Skip to navigation – Site map

Full text

Version française

1Ce sixième numéro EGG marque une étape.

2D'une part, c'est le premier à paraître, dans le cadre de notre collaboration avec la Fondation Périer d'Ieteren. Nous consacrons nos premières pages à celle qui avait, au tout début de notre aventure, répondu déjà à nos questions. C'est aussi le premier numéro publié, suite à la présentation de CeROArt à ICOM-CC Copenhague. Cet événement fut une magnifique occasion d'avoir un retour du public, de tous les publics, des quatre coins du monde, sur notre revue qui fêtait ses 10 ans. Vos témoignages ont été, pour ceux qui ont lancé le projet et le tiennent encore aujourd'hui à bout de bras, une source de motivation. En même temps, cette présentation nous a donné l'opportunité d'étoffer le comité scientifique ainsi que les éditeurs de langue anglaise. Ils seront au travail dès les prochains numéros.

3C'est hélas aussi, faut-il le dire, le premier numéro CeROArt à totaliser, avec une telle ampleur, tous les problèmes évoqués au fil de la communication. Jamais nous n'avons eu une telle marge entre le nombre de textes proposés, et les textes retenus. Le comité scientifique a fait son travail sans complaisance, avec des exigences, il est vrai, qui tendent à s'accroître. En 10 ans, le référentiel de publications a augmenté. Logiquement, les attendus sont plus clairs, pour toutes les parties.

4Or, nous avons été confrontés à des soumissions peut-être désinvoltes, qui ne respectent pas la ligne éditoriale, ou les règles élémentaires pourtant énoncées dans la charte. Les répondants n'ont pas toujours joué un rôle effectif. Nous avons, et ce n'est pas la première fois, essuyé un chantage au coauteur, alors que l'appel à article est clair sur le fait que EGG est consacré aux articles de primoauteurs (et aucunement à une "équipe" de huit personnes!). Enfin, et c'est là le plus grave, des auteurs ont retiré leur texte après qu'il ait été soumis au peer-review, foulant ainsi aux pieds les longues heures de travail consacré bénévolement par les relecteurs. Cette attitude est inqualifiable.

5L'étendue des problèmes rencontrés nous impose un changement de politique éditoriale. Nous avons souhaité une revue en libre-accès, dont le contenu serait gratuit et sans restriction. Nous avons souhaité stimuler l'envie de publier, en éliminant toutes les barrières, en assumant toutes les charges, et en fournissant aux primoauteurs un encadrement pédagogique de qualité. Or, certaines attitudes frisent l'irrespect, et il nous semble qu'à tolérer de tels écarts, nous n’en facilitons pas l'insertion dans le processus éditorial classique, rigoureux, sélectif.

6Aussi serons-nous contraints, dans les prochaines éditions, de modifier notre approche. Le montant des APC (Access processing charges) sera précisé aux auteurs, qui auront à s'engager par contrat, à les régler en cas de dédit. Nous continuerons à assumer ces APC pour tous les auteurs qui respecteront la démarche et le travail fourni, et se plieront au travail d'édition de leur texte. Nous voulons continuer à diffuser les savoirs via le "Gold Access", sans frais. Mais les retraits qui s'effectueront après que le travail de peer-review ait été mené, seront redevable du temps perdu et des frais engagés.

7Ce qui est gratuit n'est pas sans valeur, bien au contraire. Il est triste d'avoir à le rappeler, et plus encore d'avoir à prendre des mesures pour préserver ce qui pour nous est sans prix: l'enthousiasme et la bonne volonté de tous nos collaborateurs bénévoles, dont nous saluons une fois encore l'engagement désintéressé et l'expertise.

8L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

English version

9This sixth issue of EGG marks a milestone.

10On the one hand, it is the first to be published as part of our collaboration with the Fondation Périer d'Ieteren. The first few pages are dedicated to the woman who answered our questions at the very beginning of our adventure. This is also the first issue to be published following the CeROArt presentation at ICOM-CC Copenhagen. This event was a wonderful opportunity to obtain feedback from the public, from all sectors of the public, from around the globe, on our review, which was celebrating its 10th anniversary. Your testimonies have been a source of motivation for those who launched the project and are still attached to it today. At the same time, this presentation gave us an opportunity to expand the scientific committee and the number of English-language editors. Their work will start with the next issues.

11But it must also be said that this is the first issue of CeROArt to experience to such an extent all the problems mentioned during the paper. We have never had such a difference between the number of texts submitted and those selected. The scientific committee worked dutifully, in the face of what seems to be increasing demands. The body of publications has grown in ten years. The expectations should logically be clearer for all parties.

12But we have seen submissions that are perhaps flippant or do not respect the editorial policy or the basic rules set out in the charter. Respondents have not always played an effective role. We have, not for the first time, suffered blackmail regarding co-authorship, despite the fact that the call for articles clearly states that EGG is dedicated to articles by first-time authors (not "teams" of eight people!). Lastly, and most seriously, authors have withdrawn their text after it had been submitted for peer review, showing no respect for the many hours of work provided voluntarily by the proof-readers. This attitude is unspeakable.

13The extent of the problems we have encountered has forced us to change our editorial policy. We wanted a freely accessible review, whose contents would be without charge or restriction. We wanted to stimulate people's desire to be published, by removing all the barriers, paying all the costs and providing high-quality educational support for first-time authors. But some people's attitudes have bordered on disrespect and we feel that by tolerating these lapses, we are not facilitating their integration into the thorough and selective traditional editorial process.

14We will therefore be forced to modify our approach for future issues. Authors will be notified of the APC (Access-Processing Charges) and will have to commit by contract to paying them in the event of a withdrawal. We will continue to pay the APC for all authors who respect the process and the supplied work and will accept the editing of their text. We want to continue disseminating knowledge without charge through "Gold Access". But we will require payment for the time lost and the expenses incurred when papers are withdrawn after the peer-review work has been carried out.

15If something is free, it is not without value; quite the opposite. It is sad that we have to recall this, and even more so to have to take measures to preserve something that for us is priceless, namely the enthusiasm and goodwill of all our volunteers; we once again pay tribute to their expertise and selfless commitment.

Top of page

References

Electronic reference

« Éditorial », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 30 May 2018, connection on 19 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5368

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals