Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

A Man of Vision

Muriel Verbeeck-Boutin
Bibliographical reference

A Man of Vision: Paul Coremans and the Preservation of Cultural Heritage: Proceedings of the International Symposium Paul Coremans Held in Brussels, 15-17 June 2015, ed. by D. Deneffe and D.Vanwijnsberghe, Scientia artis 15, Brussels, Brepols, 2019. 978-2-930054-34-6

Full text

1La parution des Actes du colloque consacré en 2015 à Paul Coremans était attendue avec impatience par tous ceux qui ont eu la chance d’assister à l’événement: un public nombreux, spécialisé, et qui, pour certains membres de l’assistance, participaient de la mémoire vivante et du témoignage de première main. L’ouvrage, paru dans la collection Scientia artis, présente les communications de chercheurs internationaux sous un angle construit, remarquablement documenté et illustré, nanti enfin d’une une bibliographie abondante. A man of vision éclaire non seulement la figure d’un homme, mais toute l’histoire de la conservation-restauration en une époque charnière.

2D’emblée, Geert Vanpaemel, plantant le décor, décrit la poursuite de l’objectivité dans les premiers laboratoires de musées pour mieux souligner les éléments qui ont éveillé la curiosité et les ambitions de Coremans. Camille Bourdiel complète cette approche par l’étude de la restructuration du Laboratoire du Musée du Louvre, retraçant par la même occasion les connexions de Coremans avec les institutions telles qu’IIC et l’ICCROM. H.Delstraa et D.Thorburn Burns s’intéressent quant à eux à son rôle de pionnier dans l’application des techniques scientifiques aux arts visuels. C’est l’occasion de creuser la biographie du personnage et de l’illustrer de clichés rares, de souligner son activité aussi au sein des sociétés chimiques belges; puis, de rappeler sa réputation croissante au niveau international dans l’immédiat après-guerre -notamment via l’affaire Van Megeren. Le chapitre 3 est consacré à l’histoire de la datation au carbone 14 au sein de l’IRPA, retracée par Marc von Strydonck. L’ordre chronologique adopté pour les premiers chapitres postpose la contribution de Gertjan Madalijns, sur le design et la réalisation de l’IRPA au chapitre 5. Cette étude, remarquablement illustrée, rappelle l’importance de l’institution, conçue de façon novatrice et visionnaire, organisée et meublée de façon originale. Oui, l’IRPA est un monument historique, oui, ce demeure un ensemble et un tout, dont la valeur historique va croissant.

3La seconde partie de A Man of vision porte sur Coremans, en tant que Monument Man. Ses activités sous l’occupation -en particulier l’inventaire photographique, sont retracées et extrêmement bien documentées par Christina Kott. Ilona Hans-Collas consacre son étude au rôle joué particulier par Coremans en faveur de la sauvegarde des peintures murales, où l’on découvre par ailleurs ses liens avec Jef Vanderveken restaurateur. La mission UNESCO au Mexique, à laquelle participa Paul Philippot, est également évoquée. A la lecture de ces pages, une question vient à l’esprit. En effet, si Brandi (qui développa sa méthodologie confronté aux fresques bombardées à Viterbe), fut le maître à penser de Philippot, celui-ci fut aussi la plume des Mora, lors de la rédaction de La conservation des peintures murales, leur ouvrage de référence. Y-a-t-il trace des échanges d’expertise, directs et indirects entre la Belgique et l’Italie, et ceux-ci permettent-ils de mieux comprendre les connexions qui permirent l’essor de la conservation comme discipline ?

4Le chapitre suivant, cosigné par Hélène Dubois et Dominique Deneffe, porte sur l’approche originale des primitifs flamands par Coremans, dès avant la restauration de l’Agneau mystique. Les auteurs s’intéressent au développement de ses compétences en termes d’études matérielles, retraçant sa production scientifique, ses participations aux différents congrès, son voyage aux USA soutenu par la Belgian American Educational Foundation. Ils évoquent ses rencontres avec Stout et Burrought, mais aussi Rutherford John Gettens ; puis, la période tourmenté de la Seconde Guerre mondiale, et l’effervescence scientifique d’après-guerre. Précises, remarquablement documentées, ces pages permettent au lecteur de comprendre le cheminement de Coremans et la construction de son expertise. Marie-Christine Claes, Hélène Dubois et Jana Sanyova consacrent le chapitre 9 à l’Agneau mystique, comme catalyseur de l’interdisciplinarité. Les premières pages de cette étude reprennent des éléments liés au voyage aux USA et au rôle de Coremans pendant la guerre, éclairant notamment le rôle et l’originalité du service central iconographique. Remarquable aussi, la façon dont sont retracées, à partir de 1946, les avancées tactiques conduisant à la constitution des ACL (Archives Centrales inconographiques de l’Art belge) et du Laboratoire central des Musées. La démarche interdisciplinaire est au cœur du projet de Coremans -et elle est exactement parallèle à celle poursuivie au même moment à l’ICR, à Rome.

5La restauration de l’Agneau mystique sera la vitrine internationale des compétences et expertises assemblées. Elle permettra d’inviter de nombreuses personnalités, et de placer la Belgique sous le feu des projecteurs. Ce ne fut pas qu’un « momentum » : bien des éléments mis en place à cette époque sont toujours usités aujourd’hui -tel par exemple que le système d’archivage des échantillons d’analyses et résultats, dont seul le support a changé : base de données, plutôt que fiches en carton.

6Yao-Fen-You s’intéresse dans le chapitre suivant aux relations de Coremans aux États-Unis, nouées notamment lors d’une exposition transatlantique consacrée à l’art flamand, à Detroit.

7La quatrième partie de l’ouvrage est consacrée à l’affaire Van Megeren, ses épisodes méconnus ou moins connus (comme l’accusation -la croisade- menée par Beuningen contre Coremans (retracée Arjan de Koomen). Arie Wallert et Michel van de Laar s’intéressent de leur côté aux contributions des divers experts sollicités à l’époque, éclairant sous un autre jour cette affaire largement médiatisée.

8Sous le titre « Friendships », la cinquième partie de l’ouvrage met en évidence les liens étroits et internationaux qui unirent Coremans et les Keck (J.D.Portell), Coremans et Van Schendel (J.P.Filedt Kok), Coremans et Panofsky. D.Vanwijnsberghe explore des archives exceptionnelles, récemment retrouvée à l’IRPA : une abondante correspondance entre ces deux brillants intervenants, mais aussi la mémoire de rencontres, de collaborations et de « moutonnements » autour de l’Agneau mystique, échanges auxquels l’actualité et l’actuelle campagne de conservation-restauration donnent un nouveau relief.

9Ce volumineux ouvrage s’achève sur l’examen des « global activities » de l’infatigable Coremans : son implication au tout début du Centre de Rome (l’ICCROM) est retracée par celui qui en fut le directeur, Stefano De Caro ; les missions UNESCO au Brésil (Diogo de Souza Brito), et au Népal (Nicole Gesché-Koning) sont également explorées -pour cette dernière, en mettant en évidence l’intérêt que Coremans portait aux formations et à l’éducation. Enfin, en dernier lieu, le rôle prégnant qu’il joua dans d’importants projets de recherche en Belgique est rappelé.

10La dernière partie de l’ouvrage, Tributes to the « Patron » rassemble les témoignages de Pierre Colman, Nicole Goetghebeur, Lilian Masschelein, qui connurent bien des facettes de l’homme. Manquent, nul amateur de la petite histoire ne s’en étonnera, le témoignage de Roger Marijnissen, qui fut un doctorant pour le moins récalcitrant de Coremans et son disciple parfois vipérin.

11A Man of Vision: Paul Coremans and the Preservation of Cultural Heritage est un ouvrage indispensable à l’histoire de la conservation-restauration ; richement illustré et documenté, il fournit un éclairage sur une période charnière, en Belgique comme au niveau international. Bien au-delà de l’approche biographique, il permet d’appréhender les connexions, les échanges qui permettent aux disciplines de se développer, et au savoir de se construire. En ce sens, il fournit un des maillons d’une histoire des réseaux en conservation, dont il se trouve d’autres éléments aux USA (Oral History Project, Joyce Stoner), en Italie (Associazione Suardo Secco) et bien sûr à l’ICCROM. Il reste à fédérer ces initiatives en un projet international, pour nantir la conservation-restauration d’une mémoire collective, qui reste à cette heure encore trop éparpillée.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « A Man of Vision », CeROArt [Online], 11 | 2019, Online since 29 December 2019, connection on 24 January 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/6849

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals