Skip to navigation – Site map
Articles

La restauration, la conservation et la valorisation du patrimoine technique semi-mobilier

Examen de quelques problématiques spécifiques
Philippe Tomsin

Abstracts

Semi-movable technical heritage refers to objects with volumes or masses which create problems and prohibitive costs when it is necessary to move them in a heritage context. These artefacts have many peculiarities: a wide variety of materials (some presenting health risks for restorers), very varied and sometimes specific alterations, special environmental conditions for conservation, difficulties and prohibitive costs of interventions. Sometimes, ordinary ethical rules in restoration are problematic to apply.

Top of page

Full text

Pour les photos qui lui ont été aimablement communiquées et pour l’autorisation qui lui a été faite de les publier, l’auteur adresse ses remerciements à Mesdames Karima Haoudy, conservatrice de l’Écomusée du Bois-du-Luc, et Jocelyne Lemaire, responsable du Centre de Documentation sur la Laine de Verviers ; au Professeur Philippe Cayla, de l’Université d’Angers, ainsi qu’à Messieurs Ferdy Adam, du Musée de la Distillerie de Kehlen, et Jacques Crul, directeur du site de Blegny-Mine.

Avant-propos

1Sans remonter jusqu’aux instruments (astronomiques pour la plupart) qui garnissent studioli et Wunderkammern dès la Renaissance, force est de constater que l’intérêt témoigné envers le patrimoine technique semi-mobilier remonte pratiquement aux origines de la première Révolution industrielle.

  • 1 Cossons 1993, p. 14.

2De l’extrême fin du XVIIIe siècle à la première guerre mondiale, tant dans un but pédagogique qu’à dessein de glorifier et de promouvoir les industries nationales, de grands musées des sciences et des techniques sont créés dans plusieurs métropoles européennes. En 1851 déjà, une exposition rétrospective de machines remontant aux origines de la Révolution industrielle britannique est proposée au public de la Great Exhibition of the Works of Industry of all Nations1.

  • 2 « Le désir d’historicisation de leurs professions à la fin d’une phase d’expansion industrielle »; (...)

3En Europe, après 1919, et plus encore après 1945, l’industrie lourde marque le pas, et l’idéologie dystopique remet en question le bien-fondé des progrès scientifiques, voire même leur nécessité. Dans l’esprit de leurs fondateurs et de leurs responsables – souvent issus du monde des chercheurs, des ingénieurs ou des industriels – beaucoup de musées des techniques commencent alors à matérialiser « den Wunsch nach Historisierung ihrer Professionen jeweils am Ende einer industriellen Expansionsphase »2.

  • 3 Brenni 1997, p. 5-7; Le Breton 1997, p. 17-26; Demeulenaere-Douyère 2000, p. 57-76; Brenni 2005, p. (...)

4Depuis les années 1980, le patrimoine mobilier scientifique suscite un regain d’intérêt auprès des historiens, des muséologues et de visiteurs férus d’histoire des sciences. Les publications, colloques, séminaires et expositions qui leur sont consacrés se multiplient. Le marché de l’instrument ancien est en pleine expansion. Quelques institutions de recherches (des universités en particulier) se soucient de la préservation de leur patrimoine historique3.

  • 4 Biraud et al. 1987; Le Breton 1990, p. 29-32; Brenni et Miniati 1993, p. 51-57; Brenni 2006, p. 8-1 (...)

5Si les instruments de laboratoires historiques et les productions de la fine mécanique (automates, armes à feu, mécanismes d’horlogerie, globes terrestres, instruments de musique) suscitent un tel intérêt, c’est aussi en raison de leur esthétique généralement recherchée, surtout en ce qui concerne les instruments des XVIIIe et XIXe siècles (bois et métaux précieux, ornementations raffinées). Souvent rares, quelquefois uniques, ces objets sont davantage prédisposés à être considérés comme des artefacts artistiques. Depuis quelques années, particulièrement en France et en Italie, certaines institutions se spécialisent dans leur restauration. Celle-ci y est confiée à des équipes de professionnels soigneusement outillés, et il existe une abondante bibliographie spécialisée en la matière4.

  • 5 Forrières et Rémy 1994, p. 159-177; Dubus et al. 2004, p. 123-129; Mirambet-Paris et Mirambet 2011, (...)
  • 6 Vincent 1993, p. 125-128.

6En ce qui concerne les machines industrielles historiques, c’est une autre affaire. Leur restauration ou leur conservation confrontent ceux qui en ont la charge à des matériaux très divers, qu’il n’est pas toujours évident d’identifier. Certaines de leurs altérations s’avèrent particulièrement ardues à traiter. Des interventions peuvent nécessiter la mise en œuvre de savoir-faire disparus, ou du moins malaisés à réacquérir5. Les procédés d’assemblage sont quelquefois complétement obsolètes, et deviennent une source d’embarras ou de dilemmes lors des restaurations. De surcroît, certains éléments constitutifs peuvent présenter des risques pour la santé des restaurateurs (ceux contenant de l’amiante par exemple). Fréquemment, que ce soit ou non dans un environnement muséal, leur valorisation est rendue difficile en raison des difficultés techniques et des coûts qu’occasionnent leur manutention et leur entretien6.

7Par ailleurs, la restauration et la valorisation des machines industrielles historiques sont parfois confiées à des intervenants qui ne sont pas forcément sensibilisés aux principes déontologiques fondamentaux. Les publications consacrées à leurs expériences sont rarissimes, succinctes et dispersées dans des revues peu diffusées. Quant aux institutions spécialisées dans la restauration du patrimoine artistique, elles ne leur portent encore qu’une timide attention.

8Les problématiques spécifiques à la restauration, à la conservation et à la valorisation du patrimoine technique semi-mobilier sont nombreuses et complexes. Dans les limites de la présente approche, il n’est guère possible d’ébaucher davantage que quelques réflexions et lignes directrices au sujet des principaux matériaux rencontrés, des altérations courantes, des interventions et des questionnements déontologiques envisageables, des risques potentiels pour la santé des restaurateurs, des espaces et des conditions propices à une conservation optimale, et du maintien en fonctionnement des mécanismes.

Le patrimoine technique semi-mobilier

9On entend par patrimoine technique semi-mobilier celui qui, bien qu’amovible stricto sensu, pose des problèmes techniques complexes, génère des coûts prohibitifs ou occasionne des risques importants d’endommagement lorsqu’il doit être déplacé (même sur une courte distance).

  • 7 Audrerie 2000, p. 66; Demarsin 2005, p. 267-312; Yante 2008, p. 59.

10En termes de droit civil, ce patrimoine est constitué de biens soit « meubles par nature » (pouvant se mouvoir par eux-mêmes, ou qui peuvent être changés de place par l’effet d’une force étrangère), soit « immeubles par destination » (biens meubles, que leurs propriétaires immobilisent au service d’un bien foncier)7. Dans le premier cas, il s’agit, par exemple, d’éléments des patrimoines militaire (chars d’assaut, artillerie lourde), aéronautique (avions, fusées), agricole (tracteurs, locomobiles à vapeur), etc. Dans le second cas, ce sont typiquement les grosses machines industrielles (machines à vapeur, machines-outils, machines textiles, etc.), les objets de la Big Science (machines mécanographiques, mainframes, instruments d’astronomie ou de physique des particules), voire les maquettes volumineuses.

La restauration du patrimoine technique semi-mobilier

Les matériaux

  • 8 Sur ce sujet, la bibliographie est extrêmement abondante; v. par ex. Ward, 2008.

11De nombreux matériaux ont été utilisés pour la fabrication des objets du patrimoine technique semi-mobilier8. Ils peuvent être classés en six catégories :

  • les métaux ferreux : les fontes, le fer puddlé et les aciers sont les matériaux typiques des machines industrielles, des locomotives, des engins militaires et de génie civil, etc. Ils sont utilisés en raison de leur résistance aux sollicitations mécaniques, en particulier aux chocs (fer et aciers), ou de leur aptitude au moulage (fontes), par exemple pour la fabrication de socles et colonnes,

  • les métaux non ferreux : ils se rencontrent régulièrement dans certains constituants des machines industrielles (cadrans indicateurs, graisseurs, etc.). Le cuivre est le principal matériau constituant l’âme conductrice des câbles électriques. Les bronzes sont surtout utilisés dans la construction mécanique. L’aluminium et les duralumins se rencontrent surtout dans le patrimoine aéronautique. Le plomb, le zinc, le mercure et le nickel sont d’un usage plus occasionnel,

  • les matériaux d’origine végétale : l’usage du bois pour la fabrication ou l’installation des machines industrielles est moins rare qu’on ne l’imagine (assises antivibratoires, calorifugeage de conduites ou de chaudières, machines de minoteries, etc.). Le caoutchouc vulcanisé (traité à chaud au soufre, selon le procédé inventé par Goodyear en 1841) ou sous forme d’ébonite (vulcanisation avec une haute teneur en soufre), est l’isolant typique des appareils électriques anciens. Substances tirées d’arbres exotiques, la gutta-percha et le balata sont utilisés essentiellement comme isolants des câbles électriques soumis à un environnement agressif (câbles immergés par exemple),

  • les matériaux d’origine minérale : l’utilisation du verre dans les machines n’est pas rare (isolateurs, graisseurs, protections d’indicateurs, ampoules de gaz, etc.). Il en va de même de la porcelaine, utilisée pour la fabrication d’isolateurs électriques,

  • les matériaux d’origine animale : dans les machines, le cuir est utilisé comme matériau isolant, comme garniture, comme amortisseur des chocs et vibrations ou pour la fabrication des courroies de transmission du mouvement. Le galuchat, l’ivoire, l’os ou le feutre (poils de lapin ou de castor) ne semblent avoir été utilisés que par les fabricants d’appareils scientifiques.

  • les matériaux synthétiques : ils se rencontrent essentiellement dans les appareils électro-ménagers et les machines informatiques (boîtiers, socles et supports isolants), ainsi que dans certains éléments de machines-outils des années 1960-1970 (garnitures protectrices, poignées, roues dentées, etc.). Les plus courants sont le celluloïd, la cellophane, la bakélite, le nylon, le polypropylène, le polychlorure de vinyle, le polyéthylène, les polyesters et les polystyrènes.

Les altérations

  • 9 Ici aussi, il existe de très nombreuses références; v. par ex.: Volfovsky 2001; Leluc et al. 2003, (...)

12Une grande variété d’altérations (entendues en tant que transformations subies par un objet, résultant de traitements divers, et d’origine volontaire ou involontaire,) concerne le patrimoine technique semi-mobilier9. Les plus fréquentes sont :

  • la corrosion des métaux ferreux : cette dénaturation consiste en une attaque par différents éléments, avec formation de composés qui ne possèdent plus les propriétés initiales des métaux, et notamment leur résistance mécanique. La corrosion est considérablement accélérée par la présence, dans l’air, de composés sulfurés (en zone industrielle), ou chlorurés (en bord de mer). Le brouillard et la pluie fine sont plus agressifs que la pluie abondante. Les éléments corrosifs présents dans l’air ou les fumées se concentrent dans les vésicules de brouillard. Un accroissement de la teneur en ozone accélère également le phénomène,

  • la corrosion des métaux non ferreux : il s’agit d’un phénomène plus complexe encore ; d’autant que les métaux non ferreux ne réagissent pas tous de la même manière,

  • les altérations du bois : principalement les maladies cryptogamiques, ainsi que les insectes xylophages, qui, pour la plupart assimilent la cellulose du bois. Les plus connus sont les vrillettes, qui laissent à la surface du bois de petits orifices circulaires caractéristiques. Ces altérations ne concernent que rarement les instruments scientifiques, généralement préservés des conditions favorables à leur apparition et à leur développement. En revanche, pour les machines disposant d’éléments en bois, elles sont loin d’être occasionnelles. Elles sont d’autant plus sévères que les conditions ambiantes leur sont favorables.

  • les altérations du verre : les verres présents dans les machines sont nettement moins sensibles aux altérations que les verres antiques ou médiévaux. Leur conservation suscite moins d’inquiétude ; ils sont de meilleure qualité, et ils n’ont pas été soumis aux mêmes contraintes environnementales. Il arrive cependant que ces verres séjournent dans une atmosphère chargée de particules abrasives en suspension (microcristaux de sable par exemple). Au bout de plusieurs années, le passage répété de ces particules à la surface du matériau peut griffer celle-ci, voire la dépolir partiellement,

  • les altérations de la porcelaine électrotechnique : ce matériau étant vitrifié, il est pratiquement inaltérable. Il est toutefois sensible aux chocs,

    • 10 Shashoua 2008; Shashoua 2009, p. 25-35.

    les altérations des matériaux synthétiques : à partir des années 1960, les boîtiers des ordinateurs, jusqu’alors en tôles métalliques peintes ou anodisées, sont fabriqués en matières plastiques. Exposées suffisamment longtemps à un environnement agressif (chocs physiques ou thermiques, poussières, ultraviolets, pollution), la plupart de ces matières subissent de sévères dégradations (abrasion, ternissement, effritement, ramollissement, griffures, décoloration, fragilisation pouvant aller jusqu’à une hypersensibilité aux contraintes mécaniques). Cette problématique est complexe et fait actuellement l’objet de recherches en ce qui concerne l’art contemporain, un domaine dans lequel ces matériaux se rencontrent de plus en plus fréquemment10. Les traitements curatifs ou préventifs mis au point mériteraient d’être examinés pour leur application éventuelle au patrimoine informatique.

    • 11 Clais 2007, p. 95-101; Clais 2009, p. 15-30.

    les altérations particulières : certaines sont spécifiques au patrimoine informatique, telle la dégradation irréversible des condensateurs électrochimiques (capacitor plague), l’oxydation des circuits imprimés ou la démagnétisation des supports d’enregistrement11. D’autres altérations sont spécifiques aux grosses machines industrielles maintenues in situ, sans entretien. Elles peuvent être envahies par des végétaux volubiles, servir d’abri à certains animaux, être souillées par des déjections acides d’oiseaux ou faire l’objet de vandalisme ou de vols de métaux (fig. 1). Enfin, certaines interventions muséologiques maladroites, voire même simplement les modifications environnementales qu’induit la présence de groupes de visiteurs (le taux d’hygrométrie notamment) peuvent occasionner ou accélérer certaines altérations.

Fig. 1. Vandalisme et vol des métaux

Fig. 1. Vandalisme et vol des métaux

La salle des machines du carreau de Bois III aux mines de fer de Segré, 2004 (Nyoiseau, département de Maine-et-Loire, France).

Crédits Philippe Tomsin.

Les interventions

  • 12 Rolland-Villemot 2001, p. 17

13Les interventions envisageables dans le cadre de la restauration d’un objet de patrimoine technique semi-mobilier doivent être choisies en fonction du projet scientifique ou culturel, ainsi que de l’éventuel discours muséographique que l’on envisage de tenir. De manière très pragmatique, elles dépendent aussi des moyens techniques, humains et matériels disponibles12.

14Préalablement à toute intervention, une inspection préliminaire s’avère nécessaire. Elle consiste en une observation minutieuse de l’objet à restaurer ; elle suppose une description, voire, si nécessaire, une analyse épigraphique. Elle s’accompagne de photos, et de croquis annotés et cotés. Si l’instrument ou la machine est toujours en activité, un film est porteur d’informations d’un intérêt exceptionnel. Cette inspection révèle l’étendue et la gravité des altérations apparentes, et elle met en évidence les éléments fragilisés à consolider en priorité. Elle prépare donc la restauration. Elle facilite et oriente la recherche de la documentation. Elle permet de prendre conscience d’un certain état de l’instrument ou de la machine consécutif à son utilisation, et qui fait partie de son histoire. Cet état peut être préservé soit matériellement, soit virtuellement.

15La recherche documentaire permet d’orienter la restauration ; le démontage et l’identification des éléments sont moins hasardeux, l’identification et la localisation des éléments manquants s’avèrent possible, et la restitution d’un état primitif spécifique devient envisageable. De surcroît, la recherche documentaire ne limite pas l’intérêt porté à l’objet à la restauration stricto sensu. Que les plans soient les documents les plus intéressants semble logique ; mais d’autres témoignages apportent des informations au restaurateur : les archives (instructions de montage, carnets d’entretiens, rapports de modifications et de réparations), les imprimés (publications techniques, catalogues commerciaux, livres d’or d’expositions industrielles ou universelles), les documents iconographiques (photographies proprement dites, cartes postales, estampes et peintures, films), les témoignages oraux (personnes concernées par la conception, la construction, la vente, l’acquisition, l’entretien ou l’utilisation de l’instrument ou de la machine) et les témoignages matériels (objets identiques, ou modèles réduits).

16L’inspection dresse l’inventaire des altérations et des manques, résumant ainsi l’état de conservation de l’instrument ou de la machine. La recherche documentaire permet de définir l’aspect qu’il convient éventuellement de lui rendre. Une fois réunies, ces informations forment un dossier d’études préliminaires. Ce dossier sert à la préparation de la restauration proprement dite. Dans un premier temps, il permet de juger de l’opportunité d’une intervention, d’en estimer la faisabilité, et d’en évaluer le coût et la durée. Dans un second temps, il sert à énoncer les étapes principales de la restauration, à les planifier, et éventuellement à les budgéter.

17Le démontage consiste à désassembler les éléments mécaniques qui composent l’instrument ou la machine (fig. 2). Cette opération a pour but d’isoler les éléments afin de faciliter leur traitement et leur étude. Le caractère éphémère de certaines informations contenues dans l’élément démonté est rarement perçu. Ces informations peuvent être détruites au fur et à mesure du démontage, comme l’archéologue détruit un site au fur et à mesure qu’il le fouille. Conséquemment, il est fondamental de ne pas compter que sur sa mémoire ; si ce principe est une évidence pour l’archéologue, il ne l’est pas toujours pour certains restaurateurs.

Fig. 2. Restauration d’une machine textile

Fig. 2. Restauration d’une machine textile

Restauration par des mécaniciens et ouvriers retraités, 2012 (Verviers, Centre touristique de la Laine et de la Mode).

© Maurice Pirenne, Sofam 44/27.

18Le démontage n’est pas systématiquement indispensable, ni même souhaitable ; la décision d’y recourir dépend de l’ampleur que l’on veut donner à la restauration. Plus on souhaite approfondir celle-ci, plus il faut s’y engager. Le démontage poussé jusqu’à l’élément indivisible permet un nettoyage et une restauration intégrale. L’approfondissement du démontage dépend des moyens techniques et financiers disponibles, et du futur de l’objet traité.

19Que la restauration intervienne in situ ou en atelier, un éclairage puissant (fixe et mobile) est nécessaire ; il permet de percevoir certains détails, d’effectuer des interventions précises et des photos de qualité. Un équipement ad hoc est indispensable. Le matériel de manutention des éléments déposés doit être choisi en fonction de l’importance des charges à manipuler.

20Chaque pièce démontée doit être numérotée. Ce numéro accompagne la pièce tout au long de son traitement ; il doit apparaître sur la pièce, dans les croquis établis et dans un carnet de notes (par exemple, sous la forme d’une nomenclature séparée). De préférence, le numéro doit être inscrit sur l’élément même. Si l’élément est trop petit (par exemple un écrou ou un ressort), le numéro doit figurer sur le contenant dans lequel cet élément est conservé. Bien entendu, il est indispensable de pouvoir inscrire et effacer le numéro sans endommager le support.

21En attendant d’être traitées ou étudiées, les pièces démontées et numérotées doivent être conservées à l’abri des altérations (principalement de l’humidité), et rangées méthodiquement. Les pièces qui pèsent plusieurs dizaines ou centaines de kilos ne peuvent être entreposées qu’à même le sol, éventuellement sur des euro-palettes pour faciliter leur manutention. Pour les petites pièces, de nombreux systèmes de rangement sont envisageables : sachets, boîtes, armoires à tiroirs, etc. Il faut cependant veiller à ne pas fermer hermétiquement les sachets en plastique afin d’y prévenir la formation d’une condensation nuisible. À ce stade, une certaine liberté dans l’organisation du travail est incontournable ; l’essentiel est d’être soigneux et organisé.

  • 13 Chéné et al. 1999.

22Tout au long de l’intervention, la rédaction d’un carnet de notes est primordiale. Cette démarche sert à conserver une trace des interventions réalisées, à envisager les traitements complémentaires dans les ateliers spécialisés et les laboratoires, à compléter le dossier d’études établi auparavant et à préparer d’éventuelles publications. Ce carnet doit être illustré de photographies et de croquis. Il existe des procédures détaillées en matière de photographie en archéologie, et il n’est pas forcément nécessaire de recourir à un équipement coûteux13. Bien entendu, le carnet de notes peut être remplacé par un traitement de texte, et la nomenclature des pièces démontées peut être gérée à l’aide d’une base de données ou d’un tableur.

23Le dégraissage est une opération fréquente de nettoyage. Deux variétés de corps gras se rencontrent dans les mécanismes des instruments et des machines. D’une part, les huiles fluides ou semi-fluides, souvent d’origine minérale, mais quelquefois d’origine végétale ou animale. D’autre part, les graisses consistantes, composées d’un mélange d’huiles minérales et de graisses ou d’huiles saponifiées, qui peuvent être enrichies de goudron (graissage des engrenages), ou de poudre de graphite (graissage des tourillons chauds). Dans tous les cas, il s’agit de produits extrêmement gras, adhérents et difficilement miscibles dans l’eau. À la longue, ils peuvent sécher et former une pellicule dure et collante. De surcroît, des corps étrangers (poussières, sciure, limailles) s’y trouvent souvent agglomérés.

24Le dégraissage consiste à enlever toute pellicule de graisse ou film d’huile et à retourner à l’état de surface originel du matériau ; il nécessite l’usage d’un solvant. Celui-ci est une substance capable de dissoudre le soluté, de façon à former une solution homogène constituée d’un mélange de substances chimiques. Il existe une grande variété de solvants utilisables en restauration.

  • 14 Oddy 1994, p. 3.

25Les huiles et graisses ne constituent pas un apport ultérieur à la prise en considération de l’instrument ou de la machine en tant qu’objet de patrimoine ; ces produits y ont toujours été présents et ont participé à leur fonctionnement. A priori, d’un point de vue déontologique, cette intervention serait à proscrire14. Néanmoins, l’élimination de ces corps gras peut être légitimée en raison de leur tendance à corroder les métaux après quelques années, particulièrement si leur raffinage est de mauvaise qualité (présence d’acides organiques oxygénés et de composés sulfurés).

26Le décapage des peintures est une autre opération de nettoyage courante. La pose d’une couche de peinture sur une machine industrielle ancienne est fréquente. Il est logique de conserver une peinture ancienne si elle n’a pas tendance à s’effriter, car elle protège le subjectile de la corrosion. Il est possible de poser un vernis transparent sur une peinture, mais cette opération présente l’inconvénient d’être difficilement réversible. On peut envisager de repeindre le support au moyen d’une peinture de couleur identique, mais les formules actuelles sont fort différentes de celles des peintures anciennes. La solution qui consiste à retrouver d’anciennes peintures se heurte à plusieurs difficultés : découvrir d’anciens stocks, de coloris exactement semblables, en quantité suffisante, et surtout, encore en état d’être utilisés. L’option qui consiste à refaire artisanalement de la peinture sur base de recettes anciennes est onéreuse. Ces deux dernières solutions obligent à déterminer la composition exacte de la peinture encore en place, ce qui nécessite des prélèvements et des analyses approfondies en laboratoire.

27Plusieurs méthodes de décapage sont envisageables : par outils manuels (grattoir ou brosse de fer), par voie thermique (uniquement sur les supports non déformables à la chaleur), par abrasifs (enduits ou projetés) et par voie chimique (pâte faisant cloquer la peinture, à appliquer au rouleau ou à la brosse).

28La réduction de la corrosion est une intervention d’assainissement. Ici aussi, plusieurs procédés peuvent être mis en œuvre : la réduction par outils manuels (qui consiste à détacher la corrosion du subjectile en la frottant à l’aide d’un outil) (fig. 3), la réduction thermique (flamme d’un chalumeau oxyacétylénique), la réduction par abrasifs (enduits ou projetés, elle présente les mêmes caractéristiques que dans le cas du décapage des peintures) ou la réduction par procédé chimique (dérouillage, voire passivation dans le cas d’une corrosion sévère).

Fig. 3. Restauration d’une machine à vapeur et de sa chaudière

Fig. 3. Restauration d’une machine à vapeur et de sa chaudière

Restauration par l’association des Amis du Musée de la Distillerie de Kehlen, 2012 (Kehlen, Grand-Duché de Luxembourg).

© Raymond Faber.

La déontologie

  • 15 May 2010, p. 102-104.

29De longue date, la restauration et la conservation des œuvres d’art ou du patrimoine architectural sont encadrées par des principes déontologiques bien établis et reconnus internationalement. En revanche, en ce qui concerne la restauration et de la conservation du patrimoine technique semi-mobilier, les réflexions en sont encore à leurs débuts15. Les interventions étant souvent réalisées à l’initiative de non-professionnels, ceux-ci se fixent des règles d’intervention qu’ils considèrent implicitement légitimes dans leur démarche restauratrice.

30À titre d’exemple, durant la restauration d’une machine industrielle historique, la question de la peinture dont est revêtue la totalité ou une partie de ladite machine se pose régulièrement (fig. 4). La fonction de cette peinture est de protéger la machine contre diverses altérations (corrosion, dans le cas d’un subjectile métallique ; insectes et maladies dans le cas d’un subjectile en bois). Tout au long de leur utilisation, ces machines peuvent avoir été repeintes de nombreuses fois. La superposition de feuils de peinture de natures et de couleurs différentes est fréquente, et elle peut être à l’origine d’un dilemme au moment de la restauration.

Fig. 4. Restauration d’une locomotive de manœuvre, 1983

Fig. 4. Restauration d’une locomotive de manœuvre, 1983

Restauration menée à l’Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière.

© Écomusée du Bois-du-Luc, 1983.

  • 16 Poncelet 1990, p. 236; De Clercq 1993, p. 8.

31Lorsqu’il se fissure ou se délite, le feuil offre à la corrosion la possibilité de s’installer. Dans le souci de préserver le subjectile, il peut être souhaitable de l’ôter et de poser une nouvelle couche. Il faut déterminer si leur enlèvement est véritablement nécessaire, s’il est techniquement réalisable, et dans l’affirmative, jusqu’à quel niveau il doit s’opérer. À cette dernière question, il est vain de vouloir apporter une réponse péremptoire ; un choix doit s’opérer entre la couche la plus ancienne, la couche la plus complète, la couche la plus rare ou la dernière couche posée16.

32Or, le choix est souvent fait d’éliminer toute trace de feuil à la surface du subjectile et de remettre celui-ci en couleurs avec des peintures contemporaines. Quelquefois, même la rareté de l’objet restauré, voire son exceptionnalité (un prototype par exemple), n’est pas un obstacle à cette option (fig. 5).

Fig. 5. Char d’assaut de la seconde guerre mondiale

Fig. 5. Char d’assaut de la seconde guerre mondiale

Le char (Place McAuliffe, Bastogne) a été repeint en 2006 avec une peinture contemporaine

Crédits : Philippe Tomsin, 2008.

33L’intervenant qui choisit cette solution s’interroge-t-il toujours suffisamment sur l’état du feuil ? En vertu du principe d’intervention minimum, son élimination n’est pas nécessaire s’il est bien conservé, et la priorité devrait être donnée à la stabilisation des dégradations. L’urgence de l’intervention dépend du reste de l’ampleur de la menace que la corrosion (ou toute autre forme d’altération) fait peser sur le subjectile.

34Même si elle s’avère incontournable, l’élimination complète du feuil à la surface du subjectile est à proscrire. Il est toujours recommandable de préserver une portion discrète de feuil dans son état originel, ce qui permet d’en conserver une trace autre que photographique.

  • 17 Poncelet 1990, p. 236.

35En ce qui concerne le choix des coloris, il s’effectue en fonction de l’inspection préliminaire et de la recherche documentaire. Plusieurs options sont envisageables17. Le choix est à faire entre les coloris d’origine (au moment de la conception ou de la mise en service), les coloris au moment de la mise hors service (le dernier feuil étant l’ultime modification apportée à l’évolution de l’objet de l’intervention), ou les coloris réglementaires dans le domaine d’utilisation (par exemple pour du patrimoine militaire). Par contre, il est plus discutable de considérer la pose d’un feuil de peinture moderne comme une étape supplémentaire dans l’histoire de la machine, et d’en tirer prétexte pour choisir les coloris selon des critères subjectifs tels l’harmonie avec le décor du lieu de conservation ou l’attrait espéré auprès des visiteurs.

  • 18 Debout 1986, p. 36.

36Lorsqu’ils ont disparu ou sont endommagés, les assemblages filetés historiques constituent un autre exemple de problématique conduisant à un choix. Introuvables dans le commerce, pour les refaire à l’identique, il faudrait commencer par fabriquer les outils ad hoc, eux-mêmes disparus des ateliers actuels. Conséquemment, il est parfois indispensable de les remplacer par des éléments d’assemblage filetés modernes, en sachant que ceux-ci n’ont pas du tout les mêmes caractéristiques métrologiques. Il en va de même pour tous les éléments d’assemblage non encore standardisés, si fréquents sur les machines antérieures au milieu du XIXe siècle ; « la clé plate, si simple à utiliser en temps normal, est sans utilité sur des écrous dont les cotes sur plat diffèrent d’une face à l’autre »18.

37Certes, certains des principes déontologiques qui guident la restauration du patrimoine artistique (l’intervention minimum, la réversibilité) pourraient être applicables à celle du patrimoine technique semi-mobilier. Dans la pratique, le restaurateur est souvent amené à faire des choix et à se poser des questions, auxquelles il est utopique de vouloir apporter des réponses univoques et définitives. Les convictions du présent ne sont pas celles du passé, et ne sont sans doute pas celles du futur ; toutes reposent sur des valeurs temporaires.

Les risques

  • 19 Diverses communications à ce sujet ont été présentées durant la journée d’étude Gevaarlijke materia (...)

38La restauration du patrimoine technique semi-mobilier présente une autre particularité : certains éléments de ce patrimoine ne sont pas sans risques pour la santé des restaurateurs. La prise de conscience de cette problématique en est encore à ses débuts19.

  • 20 Warren 2010, p. 9-15.

39Le calorifugeage des chaudières et des conduites de vapeur, les joints isolants de tuyauterie et certains panneaux ignifuges d’appareils électriques contiennent souvent de l’amiante. Divers instruments, quelquefois oubliés dans les réserves, peuvent encore renfermer des matériaux ionisants : matériel médical ou paramédical (sondes de Crowe, fontaines au radium), horloges aux cadrans et aiguilles luminescents revêtus d’une peinture au radium20, certains paratonnerres, bougies d’automobile au polonium, etc. Certains appareils électriques peuvent toujours contenir des produits chimiques nocifs (solutions acides de batteries, mercure des redresseurs ou de contacteurs). Il en va de même de diverses machines électrotechniques (condensateurs, transformateurs), susceptibles d’être encore remplies d’huiles diélectriques à base de polychlorobiphényles ou de polychloroterphényles.

  • 21 Rossol 1987, p. 47-48.

40Avant toute intervention de restauration sur un objet de patrimoine technique, il est fortement recommandé de le faire expertiser par un professionnel agréé dans la décontamination et l’élimination des matières industrielles toxiques. La gestion de ces matières étant réglementée, en cas de découverte de l’une de celles-ci (de l’amiante par exemple), sa neutralisation ne peut être faite que par ledit professionnel et non par le restaurateur lui-même, ou par un membre du personnel d’un musée21.

  • 22 Mousset-Pinard 2002, p. 115.

41Garantir la sécurité des restaurateurs (voire, a posteriori, celle des visiteurs) est une priorité. À titre d’exemple, dans le cadre de la restauration d’un bateau des années 1950, l’authenticité technique de l’objet a été sacrifiée en éliminant le dangereux calorifugeage en amiante qui protégeait les échappements22.

La conservation et la valorisation du patrimoine technique semi-mobilier

Les environnements

42Le patrimoine technique semi-mobilier peut être conservé ou valorisé dans quatre types d’environnement principaux : les espaces d’exposition fermés, les espaces d’exposition ouverts, les sites d’origine et les réserves.

43Par « espace d’exposition fermé », il faut entendre tout environnement clos, spécialement conçu et aménagé pour la préservation et la valorisation du patrimoine. Il peut s’agir d’une salle publique de musée ou d’exposition, ou de la pièce privée d’un collecteur.

44A contrario, l’espace d’exposition ouvert consiste en un lieu pensé pour la valorisation du patrimoine à ciel ouvert. Ce type d’environnement offre plusieurs avantages. D’abord, en l’absence d’infrastructures closes, les problèmes de manutention et d’aménagement sont réduits, et les collections sont plus facilement accessibles pour l’entretien ou la restauration. Les coûts de fonctionnement de ces espaces sont forcément réduits. Ensuite, le dégagement des abords d’une machine permet d’en avoir une meilleure perception d’ensemble, et, éventuellement, de mieux en comprendre le fonctionnement. Enfin, à superficie égale, il est possible de réunir un plus grand nombre de machines.

45Cependant, l’espace ouvert présente plusieurs inconvénients. Le patrimoine y est beaucoup plus exposé aux dégradations environnementales. L’humidité et la pollution accélèrent la corrosion. Les variations de températures provoquent des dilatations et des retraits ; en gelant, les eaux d’infiltration entraînent des tensions ; à plus ou moins long terme, ces facteurs provoquent du jeu dans les mécanismes. Si ce type de présentation est encore pensable pour de robustes machines industrielles, il est totalement exclu pour du patrimoine astronomique ou informatique par exemple. Pour le public, il est peu attrayant de le fréquenter par mauvais temps. Une couche de neige de quelques centimètres ne permet plus de percevoir les détails. De surcroît, les risques liés au vandalisme sont considérablement accrus (vols ou bris d’éléments démontables, graffiti). Enfin, à l’exception des machines effectivement utilisées en plein air (locomotives, locomobiles, matériel militaire, engins de génie civil, etc.), le patrimoine est complétement décontextualisé.

46L’idée de conserver des gros instruments scientifiques ou des machines industrielles in situ, à leur emplacement d’origine (anciens laboratoires ou ateliers) présente plusieurs avantages. Il n’est pas nécessaire de bâtir des infrastructures couvertes car elles existent déjà ; les problèmes de manutention (et donc les coûts qui les accompagnent) sont inexistants puisque les instruments ou machines sont déjà installés. De plus, les objets sont dans leur contexte originel.

47Cette démarche procure aussi beaucoup d’inconvénients. Les sites sont souvent taudifiés, si pas insalubres, insécurisés, et leurs rénovations sont coûteuses. L’insalubrité est non seulement un désagrément pour le public, mais elle est une menace pour le patrimoine. Un site d’origine (par exemple un ancien atelier) doit être aménagé (éclairage, chauffage, infrastructures muséographiques) pour attirer le visiteur et respecter les normes de sécurité légales, et il doit être propice à la conservation du patrimoine. Or, non seulement ces transformations sont très onéreuses à réaliser et à entretenir (chauffer un hall d’usine peut s’avérer impayable), mais, aussi bien intégrées soient-elles, elles dénaturent immanquablement l’environnement originel.

  • 23 Dupont et Piechowski 2001, p. 13-18.

48Les réserves d’un musée doivent satisfaire à plusieurs exigences23. D’abord, assurer la conservation du patrimoine d’un intérêt secondaire, c’est-à-dire, celui dont la présentation au public n’est pas jugée indispensable, mais qu’il est néanmoins nécessaire de préserver. Ensuite, conserver le patrimoine qui attend d’être exposé (exposition tournante dans les salles, prêt à d’autres musées ou à des expositions), expertisé (évaluation de l’ampleur des dégradations et de la nécessité d’une intervention) ou restauré. Enfin, constituer un « parc » d’objets d’études pour l’historien ou l’archéologue. Les réserves doivent donc assurer les fonctions scientifiques et de conservation traditionnelles des musées.

49Les objets conservés dans les réserves sont exposés à deux variétés de menaces : un environnement inadapté, et la négligence humaine. Les réserves doivent être conçues ou aménagées pour assurer de bonnes conditions de conservation. La température, le taux d’humidité, et la pollution doivent y être contrôlés autant que dans des salles d’exposition. Il en va de même des conditions de sécurité. Une réserve à ciel ouvert expose le patrimoine au vandalisme et aux vols, et est défavorable à sa conservation, même lorsqu’il est protégé au moyen de bâches en plastique (qui risquent, de surcroît, de provoquer une condensation nuisible aux éléments ferreux). Ces diverses menaces rendent indispensable la visite périodique des réserves et l’inspection de l’état de conservation des collections qu’elles abritent.

  • 24 Boiche et Renard 2000, p. 34-41; Beaujard 2011, p. 11-15.

50Les réserves doivent aussi être aménagées pour y permettre la manipulation du patrimoine sans difficulté et sans risque. Il faut éviter de les encombrer au point de les rendre inutilisables. Idéalement, il faudrait y gérer les collections aussi consciencieusement qu’en salle : chaque objet devant y être inventorié, localisé, visible et accessible24.

Les conditions

51Quel que soit le lieu de conservation ou de valorisation, tout artefact patrimonial se trouve dans un environnement caractérisé par son climat (température ambiante et taux d’humidité relative), son état sanitaire (pollution), son éclairement et sa fréquentation.

52La plupart des matériaux utilisés pour la fabrication des machines sont surtout sensibles à un taux d’humidité inadéquat ; c’est particulièrement le cas pour les métaux ferreux, les bois, et les cuirs. Un faible taux d’humidité ne présente pas d’inconvénient pour un métal ferreux. En revanche, non protégé, celui-ci se corrode très rapidement dans une atmosphère trop humide.

53La plupart des normes recommandent un taux compris entre 20 et 60 % (idéalement 40 %), et une température ambiante comprise entre 5°C et 35°C. Cette température doit demeurer la plus stable possible ; de trop importantes fluctuations induisent dilatations et contractions, qui, à la longue, sont nuisibles à la cohésion des assemblages mécaniques.

54Pour les bois et les cuirs, les réactions varient respectivement selon la qualité du traitement de surface ou selon celle du tannage. Ces matériaux sont sensibles au cycle des saisons. Si le taux d’humidité est trop bas, ils se dessèchent et se fendillent. S’il est trop élevé, la prolifération des micro-organismes s’accélère, et les risques d’apparition de moisissures s’accentuent. Il est d’usage de maintenir le taux d’humidité relative entre 35 et 65 % (idéalement 50 %), et la température entre 15°C et 22°C.

  • 25 Parmi de nombreuses autres références: Vade-mecum 1986-1987, p. 58-64 et 82-88; Aghemo et al. 1991, (...)

55Bien entendu, toutes ces recommandations demeurent fort conjecturales et varient d’un ouvrage de référence à l’autre25. De surcroît, elles ne prennent pas toutes en considération des problématiques que les responsables de certains musées considèrent comme incontournables : le confort des visiteurs, et le coût de l’installation, du fonctionnement et de l’entretien des infrastructures de climatisation ou de chauffage.

  • 26 Schieweck et al. 2009, p. 273-300.

56La pollution atmosphérique peut provoquer des dégradations aux matériaux entrant dans la fabrication des machines26. Ce problème est d’autant plus préoccupant que de nombreux musées sont implantés en ville, voire en zone industrielle. Les métaux présentent notamment une sensibilité particulière aux composés soufrés. Une élévation de la teneur en dioxyde de soufre provoque la formation de gouttelettes microscopiques d’acide sulfurique à la surface du métal, ce qui en accélère la corrosion.

57Selon leur nature, les matériaux organiques réagissent de différentes façons à la pollution atmosphérique. Les bois y sont relativement peu sensibles, mais le cuir s’effrite en présence de dioxyde de soufre. Lors d’une augmentation de la teneur en ozone, les cuirs et les caoutchoucs se fendillent.

58Une forme particulière de pollution atmosphérique est celle présente en bord de mer. L’air marin est chargé de cristaux microscopiques de sable et de sel. Les premiers provoquent une micro-abrasion à la surface des métaux et des verres ; les seconds, favorisent considérablement le phénomène de corrosion. Pour la préservation des patrimoines maritimes (bateaux, artillerie côtière, etc.), cette problématique doit être prise en considération.

59La parade logique aux dégradations provoquées par la pollution est l’isolement de l’atmosphère extérieure. Solution acceptable pour les instruments scientifiques, les dimensions des machines rendent pratiquement impossible l’utilisation de vitrines closes. Si les possibilités matérielles et techniques lui sont offertes, un musée peut veiller à l’assainissement permanent de l’atmosphère.

60La lumière naturelle ou artificielle endommage fort peu les matériaux utilisés pour la fabrication des machines. Les métaux supportent sans risques des éclairages puissants (jusqu’à 300 lux) ; les verres teintés peuvent varier très légèrement de couleur, mais seulement à longue échéance. La teinte des bois ou de certains papiers colorés se modifie plus facilement ; il est préférable de les soumettre à un éclairage moins intense (75 à 150 lux). Dans tous les cas, l’utilisation d’une lumière froide est à privilégier.

61Le patrimoine technique en contact avec les visiteurs est exposé à deux sortes de risques. D’une part, aux dégradations volontaires résultant du vandalisme. D’autre part, aux dégradations involontaires, dues à la négligence, voire simplement à la présence du public. Si une protection peut être assurée pour les machines de petite taille, c’est beaucoup moins commode pour le patrimoine semi-mobilier volumineux.

62Un public trop dense augmente les risques de bousculade, ce qui représente un danger, tant pour les visiteurs que pour certains éléments fragiles (graisseurs en verre par exemple). Toutes les machines ne sont pas sans risques. Elles peuvent comporter des éléments contondants, (engrenages, chaînes, etc.), coupants (tôles minces), ou même simplement salissants. Des ouvertures dans le sol (fosses des volants, caniveaux d’arrivée de conduites) augmentent encore les risques d’accident. De surcroît, l’affluence modifie la température ambiante du local ; en vêtements mouillés, le taux d’humidité s’accroît. Ces variations climatiques sont bien entendu préjudiciables.

Le maintien en fonctionnement

63L’un des changements de situation les plus radicaux que l’on puisse faire subir à un objet de patrimoine (qu’il s’agisse d’un véhicule, d’une machine-outil, d’un mécanisme d’horlogerie, d’un machine mécanographique, etc.) est le passage d’un état dynamique à un état statique ; entre d’autres termes, c’est la mise à l’arrêt complet du mécanisme le faisant normalement fonctionner.

64Certains restaurateurs et conservateurs légitiment ce changement d’état par le souci de préserver les mécanismes de l’usure que leur fonctionnement provoque. Or, ce mouvement peut être considéré comme la composante patrimoniale immatérielle de l’objet. Originellement, celui-ci n’a pas été conçu pour être dans un état statique permanent, et donc, ipso facto, il est fondamentalement conçu pour subir une usure. Immobiliser un mécanisme, c’est affaiblir, si pas farder, l’information culturelle qu’il pourrait autrement transmettre.

  • 27 Swiecimski 1982, p. 43; Mann 1994, p. 134-135 et 137; Newey 2000, p. 137-139.

65Un choix est donc à faire entre l’immobilisation de l’objet (qui préserve ses mécanismes de l’usure, mais amoindrit, voire annihile son intérêt culturel) et son fonctionnement (qui provoque une usure de ses mécanismes, mais lui donne une incontestable plus-value pédagogique, voire accroît son attrait touristique). Depuis longtemps, ce dilemme fait l’objet de réflexions et de débats27.

66Une solution parfois envisagée consiste à faire fonctionner les mécanismes d’un objet patrimonial dont on conserve plusieurs exemplaires, mais à immobiliser ceux d’un unicum. Dans la pratique, pour plusieurs témoignages de patrimoine semi-mobilier, cette solution n’est pas si simple à mettre en œuvre. S’il est encore envisageable de se procurer (ou de refaire à l’identique) des mécanismes de machines-outils, d’automobiles ou d’horloges, c’est nettement moins évident, par exemple, pour les composants électroniques obsolètes d’un ancien ordinateur.

  • 28 Edson 1997, p. 214.
  • 29 Cardinal et Piguet 1999, p. 12-13.

67Une autre alternative consiste à préserver l’original dans une réserve, et à faire fonctionner un fac-similé28. C’est encore envisageable pour des mécanismes relativement simples et aux dimensions modestes (par exemple, pour le célèbre astrarium du XIVe siècle de Giovanni Dondi, dont une réplique, fabriquée en 1985, est exposée au Musée international d’Horlogerie de La Chaux-de-Fonds29). C’est beaucoup moins simple pour de grosses machines industrielles, aux mécanismes volumineux, pondéreux et sophistiqués. Les investissements à consentir pour faire réaliser des fac-similés risquent d’être inenvisageables pour la plupart des musées.

  • 30 Debout 1986, p. 36.

68Au demeurant, la mise à l’arrêt d’un mécanisme n’est pas forcément favorable à sa préservation. Par l’action combinée de la corrosion, de l’encrassement et du figeage des huiles ou graisses lubrifiantes, cette immobilisation peut gripper un mécanisme, et rendre bien plus difficile, voire impossible, toute future remise en mouvement. Lors de la restauration d’une machine à vapeur par l’Université de Technologie de Compiègne par exemple, l’extraction du piston hors du cylindre a nécessité l’emploi de plusieurs litres de dégrippants, et la mise en tension de la tige du piston au moyen d’un palan pendant plusieurs semaines30.

  • 31 Hallam 1989, p. 57.
  • 32 Peyre 1992, p. 139.
  • 33 Mousset-Pinard 2002, p. 115.

69Déjà évoqués, les risques que présentent pour les visiteurs les éléments coupants ou contondants de certaines machines sont encore plus sérieux si les mouvements de ces machines sont entretenus31. En plus de la sécurité des visiteurs, il faut aussi assurer celle des guides et des démonstrateurs (fig. 6). Si les mécanismes mobiles sont confinés derrières des garants ou dans des carters, conformément aux législations actuelles sur la sécurité des travailleurs, leur intérêt didactique s’en trouve affaibli. Naturellement, les services d’inspection du travail réclament que la sécurité passe avant l’intérêt culturel32 ; dans la pratique, « il est nécessaire de se soumettre à la réglementation de sécurité en vigueur, ce qui n’est pas toujours compatible avec le souci de conservation de collections d’objets témoins »33.

Fig. 6. Démonstration faite aux visiteurs

Fig. 6. Démonstration faite aux visiteurs

Démonstration de l’usage d’une perforatrice pneumatique dans une galerie de mine, à la profondeur de soixante mètres (site de Blegny-Mine, Blegny, Belgique).

Crédits Philippe Tomsin, 2007.

  • 34 Ashton et Hallam 1990, p. 21.
  • 35 Hallam 1989, p. 59.

70Au demeurant, bien plus souvent que les difficultés techniques, les contraintes de sécurité ou les questionnements déontologiques, c’est le prix de revient d’une restauration conduite jusqu’à la remise en fonctionnement qui rebute toute initiative. Cette option peut multiplier le coût d’une restauration par six ou sept34, voire davantage encore35.

Top of page

Bibliography

C. Aghemo, G. Casetta et M. Filippi, Optimum Conservation Conditions in Museums : Lighting and Climate, dans N. S. Bear (éd.), Science, Technology and European Cultural Heritage. Proceedings of the European Symposium. Bologna. Italy, 13-16 June 1989 (actes de colloque, Bologne, 13-16 juin 1989), Oxford, 1991, p. 621-625.

J. Ashton et D. Hallam, The Conservation of Functional Objects. An Ethical Dilemma, dans AICCM Bulletin, 16(3), 1990, p. 19-26.

D. Audrerie, La protection du patrimoine culturel dans les pays francophones, Paris, 2000.

S. Beaujard, L’évolution du rôle des réserves muséales : les réserves délocalisées du musée de l’Armée, dans La lettre de l’OCIM, 138, 2011, p. 11-15.

Biraud G., Le Breton J. et Foster R., La restauration et la conservation des appareils scientifiques de collection : Restoration and Preservation of Scientific Apparatus for Collections, La Rochelle, 1987.

Boiche Is., Renard Al., Aménagement de réserve : stratégies, matériel et logistique, dans Musées & collections publiques de France, 229-230, 2000, p. 34-41.

Brenni P., Les instruments scientifiques anciens : un patrimoine à redécouvrir, dans Sabix, 18, 1997, p. 5-7.

Brenni P., L’importance des instruments scientifiques comme témoignages matériels de l’histoire des sciences et des techniques, dans C. Cuenca, Y. Thomas et C. Ballé (dir.), Le patrimoine scientifique et technique contemporain. Un programme de sauvegarde en Pays de la Loire, Paris, 2005, p. 29-40.

Brenni P., Quelques considérations sur la restauration des instruments scientifiques, dans CoRé, 17, 2006, p. 8-11.

Brenni P. et Miniati M., Restauro di Strumenti Storico-Scientifici e Filosofie di Intervento, dans Masetti Bitelli L. (dir.), Restauro di Strumenti e Materiali. Scienza. Musica. Etnografia, (La Conservazione e il Restauro oggi, 4), Florence, 1993, p. 51-57.

Cardinal C., Piguet J.-M., Musée international d’horlogerie. La Chaux-de-Fonds. Suisse. Catalogue d’œuvres choisies, La Chaux-de-Fonds, 1999.

Cavallini T., Massa S., Russo A., Optimal Environmental Conditions in Museums, dans Bear N. S. (éd.), Science, Technology and European Cultural Heritage. Proceedings of the European Symposium. Bologna. Italy, 13-16 June 1989 (actes de colloque, Bologne, 13-16 juin 1989), Oxford, 1991, p. 627-631.

Chéné Ant., Foliot Ph. et Réveillac G., La pratique de la photographie en archéologie, Aix-en-Provence, 1999.

Clais J.-B., Quel avenir pour notre patrimoine informatique ?, dans Patrimoines, 3, 2007, p. 95-101.

Clais J.-B., La sauvegarde du patrimoine de l’ère numérique, dans Maniguet Th. (éd.), Actes de la journée d’étude Patrimoine musical du XXe siècle (acte de colloque, Cité de la Musique, 6 avril 2009), s.l.n.d., p. 15-30.

Cossons N., The BP Book of Industrial Archaeology, Newton Abbot, 1993.

Craddock A. B., Control of Temperature and Humidity in Small Collections, dans Bachmann K. (dir.), Conservation Concerns : A Guide for Collectors and Curators, Washington, 1992, p. 15-22.

De Clercq L., Art Nouveau en Metaalpolychromie. Een Evaluatie van enkele recente case-studies, dans Monumenten & Landschappen, 12(5), 1993, p. 8-17.

Debout J., Bicentenaire. La Machine de Cordelle (1786). Restauration de la pompe à feu du Palais de Compiègne, Compiègne, 1986.

Demarsin B., La protection du patrimoine culturel mobilier en Belgique, dans H. Cousy et al. (dir.), Droit des contrats. France, Belgique, (Contrats & Patrimoine, 1), Bruxelles, 2005.

Demeulenaere-Douyère Chr., Le patrimoine scientifique et technique : une réalité complexe, dans Bret P. et al. (éd.), Des matériaux pour l’histoire. Archives et collections scientifiques et techniques du XVIIIe siècle à nos jours (Cahiers d’Histoire et de Philosophie des Sciences, 48), Paris, 2000, p. 57-76.

Dubus M., Mirambet Fr., Paris A., La préservation du patrimoine technique et industriel : entre conservation préventive et protocoles d’entretien, dans Technè, 19, 2004, p. 123-129.

Dupont Chr. et Piechowski C., Quantités industrielles. Comment gérer les collections d’un musée de l’industrie ?, dans L’invitation au musée, 25, 2011, p. 13-18.

Edson G. (éd.), Museum Ethics, Oxon/New York, 1997.

Edson G. et Dean D., The Handbook of Museums, Londres/New York, 1994.

Forrières Cl. et Rémy J.-L., Les savoir-faire techniques et la restauration des machines, dans Terrain, 22, 1994, p. 159-177.

Gablot G., Sauvegarder le patrimoine instrumental : pour quoi faire ?, dans Cazenave Chr. et Girard Fr. (éd.), Conservation et valorisation du patrimoine des organismes de recherche, Saint-Étienne, 2007, p. 37-46.

Hallam J. C., Objets exposés en action : un dilemme pour les conservateurs et les restaurateurs ?, dans Technologie Industrielle. Conservation Restauration du Patrimoine culturel (actes de colloque, Nice, 19-22 septembre 1989), s. l., 1989, p. 55-62.

Hartung Ol., Museen des Industrialismus. Formen bürgerlicher Geschichtskultur am Beispiel des Bayerischen Verkehrsmuseums und des Deutschen Bergbaumuseums, (Beiträge zur Geschichtskultur, 32), Cologne, Weimar, Vienne, 2007.

Le Breton J., La conservation et la restauration du matériel scientifique du XIXe siècle, dans Conservation Restauration, 12, 1990, p. 29-32.

Le Breton J., La conservation et la restauration des instruments scientifiques des XVIIIème et XIXème siècles : un terrain de recherches et de valorisation en histoire des sciences, dans Sabix, 18, 1997, p. 17-26.

Leluc S., Mirambet Fr., Paris A., Texier A., Conservation-restauration des éléments métalliques du patrimoine technique et industriel. La mise en place de chantiers-pilotes, dans Technè, 18, 2003, p. 101-105.

Mann P. R., The Restauration of Vehicules for Use in Research, Exhibition, and Demonstration, dans Restoration. Is’it acceptable ?, (British Museum. Occasional Paper, 99), s. l., 1994, p. 131-137.

May R., Collections scientifiques et techniques : quelques réflexions sur les enjeux en conservation et restauration, dans Cornu M., Cuenca C., Fromageau J. (dir.), Les collections scientifiques, de l’outil de connaissance à l’objet de patrimoine. Aspects juridiques et pratiques professionnelles et institutionnelles (actes de colloque, Paris, Musée des Arts et Métiers, 12-13 juin 2008), Paris, 2010, p. 95-104.

May Er. et Jones M. (éd.), Conservation Science. Heritage Materials, Cambridge, 2006.

Mirambet-Paris A. et Mirambet Fr., La conservation-restauration du patrimoine technique et industriel dans le cadre de la loi sur les Musées de France, une mission impossible ?, dans La Lettre de l’OCIM, 135, 2011, p. 27-35.

Morlot P., Quelle conservation-restauration pour les objets pédagogiques des collections universitaires et muséales, dans La Lettre de l’OCIM, 143, 2012, p. 5-13.

Mousset-Pinard Fr., La gestion des collections maritimes, dans Cornu M. et Fromageau J. (dir.), Le patrimoine culturel et la mer. Aspects juridiques et institutionnels, 2, Paris, 2002, p. 111-115.

Newey H., Conservation and the Preservation of Scientific and Industrial Collections, dans Tradition and Innovation : Advances in Conservation. Contributions to the IIC Melbourne Congress, 10-14 October 2000 (actes de colloque, Melbourne, 10-14 octobre 2000), Londres, 2000, p. 137-139.

Oddy A., Restoration. Is’it acceptable ?, dans Restoration. Is’it acceptable ?, (British Museum. Occasional Paper, 99), s. l., 1994, p. 3-8.

Peyre Ph., Des collections en mouvement : l’écomusée de la région de Fourmies-Trélon, dans Muséologie Technique. Séminaire de Recherche 1990-1991, s. l., 1992, p. 135-141.

Poncelet Ét., La polychromie aux XIXe et XXe siècles, dans Architecture et décors peints (actes de colloque, Amiens, Direction du Patrimoine, octobre 1989), Paris, 1990, p. 236-238.

Rolland-Villemot B., Le traitement des collections industrielles et techniques, de la connaissance à la diffusion, dans La Lettre de l’OCIM, 73, 2001, p. 13-18.

Rossol M., Care and Preservation of Museum Personnel, dans F. Howie (éd.), Safety in Museums and Galleries, Londres, 1987, p. 39-50.

Schieweck Al., Salthammer T. et Watts S. F., Indoor Polluants in the Museum Environment, dans Salthammer T. et Uhde Er. (éd.), Organic Indoor Air Pollutants : Occurrence, Measurement, Evaluation, Weinheim, 2009, p. 273-300.

Shashoua Yv., Conservation of Plastics. Materials science, degradation and preservation, Oxford, 2008.

Shashoua Yv., Plastic - has the dream material of the 20th century become the nightmare of the 21st ?, dans Ryhl-Svendsen M., Borchersen K. et Odder W. (éd.), Incredible Industry. Preserving the evidence of industrial society. 25-27. May 2009, Conference Proceedings (actes de colloque, Nordic Association of Conservators, Copenhague, 25-27 mai 2009), s. l., 2009, p. 25-35.

Swiecimski J., On some ethical Problems connected with the display, conservation and restoration of material cultural objects in museum exhibition, dans Járó M. (éd.), Problems of completion, ethics and scientific investigation in the restoration. Third International Restorer Seminar, Budapest, 1982, p. 36-49.

Vade-mecum pour la protection et l’entretien du patrimoine artistique, dans Bulletin de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique, XXI, 1986-1987.

Vincent S., La restauration et la conservation des machines industrielles  : analyse des pratiques à partir de l’exemple de quelques musées français, dans Musées et sociétés (actes de colloque, Mulhouse-Ungersheim, Direction des Musées de France, juin 1991), Paris, 1993, p. 125-128.

Volfovsky Cl. (dir.), La conservation des métaux, Paris, 2001.

Ward G. W. R. (éd.), The Grove Encyclopedia of Materials and Techniques in Art, Oxford, 2008.

Warren S., Hazards in industrial collections of the Canada Science and Technology Museum Corporation Ottawa, Canada, dans Ryhl-Svendsen M., Borchersen K. et Odder W. (éd.), Incredible Industry. Preserving the evidence of industrial society. 25-27. May 2009, Conference Proceedings (actes de colloque, Nordic Association of Conservators, Copenhague, 25-27 mai 2009), s. l., 2009, p. 225-231.

Warren S., Dealing with Radiation Hazards : The Luminous Dial Project at the Canada Science and Technology Museum, dans Journal of the Canadian Association for Conservation, 35, 2010, p. 9-15.

Yante J.-M., Gestion et valorisation de l’héritage historique, artistique et culturel en Belgique (XIXe-XXe siècles), dans Fisch St. (éd.), National Approaches to the Governance of Historical Heritage Over Time. A Comparative Report, (Cahier d’Histoire de l’Administration, 9), 2008, p. 50-62.

Top of page

Notes

1 Cossons 1993, p. 14.

2 « Le désir d’historicisation de leurs professions à la fin d’une phase d’expansion industrielle »; Hartung 2007, p. 415.

3 Brenni 1997, p. 5-7; Le Breton 1997, p. 17-26; Demeulenaere-Douyère 2000, p. 57-76; Brenni 2005, p. 32; Gablot 2007, p. 39-42; Morlot 2012, p. 5-13.

4 Biraud et al. 1987; Le Breton 1990, p. 29-32; Brenni et Miniati 1993, p. 51-57; Brenni 2006, p. 8-11; May 2010, p. 96-97.

5 Forrières et Rémy 1994, p. 159-177; Dubus et al. 2004, p. 123-129; Mirambet-Paris et Mirambet 2011, p. 27-35.

6 Vincent 1993, p. 125-128.

7 Audrerie 2000, p. 66; Demarsin 2005, p. 267-312; Yante 2008, p. 59.

8 Sur ce sujet, la bibliographie est extrêmement abondante; v. par ex. Ward, 2008.

9 Ici aussi, il existe de très nombreuses références; v. par ex.: Volfovsky 2001; Leluc et al. 2003, p. 101-105; May et Jones 2006, p. 121-211.

10 Shashoua 2008; Shashoua 2009, p. 25-35.

11 Clais 2007, p. 95-101; Clais 2009, p. 15-30.

12 Rolland-Villemot 2001, p. 17

13 Chéné et al. 1999.

14 Oddy 1994, p. 3.

15 May 2010, p. 102-104.

16 Poncelet 1990, p. 236; De Clercq 1993, p. 8.

17 Poncelet 1990, p. 236.

18 Debout 1986, p. 36.

19 Diverses communications à ce sujet ont été présentées durant la journée d’étude Gevaarlijke materialen in technische en industriële musea, qui s’est tenue au Museum voor Industriële Archeologie en Textiel de Gand (8 mai 2009). Voir aussi Warren 2009, p. 225-231.

20 Warren 2010, p. 9-15.

21 Rossol 1987, p. 47-48.

22 Mousset-Pinard 2002, p. 115.

23 Dupont et Piechowski 2001, p. 13-18.

24 Boiche et Renard 2000, p. 34-41; Beaujard 2011, p. 11-15.

25 Parmi de nombreuses autres références: Vade-mecum 1986-1987, p. 58-64 et 82-88; Aghemo et al. 1991, p. 621-625; Cavallini et al. 1991, p. 628; Craddock 1992, p. 15-22; Edson et Dean 1994, p. 65.

26 Schieweck et al. 2009, p. 273-300.

27 Swiecimski 1982, p. 43; Mann 1994, p. 134-135 et 137; Newey 2000, p. 137-139.

28 Edson 1997, p. 214.

29 Cardinal et Piguet 1999, p. 12-13.

30 Debout 1986, p. 36.

31 Hallam 1989, p. 57.

32 Peyre 1992, p. 139.

33 Mousset-Pinard 2002, p. 115.

34 Ashton et Hallam 1990, p. 21.

35 Hallam 1989, p. 59.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Vandalisme et vol des métaux
Caption La salle des machines du carreau de Bois III aux mines de fer de Segré, 2004 (Nyoiseau, département de Maine-et-Loire, France).
Credits Crédits Philippe Tomsin.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6749/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 2. Restauration d’une machine textile
Caption Restauration par des mécaniciens et ouvriers retraités, 2012 (Verviers, Centre touristique de la Laine et de la Mode).
Credits © Maurice Pirenne, Sofam 44/27.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6749/img-2.jpg
File image/jpeg, 3.4M
Title Fig. 3. Restauration d’une machine à vapeur et de sa chaudière
Caption Restauration par l’association des Amis du Musée de la Distillerie de Kehlen, 2012 (Kehlen, Grand-Duché de Luxembourg).
Credits © Raymond Faber.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6749/img-3.jpg
File image/jpeg, 172k
Title Fig. 4. Restauration d’une locomotive de manœuvre, 1983
Caption Restauration menée à l’Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière.
Credits © Écomusée du Bois-du-Luc, 1983.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6749/img-4.jpg
File image/jpeg, 608k
Title Fig. 5. Char d’assaut de la seconde guerre mondiale
Caption Le char (Place McAuliffe, Bastogne) a été repeint en 2006 avec une peinture contemporaine
Credits Crédits : Philippe Tomsin, 2008.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6749/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 6. Démonstration faite aux visiteurs
Caption Démonstration de l’usage d’une perforatrice pneumatique dans une galerie de mine, à la profondeur de soixante mètres (site de Blegny-Mine, Blegny, Belgique).
Credits Crédits Philippe Tomsin, 2007.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6749/img-6.jpg
File image/jpeg, 866k
Top of page

References

Electronic reference

Philippe Tomsin, « La restauration, la conservation et la valorisation du patrimoine technique semi-mobilier », CeROArt [Online], 11 | 2019, Online since 26 December 2019, connection on 23 January 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/6749 ; DOI : 10.4000/ceroart.6749

Top of page

About the author

Philippe Tomsin

Docteur en Histoire de l’Art et Archéologie, Philippe Tomsin dispense le cours « Musées des sciences et techniques » dans le cadre du Master en Histoire de l’art et archéologie, orientation « Cours à option: Muséologie spécialisée » à l’Université de Liège.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals