Skip to navigation – Site map
En guise d'introduction

Des racines et des ailes: autour de la Fondation Périer-D'Ieteren

Catheline Périer-D’Ieteren

Editor's notes

Professeur honoraire à l’Université Libre de Bruxelles et membre de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Catheline Périer-D’Ieteren a enseigné dans diverses institutions (voir biographie ci-dessous). Son intérêt jamais démenti pour la restauration –elle demeure consultante pour le compte de plusieurs organismes internationaux- a été salué par ICOM-CC, qui lui a conféré une médaille à Lisbonne en 2011, et l'a reçue en tant qu'hôte d'honneur lors du 50e anniversaire à Copenhague. Elle est à l'origine de la Fondation Périer-D'Ieteren qu'elle préside.

Full text

  • 1 Voir Muriel Verbeeck-Boutin, « Around CeROArt and the EGG issues », CeROArt [En ligne], EGG 6 | 201 (...)
  • 2 La fondation Périer-D'Ieteren (cf infra) a retenu trois axes majeurs pour son action: art et patrim (...)

M.V. En 2007, vous aviez accepté d'accorder une interview à une toute jeune revue électronique en libre accès, CeROArt. Le sujet de ce premier numéro était: Autour de Brandi, des oeuvres et des objets d'art. Dix ans plus tard exactement, vous assistiez à la "conférence anniversaire" de CeROArt, donnée dans le cadre du symposium ICOM-CC à Copenhague1. À la suite de cette rencontre, CeROArt a sollicité l'aide de la Fondation Périer D'Ieteren, active notamment dans le domaine de l'art et du patrimoine2, afin de poursuivre et développer ses activités éditoriales. Nous sommes très heureux et reconnaissants d'être parmi les premiers lauréats 2017 de la Fondation, et de compter sur sa collaboration pendant encore les deux années à venir. Cet anniversaire et cette nomination étaient l'occasion de vous tendre à nouveau le micro.

  • 3 Voir à ce sujet l'exposé retranscrit dans : ICOM-CC, On Board, News and reports from the Directory (...)

Votre intervention lors du 50e anniversaire de ICOM-CC a souligné certaines mutations en cours, dans le domaine de la conservation-restauration3.

C. P-D'I: Effectivement. Je relèverai en particulier :

  • Une prise de conscience affirmée de l’importance de la conservation préventive et de la sensibilisation du public pour assurer la conservation du Patrimoine et, suite à cela, le développement d’un grand nombre de programmes nationaux et internationaux, un des moteurs des actions novatrices dans ces deux domaines étant l’ICCROM (voir texte C. Périer-D’Ieteren & G. De Guichen, "Sensibiliser le public pour mieux conserver", dans : MUSEUM International, 243, vol. 61, n° 3, 2009, p. 106-114.

  • La multiplication de grands chantiers de restauration suivis par des comités scientifiques obligeant à la réflexion en commun et au partage des compétences.

  • Une prise de conscience aussi de l’enjeu de la prise de décision en conservation-restauration (Voir "L’Héritage culturel face à ses enjeux. Éduquer pour mieux conserver" (communication enregistrée sur le site de l’Académie Royale de Belgique) et le colloque de l’APROA sur Choix et dilemmes en conservation-restauration (novembre 2017).

  • Un intérêt toujours accru pour la restauration de l’Art moderne et contemporain, objet de problèmes de restauration très spécifiques auxquels on commençait seulement à s’intéresser dans les années 90. La création d’un groupe de travail au sein du Comité de conservation de l’ICOM et la formation d’un plus grand nombre de restaurateurs spécialisés dans ces époques.

  • La menace plus forte du tourisme, cause d’altérations croissantes du Patrimoine, mais également de mauvaises restaurations réalisées en un temps trop court avec des budgets insuffisants et sans suivre nécessairement les règles éthiques du métier, le but premier étant d’attirer le public et de répondre à son goût en « refaisant ou coloriant ».

Historienne de l'art vous même, héritière de Paul Philippot dont vous avez été l'assistante et auquel vous avez succédé, vous avez toujours porté un vif intérêt à la formation en conservation-restauration. Avez-vous, ces dix dernières années, noté une évolution en ce domaine?

Depuis 10 ans, on note une évolution dans la formation des restaurateurs et des historiens de l’art qui sont amenés à davantage collaborer par des cours institutionnalisés et par des travaux communs, par exemple entre universités et écoles de restauration. C’est le cas en Belgique depuis 2006, notamment avec l'implémentation des Masters approfondis conjoints avec l'ULB et l'ULiège. Les étudiants apprennent ainsi à observer et faire des recherches en commun et partant, à mener un dialogue interdisciplinaire.

Quel est selon vous l'apport du Doctorat en conservation-restauration, qui peut désormais être entrepris dans le cadre de l'École Doctorale n°20 de l'ARES? 4

La création d’un doctorat en Conservation-Restauration me paraît essentielle pour asseoir la profession du restaurateur vis-à-vis de l’extérieur et la mettre sur un pied d’égalité avec les historiens de l’art avec qui ils sont sensés collaborer.

Une baisse tragique de la culture générale, mais aussi une méconnaissance des écrits et des expériences des « anciens » est observable à tous les niveaux. Cette situation est déplorable et demande à être enrayée d’urgence. Ainsi, je pense que l’école doctorale est utile pour apprendre à situer la restauration dans un contexte plus large alliant démarche humaniste et habilité matérielle.

Elle apporte également un savoir-faire dans la gestion des connaissances et est sensée enseigner comment exploiter les données collectées (investigation scientifique, étude des matériaux, histoire matérielle, histoire et histoire de l’art) en vue d’une meilleure compréhension de l’œuvre à restaurer et de conduire « in fine » à la difficile démarche de prise de décision dans le traitement.

Les résultats positifs de cette formation dépendent naturellement de la qualité des enseignants. Si celle-ci est bonne, on peut être optimiste et espérer que l’on comptera dans les années à venir un plus grand nombre de Docteurs parmi les restaurateurs. Un danger réside néanmoins pour moi dans des thèses à deux vitesses, celles obtenues suite à un Master auprès d’une École des Arts par rapport à celle obtenue par les étudiants qui ont suivi le double cursus d’historien de l’art et de conservateur-restaurateur dans une université d’abord et ensuite dans une école des arts.

Et au niveau des pratiques? Comment décririez-vous l'évolution de cette dernière décennie?

J’ai eu l’occasion d’observer l’évolution, ces dernières années, de la pratique de la restauration dans de nombreux chantiers, en tant que membre des comités scientifiques.

Une dangereuse tendance à une intervention de restauration plus importante sur l’œuvre se manifeste à nouveau dans beaucoup de cas. La confiance dans les examens de laboratoire qui répondent le plus souvent aux questions posées est certainement une des causes de cette attitude. Toutefois les données reçues ne suffisent pas, le restaurateur doit bien les interpréter et voir ensuite en toute objectivité et humilité s’il se sent capable de mener l’intervention proposée et quelles en seront les conséquences esthétiques. Une telle démarche est possible si elle est menée par des restaurateurs chevronnés au sein d’une institution scientifique reconnue et dans le cadre d’un dialogue interdisciplinaire constant.

Je citerai comme exemple positif la restauration du revers de l’Agneau Mystique qui présentait, entre autres sur les donateurs, un pourcentage de repeints bien plus élevé que ce qui avait été décelé lors de l’étude préalable. Il fut décidé après de nouvelles investigations scientifiques et discussions animées de les enlever. On s’éloignait ainsi des préceptes de Brandi, car les surpeints habiles ne défiguraient pas la peinture, certains d’entre eux avaient mêmes échappés dans un premier temps à l’œil averti des restaurateurs et en tant que tels ils appartenaient à l’histoire matérielle de l’œuvre. La qualité de la peinture initiale était cependant telle qu’on choisit de tenter de la retrouver en supprimant de ce fait les éléments qui appartenaient à l’histoire matérielle de l’œuvre. Le résultat est concluant !

Ici apparaissait la nécessité de dépasser les réflexions théoriques traditionnelles et en particulier les axiomes de Brandi comme ce fut le cas aussi pour la restauration des fresques de Giotto à la Basilique d’Assise. Il faut néanmoins avoir le courage de le faire à bon escient et c’est rarement évident d’autant plus si le chantier est géré par des responsables non formés à cette difficile prise de décision. Ainsi, lors de la restauration des fresques des Carrache au Palais Farnèse à Rome, il a malheureusement été refusé catégoriquement de combler une lacune très dérangeante sur un Putto, l’argument avancé étant sa dimension de 5 cm au lieu de 3 cm admis par l'ICR, sans tenir compte de la terrible gêne visuelle que cela engendrait dans l’ensemble de la composition. La dimension historique a donc primé au détriment de l’esthétique.

Une autre cause d’interventionnisme est la confiance aveugle, surtout de la part des jeunes, dans la restitution 3D qui, mal gérée, peut engendrer des traitements catastrophiques lorsqu’elle propose virtuellement une œuvre sous un aspect qu’elle n’a jamais eu.

Enfin, un dernier cas de figure que j’aimerais évoquer dans le contexte du recourt aux axiomes de Brandi pour justifier une intervention est celui de la restitution des parties de composition disparues au cours du temps et de leur réinterprétation en se basant sur le principe traditionnel de « refaire » si l’œuvre contient encore suffisamment d'informations utiles. Ainsi, la ville de Jérusalem, dans le carton de la Décollation de Saint Paul par P. Coecke conservé au Musée de la Ville de Bruxelles, a été reconstituée au départ des données observées dans trois tapisseries de même composition découlant du carton. Le restaurateur a suivi, en les combinant, les informations livrées par ces œuvres, mais est-ce tout à fait honnête vis-à-vis de la composition initiale ? Le spectateur n'est-il pas ainsi trompé?

Le point commun que partagent ces trois exemples est le rôle essentiel joué par la formation des intervenants.

C'est précisément au terme de vos activités professorales à l'ULB et à La Cambre que vous avez pris l'initiative de créer une Fondation. Pourquoi?

Les objectifs de la Fondation ont été dictés par des constats faits au cours de ma carrière. Une série de manques sont à combler pour donner aux professions complémentaires de conservateurs-restaurateurs et d’historiens de l’art, les atouts nécessaires à leur développement dans les domaines des publications, de la formation, de la recherche et de l’enseignement. Elle veut également les encourager à concrétiser leurs recherches ou les récompenser pour des travaux et/ou créations exemplaires.

Le Fonds Catheline Périer-D’Ieteren au sein de la Fondation a un caractère académique et ses objectifs sont diversifiés.

  • Soutien à la publication d’un livre de diffusion scientifique résultant soit d’une thèse de doctorat soit de travaux post doctoraux qui constituent une avancée dans les domaines d’histoire de l’art, de la conservation-restauration ou de la technologie.

  • Aide au financement d’une étude interdisciplinaire réalisée à l’occasion d’une découverte en histoire de l’art ou suite à une restauration.

  • Bourse doctorale à soutenir à l’ULB, en histoire de l’art ou en conservation-restauration portant sur l’art du Moyen-âge – Temps modernes (peinture, sculpture et tapisserie XIVème-XVIIIème siècles) accessible aux détenteurs d’un master d’une université belge obtenu depuis 4 ans maximum.

  • Accueil pour une durée de 3 à 6 mois, d’un chercheur belge ou d’un chercheur en mobilité internationale faisant, à l'ULB, une recherche postdoctorale dans les domaines de l'Histoire de l'Art ou de la Conservation-Restauration, pour autant qu'il soit détenteur d’un master délivré par une université européenne. Dans ce cadre, un logement meublé situé à Ixelles sera mis gratuitement à leur disposition. Il comprend une salle de travail équipée et une bibliothèque cataloguée sur le site de la bibliothèque des sciences humaines de l’ULB.

  • Financement de l’accueil d’un professeur invité pour 15 heures de séminaire donné à l’ULB.

  • Aide occasionnelle au financement d’études scientifiques préalables à un programme de restauration et/ou à l’élaboration d’une documentation de laboratoire dans le cadre de recherches spécifiques sur la peinture flamande ou la sculpture des XVe et XVIe siècles.

Fig.1 Fonds Catheline Périer-D'Ieteren

Fig.1 Fonds Catheline Périer-D'Ieteren

Le sigle du Fonds Catheline Périer-d'Ieteren, dessiné par Michel Olyff.

Crédits: Fondation Périer-D'Ieteren – Michel Olyff

La Fondation est jeune encore, mais entreprenante et prometteuse. De quels outils s'est-elle dotée?

La Fondation Périer-D'Ieteren, -fondation d'utilité publique- est hébergée
au 41, rue de Livourne, 1050 Bruxelles (Belgique).

Elle abrite une importante bibliothèque spécialisée, couvrant tous les domaines artistiques du XVe au XVIIIe siècle, avec une attention particulière portée à la production des anciens Pays-Bas méridionaux. Elle possède également un fonds spécialisé consacré à l’étude technologique des œuvres, à leur conservation et leur restauration. La photothèque rassemble une importante collection de clichés, notamment de peintures flamandes, de retables brabançons et de peintures murales. Plusieurs sections illustrent les différentes techniques artistiques, ainsi que des problèmes particuliers de conservation-restauration.

Enfin, les archives rassemblent les documents relatifs aux études menées par Catheline Périer-D’Ieteren et Paul Philippot dans les domaines de l’histoire de l’art et de la conservation-restauration. Un catalogue sera prochainement disponible et accessible via le site Internet.

Fig.2 Fondation Périer-D'Ieteren – Le site internet

Fig.2 Fondation Périer-D'Ieteren – Le site internet

Page d'accueil du site de la Fondation

Crédits: Fondation Périer-D'Ieteren

Cet entretien - "Des racines et des ailes" - emprunte son titre à une émission télévisée à succès, qui met en valeur le patrimoine. Les racines, nous l'avons compris, c'est votre expérience. Par le biais de cette initiative, quelles ailes souhaitez-vous voir se déployer? Quels vœux formulez-vous pour l'avenir?

Mon objectif premier est de pallier la pauvreté des moyens budgétaires consacrés à l’enseignement, à la recherche et à la défense du patrimoine; aider les jeunes diplômés méritants et volontaires à entrer dans la carrière de conservateur-restaurateur et d’historiens de l’art avec un bagage intellectuel ou pratique le plus riche possible; enfin, sensibiliser toujours davantage à une conservation-restauration du patrimoine réfléchie et adéquate, combinant l’approche humaniste et scientifique.

Fig.3 Catheline Périer-D'Ieteren

Fig.3 Catheline Périer-D'Ieteren

Dr Catheline Périer-D'Ieteren, source d'inspiration de la Fondation.

Crédits: C.Périer-D'Ieteren.

Top of page

Bibliography

N.B. La bibliographie ci-dessous reprend quelques contributions majeures de Catheline Périer-D'Ieteren, en matière de conservation-restauration. La bibliographie complète est disponible en pièce jointe.

La restauration en Belgique de 1830 à nos jours. Peinture, Sculpture, Architecture, Liège, Pierre Mardaga, 1991, 191 pages (version trilingue : français, néerlandais, anglais).

Paul Philippot. Pénétrer l'art, restaurer l’œuvre : une vision humaniste. Hommage en forme de florilège, Courtrai, Groeninghe, 1990, 507 pages (en collaboration avec Brigitte D’Hainaut-Zveny).

Retables en terre cuite des Pays-Bas (XVe-XVIe siècles) : étude stylistique et technologique, catalogue d’exposition (Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 22 octobre – 7 novembre 1992) (= Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie. Cahiers d’études, 3), Bruxelles, Section Histoire de l’Art et Archéologie (ULB), 1992, 111 pages (conjointement avec Annick Born).

Cesare Brandi (1906-1988) : sa pensée et l’évolution des pratiques de restauration, actes de colloque (Université Libre de Bruxelles, 25 octobre 2007) (= Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie. Cahiers d’études, 10), Bruxelles, Centre de recherches et d’études technologiques des arts plastiques (ULB), 2007, 182 pages (conjointement avec Nicole Gesché-Koning).

Réédition abrégée dans : Il pensiero di Cesare Brandi dalla teoria alla pratica. Cesare Brandi’s thought from theory to practice, actes des séminaires de Munich, Hildesheim, Valence, Lisbonne, Londres, Varsovie, Bruxelles et Paris édités par Giuseppe Basile, Rome, Associazione Giovanni Secco Suardo, 2008, p. 275-312.

Presse et Patrimoine : quelle sensibilisation à la conservation-restauration ?, dans : Presse et sauvegarde du Patrimoine, ICCROM, Rome, 2000, p. 96-102.

Introduction, dans : G. Basile, Il pensiero di Cesare Brandi dalla teoria alla pratica. Cesare Brandi’s thought from theory to practice, Rome, 2008, p. 277-278.

Histoire de l’Art et Restauration dans une perspective humaniste, dans : Giuseppe Basile (éd.), Paul Philippot. L’Istituto Centrale del Restauro, la sua organizzazione e le sue posizioni riguardo ai principali problemi del restauro dei dipinti, Palerme, Provenzani Editore, 2012, p. 25-28.

La notion de patine en peinture de chevalet : l’attitude prônée en Belgique et sa place dans la réflexion générale, dans : Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung, 17, 2003, p. 156-162 et dans : Koregos. Revue et encyclopédie multimédia des arts, reporticle n° 116, 2015 (http://www.koregos.org/fr/catheline-perier-d-ieteren-la-notion-de-patine-en-peinture-de-chevalet/).

L’histoire de la restauration en Belgique et l’exemple du nettoyage des peintures, dans : Histoire de la restauration en Europe. Actes du Congrès international « Histoire de la Restauration », Bâle, 1991, éd. Werner, 1993, p. 11-30.

Top of page

Attachment

Top of page

Notes

1 Voir Muriel Verbeeck-Boutin, « Around CeROArt and the EGG issues », CeROArt [En ligne], EGG 6 | 2018, mis en ligne le 20 mars 2018, consulté le 23 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5341

2 La fondation Périer-D'Ieteren (cf infra) a retenu trois axes majeurs pour son action: art et patrimoine, société, sciences. Cf ci-dessous et sur la plateforme internet www.perier-dieteren.org.

3 Voir à ce sujet l'exposé retranscrit dans : ICOM-CC, On Board, News and reports from the Directory Board, Volume 14, 2-2017.

4 Voir à ce propos le site du Fonds national de la recherche scientifique http://www2.frs-fnrs.be/index.php/financements/ecoles-doctorales/ecoles-doctorales-thematiques?id=268:art-et-sciences-de-l-art et celui de l'École doctorale: http://artetsciencesdelart.be

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Fonds Catheline Périer-D'Ieteren
Caption Le sigle du Fonds Catheline Périer-d'Ieteren, dessiné par Michel Olyff.
Credits Crédits: Fondation Périer-D'Ieteren – Michel Olyff
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5307/img-1.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig.2 Fondation Périer-D'Ieteren – Le site internet
Caption Page d'accueil du site de la Fondation
Credits Crédits: Fondation Périer-D'Ieteren
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5307/img-2.jpg
File image/jpeg, 268k
Title Fig.3 Catheline Périer-D'Ieteren
Caption Dr Catheline Périer-D'Ieteren, source d'inspiration de la Fondation.
Credits Crédits: C.Périer-D'Ieteren.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5307/img-3.jpg
File image/jpeg, 352k
Top of page

References

Electronic reference

Catheline Périer-D’Ieteren, « Des racines et des ailes: autour de la Fondation Périer-D'Ieteren », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 23 March 2018, connection on 13 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5307

Top of page

About the author

Catheline Périer-D’Ieteren

Professeur honoraire à l’Université Libre de Bruxelles. Membre de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Catheline Périer-D’Ieteren a été, entre autres, chargée de cours à l’Institut français de restauration des œuvres d’art, conférencière à l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre (ENSAV, Bruxelles), professeur invité dans plusieurs universités européennes, présidente du Comité de conservation du Conseil international des Musées (ICOM-CC), consultante dans le domaine de la conservation-restauration pour le compte de divers organismes internationaux.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals