Skip to navigation – Site map
Dossier

Etude et conservation-restauration d’un Qilin en émail cloisonné chinois provenant du musée des Arts décoratifs de Paris

Aude Lafitte

Abstracts

The documentary background on Chinese cloisonné enamels is incomplete, therefore its conservation enables the better understanding of their origin, technical nature and history. The last year of conservation studies at the Institut national du patrimoine was focused on the study of an 18th-century Chinese cloisonné enamel from the Arts décoratifs Museum (Paris). A research was carried out on the use of paper rubbers for the cleaning of copper cloisons gilded with mercury amalgam. Cleaning operations were completed by the use of peelable gel on large gilded areas, the dismantling and cleaning, as well as the conservation of the enamel.

Top of page

Full text

Cette étude a été réalisée dans le cadre du mémoire de l’Inp, en 2016-2017. Les études et recherches autour du Qilin se sont faites en collaboration avec Marie-Anne Loeper-Attia (conservatrice-restauratrice au musée de la musique-philharmonie de Paris et assistante de l’atelier Arts du feu-métal de l’Inp), Béatrice Quette (chargée de la collection des arts asiatiques au musée des Arts décoratifs), Anne Genachte-Le Bail (assistante ingénieur, adjointe à la responsable du laboratoire), Mandana Saheb-Djahromi (chargée de recherche au CNRS) et Agnès Gall-Ortlik (conservateur-restaurateur d’objets en verre ou émail à Corebarna et coordinatrice du groupe Enamel de l’ICOM-CC).

Introduction

  • 1 Lafitte, A., La cloison d’or : étude et conservation-restauration d’un Qilin en émail cloisonné, Pa (...)

1La technique de l’émail cloisonné est particulièrement employée en Chine. Cependant, l’absence de publications et de recherches sur cette typologie d’objets est l’un des obstacles majeurs à leur compréhension, aussi bien sur le plan historique que technique. La dernière année d’étude à l’Institut national du patrimoine a alors été l’opportunité d’étudier et de traiter un émail cloisonné chinois du xviiie siècle, intitulé Qilin, provenant du musée des Arts décoratifs de Paris1. David David-Weill, un grand collectionneur et vice-président du musée des Arts décoratifs, enrichit la collection en 1923 avec un ensemble de 150 émaux cloisonnés chinois. Ceux-ci, avec quelques autres acquis postérieurement, forment ainsi l’une des plus grandes collections d’émaux cloisonnés chinois au monde.

2Le cloisonné étudié ici est un animal mythologique chinois provenant de ce don de 1923. Sa représentation reste incertaine, il pourrait s’agir d’un dragon, mais la forme du corps et les couleurs l’attribuent plus probablement à un qilin. Ce dernier est un animal cosmologique, régnant sur les animaux à pelage, qui se rapproche du cerf. Il symbolise ainsi l’harmonie, la paix, le bon augure, un bon gouvernement ou la naissance d’un fils talentueux.

3

Fig.1 Qilin

Fig.1 Qilin

Email cloisonné chinois du musée des Arts décoratifs de Paris.

Crédits © Angèle Dequier/Inp.

4Le Qilin mesure 52 x 36 x 35 cm, dimensions imposantes pour la technique de fabrication employée. Or, les objets de grandes tailles, ainsi que la forme d’animal sont des caractères communs aux émaux cloisonnés chinois du xviiie siècle. Ces dimensions, la qualité du travail et l’absence d’objets analogues indiquent également que l’objet a probablement été produit pour l’empereur ou sa Cour. De plus, son utilisation reste incertaine. Ayant tout d’abord été associée à un brûle-parfum, cette hypothèse a été infirmée par l’absence de cendres ou de suie à l’intérieur du corps. Il semblerait que le Qilin ne soit donc qu’un objet décoratif.

  • 2 Brasure : permet de fixer deux pièces métalliques en apportant un métal de composition différente d (...)
  • 3 Quette, B., Cloisonné: Chinese enamel from the Yuan, Ming & Qing dynasties, Singapour, ed. Bard Cen (...)

5Bien qu’il soit daté du xviiie siècle, il est difficile de déterminer avec certitude la période de fabrication de cet objet. Une étude stylistique du mode de fabrication, des couleurs et des formes employées a toutefois permis d’affiner cette datation. Ainsi, les motifs floraux simplifiés sur fond bleu, la forme d’animal, les couleurs de l’émail et la mise en forme par martelage, sans brasure2 ou soudure des cloisons de l’émail, placent cet objet vers la deuxième moitié du xviiie siècle, sous le règne de l’empereur Qianlong (1735-1796). Le Qilin présente ainsi plusieurs éléments en cuivre mis en forme séparément, par martelage, puis décorés grâce à la technique de la ciselure. Les éléments sont par la suite assemblés à l’aide de rivets et d’agrafes pour être émaillés en suivant la technique du cloisonné3.

Fig.2 Assemblage du Qilin

Fig.2 Assemblage du Qilin

Agrafe de l’arrière-train permettant l’assemblage du corps et du dessous du Qilin.

Crédits © Aude Lafitte.

  • 4 Garner H., Chinese and Japanese cloisonné enamels, Londres, Faber&Faber, 1962
  • 5 Quette B., De la Chine aux Arts Décoratifs : L’art chinois dans les collections du Musée des Arts d (...)
  • 6 Chambre de cuisson chauffée extérieurement et dans laquelle on place les céramiques émaillées et dé (...)
  • 7 Œillets : traces des bulles d’air dans l’émail qui proviennent de la libération de l’air piégé dans (...)
  • 8 Brinker, H., Lutz, A., Chinese cloisonné: The Pierre Uldry collection, New York, ed. The Asia Socie (...)

6Des cloisons de cuivre de 0,5 mm de hauteur et 0,4 mm d’épaisseur sont ainsi placées perpendiculairement à la surface de l’objet pour former des cavités aux formes désirées. Ces cloisons sont collées à l’aide d’une colle dont la composition reste secrète, mais dont la bibliographie mentionne l’usage de laque ou de baiji4. L’émail coloré est ensuite broyé dans un mortier avec une agate et de l’eau jusqu’à l’obtention de la granulométrie voulue. La poudre obtenue est ensuite lavée pour éliminer toute impureté, puis elle est appliquée dans les alvéoles correspondantes en la mélangeant à un adhésif végétal5 si les cavités sont à la verticale. La pièce est ensuite placée dans un four à moufle6 en veillant à ce qu’aucune cendre ne vienne se déposer en surface de l’émail. La température de cuisson avoisine les 680-720°C. Les pattes de l’animal sont émaillées à part, pour être rapportées au corps après émaillage, en rabattant les bords à l’intérieur du corps. Une dernière couche d’émail et une ultime cuisson permettent de cacher le système de fixation. Les surfaces métalliques sont alors recouvertes d’un amalgame d’or et de mercure qui est chauffé jusqu’à évaporation totale du mercure. Plusieurs passes d’amalgame sont nécessaires pour obtenir une couche d’or uniforme en surface du cuivre. Un brunissage est finalement réalisé au niveau des reliefs pour accentuer la brillance de certaines formes du décor. Les derniers éléments comme la tête, la crinière, les barbiches et la queue sont assemblés au corps à l’aide de clous et les éventuels œillets7 et 8 de l’émail sont comblés par une cire d’origine naturelle teintée dans la masse.

  • 9 Analyses effectuées au laboratoire de l’Inp par Maroussia Duranton (ingénieur d'études, adjointe à (...)
  • 10 Le laque, principalement utilisé en Asie, provient de la sève de différentes espèces d’arbres. Sa c (...)
  • 11 Bronzes de la chine impériale du xe au xixe siècle, Dossier de presse, Musée Cernuschi, Musée des a (...)

7L’observation de l’œuvre a permis d’identifier une couche fine, lisse et brune sous les pattes et au niveau de l’encolure. L’examen d’objets de la même époque et de la même collection a permis d’observer quelques traces de couches brunes similaires dans les creux de décors d’anses. La couche n’est pourtant jamais présente en quantité aussi importante que sur le Qilin, c’est pourquoi une analyse par spectroscopie infra-rouge9 a été réalisée. Le résultat présente un laque polysaccharide10 avec une forte proportion en gomme. Bien qu’à notre connaissance aucun émail cloisonné chinois ne présente une couche si importante de laque, il semblerait que celle-ci soit un choix volontaire pour patiner la surface métallique. L’étude des bronzes du Musée Cernuschi montre que sous la dynastie Qing (1644-1911)11, les « couleurs de marmite » (guo se) et « couleurs de thé séché » (la cha se), allant des bruns moyens au noir, sont très prisées et imitées par de nombreux procédés. Si cette étude porte uniquement sur des objets entièrement confectionnés en métal, sans décor d’émail cloisonné, il est tout de même envisageable qu’une technique similaire ait été appliquée sur les émaux cloisonnés.

Fig.3 Assemblage du Qilin

Fig.3 Assemblage du Qilin

Schéma des méthodes d’assemblage des différents éléments constituants le Qilin.

Crédits © Aude Lafitte

Altérations et anciens traitements

8Les analyses réalisées pour comprendre les processus de fabrication de l’objet ont permis d’observer que certains éléments ont été modifiés au fil du temps. En premier lieu, l’endoscope, employé pour l’analyse interne de l’objet, a révélé un dôme au sommet du corps, sous la tête. Un découpage irrégulier en forme d’étoile a été réalisé en son centre et dénote avec la méticulosité de l’objet, il semblerait donc que ce traitement ait eu lieu après sa fabrication.

Fig.4 Qilin sans tête

Fig.4 Qilin sans tête

Dôme métallique découpé de manière irrégulière en son centre.

Crédits © Aude Lafitte.

  • 12 Loeper-Attia, M-A., Quette, B., Genachte-Le Bail, A., Huynh, C., Lafitte, A., « La coupe Gui du mus (...)

9Il était commun, en Chine, de modifier les objets au cours de leur vie12, mais nous supposons que ce trou provient d’une ancienne réparation ou d’un remontage permettant de réassembler les éléments après un traitement. Cette hypothèse ne peut être confirmée, mais la présence de clous de différentes natures prouve que le Qilin a été démonté à une ou plusieurs occasions. En effet, les clous d’origine sont épais (Ø 3,7 cm), réalisés en alliage cuivreux et de section carrée, tandis que les clous plus récents, usinés en alliage cuivreux et ferreux, sont moins épais (Ø 2,4 cm) et ne coïncident plus avec les trous d’origine, provoquant le mouvement des éléments qui y sont associés.

  • 13 SELWYN, S.L, COSTAIN, G.C., « Evaluation of silver-cleaning products », Journal of the Internationa (...)
  • 14 Navarro, J., « Reviewing the conservation of unstable enamels at the Victoria and Albert museum », (...)

10De plus, des observations sous rayonnement ultraviolet ont mis en évidence un vernis invisible à l’œil nu, appliqué seulement sur la face de l’animal. Des tests de solubilité montrent que la couche est sensible à l’acétone et légèrement à l’éthanol, s’agissant donc d’un vernis plutôt que d’une cire. De plus, cette couche hétérogène semble avoir été apposée après la fabrication de l’objet, lors d’un ancien nettoyage, puisque des produits blanchâtres ont été identifiés en-dessous de cette couche transparente. Des analyses par micro-fluorescence de rayons X (XRF) ont révélé la présence de calcium dans ces produits blanchâtres, ce qui suggère l’usage d’un traitement de nettoyage à base de carbonate de calcium sur l’objet. L’usage de carbonate de calcium pur ou en mélange dans un produit prêt à l’emploi était récurrent pour le nettoyage et l’entretien de l’orfèvrerie13. Une protection a ensuite surement été appliquée pour protéger la surface14, expliquant la présence de ce vernis dont la nature reste inconnue.

Fig.5 Résidus sous loupe binoculaire

Fig.5 Résidus sous loupe binoculaire

Résidus blanchâtres dans les aspérités de l’émail et le long des parois.

Crédits ©Aude Lafitte.

  • 15 Scott, D., Copper and bronze in art, Los Angeles, The Getty Conservation Institute, 2002
  • 16 Perego, F., Dictionnaire des matériaux du peintre, ed. Belin, 2005

11Ces nombreux résidus ont, entre autres, provoqué le développement d’une corrosion par piqûre ainsi qu’en amas foncés sur la dorsale. Les analyses réalisées montrent la présence de chlore dans les produits de corrosion ce qui permet d’affirmer que des chlorures de cuivre (nantokite ou paratakamite)15 sont présents en surface du métal. L’analyse MFX employée étant une technique d’analyse élémentaire, il n’est pas possible de déterminer l’éventuelle présence de carbonate de cuivre. De plus, l’analyse du laque par spectroscopie infrarouge a permis d’identifier des savons métalliques (stéarates de cuivre ou palmâtes de cuivre) résultants de l’interaction avec une fraction huileuse de la couche de laque brun de polysaccharide16. La couche brune de laque se retrouve donc mêlée aux produits de corrosion du cuivre.

12Quelques altérations mécaniques ont également été observées, telles que des déformations dues aux chocs mécaniques, mais également des fissures et lacunes, notamment au niveau de l’émail.

Fig.6 Altération de l’émail 

Fig.6 Altération de l’émail 

Fissure de l’émail le long d’une côte de l’animal.

Crédits © Aude Lafitte.

13Les objectifs de conservation-restauration ont donc été définis au regard des valeurs culturelles de l’objet : technique (l’émail cloisonné est de taille importante), esthétique (il s’agit d’un objet décoratif), rareté (aucun objet analogue n’est connu à ce jour) et éducative (l’objectif du musée étant de montrer un large panel de techniques et de styles).

14Le Qilin est actuellement entreposé dans les réserves du musée des Arts décoratifs et aucun projet ne prévoit à ce jour sa présentation dans les vitrines de la collection permanente. En revanche, l’œuvre fait partie d’une collection rare d’émaux cloisonnés qui est régulièrement présentée lors d’expositions temporaires en France ou à l’étranger. L’œuvre étudiée étant l’une des pièces phares de cette collection elle est donc généralement présentée seule dans une vitrine.

15Au cours des discussions avec Béatrice Quette, chargée des collections asiatiques du musée des Arts décoratifs, il a été décidé que les traitements de conservation-restauration auraient pour but :

  • d’assurer la stabilité de l’œuvre lors des déplacements, mais également de veiller à la préservation et la conservation des matériaux dans le temps ;

  • de mettre en évidence et de conserver les traces de fabrication ;

  • de redonner une uniformité visuelle en restituant la lisibilité des décors ;

  • de réaliser des semelles pour la présentation de l’œuvre et un plateau de transport.

16Le but est donc de redonner de la lisibilité et de l’homogénéité à la surface de l’objet tout en préservant ses traces de fabrication et d’utilisation. Dans ce sens, il a été décidé de ne pas traiter le laque brun ainsi que les comblements en cire naturelle, tous deux supposés d’origine et apportant des informations sur la technique de fabrication de cette typologie d’objet. Par contre, les résidus de carbonate de calcium ainsi que la corrosion qui y est associée perturbent la lisibilité des motifs et des couleurs de l’émail, ainsi que des systèmes d’assemblage. Les nombreux résidus et la couche de protection lacunaire sont autant de paramètres pouvant engendrer le développement d’une corrosion localisée, provoquant des dégradations importantes à moyen ou long terme. Les interventions entreprises devront, bien-sûr, être conduites dans le respect de la déontologie en vigueur, être réversibles, identifiables, et ne pas porter atteinte à l’objet, ni à court, ni à long terme.

Recherche sur le nettoyage par les gommes

  • 17 Daudin-Schotte, M., Bisschoff, M., et al., « Dry cleaning approaches for unvarnished paint surfaces (...)
  • 18 Basé sur les normes : ISO 9227, ASTM B6, ASTM B117 et ASTM G85, les éprouvettes sont placées dans u (...)

17Pour le nettoyage des cloisons une recherche a été réalisée afin d’éviter l’emploi des produits liquides ou visqueux pouvant couler et pénétrer le long des cloisons de l’émail ou au niveau des assemblages, provoquant une réactivation du processus de corrosion. Ainsi, nous avons décidé de tester des éponges et des gommes pour un nettoyage mécanique. Les gommes sont couramment employées lors du nettoyage de l’orfèvrerie, mais aucune recherche n’a été publiée sur le sujet et leur effet sur les surfaces métalliques. Des gommes commerciales et faites maison, ainsi que des éponges, ont été testées afin de vérifier l’efficacité de nettoyage du métal, les rayures provoquées, les changements de brillance et les résidus potentiels. Les produits choisis pour l’étude ont été sélectionnés en se basant sur des études en conservation-restauration de textile, papier, photographie et peinture17. De plus, des pré-tests ont été réalisés sur des éprouvettes de cuivre corrodées artificiellement18 pour sélectionner les produits en fonction de leur efficacité de nettoyage ainsi que la quantité des résidus laissés en surface. Ces résultats ont permis de spécifier la sélection : Staedtler® Mars Plastic (gomme utilisée pour le nettoyage de l’argenterie), Staedtler® PVC-Free (gomme sans chlore et soufre), Factis® Magic Black 18 (l’étiquette mentionne l’absence d’abrasifs), Gomme crêpe® (utilisée en restauration de papier), Muji® (éponge synthétique abordable) et pour comparaison, un outil de nacre (employé au Victoria & Albert Museum pour éliminer la corrosion du métal).

Fig.7 Outils testés

Fig.7 Outils testés

Outils et produits sélectionnés pour l’étude scientifique.

Crédits © Aude Lafitte.

  • 19 Brill, B., « Description du geste : quelles méthodes ? », Techniques et culture, Les éditions de la (...)

18Ces outils ont été testés sur des éprouvettes de cuivre dorées au mercure et sur des échantillons d’émaux cloisonnés comportant des fissures et des œillets comme sur le Qilin. Chaque outil est appliqué sur la surface des éprouvettes en 200 passages allers, à un rythme de 160 battements par minute. La pression a été contrôlée à l’aide d’une mousse de 4 cm d’épaisseur pour limiter la pression et le mouvement du poignet. L’ensemble de ces paramètres a été déterminé suite à de nombreux tests afin de se rapprocher au plus près de l’action exercée par la main du conservateur-restaurateur19.

  • 20 Florescu, M, Voyage en carrosse : étude et conservation-restauration d’un prototype de micro-car en (...)

19Pour analyser les rayures et la brillance des échantillons nous avons mis en place une méthodologie utilisant des outils accessibles à tout conservateur-restaurateur. En premier lieu, afin de comparer la réflectance avant et après traitement, une charte a été réalisée avec différentes nuances de noir et de blanc à l’aide de points de diverses épaisseurs. Cette charte a été imprimée sur un carton à la taille des échantillons pour être utilisée comme échelle de référence20. Elle est ensuite placée à 10° par rapport au plan de travail, tandis que l’échantillon est quant à lui placé à la verticale.

Fig.8 Analyse de reflectance

Fig.8 Analyse de reflectance

Prise de vue des échantillons de cuivre dorés au mercure pour l’analyse de la reflectance.

Crédits © Aude Lafitte.

20La netteté des cercles et les variations des nuances de l’échelle de référence ont alors été comparées avant et après, en se basant sur le système L*a*b. Deuxièmement, une photographie des échantillons sous loupe binoculaire a été effectuée, avant et après traitement. Ces photographies des rayures ont par la suite été analysées sous le logiciel Photoshop® CS6 en modifiant les contrastes. Pour se faire, les images sont converties en noir et blanc, toutes les rayures apparaissant alors en blanc. Le logiciel est ensuite capable de sélectionner les pixels blancs et de les quantifier. Le pourcentage du nombre de rayures provoquées par l’abrasion des outils est alors obtenu à partir du rapport entre le nombre de pixels blancs des rayures et celui de l’ensemble des pixels de l’image.

Fig.9 Analyse des rayures

Fig.9 Analyse des rayures

Résultats du pourcentage de rayures provoquées par l’abrasion des outils et produits testés sur les échantillons.

Crédits © Aude Lafitte.

21Les gommes Staedtler® semblent donner les meilleurs résultats concernant le rapport entre l’élimination de la corrosion des cloisons et la formation de rayures. Cependant, des analyses par XRF montrent que les gommes semblent laisser des polluants inorganiques sur le métal. Un vieillissement artificiel des échantillons traités a été réalisé pour vérifier si l’action des produits et leurs résidus pouvaient engendrer une corrosion préférentielle, ce qui n’a pas semblé être le cas. Au regard de ces premiers résultats, la gomme Staedtler® PVC-Free apparaît comme le meilleur outil pour le nettoyage du Qilin en terme d’efficacité de nettoyage et de sécurité pour le matériau traité.

Fig.10 Analyse des polluants

Fig.10 Analyse des polluants

Résultats de l’analyse des polluants inorganiques des produits/outils.

Crédits © Aude Lafitte.

22Pour aller plus loin dans l’étude des gommes sur les matériaux et vérifier l’action de cette technique de nettoyage, des échantillons de cuivre dorés au mercure ont été corrodés artificiellement et nettoyés avec la gomme sélectionnée précédemment. La corrosion non-adhérente a pu être retirée, mais la gomme ne peut aller dans les détails minutieux du décor ni éliminer la corrosion dure et adhérente. En complément, la gomme sélectionnée a été testée sur de l’émail afin de vérifier si elle ne rayait pas ce type de surface. L’outil de nacre a également été testé sur l’émail en vue de retirer les concrétions les plus dures et adhérentes. Ce test a montré que la nacre ne raye pas l’émail si elle est placée parallèlement à la surface.

23Par la suite, une micro-aspiration a permis d’évaluer la quantité des résidus présents en surface. Cette étape permet également d’évaluer l’adhérence des résidus et donc la possibilité de leur élimination par micro-aspiration. Elle a permis d’absorber la totalité des résidus visibles à l’œil nu. Une analyse ponctuelle et linéaire par MFX de la surface des éprouvettes a permis de compléter l’évaluation du retrait de résidus. Il semble donc qu’une simple micro-aspiration suffise à éliminer complètement les dépôts des gommes.

24La gomme Staedtler® PVC-Free se confirme donc comme étant l’outil à employer pour le nettoyage des cloisons de l’émail, mais l’outil de nacre peut également y être associé pour dégrossir la corrosion épaisse et adhérente avant le passage de la gomme.

Traitements de conservation-restauration

25La première étape a consisté au dépoussiérage de l’objet à l’aide d’un micro-aspirateur et d’un pinceau doux, en évitant la perte des éventuelles écailles de l’émail qui pouvaient se désolidariser. Le démontage des différents éléments du Qilin a permis d’éviter toute dégradation des éléments amovibles lors des manipulations, ainsi que la perte des éléments de fixation. Cette étape s’est faite avec des pinces de bijoutier préalablement protégées avec du scotch® TESA pour éviter de provoquer des rayures. Les trois clous qui maintiennent la crinière ont été enlevés. La tête de l’animal a pu ensuite être retirée et chaque clou a été numéroté en vue du remontage.

26Le vernis transparent a été éliminé à l’aide d’éthanol. Pour limiter l’utilisation de solvant, du papier épais (Bolloré® 20 mg) a été imbibé de solvant, légèrement essoré entre deux doigts, puis appliqué en surface de l’émail en frottant avec un pinceau dur. Ce processus a permis de retrouver une homogénéité de la surface tout en limitant le développement d’une corrosion préférentielle.

27La corrosion des cloisons, l’encrassement général et les résidus de calcium empêchent la bonne lisibilité du décor. Au regard des résultats de l’étude scientifique, deux produits ont été combinés pour leur nettoyage :

  • la nacre pour dégrossir la corrosion dure et adhérente en évitant de rayer la surface de l’émail en la plaçant parallèlement à sa surface,

  • puis la gomme Staedtler® PVC-Free qui vient nettoyer la surface sans rayer le métal et l’émail. Le nettoyage est stoppé lorsque la dorure sous-jacente est retrouvée.

28De plus, pour retrouver la lisibilité des couleurs de l’émail recouvertes d’un encrassement brun-noir, un outil de bois a été confectionné pour venir y insérer une lame de rasoir très souple. La lame peut ainsi être placée parallèlement à la surface pour éviter de rayer l’émail tout en nettoyant la surface.

Fig.11 Technique de nettoyage

Fig.11 Technique de nettoyage

Nettoyage de l’émail sous lunette-loupe à l’aide d’un outil confectionné avec une lame de rasoir.

Crédits © Aude Lafitte.

  • 21 Liu, L-Y., Chinese enamel ware: Its history, authentication and conservation, Taipei, ed. Cygnus, 1 (...)

29Dans le même but, chaque comblement d’origine en cire d’abeille a précautionneusement été nettoyé avec un bâtonnet de bois taillé, du coton et de l’éthanol. Le retrait du vernis et de l’encrassement a permis de rendre visible les comblements d’origine sous rayonnement ultraviolet21.

  • 22 Centre de Recherche et de restauration des Musées de France, http://c2rmf.fr/
  • 23 Paulin, M-A., Leblanc, F., « Note sur la restauration du mobilier Boulle du musée du Louvre : le ne (...)

30Au niveau des larges plages de métal doré, le choix s’est tourné vers l’usage de gel pelable, technique développée au C2RMF22 et basée sur de la colle de nerf (de bœuf) et du papier japon23. La colle de nerf est mélangée avec de l’acide citrique, de l’eau et du TEA (Triethanolamine) pour obtenir un pH neutre de 7 à 10% de triamonniumcitrate. Le mélange est chauffé au bain marie jusqu’à l’obtention d’un gel visqueux applicable à la surface du métal. Du papier Bolloré®, plus abordable que du papier japon, est ensuite appliqué sur la première couche de gel et recouvert d’une autre couche de gel. Après 10 minutes, le gel est retiré en tirant sur une extrémité. Ce nettoyage a permis d’éliminer la majorité des produits de corrosion, mais un gel d’EDTA (tétrasodium à 1% dans de l’eau déionisée et de la méthylecellulose neutre) a tout de même été appliqué localement dans les zones peu accessibles avec le gel pelable tels que les creux profonds dus aux reliefs.

31D’anciens traitements et démontages ont fragilisé la structure du Qilin c’est pourquoi un des objectifs principaux était de stabiliser la tête, les barbiches et la queue. Pour cela, des tiges de fibre de verre enrobées de Paraloid® B72 ont été utilisées. Certains trous de la crinière, dans lesquels viennent s’insérer les clous d’assemblage, ont été consolidés avec de la résine époxy (Araldite® 2020) et de la fibre de verre. Les clous d’assemblage ont également été entourés de fibre de verre et de Paraloid® B72 à 20% dans l’éthanol pour minimiser les mouvements dus aux différences de diamètre entre les clous et les trous correspondants. La stabilisation réalisée, la tête et la crinière ont pu être remontées. La tête de l’un des clous d’assemblage ayant été découpée lors d’anciens traitements, elle a été remplacée par une nouvelle tête en résine époxy et fibre de verre permettant maintenant d’éviter le mouvement de la tête de l’objet.

  • 24 Koob, S., Conservation and care of glass objects, Londres, ed. Archetype Publications, 2006

32Finalement, certaines lacunes ont été comblées et retouchées pour homogénéiser l’aspect global de cette œuvre d’art. Pour l’émail, le produit employé est le Modostuc® (PVAC en dispersion dans l’eau) en veillant à protéger les zones à combler de plusieurs couches de Paraloid® B72 à 15% dans l’éthanol pour éviter la migration des composants du matériau de comblement dans les fissures de l’émail. Le Modostuc® est appliqué en retrait par rapport à la surface de l’émail afin d’être discernable de près sans gêner la lisibilité du décor. Pour le métal, il n’était pas possible de venir combler les lacunes par l’arrière. Une technique a donc été trouvée afin de réaliser des films épais de Paraloid® B72 dans l’acétate d’éthyle/diacétone alcool (70/30)24. Ces films ont ensuite été découpés à la forme de la lacune et collé au Paraloid® B72 à 20% dans l’éthanol. La retouche a ensuite été réalisée à la peinture acrylique pour son aspect satiné proche du laque et de l’émail.

  • 25 Mourey, W., « Synthèse des essais sur les revêtements de protection des métaux », Metal 95, 1996, e (...)

33Aucune protection de surface n’a été appliquée de par la faible présence de chlorures de cuivre, mais également parce que l’objet est conservé dans des conditions stables25 dans les réserves externes du musée des Arts décoratifs. Pour finir, un coussin de voyage a été réalisé en Tyvek® à l’aide d’une machine à coudre. Ce coussin est rempli d’ouate de polyester neutre et des rubans en coton neutre et blanc permettent de nouer l’élément pour le maintien de la tête. Un plateau de transport a également été confectionné pour les petits déplacements et pour éviter les manipulations des zones fragiles, telles que la tête et la queue.

Fig.12 Coussin de maintien

Fig.12 Coussin de maintien

Coussin de transport amortissant les chocs mécaniques.

Crédits © Aude Lafitte.

Conclusion

34L’étude qui s’est déroulée autour du Qilin a permis de mieux comprendre l’objet ainsi que les émaux cloisonnés chinois de manière générale. En effet, l’étude historique a permis de situer la fabrication de l’objet vers la deuxième moitié du xviiie siècle, grâce à une étude des couleurs de l’émail, des motifs et de la forme générale. De même, la recherche technique a aidé à la compréhension de la fabrication de cet objet permettant ainsi de mieux comprendre le mode de fabrication des émaux cloisonnés chinois de grandes dimensions.

35De plus, l’étude scientifique a été l’occasion de mieux appréhender les gommes et leurs effets lors du nettoyage mécanique du métal. Leur usage fréquent dans plusieurs spécialités a fait l’objet de différentes publications, mais les effets sur le métal restaient, à ce jour, peu étudiés ou du moins non-publiés. L’usage de gommes commerciales pour le nettoyage de corrosion peu adhérente est donc envisageable, mais il est préférable d’employer une gomme sans polluants nocifs pour le métal telle que la gomme Staedtler® PVC-Free sélectionnée au cours de cette étude.

36Enfin, les traitements de conservation-restauration ont permis de stabiliser le Qilin afin d’éviter de potentielles dégradations lors des futurs transports. Mais cela a également permis d’unifier l’aspect de surface en rendant lisible les éléments et les couleurs de l’émail. Cet émail cloisonné chinois peut maintenant regagner les réserves du musée en attendant d’être exposé pour le plus grand bonheur des visiteurs.

Top of page

Notes

1 Lafitte, A., La cloison d’or : étude et conservation-restauration d’un Qilin en émail cloisonné, Paris, Mémoire Inp, 2017

2 Brasure : permet de fixer deux pièces métalliques en apportant un métal de composition différente de celle des pièces à assembler et dont la température de fusion est moins élevée que ces dernières.

3 Quette, B., Cloisonné: Chinese enamel from the Yuan, Ming & Qing dynasties, Singapour, ed. Bard Center, 2011

4 Garner H., Chinese and Japanese cloisonné enamels, Londres, Faber&Faber, 1962

5 Quette B., De la Chine aux Arts Décoratifs : L’art chinois dans les collections du Musée des Arts décoratifs, Paris, Musée des Arts décoratifs, 2014

6 Chambre de cuisson chauffée extérieurement et dans laquelle on place les céramiques émaillées et décorées pour subir une cuisson à feu modéré, dite cuisson de petit feu ou de feu de moufle.

7 Œillets : traces des bulles d’air dans l’émail qui proviennent de la libération de l’air piégé dans les poudres de verre lors de la cuisson des émaux.

8 Brinker, H., Lutz, A., Chinese cloisonné: The Pierre Uldry collection, New York, ed. The Asia Society Galleries, 1989

9 Analyses effectuées au laboratoire de l’Inp par Maroussia Duranton (ingénieur d'études, adjointe à la responsable du laboratoire de l’Inp), le 22 juin 2017

10 Le laque, principalement utilisé en Asie, provient de la sève de différentes espèces d’arbres. Sa composition et ses propriétés sont variables et dépendent de sa province d’origine, de la période et la méthode de récolte et de ses conditions de conservation. La sève de laque est un mélange de polysaccharides, d’urushiol, de glycoprotéines et d’eau.

Jin, C., Sano, C., Jumanotani, J., « A study on the deterioration of urushi (Oriental lacquer) by micro FT-IR ATR spectroscopy strategies for the judgement of urushi in Ancient cultural properties », East Asian and European Lacquer Techniques, 2000, pp.149-160.

11 Bronzes de la chine impériale du xe au xixe siècle, Dossier de presse, Musée Cernuschi, Musée des arts de l’asie de la ville de Paris, 2013

12 Loeper-Attia, M-A., Quette, B., Genachte-Le Bail, A., Huynh, C., Lafitte, A., « La coupe Gui du musée des Arts décoratifs. Restauration et étude technique », Patrimoine, 2016, n°12, pp.56-61

13 SELWYN, S.L, COSTAIN, G.C., « Evaluation of silver-cleaning products », Journal of the International Institute for Conservation Canadian Group, vol.16, pp.3-16; COSTA, V., « The deterioration of silver alloys and some aspects of their conservation », Reviews in conservation, 2001, vol.2, pp.18-34

14 Navarro, J., « Reviewing the conservation of unstable enamels at the Victoria and Albert museum », Biennale de ICOM-CC Enamel Group of the Glass & Ceramics and Metals Working Groups, 2010, n°3, pp.24-29

15 Scott, D., Copper and bronze in art, Los Angeles, The Getty Conservation Institute, 2002

16 Perego, F., Dictionnaire des matériaux du peintre, ed. Belin, 2005

17 Daudin-Schotte, M., Bisschoff, M., et al., « Dry cleaning approaches for unvarnished paint surfaces », Proceedings from of the Cleaning 2010 Conference, 2013, Smithsonian contributions to museum conservation,

Esmay, F., Griffith, R., An investigation of cleaning methods for untreates wood, Portland, WAG postprints, 2004

Nguyen, T-P., Bouvet, S., Eveno, M., Effet des gommes à effacer sur la cellulose du papier, Paris, Laboratoire de la Bibliothèque Nationale de France, 2003

18 Basé sur les normes : ISO 9227, ASTM B6, ASTM B117 et ASTM G85, les éprouvettes sont placées dans un bocal hermétique contenant 200 ml d’eau, 20 g de sel de cuisine, avec un pH compris entre 3,2 et 3,4 grâce à l’ajout d’acide acétique. Les éprouvettes ne sont pas en contact avec le liquide et l’ensemble est placé en enceinte à 35-38°C pendant quatre cycles de 72h.

19 Brill, B., « Description du geste : quelles méthodes ? », Techniques et culture, Les éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2010, p.245-259

Rolland-Villemot, B., « L’explication du geste technique, la transmission des savoir-faire », In Actes du colloque CTHS langage et communication, 2014

20 Florescu, M, Voyage en carrosse : étude et conservation-restauration d’un prototype de micro-car en aluminium, Mémoire Inp, 2015

21 Liu, L-Y., Chinese enamel ware: Its history, authentication and conservation, Taipei, ed. Cygnus, 1978

22 Centre de Recherche et de restauration des Musées de France, http://c2rmf.fr/

23 Paulin, M-A., Leblanc, F., « Note sur la restauration du mobilier Boulle du musée du Louvre : le nettoyage des marqueteries métalliques », Techne, 2013, pp.101-103

24 Koob, S., Conservation and care of glass objects, Londres, ed. Archetype Publications, 2006

25 Mourey, W., « Synthèse des essais sur les revêtements de protection des métaux », Metal 95, 1996, ed. James & James, pp.225-227

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Qilin
Caption Email cloisonné chinois du musée des Arts décoratifs de Paris.
Credits Crédits © Angèle Dequier/Inp.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-1.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Title Fig.2 Assemblage du Qilin
Caption Agrafe de l’arrière-train permettant l’assemblage du corps et du dessous du Qilin.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-2.jpg
File image/jpeg, 3.0M
Title Fig.3 Assemblage du Qilin
Caption Schéma des méthodes d’assemblage des différents éléments constituants le Qilin.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-3.jpg
File image/jpeg, 3.0M
Title Fig.4 Qilin sans tête
Caption Dôme métallique découpé de manière irrégulière en son centre.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-4.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Title Fig.5 Résidus sous loupe binoculaire
Caption Résidus blanchâtres dans les aspérités de l’émail et le long des parois.
Credits Crédits ©Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-5.jpg
File image/jpeg, 2.9M
Title Fig.6 Altération de l’émail 
Caption Fissure de l’émail le long d’une côte de l’animal.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-6.jpg
File image/jpeg, 2.8M
Title Fig.7 Outils testés
Caption Outils et produits sélectionnés pour l’étude scientifique.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-7.jpg
File image/jpeg, 2.6M
Title Fig.8 Analyse de reflectance
Caption Prise de vue des échantillons de cuivre dorés au mercure pour l’analyse de la reflectance.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title Fig.9 Analyse des rayures
Caption Résultats du pourcentage de rayures provoquées par l’abrasion des outils et produits testés sur les échantillons.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-9.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig.10 Analyse des polluants
Caption Résultats de l’analyse des polluants inorganiques des produits/outils.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-10.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig.11 Technique de nettoyage
Caption Nettoyage de l’émail sous lunette-loupe à l’aide d’un outil confectionné avec une lame de rasoir.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-11.jpg
File image/jpeg, 3.0M
Title Fig.12 Coussin de maintien
Caption Coussin de transport amortissant les chocs mécaniques.
Credits Crédits © Aude Lafitte.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/5373/img-12.jpg
File image/jpeg, 2.9M
Top of page

References

Electronic reference

Aude Lafitte, « Etude et conservation-restauration d’un Qilin en émail cloisonné chinois provenant du musée des Arts décoratifs de Paris », CeROArt [Online], EGG 6 | 2017, Online since 31 May 2018, connection on 24 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5373

Top of page

About the author

Aude Lafitte

Aude Lafitte est conservatrice-restauratrice diplômée en 2017 de l’Institut national du patrimoine (Paris), spécialisée en conservation-restauration d’objets d’art du feu (métal, émail, céramique et verre). En 2014, elle développe ses connaissances à Arc’Antique, sous la direction de Stéphane Lemoine, puis, en 2016, au sein du Victoria & Albert Museum à Londres, sous la direction de Joanna Whalley. Elle travaille maintenant seule ou en équipe, dans toute l’Europe et particulièrement en Ile-de-France. Contact : lafitte.conservation@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals