Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

David A. Scott, Authenticity, Restoration, Forgery

Los Angeles, Cotsen Institute of Archeology Press, 2016
Muriel Verbeeck-Boutin
Bibliographical reference

David A.Scott, Art : Authenticity, Restoration, Forgery, Los Angeles, UCLA, Cotsen Institute of Archeology Press, 2016, 656 p. ISBN-10: 1938770080

Full text

1Précédée d’une épigraphe  décalée  du cinéaste Jim Jarmusch, la préface de Art : Authenticity, Restoration, Forgery de David A.Scott donne le ton d’un ouvrage qu’on pouvait craindre redondant. En effet, le terme authenticité, depuis le préambule de la charte de Venise en 1964, a été mis à toutes les sauces, au point de gâcher les meilleurs plats. Pas un colloque, pas une journée d’étude qui ne sacrifie à ce passage obligé. Dans ce contexte, plus de 400 pages supplémentaires consacrées au sujet pouvaient paraître superflues. Il n’en est rien. David Scott fournit en effet un ouvrage documenté (40 pages de récapitulatif bibliographique), un index et un glossaire, permettant de dresser un état de la question, mais aussi et surtout, de s’interroger quant à la pertinence du concept, envisagé de façon diachronique.

2L’ouvrage s’adresse, selon l’auteur, au « lecteur général », donc à des profils variés. Il s’applique à cerner plutôt que définir les notions, et ce à partir de différents points de vue : ceux-ci sont parfois antinomiques ou à tout le moins, discutés. L’authenticité est abordée dans ses relations –complexes- avec la restauration et la falsification : elle se voit ainsi replacée dans un champ élargi qui intéresse tout particulièrement le conservateur-restaurateur, mais aussi l’archéologue et l’historien de l’art. L’importance et la complexité du champ sémantique sont soulignées en tête de chaque chapitre, où des mots-clés apparaissent « en chapeau », un peu comme les tags d’une page web. Le mode de citation est anglo-saxon (auteur entre parenthèses, date).

3La conservation-restauration intervenant sur la matérialité des œuvres, l’auteur consacre un premier chapitre introductif à cet aspect particulier.  D’emblée, il rappelle le dialogue difficile entre « connaisseurs », que ceux-ci soient issus de la longue expérience des « connaisseurs historico-humanistes » ou plus récemment, des « connaisseurs technico-scientifiques ». Il note avec justesse que l’arrière-plan philosophique est indissociable de la question de l’authenticité, tant pour ses présupposés esthétiques qu’éthiques. Aussi dans la foulée consacre-t-il quelques pages à préciser des concepts usuels, bien utiles pour le lecteur étranger à la profession de conservateur (intervention minimale, lisibilité, réversibilité, mais aussi anastylose, réintégration…).

4Les valeurs et leur signification sont également abordées, en fournissant un état de l’art malheureusement limité aux publications de langue anglaise. Toutefois, les questions de valeur esthétique et de valeur en art sont brillamment traitées, les sources philosophiques étant judicieusement exploitées. L’approche de la restauration comme acte critique d’interprétation, traité dans la foulée de Ruskin, est néanmoins singulièrement amputée des références à Paul Philippot, qui produisit pourtant –en Français il est vrai-, l’état le plus fouillé de la question. Du plus haut intérêt est le développement sur l’intertextualité, développé p.27 et suivantes, ainsi que les exemples d’application à la conservation-restauration. La question de la matérialité et de l’authenticité contemporaine est abordée et illustrée de cas limites du plus grand intérêt. Toutefois, ces pages fourmillant d’informations et de paradoxes donnent un peu le tournis, et laissent sur l’impression d’un résumé trop dense. Plusieurs points seront néanmoins à nouveau développés dans les chapitres ultérieurs, avec bonheur.

5Le chapitre 2 est consacré au culte de l’authenticité et s’attache à la critique du "passé authentique" comme à sa survivance, à l’idéal platonicien comme aux approches de Sartre, Heidegger, Adorno et Benjamin ; l’auteur aborde dans la même foulée les concepts d’intention et de représentation, d’authenticité et d’authentification, les agents authentificateurs et la production de faux intentionnels, enfin l’appréciation de l’authenticité. A la fois somme et synthèse, cette soixantaine de pages largement documentées et illustrées d’exemples, est un véritable stimulant intellectuel.

6Le développement consacré aux différentes approches de l’authenticité (notamment sous l’angle philosophique) est singulièrement postposé au chapitre 4, le troisième étant consacré au culte de celle-ci (au travers notamment des chartes, de Venise à Nara). On y retrouve bien sûr des références à Goodman (la désormais bien connue distinction entre autographie et allographie), mais aussi des développements sur le statut des répliques, copies et faux.

7Les chapitres suivants s’organisent selon un fil chronologique. Celui consacré à l’« Ancien vieux monde » aborde les antiquités égyptiennes, grecques, romaines, mais aussi japonaises, zapotèque ou même paléolithiques. Un chapitre est consacré à la problématique des objets ethnographiques, un autre au Moyen-âge, à la Renaissance; plus cursif, le neuvième chapitre s’étend du baroque au début du XXe. Le dixième chapitre, enfin, plus étoffé, est consacré au moderne, post-moderne et contemporain. L’auteur esquive le terme "conclusion", en proposant un onzième chapitre sous forme de « pensées et réflexions finales » : celles-ci ne se veulent pas définitives, mais ouvertes à d’autres interrogations du lecteur.

8Les exemples présentés par David Scott tout au long de l’ouvrage sont extrêmement nombreux, variés et détaillés. La documentation ici présentée est une véritable mine d’or pour la compréhension du concept, mais aussi pour l’histoire de la restauration et le questionnement déontologique, en matière de conservation. L’auteur s’adonne à une impressionnante orchestration des sources matérielles, dont la richesse ne paraît jamais redondante. La forme kaléidoscopique de l’exposé déroute parfois le lecteur, mais est intellectuellement très stimulante.

9Le seul bémol est le mode de référence, qui ne permet pas au lecteur de retrouver les pages citées (e.a.Brandi), le recours systématique aux traductions anglaises, alors que le texte original est plus précis, et enfin last but not least, l’omission de quelques sources et travaux pourtant extrêmement pertinents rapport au sujet, mais qui ne sont pas en anglais : e.a. les travaux de Marie-Hélène Breuil sur l’authenticité en art contemporain, les travaux d’Agnes Cascio sur Rodin, ceux de Brigitte Bourgeois sur les polychromies antiques ou les marbres… sans compter de nombreux articles de Technê. Ces omissions sont à la fois étonnantes et décevantes dans un ouvrage qui témoigne d’une telle rigueur et ouverture intellectuelle. Il s’agit moins, à notre sens, d’un défaut directement imputable à l’auteur qu’une tendance de fond, dans le monde anglo-saxon, à méconnaître les recherches non publiées en anglais. Or, de telles omissions sont particulièrement préjudiciables à des études de ce genre, car l’histoire des concepts et des mentalités s’exprime dans une infinie gamme de nuances, que traduisent seules les langues natives. De ce fait, elles enrichissent la réflexion, non seulement en termes de connaissance, mais aussi d’approche culturelle.

10Cette critique de fond, qui dépasse largement l’ouvrage de David A.Scott, s’énonce en sourdine, sur un mode mineur. Art : Authenticiy, Restoration, Forgery est en effet une synthèse extrêmement fouillée et documentée, un ouvrage intelligent, brillant et nécessaire. En définitive, un seul qualificatif, emprunté à l’anglais, peut qualifier cette remarquable publication : il s'agit d'une synthèse « séminale ».

11It’s, really, a seminal book.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « David A. Scott, Authenticity, Restoration, Forgery  », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 30 May 2018, connection on 17 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5370

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals