Skip to navigation – Site map
En guise d'introduction

Autour de CeROArt et des publications EGG

Muriel Verbeeck-Boutin
This article is a translation of:
Around CeROArt and the EGG issues

Abstracts

This article is a version of the talk given at the ICOM-CC Copenhagen colloquium.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Muriel Verbeeck, How to encourage conservators to produce knowledge. The CeROArt ‘lab’: Looking bac (...)

1Mon intervention repose sur deux expériences, étroitement liées: celle de professeur à l'ÉSA Saint-Luc de Liège ainsi qu'à l'INP, celle d'éditeur d'une revue scientifique. Si l'article publié par ICOM-CC1 développe plus largement la philosophie et les réalisation de CeROArt en tant que revue, je me concentrerai, dans la communication orale, sur les numéros hors série EGG, destinée aux jeunes conservateurs-restaurateurs récemment diplômés. Ce qui suit est donc à prendre comme approche empirique d'une problématique très concrète: comment transformer les étudiants en conservation en producteurs de savoir, en auteurs d'articles scientifiques?

Le projet CeROArt

2L'idée originale était de proposer une revue de conservation-restauration, faisant large place aux conservateurs-restaurateurs, donc, le plus souvent, à des "primo-auteurs"; nous voulions désinhiber les anciens et stimuler les jeunes, leur donner l'occasion de prendre la parole et, via un lectorat élargi, nous souhaitions initier un effet boule de neige.

3Les professionnels auxquels nous nous sommes ouverts du projet –et parmi eux, d'éminentes personnalités (Paul Philippot, Roger Marijnissen, Gael de Guichen, Catheline Perier d'Ieteren, Anne Van Grevenstein, Ségolène Bergeon) ont tous répondu positivement à notre démarche. Ils nous ont prêté leur aura et leur signature pour cautionner les premiers numéros. Certains ont accepté d'intégrer le comité de lecture.

4L'absence totale de moyens financiers et l'idée d'une large dissémination nous ont orientés vers la publication numérique. Beaucoup d'investissement personnel et de temps ont aidé à l'essor du projet, et à son évolution. CeROArt est devenue aujourd'hui une revue largement diffusée en Open Access, référencée au niveau international. Une dynamique est née, qui a fait évoluer le projet initial, désormais scindé en publications régulières (sur un thème de dossier prédéfini), hors séries (rassemblant des journées d'étude, des colloques, des mélanges) et enfin numéros EGG (European Graduates Generation), exclusivement réservés aux jeunes diplômés. C'est sur ces derniers que nous allons nous pencher.

5CeROArt est donne une revue en libre-accès. Le peer reviewing est presté à titre gracieux: il est considéré comme un service rendu à la communauté scientifique. Les premiers a avoir accepté de figurer en tant que peer-reviewers ont été des académiques, essentiellement des historiens de l'art. Parmi eux nous avons privilégié ceux qui avaient un contact étroit avec le monde de la restauration, notamment ceux travaillant dans des Institutions (e.a. l'IRPA). Le processus de reviewing est en double aveugle: le reviewer ne connaît pas l'auteur, ni l'inverse. Une fois l'article relu par le reviewer, Les commentaires et la fiche d'évaluation sont renvoyés au comité de rédaction, qui renvoie aux auteurs, avec parfois quelques précisions complémentaires. L'auteur et le reviewer sont rarement en contact direct, sauf sur proposition de ce dernier, pour éventuellement accompagner l'auteur dans une correction "lourde".

6Le manque total de moyens financiers et l'idée d'une large distribution nous ont conduit, voici dix ans déjà, à l'édition électronique. La plate-forme Open Access Revues.org, soutenue par le CNRS, l'université d'Aix-Marseille et l'École des Hautes Études en Sciences Sociales a retenu dès son deuxième numéro la candidature de CeROArt pour intégrer son nouveau portail des revues en sciences humaines. Dès ce moment (2008) nous avons bénéficié de la logistique et du support à titre gratuit de cette équipe remarquable, totalement investie dans la diffusion en Open Access. (Fig.1)

Fig.1 OpenEdition.org

Fig.1 OpenEdition.org

Revues.org, qui s'est métamorphosé en OpenEdition, a accueilli CeROArt dès son deuxième numéro.

Crédit: OpenEdition.org

7La maquette de notre revue et le logiciel d'édition commun au portail –Lodel- ont été mis à notre disposition; nous disposons, en cas de problème, d'un support technique (par téléphone et/ou mail). Les tâches qui demeurent nôtres sont: réception et gestion des textes, vérification des styles, vérification de l'orthographe, mise en forme, vérification des pièces annexes (tableaux, photographies, légendes, crédits), encodage, mise en ligne.

8L'édition des textes en français ne pose pas de problème particulier; plusieurs relecteurs interviennent et nous utilisons des outils performants, notamment le logiciel Antidote, pour nous aider dans une tâche fastidieuse.

9Nous avons voulu, dès le projet initial, ouvrir la revue à des contributions en anglais. C'était le seul moyen de rencontrer notre but: inviter à dépasser la fracture des langues, qui correspond souvent, en restauration, à des cultures méthodologiques différentes. Cette volonté rencontre un écueil de taille: le niveau de langue, souvent insuffisant. Rappelons que pour les numéros jeunes diplômés, nous publions des auteurs de l'Europe entière. L'anglais n'est pas leur langue maternelle. Nos peer reviewers sont capables de juger des contenus, mais pas nécessairement d'éditer la forme dans une langue qui n'est pas la leur. D'où la surcharge de travail des native english reviewers.

Le laboratoire CeROArt

10CeROArt est un outil au service d'un projet, et ce projet concerne l'enseignement et la formation: apprendre, comme nous l'avons souligné par ailleurs, à communiquer en tant que conservateur-restaurateur, selon les normes de l'édition scientifique. En ce sens, CeROArt est un laboratoire, et les laborantins que nous sommes, apprenons AUSSI en enseignant. En fait, nous tenons en main un miroir: s'y reflète très précisément le visage des formations. Parfois, nous lui trouvons le teint brouillé (c'est le visage du matin); parfois, il a belle allure (c'est le visage des grands soirs). Essayons d'esquisser cette image sans la photoshoper.

Apprendre à lire

11Ceux qui souhaitent écrire ne savent pas toujours lire. Les appels à articles renvoient toujours à la charte éditoriale, dont chacun des points a une raison d'être: optimiser le travail. Il semble que pour nombre d'auteurs, la notion de "règle éditoriale" (à moins que ce ne soit le mot même de "règle") soit culturellement difficile à intégrer. Parfois, il faut aller jusqu'à expliquer aux entêtés, la raison des règles, voire même pour certains opiniâtres, les justifier. Nous avons durci notre politique à cet égard et refusons d'emblée les textes qui ne tiennent pas compte des consignes. Nous utilisons aussi désormais une check-list, à remplir et signer par l'auteur. Par ailleurs les deadlines, usuellement bien respectées dans le monde anglo-saxon et plus largement l'Europe du nord, perdent de leur aspect capital en descendant vers la méditerranée.

12Ces problèmes ne sont pas anecdotiques: ils renvoient à une vertu essentielle en conservation-restauration: la rigueur. Force est de constater qu'elle est acquise à des niveaux très hétérogènes.

Apprendre à écrire

13Les étudiants en conservationrestauration sont confrontés, au fil de leurs études, à la rédaction de rapports, de constats d'état; il en existe des modèles que souvent, ils se contentent de reproduire; le descriptif y prévaut sur l'analyse. Les formations qui imposent la rédaction d'une thèse exigent des compétences plus ambitieuses; la rédaction d'un essai comprenant entre 50 et 100 pages, un plan, un sommaire, des références, des notes, une bibliographie.

14Mais les qualités requises pour un article scientifique sont assez différentes: il ne s'agit pas d'établir un descriptif, encore moins un résumé: l'article doit cibler une problématique, l'exposer en un langage clair, avec une suite logique, en faisant bon usage des références. L'exercice est difficile: beaucoup peinent à dégager l'essentiel de l'accessoire, à articuler de façon concise un exposé. Trop souvent, malgré un cadre très large (12.000 mots) les auteurs se montrent incapables de "renoncer" à des pans de leur recherche pour l'approfondir, et donc s'en tiennent à une approche superficielle. La notion d'illustration –qui au sens étymologique éclaire le texte- est parfois mécomprise: certaines images semblent retenues pour ornementer l'article.

15Un article scientifique, c'est d'abord une structure. Il nous semble qu'un bon exercice préparatoire à envisager dans le cadre des formations serait le poster. Cette présentation graphique en format A0 exige un exposé méthodique (introduction-problématique- mode opératoire- analyse- résultats-conclusions), dans un cadre extrêmement concis (200 mots) et illustré. L'exercice du Pecha-Kucha (présentation de 20 diapositives PowerPoint de 20 secondes chacune) peut se révéler intéressant, aussi.

16Soulignons qu'au-delà d'une structure, un bon article comprend une réflexion et une approche originales dont la communication passe par une rédaction –si possible attrayante. Il faut encourager les jeunes conservateurs à LIRE des textes classiques (e.a. Historical and philosophical issues in the conservation of cultural heritage), ainsi que les revues de référence. Il ne faut pas hésiter à les faire disserter, dans le cadre de leurs études, sur des problèmes théoriques et déontologiques. Faut-il rappeler que la formation en c-r table sur la science ET les humanités? Ces dernières ne tiennent pas en une culture théorique, mais en une aptitude pratique à penser, à théoriser, qui doit s'exercer, elle aussi, de façon concrète, par la production d'un écrit. Ainsi, au delà de simplement écrire, il faut être capable de rédiger.

Apprendre à référencer

17On peut être surpris de voir courir sur des réseaux sociaux des messages de jeunes restaurateurs sollicitant de l'aide : "bibliography needed" est fréquent sur les forums, Facebook ou LinkedIn. Il est essentiel d'enseigner les ressources existantes, les modalités de recherche en base de données, les principes de l'interrogation booléenne… et l'intérêt d'une documentation abondante. Les cursus ne font pas toujours place à un cours de méthodologie de la recherche documentaire; pour ceux qui le font, ou l'envisagent, nombre d'exercices devraient porter sur la rédaction d'un "état de l'art", qui semble mal maîtrisé. 80% des articles soumis présentent des manques criants quant à leur bibliographie et l'approche critique de celle-ci. Trop souvent aussi, nos reviewers notent que les choix bibliographiques sont faits en fonction de la langue: c'est un biais très important, d'autant moins excusable qu'il existe aujourd'hui des outils de traduction qui aident à la tâche. Il est important de refuser cette facilité, qui enferme dans des cultures méthodologiques spécifiques; et qui, j'ai le regret de le dire, est aussi une forme d'arrogance intellectuelle.

Apprendre l'humilité

18Le constat que je formule ici n'est pas seulement en tant qu'éditeur de CeROArt, mais aussi professeur: Beaucoup de jeunes auteurs réagissent de façon acerbe à la critique. S'ils ont obtenu un bon résultat pendant leur cursus, ils ont tendance à se surévaluer, se surestimer; ils jugent difficilement tolérables les appréciations simplement mitigées sur leur production. Il est interpellant de lire leurs réactions face à des avis éminents, énoncés par des experts. Certains préfèrent retirer leur texte plutôt que l'amender. D'autres expriment leur désaccord de façon inadéquate (en termes de bienséance, voire de politesse), ou carrément de façon agressive.

19L'humilité est à mon sens une qualité essentielle du c-r; elle devrait être constamment rappelée au sein des cursus. Il y a tout à craindre de l'arrogance intellectuelle et de la présomption, car l'esprit guide la main, et la trop grande confiance en soi fait prendre des risques et commettre des erreurs –aussi sur le plan pratique.

Questionner l'encadrement pédagogique

20En ce qui concerne les numéros EGG, il y a en fait 3 niveaux de peer review: l'article soumis par le primo-auteur doit être endossé par un professeur de l'institution (promoteur de mémoire, professeur de méthodologie) sensé vérifier le contenu et la forme. Dans les faits, il y a des disparités étonnantes entre les textes qui nous sont soumis. Ce qui témoigne d'un niveau d'exigence très différent selon les institutions… ou manifeste plus souvent l'engagement personnel d'un professeur, qui assume bénévolement la révision. Certaines formations ont compris que la publication était une vitrine de leur cursus.

21Quels que soient les "bémols" énoncés, la progression en qualité, en une dizaine d'années, est évidente. Le motif en est simple: il n'existait pas en 2007, une seule publication de ce type, susceptible de servir de modèle; aujourd'hui, la revue est en quelque sorte autoréférente dans cette démarche. Les meilleurs articles des numéros précédents servent d'émulateurs.

22L'évolution n'est pas sans rapport avec le travail remarquable des reviewers; certains ont accompli des miracles en termes de pédagogie. Ils ont commenté, annoté, assumé plusieurs relectures, parfois guidé la réécriture d'un même texte dont la qualité initiale laissait à désirer. Certains auteurs, je l'ai déjà souligné, préfèrent retirer leur texte plutôt que de consentir à des révisions importantes: c'est totalement inacceptable et témoigne d'un grand mépris pour le temps investi par le reviewer. Comme ce comportement tend à se répéter, nous imposons désormais en cas de retrait, des APC. D'autres auteurs manifestent leur incompréhension, leur découragement, des doutes. L'accompagnement de l'édition scientifique au sein de CeROArt nécessite des talents multiples, dont la psychologie pour gérer les irascibles, soutenir les déprimés, calmer les anxieux, stimuler les timorés. Pour certains cas particulièrement complexes, la psychanalyse serait d'un grand secours.

23Oser la générosité

24Les formations devraient insister sur le fait qu'un jeune restaurateur diplômé n'est pas "arrivé": qu'il débute simplement une carrière dans laquelle il devra continuellement se former, et aider à former. Les enseignants des cours pratiques et théoriques devraient rappeler cette vérité fondamentale, et en donner l'exemple. A eux aussi de lire, de se documenter, de publier, de communiquer. En ont-ils le temps, en ont-ils l'occasion? C'est une autre question, et elle est cruciale.

25Le processus éditorial est une rude école, mais c'est une chance que d'avoir l'occasion de s'y confronter. Il permet de faire évaluer son travail par des pairs et de diffuser ses acquis, au bénéfice de tous, au niveau international. Les C-R devraient être encouragés à être, au delà des "consommateurs" de savoir, des producteurs. C'est pour ce motif que nous avons créé cette publication en Open Access, sans but lucratif, qui leur est totalement dédiée. Il faut oser la générosité du savoir partagé.

Conclusion

26Notre analyse –qui s'avoue critique- peut être tempérée par des résultats. Sans orgueil, mais sans fausse pudeur, non plus, nous les considérons comme largement positifs. Les contenus de CeROArt –c'est-à-dire essentiellement les publications scientifiques par des C-R- sont largement référencés; les publications les plus éminentes n'hésitent pas à citer ses pages. AATA en reprend les abstracts, la BCIN indexe ses articles.

27En moins de 10 ans, nous avons ouvert nos pages à près de 300 auteurs, dont 95% de restaurateurs, et parmi ceux-ci, plus de 30% de primo-auteurs. Les numéros EGG ont ouvert leurs pages à des diplômés de 14 pays, de 26 formations différentes, pour un total de 111 articles. L'ensemble des numéros totalise plus de 250.000 visites annuelles, pour 153.000 visiteurs uniques. Le plus grand nombre de lecteurs est fourni par la France, suivi des USA, puis l'Allemagne; les pays francophones sont majoritaires dans le top 10.

28Aux côtés de ces primo-auteurs, d'éminentes signatures que nous remercions de leur engagement indéfectible et totalement gratuit. Si à nos débuts, nous avons essuyé quelques appréciations hautaines ou dédaigneuses, elles n'ont jamais été le fait de ces "pairs", qui ont toujours soutenu avec enthousiasme notre initiative. C'est notre fierté.

29Nous avons créé un outil: il nous faut développer davantage, avec les formations, la volonté de l'utiliser. CeROArt n'est pas qu'une source ou ressource de savoir, elle doit être prioritairement considérée comme le lieu où se partage le savoir.

30Le restaurateur ne se perçoit pas suffisamment encore comme "producteur" en matière de littérature scientifique. Or, il y a à l'atelier de fantastiques sources et ressources de connaissance. La culture du secret est morte, sans doute; mais il faut à présent mettre un terme à une forme d'aphasie, de mutisme, de pusillanimité sur le plan de l'écriture scientifique. Il faut oser publier.

Top of page

Notes

1 Muriel Verbeeck, How to encourage conservators to produce knowledge. The CeROArt ‘lab’: Looking back at ten years of experience, Education and Training in Conservation, ICOM-CC Copenhagen, (on line, http://icom-cc-publications-online.org/PublicationDetail.aspx?cid=6a31dda0-6a61-4436-8f0f-b5d5a4343551)

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 OpenEdition.org
Caption Revues.org, qui s'est métamorphosé en OpenEdition, a accueilli CeROArt dès son deuxième numéro.
Credits Crédit: OpenEdition.org
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5369/img-1.png
File image/png, 147k
Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Autour de CeROArt et des publications EGG  », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 30 May 2018, connection on 10 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5369

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est chercheur au sein de l'Unité de recherche AAP de l'Université de Liège. Elle enseigne à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Research fellow de l'ICCROM (2017) et lauréate de la Getty Research Library Grant(2018).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals