Skip to navigation – Site map
Dossier

Etude et restauration d'un relief en plâtre pour un des pilastres de la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin, musée Rodin

Recherche de traitements adaptés à la restauration d'une œuvre contenant des sels.
Juliette Robin Dupire

Abstracts

The historical and technical studies of the relief allowed to replace that original cast in a larger context of creation of Rodin's Gate of Hell. Research was necessary to understand alterations such as blistering, lifting and deformation of the first layer of plaster. Treatments had to be adapted to the damaged plaster. The particularities related to the fragility and the minimal use of water that was required, had requested specific treatments for the structural reassembling, surface consolidation and cleaning methods.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 L’exposition « L’Enfer selon Rodin » s’est déroulée au musée Rodin, à Paris, du 18 octobre 2016 au (...)
  • 2 Cette commande semble avoir été initiée par Edmond Turquet, sous-secrétaire d'Etat aux Beaux-Arts, (...)

1Un important travail de recherche lié à la Porte de l’Enfer a été effectué ces dernières années au musée Rodin, aboutissant à une exposition temporaire1 et à une publication. S’inscrivant à la fin de ces recherches, nous avons étudié et restauré un relief en plâtre, considéré comme une épreuve originale, modèle pour la réalisation d’un des pilastres de la Porte de l’Enfer (Fig.1). Cette œuvre monumentale, dont le thème évoque la Divine Comédie de Dante, célèbre poème italien du Trecento, est la première commande publique que Rodin reçoit. En effet la direction des Beaux-Arts de Paris le charge2, dès 1880, de concevoir une porte destinée au futur musée des Arts décoratifs. Bien que le projet d’édification du musée soit rapidement abandonné, Rodin travaille à son œuvre monumentale jusqu’à la fin de sa vie, en 1917. La porte mesure plusieurs mètres de hauteur et elle est composée d’un bâti en bois sur lequel sont accrochés des reliefs et des figures en plâtre. Ces derniers sont obtenus par moulage et réalisés par des mouleurs engagés par Rodin, à partir de ses modelages en terre. Rodin peut alors conserver les épreuves en plâtre qui lui conviennent, mais aussi les modifier par découpe, collage ou ajout de terre ou de pâte à modeler. C’est dans ce contexte de création très vaste et d’une grande richesse, que se place le relief étudié.

Fig. 1 Vue générale du relief avant restauration

Fig. 1 Vue générale du relief avant restauration

Le relief représente trois couples de personnages, dont une figure de Centaure en centre. L’état de conservation ne permet pas une bonne lisibilité de l’œuvre. Elle présente de nombreuses altérations de la structure et de la surface.

Crédit: © INP/ E. Itié

Etude

Le relief

2Le relief mesure environ 160 cm de hauteur et un peu moins de 50 cm de largeur. Il représente trois couples de personnages disposés les uns au-dessus des autres dans un format vertical, aux reliefs variant du méplat au haut-relief (Fig.2).

Fig.2 Vue de la partie haute du relief avant restauration

Fig.2 Vue de la partie haute du relief avant restauration

La partie haute est la mieux conservée. Un empoussièrement ainsi que des altérations structurelles sont notables, mais les figures sont compréhensibles. La partie médiane et la partie basse sont les plus altérées. Elles comportent notamment des cassures, de nombreux soulèvements, des pertes de petits fragments de la surface, des pertes totales d’épiderme, des zones pulvérulentes, ainsi qu’un fort encrassement noir, particulièrement visible sur la partie basse.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

  • 3 Plâtre d'alerte : première couche de plâtre coloré que l'on étend sur un modèle en terre crue, moul (...)
  • 4 Décochage : action de décocher le moule, soit de le casser afin d’en dégager l’épreuve en plâtre. L (...)
  • 5 Couture : excédent de matériau qui subsiste sous forme de bourrelet sur la surface externe d'un mou (...)
  • 6 Moule à creux perdu : moule qui ne peut servir qu’une fois à reproduire un modèle original […]. Les (...)
  • 7 Afin que le moule puisse être utilisé, le modèle original en terre sur lequel il a été mis en œuvre (...)

3Notons la présence d’un Centaure parmi les figures masculines et féminines enlacées. Deux moulures verticales encadrent les figures sculptées. Ces figures représentent les « Luxurieux », évoqués dans le Deuxième Cercle de l’Enfer de la Divine Comédie. Le relief a très certainement servi de modèle à la réalisation de celui qui a été monté sur le bâti, visible sur les premières photographies de la Porte réalisées en 1887, et dont les compositions et les modelés sont très proches. De par ses caractéristiques techniques telles que la présence de plâtre d’alerte3, de quelques traces de décochage4 et l’absence de coutures5, le relief étudié se révèle être une épreuve originale issue d’un moule à creux perdu6. Il se place comme une épreuve antérieure au relief monté sur la Porte car il s’inscrit au début de la création, au plus proche de l’œuvre en terre modelée par Rodin, détruite lors du processus de mise en œuvre7.

Description technique de l’œuvre

Modelage

  • 8 Montage à la boulette : technique de modelage par adjonction de portions de terre, prélevées du pai (...)

4L’œuvre étudiée a été moulée à partir à partir d’un modèle en terre. Le modelage a été monté à la boulette8 puis retravaillé à l’outil. Certains petits reliefs conservent encore les empreintes de doigts laissées dans la terre. Le modelage a été façonné sur une planche de bois, comme en témoigne l’empreinte de fibres visibles sur le fond du relief en plâtre.

  • 9 Abattis : parties saillantes d'un modèle en terre qui, du fait de leur forme ou de leur position, d (...)

5Certaines parties de l'œuvre peuvent avoir été délicates à mouler par leurs volumes saillants. Ces volumes ont donc été découpés en abattis9, pour prévenir les risques de casse de ces zones fragiles lors du moulage et du décochage. C’est le cas de la jambe de la femme en partie haute, d’une partie du bras senestre et du bras dextre de la femme agenouillée en partie basse.

Moulage à creux perdu 

6Le relief étudié présente différents éléments caractéristiques d’un tirage à creux perdu. En effet, outre la grande acuité de certains détails, témoin de la proximité de l’épreuve avec le moule en plâtre et le modèle en terre, des résidus de plâtre d’alerte de couleur rose sont présents dans certaines cavités. Autre indice, le relief ne comporte pas de couture. Enfin, quelques coups de ciseaux sont visibles : il s’agit de traces de décochage, portées accidentellement lors du dégagement de l’épreuve et du retrait du moule. Ce procédé de moulage implique en effet la destruction du moule et du modèle en terre, laissant l'épreuve en plâtre comme seul témoin de l'œuvre d'origine.

Tirage en plâtre

  • 10 Sulfate de calcium hémihydrate de formule CaSO4· ½ H2O avant gâchage. Après gâchage et mise en œuvr (...)

7Le relief est fait de plusieurs coulées de plâtre10 dans le moule. La première, dite coulée d’impression, est très fine. Son épaisseur est d’environ 1 mm. Des coulées successives de remplissage sont faites, elles aussi sont très fines dans les fonds, de quelques millimètres d’épaisseur seulement, jusqu’à une dizaine de centimètres d’épaisseur pour les formes les plus saillantes. Associée au format allongé, cette différence d’épaisseur, et donc de répartition des charges, participe à la fragilité de l’œuvre.

8Afin de renforcer le matériau et l’œuvre, les mouleurs ont disposé des fibres végétales, appelées « filasse », entre les coulées de remplissage, principalement dans la partie médiane du relief. Les observations des fibres sous microscope laissent supposer l’emploi de fibres de chanvre ou de lin, couramment utilisées à cette période.

9Des analyses du plâtre ont été réalisées par le LRMH, en MEB/EDS et DRX, afin de mieux connaître le plâtre utilisé par les mouleurs de Rodin, mais aussi en raison des altérations et de la présence de sels, que nous détaillerons ultérieurement. Ces analyses ont permis de voir qu’il s’agit d’un plâtre de bonne qualité, présentant très peu d’impuretés telles que quelques particules de quartz et de calcite, provenant certainement des pierres à plâtre. Ceci concorde avec les factures de matériel des mouleurs de Rodin, qui font état d’achats de plâtre dit « fin » ou « surfin ».

Mise en place d’armatures

  • 11 Quelques œuvres des collections présentent des armatures métalliques mais il s'agit d'opérations de (...)
  • 12 Boisage : élément de renfort en bois, utilisé pour consolider les épreuves en ronde bosse de grande (...)
  • 13 Le procédé Sorel, pour durcir le plâtre, consiste à gâcher du plâtre avec une solution de sulfate d (...)

10Deux barres en alliage ferreux de même longueur que le relief ont été collées avec du plâtre et de la filasse sur le revers de l’épreuve. La présence de ces barres métalliques pose question. Quand ont-elle été disposées et dans quel but ? En effet, il est étonnant de voir des armatures métalliques utilisées pour la consolidation d’épreuves en plâtre du vivant de Rodin, puisque sans exception11, tous les renforts utilisés habituellement étaient des boisages12. Les barres métalliques utilisées ici ne sont pas adaptées : elles ont une résistance bien trop élevée pour le matériau et pour la fine épaisseur du relief. De plus, la corrosion d’éléments métalliques avec le plâtre est un phénomène déjà bien connu à cette période13. Ces éléments laissent penser que les armatures ont été rapportées ultérieurement lors d’une intervention de réparation, bien après la mise en œuvre du relief. Cependant, elles sont fixées avec du plâtre et de la filasse qui présentent des aspects similaires, observés lors des analyses, à ceux des matériaux originaux. De plus, aucune couche de poussière ou de salissure n’est présente entre le plâtre de l’épreuve et celui servant au collage des barres. Elles semblent donc avoir été mises en place très rapidement après le tirage de l’épreuve.

11Il n’est donc pas possible de déterminer précisément la date de pose des armatures, mais seulement d’en supposer la raison. Elles ont très certainement servi à renforcer le relief en vue de l’opération de surmoulage, détaillées ci-dessous.

Réutilisations du relief

  • 14 Contre-dépouilles : parties d’une forme sculptée qui présentent des zones d’accroche avec le moule (...)

12Le relief a été surmoulé, très certainement afin de produire de nouvelles épreuves ou de nouveaux modelages en terre, obtenus par estampage, pouvant ensuite être retravaillés et modifiés, tout en gardant l’épreuve originale en plâtre intacte. Des résidus d’agent de démoulage, très certainement du savon, ont été observés à la surface, ainsi que des petites stries ou griffures, destinées à préparer la surface à mouler. Deux zones ont reçu du plâtre de « beurrage », qui sert à boucher des cavités pouvant présenter des contre-dépouilles14. Quelques fragments de plâtre blanc sont présents et ne semblent pas provenir du relief, mais plutôt du moule mis en œuvre sur celui-ci. Nous avons pu comparer le relief et observer l’étroite correspondance avec un moule à bon creux conservé dans les collections du musée. La technique de fabrication du moule et sa facture attestent de son ancienneté. Deux incisions visibles sur le relief étudié correspondent exactement à des plans de raccords de pièces du moule à bon creux. Les résidus d’agent de démoulage ainsi que les stries sur la surface sont également observables. Ce moule a donc très certainement été mis en œuvre sur le relief et a pu servir à la réalisation de nouvelles épreuves et versions du relief.

Constat d’état

13L’œuvre a très certainement été gardée par Rodin dans son atelier, puis déménagée à Meudon à la mort de l’artiste. Elle figure en effet sur le registre réalisé par Paul Cruet dans les années 1936-1937, qui inventorie toutes les œuvres présentes à Meudon. Le relief semble avoir été conservé en réserves depuis le réaménagement de celles-ci dans les années 1990. Son état de dégradation avancé et son instabilité ne permettaient pas de le manipuler aisément ni de l’exposer. De plus, la lecture des reliefs et des figures était fortement altérée, puisque seuls la partie haute et le premier couple étaient bien visibles et identifiables. (Fig.3).

Fig.3 État de dégradation de la partie médiane

Fig.3 État de dégradation de la partie médiane

Le fragment est déplacé, mais partiellement maintenu grâce aux fibres de filasse. Nous pouvons observer diverses altérations. Notons un encrassement prononcé sur les parties saillantes.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

Altérations structurelles 

14Le relief était cassé en plusieurs fragments, dont certains, encore attachés par endroits grâce aux fibres de filasse, étaient déplacés. Deux fragments de petites dimensions étaient entièrement mobiles. Certains ont été perdus et constituent des manques. Un réseau de fentes et de fissures jalonnait le relief. Les barres métalliques étaient très fortement oxydées et presque entièrement désolidarisées du plâtre.

15Des cassures plus anciennes avaient déjà été réparées par collage avec du plâtre comportant aussi de la filasse, notamment en partie haute et en partie basse. Ce plâtre de réparation, à la texture différente de celle du plâtre d’origine, a été appliqué rapidement au revers. Quelques gouttes débordaient sur les plans de cassures fortement encrassés, témoignant d’une altération antérieure.

Altérations de la première couche de plâtre

16Le plâtre présentait des pertes de matière de la première couche de plâtre, des fragments déplaqués, des soulèvements et des déformations, des zones pulvérulentes, des fissurations ainsi que des piqûres (Fig.4), principalement concentrés en partie basse et dans la partie médiane.

Fig. 4 Détails des altérations spécifiques de la première couche de plâtre

Fig. 4 Détails des altérations spécifiques de la première couche de plâtre

Nous pouvons observer des soulèvements importants, présentant des ouvertures de plusieurs millimètres, ainsi que des zones pulvérulentes, qui apparaissent très blanches, ou encore de nombreux petits fragments déplaqués de la surface.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

17Toutes ces altérations semblaient résulter de cycles répétés d’humidification et de dessiccation provoquant la cristallisation et la déliquescence des sels présents dans le plâtre. Les altérations se manifestant par des soulèvements et des déformations étaient particulièrement spectaculaires et inquiétantes, d’un à six millimètres d’ouverture.

Altérations de la surface

18La partie basse était couverte d’une couche de salissure noire très sombre qui gênait la bonne compréhension des reliefs (Fig.5). Un voile gris couvrait presque l’intégralité du relief et quelques dépôts de poussières dans les cavités se décelaient. Le relief comporte également quelques traces de chocs et des griffures.

Fig. 5 Vue de la partie basse

Fig. 5 Vue de la partie basse

Il s’agit de la partie la plus altérée par les sels. L’encrassement noir est très prononcé sur un fragment anciennement cassé et réparé à l’aide de plâtre. Cet état de surface présente des problématiques spécifiques de nettoyage.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

Diagnostic

19Toutes ces altérations semblent majoritairement liées à l'histoire matérielle de l'œuvre, ses usages, ses conditions de stockage et de conservation, avant sa mise en réserve. La nature des matériaux et leur mise en œuvre peuvent participer à l'accentuation de certaines altérations.

20Les altérations de la première couche semblent vraisemblablement causées par la présence de sels au sein du substrat, associée aux variations d'humidité, aux conditions climatiques de conservation et aux apports d'eau tels que des fuites, des ruissellements ou encore des remontées capillaires. Différents états de dégradation se décèlent, depuis les prémices de subflorescences révélées par les piquetages, jusqu'aux déplaquages de portions entières de la couche d'impression, aboutissant à des pertes de matière. Pour traiter et conserver le relief, il était important de connaître les sels en présence. Aucune efflorescence n’étant visible, il n’était pas possible de procéder à une identification par le faciès. Des analyses ont été effectuées au sein de l’INP par bandelettes-tests MQuant™, au LRMH par diffraction des rayons X et MEB-EDS et par dosage des ions réalisé par la société ERM. Elles ont révélé la présence de nitrate et de sulfate de sodium, de carbonate de calcium et probablement de chlorures de sodium, de potassium et de magnésium. Il peut s'agir d'agents de démoulage mal rincés, comme des savons ou des lessives. Ces produits résultent de la saponification d'un corps gras et d'une base, comme la soude et la potasse, constituées de sodium et de potassium. Cependant, de nombreuses œuvres de la collection semblent avoir été surmoulées et les moules ayant subi parfois plusieurs opérations de moulage ne présentent pas d’altération similaire, relative au vieillissement des agents démoulants. Leur présence tient peut-être alors aux conditions de stockage du relief au sein de l’atelier de Rodin, à une exposition particulière à l’humidité ainsi qu’à des remontées capillaires.

Projet de restauration

Objectifs de la conservation-restauration et spécificités des traitements

21En accord avec les conservateurs du musée Rodin, il a été décidé de redonner une stabilité à l'œuvre, en procédant à la dépose et au retrait des barres métalliques, puis au remontage et au collage des différents fragments. Des traitements de nettoyage, comblement et retouche, détaillés par la suite, ont été menés afin d'améliorer l'aspect esthétique de l'œuvre, en retrouvant la lisibilité des différents volumes, ainsi que celle des très fins détails qui participent grandement à l’appréciation des qualités de cette sculpture. Au regard de l’état général du relief, il a été convenu de définir un niveau d’intervention permettant de redonner une bonne lecture des volumes, sans reconstituer les pertes de matières. Les manques et les lacunes importantes ont été comblés sans restituer les formes anciennes. Le degré de nettoyage devait respecter l’aspect général et être le plus homogène possible, la salissure étant très contrastée entre la partie basse et la partie haute. La surface étant très fragile en partie basse, elle ne permettait pas d’utiliser des techniques de nettoyage habituellement utilisées pour les œuvres en plâtre comme du gommage ou la pose de gel d’argile pelable. Le travail de retouche, effectué principalement sur les solins et les comblements, a permis de les intégrer tout en les rendant identifiables par le traitement de leurs formes et des surfaces.

22L'œuvre présente des contraintes qui lui sont propres. La nature même du matériau est à prendre en compte. Ses propriétés intrinsèques impliquent d'utiliser des matériaux ou des méthodes en adéquation avec le comportement physique, avec la dureté du plâtre ou sa porosité, ou encore de respecter l'hygroscopie du substrat. La présence de sels est un des paramètres les plus contraignants. En effet il est préférable de limiter l’apport d’eau et d'utiliser des matériaux perméables qui ne créent pas de "barrière". Des tests à la goutte d’eau ont été menés sur des éprouvettes afin d’évaluer les adhésifs et les consolidants.

Traitements de restauration

Dépose

  • 15 Film polyester Mélinex®, d’une épaisseur de 100µm.
  • 16 Le cyclododécane en fusion est obtenu en faisant simplement fondre les cristaux au bain-marie, à pa (...)

23Dans un premier temps, le relief a été déposé sur un bâti à claire-voie en procédant à son transfert à l’aide d’un film épais Mélinex®15. Ceci a permis de pouvoir observer le revers, les zones de collage des barres métalliques et enfin le retrait fragment par fragment. Au préalable, tous les soulèvements de la surface, les déplaquages et les petits fragments détachés ont été consolidés temporairement avec du cyclododécane fondu à environ 60°C déposé par goutte à goutte en fusion16. Ceci a permis de protéger les zones les plus fragiles lors des manipulations. Afin de retirer le cyclododécane rapidement après cette étape, la sublimation a été accélérée à l’aide d’air chaud sans ventilation. Les fragments déposés ont ensuite pu être nettoyés et consolidés.

Nettoyage

  • 17 Deux types de gommes en latex vulcanisé à pH neutre ont été utilisés, une gomme Whishab® tendre et (...)

24La partie supérieure du relief a été choisie comme référence pour le niveau de nettoyage, du fait de son état général relativement homogène. L’état de surface du plâtre y permettait un dépoussiérage et un gommage17 des zones les plus sombres.

25En revanche, la partie médiane et surtout la partie basse, trop fragiles, ont dû être traitées au laser. Des tests au laser ont été réalisés au LRMH, puis un laser El.En® Combo a été utilisé à l’INP, loué grâce au musée Rodin (Fig.6).

Fig. 6 Vue de la partie basse en cours de traitement de nettoyage par laser

Fig. 6 Vue de la partie basse en cours de traitement de nettoyage par laser

Afin d’atténuer la couche noire encore visible ici en partie basse, il a été possible de procéder à un nettoyage au laser. Ceci a permis de redonner une meilleure homogénéité à l’ensemble du relief en réduisant les forts contrastes visuels.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

26Le laser a été utilisé principalement en mode FR, de 300 à 600 mJ, en fréquence 10 Hz, avec un diamètre de spot de 2 à 3 mm, soit une densité d'énergie variant d'environ 4 à 8 J/cm2. Des reprises avec le mode LQS ont été faites très localement sur les zones qui demeuraient trop sombres. L'énergie était de 150 à 300 mJ, soit une densité d'énergie de 2 à 4 J/cm2. Il a été possible d'obtenir un effet modulé, plus ou moins prononcé, retirant une partie de la couche noire et laissant la surface grise-brune. Une partie de la salissure qui semblait incrustée dans le plâtre n'a pas pu être retirée, une augmentation de l'énergie risquant d'abîmer le plâtre.

Consolidation

  • 18 DI GREGORIO Sara, « Nanorestore® for the consolidation of wall paintings », CeROArt [en ligne], 1 | (...)
  • 19 Le Paraloïd® B72 est un copolymère de méthacrylate d'éthyle et d'acrylate de méthyle, soluble dans (...)
  • 20 Le Mowital® B60HH (anciennement Pioloform® BM18) est un polybutyral de vinyle, soluble dans les alc (...)
  • 21 Le Nanorestore® contient environ 0,5% de matière active, des particules d’hydroxyde de calcium, dan (...)
  • 22 Le CaLoSiL® E25 est une solution d'hydroxyde de calcium dans l’éthanol, fortement contentrée à 25g/ (...)

27La consolidation du plâtre n'est pas un sujet couramment rencontré et le cas spécifique du plâtre salé est encore plus rare. Les recherches bibliographiques18 ont orienté nos choix vers des produits utilisés pour d'autres matériaux inorganiques, comme la pierre et la terre cuite, où les opérations de consolidation lors de la présence de sels sont plus souvent pratiquées. Pour les tests, différents produits ont été retenus comme deux adhésifs : le Paraloïd® B7219à 5% dans un mélange (acétate d'éthyle/éthanol) et le Mowital® B60HH20 à 10% dans l'éthanol, deux produits de la famille des silicates d'éthyle : l’Estel®1000 et le Wacker® OHet des nanoparticules de chaux en suspension dans des solutions alcooliques: le Nanorestore®21et le CaLoSiL® E2522.

  • 23 L’exposition sous rayonnement UV-C (280nm – 100nm) peut être considéré comme « extrême » puisque ce (...)

28Différents critères ont été évalués, comme l'effet consolidant, la perméabilité du produit ou son caractère non filmogène, sur des éprouvettes de plâtre comportant une zone lisse et une zone pulvérulente. Le respect des propriétés de surface : matité, couleur ou teinte du plâtre et texture ont aussi fait partie des critères de sélection (Fig.7). Une même quantité de chaque produit a été appliquée à la pipette au centre de la zone de test. Deux passages ont été effectués, à 12h d'intervalle. Entre chaque passage, et ce afin de limiter l'évaporation des produits et de favoriser une bonne consolidation, l'éprouvette a été entourée de film étirable. Un délai de trois semaines a été observé. Par des raisons de délais et d’organisation, il n’a pas été possible de procéder à un vieillissement accéléré en laboratoire. Nous avons cependant exposé les éprouvettes de test à un rayonnement UV-C23 pendant trente heures. Aucun changement esthétique n’a été constaté.

29Le CaLoSiL® E25 a été retenu, en raison de sa composition, plus proche de celle du plâtre, qui semble plus adaptée pour un traitement de consolidation. Deux passages ont été faits à 24h d'intervalle. Un troisième passage a été fait sur les surfaces les plus fragiles. L'effet consolidant a été observé dès la première semaine suivant la dernière application.

Fig. 7 Tests comparatifs des produits de consolidation

Fig. 7 Tests comparatifs des produits de consolidation

Les tests ont montré une bonne efficacité des deux adhésifs et du CaLoSiL®E25. Les autres consolidants nécessitaient peut-être des temps d’évaluation plus long. Le critère de perméabilité n’était respecté qu’avec le Mowital®B60HH et le CaLoSiL®E25. Enfin, les aspects esthétiques étaient très similaires.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

Collage des fragments

  • 24 La Klucel® G est un hydroxypropylcellulose, soluble dans l’alcool, utilisé plus généralement dans l (...)
  • 25 La méthylcellulose utilisée est celle commercialisée par Sigma® Aldrich, sa viscosité est de 400 ce (...)
  • 26 La méthylcellulose est utilisée dans le domaine des arts graphiques, ayant un pouvoir collant faibl (...)

30L’adhésif recherché devait avoir un pouvoir collant moyen, une bonne viscosité qui permet une certaine rétention sur les surfaces à coller, afin d’éviter une pénétration trop rapide dans la porosité du plâtre. Il devait contenir peu ou pas d’eau, être perméable et non filmogène. Il devait également répondre à des critères esthétiques de matité, avoir un bon vieillissement sans jaunissement, ne pas modifier la couleur ou la teinte du plâtre et ne pas faire d’auréole ou de tache. Nous avons retenu du Paraloïd® B72 à 40% dans un mélange éthanol / acétate d’éthyle à 50-50 et un mélange de Paraloïd®B72 et B44 à 40% en 50-50 dans l’éthanol, du Mowital® B60HH à 10% et à 20% dans l'éthanol, de la Klucel® G24 à 2 et 4% dans l'éthanol et de la méthylcellulose25 à 2 et 4% dans un mélange eau/éthanol26 (Fig.8).

31En croisant les critères et les observations, la Klucel® G à 4% dans l'éthanol a été retenue.

Fig.8 Tests comparatifs pour le choix de l’adhésif des fragments de la surface

Fig.8 Tests comparatifs pour le choix de l’adhésif des fragments de la surface

La préparation de Klucel® G dans l’éthanol a montré les propriétés les plus intéressantes dans ce cas. Elle avait un pouvoir collant suffisant avec toutefois une viscosité élevée. Perméable et sans modification de l’aspect visuel, elle a été retenue.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

Pose de solins

32Afin de consolider ces zones d'une grande fragilité, des solins ont été posés. Aux contraintes précédemment énoncées, s'ajoutaient celles de la faible dureté du mortier, du ratio liant/charge équilibré pour obtenir un mortier peu sec, qui s'adapte aux reliefs sinueux et aux anfractuosités, et sans retrait lors du séchage.

33Les recherches bibliographiques et les expériences ont permis de sélectionner comme liant des adhésifs déjà évoqués pour les collages de surface tels que du Paraloïd®, du Mowital® B60HH, de la Klucel® G et de la méthylcellulose. Différentes charges ont été testées, seuls le carbonate de calcium et le sulfate de calcium hydraté dit « plâtre mort »ont été retenus (Fig.9).

Fig. 9 Tests comparatifs pour le choix du mortier à solin, destiné au comblement des soulèvements

Fig. 9 Tests comparatifs pour le choix du mortier à solin, destiné au comblement des soulèvements

Différents liants et charges ont été testés. Les résultats regroupent ici les tests menés avec deux charges retenues. Le mélange montrant les propriétés les plus intéressantes pour le traitement des soulèvements est celui contenant de la Klucel® G dans de l’éthanol avec du carbonate de calcium. On obtient une pâte facile à appliquer, avec un pouvoir collant suffisant, qui ne présente pas de forte dureté après séchage.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

34Les mélanges les plus satisfaisants ont été obtenus avec de la Klucel® G à 4% dans l'éthanol et du carbonate de calcium, avec comme ratio une part de liant et deux à trois parts de charge. Le mélange peut être gardé plusieurs minutes, couvert d'un film de protection limitant l'évaporation, ou plusieurs heures dans une seringue réutilisable. Le mortier est déposé à la spatule ou la seringue, selon les zones, de façon à former les solins. Des reprises peuvent être faites après séchage. Le mortier étant blanc et en raison des grandes différences de teintes sur l'ensemble des surfaces à traiter, il est préférable de retoucher les solins un à un plutôt que de teinter le mortier dans la masse.

Remontage et collage

  • 27 La RenPaste® HV-SV427 est une résine époxy bi-composante, modelable, très légère et très résistante (...)

35Le remontage du relief exigeait l'utilisation d'un adhésif à fort pouvoir collant. Trois adhésifs testés précédemment ont été retenus : les solutions de Paraloïd® B72 à 40% dans un mélange éthanol et acétate d’éthyle, le mélange de Paraloïd® B72 et B44 à 40% dans l’éthanol et la solution de Mowital® B60HH à 20% dans l’éthanol. Après la réalisation d’essais, le Mowital® B60HH a été retenu. Il présentait le meilleur pouvoir collant, nécessaire au bon maintien des fragments. Le remontage a été fait sur un bâti temporaire en bois, qui permettait la manipulation du relief, la réalisation des dernières interventions et l’appréciation de l’œuvre sur un plan vertical. Pour assurer une bonne adhésion et une bonne stabilité, les fragments ont été remontés un à un en partant du bas, et collés à 24h d’intervalle. L’état du relief ne permettait pas la mise sous poids ni le serrage, qui améliorent pourtant le collage. L’avantage d’un remontage à la verticale est que les fragments assurent eux-mêmes une certaine pression. Des cales en résine modelable RenPaste® HV-SV42727 ont été mises en place au fur et à mesure du remontage, afin de renforcer la stabilité et le maintien du relief, tout en répartissant les charges sur l’ensemble de la structure (Fig. 10).

  • 28 Tissu fin de fibres de verre à 44g/m2, résistant et souple.
  • 29 Nous avons testé deux encollages avec du Mowital à 10% et à 20%. Ce dernier a montré le plus de rés (...)

36Des pièces de renfort ont été posées au revers afin d’assurer un bon maintien des fragments. Des bandes de tissus de fibres de verre28 ont été encollées avec du Mowital® B60HH à 20%29 dans l’éthanol, puis appliquées perpendiculairement aux plans d’assemblages, de façon à joindre deux fragments différents.

Fig. 10 Remontage du relief sur le bâti temporaire

Fig. 10 Remontage du relief sur le bâti temporaire

Les différents fragments ont été remontés un à un en partant du bas. Un bâti temporaire en bois a été construit pour permettre cette intervention ainsi que les dernières étapes de restauration, en appréciant le relief à la verticale, tel qu’il doit être vu.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

Comblements superficiels et structurels

37Des comblements de surface sont nécessaires pour boucher les fissures très ouvertes et les plans de cassure peu jointifs. Ils jouent aussi un rôle de renfort partiel, protègent les arêtes très fines des bords de cassure, et évitent les dépôts de poussières. Ils ont été faits avec le même mortier que celui des solins (Klucel® à 4% dans l’éthanol et carbonate de calcium, ratio 1 :3).

38Pour les comblements dits « structurels », destinés à fermer des lacunes ou des manques importants, il a été choisi de concevoir des pièces amovibles, mises en œuvre in situ en isolant les plans de contact avec du film étirable, puis retirées, séchées, retravaillées à part et collées sur le plâtre de réparation ou sur les surfaces non altérées du relief. Le niveau de restitution des comblements a été déterminé avec les conservateurs du musée Rodin en fin de traitement afin d’avoir une meilleure appréciation de l’ensemble. Des comblements sans restitution formelle, à l’exception des zones de moulures, ont été préférés. En revanche, les manques des moulures nécessitaient que les profils soient complétés pour une meilleure intégration visuelle.

  • 30 Le Polyfilla® de type « enduit de bouchage » est composé de plâtre et de cellulose.

39Deux formulations de comblement ont été testées, du Polyfilla®30 type « enduit de bouchage », un produit issu du commerce, et une formulation de carbonate de calcium et de plâtre réalisée en atelier. L’essai au Polyfilla® a semblé trop dur, avec une texture granuleuse et une teinte légèrement grisée. Nous avons retenu la formulation de carbonate de calcium et plâtre. La porosité est proche de celle du plâtre, le matériau est relativement léger et la couleur blanche offre une bonne base pour la retouche. Pour ce mélange, le rapport entre les deux poudres a été ajusté à trois parts de carbonate pour une part de plâtre, afin d’obtenir une dureté satisfaisante après séchage. Les comblements ont été mis en place, collés au Mowital® B600HH et ragréés avec le mortier à solin.

Retouche

  • 31 Les Gamblin® sont des couleurs à retoucher à base de la résine aldéhyde Laropal® A81 et de pigments (...)

40Afin d’obtenir une surface d’aspect plus homogène encore, un travail de retouche aux peintures Gamblin®31 a été effectué sur les solins (Fig. 11), les comblements structurels et les comblements superficiels. Des retouches au pastel ont été effectuées de façon localisée sur le plâtre original.

Fig. 11 Détail d’un solin à mi-retouche

Fig. 11 Détail d’un solin à mi-retouche

Les solins apparaissaient très blancs. Ils ont donc été retouchés à l’aide de peintures Gamblin®. La bordure blanche n’est pas encore retouchée.

Crédit : © Juliette Robin Dupire

Structure définitive

41Le relief doit être monté sur une structure permettant son renfort, sa manipulation et son exposition à la verticale, opération qui sera réalisée par un professionnel au sein du musée. Afin de mettre en valeur les qualités de l’œuvre lors de son exposition à la verticale, il est préférable de réaliser une structure discrète assurant toutefois un bon renfort et un bon maintien.

Conclusion

42La réalisation du relief a pris place au début du processus de création de la Porte de l’Enfer, lors de la mise en œuvre des premiers tirages en plâtre pour l’assemblage sur le bâti. Issu d’un moule à creux perdu, sa proximité avec le modèle en terre fait de lui une épreuve originale. Ayant été surmoulé, il a pu servir à créer la version définitive de la partie supérieure du pilastre, après des tirages multiples et des étapes de modifications. Plusieurs œuvres faites d'après son modèle ont aussi servi à l'édition d'œuvres considérées comme autonomes, exposées en l'état, éditées en bronze ou réduites en médailles et en plaquettes. Le relief appartient donc à un corpus complexe, très riche. Outre cet aspect technique remarquable, il est caractérisé par des détails d’une grande finesse particulièrement appréciables.

43Les traitements effectués ont permis de redonner une bonne cohésion à l’ensemble de l’œuvre, à sa structure et à sa surface (Fig. 12).

Fig. 12 Vue générale du relief après restauration

Fig. 12 Vue générale du relief après restauration

L’œuvre est présentée ici sur le bâti temporaire, avant son retour au musée. Les interventions de restauration ont permis de redonner une meilleure stabilité et une meilleure lisibilité à l’œuvre. Après nettoyage, consolidation et retouche, les reliefs et les figures semblent plus compréhensibles.

Crédit : © INP/ A. Dequier

44L’assemblage des fragments et les interventions de consolidation de la surface rendent désormais possible la manipulation de l’œuvre, sans risquer la perte de fragments. Les opérations de nettoyage ont pu redonner une meilleure lisibilité aux reliefs. Ceci a été poursuivi lors des opérations de remontage, de comblement et de retouche. Sa remise à la verticale permet une bonne appréciation du relief. Ce travail de conservation-restauration a été l’occasion de procéder à de nombreux tests, afin de répondre aux contraintes spécifiques qu’il présentait. Lors des discussions avec les rapporteurs de ce mémoire, il nous a semblé primordial de trouver un bon équilibre entre d’une part, la conservation et la stabilisation de l’œuvre, et d’autre part, sa mise en valeur à travers les différentes interventions de restauration. Nous souhaitons remercier toutes les personnes ayant participé à ce travail.

Top of page

Notes

1 L’exposition « L’Enfer selon Rodin » s’est déroulée au musée Rodin, à Paris, du 18 octobre 2016 au 22 janvier 2017.

2 Cette commande semble avoir été initiée par Edmond Turquet, sous-secrétaire d'Etat aux Beaux-Arts, que Rodin a connu grâce aux frères Maurice et Georges Haquette, avec qui il a travaillé à la Manufacture de Sèvres.

3 Plâtre d'alerte : première couche de plâtre coloré que l'on étend sur un modèle en terre crue, moulé à creux-perdu, et qui sert à signaler la présence immédiate de l'épreuve au moment du bris du moule.

4 Décochage : action de décocher le moule, soit de le casser afin d’en dégager l’épreuve en plâtre. Lors de cette opération, il est courant que des traces d’outils marquent l’épreuve.

5 Couture : excédent de matériau qui subsiste sous forme de bourrelet sur la surface externe d'un moulage, lorsqu'on a retiré les pièces qui composent le moule. Les coutures correspondent aux interstices séparant les pièces d'un moule.

6 Moule à creux perdu : moule qui ne peut servir qu’une fois à reproduire un modèle original […]. Les coquilles et les pièces perdues qui le composent sont en effet détruites au moment de l’extraction de l’épreuve qu’il sert à fabriquer.

7 Afin que le moule puisse être utilisé, le modèle original en terre sur lequel il a été mis en œuvre doit être retiré. Cette opération est faite à l’outils en prenant soin de ne pas abîmer la surface du moule. Elle implique donc la destruction du modèle.

8 Montage à la boulette : technique de modelage par adjonction de portions de terre, prélevées du pain de terre et disposées sur le volume modelé. Lorsque le travail n’est pas repris à l’outils, les reliefs des portions de terre écrasées sont souvent bien distinguables.

9 Abattis : parties saillantes d'un modèle en terre qui, du fait de leur forme ou de leur position, doivent être coupées et moulées à part pour faciliter l'opération de moulage.

10 Sulfate de calcium hémihydrate de formule CaSO4· ½ H2O avant gâchage. Après gâchage et mise en œuvre, il s’agit de sulfate de calcium dihydrate de formule CaSO4· 2 H2O.

11 Quelques œuvres des collections présentent des armatures métalliques mais il s'agit d'opérations de présentation et de réparation réalisées dans les années 1930-1940, spécifiquement sur une série de bustes destinés à être déposés dans divers musées nationaux.

12 Boisage : élément de renfort en bois, utilisé pour consolider les épreuves en ronde bosse de grandes dimensions et assurer la liaison entre les différentes parties assemblées.

13 Le procédé Sorel, pour durcir le plâtre, consiste à gâcher du plâtre avec une solution de sulfate de zinc, additionnée de gomme arabique ou de gélatine. Il est indiqué que le sulfate de zinc précipite sur le fer, et protège celui-ci par effet galvanique.

14 Contre-dépouilles : parties d’une forme sculptée qui présentent des zones d’accroche avec le moule et ne permettent pas un démoulage aisé.

15 Film polyester Mélinex®, d’une épaisseur de 100µm.

16 Le cyclododécane en fusion est obtenu en faisant simplement fondre les cristaux au bain-marie, à partir de 60°C. Les solutions peuvent être gardées en phase liquide pendant plusieurs minutes en laissant le récipient au bain-marie.

17 Deux types de gommes en latex vulcanisé à pH neutre ont été utilisés, une gomme Whishab® tendre et une gomme de type « Smoke Sponge », les deux gommes ayant des densités différentes, leur combinaison a permis d’obtenir un nettoyage modulé et respectueux de la surface.

18 DI GREGORIO Sara, « Nanorestore® for the consolidation of wall paintings », CeROArt [en ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 01 février 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1716

JOËSSEL Odile, Trois modèles de figures de proue en terre cuite, attribuées à A.D. Sœur, XIXe, musée national de la Marine, Paris, mémoire ENSBA Tours, 2003.

LEROY Edith, L’Amour et l’Occasion, étude et restauration d’une épreuve originale en plâtre (1870-1900 ?), Hôtel Goüin, Musée de la Société archéologique de Touraine (Tours), mémoire de fin d’études, ENSBA Tours, 2003.

LIEGEY Anne, « Le Wacker OH, un consolidant inorganique », CRBC, n°10, 1997.

NICOLAS Marine, L’Ébauche Bacchante d’Emile Antoine Bourdelle (Paris, musée Bourdelle). Etude et conservation-restauration d’une sculpture en plâtre brûlée. Recherche sur la consolidation du plâtre. Mémoire de fin d’études, IFROA, 2001.

QUELART GAVALDA Hugo, VERGÈS-BELMIN Véronique, « Les nanoparticules de chaux, une nouvelle méthode pour la consolidation des pierres calcaires », CRBC, n°32, 2014.

19 Le Paraloïd® B72 est un copolymère de méthacrylate d'éthyle et d'acrylate de méthyle, soluble dans les solvants polaires, et très utilisé en conservation-restauration du fait de son bon vieillissement. Il est mat à faible concentration.

20 Le Mowital® B60HH (anciennement Pioloform® BM18) est un polybutyral de vinyle, soluble dans les alcools. Il est mat à faible concentration.

21 Le Nanorestore® contient environ 0,5% de matière active, des particules d’hydroxyde de calcium, dans une solution d’alcool isopropylique. La taille des particules n’est pas indiquée dans la fiche technique.

22 Le CaLoSiL® E25 est une solution d'hydroxyde de calcium dans l’éthanol, fortement contentrée à 25g/L. Les particules mesurent environ 150 nm.

23 L’exposition sous rayonnement UV-C (280nm – 100nm) peut être considéré comme « extrême » puisque ces rayons, les plus énergétiques et nocifs, n’atteignent pas la surface de la Terre et ne sont donc pas rencontrés dans le milieu muséal. Cependant, le test a permis d’observer une absence de modification des produits ou de changement d’aspect, encourageant leurs usages.

24 La Klucel® G est un hydroxypropylcellulose, soluble dans l’alcool, utilisé plus généralement dans le domaine des arts graphiques. L’adhésif a un pouvoir collant moyen, une bonne viscosité et des propriétés optiques intéressantes telles que la matité.

25 La méthylcellulose utilisée est celle commercialisée par Sigma® Aldrich, sa viscosité est de 400 centipoises.

26 La méthylcellulose est utilisée dans le domaine des arts graphiques, ayant un pouvoir collant faible, un très bon vieillissement et des propriétés optiques de matité intéressantes. Elle est aussi utilisée en refixage des polychromies mates, informations tirées du cours de Claudia Sindaco, restauratrice de peintures, enseignante à l’INP.

27 La RenPaste® HV-SV427 est une résine époxy bi-composante, modelable, très légère et très résistante à la compression.

28 Tissu fin de fibres de verre à 44g/m2, résistant et souple.

29 Nous avons testé deux encollages avec du Mowital à 10% et à 20%. Ce dernier a montré le plus de résistance à la rupture effectuée manuellement.

30 Le Polyfilla® de type « enduit de bouchage » est composé de plâtre et de cellulose.

31 Les Gamblin® sont des couleurs à retoucher à base de la résine aldéhyde Laropal® A81 et de pigments finement broyés. Elles peuvent être utilisées avec des solvants hydrocarbures ou des solvants polaires comme l’éthanol.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Vue générale du relief avant restauration
Caption Le relief représente trois couples de personnages, dont une figure de Centaure en centre. L’état de conservation ne permet pas une bonne lisibilité de l’œuvre. Elle présente de nombreuses altérations de la structure et de la surface.
Credits Crédit: © INP/ E. Itié
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-1.jpg
File image/jpeg, 912k
Title Fig.2 Vue de la partie haute du relief avant restauration
Caption La partie haute est la mieux conservée. Un empoussièrement ainsi que des altérations structurelles sont notables, mais les figures sont compréhensibles. La partie médiane et la partie basse sont les plus altérées. Elles comportent notamment des cassures, de nombreux soulèvements, des pertes de petits fragments de la surface, des pertes totales d’épiderme, des zones pulvérulentes, ainsi qu’un fort encrassement noir, particulièrement visible sur la partie basse.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-2.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Title Fig.3 État de dégradation de la partie médiane
Caption Le fragment est déplacé, mais partiellement maintenu grâce aux fibres de filasse. Nous pouvons observer diverses altérations. Notons un encrassement prononcé sur les parties saillantes.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Fig. 4 Détails des altérations spécifiques de la première couche de plâtre
Caption Nous pouvons observer des soulèvements importants, présentant des ouvertures de plusieurs millimètres, ainsi que des zones pulvérulentes, qui apparaissent très blanches, ou encore de nombreux petits fragments déplaqués de la surface.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-4.jpg
File image/jpeg, 416k
Title Fig. 5 Vue de la partie basse
Caption Il s’agit de la partie la plus altérée par les sels. L’encrassement noir est très prononcé sur un fragment anciennement cassé et réparé à l’aide de plâtre. Cet état de surface présente des problématiques spécifiques de nettoyage.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-5.jpg
File image/jpeg, 604k
Title Fig. 6 Vue de la partie basse en cours de traitement de nettoyage par laser
Caption Afin d’atténuer la couche noire encore visible ici en partie basse, il a été possible de procéder à un nettoyage au laser. Ceci a permis de redonner une meilleure homogénéité à l’ensemble du relief en réduisant les forts contrastes visuels.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-6.jpg
File image/jpeg, 488k
Title Fig. 7 Tests comparatifs des produits de consolidation
Caption Les tests ont montré une bonne efficacité des deux adhésifs et du CaLoSiL®E25. Les autres consolidants nécessitaient peut-être des temps d’évaluation plus long. Le critère de perméabilité n’était respecté qu’avec le Mowital®B60HH et le CaLoSiL®E25. Enfin, les aspects esthétiques étaient très similaires.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-7.png
File image/png, 112k
Title Fig.8 Tests comparatifs pour le choix de l’adhésif des fragments de la surface
Caption La préparation de Klucel® G dans l’éthanol a montré les propriétés les plus intéressantes dans ce cas. Elle avait un pouvoir collant suffisant avec toutefois une viscosité élevée. Perméable et sans modification de l’aspect visuel, elle a été retenue.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-8.png
File image/png, 136k
Title Fig. 9 Tests comparatifs pour le choix du mortier à solin, destiné au comblement des soulèvements
Caption Différents liants et charges ont été testés. Les résultats regroupent ici les tests menés avec deux charges retenues. Le mélange montrant les propriétés les plus intéressantes pour le traitement des soulèvements est celui contenant de la Klucel® G dans de l’éthanol avec du carbonate de calcium. On obtient une pâte facile à appliquer, avec un pouvoir collant suffisant, qui ne présente pas de forte dureté après séchage.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-9.png
File image/png, 122k
Title Fig. 10 Remontage du relief sur le bâti temporaire
Caption Les différents fragments ont été remontés un à un en partant du bas. Un bâti temporaire en bois a été construit pour permettre cette intervention ainsi que les dernières étapes de restauration, en appréciant le relief à la verticale, tel qu’il doit être vu.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-10.jpg
File image/jpeg, 188k
Title Fig. 11 Détail d’un solin à mi-retouche
Caption Les solins apparaissaient très blancs. Ils ont donc été retouchés à l’aide de peintures Gamblin®. La bordure blanche n’est pas encore retouchée.
Credits Crédit : © Juliette Robin Dupire
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-11.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Fig. 12 Vue générale du relief après restauration
Caption L’œuvre est présentée ici sur le bâti temporaire, avant son retour au musée. Les interventions de restauration ont permis de redonner une meilleure stabilité et une meilleure lisibilité à l’œuvre. Après nettoyage, consolidation et retouche, les reliefs et les figures semblent plus compréhensibles.
Credits Crédit : © INP/ A. Dequier
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5322/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Top of page

References

Electronic reference

Juliette Robin Dupire, « Etude et restauration d'un relief en plâtre pour un des pilastres de la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin, musée Rodin », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 29 May 2018, connection on 13 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5322

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals