Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Patrimoines En Mouvement. Entre Préservation et Dévotion

Emmanuelle Nsunda
Bibliographical reference

Patrimoines En Mouvement. Entre Préservation et Dévotion, Actes du colloque international des 27 et 28 avril 2017, Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), Bruxelles, Protection Du Patrimoine Culturel, 3, FWB, 2019

Full text

1Le colloque Patrimoine en mouvement. Entre préservation et dévotion est le fruit d’une collaboration entre l’Institut Royal du Patrimoine artistique et la Direction du Patrimoine culturel du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’est tenu les 27 et 28 avril 2017 à Bruxelles et a réuni une série de spécialistes du patrimoine culturel en provenance du nord et sud du pays, mais aussi de France et d’Espagne. Durant deux journées entières, ces derniers se sont succédés dans l’optique de partager et échanger leurs réflexions sur l’implémentation de la reconnaissance des traditions vivantes au sein de leur fonction et la nécessité d’adapter un métier théorisé autour de la matérialité des œuvres.

2En guise d’accueil, Nathalie Nyst et Christina Ceulemans nous rappellent le contexte dans lequel prend place le colloque; quinze ans après l’adoption du décret relatif au patrimoine culturel mobilier et au patrimoine oral et immatériel par la Fédération Wallonie-Bruxelles et quatorze ans après la publication par l’UNESCO de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Les travaux menés par l’UNSECO ont encouragé les professionnels du patrimoine matériel à repenser leur pratique en incluant la dimension immatérielle des objets dans leurs diagnostics et choix de traitement. Les objets processionnés directement concernés par la question sont des cas d’étude privilégiés pour creuser la totalité des questions que soulèvent la problématique. À travers plusieurs études de cas, le colloque a permis de mutualiser les expériences et de nourrir une réflexion autour de certains axes déontologiques de la conservation-restauration d’œuvres d’art.

3Au départ d’une question centrale : quels risques pour les artefacts à l’intersection entre objets d’art souvent porteurs d’une valeur esthétique et historique non négligeable et objets cultuels, véhicules de croyances et de traditions vivantes ? Les intervenants ont développé des allocutions reprenant leurs préoccupations majeures, ce qui a eu pour résultante la cartographie de différents questionnements que soulèvent la convention de 2003 et une esquisse empirique d’éléments de réponses.

4Ainsi, Benoit Van Caenegem, conservateur de la collégiale Sainte-Waudru et de son trésor ouvre le bal en interrogeant le risque encouru par le patrimoine matériel associé à la Ducasse de Mons. Il dresse en introduction un historique complet de la manifestation, nous permettant de prendre conscience des mutations récentes au sein de la pratique et donc, des possibilités réelles d’adaptation des porteurs de patrimoine face à de nouvelles contraintes. Un tel constat permet d’envisager les choix à poser avec un tout autre regard. Autre élément intéressant : la relation révélée entre les sorties du Car d’or et la nécessité d’un entretien annuel qui de ce fait, bénéficie d’une surveillance assidue participant à la pérennité de l’objet. La dévotion exerce ici une incidence directe sur la bonne conservation de l’œuvre, malgré les manipulations lors des sorties qui peuvent être musclées. La notion de risque est donc dans ce cas particulier en passe de devenir secondaire. Enfin, le conservateur rappelle que seuls les Montois sont dépositaires de leurs patrimoines et ne peuvent être dépossédés de leur bien.

5L’analyse de risques se poursuit à travers le rapport de Yann Celton, Conservateur délégué des antiquités et objets d’art du Finistère qui aborde la question toute particulière des bannières anciennes de Bretagne. Sans prétendre apporter de solution miracle, il navigue entre les différents défis posés par ce type d’objets : des conditions de conservation parfois précaires au désintérêt des nouvelles générations qui contribuent à la détérioration de ces précieux objets. L’intervention de Jean-Paul Etienne sur le char processionnel du 15e siècle du Tour-Sainte-Gertrude de Nivelles suit cette logique descriptive en inventoriant les risques et défis encourus par les objets patrimoniaux et les communautés porteuses. Tous deux soulignent le caractère vital de l’implication des objets au sein des manifestations concernées pour la sauvegarde de celle-ci.

6Ainsi, nous commençons à réaliser l’importance du colloque qui intervient après plusieurs années d’observations, d’expérimentations et de tâtonnements. Les intervenants sont tout autant que le public en recherche de réponses et d’inspirations. Cédrik Blanch, Élisabeth Dumeyrou et Alexandre Mille témoignent de leurs incertitudes vis-à-vis de la procession de La Sanch, une tradition perpignanaise pour laquelle les limites entre le dévotionnel et le patrimonial est difficile à établir. Ils mettent en avant la négociation perpétuelle qui s’engagent entre les conservateurs et les détenteurs de la tradition (dans ce cas précis, les archiconfréries) et dans quelles mesures cela complexifie les prises de décisions. C’est une question ouverte qui est donc posée et qui implique des réponses toutes aussi larges et évolutives.

7Laurent Dubuisson, directeur de la Maison des Géants d’Art poursuit cette conversation en présentant les compromis adoptés lors de la Ducasse d’Ath pour que puissent continuer de défiler les géants. Les têtes sculptées du Géant Goliath et son épouse, aujourd’hui bicentenaires, sont de véritables témoins d’un savoir-faire ancien. Les manipulations lors des sorties les exposent à des dégradations mécaniques systématiques chaque année. Cependant, l’attachement que leur accorde la population ne permet pas d’envisager une interdiction de sortie. L’heure est donc à la prévention. Des moulages des têtes ont été réalisés et le conservateur entreprend de lister toute une série d’exemples de pratiques afin de réunir un corpus de solutions dans lequel il pourra peut-être puiser lorsque le moment sera venu de changer de stratégie.

8Cette question de la participation des objets patrimoniaux aux processions est transversale au colloque. Jusqu’il y a peu, c’était encore une conversation embryonnaire pour les conservateurs-restaurateurs ancrés dans une déontologie au service de la matérialité des œuvres. Myriam Serck-Dewaide, directeur général honoraire de l’IRPA nous apporte un éclairage tout particulier sur la question durant son intervention où elle nous témoigne de l’évolution de sa réflexion et de réflexes acquis durant des années de pratique. En effet, lors de l’étude d’œuvres majeures flamandes et espagnoles impliquées dans les processions dans les îles Canaries, la question de la participation de pièces centenaires a été posée. Alors que les premières recommandations envisagées visaient l’interdiction de la participation des sculptures aux processions, un travail d’observation in situ a complètement fait changer de perspective la conservatrice. Ce travail d’enquête sur le terrain a permis de définir une corrélation directe entre l’état de conservation exceptionnel des œuvres originales et leur participation aux processions. Une leçon à tirer de cette expérience est non seulement la réinterprétation de ce qui peut être jugé comme un risque pour les artefacts, mais aussi une réinvention de la place du conservateur-restaurateur et de la méthodologie appliquée dans l’élaboration du diagnostic. Myriam Serck-Dewaide soutient également l’incontournable collaboration entre les professionnels et les communautés et la nécessité de les impliquer dans les processus de restauration en passant par l’information et la sensibilisation.

9Mais comment informer et qui peut être considéré comme détenteur de savoir ? Il semblerait en effet que face à ces cas de figure singuliers, il est nécessaire d’actualiser les recherches sur la question et de renouveler les méthodologies propres à la conservation-restauration. Les deux communications suivantes reprennent et approfondissent la méthodologie de l’enquête afin de développer des stratégies à partir d’observations de terrain.

10Ainsi, Ariane Dior et Valérie Gaudard dessinent un panorama des processions dans la région des Midi-Pyrénées impliquant des objets portant le titre de monuments historiques. Sorte d’état des lieux, cette étude sera désormais un guide précieux pour tout qui un jour voudra se pencher sur la sauvegarde d’une manifestation dans cette partie du pays. Elles référencent une liste d’obstacles récurrents rencontrés lors des événements religieux ainsi qu’une évaluation des besoins à prendre en compte lors des prises de décisions.

11Avec la présentation du projet patrimonial « Op handen gedragen », Julie Aerts et Joris Colla nous proposent également une enquête visant à inventorier les processions en Région flamande et à en stimuler la recherche. Après avoir brassé plusieurs études de cas en Wallonie, avec les intervenants précédents, leur communication a l’avantage d’aborder les réponses apportées par les institutions flamandes compétentes. On y retrouve une réelle volonté de soutien des organiseurs de processions dans la sauvegarde de leur patrimoine. Cette approche est aussi l’occasion de multiplier les échanges bottom-up et d’envisager une réciprocité dans le partage de savoirs entre professionnels du patrimoine et détenteurs de pratiques. Les recherches aboutissent sur la création d’un solide réseau entre les communautés et les professionnels qui permet d’assurer des cycles de formations durables.

12Ces échanges entre professionnels et communauté, Juan Carlos Bermejeo les théorise en les nommant « mesures de conservation actives ». À partir du cas précis de la Praxis des processions de la Semaine pascale en Espagne, il attire notre attention sur l’importance de transmission des bonnes pratiques aux premiers détenteurs du patrimoine.

13Suite à ces nombreuses présentations d’études de cas, les dernières interventions tendent à apporter des propositions concrètes en vue de repenser le socle déontologique de la profession.

14Véronique Van de Voorde avance une piste intéressante pour la conservation d’objets du patrimoine culturel immatériel non classés comme « trésors » en attirant notre regard sur la multiplicité des critères d’analyses pouvant intervenir dans l’étude d’une œuvre et les différentes valeurs qui y sont liées. La mise en avant d’une valeur plutôt qu’une autre influence directement les choix posés et donc l’avenir des objets. Cette considération est loin de nous donner des solutions toutes faites, mais permet cependant d’enrichir la réflexion et de poser des choix en connaissance de cause.

15Des pistes déontologiques sont également développées par Déborah Lo Mau, Conservatrice du Centre d’Histoire et d’Art Sacré en Hainaut nous rapporte le résultat d’une consultation des communautés et dépositaires du patrimoine immatériel religieux du Hainaut ayant pour but d’évaluer plusieurs aspects des manifestations. De cette manière, les groupes de travail ont été en mesure d’identifier les besoins et d’appeler à des plans d’action précis. Nous percevons une volonté forte de préserver le caractère vivant des manifestations et d’accorder une place importante aux acteurs qui l’entretiennent. Enfin un regard critique est posé sur les outils de protection jusqu’ici mis en place. Par exemple le classement d’objets associés au patrimoine culturel immatériel s’est avéré être dans certains cas plus « paralysant » que réellement utile.

16Une étude à huit mains portées par les employées de l’IRPA Marjolijn Debulpaep, Géraldine Jaffré, Emmanuelle Mercier et Fanny Cleven, clôturent ce colloque avec la présentation d’un document reprenant de manière méthodique l’ensemble des risques et altérations propres aux objets processionnés. À partir de là, les restauratrices développent un guide de stratégies de réductions de risques incluant trois niveaux d’interventions en fonction de la gravité de la situation. Lecteurs et participants sont à présent en possession d’un outil concret et adaptable à leur réalité de terrain.

17Enfin, on pourrait se dire que les grands absents de la conversation sont les porteurs de patrimoine eux-mêmes qui n’apparaissent qu’à travers les comptes rendus des enquêtes de terrain. Il faut dire que la question centrale du colloque s’adresse directement aux conservateurs et restaurateurs appelés à poser un regard critique sur leur méthodologie. Néanmoins, une enquête menée en amont et aval du colloque a permis de mesurer les sensibilités du public quant au degré d’acceptabilité de certaines interventions et de recueillir certaines tendances. L’expérience a aussi permis de mesurer l’impact de l’information sur les opinions du public (certaines tendances ont considérablement évoluées à la lumière des interventions du colloque) et de confirmer l’enquête comme ressource essentielle en matière de conservation préventive.

18Via l’organisation de ce colloque, les institutions impliquées ont répondu au besoin de créer un cadre de réflexion autour de l’inclusion des dimensions immatérielles au sein des préoccupations des conservateurs. Plus qu’une mutualisation des expériences, les différentes discussions ont permis d’élaborer des pistes de réflexion concrètes et des nouvelles stratégies et méthodologies directement applicables sur le terrain. L’événement s’inscrit dans une dynamique de remise en question de la profession et d’une véritable volonté d’accompagner les changements de mentalités. Ainsi, la table ronde finale reflète cette intention d’ouvrir le dialogue avec tous les acteurs du patrimoine, professionnels ou non. Si peu de profanes ont osé s’engager dans la discussion, on note néanmoins la vivacité et la densité des échanges et ô combien cette rencontre était nécessaire et importante pour confronter les points de vues et avancer dans la réflexion.

Top of page

References

Electronic reference

Emmanuelle Nsunda, « Patrimoines En Mouvement. Entre Préservation et Dévotion  », CeROArt [Online], 11 | 2019, Online since 27 December 2019, connection on 24 January 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/6800

Top of page

About the author

Emmanuelle Nsunda

Conservatrice/Restauratrice d’œuvres d’art et archéomètre de formation, Emmanuelle Nsunda est également spécialisée dans l’étude du patrimoine culturel immatériel. Les compétences réunies durant ses études et diverses expériences professionnelles lui permettent de mettre en relation les dimensions matérielles et immatérielles des œuvres d'art. Récemment, elle ouvre son champ de recherche en y ajoutant une perspective décoloniale.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals