Skip to navigation – Site map
Dossier

Une alternative réversible pour le comblement des lacunes des œuvres et objets d’art en polyester stratifié

Isabelle Cuoco

Abstracts

This study offers a method of gap-filling which respects the original stratigraphy of the GRP work of art. The chemical stability of different resins was tested. Then, they were dyed and applied on GRP sacrificial samples. This study aims to suggest a gap-filling method relevant to similar cases. The theoretical and practical approaches were highlighted by the study and the conservation of a GRP piece of the Art & Design Atomium Museum of Brussels.

Top of page

Full text

Introduction

1Dessiné en 1972, le Présentoir à Vêtements est une pièce de mobilier de boutique qui était destiné à présenter des vêtements de la marque Rodier. Il fut produit en série par Intexal, l’usine de l’entreprise. La pièce est issue d’un lot de plusieurs Présentoirs à Vêtements. L’entreprise a sélectionné le polyester stratifié pour la production de son mobilier de boutique. C’est sans doute son bas coût, mais aussi sa facilité de mise en œuvre qui a justifié ce choix. Après quelques années de service, l’objet tombe en désuétude avant d’être racheté par le collectionneur belge Philippe Decelle dans les années 1990. Il est ensuite exposé dans son « Plasticarium » avant d’être cédé à l’Art & Design Atomium Museum (ADAM) de Bruxelles. Le musée choisit de placer la pièce dans les réserves vu son état de dégradation. Le Présentoir à vêtements a été étudié dans le cadre d’un mémoire de fin d’études portant sur la problématique des comblements des œuvres et objets d’art en polyester stratifié.

Fig. 1. Photographie de l’objet d’étude

Fig. 1. Photographie de l’objet d’étude

Présentoir à vêtements, 1973, polyester stratifié moulé, Valérie Doubroucinskis, produit par Intexal pour Rodier, 176,5m x 105 cm x 44,5 cm, Art & Design Atomium Museum de Bruxelles, Belgique.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Constat d’état

2Lorsque le Présentoir à vêtements arrive dans les ateliers de conservation-restauration de l’École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, son état de conservation est mauvais. L’objet présente différentes altérations telles qu’un état d’encrassement important, mais aussi des délaminages, déplacages, lacunes, rayures superficielles ou profondes, retouches et dépôts en tous genres. De plus, certaines parties de l’objet semblent être manquantes. En effet, le Présentoir à vêtements devait comporter une plaque de recouvrement ainsi que des butées métalliques aux extrémités de la tringle. Or, la plaque et l’une des butées sont manquantes.

3Le mode de fabrication de l’objet a entraîné des faiblesses structurelles qui ont été accélérées par des conditions de conservation parfois difficiles, mais aussi par des erreurs de manipulation. Ces altérations contribuent à dégrader l’unité esthétique de l’objet. En concertation avec les parties prenantes, il a été établi que le but de l’intervention de conservation-restauration était de rétablir une cohérence esthétique pour cet objet qui a été conçu pour être courbe, brillant et présentant un monochrome rouge.

4Les publications portant sur les interventions de restauration des objets et œuvres d’art en polyester stratifié tendent à proposer des interventions souvent irréversibles ou employant des matériaux de comblement aqueux. Dans l’optique d’offrir une proposition réversible et non aqueuse, nous avons procédé à divers tests qui nous permettent de sélectionner un produit de restauration adéquat et qui permettra le respect de la stratigraphie originale.

Traitements

5Le traitement de conservation-restauration est nécessaire car l’état structurel de l’objet présente des dangers. Il vise dans un premier temps à assurer le maintien structurel de l’objet tout en l’assainissant; ensuite viendra la réintégration esthétique afin de lui rendre une certaine homogénéité.

Le nettoyage, le polissage et le traitement de l’élément métallique

  • 1 SHASHOUA, Y. ; SEGEL, K. ; VAN OOSTEN, T. ; et al., « Wiping away the dirt – a safe option for plas (...)

6Des méthodes de nettoyage mécanique et chimique sont testées en prenant appui sur la littérature spécialisée.1 L’acétone est écartée à cause de la sensibilité de la résine polyester aux cétones. Le xylène est évité. L’éponge microporeuse n’est pas retenue, car trop abrasive. L’eau déminéralisée s’est révélée être la plus concluante. Dans le but de pondérer l’action de l’eau, des mélanges eau/éthanol sont testés. Après observation sous binoculaires, les zones nettoyées avec des mélanges à base d’alcool et d’eau présentent plus de particules de poussière que celles nettoyées à l’eau déminéralisée pure. Après tests, l’extérieur de l’objet est nettoyé à l’aide de microfibre et d’eau déminéralisée, suivi d’un séchage immédiat. L’intérieur est nettoyé avec un pinceau doux et un aspirateur.

Fig. 2. Nettoyage de l’intérieur

Fig. 2. Nettoyage de l’intérieur

La photographie permet de visualiser la crasse à l’intérieur de l’objet. À gauche, l’intérieur avant nettoyage. À droite, l’intérieur après nettoyage.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Fig. 3. Tests de nettoyage chimique

Fig. 3. Tests de nettoyage chimique

Les différentes zones encadrées correspondent à des solvants employés.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

  • 2 SQUOQUART, S., « La conservation-restauration des photographies couleurs montées par la face sur
  • 3 Cette identification a été faite par Laurent Labat, restaurateur de métal.
  • 4 Le benzotriazole est un inhibiteur de corrosion.

7Certaines rayures sont encrassées et nécessitent un nettoyage particulier. Des fluides de polissage ont été testés pour déloger par micro abrasion les particules de crasse dans les anfractuosités des rayures. Le fluide de polissage Micro-gloss® est choisi car il a fait l’objet d’une étude préalable2 et qu’il est depuis fréquemment utilisé dans la conservation-restauration de matières plastiques. L’élément métallique de l’objet est identifié comme étant un tube d’acier revêtu de chrome3. Le chrome est détérioré et laisse apparaître des piqûres de corrosion sur l’acier. L’objectif du traitement est de minimiser le processus de corrosion et de protéger l’élément métallique. Pour ce faire, des compresses de benzotriazole4 dilué à 2% dans de l’éthanol sont appliquées sur la barre métallique avant d’être enveloppées dans du film étirable.

Reconstitution des parties manquantes (la plaque de recouvrement et la butée de la barre métallique)

8Une plaque de Plexiglas® rouge teintée dans la masse de 3mm d’épaisseur est sélectionnée pour remplacer la plaque de recouvrement originale. La plaque est percée puis posée sur le haut de l’objet avant d’être fixée à l’aide de vis en acier inoxydable. Le choix d’une plaque en Plexiglas® est motivé par la volonté de se rapprocher visuellement d’une plaque en GRP tout en employant un matériau différent donc discernable, compatible et léger. Une butée est reconstituée à l’aide d’une pâte époxy de marque Miliput. La pâte est sculptée à la main afin de reproduire à l’identique la butée présente sur la barre métallique. Une fois que la résine est réticulée, la butée est colorée à l’aide de Golden© gris métallisé pour reproduire l’aspect du métal. Ensuite, une couche de protection de Paraloïd à 10% dans du toluène est appliquée sur la butée. Elle est aussi appliquée sur la zone de la barre métallique destinée à recevoir la butée afin de former un film d’isolation assurant la réversibilité de l’adhésion de la butée et du métal. Cette adhésion est réalisée à l’aide de Paraloïd B72 dilué à 50% dans de l’acétone. La coloration de la butée n’est pas tout à fait la même que celle du métal afin de permettre son discernement.

Sélection de matériaux de comblement

9La résine de comblement doit permettre de réaliser des pièces teintées dans la masse qui puissent être coulées. Pour cela, la résine ne doit être ni trop visqueuse ni trop liquide pour éviter un temps de séchage trop long et une ingérence quant à la coulée. Elle doit être transparente, pouvoir se teinter facilement dans la masse, présenter un retrait le plus léger possible, être assez résistante aux ultraviolets, être polissable et pouvoir se travailler après séchage ; enfin elle doit avoir une température de transition vitreuse soit très basse soit très haute et ne pas présenter une trop grande sensibilité à l’humidité (voir Figure 4).

10Les résines en dispersions aqueuses ont été rejetées afin d’éviter un apport d’eau pouvant s’introduire par capillarité dans la structure du matériau. L’utilisation d’un autre solvant, compatible avec un polyester, est donc préférée.

11Les résines envisagées sont les Regalrez 1126, Plexigum PQ611, Laropal A81, Paraloïd B67 et Hxtal Nyl-1©. Elles sont couramment employées dans la restauration.

12Après préparation, les résines sont coulées afin d’observer leur mise en œuvre. Les résines préparées avec un solvant sont moins visqueuses que la Hxtal Nyl-1© donc un peu moins faciles à couler avec précision. Le Regalrez 1126 et le Laropal A81 ne forment pas un film assez épais et dur pour être retenus ici. Les résines choisies sont donc le Plexigum PQ 611 et le Paraloïd B67 dissous à 30% dans du toluène ainsi que la Hxtal Nyl-1©.

Fig. 4. Tableau des critères

Fig. 4. Tableau des critères

Les critères ci-dessus ont permis d’orienter la sélection d’un produit de restauration.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Réalisation d’éprouvettes et tests

  • 5 Cf. fiche technique du produit.

13Afin de reproduire une stratigraphie représentant l’objet d’étude et la résine de comblement, des éprouvettes de résine polyester insaturé orthophtalique et de résine de comblement ont été réalisées. Deux jeux d’éprouvettes sont faits. L’un sera considéré comme le T0 et l’autre est conservé dans le but de réaliser un vieillissement artificiel des matériaux. Les résines Paraloïd B67 et Plexigum PQ611 sont préparés à 30% dans du toluène à l’aide d’un agitateur magnétique. La résine Hxtal Nyl-1® a un temps de réticulation très long. Afin de l’accélérer, la résine et son durcisseur (3 parts pour 1 part) sont mélangés puis placés sur une plaque chauffante à environ 50°C.5 Le fournisseur indique que le temps de réticulation de la résine est de 36 heures après ce traitement. La résine polyester insaturée orthophtalique styrénée Sody 33 est préparée (addition de 4% de peroxyde de méthyléthylcétone afin d’accélérer la polymérisation). Elle est ensuite coulée sur environ 0,5mm ±0,2 d’épaisseur dans six moules. Après quelques heures de séchage, les blocs de polyesters sont démoulés puis retournés et replacés dans les moules en silicone. Les résines (acrylates et époxy) sont ensuite coulées par-dessus le bloc de Sody 33. Les éprouvettes sont placées sous hotte pour l’évaporation des solvants pendant au minimum 36 heures, temps théorique de réticulation de la Hxtal Nyl-1® chauffée comme indiqué. L’ensemble de ces manipulations a été fait sous hotte aspirante.

Vieillissement artificiel

  • 6 Q-Lab, TECHNICAL BULLETIN LX-5060, A choice of filters for Q-Sun Xenon Test Chambers.
  • 7 Q-Lab, TECHNICAL BULLETIN LU-8054, Spectral Power Distribution for Noon Summer Sunlight.
  • 8 C’est le cas dans les protocoles de vieillissement menés par Clémentine Bollard, Anna Lagana et The (...)

14Le vieillissement artificiel s’est basé sur les standards d’irradiation, sur les informations fournies par le fabricant de la machine ainsi que sur les capacités matérielles du laboratoire. Il a été choisi de placer les éprouvettes sous un rayonnement à 340nm. Ce rayonnement est propice aux changements chimiques et physiques, car plus énergétique. Un filtre Windows-Q reproduisant le vitrage des fenêtres a été placé afin de reproduire l’ambiance muséale6. Le standard indique une irradiance de 0.68 W/m² @ 340nm7. Afin d’accélérer le processus, l’irradiance est fixée à 1.00 W/m² @ 340nm. Pour des raisons techniques, la lampe Xénon ne peut pas monter plus haut dans l’irradiance. Selon de nombreuses sources, la température utilisée dans les vieillissements artificiels pour reproduire les conditions muséales est de 50°C8. C’est donc à cette température que l’on fixe la cellule de vieillissement. Au vu du temps imparti, le temps d’irradiation est fixé à 260 heures. Au total la surface de chaque éprouvette a reçu un total de 0,73 kJ.

15Une première observation après vieillissement artificiel permet de constater que la Hxtal Nyl-1® a jauni tandis que le Paraloïd B67 présente des zones blanchâtres que l’on peut aussi distinguer sur le Plexigum PQ611, mais en bien moins grande quantité.

Fig.5. Photographies d’une éprouvette de Paraloïd B67 vieillis

Fig.5. Photographies d’une éprouvette de Paraloïd B67 vieillis

L’éprouvette d’acrylate comporte des taches blanches.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Spectrocolorimétrie

  • 9 Cf. Site du fabricant du spectrophotomètre www.konicaminolta.eu.

16À l’aide d’un spectrophotomètre Konica Minolta CM-700 les variations colorimétriques des éprouvettes de résines non vieillies et vieillies ont été relevées. Les résines étant transparentes, chaque éprouvette a été mesurée en étant posée sur le blanc servant au calibrage de l’appareil. Pour chaque éprouvette, cinq mesures ont été relevées afin d’établir une moyenne. L’appareil effectue deux mesures pour chaque point, une en réflexion spéculaire exclue (SCE) et l’autre en réflexion spéculaire incluse (SCI). La SCE ne mesure que la réflexion diffuse et donne des informations sur les couleurs observées. La SCI prend en compte la réflexion spéculaire et diffuse, elle s’affranchit de l’état de surface9. Les données recueillies s’inscrivent dans le référentiel CIE L*a*b* où L* est la clarté, a* l’évolution du vert au rouge et b* l’évolution du bleu au jaune.

17Les mesures prises à l’aide du spectrophotomètre confirment les observations effectuées à l’œil nu. Le Plexigum PQ611 est la résine qui présente le moins de changement après vieillissement, viennent ensuite le Paraloïd B67 puis la Hxtal Nyl-1©.

Fig.6. Graphique des analyses de spectrocolorimétrie en SCE

Fig.6. Graphique des analyses de spectrocolorimétrie en SCE

Les boules représentent les résines analysées. Plus la boule est haute sur le graphique plus la résine est jaune. Plus elle est proche du « Target » (blanc standard) plus elle est blanche. Plus les boules représentant les résines à T0 et T260 sont proches, moins le vieillissement artificiel n’a d’impact visuel.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier

18Afin d’apercevoir les éventuels changements chimiques liés au vieillissement artificiel, une analyse par rayonnement infrarouge à transformée de Fourier est réalisée. Des prélèvements sur les éprouvettes non vieillies et vieillies sont effectués. Le matériel utilisé est un spectromètre de marque ParkinEimer Spectrum 400. L’analyse est effectuée en réflexion totale atténuée (ATR). Le domaine spectral est 4000-650 cm-1. Afin d’être plus précis, les mesures sont effectuées à 64 scans. Un nouveau background est réalisé entre chaque résine testée. Au vu des spectres obtenus, il est possible d’affirmer qu’au regard des conditions de vieillissement artificiel choisies les résines ne se sont pas significativement dégradées chimiquement. Toutes les résines présentent des spectres quasiment identiques, vieillies ou non. Aucun changement en termes de liaison moléculaire n’est remarqué. Il est possible d’imaginer qu’un cycle de vieillissement incluant un apport d’humidité et de lumière plus intensive donnerait des résultats plus significatifs. La résine polyester Sody 33 est la seule à présenter des changements entre les spectres non vieillis et vieillis. Elle est employée ici pour représenter le comportement face à ce protocole de vieillissement d’une résine polyester insaturé orthophtalique styrénée (même type que la résine de l’objet d’étude).

Spectroscopie Raman

19La spectroscopie Raman est une méthode d’analyse complémentaire de la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier. Les deux techniques s’intéressent aux changements énergétiques et vibrationnels qui s’effectuent lors de l’irradiation d’une molécule.

20Les résines Sody 33, Hxtal Nyl-1©, Paraloïd B67 et Plexigum PQ611 sont analysées en spectroscopie Raman dispersif. Le matériel employé est un microscope équipé d’un polariseur, un laser à 785nm couplé au microscope, un spectrophotomètre qui comprend une source, un analyseur et un détecteur standard 1 pouce Renishaw 1024 CCD caméra. Les résines sont analysées et ces données sont utilisées afin de comparer les spectres de chaque résine. Elles servent aussi de référence lors de la réalisation de l’imagerie Raman. Ce sont ces spectres de référence que l’on entre dans le logiciel pour réaliser la cartographie. Un échantillon de l’objet d’étude est lui aussi analysé en spectroscopie Raman. Après avoir été inclus dans une résine de type époxy (Araldite 2020), l’échantillon est placé sur le plateau du microscope. Chaque point est configuré en mode étendu et statique afin de mettre en évidence la région entre 1000 et 1700 cm-1 (où pourraient se trouver des informations sur le pigment/colorant), mais aussi pour limiter les spectres générés et le temps d’analyse. Plusieurs points de l’échantillon sont testés notamment pour voir si le top-coat (couche de surface) et le gel-coat (couche sous le top-coat) teinté sont de même nature, mais aussi pour voir si, selon les zones analysées, les informations recueillies diffèrent ou se complètent. Tous les spectres obtenus sont sensiblement les mêmes. Cette observation appuie l’hypothèse selon laquelle le top-coat et la couche de gel-coat teinté sont de même nature, à savoir des résines polyester orthophtaliques styrénées.

Imagerie Raman

21La technique de l’imagerie Raman permet d’associer un spectre Raman à un pixel. Une zone à analyser est définie sur un échantillon. Dans cette zone, le spectrophotomètre recueille autant de spectres Raman que de pixels présents. À chaque pixel correspond un spectre et une acquisition. L’imagerie Raman modélise les variations d’intensité de bandes des spectres. En associant des couleurs à ces variations d’intensité, la technique analytique donne des cartographies de zones en fonction de leurs spectres Raman.

22Une cartographie par imagerie Raman des éprouvettes vieillies est réalisée dans le but de définir si des interactions chimiques ont lieu entre les différentes résines.

23Les analyses en imagerie Raman ont toutes été faites avec un grossissement de l’éprouvette x200 (objectif 20) avec un temps d’exposition de 10 secondes et une puissance de laser de 100%. Après mesure de l’intensité du laser utilisé, le laser à 100% correspond à un rayonnement d’environ 45mW ± 2. Les éprouvettes ont préalablement été coupées au fil diamanté afin d’atteindre le cœur de l’éprouvette. Lorsque l’analyse est faite, il faut traiter les données. Les premiers traitements ont consisté à utiliser un filtre pour réduire le bruit. Les raies cosmiques qui parasitaient les spectres ont elles aussi été retirées avant d’uniformiser la ligne de base. Après plusieurs essais, il s’est avéré que les éléments de comparaison les plus parlants pour la mise en forme d’une cartographie sont :

  • La comparaison avec un spectre correspondant aux deux résines de l’éprouvette

  • L’isolation d’une bande caractéristique d’une résine

  • L’isolation d’une bande caractéristique de l’autre résine

  • Le PCA (Principal Component Amount) : un procédé du logiciel qui consiste à sélectionner 10 composés caractéristiques, à les isoler et à en faire la cartographie sur l’éprouvette.

Fig. 7. Exemples d’imagerie Raman

Fig. 7. Exemples d’imagerie Raman

À gauche, une cartographie PCA de la Hxtal Nyl-1® et de la Sody 33. À droite, une cartographie en isolant une bande caractéristique de la Sody 33 sur un échantillon Paraloïd B67/Sody 33.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Résultats

24La Hxtal Nyl-1© bien que connue pour son utilisation dans la restauration de verre présente un jaunissement important après son passage dans la cellule de vieillissement accéléré. Ce jaunissement n’est pas acceptable dans le cadre d’un comblement esthétique. L’analyse IRTF montre des spectres inchangés après vieillissement ce qui indique qu’il n’y a pas eu de changements chimiques notoires. Ceci est soutenu par l’imagerie Raman.

25Le Paraloïd B67 est réputé moins stable que le B72, mais il présente lui aussi des additifs et des stabilisants. Développé dans le cadre de la restauration d’œuvres d’art il est connu pour sa résistance aux rayonnements UV. Or, après vieillissement, des nuages blanchâtres sont observés. Ils représentent une gêne importante qui pourrait nuire à l’aspect esthétique homogène que requiert un comblement esthétique de surface. L’analyse IRTF montre des spectres inchangés après vieillissement. Cependant, l’imagerie Raman montre des cartographies similaires pour chaque outil sélectionné et qui indiquent la présence de Paraloïd B67 dans ou sur la Sody 33. Ce phénomène pourrait être expliqué par un échange chimique entre les deux substrats ou par une mauvaise manipulation lors de la coupe au fil diamanté.

26Le Plexigum PQ611 a été développé pour la conservation-restauration d’œuvres en extérieur. De ce fait, la résine présente des agents anti-UV ainsi que des stabilisants. Après vieillissement artificiel, le Plexigum PQ611 présente quelques zones légèrement blanchâtres. Cela rappelle les nuages blancs observés sur le Paraloïd B67. Une suggestion de réponse à cette observation pourrait se trouver dans la nature chimique que les deux résines partagent : l’isobutylmethacrylate. L’analyse IRTF ne montre aucun changement chimique et l’imagerie Raman des nettes démarcations entre le Plexigum PQ611 et la Sody 33.

27Au vu du protocole de test mis en œuvre et de l’expérimentation pratique des matériaux de restauration, l’usage de Plexigum PQ611 dilué à 30% dans du toluène semble être un compromis envisageable pour le comblement des lacunes sur les œuvres et objets d’art en GRP conservé en ambiance muséal.

Fig. 8 Tableau récapitulatif des résultats

Fig. 8 Tableau récapitulatif des résultats

Le tableau ci-dessus résume les résultats des différentes analyses effectuées.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Essais de consolidations

28Les zones présentant des déplacages nécessitent une consolidation afin de permettre une nouvelle adhésion entre les strates déplaquées. En revanche, les cassures sur toute la stratigraphie requièrent un maintien plus important. Un renfort est donc appliqué sur le côté non visible de la stratification. La méthode de dégazage de la résine époxy choisie est le chauffage, car elle est celle qui a montré le plus de succès durant la phase de test.

  • 10 WAENTIG, F, Plastics in art, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2008, p. 268. BECHTHOLD, T., « Houst (...)

29Les résines sont appliquées à l’aide d’une spatule métallique sur des patchs en fibres de verre au niveau des cassures. Elles sont ensuite remises en place et maintenues à l’aide de serre-joints. Du papier silicone est placé entre les serre-joints et la plaque de polyester stratifié afin de prévenir les débordements de résine. Dans de nombreux cas de consolidation et de comblement d’objets en polyester stratifié les résines époxy sont employées. Leur cohésion et leur force d’adhésion semblent les rendre les plus appropriées pour ces interventions10.

30Nous souhaitons un traitement permettant de rétablir l’adhésion et la cohésion entre les strates de gel-coat et de résine polyester insaturé renforcée de fibres. Les consolidations sont structurelles et tiennent un rôle dans la stabilité formelle de l’objet. Les consolidations à l’aide d’acrylique ont cédé plus facilement que celles réalisées à l’époxy. Il a donc été décidé de réaliser les interventions de consolidation à l’aide de la Hxtal Nyl-1©. Bien que cet adhésif soit irréversible, la fiabilité du joint de consolidation a primé dans la prise de décision.

Fig. 9. En cours d’intervention : mise en place des consolidations structurelles

Fig. 9. En cours d’intervention : mise en place des consolidations structurelles

Les consolidations sont appliquées à l’arrière de l’objet, côté fibres.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Essais de comblement

31Un comblement traditionnel à l’aide de résine teintée dans la masse est testé. Pour teinter les résines, l’utilisation de pigments est préférée. Les pigments semblent appropriés pour obtenir un rendu opaque et une couleur franche. Les colorants auraient pu être envisagés, mais leur principal intérêt se manifeste dans le cadre de comblements translucides ou qui comportent des jeux de lumière ce qui n’est pas le cas ici. De plus, des coulées de résines de comblement teintées au pigment ont été réalisées et le rendu obtenu avec des pigments préalablement broyés est plus satisfaisant. Les plaques tirées pour reproduire les différentes brillances de l’objet sont détériorées afin d’imiter les altérations présentes sur l’objet. C’est sur ces plaques que des tests de comblement seront réalisés. Les résines sont mélangées à des pigments puis appliquées. Après plusieurs essais de couleurs et d’applications, la technique choisie est un comblement teinté dans la masse appliqué en goutte dans la zone à combler. Le comblement est appliqué à l’aiguille près des bords afin de ne pas dépasser sur l’original. Une fois la résine séchée, des retouches sont effectuées si nécessaire. Après un minimum de deux heures de séchage, l’aspect de surface est travaillé à l’aide d’outils en silicone. La résine Hxtal Nyl-1© est directement mise de côté après avoir procédé aux tests de comblement. Bien que le rendu esthétique au niveau de la brillance soit très intéressant, elle n’offre pas la possibilité d’être retravaillée après séchage ce qui ne permet pas de sécuriser l’intervention. De plus, lorsque la répartition de la résine dans la zone à combler n’est pas homogène il est difficile de la retravailler.

32Les deux résines acryliques offrent un bon rendu. D’un point de vue pratique, les deux résines sont adaptées. Cependant, nous avons vu précédemment que le Plexigum PQ 611 était plus stable au vieillissement artificiel que le Paraloïd B67. C’est pourquoi notre choix se tourne vers l’application de comblements teintés dans la masse réalisés avec du Plexigum PQ 611 dilué à 30% dans du toluène.

Fig. 10. Exemple de comblement de lacunes

Fig. 10. Exemple de comblement de lacunes

Comblement en cours de réalisation.

Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.

Conclusion

33Le contexte de création de l’objet a influencé son état de conservation (traces d’usures liées à sa fonction). Les options de conservation ont été retenues notamment suite aux entretiens passés avec l’ancien collectionneur Philippe Decelle et l’attaché de conservation du musée, Joris Thomas. Fondées sur la revue de la littérature déjà existante, des recherches technico-scientifiques ont été réalisées pour répondre aux objectifs fixés: la réalisation de comblements teintés dans la masse respectueux de la stratigraphie de l’objet et adaptable à des cas d’œuvres ou objets d’art en polyester stratifié conservés en intérieur. La solution qui nous a semblé la plus adaptée à notre problématique est un comblement teinté dans la masse réalisé à l’aide de pigments et de Plexigum PQ 611 dilué à 30% dans du toluène. L’application est réalisée à l’aide d’instruments métalliques tandis que l’aspect de surface est travaillé à l’aide de pinceaux et de papier siliconés. Le rendu obtenu étant satisfaisant, cette proposition pourrait être adaptée à des cas d'études similaires. Afin d’approfondir cette étude, il serait judicieux de continuer les recherches afin de proposer un autre solvant pour mettre les résines en solution. De plus, l’étude des colorants et des pigments pourrait apporter une plus-value et permettre la mise en place de comblements dont le comportement dans le temps serait mieux prévisible.

BECHTHOLD, T., «Houston – we have a problem : when flying saucers become brittle, dans Plastics : Looking at the Future and Learning from the Past », dans Papers from the Conference held at the Victoria and Albert Museum, May 2007, London, Edited by Brenda Keneghan and Louise Egan, 2008, p.28-35.

BEERKENS, L. ; BREDER, F., « Temporary Art ? The Production and Conservation of Outdoor Sculptures in Fiberglass-Reinforced Polyester », dans Conservation of Public Art, Los Angeles, The GCI Newsletter, 2012, P.13-15.

BOLLARD, C., « Les solvants comme agents de nettoyage des matières plastiques, de la théorie à la pratique, vers la constitution d’un outil d’aide à leur sélection », dans Art aujourd’hui patrimoine de demain, Conservation et restauration des œuvres contemporaines, 13ème journées d’études de la Section Française de l’Institut International de Conservation, Paris, Institut National du Patrimoine, juin 2009, p.341.

BOLLARD, C. ; KUPERHOLC, S. ; BALCAR, N. ; BARABANT, G., « Effects of cleaning gel systems on plastics. A preliminary study on plasticized poly(vinyl chloride) » dans Future Talks « Lectures and Workshops on Technology and Conservation of Modern Materials in Design », Munich, Die Neue Sammlung, The International Design Museum, Octobre 2011, p.118-127.

COMPERE, A., « Le polyméthacrylate de méthyle, problématique de l’assemblage par collage des objets et œuvres d’art contemporain en PMMA, Cas pratique : « Structure optique A » (1969) de Martha Boto », Mémoire de fin d’études sous la direction de C. Totelin, Liège, École Supérieure des Arts Saint-Luc, 2012.

DECELLE, P., L’utopie du tout plastique, Bruxelles, Fondation pour l’Architecture, 1994.

FELLER, R., L., Accelerated Ageing : photochemical and thermal aspects, Los Angeles, The Getty Conservation Institute, 1994.

JANNEL, J.-C., « Polyesters insaturés UP », dans Matériaux | Plastiques et Composites, AM3445 V1, Paris Techniques de l’Ingénieur, 2004.

KESSLER, K. ; VAN OOSTEN, TH. ; VAN KEULEN, H., « The AXA Art Conservation Project in Cooperation with the Vitra Design Museum : Research into Glass-fibre Reinforced Polyester », dans Studies in Conservation [en ligne], mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 13 janvier 2017, disponible via le lien http ://dx.doi.org/10.1179/sic.2004.49.s2.019.

LAGANA, A. ; VAN OOSTEN, TH., « Back to transparency, back to life : research into the restoration of broken transparent unsaturated polyester and poly(methylmetacrylate) works of art », dans Preprints of the 16th triennal conference of the ICOM Comittee for Conservation, Paris, International Council of Museums, Lisbon, September 2011, p.1009.

RICHAUD, E., VERDU, J., « Vieillissement chimique des polymères – Cinétique de dégradation » dans Matériaux |Plastiques et Composites, AM3152, Paris, Techniques de l’Ingénieur, 2011.

SQUOQUART, S., « La conservation-restauration des photographies couleurs montées par la face sur PMMA », dans CeROArt [en ligne], mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 avril 2017, disponible via le lien http://ceroart.revues.org/​2700.

SHASHOUA, Y., Conservation of Plastics : materials science, degradation and preservation, Oxford, Butteworth-Einemann, 2008.

VAN OOSTEN, TH. ; VAN KEULEN, H. ; KUPERHOLC, S. ; et al., « Between make-up ans make over : protective layers on modern and contemporary plastic objects », dans Preprints of the 13th triennal conference of the ICOM Comittee for Conservation, Paris, International Council of Museums, New Delhi, September 2008, p.505-514.

VERDU, J., Vieillissement des plastiques, Paris – La Défense, Association Française de Normalisation (AFNOR Technique), 1984.

WAENTIG, F, Plastics in art, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2008.

Top of page

Notes

1 SHASHOUA, Y. ; SEGEL, K. ; VAN OOSTEN, T. ; et al., « Wiping away the dirt – a safe option for plastics ? », dans Preprints of the 16th triennal conference of the ICOM Comittee for Conservation, Lisbon, 19-23 Septembre 2011; Preservation of Plastics Artefacts in Museum Collections, Paris, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2012; BOLLARD, C., « Les solvants comme agents de nettoyage des matières plastiques », Mémoire de Master 2 CRBC sous la direction de B. PERDU, B. LAVEDRINE, Paris, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2007, p.123; BOLLARD, C. ; KUPERHOLC, S. ; BALCAR, N. ; BARABANT, G., « Effects of cleaning gel systems on plastics. A preliminary study on plasticized poly(vinyl chloride) » dans Future Talks « Lectures and Workshops on Technology and Conservation of Modern Materials in Design », Munich, Die Neue Sammlung, The International Design Museum, 26-28 Octobre 2011, p.118-127;

FENN, J.; SCOTT WILLIAMS, R., « Caring for plastics ans rubbers » sur le site du gouvernement du Canada, mis en ligne le 5 décembre 2016, consulté le 8 décembre 2016, http://canada.pch.gc.ca/eng/1468959271356/;

TISCHER, M. ; DEMETER, J., « Reversible airbrush retouching on faded glass fibre reinforced plastic objects », dans Future Talks « Lectures and Workshops on Technology and Conservation of Modern Materials in Design », Munich, Die Neue Sammlung, The International Design Museum, 23-25 Octobre 2013, p.29-36.

2 SQUOQUART, S., « La conservation-restauration des photographies couleurs montées par la face sur

PMMA », dans CeROArt [en ligne], mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 avril 2017,

http://ceroart.revues.org/2700.

3 Cette identification a été faite par Laurent Labat, restaurateur de métal.

4 Le benzotriazole est un inhibiteur de corrosion.

5 Cf. fiche technique du produit.

6 Q-Lab, TECHNICAL BULLETIN LX-5060, A choice of filters for Q-Sun Xenon Test Chambers.

7 Q-Lab, TECHNICAL BULLETIN LU-8054, Spectral Power Distribution for Noon Summer Sunlight.

8 C’est le cas dans les protocoles de vieillissement menés par Clémentine Bollard, Anna Lagana et Thea Van

Oosten ainsi que Henk Van Keulen et Sara Kuperholc.

BOLLARD, C. ; KUPERHOLC, S. ; BALCAR, N. ; BARABANT, G., « Effects of cleaning gel systems on plastics. A preliminary study on plasticized poly(vinyl chloride) » dans Future Talks « Lectures and Workshops on Technology and Conservation of Modern Materials in Design », Munich, Die Neue Sammlung, The International Design Museum, 26-28 Octobre 2011, p.118-127.

LAGANA, A. ; VAN OOSTEN, T., « Back to transparency, back to life : research into the restoration of broken

transparent unsaturated polyester and poly(methylmetacrylate) works of art », dans Preprints of the 16th triennal

conference of the ICOM Comittee for Conservation, Paris, International Council of Museums, Lisbon, 19-23

September 2011, p.1009.

VAN OOSTEN, T. ; VAN KEULEN, H. ; KUPERHOLC, S. ; et al., « Between make-up and make over : protective layers on modern and contemporary plastic objects », dans Preprints of the 13th triennal conference of the ICOM Comittee for Conservation, Paris, International Council of Museums, New Delhi, 22-26 September 2008, p.505-514.

9 Cf. Site du fabricant du spectrophotomètre www.konicaminolta.eu.

10 WAENTIG, F, Plastics in art, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2008, p. 268. BECHTHOLD, T., « Houston – we have a problem : when flying saucers become brittle », dans Plastics : Looking at the Future and Learning from the Past », Papers from the Conference held at the Victoria and Albert Museum, 23-25 May 2007, London, Edited by Brenda Keneghan and Louise Egan, 2008, p.28-35.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Photographie de l’objet d’étude
Caption Présentoir à vêtements, 1973, polyester stratifié moulé, Valérie Doubroucinskis, produit par Intexal pour Rodier, 176,5m x 105 cm x 44,5 cm, Art & Design Atomium Museum de Bruxelles, Belgique.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-1.jpg
File image/jpeg, 796k
Title Fig. 2. Nettoyage de l’intérieur
Caption La photographie permet de visualiser la crasse à l’intérieur de l’objet. À gauche, l’intérieur avant nettoyage. À droite, l’intérieur après nettoyage.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 3. Tests de nettoyage chimique
Caption Les différentes zones encadrées correspondent à des solvants employés.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 4. Tableau des critères
Caption Les critères ci-dessus ont permis d’orienter la sélection d’un produit de restauration.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig.5. Photographies d’une éprouvette de Paraloïd B67 vieillis
Caption L’éprouvette d’acrylate comporte des taches blanches.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-5.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Fig.6. Graphique des analyses de spectrocolorimétrie en SCE
Caption Les boules représentent les résines analysées. Plus la boule est haute sur le graphique plus la résine est jaune. Plus elle est proche du « Target » (blanc standard) plus elle est blanche. Plus les boules représentant les résines à T0 et T260 sont proches, moins le vieillissement artificiel n’a d’impact visuel.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-6.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig. 7. Exemples d’imagerie Raman
Caption À gauche, une cartographie PCA de la Hxtal Nyl-1® et de la Sody 33. À droite, une cartographie en isolant une bande caractéristique de la Sody 33 sur un échantillon Paraloïd B67/Sody 33.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-7.jpg
File image/jpeg, 504k
Title Fig. 8 Tableau récapitulatif des résultats
Caption Le tableau ci-dessus résume les résultats des différentes analyses effectuées.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-8.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 9. En cours d’intervention : mise en place des consolidations structurelles
Caption Les consolidations sont appliquées à l’arrière de l’objet, côté fibres.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 10. Exemple de comblement de lacunes
Caption Comblement en cours de réalisation.
Credits Crédit photographique: Isabelle Cuoco ©.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5314/img-10.jpg
File image/jpeg, 2.0M
Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Cuoco, « Une alternative réversible pour le comblement des lacunes des œuvres et objets d’art en polyester stratifié », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 28 May 2018, connection on 20 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5314

Top of page

About the author

Isabelle Cuoco

Isabelle Cuoco est restauratrice d’œuvres d’art diplômée de l’ÉSA Saint-Luc de Liège. Elle se spécialise dans la conservation-restauration des matières plastiques et a effectué des stages auprès d’Aurélie Compère (Nicolas Lemmens Studio) et Alain Colombini (CICRP de Marseille). Pour compléter sa formation en restauration de mobilier, elle a intégré l’INP. Son stage au Musée de l’Air et de l’Espace l'a amenée à traiter les matières plastiques employées sur le prototype Concorde 001. Isabelle.cuoco@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals