Skip to navigation – Site map
Articles

Couleurs et plantes colorantes dans l’art yoruba Enquête de terrain

Contribution à la connaissance des couches picturales des sculptures Ibeji et Guèlèdé
Louis Fagbohoun , Cathy Vieillescazes , Carole Mathe and Camille Romeggio

Abstracts

This paper explores the colored material found on yoruba sculptures (Nigeria/Benin). These pictorial layers are little known in particular their binder, but also on the fact that plant colouring agents can be used, except usual ochre and kaolin. Colors from plants, usually observed in textile dye or in basketwork, were also used in painting. The scientific research and analysis carried out as part of this work supports this point of view. A multidisciplinary team, of chemists and a restorer, leads this study since several years. This paper aims at updating the knowledge and information of this research program.

Top of page

Full text

1La présente étude porte sur des objets issus de l’aire culturelle yoruba, conservés dans deux musées de la ville de Lyon, le Musée africain et le Musée des Confluences. Elle a pour but d’améliorer les connaissances sur les techniques de fabrication de ces objets afin d’aider le travail des conservateurs et des conservateurs-restaurateurs et, par extension, le travail des ethnologues.

2Lors d’interventions sur les collections ethnographiques, le conservateur-restaurateur se trouve parfois confronté à un manque d’informations. Malgré les travaux importants réalisés par les conservateurs, les lacunes dues aux méthodes de collecte de ces objets restent réelles. Cela amène parfois à choisir un traitement minimaliste, par prudence, de façon à ne rien retirer de ce qui pourrait être un potentiel informatif sur l’usage ou l’origine. Il semble que pour de nombreux objets issus d’autres cultures et notamment du continent africain, un travail de recherche technologique mérite encore d’être effectué.

3Dans un premier temps, la collecte d’informations techniques sur la fabrication des objets a été menée par la conservatrice-restauratrice dès 2006 en collaboration directe avec l’École du Patrimoine Africain, dans la région de Porto-Novo (République du Bénin), assurant la connaissance et la compréhension des processus de fabrication, du point de vue technique ainsi que ceux de sacralisation, du point de vue cultuel.

4Des rencontres avec plusieurs sculpteurs, dont M. Agonân Tidjani à Daagbé, ont permis la transmission de leurs connaissances sur les plantes colorantes, les bois et les substances résineuses utilisées par les anciens sculpteurs nago-yoruba de la région de Porto-Novo. Ces informations ont été regroupées et inventoriées avec l’aide des botanistes de l’université d’Abomey-Calavi. Au total, 45 noms de plantes utilisées pour leur bois, leur sève ou leur couleur ont été répertoriés.

  • 1

5Grâce à une convention établie entre les universités d’Abomey Calavi et Avignon, une thèse de doctorat en chimie analytique, en cotutelle, intitulée « Étude chimique de colorants naturels et matériaux résineux traditionnels du Bénin dans le domaine artisanal » a été ensuite réalisée sur des objets conservés au musée africain et musée des confluences (Lyon) par Louis Fagbohoun en 20141.

6Sur le terrain, une seconde étude ethnobotanique menée par L.Fagbohoun a été réalisée, basée sur un entretien semi-directif, suivi de séances de démonstration de l’usage des matières colorantes. Cette enquête a permis de dresser la liste des matériaux naturels, principalement les plantes tinctoriales les plus usitées dans l’artisanat et notamment dans la vannerie, la poterie, la sculpture, le tissage..., au sud-Bénin.

  • 2 Patrimoine Oral Gèlèdé, 3.com1, https://ich.unesco.org/fr/RL/le-patrimoine-oral-gelede-00002

7L’aire culturelle yoruba est située au Nigéria, au Bénin et au Togo. La zone de recherche de terrain concerne la partie béninoise située au sud-ouest du Nigéria. Les masques cimiers Guèlèdé sont les plus connus des artefacts issus de cette région car liés au patrimoine oral, lui-même inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco en 20082. Nous pouvons trouver aussi dans les collections françaises des statuettes Ibeji représentant des jumeaux, des plateaux du Fa ou des objets liés à la divinité du tonnerre Shango, etc. La couleur est une particularité de ces objets.

Fig. 1. Carte culturelle

Fig. 1. Carte culturelle

Aire culturelle yoruba.

Crédits : C. Romeggio©

Technique

8En ce qui concerne la couleur, les objets yorubas peuvent présenter deux techniques. Nous pouvons observer que les masques cimiers Guèlèdé présentent des couches picturales alors que les statuettes Ibeji se caractérisent plutôt par des colorants directement appliqués sur le bois.

9Lorsque le bois est peint, la couche picturale se compose d’un liant (huile, œuf, cire, résine synthétique, gomme arabique, etc…) et d’une poudre colorée issue de matières minérales, animales ou végétales. Le bois peut aussi être teint, il s’agit alors d’une couleur à l’état liquide que le support absorbe. Soit celui-ci est issu d’une cuve de teinture et peut présenter des additifs (alun, sel, chaux, fructose…), soit il s’agit d’un principe colorant issu directement de la plante.

10La manière de peindre européenne, à savoir le mélange d’un liant et d’un pigment ensuite appliqué sur un support, diffère souvent de la manière africaine (Guillemard, Renard 1992, 12). Durant les enquêtes de terrain, menées par C.Romeggio en 2006 aux alentours de Porto-Novo et celles menées dans la commune d’Ifangni d’avril 2011 à juin 2012 par L.Fagbohoun, il a été observé que la couleur peut être directement appliquée sur le bois pour ensuite être recouverte d’une résine ou d’une sève d’arbre (ou inversement, la résine d’abord appliquée sur le bois en sous-couche). Durant cette période, nous avons pu disposer de récoltes de plantes pérennes et annuelles, ainsi que les différents composants recherchés par les artisans dans la confection des œuvres artisanales.

11Le pigment peut être une poudre minérale mais il peut aussi s’agir d’un principe colorant précipité sur un support minéral inerte (alumine, silice, sulfate de calcium, sulfate de baryum), comme par exemple l’alun. Une couleur issue d’une plante peut donc être utilisée sous forme liquide comme elle se présente dans un bain de teinture ou, une fois précipitée, sous forme solide comme un pigment.

12En Afrique de l’ouest, chaque localité est susceptible d’avoir une technique différente. Agônan Tidjani, (décédé en 2006), sculpteur à Daagbé au Bénin, a par exemple, expliqué que pour préparer une couleur, il faut la broyer dans un peu d’eau, tamiser la solution et jeter les grains qui ne sont pas passés. Laisser décanter le jus une journée, puis vider un peu d’eau et peindre avec ce qui reste au fond du canari ou de la calebasse. Il s’agit donc de la récupération des principes colorants d’une plante, l’ajout d’un mordant restant possible.

13Les matières premières sont issues de l’environnement naturel entourant les villages ; les sculpteurs y puisent leurs matériaux et de quoi créer leurs outils. Certaines plantes sont usitées sur tout un territoire pour leurs propriétés tinctoriales. C’est l’exemple de la liane indigo, Philenoptera cyanescens et de l’indigotier, Indigofera tinctoria, son plus proche suppléant.

14En ce qui concerne les objets yorubas, des enquêtes de terrain sont à poursuivre. Principalement menées dans le sud-Bénin, elles ont permis d’établir à ce stade de recherche, qu’au moins 26 espèces végétales appartenant à 14 familles botaniques fournissent diverses couleurs utilisables par les artisans et les artistes. Ces plantes ont fait l’objet d’un compte rendu publié dans la revue Ethnopharmacologia (Fagbohoun et al 2014).

15Les modes de préparation des teintures répertoriés sont : décoction, broyage, pétrissage, pressage, trituration, pilage et macération avec ajout éventuel de mordant. En outre, il faut noter que près de 97% des espèces répertoriées sont également prisées pour des soins médicaux par les enquêtés, puisqu’elles entrent dans le traitement des maladies courantes comme l’anémie, le paludisme, la diarrhée, les hémorroïdes.... Les noms locaux yoruba/nago rapportés à ces plantes font référence pour la plupart à l’usage tinctorial ou aux propriétés médicinales de la plante.

Liants

16Concernant les liants, les sources orales (enquêtes de terrain Romeggio, 2006 et Fagbohoun et al., 2014) ou écrites (Adjanohoun et al 1989 ; Abikanlou 2004) font état de plusieurs composants : œuf, huile, ainsi que des résines et latex notamment issus d’espèces végétales telles qu’énoncées dans le tableau ci-dessous. 

Tableau 1 : espèces végétales exsudant des substances utilisées comme liants

Espèces végétales

Noms vernaculaires

Indications

Alstonia boonei De Wild. (Apocynaceae)

Yoruba : awun ; Fon et goun: Afatin

Bois de sculpture  et latex toxique, ne touche pas l’œil

Chlorophora excelsa (Moraceae)

Yoruba : iroko ; Fon, Goun: ioko ;

Arbre mystérieux à épopée

Ficus congensis (Moraceae)

yoruba : iroo (igi iroo) ; Fon: obou 

Latex sert également à fabriquer une matière molle (iroo) appliquée sur les tam-tams traditionnels

Hevea Brasiliensis. (Euphorbiaceae)

Français: arbre à caoutchouc ; Yoruba: igi roba ; Goun: Iobatin

Latex sert aussi à assurer l’étanchéité des sculptures

Afraegle panicula (Schum. Et Thonn.)Engl. (Rutaceae)

Yoruba: tchanka, Songa ; Goun: atinkèrè ; Fon: Amilimon, Azongogoue.)

Le fruit exsude une substance mucilagineuse (colle) utilisée en poterie. La graine est une oléagineuse (huile).

17Ces huiles, résines et latex n’ont pas encore été identifiés sur les objets yoruba analysés. Il est vrai que les résultats scientifiques peuvent être difficiles à interpréter, notamment pour les statuettes Ibeji qui sont parfois enduites postérieurement d’huile ou d’autres substances. Elles se réfèrent au culte du « jumeau défunt » : au Bénin, lorsqu’une mère perd l’un de ses deux jumeaux elle continue d’en prendre soin par le biais d’une statuette qui s’y substitue.

18Il faut noter encore que la plupart des sculpteurs utilisent aujourd’hui des couleurs en tubes de type acrylique. Mais ces couleurs restants chères, certains ateliers, notamment à Porto-Novo, utilisent des poudres colorées achetées au marché et mélangées à de la colle à bois.

19Au Musée des Confluences, deux prélèvements ont été effectués sur un objet pour en analyser le liant. Le premier concerne la couleur brune du masque, référencé 60004102. Tous les prélèvements ont été effectués au scalpel de façon à prélever environ 1mg de matière dans une zone la moins visible de l'objet. Le premier échantillon a été prélevé sur le bandeau de couleur jaune sur un masque cimier Guélédé du Musée des Confluences (n° inventaire 60004102)

Fig.2. Masque cimier

Fig.2. Masque cimier

Masque cimier Guèlèdè 60004102 Musée des Confluences.

Crédits : Musée des Confluences.

20Les tests de coloration sur coupe mince et de la platine chauffante ont permis d’observer un comportement typique d’une émulsion naturelle. Le spectre IR-TF a affiché un très bon coefficient de corrélation avec celui de l’œuf entier.

21Le deuxième échantillon a été prélevé dans une zone de couleur rouge/brun sur un autre masque du Musée des Confluences (n° inventaire 60003937)

Fig.3 Masque cimier

Fig.3 Masque cimier

Masque cimier gèlèdè n°60003937 Musée des Confluences.

Crédits : Musée des Confluences.

22Les analyses ont permis de conclure dans ce cas à un liant de nature protéique, de type colle animale, sans fraction lipidique.

23Il est à ce stade intéressant de rappeler que lors de la première enquête de terrain, le sculpteur M.T. Agônan du village de Daagbé, a rapporté qu’un liant à l’œuf était utilisé par les anciens. Par ailleurs, un autre sculpteur a évoqué l’utilisation de sève d’arbre comme liant, utilisée à froid ou à chaud. Mais l’utilisation de colle animale n’a jamais été rapportée à notre connaissance dans la littérature spécialisée sur ce sujet précis.

Couleurs

24En ce qui concerne la couleur, elle peut être d’origine minérale, végétale, voire encore animale. Cependant cette dernière origine est la moins rencontrée dans l’aire culturelle yoruba.

Blanc

25La couleur blanche la plus rencontrée est le kaolin (Si2Al2O5(H2O)2. Cette argile peut servir d’adsorbant et peut maintenir les pigments entre eux et sur le support. En effet, le kaolin est une argile où prédomine la kaolinite (entre 80% et 90%). La kaolinite est normalement une argile non substituée. Elle ne contient donc pas de fer ni d’autres métaux chromogènes, d’où sa blancheur. Elle présente un indice de réfraction 1,559. Elle est donc transparente dans les liants réfringents comme l’huile, on la considère alors comme charge. (Perego, 2005, 431).

Noir

26Les noirs sont souvent des noirs issus de combustion, dits noirs de fumée ou de charbon végétal. Certains bois sont préférés pour cette production comme l’iroko.

Bleu

27 Dans le domaine des bleus et de la teinture à l’indigo, il faut mentionner que le Bénin se distingue par sa faible diversité de ces plantes « à bleu », mais aussi par leur qualité et la technique de cuve utilisée. Philenoptera cyanescens (liane indigo) est l’espèce la plus utilisée accompagnée d’Indigofera tinctoria (indigotier). Dans la culture yoruba (Nigéria et Bénin), la teinture à l’indigo est associée au culte d’une divinité nommée Ita Mapo qui protège le monde féminin et ses activités, telles que la poterie, le pressage de l’huile ou la fabrication du savon.

28En analyse chimique, il est possible de différencier les espèces Philenoptera cyanescens et Indigofera tinctoria grâce aux marqueurs chimiques indigotine et indirubine, avec respectivement la présence quasi exclusive d’indigotine ou bien celle conjointe indigotine/indirubine.

29Dans le domaine du textile, l’indigo a peu à peu été remplacé par de l’indigo synthétique, après sa découverte en 1870. Le bleu d’aniline sera commercialisé en 1897 jusqu’en Afrique, tandis que sur les objets en bois peint, les bleus de lessive sont venus majoritairement remplacer l’indigo naturel.

30L’outremer artificiel est fréquemment rencontré sur les objets africains. C’est Jean-Baptiste Guimet qui découvrira le matériau de synthèse adéquat pour remplacer le lapis lazuli en 1828. À la fin du XIXème siècle, 150 commerciaux sillonnent la planète pour vendre les différents bleus Guimet, notamment en Tunisie, au Maroc, au Gabon, au Togo, en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Nigeria. En 1967, la production du bleu est reprise par la société Reckitt & Colman qui le distribuera en poudre, en paquets, en cubes et en blocs cylindriques. Pour rendre compact le pigment afin de lui donner sa forme commerciale, on lui adjoint du carbonate de sodium et un composé polysaccharidique (glucose, dextrine) (odegaard, 1996).

Fig. 4 Poudre d’azurant optique

Fig. 4 Poudre d’azurant optique

Poudre en boîte achetée sur le marché d’Adjarra en 2006.

Crédits : C.Romeggio©

Jaune

31 La couleur jaune fait état majoritairement de terres jaunes colorées par des oxydes de fer, utilisées comme pigments. Néanmoins, de nombreuses plantes sont susceptibles de fournir de beaux colorants jaunes: Cochlospermum planchonii, Crateva religiosa. Curcuma longa, Enantia polycarpa, Naucléa latifolia, Anogeissus leiocarpus.

Rouge

32Enfin, les terres rouges viennent compléter ce rapide inventaire de la couleur. Plus particulièrement la latérite, terre rouge des paysages béninois, est largement utilisée comme pigment. La pierre de latérite est frottée dans de l’eau, comme observé dans l’atelier Yikini à Porto-Novo, pour en tirer la couleur.

33 Les colorants rouges sont produits par plusieurs espèces végétales, à savoir : Baphia nitida, Bridelia ferruginea, Bixa orellana L. (rocou), Gossypium barbadense, Elaeis guineensis, Pterocarpus erinaceus, Haematoxylon campechianum (bois de campèche), Cassia occidentalis, Sorghum bicolor (sorgho), Trema guineensis, Lawsonia inermis, Khaya sengalensis.

34Une attention plus particulière est portée sur Baphia nitida (cam-wood), utilisé et façonné pour la fabrication de petites boules de colorant rouge connu sous le nom de osun en yoruba ou sokpé en fon.

35La fabrication d’osun a été difficile à connaître en raison, d’une part, du refus des artisans de livrer ce secret ancestral mais aussi car la vraie plante de osun ne se trouve plus, le défrichage ayant rendu l’espèce rare. La boule de osun se fabrique désormais à l’aide de matériaux substituts, comme les feuilles de teck ou d’une autre plante. Les feuilles sont séchées puis pilées dans un mortier. Ensuite elles sont broyées et mises dans de l’eau. De la sciure de bois d’acajou et une matière colorante achetée au Nigéria appelé « bouké » sont rajoutées au mélange. Une fois la pâte constituée les femmes la presse dans un linge pour créer les boulettes de osun. Elles sont ensuite laissées à sécher au soleil.

Fig. 5. Osun. Adjarra, Bénin.

Fig. 5. Osun. Adjarra, Bénin.

Préparation des boules de Osun, mise en forme et séchage au soleil.

Crédits : C.Romeggio©

Analyses chimiques et résultats

36Les analyses se sont focalisées sur les couches colorées de masques anciens. La caractérisation physico-chimique des substances tinctoriales des espèces végétales les plus exploitées a été menée au laboratoire IMBE.

37Le but était d’identifier les groupes chimiques responsables des couleurs issues des matériaux recensés ainsi que les principaux marqueurs des plantes tinctoriales les plus fréquentes et abondantes en termes d’utilisation et de disponibilité géographique. Les techniques analytiques séparatives et de caractérisation chimique comme la flash chromatographie, la Chromatographie Liquide à Haute Performance équipée d’un détecteur à barrette de photodiodes (CLHP/PDA), la spectroscopie Infrarouge à Transformée de Fourier (IR-TF), la résonance magnétique nucléaire (RMN) ont été exploitées. Cette approche analytique combinée à la banque de données du laboratoire, a permis d’identifier des molécules tinctoriales jaunes, orangées et rouges de Tectona grandis, de Khaya senegalensis, jaunes et orangées de Lawsonia inermis, jaunes, bleues et roses des plantes à indigo P. cyanescens et I. tinctoria, de structures diverses : flavonoïdiques, naphthoquinoniques, anthraquinoniques, indigoïques… En outre, il a été mis au point un procédé d’extraction de l’indigotine par usage préliminaire d’un réducteur chimique. Ce travail a permis de disposer des données indispensables applicables à la caractérisation des œuvres muséales.

38Les techniques analytiques précédentes ainsi que des tests microchimiques ont pu être appliqués avec succès à l’étude de colorants extraits d’échantillons prélevés sur des objets du patrimoine (une trentaine) notamment des masques (Guèlèdé), statuettes et textiles provenant de collections muséales (Musée africain et musée des Confluences de Lyon). Ceci a contribué à la détermination de leur origine minérale et botanique. En effet, hormis les colorants d’origine végétale, des pigments minéraux comme le kaolin, les oxydes de fer, les pigments bleus tels que le bleu de lessive et le bleu de Prusse ont été identifiés dans les objets étudiés. En général, les résultats obtenus ont montré que les plantes associées sont notamment L. inermis, K. senegalensis, P. cyanescens et/ou I. tinctoria. Par ailleurs, de l’analyse stratigraphique des prélèvements d’échantillons muséaux visualisés à la loupe binoculaire, on déduit que les colorants sont souvent utilisés sous forme de formulation, en mélange ou en couches. Cette observation témoigne a priori de la diversité des techniques de teinture des objets. En outre, l’application des colorants à des endroits précis de l’objet notamment la teinte apposée sur les têtes, la colonne vertébrale, ou le visage …, dénote un savoir-faire codé qui révèle que leur rôle dépasse la seule fonction décorative.

Quelques exemples

39

Fig.6 Masque cimier Guèlèdè

Fig.6 Masque cimier Guèlèdè

Masque cimier Guèlèdè 401.940.039 Réserves SMA

Crédits : Centre des Cultures Africaines ©

40Ce masque cimier Guèlèdè, de la collection rapportée par le père Aupiais , est représenté sur un Autochrome de B.G.Chevalier réalisé en 1927 . publié dans KAHN,.A., AUPIAIS, Pour une reconnaissance africaine, Dahomey 1930 : des images au service d'une idée, Albert Kahn (1860-1940) et le père Aupiais (1877-1945), Musée Albert Kahn, 1996.

41L'interprétation de l'analyse effectuée sur le prélèvement fait dans l’œil, nous indique un mélange d'ocre jaune et de bleu outremer. Ce qui correspond à la teinte connue du bleu outremer mais plus claire. Le second prélèvement dans la couche brune des motifs du serpent indique la présence d'oxyde de fer.

42

Fig.7 Masque cimier Guèlèdè

Fig.7 Masque cimier Guèlèdè

Masque cimier Guèlèdè 2013.7.1 Réserves SMA

Crédits : Centre des Cultures Africaines ©

43Le résultat du prélèvement effectué sur la couche rouge à l'intérieur du masque cimier correspond au henné (Lawsonia inermis). Nous avons peu d'informations sur cet objet.

44

Fig.8 Masque cimier Guèlèdè

Fig.8 Masque cimier Guèlèdè

Masque cimier Guèlèdè n°401.940.006 Réserves SMA

Crédits : Centre des Cultures Africaines ©

45La couleur rouge très particulière de ce masque cimier est dû à un mélange d'oxyde de fer et de plante à tanins.

46

Fig.9 Jumeaux Ibéji

Fig.9 Jumeaux Ibéji

Paire de sculptures ibeji n°501.931.002 Réserves SMA

Crédits : JJ. NEY, Centre des Cultures Africaines ©

47Le bleu présent sur ces deux sculptures très fines d'ibeji est un mélange bleu cyané (minéral) et d'un bleu organique issu de la liane indigo (Philenoptera cyanescens). La présence de bleu cyané est à elle seule un sujet de recherche sur les échanges commerciaux au Bénin : s’agit-il du bleu de prusse ?

48

Fig.10 Masque cimier Guèlèdè

Fig.10 Masque cimier Guèlèdè

Masque cimier Guèlèdè n°401.940.023 Vitrine SMA.

Crédits : Centre des Cultures Africaines ©

49Le brun de ce masque cimier est un mélange de trois composants : le henné, une autre plante à tanins et de l'oxyde de fer. Le bleu est de l'outremer.

50

Fig.11 Masque cimier Guèlèdè

Fig.11 Masque cimier Guèlèdè

Masque cimier n° D979-3-0792. Réserves MG

Crédits : Musée des Confluences ©

51Le masque cimier du musée des Confluences (anciennement musée Guimet), présente une couche brune composée de henné (Lawsonia inermis). Le prélèvement fait dans la nuque au niveau du bleu noir indique une couleur composée d’indigo liane. Cet objet est intéressant car en dehors du blanc il présente deux couleurs végétales et aucune couleur synthétique ce qui laisse supposer une connaissance des savoirs faire anciens et peut-être un choix de coloris ritualisés en fonction des plantes choisies.

52Nous pouvons observer que plusieurs masques présentent des couleurs végétales ainsi que le bleu outremer synthétique : il est intéressant de voir qu’ils se situent à la période de transition entre l’utilisation de ressources locales et l’utilisation de produits synthétiques importés.

Fiche récapitulative des résultats d’analyses sur objets de musées

53Deux musées ont été intéressés par l’étude de leurs collections : le musée africain de Lyon et le musée des Confluences. La sélection des objets a été faite selon deux critères : leur origine géographique (yoruba), leur ancienneté et leurs teintes susceptibles d'être des couleurs végétales.

Figures

Nature de l’objet et identifiant

Endroit de prélèvement

Couleurs prélevées

Description du prélèvement

Matériaux (ions ou molécules) identifiés ou mis en évidence

Conclusion des analyses

et origine du matériau utilisé

Fig.6

Masque cimier Gèlèdè 401.940.039 Réserves SMA

Masque cimier Guèlèdé 401.940.039 Réserves SMA

Œil droit

bleu

Homogène bleu avec quelques impuretés de cristaux jaunes.

Al3+, S2-, Fe3+, Fe2+

Couche supérieure faite de bleu outremer et couche inférieure d’oxyde de fer (ocre jaune)

Masque cimier Guèlèdé

401.940.039

Réserves SMA

Autochrome 1927/ Takon

Serpent arrière (partie supérieure)

brun

Hétérogène brun sur support jaune

Fe3+, Fe2+

Présence d’Oxyde de fer

Masque cimier Guèlèdé

401.940.033

Réserves SMA

Côté gauche lézard (patte-tête)

bleu sombre

Hétérogène bleu noir sur support ciment jaune

Al3+, S2-, Fe3+, Fe2+

Couche supérieure faite de bleu outremer et couche inférieure d’oxyde de fer (ocre jaune)

Fig.7

Masque cimier Guèlèdè n°2013.7.1 Réserves SMA

Masque cimier Guèlèdé 2013.7.1

Réserves SMA

Intérieur tête.

rouge

Homogène rouge collé au bois

2-hydroxy-1,4-naphthoquinone (lawsone) Lutéoline, Apigénine

Lawsonia inermis (Henné)

Fig.8

Masquecimier Guèlèdè n°401.940.006 Réserves SMA

Masque cimier Guèlèdé 401.940.006

Réserves SMA

Intérieur tête (côté gauche)

rouge

Homogène rouge avec quelques impuretés de cristaux bruns

Acide gallique et

Fe3+, Fe2+

Plante à tanins et oxyde de fer

Fig.9

Sculptures Ibeji n°501.931.002 Réserves SMA

Jumeaux Ibéji 501.931.002

Réserves SMA

Nuque droite (statuette féminine).

bleu

Hétérogène bleu collé au bois

Fe3+, Fe2+ et indigotine

Mélange bleu Cyané (minéral) et bleu organique issu de Philenoptera cyanescens (liane indigo)

Masque Guèlèdé 401.940.040

Vitrine SMA

Arrière base du cimier (bord)

bleu

Homogène bleu

Al3+, S2-, Fe3+, Fe2+

Bleu outremer synthétique ou bleu de lessive

Fig.10

Masque Guèlèdè n°401.940.023 Réserves SMA

Masque Guèlèdé 401.940.023

Vitrine SMA

Bas côté gauche

brun

Hétérogène rouge mêlé à des impuretés jaunes

Lawsone, Epicatéchine

Fe3+, Fe2+

Henné + autre plante à tanin probablement le Khaya senegalensis + oxyde de fer

Masque cimier Guèlèdé 401.940.023

Vitrine SMA

Bord arrière du chapeau.

bleu

Hétérogène bleu mêlé de bois

Al3+, S2-, Fe3+, Fe2+

Bleu outremer et oxyde de fer.

Accessoire de tenue de Sakpata (Divinité) 2013.0.192.2

Réserves SMA

Cordelette de fibres effilochées

rouge

Homogène fibres végétales teintes en rouge

(+)- Catéchine

Probablement Khaya senegalensis ou autre plante à tanins catéchiques

Fétiche 60003627

Réserves MG

Sous le socle

bleu

Hétérogène bleu collé au bois

Indigotine

P. cyanescens (Indigo liane)

Fétiche 60003627

Réserves MG

Sur le dos

bleu rouge

Hétérogène deux couches : Bleu supporté par le rouge

Indigotine et Lawsone

Couche supérieure : Philenoptera cyanescens et couche inférieure : Lawsonia inermis

Fétiche proche d’Ibéji 60003628

Réserves MG

derrière la nuque

bleu

Homogène avec impuretés de bois

Indigotine

P. cyanescens (Indigo liane)

Jumeaux Ibéji 60004141

Réserves MG

oreille droite

bleu

Homogène écaille bleue

Indigotine

P. cyanescens (Indigo liane)

Fig.11

n°D979-3-0792 Masque cimier guèlèdè

Masque cimier Guèlèdè n° D979-3-0792

Réserves MG

dans la nuque (arrière senestre)

bleu/

noir

Coupeau recouvert de bleu

Indigotine

P. cyanescens (Indigo liane)

Masque cimier Guèlèdè n° D979-3-0792

Réserves MG

narine intérieure dextre

rouge

Homogène rouge

Lawsone, apigénine

Lawsonia inermis (henné)

54SMA : Société des Missions Africaines devenu aujourd’hui Centre des Cultures Africaines ; MG : Musée Guimet devenu aujourd’hui Musée des Confluences.

55Voici un graphique permettant d’évaluer le pourcentage de couleurs issues des plantes par rapport à celles issue du monde minéral sur le petit nombre d’objets analysés.

56Nous pouvons confirmer l’utilisation de plantes colorantes pour la fabrication des couches colorées sur les objets yorubas en bois et dans une quantité non négligeable. Le laboratoire continue d’identifier les plantes et leurs caractéristiques chimiques en vue de permettre leur identification précise sur les objets de musée. Une étude plus élargie (corpus d’objets plus important) permettra de définir les proportions, de préciser des aires géographiques et de relier des plantes à des types d’objets selon des usages ritualisés.

Conclusion

57Cette collaboration entre chimistes, conservateurs-restaurateurs et conservateurs de musée a également été l’occasion d’établir un lien avec des professionnels du patrimoine béninois. Un programme de recherches a été mis en place et continue d’explorer le domaine des plantes colorantes utilisées par les sculpteurs d’Afrique de l’Ouest. Il regroupe Louis Fagbohoun, Carole De Souza, Cathy Vieillescazes, Camille Romeggio et plus récemment Marie Marquet archéologue, historienne des techniques, ethnologue et ethnobotaniste, spécialiste des techniques textiles. Il s’agit donc d’un groupement mobilisant universitaires et enseignants de l’Ecole Normale Supérieure et de deux professionnelles indépendantes. Il est soutenu par l’association REAPEA (Réseau d’Echange entre Professionnels du Patrimoine Européen et Africain).

58La France a aujourd’hui la charge de ce patrimoine issu de son histoire coloniale. Lors des différentes recherches, il apparaît de manière évidente qu’elle doit se tourner plus souvent vers les professionnels du patrimoine issus du continent africain. Étant sur place, leurs recherches sont plus rapides et plus efficaces. Il convient de joindre les différentes compétences, les outils, les regards pour apporter un éclairage sur cette partie de l’Afrique de l’Ouest. Au-delà de la conservation du matériel, au travers de ces analyses scientifiques, il s’agit d’explorer une culture très respectueuse et savante de son environnement naturel et qui a beaucoup à apporter aux savoirs occidentaux.

Top of page

Bibliography

ADJANOHOUN, E.J., ADJAKIDJE, V., AHYI, M.R.A, AKE ASSI, L., AKOEGNINOU,A., D’ALMEIDA,J., APOVO,F., BOUKEF,K., CHADAR,M., GOUDOTE,E., GUINKO,S., HOUNGNON,P., KEITA, I. L. A. KINIFFO, H. V. , KONE-BAMBA, D., MUSAMPA NSEYYA, A., SAADOU, M., SODOGANDJI, T., DE SOUZA, S., TCHABI, A., ZINSOU DOSSA, C., ZOHOUN T., Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Bénin, Médecine traditionnelle et pharmacopée, Agence de coopération culturelle et technique, 1989.

ABIODUN, R., REWAL, H. J., PEMBERTON, J., The yoruba artist, new theorical perspectives on Africa arts, Smithsonian, 1994.

ABIKANLOU, L., “Océanique“, dans Revue de la Coopération française au Bénin, N°46-47, juin 2004; pp.43-63.

ANQUETIL, J., L’artisanat créateur au Bénin. Agence de coopération culturelle et technique, Dessain et Tolra, 1980.

BAUMER, M., “Arbres, arbustes et arbrisseaux nourriciers, en Afrique occidentale“, dans Etudes et Recherches n° 168-169-170, Dakar, Enda-Editions, 1995

BEIER, H., U., “The story of sacred wood carving: from one small yoruba town“, dans Lagos Nigeria Magazine, 1957.

BOSSEAUX, M., « Plantes Cultivées et spontanées du Dahomey. Utilisation et identification », dans Journal d’Agriculture Tropicale et de botanique appliquée, N°25 / 100 exemplaires, 57, rue Cuvier Paris V°, 1965.

DELANGE, J., « Sur un Oshe Shango », dans Objets et mondes, Tome III, fascicule 3, automne 1963, pp. 205-210.

DE SOUZA, S., “Noms des plantes dans les langues nationales béninoises“, dans Flore du Bénin (Tome 3), Cotonou, 1988.

DREWAL, H. J., THOMPSON, M., “Gelede: Art and female power among the Yoruba”, Bloomington, Indiana University Press, Ed. 1st Midland Book ed., 1990.

DREWAL, H. J., African Artisty Technique and aesthetics in yoruba sculpture, catalogue d’exposition, Atlanta, The High Museum of Art, 1980.

DREWAL, H. J., PEMBERTON,III. J., Yoruba: Nine Centuries of African Art and Thought, New York, ed. by A.Wardwell, The Center for African Art and Harry N.Abrams, Inc., 1989.

FAGBOHOUN L., GBAGUIDI A.F., AYÉDOUN A, MATHE C, MOUDACHIROU M., VIEILLESCAZES C. “Études ethnobotanique et phytochimique des plantes tinctoriales sources de colorants naturels et matériaux résineux traditionnels du Bénin dans le domaine artisanal (Ifangni/ Bénin)“ , dans Ethnopharmacologia (52) : 2014, pp. 56-66.

FAGG, W., PEMBERTON, J., HOLCOMBE, B., Yoruba: sculpture of West Africa, New York, 1982.

GUILLEMARD D., RENARD A., “Les peintures ethnographiques: question de pulvérulence“, dans The Conservator, 16, 1992, pp.18-22.

JOURDAIN, C., “Méthodes traditionnelles et locales de conservation des objets ethnographiques dans diverses régions africaines ” dans Preprints of the 9th triennal meeting ICOM CC 1990. 

KERCHACHE, J., Masques yorubas, Paris, Galerie Jacques Kerchache, 1973.

ODEGAARD, N., “Laundry bluing as a colorant in ethnographic object” dans Actes de colloque, Triennial meeting; 11th, International Council of Museums: ICOM Committee for Conservation; Edinburgh, Scotland 1-6 sept. 1996.

PORTELL, J.,D., “African red pigments“, In The care and Preservation of Ethnological Material, Canada Conservation Institute, R.Barclay et al, 1986.

POUSSET, J-L., Plantes médicinales africaines. Possibilités de développement, Tome II. Agence de coopération culturelle et technique. Ed. Ellipses 1992.

RIVALLAIN, J., IROKO, A.,F., Yoruba: Masques et rituels africains, Paris, Hazan, 2000.

ROMEGGIO, C., liste et fiches techniques des matériaux naturels utilisés dans l’artisanat à Porto-Novo et aux alentours. Ecole du Patrimoine Africain de Porto-Novo, rapport de stage, 2006.

VARICHON A., Couleurs pigments et teintures dans les mains des peuples, Édition Seuil, Octobre 2005.

VERGER, P., F., Ewé. Le verbe et le pouvoir des plantes chez les Yorùbá (Nigéria – Bénin), Paris, Ed. Maisonneuve & Larose, 1997.

WITTE, H., A closer look: local style in the Yoruba Art collection of the Africa Museum, Berg en Dal, Afrika museum, 2004.

WITTE, H., “Wereld in Beweging: Gelede marionetten van de Anago-Yoruba- World in Motion: Gelede puppets of the Anago-Yoruba“, dans African Arts, Vol. 35, No. 1, Spring, 2002 UCLA James S. Coleman African studies center, pp. 11+92-93+96.

WILLETT, F., African art - The World of Art Library, History of Art, Thames and Hudson, 1977.

Top of page

Notes

1

La thèse est disponible en version électronique sous le lien : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01168469

2 Patrimoine Oral Gèlèdé, 3.com1, https://ich.unesco.org/fr/RL/le-patrimoine-oral-gelede-00002

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Carte culturelle
Caption Aire culturelle yoruba.
Credits Crédits : C. Romeggio©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-1.jpg
File image/, 124k
Title Fig.2. Masque cimier
Caption Masque cimier Guèlèdè 60004102 Musée des Confluences.
Credits Crédits : Musée des Confluences.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-2.jpg
File image/, 280k
Title Fig.3 Masque cimier
Caption Masque cimier gèlèdè n°60003937 Musée des Confluences.
Credits Crédits : Musée des Confluences.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-3.jpg
File image/, 328k
Title Fig. 4 Poudre d’azurant optique
Caption Poudre en boîte achetée sur le marché d’Adjarra en 2006.
Credits Crédits : C.Romeggio©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-4.jpg
File image/, 108k
Title Fig. 5. Osun. Adjarra, Bénin.
Caption Préparation des boules de Osun, mise en forme et séchage au soleil.
Credits Crédits : C.Romeggio©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-5.jpg
File image/, 544k
Title Fig.6 Masque cimier Guèlèdè
Caption Masque cimier Guèlèdè 401.940.039 Réserves SMA
Credits Crédits : Centre des Cultures Africaines ©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-6.jpg
File image/, 112k
Title Fig.7 Masque cimier Guèlèdè
Caption Masque cimier Guèlèdè 2013.7.1 Réserves SMA
Credits Crédits : Centre des Cultures Africaines ©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-7.jpg
File image/, 104k
Title Fig.8 Masque cimier Guèlèdè
Caption Masque cimier Guèlèdè n°401.940.006 Réserves SMA
Credits Crédits : Centre des Cultures Africaines ©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-8.jpg
File image/, 52k
Title Fig.9 Jumeaux Ibéji
Caption Paire de sculptures ibeji n°501.931.002 Réserves SMA
Credits Crédits : JJ. NEY, Centre des Cultures Africaines ©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-9.jpg
File image/, 104k
Title Fig.10 Masque cimier Guèlèdè
Caption Masque cimier Guèlèdè n°401.940.023 Vitrine SMA.
Credits Crédits : Centre des Cultures Africaines ©
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-10.jpg
File image/, 116k
Title Fig.11 Masque cimier Guèlèdè
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-11.jpg
File image/, 40k
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6622/img-12.png
File image/, 79k
Top of page

References

Electronic reference

Louis Fagbohoun , Cathy Vieillescazes , Carole Mathe and Camille Romeggio, « Couleurs et plantes colorantes dans l’art yoruba Enquête de terrain », CeROArt [Online], 11 | 2019, Online since 31 December 2019, connection on 19 January 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/6622 ; DOI : 10.4000/ceroart.6622

Top of page

About the authors

Louis Fagbohoun 

Enseignant-Chercheur Assistant dans l’Unité de Recherche Appliquée aux Substances Artistiques et Cultuo-bioactives de l’Ecole Normale Supérieure de Natitingou-Bénin. Il est spécialisé dans l’étude chimique des colorants naturels et des matériaux résineux traditionnels utilisés dans le domaine tinctorial, thérapeutique et d’autres applications. Mail: fadis07@yahoo.fr

Cathy Vieillescazes 

Professeur, responsable de l’équipe Ingénierie de la Restauration des Patrimoines Naturel et Culturel (UMR IMBE, Avignon université, France). Elle est profondément impliquée dans la recherche et les activités pédagogiques dans le domaine de la chimie appliquée à l’art et à l’archéologie. Elle participe activement aux programmes européens en sciences de la conservation et collabore à des projets européens et internationaux dans une approche pluridisciplinaire.

Carole Mathe

Maître de Conférences HdR dans l’équipe IRPNC de l’UMR IMBE, Avignon Université (France). Responsable du département de chimie, elle est spécialisée dans la chimie analytique appliquée aux substances naturelles utilisées en archéologie (polymères, terpènes, colorants).

Camille Romeggio

conservatrice-restauratrice d’objets ethnographiques et d’œuvres peintes. Elle travaille depuis 10 ans en tant qu’indépendante pour différents musées. Mail: romeggiocamille@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals