Navigation – Plan du site

AccueilHors-sériesHors-série n° 13Architecture et sculpture : les l...L’entrelacs carolingien, marqueur...

Architecture et sculpture : les lieux sacrés

L’entrelacs carolingien, marqueur du temps et de l’espace. Éléments de réflexions

Christian Sapin

Texte intégral

1Pour celui qui s’aventure dans un ensemble lapidaire d’un musée ou d’un monument, la présence de fragments de reliefs sculptés avec décor d’entrelacs est souvent un des rares critères de datation retenu pour placer ces éléments au haut Moyen Âge et, plus encore, à l’époque carolingienne. Peu remis en cause dans des arguments de présentation, plus facile à décrire et à identifier que bien des ornements, le décor à entrelacs couvre en outre une vaste partie de l’Europe. Aussi, il est intéressant de s’interroger sur ce qui a pu ainsi déterminer un tel succès, apportant aux viiie-ixe siècles, dans certaines régions, un changement dans les traditions plastiques. Sauf exceptions, celles-ci relevaient le plus souvent d’effets graphiques de la gravure, prolongeant la tradition paléochrétienne, ou s’inspiraient de l’orfèvrerie en faible relief. Par ailleurs, rappelons que si la majorité de ces reliefs sculptés appartient à un mobilier liturgique particulier constituant les barrières de chancel, il peut concerner d’autres types d’aménagement ou de décor dans le monument. Ainsi, ce marqueur dans l’espace religieux est-il toujours celui d’une limite ? Quelle signification peut-on trouver à ce choix durant près de deux siècles ?

1. L’entrelacs carolingien, marqueur du temps et de l’espace

2Dans sa définition, l’entrelacs est un ornement correspondant à un jeu de rubans courbes ou brisés se croisant ; les rubans sont pour la plupart, et notamment pour la période carolingienne, constitués de plusieurs brins. Ce mode de représentation a mille versions (fig. 1A et 1B) !

Fig. 1A – Exemples de schémas tressés et d’entrelacs (d’après Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995).

Fig. 1A – Exemples de schémas tressés et d’entrelacs (d’après Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995).

Fig. 1B – Exemples de schémas tressés et d’entrelacs (d’après Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995).

Fig. 1B – Exemples de schémas tressés et d’entrelacs (d’après Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995).

3Attribué à tort uniquement au monde celtique, il est présent sous forme de rubans entrelacés dès les premiers siècles, notamment dans les bandes d’encadrement de mosaïques. Il définit souvent des bordures et des limites, avant de devenir parfois un centre et un motif lui-même. On voit apparaître très tôt le « ruban sans fin » appelé nœud de Salomon (fig. 2).

Fig. 2 – Mosaïque, détail, nœud de Salomon (Auxerre, coll. privée).

Fig. 2 – Mosaïque, détail, nœud de Salomon (Auxerre, coll. privée).
  • 1 Voir l’article très complet : W. Augustyn, K. Bierbrauer, M. Exner, U. Fuchs, U. Rehm et C. Ulrich, (...)

4L’adoption de ce type décoratif ancien s’ouvre dès l’Antiquité et se perpétue au cours du Moyen Âge, avec de nombreuses variantes adaptées à divers matériaux, de la mosaïque à la sculpture en relief, à partir de fibre végétales (osier), du bois, ou de la pierre, jusqu’au sarcophage de marbre de Donatello de 1464 à l’église Saint-Laurent de Florence (fig. 3)1.

Fig. 3 – Florence (Italie), San Lorenzo, sarcophage de Donatello.

Fig. 3 – Florence (Italie), San Lorenzo, sarcophage de Donatello.
  • 2 H. Damisch, « La peinture est un vrai trois », in Rouen, Paris, 1984, p. 15-32.
  • 3 Il prolonge en cela les approches de Gottfried Semper (1803-1879), grand théoricien de l’architectu (...)

5La matrice originelle peut être vue comme celle de la vannerie, mais aussi celle du trait de pinceau. Toutes deux relèvent de ce qui spécifiquement se retourne et créée une figure de plusieurs plans. C’est celle qui a fasciné l’artiste plasticien François Rouen, qui a créé de nombreux tressages de bandes colorées. Hubert Damisch voit l’origine de cet art dans le textile2, c’est-à-dire dans ce qui permet une multiplication des plans, faisant barrières tout en assurant une transparence3. Dans l’entrelacs de pierre, qui nous intéresse ici, la transparence signifie qu’il existe un second plan. L’entrelacs suggère l’existence de quelque chose au-delà du décor.

6Ce principe, qui n’est pas nouveau mais qui abonde autour des viiie-ixe siècles, débouche sur un système qui fait mode durant des décennies et dont on ne mesure pas toujours quand et pourquoi il s’arrête. On peut essayer de comprendre en préalable la présence de ce type de décor associé aux chancels. On rappellera que ce dernier n’est pas une invention chrétienne – le monde romain a employé ce genre de balustrade à divers usages, tant intérieurs qu’extérieurs –, mais il apparaît assez tôt comme limite du presbyterium dans les basiliques paléochrétiennes. Dans ces églises à simple abside semi-circulaire, le chancel limite le plus souvent un presbyterium carré ou rectangulaire, comme on peut encore le voir dans la cathédrale euphrasienne de Parenzo (Poreč), du milieu du vie siècle, où son marbre blanc est resté intact. L’une des nouveautés carolingiennes majeures est le renouvellement en avant de l’espace presbytéral d’une structure fermée, la schola cantorum, nécessitée par l’importance prise par le chant dans la liturgie et indispensable pour les lectures et les prêches. Elle remplace, comme à Cologne, l’ancienne solea, à la fin du viiie siècle. Souvent dans les sites de communauté monastique ou canoniale, les chœurs s’allongent et répondent à plusieurs besoins. Sur le plan de Saint-Gall, on perçoit mieux le rôle des clôtures et des chancels dans la compartimentation de l’espace liturgique carolingien, compte tenu du contexte monastique et du grand nombre d’autels, tous dotés d’un presbyterium particulier (fig. 4).

Fig. 4 – Abbatiale et chancels, détail du plan de Saint-Gall (copie du fac-similé).

Fig. 4 – Abbatiale et chancels, détail du plan de Saint-Gall (copie du fac-similé).

7La partie implantée dans la nef est occupée par les moines, mais, du fait de sa proximité avec l’assemblée des fidèles, elle sert aussi à limiter l’espace de la liturgie de la parole et canalise l’accès aux fonts baptismaux.

2. Les formes et les signes

  • 4 M. Vieillard-Troïekouroff, Les monuments religieux de la Gaule d’après les œuvres de Grégoire de To (...)
  • 5 G. Collot, La sculpture du haut Moyen Âge, Metz, 1980, p. 31-51.

8Durant le haut Moyen Âge, le système de construction des chancels n’a pas varié depuis l’Antiquité. Le plus souvent, le chancel est composé de plaques de pierre d’un mètre de hauteur environ, reliées, par un système de languettes latérales, à des piliers de mêmes hauteurs comportant des rainures. Il a existé aussi des chancels de bois attestés par les textes4, dont aucun n’a survécu, mais dont l’existence est encore suggérée à Metz par les nombreux socles de pierre provenant de l’abbatiale Saint-Arnoult (fig. 5)5.

Fig. 5 – Metz, abbaye Saint-Arnoult, embases à rainures (cat. du musée de Metz).

Fig. 5 – Metz, abbaye Saint-Arnoult, embases à rainures (cat. du musée de Metz).
  • 6 Il existe encore un témoignage au musée de Ravenne et en réemploi dans la crypte de Saint-Apollinai (...)

9Ceux-ci comportent des mortaises permettant d’encastrer des éléments verticaux, peut-être des éléments de bois. Il existait également des barrières en métal, encore en usage dans l’Antiquité tardive6, et que les Carolingiens ont continué à créer, comme on peut le voir avec les grilles des tribunes à Aix-la-Chapelle (fig. 6), tout comme on le fera à l’époque moderne pour les barrières de communion.

Fig. 6 – Aix-la-Chapelle (Allemagne), détail de l’une des grilles de la tribune (cl. F. Heber-Suffrin).

Fig. 6 – Aix-la-Chapelle (Allemagne), détail de l’une des grilles de la tribune (cl. F. Heber-Suffrin).

10Certains chancels révèlent d’ailleurs par leur forme des imitations soit du bois, soit du métal. À côté de ces permanences, apparaît à la période carolingienne une variété de barrières minérales (marbre ou calcaire) et, en même temps, un renouvellement des différents motifs décoratifs diversement agencés – rinceaux, fleurons, hélices à pales… –, privilégiant également, dans de nombreuses régions d’Europe, l’entrelacs à rubans. On peut voir, dans ce dernier choix, une signification reposant sur une polysémie du signe : le motif, exprimé déjà par le nœud de Salomon, est démultiplié. Il est créateur d’infini dans une expression relevant de l’abstraction. Ceci pourrait être en rapport avec la crise iconoclaste contemporaine.

11L’endroit du mobilier liturgique où ce motif de l’entrelacs apparaît le plus couramment reste le chancel avec ses plaques et ses piliers (fig. 7, 8 et 9).

Fig. 7 – Saint-Gall, pilier (cl. G. Faccani).

Fig. 7 – Saint-Gall, pilier (cl. G. Faccani).

Fig. 8 – Novigrad (musée), pilier et plaque.

Fig. 8 – Novigrad (musée), pilier et plaque.

Fig. 9 – Mals (Italie), restitution dessinée d’un ensemble de chancel (K. Roth-Rubi, Die frühe Marmorskulptur von Chur…, 2018).

Fig. 9 – Mals (Italie), restitution dessinée d’un ensemble de chancel (K. Roth-Rubi, Die frühe Marmorskulptur von Chur…, 2018).
  • 7 Concile de Tours de 567, c. 4, éd. C. de Clerq, Les canons des conciles, Paris, 1989, t. 2, p. 352 (...)
  • 8 Voir à ce propos les réflexions de D. Iogna-Prat, La Maison Dieu, Paris, 2006, à propos des ordo de (...)
  • 9 Synode de 826, c. 33, éd. MGH, Concilia, II, p. 581 ; synode de 853, c. 33, éd. MGH, Concilia, III, (...)

12On peut voir là un marqueur emblématique d’un changement d’espace. Ces éléments mobiliers, désormais le plus souvent en pierre, attestent fortement à l’époque carolingienne d’une réorganisation de l’espace liturgique avec une mise à distance réaffirmée vis-à-vis du sanctuaire. Si ce sanctuaire pouvait dans les premiers temps encore accueillir les laïcs et les femmes pour prier et communier7, cette partie du chœur devient chez les Carolingiens le seul lieu défini pour la célébration de l’Eucharistie8. Ainsi, les synodes de 826 et de 853 interdisent la présence de laïcs durant la messe dans le presbyterium de l’église9. Le capitulaire de Tours de 858 défend aux laïcs d’aller au-delà du chancel (infra cancellos) ; leur oblation (de pain et de vin) doit être reçue à l’extrémité de l’espace.

  • 10 F. A. Yates, L’art de la mémoire, Paris, 1966 ; M. C. Cuttericks, Machina memorialis. Méditation, r (...)
  • 11 L. Naccache, Parlez-vous cerveau ?, Paris, 2018.

13Cette limite à ne pas franchir est aussi celle d’un passage réservé. Pour celui qui le regarde du côté de la nef et des fidèles, le motif du ruban infini de l’entrelacs renvoie sur lui-même. On n’atteint pas la fin. On ne passe pas. En quelque sorte, il signe au-delà la présence d’un autre espace ; un espace codé, comme peut l’être le fond d’or. On sait combien, dans la circulation des lieux de liturgie, que ce sont des signes parfois discrets qui s’impriment dans la mémoire et construisent, pour celui qui y revient souvent, l’identité d’un espace. Notre propre mémoire ne serait rien sans ces repères de formes et d’images10. Notre mémoire a besoin d’être travaillée par l’espace et ce qui le constitue ; elle se structure ainsi selon les dernières recherches des spécialistes du cerveau11.

3. Marqueur d’un temps

  • 12 Corpus della scultura altomedievale, Spolète, 25 vol., 1959-2015. Voir également : M. Beghelli, Scu (...)
  • 13 D. Fossard, M. Vieillard-Troïekouff et E. Chatel, Recueil général des monuments sculptés en France (...)
  • 14 I. Matejčié et S. Mustač, Kiparstvo scultura, Poreč, 2014.

14Les divers efforts de corpus, comme le répertoire exhaustif de la sculpture du haut Moyen Âge en Italie12, ou la tentative interrompue de faire de même pour la Gaule13, montrent, pour de nombreux sites, l’extraordinaire présence commune du chancel décoré à une partie de l’Europe carolingienne, essentiellement entre la fin du viiie siècle et le milieu du ixe siècle. Ces éléments lapidaires, le plus souvent remployés lors de reconstructions, sont fragmentés et hors contexte du dispositif originel. Quand ils sont découverts en fouille, leur présence assure d’un aménagement mobilier, mais, sauf inscription comme en Croatie (fig. 10)14, n’entraîne pas pour autant de datation précise en relation avec le monument.

Fig. 10 – Novigrad (Croatie), ciborium de l’évêque Mauritius (fin du viiie siècle), détail d’une face (cat. Lapiderium, 2006).

Fig. 10 – Novigrad (Croatie), ciborium de l’évêque Mauritius (fin du viiie siècle), détail d’une face (cat. Lapiderium, 2006).

15Par ailleurs, la permanence des motifs sur une longue durée rend souvent difficiles les datations. La plupart de celles-ci se fondent plus sur des critères stylistiques que sur les rares mentions textuelles, mais, comme le rappelle François Heber-Suffrin, cette méthode acceptable pour l’époque paléochrétienne, où le décor se limite souvent à des croix ou des symboles eucharistiques, ne l’est guère en Occident pour la période suivante. On voit une ornementation variée se développer dans l’Italie longobarde et se répandre dans la moitié sud de la Gaule et vers le nord jusqu’en Bavière. Les modèles diffusés sont souvent les mêmes :

  • 15 F. Héber-Suffrin et C. Sapin, « Le décor carolingien », in L’architecture carolingienne en France e (...)

L’un consiste en des entrelacs à trois brins assez lâches déterminant une succession de réserves circulaires peuplées de motifs variés, l’autre en une composition géométrique consistant à inscrire dans un cadre carré un cercle tangent, lui-même peuplé d’un carré sur la pointe. D’autres motifs moins caractéristiques sont aussi très répandus : rinceaux de types variés, entrelacs plus ou moins complexes, fleurs géométriques, rouelles15.

  • 16 G. Faccani, « Geflecht mit Gewürm. Karolingische Bauplastik und ihr Dekor », in Die Zeit Karls Des (...)
  • 17 H. Danheimer, Die Chorschranken von Ilmünster, Munich/Zurich, 1989.

16Ainsi, cette diversité des motifs exploités depuis la fin du viiie siècle marque depuis longtemps l’art carolingien dans une vaste aire géographique qui dépasse l’arc alpin, où se situent les vestiges les plus caractéristiques. Hors d’Italie, on peut citer les exemples suisses de Schänis et Coire16, ou bavarois à Illmünster (fig. 11)17.

Fig. 11 – Exemple de chancel reconstitué (Illmünster, musée de Munich, Allemagne).

Fig. 11 – Exemple de chancel reconstitué (Illmünster, musée de Munich, Allemagne).
  • 18 J. Hubert, « Note sur la date des dalles de marbre sculpté de limans (Basses Alpes) », Cahiers arch (...)
  • 19 Sur ces questions et exemples, voir les actes du colloque tenu au musée de Metz du 27 au 29 avril 2 (...)

17En Gaule, ils sont aussi bien représentés en Provence (Fréjus, Vence et Marseille)18, qu’en Languedoc (Saint-Guilhem-le-Désert), que dans la vallée du Rhône (Vienne, Lyon et Savigny) et à Saint-Jean-de-Maurienne (Isère), jusqu’en Aquitaine et en Anjou (Bordeaux et Angers). On citera encore pour le nord de la Gaule : Saints-Geosmes, Reims et, déjà cités ci-dessus, Metz et Echternach (fig. 12)19.

Fig. 12 – Saint-Geosmes (Haute-Marne), plaque de chancel réutilisée dans un lavabo gothique.

Fig. 12 – Saint-Geosmes (Haute-Marne), plaque de chancel réutilisée dans un lavabo gothique.

18L’entrelacs dans sa longue histoire n’est pas uniquement réservé au chancel. On le voit dès l’époque carolingienne comme simple motif de bordure pour des stèles ou dalles à inscription, telles les dalles retrouvées à proximité de l’abbaye Saint-Genest de Nevers (Nièvre) (fig. 13).

Fig. 13 – Nevers (Nièvre), plaque funéraire (musée de Nevers).

Fig. 13 – Nevers (Nièvre), plaque funéraire (musée de Nevers).
  • 20 Sur ce prolongement, voir C. Gensbeitel, « L’entrelacs dans le monde aquitain : des chancels caroli (...)

19Avec les étoiles et les fleurs à pétales créées par le compas et se répétant sans limite, le motif accompagne aussi l’idée de la limite avant un passage, celui de la mort, dont l’un des derniers échos est sans doute le sarcophage en marbre de Donatello à Florence. Si l’on prolonge la reconnaissance de cette forme du début du Moyen Âge, on constate rapidement comment aux xie-xiie siècles il est encore présent dans des corbeilles de chapiteaux, des impostes, des bandeaux ou des baies (fig. 14)20.

Fig. 14 – Flavigny (Côte-d’Or), chapiteau du début du xie siècle (musée du Louvre).

Fig. 14 – Flavigny (Côte-d’Or), chapiteau du début du xie siècle (musée du Louvre).
  • 21 J. Baschet, « Le décor peint des édifices romans. Parcours narratifs et dynamique axiale de l’églis (...)

20Ce qui était signe devient un simple motif parmi d’autres, perdant le signifié dans une époque où la perception de l’image change de statut, où la représentation prend un autre sens dans le parcours de l’espace sacré, avec, notamment, la figuration21.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article très complet : W. Augustyn, K. Bierbrauer, M. Exner, U. Fuchs, U. Rehm et C. Ulrich, « Flechtornament », in Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995, p. 851-979.

2 H. Damisch, « La peinture est un vrai trois », in Rouen, Paris, 1984, p. 15-32.

3 Il prolonge en cela les approches de Gottfried Semper (1803-1879), grand théoricien de l’architecture qui, dans Les quatre éléments de l’architecture (Vieweg, 1851), voyait dans les plus vieux ornements faits par entrelacement et nouage, le prolongement du travail des rameaux, puis des fibres végétales pour nattes et couvertures, et enfin du tissage à base de fils végétaux, ouvrant sur l’utilisation de palissades tressées pour démarquer la propriété personnelle.

4 M. Vieillard-Troïekouroff, Les monuments religieux de la Gaule d’après les œuvres de Grégoire de Tours, Paris, 1976, p. 317.

5 G. Collot, La sculpture du haut Moyen Âge, Metz, 1980, p. 31-51.

6 Il existe encore un témoignage au musée de Ravenne et en réemploi dans la crypte de Saint-Apollinaire in Classe.

7 Concile de Tours de 567, c. 4, éd. C. de Clerq, Les canons des conciles, Paris, 1989, t. 2, p. 352 et 354 ; M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, 2005, p. 75.

8 Voir à ce propos les réflexions de D. Iogna-Prat, La Maison Dieu, Paris, 2006, à propos des ordo de consécration, en particulier p. 259 sqq. ; M. Lauwers, Naissance du cimetière…, ibid., à propos de chorus/chœur et nef corpus ecclesia, p. 73-76.

9 Synode de 826, c. 33, éd. MGH, Concilia, II, p. 581 ; synode de 853, c. 33, éd. MGH, Concilia, III, p. 327.

10 F. A. Yates, L’art de la mémoire, Paris, 1966 ; M. C. Cuttericks, Machina memorialis. Méditation, rhétorique et fabrication des images au Moyen Âge, Paris, 1998.

11 L. Naccache, Parlez-vous cerveau ?, Paris, 2018.

12 Corpus della scultura altomedievale, Spolète, 25 vol., 1959-2015. Voir également : M. Beghelli, Scultura altomedievale dagliscavi di Santa Maria Maggiore a Trento, Bologne, 2013 ; M. L. Casati, Scultura medievale per l’arredo liturgico a Como, Côme, 2014 ; K. Roth-Rubi, Die frühe Marmorskultur aus dem Kloster St Johann in Müstair, Ostfildern, 2015 et Die frühe Marmorskultur von Chur, Schänis und dem Vinschgau, Ostfildern, 2018.

13 D. Fossard, M. Vieillard-Troïekouff et E. Chatel, Recueil général des monuments sculptés en France pendant le haut Moyen Âge (ive-xe siècle), t. 1 (Paris et son département), Paris, 1978, E. Chatel, t. 2 (Isère, Savoie, Haute-Savoie), Paris, 1981 ; J. Sirat, M. Vieillard-Troïekouff et E. Chatel, t. 3 (Val-d’Oise et Yvelines), Paris, 1984 ; M. Durliat, C. Deroo et M. Scelles, t. 4 (Garonne), Paris, 1987. Un projet de poursuite du Corpus pour les autres régions est en cours, avec pour finalité une mise en ligne sur internet, cf. P. Chevalier, J. Crochat, A. Flammin, P.-Y. Le Pogam, A.-B. Mérel-Brandenburg, A. Millereux et C. Sapin, « Le projet CARE-France : dernières avancées et extension de la base de données en ligne au domaine de la sculpture des ive-xe siècles », Hortus artium medievalium, 24 (2018), p. 8-13.

14 I. Matejčié et S. Mustač, Kiparstvo scultura, Poreč, 2014.

15 F. Héber-Suffrin et C. Sapin, « Le décor carolingien », in L’architecture carolingienne en France et en Europe, Paris, 2021.

16 G. Faccani, « Geflecht mit Gewürm. Karolingische Bauplastik und ihr Dekor », in Die Zeit Karls Des grossen in der Schweiz, Zurich, 2013, p. 128-145.

17 H. Danheimer, Die Chorschranken von Ilmünster, Munich/Zurich, 1989.

18 J. Hubert, « Note sur la date des dalles de marbre sculpté de limans (Basses Alpes) », Cahiers archéologiques, 14 (1964), p. 85-94. Carte de l’aire de dispersion des chancels des viiie et ixe siècles. M. Buis, La sculpture à entrelacs carolingienne dans le sud-est de la France, thèse de 3e cycle, 1975. M. Buis, « Quelques piliers de chancel inédits du sud-est de la France », Cahiers archéologiques, 27 (1978), p. 21-29.

19 Sur ces questions et exemples, voir les actes du colloque tenu au musée de Metz du 27 au 29 avril 2017 : A. Adrian (dir.), Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains, Cinisello Balsamo, 2021.

20 Sur ce prolongement, voir C. Gensbeitel, « L’entrelacs dans le monde aquitain : des chancels carolingiens au décor roman », in A. Adrian (dir.), Le chancel…, ibid., p. 184-199.

21 J. Baschet, « Le décor peint des édifices romans. Parcours narratifs et dynamique axiale de l’église », in P. Piva (dir.), Art médiéval. Les voies de l’espace liturgique, Paris, 2010, p. 181-219.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1A – Exemples de schémas tressés et d’entrelacs (d’après Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 1B – Exemples de schémas tressés et d’entrelacs (d’après Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 9, 1995).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 2 – Mosaïque, détail, nœud de Salomon (Auxerre, coll. privée).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3 – Florence (Italie), San Lorenzo, sarcophage de Donatello.
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 4 – Abbatiale et chancels, détail du plan de Saint-Gall (copie du fac-similé).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Metz, abbaye Saint-Arnoult, embases à rainures (cat. du musée de Metz).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 6 – Aix-la-Chapelle (Allemagne), détail de l’une des grilles de la tribune (cl. F. Heber-Suffrin).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 7 – Saint-Gall, pilier (cl. G. Faccani).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 8 – Novigrad (musée), pilier et plaque.
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 9 – Mals (Italie), restitution dessinée d’un ensemble de chancel (K. Roth-Rubi, Die frühe Marmorskulptur von Chur…, 2018).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 10 – Novigrad (Croatie), ciborium de l’évêque Mauritius (fin du viiie siècle), détail d’une face (cat. Lapiderium, 2006).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 11 – Exemple de chancel reconstitué (Illmünster, musée de Munich, Allemagne).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 12 – Saint-Geosmes (Haute-Marne), plaque de chancel réutilisée dans un lavabo gothique.
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 13 – Nevers (Nièvre), plaque funéraire (musée de Nevers).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 14 – Flavigny (Côte-d’Or), chapiteau du début du xie siècle (musée du Louvre).
URL http://journals.openedition.org/cem/docannexe/image/19925/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « L’entrelacs carolingien, marqueur du temps et de l’espace. Éléments de réflexions »Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 13 | 2023, mis en ligne le 28 avril 2023, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cem/19925 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.19925

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Directeur de recherche émérite, CNRS, UMR Artehis Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search