Skip to navigation – Site map
Articles

La restauration du crocodile historique du Muséum des Sciences naturelles d’Angers

Recherches et témoignages d’une naturalisation ancienne
Michel Beucher and Miguel Prôa

Abstracts

Present throughout the History of Europe, crocodile taxidermy preparations conveyed a powerful symbolism until the 18th century. Due to their historical value, the conservation of such specimens requires special care and their restoration remains a delicate undertaking. The objective of this article is to highlight the exceptional restoration of a historical crocodile specimen belonging to the Museum Natural Sciences of Angers. We will discuss the elements of a possible ancient intervention on the specimen, such as a wooden internal architecture, the presence of sealant to fill gaps in the skin, leather parts inside the mouth or the use of printed book pages to fill in holes.

Top of page

Full text

Nous tenons à remercier Benoît Mellier, Thomas Rouillard et Fabien Jhistarry pour leur aide durant cette restauration, ainsi qu’aux équipes des Musées d’Angers qui ont participé à la préparation de l’exposition temporaire qui a rendu possible la restauration de ce spécimen historique du Muséum des Sciences naturelles d’Angers.

Introduction

1Dans les collections du Muséum des Sciences naturelles d’Angers, Maine-et-Loire, une naturalisation ancienne d’un crocodile est mentionnée depuis toujours dans les registres. Il s’agit probablement d’un spécimen issu des saisies révolutionnaires de 1789 ou 1792. Selon les registres, il se trouvait à Baugé, a été récupéré par Joseph-Etienne Renou, premier conservateur du Muséum d’Angers et serait entré en collection le 1er février 1798. On peut le voir sur une photo datant des années 1940 suspendu au plafond d’une salle d’exposition du logis Barrault, devenu aujourd’hui le bâtiment qui héberge le Musée des Beaux-Arts d’Angers (Fig. 1).

Fig. 1  Crocodile, spécimen ancien

Fig. 1  Crocodile, spécimen ancien

Le spécimen ancien de crocodile suspendu au plafond de la salle d’histoire naturelle au logis Barrault.

Photo J. Evers, vers 1940-1950, cliché 169, ©Musées d’Angers.

2Parmi la diversité d’usages que peuvent avoir les collections d’histoire naturelle (Allmon, 1994; Bradley et al., 2014; Prôa & Donini, 2019), leur utilisation comme fenêtre pour le passé (Kress, 2014) est une des plus évidentes. Le spécimen naturalisé peut donc servir de document, une mémoire matérielle d’une époque passée, ainsi que de référence scientifique pour le monde moderne (Ducharme & Thiney, 2002). En effet, Thiney (2002) sépare les spécimens naturalisés en trois catégories : spécimens scientifiques (destinés à la recherche), muséologiques (destinés à la présentation au public) et historiques (documents du passé). Dans le cas du spécimen de crocodile que nous présentons ici, sa posture raide et droite indique qu’il appartient au XVIIIe siècle (Péquignot, 2000) et l’absence d’information sur sa provenance le rend inutilisable pour la recherche : il mérite bien d’être considéré comme un spécimen historique.

3Présents dans l’histoire de l’Europe depuis le XVIe siècle (au moins), les crocodiles naturalisés véhiculaient un symbolisme puissant (Marrache-Gouraud, 2013). Ils étaient souvent exposés dans des églises pour comme représentation du mal ou celle du bien, ainsi que dans les palais de justices comme symbole de châtiment (Marrache-Gouraud, 2013; Labeille, 2016). À cause de leurs prétendues vertus médicinales, ils étaient présents dans les apothicaireries (Marrache-Gouraud, 2013; Labeille, 2016). Il existe encore à la mairie de Nîmes quatre crocodiles qui se comptent parmi les plus anciennes naturalisations connues encore en existence (Péquignot, 2006). Par leur valeur historique, la conservation de spécimens de cette catégorie mérite des soins particuliers et leur restauration demeure une entreprise délicate.

4L’objectif de cet article est de valoriser la restauration exceptionnelle d’un spécimen historique de crocodile appartenant au Muséum d’Angers, et de discuter sur les éléments d’une possible intervention ancienne pratiquée au XVIIIe siècle sur ce spécimen. La présente restauration a été réalisée par le premier auteur de cet article dans le cadre d’une exposition temporaire sur les animaux et ses représentations, mise en place par les Musées d’Angers, de mai à septembre 2018 (Mellier, 2018).

Matériel et méthodes

5Ce spécimen de crocodile porte le numéro d’inventaire MHNAn.2007.063 et a été déterminé par nous comme appartenant à l’espèce Crocodylus niloticus Laurenti, 1768, le crocodile du Nil. Avec une longueur totale de 282 cm, il s’agit vraisemblablement d’un adulte (Walmsley et al., 2013). Il manque à cet individu quelques plaques dermiques sur le dos et son crâne présente une excroissance anormale, caractères qui pourraient indiquer une pathologie déjà présente du vivant de l’animal. Ceci dit, la détermination a été réussie surtout grâce à la forme de sa tête, mais aussi à la configuration des plaques dermiques en comparaison avec d’autres espèces de crocodiliens actuels (Lafleur et al., 1995; Walmsley et al., 2013).

6Le constat d’état a été fait par simple observation à l’œil nu. Pour compléter cette investigation, une exploration non invasive par radiologie et tomographie numérique a été entreprise au Centre Hospitalier Universitaire d’Angers. Les appareils médicaux ont été réglés avec les protocoles paramétriques habituels. Les données numériques brutes ont été par la suite préparées grâce aux logiciels d’utilisation libre InVesalius et MeshLab.

7Pour la restauration, plusieurs matériaux ont été utilisés : éponges ; coton ; papier absorbant ; tampon abrasif; eau tiède ; éthanol (dilué 30-50%) ; gomme arabique ; brou de noix ; colle de poisson ; fécule de pomme de terre ; petites cales de bois. Nous avons suivi un protocole de restauration adapté pour les spécimens historiques (Guillemard, 1995; de Beaulieu, 2010; Bertrand, 2017). Dans le cadre de la restauration d’une pièce historique, le restaurateur est tenu d’utiliser des matériaux, des produits et des techniques déjà existantes lors de la préparation originelle du spécimen (Péquignot, 2000, 2002). Des substances telles les mastics synthétiques ou les résines polyester sont, bien sûr, à proscrire.

Constat d’état

8Ce spécimen avait subi un léger dépoussiérage en 2009, afin d’effectuer un cliché pour présenter quelques exemplaires historiques des collections dans la Galerie de Taxidermie du Muséum d’Angers. Nous pouvons croire qu’il s’agit de la seule intervention qu’il a subie depuis, au moins, quelques décennies. Lors du dépoussiérage, plusieurs feuillets froissés ont été trouvés derrière la languette de cuir à la base du crâne, côté gauche, et prélevés.

9L’ensemble de la surface dorsale de la peau était très empoussiérée et très sale. L’individu a été incisé sur le dos (et non pas sur le ventre, ce que serait plus facile à faire, car le tégument est plus souple) lors de sa naturalisation originelle. Il est probable qu’il était destiné depuis le début à être suspendu dans un cabinet de curiosités ou une église (Marrache-Gouraud, 2013). L’incision part de l’arrière le crâne et va jusqu’à l’extrémité de la queue. La suture a été réalisée avec du fil de chanvre certainement poissé (Fig. 2A).

10Les points sont rompus à différents endroits, permettant de voir l’épaisseur de cette peau où sont insérées les plaques osseuses dermiques, ainsi que le matériel en dessous qui semble être du foin. Chaque patte a été incisée également sur le dessus et suturée de la même façon, chaque incision étant de longueur variable d’une patte à l’autre.

11La surface ventrale du crocodile présentait une peau vernie, assez sale. Le vernis des écailles ventrales au-dessus du bassin était frotté et usé. Le cloaque était cousu avec du fil de chanvre, probablement poissé, chaque point étant très resserré l’un de l’autre (Fig. 2B), à l’évidence pour un meilleur aspect esthétique lorsque le spécimen était présenté suspendu. Le vernis des écailles était rayé à plusieurs endroits sous la queue.

Fig. 2  Détails du spécimen MHNAn.2007.063 avant la restauration

Fig. 2  Détails du spécimen MHNAn.2007.063 avant la restauration

A, suture au fil de chanvre sur le dos ; B, cloaque cousu au fil de chanvre, chaque point étant très resserré l’un de l’autre ; C, gorge comblée par du mastic ouvragé grossièrement pour ressembler à la peau ; D, un bout de bois taillé d’environ 4 cm sort de la patte postérieure gauche.

Crédits : Photos Michel Beucher, Muséum d’Angers.

12Sur le dessus du crâne, il y a des lacunes de peau écailleuse à divers endroits, peut-être le témoignage d’une infestation ancienne de parasites sur le spécimen déjà naturalisé (Pinniger & Florian, 2000; Parker & Florian, 2001; Thiney, 2002; Fohrer, 2011). Ces lacunes sont parfois comblées par du mastic, vraisemblablement du mastic de vitrier (Figs. 3A et 3B).

Fig. 3  Modélisations 3D de la tête et du corps du crocodile sur lesquelles on distingue nettement les différents matériaux tels que l’os, les mastics ou les ferrailles selon leurs radiodensités

Fig. 3  Modélisations 3D de la tête et du corps du crocodile sur lesquelles on distingue nettement les différents matériaux tels que l’os, les mastics ou les ferrailles selon leurs radiodensités

A, vue latérale gauche de la tête, les mastics sont clairement visibles (flèche), ainsi qu’un fil de fer ligaturé enserrant les os prémaxillaires. B, vue inférieure (ventrale) de la tête, la flèche indiquant le même endroit que dans la Fig. 3A. C, vue latérale droite avec les dents sculptées en bois (rousses) mises en contraste avec l’os et les vraies dents (blanches). D, section transversale du corps du crocodile où quelques objets sont visibles, dont le bout de bois central, des petits fils de fer (flèche), et beaucoup de matières végétales.

Crédits : Michel Beucher

13À l’intérieur des orbites, la forme concave du même mastic peut faire penser qu’à l’origine le taxidermiste lui avait installé de faux yeux qui entretemps ont disparu. À l’intérieur de la gueule ouverte se trouvent deux pièces de cuir façonnées et collées directement sur l’os, l’une pour figurer la langue et l’autre le palais. Elles sont très sales et présentent des infestations de moisissures. Sous l’arc mandibulaire gauche la peau se présente usée et rongée. Un manque de peau à deux endroits sous la gorge est comblé par le même mastic ouvragé d’une manière très grossière (Fig. 2C). À l’extrémité distale de la mandibule, la peau a disparu et l’os est apparent. Un fil de fer ligaturé enserrait les deux hémi-mâchoires supérieures (Figs. 3A et 3B), sans doute avec le rôle de maintenir et de consolider les deux os prémaxillaires. L’ensemble de la dentition est constitué de 27 dents d’origine, de 18 dents sculptées en bois et de 7 logements vides (Fig. 3C).

14Il manque quatre griffes sur cinq à l’extrémité de chaque patte. Ceci n’est pas une usure normale, donc nous avons le soupçon que chacune des griffes manquantes a été prélevée intentionnellement. Chaque griffe restante en place sur chaque patte serait celle que le public pouvait voir en premier en dessous, lorsque l’animal était suspendu. Sous les phalanges de la patte postérieure gauche, un bâton de bois taillé d’environ 4 cm sort de la peau (Fig. 2D). Est-il un renfort interne de cette patte sur toute sa longueur ? De même façon, à l’extrémité de la queue, les deux bords de la peau disjoints laissent apparaître l’extrémité d’une tige de bois façonnée. Y a-t-il un morceau de bois qui consolide la queue à l’intérieur ? Et sur quelle longueur ?

15Deux fils de fer sont enchâssés dans les plaques osseuses dermiques au niveau des épaules et du bassin pour assurer la suspension du crocodile de manière équilibrée. Ils sont très vétustes et doivent remonter à l’origine du montage. Sur le flanc droit, deux pointes en fer très rouillées, qui servaient peut-être à maintenir une étiquette, ont été découvertes ; il se peut qu’elles aient été enfoncées dans un morceau de bois juste derrière la peau.

Exploration non invasive

16Les radiographies dénoncent l’absence des os du squelette au-delà du crâne et des phalanges distales de chaque patte. On peut observer la présence d’un bâton de bois qui est accolé à l’arrière du crâne, apparemment sans aucune fixation (Fig. 4A), et qui traverse le corps longitudinalement jusqu’à la base de la queue. Deux autres bouts de bois sont présents dans chacune des pattes postérieures, mais aucun bout de bois n’existe dans les deux pattes avant. Les deux bouts de bois des pattes postérieures touchent le bois central, sans qu’il n’aient de système de fixation visible pour les relier (Fig. 4B). Aucune structure intérieure pour soutenir la peau n’est visible, les bâtons de bois n’apportant pas de vrai soutien et ne servant probablement que de guide d’ajustage pour le taxidermiste pendant le montage originel.

17Quant au petit morceau de bois visible à la surface de l’extrémité de la queue c’est un leurre, il n’y a pas de fragment de bois dans la queue, autre que le bout de bois central, qui n’arrive pas à son extrémité (Fig. 4C). Sur le flanc droit, où les deux pointes en fer ont été trouvées, il n’y a pas de morceaux de bois juste derrière la peau, les pointes ont été mises directement sur la peau et elles étaient juste scellées par leur propre rouille. Nous ne discernons pas la présence d’autres papiers froissés dans le montage (l’encre métallo-gallique au sulfate de fer, matériel de haute densité, serait bien visible par radiologie), et ceci malgré la présence de quelques objets visibles par la densité élevée des matériaux, dont des petits fils de fer et des graines de foin et tiges de plantes (Fig. 3D et 4D).

Fig. 4  Radiographies 2D de plusieurs endroits du corps du crocodile

Fig. 4  Radiographies 2D de plusieurs endroits du corps du crocodile

A, présence d’un bout de bois accolé à l’arrière du crâne, apparemment sans aucune fixation (flèche). B, deux bâtons de bois des pattes postérieures touchent le bâton de bois central sans système de fixation visible. C, le bout de bois central s’arrête bien avant d’arriver à l’extrémité de la queue. D, petits fils de fer (flèche) dont la fonction est inconnue (le même qui est visible dans Fig. 3D).

Crédits : Michel Beucher

Restauration

18Dans un premier temps, un dépoussiérage de la surface dorsale puis ventrale du spécimen a été effectué, tout d’abord avec de l’air comprimé, puis avec des éponges imbibées d’eau tiède. Une fois dépoussiéré, et suite au séchage de cette peau, nous avons pu découvrir que, comme la surface ventrale, toute la surface dorsale était vernie. Il s’agissait vraisemblablement du vernis d’origine, la décision de ne pas l’estomper complètement a été prise, car le vernis participe pour beaucoup au rendu esthétique du spécimen, ainsi qu’à la protection contre les insectes ravageurs tels les Dermestidae, selon la composition et l’épaisseur des vernis. Même la gomme arabique a pu avoir cette fonction de « bouclier ». Il a donc été nettoyé et légèrement décapé avec de l’éthanol dilué jusqu’à obtenir une patine cohérente sur l’ensemble de la peau. Des groupes d’écailles dont le vernis avait été frotté ou usé ont été reteints et recolorés avec (après des essais) un mélange d’eau, de gomme arabique et de brou de noix, essentiellement sur la surface ventrale.

19Ensuite, un nettoyage en profondeur des deux pièces de cuir à l’intérieur de la gueule a été pratiqué d’abord avec de l’eau tiède, puis de l’éthanol dilué. En soulevant la languette de cuir à l’angle de l’articulation cranio-mandibulaire, côté gauche, deux feuillets de papier froissés ont été mis à jour (Fig. 5). Ils se rajoutent aux feuillets trouvés en 2009. Seconde découverte derrière la languette de cuir côté droit : elle était collée sur un morceau de mastic, lui-même fixé sur un autre papier froissé. Le spécimen avait un total de cinq feuillets de papier à l’intérieur du crâne, certains avec des dates du XVIIIe siècle.

20Avant de recombler avec de l’étoupe de chanvre l’espace lacunaire derrière les deux languettes de cuir de chaque côté des mâchoires (Fig. 5B et 5C), un peu de foin qui s’y trouvait a été prélevé. Différentes graines ont pu être isolées et confiées à un botaniste pour identification. Il a trouvé sept espèces différentes qui sont typiques de prairies de fauche de climats tempérés, un peu humide et pas forcément très ensoleillé (donc ni sur la côte atlantique, ni sur les massifs montagneux pas plus que sur le pourtour méditerranéen). On peut avancer que ce foin provient d’une région de plaine, ce qui pourrait indiquer que le crocodile a été préparé en Anjou.

Fig. 5  Série de l’extraction de papiers de comblement anciens

Fig. 5  Série de l’extraction de papiers de comblement anciens

A, morceau de mastic (flèche) comblant l’espace entre les mâchoires supérieure et inférieure, côté droit. B, languette de cuir (flèche) avec un papier derrière, côté gauche. C, feuillet de papier extrait de l’espace lacunaire derrière la languette de cuir, côté droit. D, feuillet de papier où on peut lire « Arrêté du Conseil général du Maine-et-Loire » et les dates 1792 et 1793.

Crédits : Michel Beucher

21Le nettoyage des 27 dents d’origine s’est pratiqué par frottements avec un tampon abrasif imbibé d’éthanol dilué. Suite à un test, il a été décidé de sortir de leurs logements les 18 dents en bois pour envisager une exploration plus détaillée afin de mieux les restaurer. Elles étaient scellées avec une résine qui ressemblait à une résine de conifère, ce qui attesterait de l’ancienneté de leur préparation, car ces résines ne sont presque jamais utilisées en taxidermie aujourd’hui. Chaque fausse dent, après avoir été repérée sur chaque mâchoire est dégagée de sa gangue de résine, puis décapée, nettoyée et légèrement reponcée. Elle sera ensuite remise dans son logement d’origine et recollée à l’aide de la colle de poisson et de petites cales de bois (cure-dent). Au vu de leur aspect, elles ont toutes été sculptées dans la même essence de bois, qui ressemble une espèce non déterminée de conifère.

22Sur l’hémi-mâchoire supérieure droite, une partie osseuse avait été coupée d’origine, voire sciée, pour exciser entièrement une grande dent avec son logement osseux ; une fausse dent a été ensuite fabriquée pour cet emplacement et colmatée avec de la résine (Fig. 6A). Sans doute une intervention avec un but inconnu, le défi maintenant étant de reconstituer autour de cette dent la partie osseuse manquante (Fig. 6B). Après diverses recherches et tentatives, un mastic naturel à base de colle de poisson, de fécule de pomme de terre et de brou de noix a été fabriqué pour garnir cet endroit (Fig. 6C). Une fois ce mastic positionné et sculpté, la surface en a été tamponnée avec un coton imbibé d’eau afin que les particules extérieures de brou de noix expansent dans la masse leurs nuances de brun, pour un rendu de meilleure qualité (Fig. 6D).

Fig. 6  Série de restauration des dents

Fig. 6  Série de restauration des dents

A, partie osseuse sciée d’origine, avec une fausse dent colmatée avec de la résine, sur l’hémi-mâchoire supérieure droite. B, partie osseuse manquante après que la dent et la résine aient été enlevées. C, la fausse dent nettoyée et remise en place avec un mastic naturel. D, le mastic positionné et sculpté, la surface recolorée.

Crédits : Michel Beucher

23La restauration de la tête a été achevée par la recoloration avec la même teinture (eau plus gomme arabique et brou de noix) du dessus du crâne et de tout le dessous des deux hémi-mâchoires inférieures, en prenant soin de laisser les comblements d’origine en mastic apparent (Fig. 7).

Fig. 7 Clichés de la tête du crocodile

Fig. 7 Clichés de la tête du crocodile

A, avant la restauration. B, après la restauration.

Crédits : Michel Beucher

24Les deux pointes en fer trouvées sur le flanc droit ont été extraites avec difficulté, mais sans qu’elles subissent une altération, parce que leur aspect en état pourrait évoquer une fabrication du XVIIIe. Par contre, les deux fils de fer enchâssés dans les plaques osseuses dermiques pour la suspension ont été nettoyés et laissés en place (Fig. 8). Une restauration des feuilles de papier, du cuir et des ferrailles pourra être envisagée dans le futur par des restaurateurs spécialistes de ces matériaux.

Fig. 8  Clichés du spécimen entier

Fig. 8  Clichés du spécimen entier

A, avant la restauration. B, après la restauration.

Crédits : Michel Beucher

Discussion

25Dans cet article nous décrivons la restauration d’un spécimen historique de crocodile appartenant au Muséum d’Angers. Durant cette restauration, nous avons découvert des indices d’une possible intervention faite après la naturalisation, ce qui mérite une discussion.

26Le fait que l’architecture interne du crocodile ne soit constituée que de morceaux de bois, sans aucune partie métallique, et que de surcroît les pièces de bois se touchent, mais ne soient pas assemblées entre-elles, pourrait indiquer qu’il s’agit d’un montage ancien (Péquignot, 2006), par notre propre expérience personnelle peut-être du début du XVIIIe siècle. La présence de mastic (probablement du mastic de vitrier) pour combler trous et lacunes de la peau, plus la présence de ce même mastic qui obstrue l’espace où sont collées les languettes de cuir, témoigne d’une très ancienne restauration. Les deux pièces de cuir à l’intérieur de la gueule participeraient de la même restauration. Le foin trouvé à l’intérieur du montage peut aussi être considéré comme faisant partie de cette restauration, même si on ne peut pas exclure la possibilité que la naturalisation originelle ait été réalisée dans la région.

27Quant à la disparition de la majorité des griffes et le remplacement d’une bonne partie des dents par de fausses dents en bois, une hypothèse peut être avancée : on sait qu’au moins jusqu’au XVIIe siècle, on attribuait des vertus et des pouvoirs thérapeutiques et médicamenteux à certaines parties des crocodiles, ces parties manquantes pourraient avoir été prélevées (avant ou après la naturalisation du crocodile) pour faire des mélanges pseudo-pharmaceutiques (Marrache-Gouraud, 2013; Labeille, 2016). Pour quelles raisons, alors, les dents en bois ont remplacé celles qui étaient d’origine ? Peut-être justement pour reconstituer sa dentition complète au moment de son entrée dans les collections du muséum ?

28L’utilisation de feuillets de papier pour combler certains endroits du montage est un choix vraiment curieux, tandis qu’il s’agit des papiers anciens, jaunis, vraisemblablement arrachés de plusieurs ouvrages. Un de ces feuillets est un arrêté du Conseil général du Maine-et-Loire portant la date du 23 décembre 1792, « l’an premier de la République française » (Fig. 5D). Or, on peut être sûr, logiquement, que ce feuillet n’a pas été mis dans le crocodile avant la date d’impression de cet arrêté. Alors, s’il est difficile à croire qu’un taxidermiste d’aujourd’hui pourrait utiliser ce matériel de cette manière, il est impensable qu’il aurait choisi de détruire des ouvrages anciens pour se le procurer ! Donc, il est plus crédible qu’une intervention sur le spécimen soit contemporaine de cette date, probablement après que l’arrêté ait perdu son effet (peut-être après que la Convention vote la loi organique du 14 frimaire an II, ou 4 décembre 1793, qui supprime les conseils généraux). Un autre feuillet porte en tête de page le mot « MERCUR[E] » et la date « Du 5 Nivose, l’an 3e de [la République] », correspondant au 25 décembre 1794, peut-être une page d’une édition du Mercure français (1792-1796). Si on suit les dates des feuillets, on pourrait présumer que le spécimen a subi une intervention après 1794 et avant l’entrée en collection au Muséum d’Angers en 1798 (aucune restauration n’est mentionnée dans le registre du muséum). Un troisième feuillet ressemble à une feuille arraché d’un ouvrage canonique rédigé en latin, et ne présente pas de date ou de signes particuliers. Sur une quatrième feuille de papier en très mauvais état on aperçoit la date de 1761. Un cinquième papier en état fragile et complètement mélangé avec du mastic a été conservé dans son état froissé et, donc, il n’est pas lisible.

29Les dates sur ces feuillets de papier témoignent d’un spécimen qui a été naturalisé sans doute au XVIIIe siècle. Thiney (1996) dit que le plus ancien grand spécimen naturalisé est l’hippotrague bleue du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), dont la date de montage est antérieure à la date de création du MNHN (10 juin 1793). Il veut dire, sans doute, le plus ancien grand spécimen naturalisé au MNHN, car il y a d’autres grands spécimens plus anciens que ceux du MNHN (Péquignot, 2006; Morris, 2012). On peut maintenant rajouter le crocodile historique du Muséum d’Angers à la liste des plus anciennes grandes naturalisations, tandis qu’il semble raisonnable de croire que les traces d’une intervention entre 1794 et 1798 ne témoignent pas de la préparation originelle du spécimen, mais par contre d’une restauration faite sur ce spécimen qui avait déjà été préparé et qu’était déjà ancien à cette époque.

30Suite à notre restauration, de nombreuses investigations restent à faire : l’analyse du matériel que l’on suppose être du mastic de vitrier ; l’identification de la résine qui maintenait les dents en bois ; l’identification de l’essence de bois pour la fabrication de ses dents et celle des bâtons de bois dans le corps (ainsi que, si possible, l’ancienneté de ces bois) ; l’identification précise des espèces végétales du foin, sans parler de l’analyse et la restauration de certains matériaux spéciaux, tels que le cuir de la gueule ou les feuillets trouvés.

Top of page

Bibliography

Allmon, W.D. (1994) The Value of Natural History Collections. Curator: The Museum Journal 37, 83–89.

de Beaulieu, M. (2010) Étude et restauration d’un spécimen naturalisé et d’un squelette de lémurien du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). Mémoire de fin d’études, Diplôme de Restaurateur du patrimoine – Spécialité Sculpture, Institut national du Patrimoine.

Bertrand, P. (2017) Le Thylacine du Muséum-Aquarium de Nancy. Deux interventions pour la re-présentation de la taxidermie erronée d’un animal disparu. Un outil de sensibilisation à la conservation du vivant. Mémoire de fin d’études, DNSEP Art Option Conservation-Restauration, École supérieure d’art d’Avignon.

Bradley, R.D., Bradley, L.C., Garner, H.J. & Baker, R.J. (2014) Assessing the Value of Natural History Collections and Addressing Issues Regarding Long-Term Growth and Care. BioScience 64, 1150–1158.

Ducharme, É. & Thiney, J. (2002) Les collections d’animaux naturalisés et leur enrichissement. La Lettre de l’OCIM Hors-série, 91–93.

Fohrer, F. (2011) Le diagnostic des infestations en milieu patrimonial : approches techniques et méthodologiques. La Lettre de l’OCIM, 31–40.

Guillemard, D. (1995) La conservation preventive, une alternative a la restauration des objets ethnographiques. Thèse de doctorat en Ethnologie, Université Paris 1.

Kress, W.J. (2014) Valuing Collections. Science 346, 1310.

Labeille, C. (2016) Le crocodile d’Ébreuil : un « monstre remarquable ». Revue d’Histoire de la Pharmacie 64, 659–675.

Lafleur, Y., Charette, R., Woy, U. & Honegger, R. (1995) Guide d’identification CITES – Crocodiliens. Ministre des Approvisionnements et Services Canada.

Marrache-Gouraud, M. (2013) Le crocodile en majesté. In La licorne et le bézoard : une histoire des cabinets de curiosités (ed D. Moncond’huy), pp. 61–67. Éditions Gourcuff Gradenigo, Montreuil.

Mellier, B. (2018) Ménageries, zoos et muséums : histoire d’une rélation particulière à l’animal. In La grande parade des animaux – Catalogue d’exposition (ed A. Esnault), pp. 70–79. Musées d’Angers, Angers.

Morris, P.A. (2012) A History of Taxidermy: Art, Science and Bad Taste.Revised ed. MPM Publishing, Ascot.

Parker, T.A. & Florian, M.-L.E. (2001) Heritage Eaters: Insects & Fungi in Heritage Collections. Journal of the American Institute for Conservation 40, 166.

Péquignot, A. (2000) Les spécimens naturalisés, la restauration des témoins historiques de la taxidermie. Coré 9, 53–56.

Péquignot, A. (2002) Histoire de la taxidermie en France (1729-1928) : Étude des facteurs de ses évolutions techniques et conceptuelles, et ses relations à la mise en exposition du spécimen naturalisé. Muséum National d’Histoire Naturelle.

Péquignot, A. (2006) The History of Taxidermy: Clues for Preservation. Collections: A Journal for Museum and Archives Professionals 2, 245–255.

Pinniger, D. & Florian, M.-L. (2000) Heritage Eaters: Insects and Fungi in Heritage Collections. Studies in Conservation 45, 71.

Prôa, M. & Donini, A. (2019) Museums, Nature, and Society: The Use of Natural History Collections for Furthering Public Well-being, Inclusion, and Participation. Theory and Practice: The Emerging Museum Professionals Journal 2, 1–18.

Thiney, J. (1996) La taxidermie des grands spécimens au Muséum national d’histoire naturelle. La Lettre de l’OCIM 48, 24–27.

Thiney, J. (2002) Le spécimen naturalisé et sa restauration. La Lettre de l’OCIM Hors-série, 97–101.

Walmsley, C.W., Smits, P.D., Quayle, M.R., McCurry, M.R., Richards, H.S., Oldfield, C.C., Wroe, S., Clausen, P.D. & McHenry, C.R. (2013) Why the Long Face? The Mechanics of Mandibular Symphysis Proportions in Crocodiles. PLoS ONE 8, e53873. Public Library of Science.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1  Crocodile, spécimen ancien
Caption Le spécimen ancien de crocodile suspendu au plafond de la salle d’histoire naturelle au logis Barrault.
Credits Photo J. Evers, vers 1940-1950, cliché 169, ©Musées d’Angers.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-1.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig. 2  Détails du spécimen MHNAn.2007.063 avant la restauration
Caption A, suture au fil de chanvre sur le dos ; B, cloaque cousu au fil de chanvre, chaque point étant très resserré l’un de l’autre ; C, gorge comblée par du mastic ouvragé grossièrement pour ressembler à la peau ; D, un bout de bois taillé d’environ 4 cm sort de la patte postérieure gauche.
Credits Crédits : Photos Michel Beucher, Muséum d’Angers.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-2.jpg
File image/jpeg, 380k
Title Fig. 3  Modélisations 3D de la tête et du corps du crocodile sur lesquelles on distingue nettement les différents matériaux tels que l’os, les mastics ou les ferrailles selon leurs radiodensités
Caption A, vue latérale gauche de la tête, les mastics sont clairement visibles (flèche), ainsi qu’un fil de fer ligaturé enserrant les os prémaxillaires. B, vue inférieure (ventrale) de la tête, la flèche indiquant le même endroit que dans la Fig. 3A. C, vue latérale droite avec les dents sculptées en bois (rousses) mises en contraste avec l’os et les vraies dents (blanches). D, section transversale du corps du crocodile où quelques objets sont visibles, dont le bout de bois central, des petits fils de fer (flèche), et beaucoup de matières végétales.
Credits Crédits : Michel Beucher
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-3.jpg
File image/jpeg, 292k
Title Fig. 4  Radiographies 2D de plusieurs endroits du corps du crocodile
Caption A, présence d’un bout de bois accolé à l’arrière du crâne, apparemment sans aucune fixation (flèche). B, deux bâtons de bois des pattes postérieures touchent le bâton de bois central sans système de fixation visible. C, le bout de bois central s’arrête bien avant d’arriver à l’extrémité de la queue. D, petits fils de fer (flèche) dont la fonction est inconnue (le même qui est visible dans Fig. 3D).
Credits Crédits : Michel Beucher
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-4.jpg
File image/jpeg, 224k
Title Fig. 5  Série de l’extraction de papiers de comblement anciens
Caption A, morceau de mastic (flèche) comblant l’espace entre les mâchoires supérieure et inférieure, côté droit. B, languette de cuir (flèche) avec un papier derrière, côté gauche. C, feuillet de papier extrait de l’espace lacunaire derrière la languette de cuir, côté droit. D, feuillet de papier où on peut lire « Arrêté du Conseil général du Maine-et-Loire » et les dates 1792 et 1793.
Credits Crédits : Michel Beucher
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-5.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Fig. 6  Série de restauration des dents
Caption A, partie osseuse sciée d’origine, avec une fausse dent colmatée avec de la résine, sur l’hémi-mâchoire supérieure droite. B, partie osseuse manquante après que la dent et la résine aient été enlevées. C, la fausse dent nettoyée et remise en place avec un mastic naturel. D, le mastic positionné et sculpté, la surface recolorée.
Credits Crédits : Michel Beucher
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-6.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Fig. 7 Clichés de la tête du crocodile
Caption A, avant la restauration. B, après la restauration.
Credits Crédits : Michel Beucher
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-7.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Fig. 8  Clichés du spécimen entier
Caption A, avant la restauration. B, après la restauration.
Credits Crédits : Michel Beucher
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6921/img-8.jpg
File image/jpeg, 184k
Top of page

References

Electronic reference

Michel Beucher and Miguel Prôa, « La restauration du crocodile historique du Muséum des Sciences naturelles d’Angers », CeROArt [Online], 11 | 2019, Online since 31 December 2019, connection on 19 January 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceroart/6921 ; DOI : 10.4000/ceroart.6921

Top of page

About the authors

Michel Beucher

Michel Beucher est taxidermiste de musée et restaurateur de collections d’histoire naturelle. Il officie au Muséum des Sciences naturelles d’Angers depuis 1993. Il est également photographe ainsi que plasticien et naturaliste. michel.beucher@ville.angers.fr

Miguel Prôa

Miguel Prôa est docteur en anatomie et chercheur en ostéologie. Il a rempli les fonctions d’assistant de conservation des collections au Muséum d’Angers entre 2015 et 2019. Il a publié des recherches sur des spécimens muséaux et sur des collections d’histoire naturelle.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Fondation Périer-d’Ieteren
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals