Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Patrimonialisations croisées. Jeux d’échelles et enjeux de développement (dir. O.Givre et M.Regnault)

Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2015.
Edouard Nzoyihera
Bibliographical reference

Olivier GIVRE et Madina REGNAULT (dir.), Patrimonialisations croisées. Jeux d’échelles et enjeux de développement, Presse Universitaire de Lyon, 2015, ISBN : 978-2-7297-0892-4.

Full text

1Ce volume collectif, dirigé par les anthropologues Olivier Givre et Madina Régnault, interroge le concept de patrimonialisation à travers le prisme de l’anthropologie et d’autres disciplines, telles que la géographie, l’urbanisme ou l’histoire de l’art. Les auteurs restituent une pluralité d’approches et de contextes, distribuée au fil de trois entrées non exclusives, qui concernent les parcours et les expériences concrètes d’acteurs en situation patrimoniale (Bertrand Royer, Audrey Boucksom, Julie Carpentier), les multiples politiques et jeux d’échelles dont sont tissés les processus patrimoniaux contemporains (Anaïs Pourrouquet, Anaïs Leblon, Olivier Givre) et enfin le champ particulier de la ville postcoloniale, révélateurs de certains des enjeux de gouvernance associés au dispositif patrimonial (Sébastien Preuil, Anna Dewaele et Pauline Guinard). L’ouvrage se divise en trois parties qui mettent en évidence neuf études de cas.

Au plus près des «  sujets patrimoniaux » : tourismes et (ré)inventions culturelles

2Bertrand Royer s’intéresse au rôle du balafon, utilisé pour doter le pays lobi (Burkina-Faso) d’un intérêt dans le domaine du tourisme. Il explique d’abord la façon dont le projet muséal confère une valeur patrimoniale à cet objet en bois sculpté. Il interroge ensuite la place qu’occupe l’instrument lors des visites touristiques in situ. Enfin, il montre comment les échanges et les valeurs d’usage courant entourant le balafon permettent de l’appréhender comme un outil de la médiation, non seulement entre les musiciens et les publics, mais aussi entre le réel et l’imaginaire, entre le visible et l’invisible. L’auteur aborde l’ambivalence de la tradition, perpétuellement négociée, actualisée et singulièrement réaménagée par les échanges culturels et économiques qu’implique notamment sa mise en tourisme. Cet héritage transmis selon les codes rituels toujours en vigueur admet une dimension religieuse essentielle pour comprendre les valeurs d’usage qui façonnent le rapport des individus aux objets patrimonialisés et aujourd’hui touristiquement réinterprétés. En accordant une place centrale aux musiciens, Royer dépeint un contexte où l’argument patrimonial est indissociable d’enjeux sociaux portant sur l’écart entre pratique convenable et pratique concrète ou sur l’accès à la ressource (symbolique, touristique, économique) que constitue la maîtrise de la tradition.

3En s’intéressant au cas du Niger, la contribution d’Audrey Boucksom montre comment les acteurs occidentaux de l’aide au développement interviennent dans la mise en patrimoine de l’artisanat africain en participant à la sauvegarde des savoir-faire et à l’amélioration de la qualité des produits artisanaux - du point de vue occidental - afin de les rendre plus compétitifs sur le marché international. L’auteur met en avant le lien entre les politiques culturelles nationales et l’aide internationale au développement.

4Basée sur une approche ethnographique au sein de la communauté shuar de Chico Méndez (Équateur), la contribution de Julie Carpentier met tout autant l’accent sur les dimensions vécues d’une autopatrimonialisation concomitante de l’essor, depuis la fin des années 1990, du tourisme communautaire en Amazonie équatoriale. À cet effet, l’auteur s’interroge sur les enjeux de cette nouvelle activité, en termes de (ré)inventions des pratiques et des traditions culturelles, ainsi que sur les discours de ses protagonistes les plus immédiats. Elle attache une importance particulière au rôle du passeur culturel adopté par certains d’entre eux, les amenant à se positionner en tant qu’agents actifs des transformations et reconfigurations d’une identité culturelle jusque-là négligée, reléguée, voire déniée. Le patrimoine n’étant pas seulement témoin, mais vecteur de changement, l’auteur interroge également les impacts de ces processus sur les relations entretenues entre les membres de la communauté, ainsi qu’entre la communauté et l’extérieur.

Enjeux d’échelles, enjeux politiques et performativité patrimoniale

5Anaïs Pourrouquet aborde le processus de patrimonialisation de la musique dirigé par le régime socialiste de Modibo Kéita, premier président du Mali indépendant (1960-1968), en tirant le fil de la continuité et de ruptures qui conduisent jusqu’à certaines dynamiques aujourd’hui observables au sein du réseau « world music ». Alors que les orchestres de danse interprétant les standards du jazz, de la valse ou de la rumba étaient en vogue à Bamako au moment de l’Indépendance, le régime de Modibo Kéita va promouvoir la musique malienne dite traditionnelle à l’aide d’une politique culturelle nationaliste, patrimonialisante et primitiviste. Ce contexte historique et idéologique de la mise en place des formes musicales jugées plus conformes aux besoins de la nation interroge le caractère performatif de l’énoncé patrimonial, en termes de productions de modèles culturels. Ainsi, l’auteur met en évidence que les producteurs et musiciens maliens du réseau world music vont recycler les stéréotypes nationaux du patrimoine et de la culturalité. L’analyse des conditions sociales de production d’un patrimoine musical malien par le régime de Modibo Kéita permet de mettre en valeur non seulement les enjeux identitaires et le caractère légitimant du patrimoine, mais aussi la patrimonialisation en tant qu’instrument de contrôle social.

6Toujours dans le cadre du Mali, la patrimonialisation de fêtes de transhumance retient l’attention d’Anaïs Leblon. À travers sa contribution, elle interroge les rapports entre les significations et les enjeux territoriaux, politiques et identitaires de la présentation du pastoralisme peul au niveau local et les définitions et instrumentalisations officielles susceptibles de révéler les objectifs de ses promoteurs institutionnels (gestion des conflits fonciers, développement durable). Ceci implique d’observer comment les dynamiques territoriales locales (crises écologiques) affectant les sociétés sahéliennes, les processus de décentralisation politique ou les conflits entre les activités agricoles et pastorales pour l’accès aux ressources naturelles sont traités par les organismes à l’origine du classement ainsi que par les organismes officiels des festivités et les populations pastorales. Selon quelles modalités, se demande Anaïs Leblon, les identités des sociétés voltaïques sont-elles réinterprétées par les différents intervenants dans l’arène sociopolitique du patrimoine ? Pour répondre à cette question, l’auteur part de la description du yaaral de Diafarabé (un patrimoine pastoral) qu’elle analyse sous l’angle de sauvegarde du village et des stratégies de développement local. Ceci lui permet d’interroger le sens des constructions identitaires en fonction des dynamiques sociales en cours au sein de la société deltaïque, tout en analysant leurs usages au regard de la politique patrimoniale de l’État. Le projet patrimonial présente une imbrication d’arguments identitaires, politiques et écologiques qui répondent à des enjeux locaux et nationaux dans un contexte globalisé de promotion patrimoniale aux critères normatifs et contraignants. Les réinterprétations identitaires expriment les relations de pouvoir entre le monde pastoral et l’Etat ou ses représentants, et les rapports de forces au sein du monde rural. Elles participent à un mouvement de production d’images et d’énoncés formalisant et réifiant l’ethnicité peul à travers le pastoralisme et l’esthétique féminine notamment. Mais elle constitue aussi des éléments importants d’identification pour les éleveurs qui les mobilisent dans leurs stratégies politiques et territoriales.

7La contribution d’Olivier Givre interroge également les formes et les enjeux de la mise en patrimoine d’une pratique rituelle, le nestinarstvo, présente dans la région de Strandzha au sud-est de la Bulgarie, ainsi que dans différentes localités de la Grèce. Ce rituel, qui implique des épisodes de danses sur les braises, s’inscrit certainement dans un fond euroméditerranéen de pratiques extatiques, allant du terentulisme aux transes de certaines confréries religieuses musulmanes. Passé de stigmate à valeur culturelle, le nestinarstvo voit de nombreux acteurs locaux, mais aussi nationaux et maintenant internationaux, s’impliquer dans sa pratique et sa (re)qualification, au travers de multiples projets de développement. Givre traite d’un double mouvement de patrimonialisation du territoire et de territorialisation du patrimoine. Il analyse la mobilisation du patrimoine dans les enjeux de pouvoir locaux, ainsi que dans la requalification des relations intercommunautaires et transnationales ; il pointe, au travers des enjeux patrimoniaux, les dynamiques régionales, nationales et internationales d’un territoire des confins balkaniques de l’Europe ; il interroge enfin les usages de la notion de « communauté » dans les politiques patrimoniales actuelles, en particulier du patrimoine immatériel.

8Dans sa contribution, Olivier Givre aborde la multiplicité des manières de produire du patrimoine, depuis les initiatives informelles relevant de la société civile jusqu’à des instances de portée planétaire internationale ou transnationale, en passant par le rôle classique des pouvoirs publics. Il analyse les formes et les enjeux de la patrimonialisation du nestinarstvo, entre les différents traitements dont ce rituel a pu faire l’objet de la part des pouvoirs publics, mais aussi des scientifiques, et son appréhension progressive en termes de ressource culturelle, voire d’élément de développement local.

Gestions et questions patrimoniales de l’espace postcolonial

9Dans son article, Sébastien Preuil s’attache à analyser la pluralité des qualifications, des usages et des sentiments patrimoniaux du site d’Angkor (Cambodge), depuis la période coloniale et les premières mesures de protection archéologiques jusqu’au plan de sauvegarde établi sous les auspices de l’UNESCO, sans négliger les représentions institutionnelles. Il accorde également une place centrale à l’examen de la place d’Angkor dans la construction symbolique de la nation cambodgienne, en faisant retour sur différentes périodes clés de cette identification nationale, ainsi que sur ses manifestations multiples dans les discours et les pratiques. L’attention portée à la pluralité actuelle, mais aussi aux conflits de représentation et d’usage du site d’Angkor permet à l’auteur d’examiner plus spécifiquement les problématiques de développement économique et social engendrées par l’explosion récente de l’activité touristique, sur un espace par ailleurs habité par plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont l’accès aux ressources générées par la valeur patrimoniale s’avère extrêmement inégal.

10Ainsi, à l’interface entre les enjeux identitaires, de développement et de gouvernance, la contribution de Sébastien Preuil interroge les mécanismes de gestion patrimoniale à l’oeuvre. Il montre comment, dans une région marquée par la pauvreté, la patrimonialisation est souvent réalisée au détriment des populations vivant dans un périmètre protégé autour des temples. Les villageois sont alors soumis à des règles de protection qui entravent leurs libertés et leurs capacités à exploiter les ressources symboliques et matérielles de leur propre territoire. Au regard de toutes ces restrictions, l’auteur se demande si l’on ne risque pas de voir émerger une vision antipatrimoniale, pouvant se traduire par un détachement du symbole « Angkor » de la part des populations, qui en viendraient à considérer la patrimonialisation du site comme une source de paupérisation. Les enjeux aujourd’hui majeurs en termes de développement sont complexifiés par des logiques de globalisation économique qui permettent de questionner les effets en termes de désappropriation patrimoniale. Dans le cas d’Angkor, les habitants se considèrent victimes de cette mise en patrimoine et voient les temples, jamais tout à fait leurs, comme la source de leur problème. En s’interrogeant sur les solutions à envisager pour que les villageois puissent tirer profit à leur tour des bénéfices engendrés par la fréquentation du site, le texte pose également des questions épistémologiques et de positionnement du chercheur : l’approche critique des inégalités économiques et sociales d’accès à la ressource patrimoniale doit-elle conduire à s’investir soi-même dans la recherche d’une « bonne » patrimonialisation ? Comment éviter alors de tomber dans le travers, dénoncé par ailleurs, d’un volontarisme qui n’est pas toujours exempt d’occidentalocentrisme ou de culturalisme ?

11Anna Dewaele poursuit la réflexion sur l’ambivalence de la patrimonialisation dans les sociétés postcoloniales en examinant l’exemple de Chandigarh, ville nouvelle située au nord-ouest de l’Inde et espace emblématique de l’architecture moderne en la personne de son concepteur, Le Corbusier. Sa réflexion sur les processus de patrimonialisation à l’œuvre à Chandigarh s’inscrit dans une recherche plus large menée sur la réappropriation urbaine de cette ville par les résidents, plus de soixante ans après le début de son édification en 1951. En s’interrogeant sur les politiques d’art public actuellement à l’œuvre dans la ville de Johannesburg, l’article de Pauline Guinard déplace le propos, en illustrant, à partir de l’exemple sud-africain, le croissant d’une rhétorique patrimoniale bon teint dans la gestion des mutations urbaines, et notamment la production d’une image métropolitaine devant désormais correspondre à des normes et des valeurs globales.

12Dans ces trois contributions, prenant pour objet un site archéologique et des espaces urbains, les auteurs évoquent l’origine occidentale de la notion de patrimoine et son impact croisant dans les pays qui, ayant connu la colonisation, se sont à leur tour engagés dans des politiques de patrimonialisation et de gestion des héritages et de nouvelles créations. Les auteurs interrogent la mise en place de politiques patrimoniales locales ou nationales qui, ayant à charge ces héritages, ne sont pas sans produire ou reproduire des effets de domination voire d’exclusion. Les rapports de force ou de pouvoir (politiques, scientifiques, économiques, etc.), analysés dans ces contributions, suggèrent qu’il peut y avoir à la fois perpétuation et dépassement de l’héritage colonial.

13Somme toute, les contributions consignées dans cet ouvrage collectif attestent de la maturité de l’intérêt que nombre de jeunes chercheurs et chercheuses portent actuellement à des manifestations majeures des dynamiques culturelles contemporaines que constituent les processus patrimoniaux. Par la variété des terrains abordés et des ancrages disciplinaires, ces contributions soulignent le caractère transversal des processus en question. Dans l’espace couvert par les recherches (Mali, Équateur, Burkina-Faso, Bulgarie, Afrique du sud, Cambodge et Niger), sont ainsi mises en regard neuf études de cas orientées vers les différents aspects du patrimoine : des pratiques rituelles, artistiques, artisanales ou agricoles associées à des groupes sociaux. Sont aussi abordés les sites, lieux et territoires présentant des qualités patrimoniales ancrées dans un passé plus ou moins ancien et supposées propices à leur mise en valeur et à leur développement. Il s’agit moins de partir du patrimoine comme un état donné que de « patrimonialisations » se faisant et relevant de processus dynamiques, pluriels et contextuels.

14Ainsi, les auteurs abordent la notion de patrimonialisation entendue comme une tendance à la production croissante de patrimoines par des acteurs hétéroclites, à des échelles locales et globales. Tels qu’ils apparaissent dans ce volume, les processus de patrimonialisation sont loin de faire consensus. Ils constituent un observatoire privilégié des rapports entre affirmation des valeurs et prescriptions de normes, entre situations locales et dynamiques globales. Dans la perspective de « patrimonialisations croisées », les recherches présentées dans cet ouvrage témoignent de nombreux acteurs locaux qui s’invitent à la table de la patrimonialisation, négociant avec les instances internationales et développant des stratégies variées. L’on constate que les mobiles sont multiples : bénéficier d’une nouvelle ressource économique, asseoir un pouvoir, affirmer une singularité ou interroger le regard occidental du patrimoine.

15L’ouvrage se clôture par une postface en forme de réflexion où Françoise Vergès se penche sur les inégalités en présence dans les enjeux patrimoniaux. La notion même de patrimoine mérite d’être soumise à un examen critique en raison de sa diffusion croissante dans le vocabulaire, dans les pratiques de recherches, mais aussi dans les champs d’application ou les programmes d’enseignement de certaines disciplines des sciences sociales.

Top of page

References

Electronic reference

Edouard Nzoyihera, « Patrimonialisations croisées. Jeux d’échelles et enjeux de développement (dir. O.Givre et M.Regnault) », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 20 March 2018, connection on 18 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5336

Top of page

About the author

Edouard Nzoyihera

Licencié en Histoire, option enseignement et recherche à l'Université du Burundi, détenteur d'un master en histoire de l'art et archéologie avec spécialisation en muséologie ( Université de Liège), Edouard Nzoyihera est actuellement doctorant en muséologie à l'Université de Liège. Ses recherches portent sur l'évolution des systèmes muséaux en Afrique orientale, depuis la période coloniale jusqu'à nos jours.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals