, déjà évoquée ; le plus récent date, quant à lui, du 18 septembre 165320, mais cet acte est le seul document moderne d’un manuscrit où plus des deux tiers des actes copiés datent du xiiie siècle. Avec 99 documents, la décennie 1270-1279 est la mieux représentée.

17Dix mains différentes ont copié ces textes. Dans les années 1270, l’une d’entre elles, que nous nommerons « main A », réalisa la copie de 536 actes, soit 67 % du total des documents copiés. La « main B » a assuré celle de 186 actes supplémentaires (23 %), dans les années 1320 (fig. 6).

Fig. 6 – « Main A » (gauche) et « main B » (droite) du cartulaire de Saint-Étienne de Troyes, Paris, BnF, lat. 17098, fol. 104v°b-105r°a (cl. Bibliothèque nationale de France).

Fig. 6 – « Main A » (gauche) et « main B » (droite) du cartulaire de Saint-Étienne de Troyes, Paris, BnF, lat. 17098, fol. 104v°b-105r°a (cl. Bibliothèque nationale de France).

18La comparaison entre les actes du cartulaire et leurs originaux inciterait à conclure à la fidélité des copies, même si le nombre des originaux retrouvés – 148 actes, soit 18 % du total des actes du cartulaire – ne suffit pas à convertir cette impression en certitude.

  • 21 « V » pour « vrac ».

19La présente recherche a donné lieu à un dépouillement systématique de la sous-série 6 G des Archives départementales de l’Aube, qui correspond au fonds de Saint-Étienne de Troyes. Au cours de cette entreprise, ont été mis au jour trente et un cartons cotés « 6 G V21 », dont nous avons réalisé le pré-inventaire, à la demande de Nicolas Dohrmann et Arnaud Baudin, directeur et directeur adjoint desdites archives. Ce dépouillement a aussi permis de retrouver 97 actes originaux concernant Saint-Étienne qui ne furent pas copiés dans le cartulaire et datent de 1187-1314.

  • 22 AD Aube, 6 G 3.
  • 23 Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ms. 365. Pour une édition de l’obituaire, voir Collectio (...)
  • 24 AD Aube, 6 G 26 ; Inventaires des principales églises de Troyes, éd. C. Lalore, Troyes, 1893, vol.  (...)
  • 25 AD Aube, 6 G 3.
  • 26 Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ms. 1079. Pour une édition de l’obituaire, voir Collecti (...)
  • 27 AD Aube, 6 G 1*.

20Parmi les autres sources mobilisées pour cette recherche, citons notamment : les statuts de 128122 ; le livre foncier de la fin du xiiisiècle, déjà évoqué, copié dans un manuscrit où l’on trouve aussi une version des coutumes de foires de Champagne ainsi qu’un obituaire de la collégiale23 ; un rouleau d’environ neuf mètres de long, composé de treize peaux de parchemins, contenant l’inventaire du trésor de Saint-Étienne réalisé en 1319-132024 ; les statuts de 137125 ; un nécrologe réalisé en 1371-137326 ; ou encore l’inventaire du chartrier de la collégiale réalisé en 145027, qui a permis de retrouver 259 deperdita antérieurs à 1314 (fig. 7).

Fig. 7 – Couverture de l’inventaire du chartrier de la collégiale Saint-Étienne de Troyes (1450), AD Aube, 6 G 1* (cl. AD Aube).

Fig. 7 – Couverture de l’inventaire du chartrier de la collégiale Saint-Étienne de Troyes (1450), AD Aube, 6 G 1* (cl. AD Aube).
  • 28 AD Aube, 6 G 1619.
  • 29 AD Aube, 6 G 67*-6 G 150* (terriers, censiers, manuels des censives) et 6 G 154*-6 G 2011 (registre (...)
  • 30 AD Aube, 6 G 5*-6 G 61* (délibérations et actes capitulaires).

21À l’exception d’un fragment de compte des distributions d’argent aux chanoines pour la célébration des offices pour l’année 1279-128028 et du livre foncier du sous-doyen Guy d’Aulnay déjà cité, aucune source comptable ou foncière n’a été conservée dans le fonds de Saint-Étienne avant 1314. Les censiers, les terriers et les registres de comptes y sont en revanche très nombreux à partir de la seconde moitié du xive siècle29. De même, les registres capitulaires n’ont pas pu être utilisés pour cette recherche, étant donné que les plus anciennes délibérations capitulaires conservées datent de 141130.

5. Résultats

22L’examen de ces documents donne des résultats qui sont exposés dans un mémoire de thèse intitulé La collégiale Saint-Étienne de Troyes : de la création comtale à la puissance champenoise (1152-1158 – 1314). Le premier volume du tome I constitue le cœur de l’étude et analyse les fondements et l’évolution des liens entre les comtes de Champagne et la collégiale palatiale troyenne, d’abord durant le principat du comte fondateur, Henri Ier (chapitres 1 à 7), puis durant ceux de ses héritiers (chapitres 8 à 14).

23Une enquête prosopographique a permis de comparer le profil de cinquante-six des chanoines actifs à Saint-Étienne, de façon certaine ou probable, durant le principat du Libéral (1152-1181). Ils apparaissent tous au moins une fois dans les listes de témoins des chartes de ce prince. Certains jouent un rôle important à ses côtés, tels Guillaume et Étienne, prébendés à Saint-Étienne, qui sont ses chanceliers, de 1152 à 1176 pour le premier, de 1176 à 1179 pour le second. Même si l’enquête prosopographique n’a pas été poursuivie au-delà de 1181, un examen du matériel diplomatique et nécrologique disponible pour la période 1181-1314 permet de mettre en évidence que de nombreux chanoines de Saint-Étienne continuent d’entourer les comtes et d’agir à leurs côtés ou en leur nom : certains sont d’ailleurs qualifiés de clerici ou capellani comitum, à l’image de Pierre de Boissy en 1223 ; d’autres sont responsables d’un office ou d’une charge, comme Jean de Voisines, chevecier de Saint-Étienne de Troyes, doyen de Saint-Quiriace de Provins de 1239 à 1273, qui fut receveur de Champagne de 1240 à 1260.

24De 1152-1158 à 1314, une continuité du rôle administratif et politique des chanoines de Saint-Étienne de Troyes au service des comtes de Champagne apparaît donc, d’autant plus que la collégiale fait office de tout ou partie de leur chancellerie. Sur la même période, s’observe aussi une permanence du rôle liturgique et mémoriel de ces chanoines, qui prend en charge la memoria des Thibaudiens. Non seulement les comtes bénéficient d’une tribune dans le mur occidental de cette église, directement accessible depuis leurs appartements, du haut de laquelle ils peuvent assister aux offices, mais les chanoines de Saint-Étienne sont aussi chargés de prier pour le salut de leurs âmes. La collégiale palatiale troyenne est ainsi le lieu de mémoire principal de la dynastie thibaudienne. Henri Ier est inhumé dans le chœur de la collégiale qu’il a fondée, comme le fut aussi son fils cadet, Thibaud III. Saint-Étienne n’est pas pour autant une nécropole dynastique, dans la mesure où l’église ne recueille la sépulture d’aucun autre Thibaudien, à part le fondateur et son cadet. La mémoire de tous les comtes de Champagne y est en revanche honorée, selon une hiérarchie que révèle un passage des statuts de 1371, relatif au luminaire que le trésorier doit alors allumer.

25Ces fonctions peuvent tout aussi bien être assumées par des moines ou par d’autres clercs. Elles ne peuvent donc suffire à elles seules à expliquer le choix que fait Henri le Libéral en faveur des chanoines séculiers. Au terme de notre enquête, il s’avère que les raisons de ce choix sont plurielles et qu’aucune ne l’emporte sur les autres : non seulement il s’agit de la forme de vie religieuse communautaire qui paraît la plus souple et la plus perméable aux influences extérieures, notamment à celles des puissants laïcs, et qui est de ce fait capable d’adhérer aux contours de la piété du Libéral, telle qu’elle s’était peut-être développée lors de la croisade dirigée par Louis VII, mais cette forme de vie religieuse communautaire peut aussi être utile à Henri Ier, dans le cadre de la politique religieuse qu’il entend mener à l’échelle de sa principauté, alliant diversification de l’Église régionale et lutte contre la dissidence. Le système de la prébende et la possibilité pour les chanoines de garder la jouissance des biens dont ils ont hérité avant de devenir chanoines permettent aussi à ces clercs d’investir dans l’économie urbaine et d’accompagner le développement des activités foraines à Troyes. Il semble, en tous les cas, que la libéralité d’Henri envers Saint-Étienne et les autres collégiales séculières ait répondu à la fois à des enjeux publics et privés, si bien qu’il ne faudrait pas survaloriser la dimension politique de son soutien aux chanoines séculiers, au risque de sous-estimer l’importance de motivations plus personnelles et de raisons plus pragmatiques.

  • 31 M. Bur, « À propos du nom d’Étienne. Le mariage aquitain de Louis V et la dévolution des comtés cha (...)

26Cette même complexité se retrouve dans l’interprétation du choix de Saint-Étienne comme vocable de la collégiale, à supposer que ce soit bien Henri le Libéral qui en ait décidé. Ce vocable revêt en effet plusieurs significations. Il pourrait, d’une part, révéler les ambitions politiques du prince, étant donné, d’abord, l’importance d’Étienne dans le stock onomastique des Thibaudiens31. Parmi les Étienne de ce lignage figure l’oncle d’Henri Ier, qui est devenu roi d’Angleterre en 1135 et qui est mort en 1154. Ensuite, le choix du vocable pourrait aussi révéler la volonté du prince de concurrencer l’évêque en sa cité, une analyse hagio-géographique révélant l’importance de Saint-Étienne parmi les vocables des cathédrales, en particulier dans des diocèses proches géographiquement de Troyes. Ce choix pourrait, d’autre part, avoir été guidé par des éléments plus personnels et spirituels. Il renverrait alors à une dévotion particulière du comte pour le protomartyr, qui pourrait s’être forgée en Terre sainte. Saint Étienne est aussi un parent du juif Judas, converti au christianisme après l’Invention de la Croix, sous le nom de Cyriaque ou sa variante de Quiriace, ce qui permet ainsi de créer un lien entre les deux plus grandes collégiales séculières de la Champagne méridionale.

27Cette importance de Saint-Étienne pour Henri le Libéral explique en partie le grand nombre de chartes que cette dernière reçut de ce prince. Une enquête a été menée pour évaluer la place de Saint-Étienne parmi les bénéficiaires des chartes des comtes de Champagne, de 1152 à 1314. Cette enquête est guidée par le présupposé que la répartition quantitative des bénéficiaires ecclésiastiques d’un prince refléterait une partie de leur politique religieuse, présupposé qui implique au moins cinq biais. Premièrement, les accidents dans la tradition des chartes comtales risquent de cacher l’importance de certains bénéficiaires. Deuxièmement, l’enquête dépend aussi de la qualité et de l’exhaustivité des éditions ou inventaires des chartes comtales publiés. Troisièmement, une analyse quantitative seule du matériau diplomatique cache le fait que dans une charte un prince peut se montrer plus généreux qu’en dix autres, que toutes les chartes comtales n’ont donc pas la même valeur. Quatrièmement, les établissements religieux n’ont pas tous les mêmes pratiques documentaires, ni les mêmes stratégies concernant la confirmation de leurs droits et bénéfices : certains préfèrent par exemple s’adresser au comte de Champagne, alors que d’autres se tournent vers une autre autorité ; certains sollicitent plus souvent que d’autres des chartes. Cinquièmement, il faut faire la différence entre les chartes émises par les comtes au titre de leur juridiction gracieuse et celles qu’ils expédient de leur propre initiative et qui prouvent davantage leur propre politique religieuse. Malgré les biais ci-avant mentionnés, il ressort de cette enquête diplomatique que Saint-Étienne de Troyes a toujours reçu des chartes en nombre de la part des comtes de Champagne, de 1152-1158 à 1314, ce qui prouve a minima le maintien d’un lien entre le pouvoir comtal et cette collégiale, même si des inflexions se repèrent, notamment durant le court principat effectif d’Henri II (1181/1187-1190/1197) et celui, nettement plus long, de son neveu, Thibaud IV (1201/1222-1253).

  • 32 Paris, BnF, lat. 17098, fol. 32v°a-35r°a (1173) et fol. 89r°a-92r°b (1187). Les références de la ch (...)

28Saint-Étienne avait aussi une puissance propre, indépendamment des comtes de Champagne. Celle-ci reposait sur la richesse de son temporel, dont il a été possible de cerner l’évolution aux xiie-xiiie siècles, en comparant les chartes comtales récapitulatives et confirmatives de 1157 et 1173, leur confirmation pontificale de 1187 et le livre foncier de la fin du xiiie siècle32. Sa seigneurie ecclésiastique, le nombre de ses hommes et femmes de corps, ses propriétés foncières, ses opérations de crédit et les taxes prélevées lors de la foire du Clos, à Troyes, constituent d’autres ressorts du rayonnement de la collégiale dans la ville et le diocèse de Troyes.

29Le premier volume du mémoire de thèse est complété par les neuf annexes du deuxième volume, parmi lesquelles : deux inventaires, à savoir celui des collégiales séculières champenoises du xie siècle et celui des établissements religieux communautaires du diocèse de Troyes avant 1152 ; les fiches prosopographiques des chanoines de Saint-Étienne actifs de 1152 à 1181 ; la liste des doyens de la collégiale de 1152-1158 à 1314.

30Enfin, deux autres volumes donnent non seulement une édition scientifique du cartulaire de Saint-Étienne, mais aussi des chartes non-cartularisées antérieures à 1314 et des regestes des deperdita antérieurs à la même date, ainsi qu’un inventaire d’autres documents diplomatiques qui intéressent l’histoire de cette collégiale. Au total, ce sont donc plus de 1 300 actes qui se trouvent publiés ou recensés.

6. Conclusion

31Saint-Étienne de Troyes et ses relations avec les Thibaudiens entre le milieu du xiie siècle et le début du xive siècle illustrent le rôle politique, administratif, mais aussi mémoriel que jouent à cette époque pour les princes les collégiales séculières, notamment quand elles sont intégrées au complexe palatial. L’un des principaux apports de ce travail de recherche est d’avoir documenté un cas régional de résistance de la sécularité canoniale, dans la seconde moitié du xiie siècle, à un moment où cette forme de vie religieuse est partout ailleurs menacée par les réformes, et d’avoir révélé la complexité des causes de cette résistance. Le retour en grâce des collégiales séculières, dont les fondations reprennent progressivement au xiiie siècle, mais surtout à la fin du Moyen Âge, doit probablement beaucoup à la survivance de la sécularité canoniale dans certaines régions, dont la Champagne méridionale. De même, Saint-Étienne de Troyes pourrait avoir servi de trait d’union entre Aix-la-Chapelle et la Sainte-Chapelle de Paris, dans l’évolution du modèle des chapelles palatines.

32L’édition du cartulaire de cette collégiale, jusqu’alors inédit, est un autre apport important de ce travail de recherche, dans la mesure où de nombreux chercheurs verront dans ce manuscrit un document précieux, les uns pour étudier les relations entre pouvoirs princiers et Église, les autres pour comprendre l’organisation du temporel et les ressorts de la puissance d’un riche établissement religieux communautaire.

  • 33 Paris, BnF, lat. 17098, fol. 45r°a-b.
  • 34 AD Aube, 6 G 24. Certains accents du titre de ce mémoire ont été modifiés pour les adapter aux usag (...)

33Au début du xive siècle, les rois de France succèdent aux comtes de Champagne dans leur principauté comme dans leur rôle de patrons de Saint-Étienne de Troyes. En novembre 1319, Philippe V expédie une lettre « decano et capitulo ecclesie nostre Sancti Stephani Trecensis, cujus ad nos omnium beneficiorum ratione juris patronatus collatio noscitur pertinere33 ». Saint-Étienne devient donc une collégiale « royale », adjectif dont se targue souvent le chapitre, du xive siècle au xviiie siècle, comme le montre, par exemple, le titre du « Mémoire pour les Doyen, Chanoines & Chapitre de l’Église Royale & Collégiale de Saint Étienne de Troyes contre les Officiers du Bailliage, & Siège Présidial de la même Ville et Michel Gobinot34 », rédigé au xviiie siècle.

  • 35 N. Hany-Longuespé, Le Trésor et les reliques de la cathédrale de Troyes de la IVe croisade à nos jo (...)
  • 36 AD Aube, 1 Q 116, n° 818.
  • 37 A. Prache, « La collégiale Saint-Étienne », in Splendeurs de la Cour de Champagne au temps de Chrét (...)

34À la veille de la Révolution, Saint-Étienne de Troyes n’est certes plus la collégiale puissante qu’elle a été aux xiie-xiiie siècles, mais elle reste une institution incontournable dans la ville de Troyes. En 1790, l’article 20 de la Constitution civile du clergé signe la disparition des collégiales séculières. Le chapitre de Saint-Étienne de Troyes est supprimé le 6 décembre 179035. La collégiale est vendue comme bien national le 17 décembre 1791 à Vincent Godard, « marchand poëlier », pour 31 000 livres36. Elle est détruite entre 1806 et 181237.

Haut de page

Notes

1 À propos d’Henri le Libéral, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, Paris, 1859-1869, t. 3 ; T. Evergates, Henry the Liberal. Count of Champagne, 1127-1181, Philadelphie, 2016.

2 AD Aube, 6 G 7 (2) ; Paris, BnF, lat. 17098, fol. 31r°a-32r°a. De l’original, réemployé pour servir de reliure, il ne reste que les treize premières lignes de la moitié gauche du parchemin.

3 À propos de l’utilisation du style de Pâques en Champagne, voir B.-M. Tock et O. Guyotjeannin, « “Mos presentis patrie” : les styles de changement du millésime dans les actes français (xie-xvie siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, 157 (1999), p. 41-109, ici p. 79.

4 Thibaud Ier de Champagne, mais Thibaud III de Blois.

5 Eudes III de Troyes, mais Eudes IV de Blois.

6 À propos d’Hugues, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire…, op. cit., t. 2, p. 63-142 ; M. Bur, La formation du comté de Champagne (v. 950-v. 1150), Nancy, 1977, p. 259-277 ; C. West, « Count Hugh of Troyes and the territorial principality in early twelfth-century western Europe », English Historical Review, 127/526 (2012), p. 523-548.

7 Thibaud II de Champagne, mais Thibaud IV de Blois ; voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire…, ibid., t. 2, p. 168-432 et M. Bur, La formation…, op. cit., p. 281-307.

8 Pour les séjours troyens de Thibaud II, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire…, ibid., t. 2, p. 314-315, 335 et 397-398.

9 J.-F. Lemarignier, « Aspects politiques des fondations de collégiales dans le royaume de France au xie siècle », in La Vita commune del clero nei secoli XI e XII, Milan, 1962, t. 1, p. 19-40.

10 T. Lacomme, « Sécularité et réforme dans le comté de Champagne : transformations, résistances et échecs (xiexiie siècle) », in N. Deflou-Leca et A. Massoni (dir.), Monde canonial, monde monastique. Transferts, mutations, conversions de statuts, Actes du colloque conclusif de l’ANR COL&MON tenu à Saint-Étienne en 2020, à paraître aux Presses universitaires de Rennes (2023).

11 Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ms. 365, fol. 60r°a-62r°b.

12 Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, édC. Lalore, Paris/Troyes, 1875-1890, t. 1, n° 36, p. 62-64 (acte émis par l’abbé de Saint-Loup) ; Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181), éd. J. Benton et M. Bur, Paris, 2009-2013, t. 1, n° 195, p. 254-256 (acte émis par le comte).

13 L’absentéisme est attesté dès les premières décennies d’existence du chapitre : une charte de la régente Marie de France, qui daterait peut-être de 1181, fait savoir que les chanoines ont décidé de réaliser des chapes en souvenir de leur comte et fondateur, Henri le Libéral, et que ceux qui ne seraient pas présents sous sept jours après la convocation devraient jurer de faire tout de même réaliser cette chape. De même, il est indiqué qu’aucun chanoine ne devrait être forain (foraneus) cette année-là, c’est-à-dire que tous les chanoines devraient s’astreindre à la résidence (Paris, BnF, lat. 7098, fol. 57r°a-b).

14 Le tombeau et le tympan ont été détruits, mais des dessins et gravures des xviiie-xixe siècles nous renseignent sur la présence de cette scène.

15 J. Becquet, « La vie commune du clergé aux xie et xiie siècles. Problèmes et recherches (Semaine d’étude organisée par le séminaire d’histoire de l’Université catholique de Milon, à La Mendola, 4‑10 septembre 1959) », Cahiers de civilisation médiévale, 3-9 (1960), p. 129‑132, ici p. 130.

16 A. Massoni, « Un nouvel instrument de travail pour la communauté scientifique : le répertoire des collégiales séculières de France à l’époque médiévale », Revue d’histoire ecclésiastique, 102 (2007), p. 915-939.

17 N. Deflou-Leca et A. Massoni, « Nouveaux outils de recherche et d’analyse spatiale des collégiales et monastères en France médiévale. Bilan du programme “Col&Mon” », Revue Mabillon, 31/92 (2020), p. 277-285.

18 Le rattachement de la Champagne au domaine de France ne fut officialisé qu’en 1361.

19 Paris, BnF, lat. 17098.

20 Paris, BnF, lat. 17098, fol. 159r°-v°.

21 « V » pour « vrac ».

22 AD Aube, 6 G 3.

23 Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ms. 365. Pour une édition de l’obituaire, voir Collection des principaux obituaires et confraternités du diocèse de Troyes, éd. C. Lalore, Troyes, 1882, p. 217-249 et Obituaires de la province de Sens, éd. A. Boutillier du Retail et P. Piétresson de Saint-Aubin, Paris, 1923, t. 4, p. 449-479.

24 AD Aube, 6 G 26 ; Inventaires des principales églises de Troyes, éd. C. Lalore, Troyes, 1893, vol. 2, nos 1-429, p. 1-43.

25 AD Aube, 6 G 3.

26 Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ms. 1079. Pour une édition de l’obituaire, voir Collection des principaux obituaires…, op. cit., p. 249-270 et Obituaires…, op. cit., p. 479-542.

27 AD Aube, 6 G 1*.

28 AD Aube, 6 G 1619.

29 AD Aube, 6 G 67*-6 G 150* (terriers, censiers, manuels des censives) et 6 G 154*-6 G 2011 (registres de comptes).

30 AD Aube, 6 G 5*-6 G 61* (délibérations et actes capitulaires).

31 M. Bur, « À propos du nom d’Étienne. Le mariage aquitain de Louis V et la dévolution des comtés champenois », Annales du Midi, 102/189-190 (1990), p. 319-327.

32 Paris, BnF, lat. 17098, fol. 32v°a-35r°a (1173) et fol. 89r°a-92r°b (1187). Les références de la charte de 1157 et du livre foncier sont indiquées ci-avant.

33 Paris, BnF, lat. 17098, fol. 45r°a-b.

34 AD Aube, 6 G 24. Certains accents du titre de ce mémoire ont été modifiés pour les adapter aux usages actuels.

35 N. Hany-Longuespé, Le Trésor et les reliques de la cathédrale de Troyes de la IVe croisade à nos jours, Troyes, 2005, p. 102-103.

36 AD Aube, 1 Q 116, n° 818.

37 A. Prache, « La collégiale Saint-Étienne », in Splendeurs de la Cour de Champagne au temps de Chrétien de Troyes, Troyes, 1999 [hors-série de La vie en Champagne], p. 19‑21, ici p. 19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Original de la première charte comtale récapitulative et confirmative du temporel de Saint-Étienne de Troyes (1157), AD Aube, 6 G 7 (2) (cl. AD Aube).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 2 – Généalogie simplifiée des comtes de Champagne, d’Eudes II à Henri le Libéral (vers 1021/1023-1181) (DAO T. Lacomme).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3 – Plan de Notre-Dame-aux-Nonnains, du couvent des Jacobins, du palais des Comtes, de la collégiale Saint-Étienne et de l’église Saint-Barthélemy de l’Hôtel-Dieu, non daté [1765-1766], AD Aube, 22 H 516 (cl. AD Aube).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 4 – Matrice du sceau de la collégiale Saint-Étienne de Troyes (fin du xiiie-début du xive siècle), Troyes, musée des Beaux-arts et d’Archéologie, inv. 2003.3.13. (cl. Musées de Troyes).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 5 – Généalogie des comtes de Champagne, depuis Henri le Libéral jusqu’à Louis X (1152-1316) (DAO T. Lacomme).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6 – « Main A » (gauche) et « main B » (droite) du cartulaire de Saint-Étienne de Troyes, Paris, BnF, lat. 17098, fol. 104v°b-105r°a (cl. Bibliothèque nationale de France).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 7 – Couverture de l’inventaire du chartrier de la collégiale Saint-Étienne de Troyes (1450), AD Aube, 6 G 1* (cl. AD Aube).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19737/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lacomme, « La collégiale Saint-Étienne de Troyes (1152-1158 – 1314) »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.2 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cem/19737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19737

Haut de page

Auteur

Thomas Lacomme

Université Paris Nanterre, SAPRAT

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search