Navigation – Plan du site

AccueilSommaires et résumés (1999-2006)39-40Éclairages sur quelques thèmesL’héritage paradoxal du cinéma so...

Éclairages sur quelques thèmes

L’héritage paradoxal du cinéma soviétique en Asie centrale

Jean RADVANYI et Cloé Drieu

Résumé

Bien que les premières projections soient organisées dès 1897 à Tachkent, il faut attendre véritablement la soviétisation, dans les années 1920, pour qu’une réelle activité cinématographique se développe en Asie centrale. Le 7ème art est un élément clef pour la transmission des idées révolutionnaires au sein des minorités nationales. C’est donc de Moscou qu’on crée les premiers studios et ce sont souvent des Russes qui tournent les premiers films de fiction tout en formant sur place des techniciens et créateurs nationaux avant que ceux-ci ne soient envoyés dans les écoles moscovites. Cette relation particulière entre les réalisateurs nationaux et russes - qui va se répéter plusieurs fois dans l’histoire de la cinématographie centre-asiatique - n’est pas sans influence sur la création elle-même, durablement instrumentalisée par les autorités fédérales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean RADVANYI et Cloé Drieu, « L’héritage paradoxal du cinéma soviétique en Asie centrale », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 39-40 | 2006, mis en ligne le 24 octobre 2006, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/1777 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cemoti.1777

Haut de page

Auteurs

Jean RADVANYI

Articles du même auteur

Cloé Drieu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search