Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26.2DissertatioL’occupation du territoire en Hau...

Dissertatio

L’occupation du territoire en Haute-Auvergne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (ivᵉ-viiiᵉ siècle) : une approche archéologique

Mémoire de master 2 en archéologie sous la direction de D. Martinez et tutoré par S. Chabert, université Lumière Lyon 2, soutenu le 23 juin 2022
Jean-Baptiste Mercier

Notes de la rédaction

Historique
Reçu : 15 septembre 2022 – Accepté : 23 novembre 2022

Texte intégral

1. Cadre de l’étude

1La Haute-Auvergne est un territoire situé dans le sud-ouest de l’actuelle région Auvergne-Rhône-Alpes, correspondant au département du Cantal. Elle se situe sur les marges de la cité de Clermont et se présente comme un verrou de l’Aquitaine première durant l’Antiquité tardive. Il s’agit d’une zone de moyenne montagne composée essentiellement des monts du Cantal et du sud du massif du Sancy, dont l’altitude s’élève de 600 à 1 800 m.

2Cet espace offre une remarquable fenêtre d’étude des peuplements anciens grâce à l’existence de nombreux sites archéologiques préservés des grands aménagements de la fin du xixᵉ et du xxᵉ siècle. La conservation de vestiges datés de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge a amené cette recherche à s’intéresser à une période de cinq siècles, s’étendant du ivᵉ au viiiᵉ siècle de notre ère. Cet intervalle chronologique a été privilégié dans la perspective d’aborder entre Antiquité et Moyen Âge l’évolution de l’occupation du territoire et les dynamiques de peuplement de cette zone de moyenne montagne.

  • 1 M. Rouche, « Le polyptyque de Saint-Pierre-le-Vif de Sens pour Saint-Pierre de Mauriac : grand doma (...)
  • 2 B. Phalip, « La charte dite de Clovis et le polyptyque de Saint-Pierre-le-Vif de Sens pour le prieu (...)
  • 3 J.-B. Mercier, L’occupation du territoire en Haute-Auvergne durant l’Antiquité tardive et le haut M (...)

3Outre les découvertes archéologiques, l’étude de l’occupation du territoire est utilement complétée par certaines sources narratives et administratives. Les textes classiques d’auteurs contemporains de la période, comme Sidoine Apollinaire (430-486) ou Grégoire de Tours (538-594) apportent de précieuses informations sur la cité arverne, en proposant notamment quelques éléments de description de certains sites. Grégoire de Tours en mentionne trois en Haute-Auvergne : Méallet (Meletinse monasterium), Moussages (Musciacus vicus) et Chastel-Marlhac (castrum Meroliacense). Un autre document textuel essentiel dans l’élaboration de ce travail a été la fausse charte de Clovis rédigée entre le viiiᵉ et le xiᵉ siècle, un polyptyque de l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif de Sens, recensant les terres de l’abbaye Saint-Pierre de Mauriac au moyen d’une liste de redevances. Cette forgerie a été réalisée à l’évidence pour légitimer le temporel de l’abbaye de Mauriac et éviter que les seigneurs locaux ne les accaparent. L’analyse de Michel Rouche a démontré néanmoins que ce document se fonde sur un original daté entre 707 et 818, complété aux siècles suivants1. Par le biais des recherches de Bruno Phalip et d’une localisation précisée des localités citées dans le texte2, notre analyse spatiale propose une restitution hypothétique des itinéraires alto-médiévaux dans le nord-ouest du Cantal via une étude régressive des voies de communication entre les différentes ecclesiae et capellae mentionnées3 (fig. 1).

Fig. 1 – Carte des sites mentionnés dans la charte de Clovis et par Grégoire de Tours (DAO J.-B. Mercier).

Fig. 1 – Carte des sites mentionnés dans la charte de Clovis et par Grégoire de Tours (DAO J.-B. Mercier).

4De nouvelles hypothèses sur l’ancienneté des possessions ont aussi été émises à travers cette distribution des lieux cités couplée à l’utilisation du terme colonicae, renvoyant potentiellement à des réalités de l’Antiquité tardive.

  • 4 GFournier, Le peuplement rural en Basse-Auvergne durant le haut Moyen Âge, Clermont-Ferrand, 1962 (...)

5Ce travail, qui tente de compléter les travaux entrepris en Basse-Auvergne4, découle d’un réel besoin de synthétiser les découvertes archéologiques réalisées en Haute-Auvergne, mais aussi d’actualiser la documentation archéologique pour le Cantal qui reste modeste et dispersée.

6Des découvertes relatives à la période étudiée sont signalées dès les premières explorations menées par des érudits locaux à la fin du xixᵉ et au début du xxᵉ siècle, notamment celles de Jean Pagès-Allary à Chastel-sur-Murat et de Jean-Baptiste Delort sur la planèze sanfloraine. Dans les années 1980-1990, plusieurs opérations ont été réalisées par des équipes de recherches locales : Groupe de recherches historiques et archéologiques de la vallée de la Sumène, Sociétés archéologiques de Massiac et de la région d’Aurillac, Association pour l’étude de la Châtaigneraie Cantalienne. Certaines découvertes et spéculations nécessitaient une révision à la lumière des nouveaux apports de la recherche sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

7Pour répondre à la problématique de l’étude, cinq sites cantaliens ont été sélectionnés en raison de leur fort potentiel archéologique. Ces sites ont fait l’objet de découvertes archéologiques et/ou sont concernés par des mentions textuelles : Arpajon-sur-Cère, Mauriac, Riom-ès-Montagnes, Saint-Flour et le suc de Lermu (commune de Charmensac) (fig. 2). Une synthèse des découvertes anciennes et récentes sur la commune et ses alentours a été produite pour chacun.

Fig. 2 – Carte des sites étudiés dans le mémoire (DAO J.-B. Mercier).

Fig. 2 – Carte des sites étudiés dans le mémoire (DAO J.-B. Mercier).

2. Noyaux de peuplement et dynamiques d’occupation

  • 5 J.-P. Chambon, « L’identification des noms d’ateliers monétaires mérovingiens (Arvernie et entours) (...)

8Parmi les sites étudiés, Arpajon-sur-Cère et Mauriac correspondent à des agglomérations secondaires ou vici, issus de noyaux de peuplement antiques plus ou moins importants. Ces vici auraient revêtu une certaine importance durant le haut Moyen Âge puisque sont connues des frappes monétaires propres aux deux localités. Selon Jean-Pierre Chambon5, ce sont deux probables chefs-lieux de vicaria, voire deux chefs-lieux fiscaux : une monnaie de Mauriac dont la légende comprend la mention vico attesterait bien ce rôle.

  • 6 S. Bully et S. Guyot, Monastère Saint-Pierre. D.F.S. de fouilles d’évaluation archéologique 2001, D (...)
  • 7 GFournier, Le peuplement rural…, op. cit., p. 170 ; S. Fray, Mise en place et évolution du réseau (...)

9Si Arpajon-sur-Cère semble être une agglomération secondaire depuis le Haut-Empire, comme le suggère le mobilier découvert dans la nécropole de l’enclos Larmandie – tessons de céramiques, monnaies, etc. – cela n’est pas forcément le cas de Mauriac. En effet, une villa gallo-romaine aurait été identifiée rue du Collège6 ; on y aurait bâti une église privée dédiée à saint Thyrse durant l’Antiquité tardive7, mais c’est seulement au début du haut Moyen Âge qu’un petit noyau de peuplement se serait formé autour l’édifice (fig. 3).

Fig. 3 – Croquis de l’évolution hypothétique de Mauriac entre le Haut-Empire et le début de la période carolingienne (DAO J.-B. Mercier).

Fig. 3 – Croquis de l’évolution hypothétique de Mauriac entre le Haut-Empire et le début de la période carolingienne (DAO J.-B. Mercier).
  • 8 Voir à ce sujet, et en dernier lieu, P. Chevalier et C. Sapin (éd.), Mausolées et églises, ive-viii(...)
  • 9 J.-P. Usse, « Les sondages archéologiques de la place de la République à Arpajon-sur-Cère », Revue (...)
  • 10 P. Arnaud, Place Georges Pompidou, Gambetta et du Palais, rue du Souvenir, rapport de diagnostic ar (...)
  • 11 S. Bully et S. Guyot, Monastère Saint-Pierre…, op. cit., p. 74.
  • 12 A. Legrand et C. Raynaud, « Groupés ou dispersés ? Les morts et la société rurale en Languedoc orie (...)

10L’hypothèse d’un développement tardo-antique et alto-médiéval de l’occupation autour d’un lieu de culte ou d’un mausolée est d’ailleurs possible pour les deux sites mentionnés8. Des inhumations, en effet, se sont probablement installées autour d’un lieu de culte primitif. À Arpajon-sur-Cère, des sarcophages ont été mis au jour sous l’actuelle place de la République9, et, à Mauriac, on a documenté des niveaux d’inhumation sous la place G. Pompidou10. L’édifice originel n’est pas identifié à Arpajon-sur-Cère. Le bâtiment à chevet quadrangulaire découvert dans le chœur de l’église Saint-Pierre constituerait plausiblement le premier édifice de culte public de Mauriac11. Ce phénomène de polarisation de l’occupation avec une nécropole autour d’un lieu de culte primitif est déjà bien connu par ailleurs en Gaule et au-delà12. Cette attractivité entraînait la création de nouvelles aires funéraires, distinctes de celles du Haut-Empire. Ainsi, à Arpajon-sur-Cère, la nécropole tardo-antique est localisée vers le sud – l’enclos Larmandie n’a été réutilisé qu’au viiiᵉ siècle. À Mauriac, la nécropole alto-médiévale se situait sous la place G. Pompidou, alors que la nécropole du Haut-Empire serait plus au sud, au niveau du cimetière actuel.

  • 13 J.-B. Mercier, L’occupation du territoire…, op. cit., p. 112-115.

11Des briques de corniche moulurées à motifs funéraires et un sarcophage paléochrétien en marbre signalent peut-être l’existence d’un mausolée à Arpajon-sur-Cère, alors qu’à Mauriac un mausolée circulaire a été mis au jour dans l’ancienne prison13 (fig. 4 et 5).

Fig. 4 – Brique de corniche moulurée d’Arpajon-sur-Cère, musée Archéologique d’Aurillac (cl. J.-B. Mercier).

Fig. 4 – Brique de corniche moulurée d’Arpajon-sur-Cère, musée Archéologique d’Aurillac (cl. J.-B. Mercier).

Fig. 5 – Plan de la structure circulaire située dans l’ancienne prison de Mauriac (DAO J.-B. Mercier).

Fig. 5 – Plan de la structure circulaire située dans l’ancienne prison de Mauriac (DAO J.-B. Mercier).
  • 14 T. Creissen et J. Roger, « Quelques réflexions sur les remplois antiques en Limousin au cours du Mo (...)
  • 15 J.-L. Boudartchouk, « Le sarcophage paléochrétien d’Arpajon-sur-Cère (Cantal) et son contexte arché (...)

12Un culte funéraire local pourrait ainsi être à l’origine de la réorganisation spatiale d’une partie de chaque agglomération. Outre l’aspect religieux par la « sacralisation » du lieu14, ces dévotions ont pu être mises à profit dans un cadre économique. Un pèlerinage a sans doute été mis en place auprès du mausolée d’Arpajon-sur-Cère – c’est en tout cas ce que suggère l’usure du sarcophage en marbre15. On peut le supposer aussi pour Mauriac.

  • 16 M. Rouche, « Le polyptyque… », op. cit., p. 103-123.

13Les mausolées de Mauriac et d’Arpajon-sur-Cère signaleraient des personnages de haut rang sur ces territoires. La présence de notables dans ces localités pourrait avoir un lien avec l’existence de grands domaines fonciers en Haute-Auvergne. Selon toute probabilité, le polyptyque de Mauriac se base sur la donation d’un domaine tardo-antique à l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif de Sens. Les termes de colonicae et de coloni utilisés dans le document plaident en faveur de cette hypothèse. L’association du sarcophage en marbre avec un éventuel mausolée attesterait bien à Arpajon-sur-Cère l’existence d’un propriétaire foncier important. Le latifundium possédé par Géraud d’Aurillac à la fin du ixᵉ siècle ne pourrait-il pas, lui aussi, provenir d’un domaine foncier antérieur ? Cette corrélation entre le polyptyque de Mauriac et le latifundium de saint Géraud avait déjà été signalée par Michel Rouche16. Ces agglomérations secondaires tardives se situaient-elles au cœur d’anciens domaines fonciers ?

14L’occupation de Saint-Flour est plus difficile à appréhender en l’état actuel des données archéologiques. L’hypothèse d’une occupation bipolaire est possible avec une persistance de l’occupation antique à « Bel-Air » (actuelle ville basse) et un second noyau dans la ville haute. Ce second cœur pourrait être signalé par certaines inhumations découvertes autour de la cathédrale Saint-Pierre et de la halle aux Blés. La légende de la fondation de la ville durant le haut Moyen Âge autour de la tombe de saint Flour résulterait plutôt d’une invention carolingienne. Lorsque le monastère fut offert à Cluny au xe siècle, les moines auraient réécrit l’histoire de leurs origines afin de légitimer leurs biens en Haute-Auvergne.

15Le phénomène d’occupation double pourrait se retrouver à Riom-ès-Montagnes. Cette hypothèse est alimentée par la mention de deux églises dans le polyptyque de Mauriac : l’une dédiée à saint Étienne et l’autre à saint Georges. Un premier centre aurait ainsi pu exister dans le bourg autour de l’actuelle église Saint-Georges. Le second se serait développé plus au sud au niveau des « Routisses », à en juger par la découverte au xixᵉ siècle d’une vasque en pierre s’apparentant à une cuve baptismale et pouvant provenir de l’église Saint-Étienne.

  • 17 L. Schneider, « Entre Antiquité et haut Moyen Âge : tradition et renouveau de l’habitat de hauteur (...)
  • 18 F. Delrieu, Le suc de Lermu à Charmensac (Cantal), rapport de fouille programmée 2022, DRAC/SRA Auv (...)

16Parallèlement à ces occupations, on identifie d’autres formes de peuplement en Haute-Auvergne : les sites de hauteur. Dans le Cantal, la plupart de ces forteresses tardo-antiques et alto-médiévales réinvestissent des sites protohistoriques – un phénomène qui contraste avec ce que l’on peut observer dans le sud-ouest de la Gaule où la plupart des sites de hauteurs sont fondés ex nihilo17. Ce réinvestissement des hauteurs tirait parti de la défense naturelle offerte par la topographie ; il constituait un acte politique dans le marquage territorial et leur conférait également une visibilité permettant la surveillance des zones basses. Certains de ces sites, comme le suc de Lermu, présentent des ouvrages défensifs protohistoriques apparemment conservés durant l’Antiquité tardive18. Outre leur fonction protectrice, la réutilisation de ces fortifications pourrait avoir eu un rôle ostentatoire. Par ailleurs, ces observations permettent de réévaluer les phases d’occupation de certains sites fouillés au xixᵉ siècle où a été signalé du mobilier tardo-antique et alto-médiéval mêlé à du mobilier protohistorique, comme ceux de Laqueuille, de la Roche Scellée et de Las Tours.

17Inscrites dans les circuits économiques, ces occupations peuvent aussi être liées à une exploitation des ressources locales. Le développement des sites de hauteurs dans le nord-est du Cantal constitue peut-être un indice d’une reprise de l’activité minière dans la région (fig. 6).

Fig. 6 – Carte des mines du nord-est du Cantal et de leur situation par rapport aux sites de hauteur (DAO J.-B. Mercier).

Fig. 6 – Carte des mines du nord-est du Cantal et de leur situation par rapport aux sites de hauteur (DAO J.-B. Mercier).
  • 19 G. Sarah, « L’avènement de l’argent. Activité minière, frappe monétaire et commerce dans les mondes (...)
  • 20 G. Pagès, L. Schneider et P. Fluzin, « Le travail du fer dans l’établissement perché tardo-antique (...)

18À l’instar de la mine de Melle (Deux-Sèvres)19, l’exploitation de celle « des Anglais » à Massiac, qui produisait du plomb argentifère et de l’antimoine durant la protohistoire et le Haut-Empire, aurait profité de l’augmentation de la demande en argent monétaire durant le haut Moyen Âge. Les sites de hauteur de rang assez important, comme Saint-Victor de Massiac, seraient alors attachés à la surveillance des voies par lesquelles transitait le minerai. L’implantation de ces sites serait liée à la nécessité de disposer de matière calorifique (bois) indispensable à la transformation du minerai. Des demi-produits auraient pu être conçus sur ces sites de la même manière qu’au Roc de Pampelune (Hérault)20. Les sites de moindre envergure, notamment le suc de Lermu, seraient assimilables à des relais fortifiés pour les marchands distribuant cette précieuse ressource.

  • 21 E. Hubert et P. Abraham, « Les aurières du district aurifère de Prunet (Sud Aurillac, Cantal) », Re (...)

19On soupçonne d’autres activités minières dans le sud-ouest du Cantal. Les aurières protohistoriques du Prunet21, au sud-ouest d’Arpajon-sur-Cère, ont ainsi pu être réexploitées au haut Moyen Âge (fig. 7).

Fig. 7 – Carte des aurières du Prunet (DAO J.-B. Mercier).

Fig. 7 – Carte des aurières du Prunet (DAO J.-B. Mercier).
  • 22 B. Cauuet et M. Fabioux, Les mines d’or gauloises du Limousin, Limoges, 1994.
  • 23 J.-L. Boudartchouk, Le Carladez de l’Antiquité au xiiie siècle : terroirs, hommes et pouvoirs, thès (...)

20Ce phénomène est connu par ailleurs, en l’occurrence pour la mine des Fouilloux à Jumilhac (Dordogne)22. L’or extrait alimenterait des ateliers monétaires mérovingiens, en particulier celui de Brioude. Des liens, en effet, existaient entre Arpajon-sur-Cère et Brioude si l’on en juge par certaines similitudes de leurs frappes monétaires, par la présence de possessions probables du monastère de Brioude dans les environs 23, ou par la voie reliant Brioude à Figeac qui traversait le vicus cantalien.

  • 24 GFournier, Le Peuplement rural…, op. cit., p. 469.

21En parallèle des sites de hauteur, il est probable que les occupations installées au-dessus de 1 000 m d’altitude soient liées à des défrichements forestiers. Selon Gabriel Fournier, ces sites, comme celui du plateau de Collandres, seraient des noyaux de peuplement qui exploitaient la ressource en bois24. Les plateaux cantaliens auraient été réinvestis durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge afin de subvenir à des pénuries de bois en Basse-Auvergne. Selon Grégoire de Tours, la ressource en bois était tellement rare en Limagne que les ouvriers se chauffaient parfois avec de la paille :

  • 25 Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, 83, éd. B. Krusch et W. Levison, Hanovre, 1885 (MGH, S (...)

On avait fait la moisson, et de grands monceaux de gerbes s’élevaient dans les champs. Or, à l’époque où l’on commençait à battre le blé, comme la Limagne, qui est couverte de moissons, n’a pas de forêts, la gelée étant survenue, les batteurs de blé, qui n’avaient pas de quoi faire du feu, en firent avec la paille25.

  • 26 C. Ballut, « Le paléoenvironnement en Limagne de Clermont-Ferrand depuis le Néolithique », Nouvelle (...)

22Le processus de déforestation intense des hauteurs durant l’Antiquité tardive est identifié en Basse-Auvergne par des analyses paléoenvironnementales en Basse-Auvergne qui révèlent une érosion importante des versants liée à leur défrichement26. Après ces exploitations forestières, les nouvelles zones dégagées ont pu être mises en culture et ont probablement permis à la population de se fixer dans ces territoires. Ces nouvelles occupations constitueraient les prémices du phénomène des villages désertés du Moyen Âge central.

3. Conclusion

23Au regard des données synthétiques présentées ici, la Haute-Auvergne ne semble pas être une zone dépeuplée au cours de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Dans ses limites, cette recherche a permis de réévaluer les modalités et les formes de l’évolution de l’occupation de certaines agglomérations secondaires. Au-delà, elle propose des hypothèses et des réflexions sur les dynamiques de peuplement dans un territoire de moyenne montagne, en interrogeant à nouveaux frais les liens entre les zones d’occupation traditionnelle et des stratégies d’implantation caractérisées par les sites d’altitude. Cette étude requiert cependant d’être complétée par des analyses paléoenvironnementales, seules capables de préciser l’évolution du couvert forestier et des zones de culture. Des analyses de la pollution chimique locale pourraient apporter des informations sur l’exploitation des ressources minérales en évaluant l’impact environnemental des potentielles exploitations minières cantaliennes. L’extension de cette recherche à une partie plus importante du Massif central, dont certaines zones similaires sont encore méconnues, apparaît enfin comme souhaitable.

Haut de page

Notes

1 M. Rouche, « Le polyptyque de Saint-Pierre-le-Vif de Sens pour Saint-Pierre de Mauriac : grand domaine ou grand revenu ? », in É. Magnou-Nortier (éd.), Aux sources de la gestion publique : enquête lexicographique sur fundus, villa, domus, mansus, Lille, 1993, p. 103-123.

2 B. Phalip, « La charte dite de Clovis et le polyptyque de Saint-Pierre-le-Vif de Sens pour le prieuré Saint-Pierre de Mauriac », Revue de la Haute-Auvergne, 51 (1989), p. 567-607.

3 J.-B. Mercier, L’occupation du territoire en Haute-Auvergne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge : une approche archéologique, mémoire de master 2, sous la dir. de D. Martinez, université Lumière Lyon 2, Lyon, 2022, p. 17-24.

4 GFournier, Le peuplement rural en Basse-Auvergne durant le haut Moyen Âge, Clermont-Ferrand, 1962 ; D. Martinez, De la cité Arverne au diocèse de Clermont : Topographie ecclésiale, fortifications et peuplements de l’Auvergne entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles) : une approche archéologique, thèse de doctorat, sous la dir. de B. Phalip, université Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand, 2017.

5 J.-P. Chambon, « L’identification des noms d’ateliers monétaires mérovingiens (Arvernie et entours) : points de vue de linguiste », Revue numismatique, 157-6 (2001), p. 347-405.

6 S. Bully et S. Guyot, Monastère Saint-Pierre. D.F.S. de fouilles d’évaluation archéologique 2001, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2001, p. 24.

7 GFournier, Le peuplement rural…, op. cit., p. 170 ; S. Fray, Mise en place et évolution du réseau paroissial en Haute-Auvergne occidentale (archiprêtrés de Mauriac et Aurillac), mémoire de maîtrise d’histoire, université Blaise-Pascal – Clermont-Ferrand 2, Clermont-Ferrand, 1999, t. 2, p. 32-33.

8 Voir à ce sujet, et en dernier lieu, P. Chevalier et C. Sapin (éd.), Mausolées et églises, ive-viiie siècle, éd. Hortus Artium Medievalum, 18/2 (2012), p. 239-385.

9 J.-P. Usse, « Les sondages archéologiques de la place de la République à Arpajon-sur-Cère », Revue de la Haute-Auvergne, 75 (2013), p. 19-30.

10 P. Arnaud, Place Georges Pompidou, Gambetta et du Palais, rue du Souvenir, rapport de diagnostic archéologique 2017, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2017.

11 S. Bully et S. Guyot, Monastère Saint-Pierre…, op. cit., p. 74.

12 A. Legrand et C. Raynaud, « Groupés ou dispersés ? Les morts et la société rurale en Languedoc oriental (ivᵉ-xiiᵉ siècles) », Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 11-1 (1996), p. 139-152.

13 J.-B. Mercier, L’occupation du territoire…, op. cit., p. 112-115.

14 T. Creissen et J. Roger, « Quelques réflexions sur les remplois antiques en Limousin au cours du Moyen Âge », Hortus Artium Medievalium, 17 (2011), p. 61-76.

15 J.-L. Boudartchouk, « Le sarcophage paléochrétien d’Arpajon-sur-Cère (Cantal) et son contexte archéologique : l’agglomération secondaire d’Arpagione et son terroir », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 73 (2013), p. 43‑84.

16 M. Rouche, « Le polyptyque… », op. cit., p. 103-123.

17 L. Schneider, « Entre Antiquité et haut Moyen Âge : tradition et renouveau de l’habitat de hauteur dans la Gaule du sud-est », in P.-A. Février (dir.), De l’Antiquité au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2004, p. 173-120.

18 F. Delrieu, Le suc de Lermu à Charmensac (Cantal), rapport de fouille programmée 2022, DRAC/SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 2022.

19 G. Sarah, « L’avènement de l’argent. Activité minière, frappe monétaire et commerce dans les mondes franc et islamique du haut Moyen Âge », in F. Téreygeol (dir.), Du monde franc aux califats omeyyade et abbasside : extraction et produits des mines d’argent de Melle et de Jabali, Bochum, 2014, p. 183‑191.

20 G. Pagès, L. Schneider et P. Fluzin, « Le travail du fer dans l’établissement perché tardo-antique du Roc de Pampelune (Argelliers, Hérault) : l’apport des analyses métallographiques », ArcheoSciences, revue d’archéométrie, 29 (2005), p. 107-106.

21 E. Hubert et P. Abraham, « Les aurières du district aurifère de Prunet (Sud Aurillac, Cantal) », Revue de la Haute-Auvergne, 80 (2018), p. 31-48.

22 B. Cauuet et M. Fabioux, Les mines d’or gauloises du Limousin, Limoges, 1994.

23 J.-L. Boudartchouk, Le Carladez de l’Antiquité au xiiie siècle : terroirs, hommes et pouvoirs, thèse de doctorat d’histoire, sous la dir. de P. Bonnassie, université de Toulouse 2, Toulouse, 1998.

24 GFournier, Le Peuplement rural…, op. cit., p. 469.

25 Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, 83, éd. B. Krusch et W. Levison, Hanovre, 1885 (MGH, Scriptores rerum merovingicarum, I-2), p.94 ; traduction dans Grégoire de Tours, La gloire des martyrs, éd. L. Piétri, Paris, 2000, p.250.

26 C. Ballut, « Le paléoenvironnement en Limagne de Clermont-Ferrand depuis le Néolithique », Nouvelles archéologiques, Revue d’Auvergne, 554-555 (2000), p. 114 ; S. Chabert, « La question des campagnes arvernes à la fin de l’Antiquité : état des lieux et problématique de recherche », in Les Arvernes et leurs voisins du Massif central à l’époque romaine. Une archéologie du développement des territoires, éd. Revue d’Auvergne, 124-125 (2011), p. 325-353.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte des sites mentionnés dans la charte de Clovis et par Grégoire de Tours (DAO J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 2 – Carte des sites étudiés dans le mémoire (DAO J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 3 – Croquis de l’évolution hypothétique de Mauriac entre le Haut-Empire et le début de la période carolingienne (DAO J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4 – Brique de corniche moulurée d’Arpajon-sur-Cère, musée Archéologique d’Aurillac (cl. J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 5 – Plan de la structure circulaire située dans l’ancienne prison de Mauriac (DAO J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 6 – Carte des mines du nord-est du Cantal et de leur situation par rapport aux sites de hauteur (DAO J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 7 – Carte des aurières du Prunet (DAO J.-B. Mercier).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19784/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Mercier, « L’occupation du territoire en Haute-Auvergne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (ivᵉ-viiiᵉ siècle) : une approche archéologique »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 26.2 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cem/19784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19784

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Mercier

Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search