Skip to navigation – Site map
Autour de Nicolas Schöffer : Conserver/restaurer les œuvres à caractère technologique

Présentation

Manon D’haenens

Full text

1Les journées d’étude « Autour de Nicolas Schöffer : Conserver-restaurer des œuvres à caractère technologique » ont été organisées par l'Université de Liège (UR AAP) et l'ESA Saint-Luc de Liège, en collaboration avec l'Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer (A.N.S.I. XXI) et avec le soutien du C2RMF, d'INCCA-f et de CeROArt, les 3 novembre 2016 et 2 février 2017 à Paris.

2Ces deux journées de rencontre pluridisciplinaires ont été initiées lors de discussions autour des œuvres de Nicolas Schöffer entre conservateurs de collection, conservateurs-restaurateurs, artistes, assistants d’artistes, ingénieurs, techniciens, avocats ou ayants droit d’artistes. Malgré des horizons très différents, tous se trouvent confrontés à des problématiques communes liées à la conservation de ces œuvres à caractère technologique.

3Sculpteur de l’espace, de la lumière et du temps, Nicolas Schöffer (1912, Kalocsa – 1992, Paris) fut un des pionniers en ce domaine. Il a utilisé les technologies les plus innovantes de son époque, notamment en collaborant avec les industriels comme Philips pour ses programmations cybernétiques. Aujourd’hui, Éléonore de Lavandeyra Schöffer conserve et présente toujours la collection de son époux (œuvres et archives) au sein de son atelier de la Villa des Arts à Paris. Au fil des années, plusieurs œuvres ont nécessité des interventions, réparations ou restaurations. L'œuvre de Nicolas Schöffer constitue un point de départ particulièrement riche dont les cas d’étude permettent d’aborder de nombreuses difficultés partagées par les œuvres à caractère technologique. Des débuts, aux procédés plus mécaniques des années 60, aux œuvres contemporaines numériques, elles ont ce point commun d’utiliser des technologies modernes de leur époque qui, à l’heure d’être conservées, présentent des défis inédits et spécifiques.

  • 1 DEPOCAS, A., IPPOLITO, J. et JONES, C. (éds.), Permanence through change: the variable media approa (...)
  • 2 B. Serexhe et A. Zentrum für Kunst und Medientechnologie (Karlsruhe, Digital art conservation Theor (...)
  • 3 Conférence Media in Transition, présentée à la Tate Modern les 18-19-20 Novembre 2015.
  • 4 HERMENS, E., ROBERTSON, Fr. (eds.), Authenticity in Transition, Changing practices in art making an (...)
  • 5 LAFORET, A., Le Net Art au musée. Stratégies de conservation des œuvres en ligne, Questions théoriq (...)
  • 6 Par exemple, BREUIL, M.-H., DAZORD, C. (dir.), Techné : Conserver l'art contemporain à l'ère de l'o (...)
  • 7 https://www.nyu.edu/gsas/dept/fineart/conservation/time-based-media.htm

4Le sujet n’est pas nouveau, les initiatives dans ce domaine sont nombreuses et particulièrement actives depuis le début des années 2000 : des projets de recherche intensifs sont menés par des groupements internationaux comme L’approche des Médias Variables au Guggenheim1 dès 2003 et le Digital Art Conservation mené par le ZKM2 en 2013 ou encore Media in Transition mené par le Getty et la Tate Modern en 20153 ; des recherches plus spécifiques permettent d’approfondir des sujets comme l’authenticité4 ou le Net art5 ; des publications et conférences ont lieu régulièrement afin d’échanger sur l’évolution des pratiques6 ; et des formations spécifiques ont été initiées comme le très récent programme Time-Based Media Art Conservation du N-Y Institute of Fine Arts7. L’objectif de ces journées d’étude était de proposer un espace et un support d’échange d’expériences pluridisciplinaires en explorant les questions sous différents points de vue. Partant de problématiques communes avec, parfois, des solutions divergentes, notre but était de dépasser les incompréhensions en ouvrant le dialogue.

5La première journée du 3 novembre 2016 a permis d’entamer ce dialogue en exposant différents points de vue, suivi de discussions enrichissantes dont le résumé est disponible en vidéo. Pour ce premier échange, Éléonore Schöffer nous a accueillis dans l’atelier de l’artiste et présenté son œuvre, ainsi que les expériences et réflexions auxquelles elle est confrontée dans la gestion de cette collection. Elle a abordé, avec philosophie, les difficultés liées au droit et à la reconnaissance des œuvres, tant par les industriels que par les pouvoirs publics, mais aussi la difficulté de saisir l’esprit de l’œuvre, ses limites et la souplesse qui lui est parfois nécessaire. Santiago Torres, artiste et assistant d’artiste nous a ensuite présenté sa notion de langage et ses attentes vis-à-vis des conservateurs-restaurateurs pour que ses œuvres fonctionnent dans le futur. En tant que conservatrice-restauratrice, j’ai interrogé les rôles et limites de chacun à l’aide de quelques exemples d’interprétation, d’actualisation et d’extrapolation des œuvres de Nicolas Schöffer. Enfin, Cécile Dazord, responsable de l'art contemporain au département de recherche du C2RMF, nous a donné un aperçu des nombreux enjeux de la conservation des œuvres lumineuses, cinétiques et temporelles réalisées à partir des années soixante.

6Lors de la deuxième journée du 2 février 2017, accueillie au C2RMF (Paris), les communications étaient axées sur différentes approches visant à proposer des solutions de conservation pratiques et concrètes pour les œuvres d'art à caractère technologique. Muriel Verbeeck a commencé par définir quelques concepts clés contribuant au processus de prise de décision : intentionnalité, attentionnalité et fonctionnalité esthétique. La gestion de la collection de telles œuvres a été développée par les exemples de l’espace multimédia Gantner et du MAC/VAL : notamment les défis en matière d’acquisition, de documentation et de coproduction d’œuvres avec les artistes. Emanuel Lorrain (Packed, BE) et Alexandre Michaan, conservateur-restaurateur indépendant, ont expliqué de manière très concrète les approches de conservation-restauration des médias numériques, démystifiant ainsi les composantes matérielles des œuvres dites « immatérielles ». La conservation-restauration des œuvres lumino-cinétiques a également été présentée par deux professionnels incluant, parmi d’autres, leur propre expérience des œuvres de Nicolas Schöffer, ainsi que celles de la négociation et des limites du conservateur-restaurateur face aux industriels et à l’artiste. Enfin, Anne-Laure Moya-Plana, avocate, nous a aidés à mieux comprendre le cadre juridique de la conservation-restauration des œuvres d'art à caractère technologique, en suggérant des solutions à intégrer au processus de conservation.

  • 8 Nous remercions en particulier Lydia Beerkens, Brian Castriota, Jean-Jacques Ezrati, Michaela Flore (...)

7Ces deux journées d’étude ont permis à tous de participer aux discussions ouvertes et animées qui ont suivi8. Elles ont mis en lumière les points de vue très différents des divers acteurs, le manque de connaissances mutuelles sur le terrain et l’utilisation d’un vocabulaire hétérogène. Il a d’abord été nécessaire d’approfondir ce vocabulaire afin de dépasser nos incompréhensions sur le fond (l’approche de la conservation et ce que l’on cherche à conserver). La documentation technique, l’authenticité, l’intention de l’artiste, les matériaux originaux, l’historicité, la production, la reconnaissance et le fonctionnement des œuvres d'art technologiques ont été abordés. Les exemples d’application pratique de collection, conservation et restauration de ces œuvres spécifiques nous ont permis de mieux nous comprendre, nous rejoindre sur des problématiques communes. La notion d’effet est par exemple apparue comme un concept partagé à travers la recherche des idées, du langage, de l’intention et des matériaux originaux. À l’issue de ces journées, l’ensemble des parties prenantes étaient très enthousiastes à l’idée de développer des études de cas techniques, de proposer des solutions pratiques pour l’obsolescence des matériaux, de la documentation et des procédures d’acquisition, en encourageant également les liens entre les collections et les artistes pour la participation à la conservation.

8Nos remerciements vont à tous les participants et à ceux qui ont participé activement à l’organisation de ces journées d’étude : en particulier, Éléonore de Lavandeyra Schöffer et Cécile Dazord, pour leur accueil.

Top of page

Notes

1 DEPOCAS, A., IPPOLITO, J. et JONES, C. (éds.), Permanence through change: the variable media approach; La permanence par le changement: l’approache des médias variable, New York, Montréal, Guggenheim Museum Publications ; Fondation Daniel Langlois pour l’art, la science et la technologie, 2003, disponible sur http://www.variablemedia.net/pdf/Permanence.pdf

2 B. Serexhe et A. Zentrum für Kunst und Medientechnologie (Karlsruhe, Digital art conservation Theory and practice: The Project digital art conservation, Karlsruhe, AMBRA, Center for Art and Media, 2013

3 Conférence Media in Transition, présentée à la Tate Modern les 18-19-20 Novembre 2015.

4 HERMENS, E., ROBERTSON, Fr. (eds.), Authenticity in Transition, Changing practices in art making and conservation, Proceedings of the NeCCAR Conference, Glasgow december 2014, Archetype, 2016

5 LAFORET, A., Le Net Art au musée. Stratégies de conservation des œuvres en ligne, Questions théoriques, 2011

6 Par exemple, BREUIL, M.-H., DAZORD, C. (dir.), Techné : Conserver l'art contemporain à l'ère de l'obsolescence technologique, n°37, Paris, C2RMF, 2013. Transformation Digital Art, LIMA Amsterdam, SBMK Symposium, 18 février 2016

7 https://www.nyu.edu/gsas/dept/fineart/conservation/time-based-media.htm

8 Nous remercions en particulier Lydia Beerkens, Brian Castriota, Jean-Jacques Ezrati, Michaela Florescu, Pierre-Alain Fardel pour leur participation active au débat.

Top of page

References

Electronic reference

Manon D’haenens, « Présentation », CeROArt [Online], HS | 2018, Online since 14 January 2019, connection on 26 May 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/5489

Top of page

About the author

Manon D’haenens

Manon D’haenens est conservatrice-restauratrice d’art contemporain et doctorante à l’Université de Liège (Centre Européen d’Archéométrie) en collaboration avec l’École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège. Sa recherche porte sur le rôle du conservateur-restaurateur dans les collections d’art contemporain. Elle est également conférencière à l’ESA Saint-Luc au département conservation-restauration et cofondatrice de SHAKE in Conservation. Contact : m.dhaenens@uliege.be

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals