Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHSContexte(s)L’imitation des tissus précieux s...

Contexte(s)

L’imitation des tissus précieux sur quelques sculptures valdôtaines, entre XVe et XVIe siècle

Alessandra Vallet

Abstracts

In the Aosta Valley, research on applied brocade, especially on late medieval polychrome sculptures, is still at an early stage. On the examples presented, which all date back to the second half of the XVth century and early XVIth century, we can see that a lot of attention went into the material rendering of the cloths and that the pressbrokat appears on some of them. It is an imported technique, that seems to originate from the neighboring areas of Savoy or that spread along the commercial routes, connecting the westerner part of the Aosta Valley to the german-speaking cultural areas.

Top of page

Full text

Introduction

1La Vallée d’Aoste est une région située sur le versant italien du nord-ouest de l’arc alpin. Au cours des siècles, avant la création des frontières nationales modernes, elle était fortement orientée vers les territoires situés au-delà des Alpes. Pendant tout le Moyen Âge, en particulier, la Vallée d’Aoste est restée en étroite relation avec le contexte géopolitique de la Savoie. Elle entretenait aussi des relations commerciales avec la Suisse, le Haut-Rhin et le sud de l’Allemagne. Ses vallées nord-est – qui entourent le massif du Mont-Rose - furent notamment des zones de passage d’une certaine importance pour le commerce entre le nord et le sud de l’Europe.

2Malgré la dispersion liée au collectionnisme du XIXe siècle et la spoliation d’églises et de chapelles causée par les vols des années 1960-1980, la Vallée d’Aoste a conservé un riche patrimoine, surtout religieux, qui atteste l’ampleur et l’importance de la production artistique du passé et le fort attachement dévotionnel de ses populations. Dans cette Région, la recherche sur le thème du brocart appliqué n’a pour ainsi dire même pas commencé : en effet, aucune étude spécifique et systématique sur ce sujet n’a encore été entreprise, ni du point de vue historique et artistique, ni du point de vue technique et analytique. La participation au colloque de Grenoble en décembre 2015 constitue le premier pas d’une prise de conscience relative à cet aspect décoratif, qui pourrait révéler de multiples éléments utiles à comprendre quelles étaient les techniques ornementales les plus répandues et le marché artistique médiéval à niveau local, ainsi que la diffusion de ces compétences en Vallée d’Aoste.

3En vue d’entreprendre l’inventaire des sculptures qui pourraient entrer dans le cadre d’un projet international dédié au brocart appliqué, pour arriver à une meilleure connaissance de ces œuvres, en les situant dans un contexte régional plus large, il est utile de présenter un petit groupe de statues de la fin du XVe et du début du XVIe siècle, qui montrent les efforts déployés pour imiter en polychromie les tissus précieux et les velours travaillés. L’identification de ces spécimens constitue une documentation iconographique de travail, pouvant servir de base pour une première discussion et pour les approfondissements futurs nécessaires. En effet, les rapports de restauration – dont certains datent d’il y a 30 ans – ne sont pas vraiment exhaustifs et ne permettent pas de comprendre pleinement les techniques employées, surtout parce qu’ils ne comportent pas les stratigraphies et les analyses spécifiques qui seraient nécessaires. La littérature artistique elle-même ne s’est pratiquement jamais attardée à signaler la présence de pressbrokat sur les sculptures. Ce n’est que depuis peu que l’on trouve une mention de la présence de vêtements décorés avec cette technique : le catalogue du Musée du Trésor de la cathédrale d’Aoste, publié en 2013, en fait état dans deux fiches.

Corpus étudié

Le groupe non relié de la Pietà, saint Léonard et saint Hilaire (Trésor de la cathédrale d’Aoste)

  • 1 natale, v., fiches n° 37, 38, 39, in castelnuovo, e., crivello. f., vallet, v. m., par les soins de (...)

4La première concerne le groupe non relié de la Pietà, saint Léonard et saint Hilaire, qui décorait l’ancien autel de la Pietà et des saints Léonard et Hilaire de la cathédrale d’Aoste. Après leur restauration, en 1987, qui a éliminé les repeints du XVIIIe siècle, ces trois sculptures présentent aujourd’hui leur polychromie d’origine, extrêmement fragmentaire. Dans le détail, c’est la Pietà (inv. BM 377) qui suscite notre intérêt, étant donné que Vittorio Natale, qui signe la fiche du catalogue, signale qu’« il subsiste de mini vestiges de la décoration en pressbrokat » sur le vêtement de la Vierge1(Fig. 1et 2). Cette sculpture et les statues latérales représentant saint Hilaire et saint Léonard ont été reconnues par le même auteur comme des œuvres valdôtaines du « maître de la Pietà des Antonites », et comparées à la Pietà de Saint-Offenge-Dessus, qui se trouve aujourd’hui au Musée Savoisien de Chambéry, mais aussi aux statues des apôtres saint Pierre et saint André de l’église paroissiale de La Rochette, en Savoie.

Fig. 1: Pietà de la cathédrale d’Aoste

Fig. 1: Pietà de la cathédrale d’Aoste

Vue d'ensemble de la Pietà.

Crédits: Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

Fig.2: Pietà de la cathédrale d’Aoste. Détail.

Fig.2: Pietà de la cathédrale d’Aoste. Détail.

Bustier de la robe.

Crédits: Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

5En ce qui concerne la chronologie, ce groupe est daté de 1494 environ, année de fondation de la chapelle de la Pietà et des saints Léonard et Hilaire de la cathédrale d’Aoste, voulue par le chanoine Léonard de Bosses. Une étude multidisciplinaire sur la convergence des techniques, des matériaux et des technologies des brocarts appliqués au sein du corpus des œuvres de cet artiste anonyme contribuerait sans doute à mieux éclairer les rapports des sculptures d’Aoste avec le « maître de la Pietà des Antonites ».

Sainte Agathe (Trésor de la cathédrale d’Aoste)

  • 2 barberi, s., fiche n° 45, in castelnuovo, e., crivello.f., vallet, v.m., par les soins de, “Cattedr (...)

6La deuxième fiche du catalogue du Musée du Trésor de la cathédrale qui mentionne la présence d’une décoration en brocart appliqué concerne une statue de sainte Agathe (inv. BM 430)2. L’état de conservation de cette sculpture est relativement convenable, même si la précieuse polychromie d’origine est plutôt fragmentaire : le manteau présente des traces du mordant sous la dorure, et la frise bleue qui le bordait est désormais à peine lisible. L’argent du haut de la robe est complètement oxydé, tandis que les incarnats et les doublures des tissus ne sont pas d’origine, mais sont des repeints. La présence du pressbrokat est signalée sur la robe rouge de la sainte, même si son état est tellement incomplet qu’il devient difficile de bien l’apprécier. (ill. 2a,b).

Fig.3: Sainte Agathe de Saint-Nicolas

Fig.3: Sainte Agathe de Saint-Nicolas

Sainte Agathe

Crédits Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

Figure 4: Sainte Agathe de Saint-Nicolas. Détail

Figure 4: Sainte Agathe de Saint-Nicolas. Détail

Détail de la robe et du manteau.

Crédits Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

7L’attitude élégante de la sainte, le style de la coiffure et la grâce de son visage permettent de la rapprocher d’autres statues de la région, telles que celle de la Sainte Barbe d’Issime – une petite commune de la vallée du Lys – sur laquelle, toutefois, on ne peut reconnaître aucune décoration en brocart appliqué. La qualité générale de la sculpture et de la couche picturale de la Sainte Agathe laisse à penser qu’avant d’être installée dans la chapelle du petit village de montagne de Fossaz, qui date seulement de la fin du XVIIIe siècle, cette œuvre se trouvait ailleurs. Pour cette sculpture, attribuée à un artiste qui travaillait en pays souabe dans les années 1500, Sandra Barberi suppose un cadre plus prestigieux, tel que l’autel consacré à sainte Agathe dans l’église du couvent Saint-François d’Aoste. Lorsque cet établissement – tout à fait central dans la ville, à la fin du Moyen Âge, du point de vue tant religieux que politique – a été supprimé et son église démolie au début du XIXe siècle, ses archives ont été totalement perdues et son patrimoine dispersé dans les différentes paroisses de la région. Le transfert de la statue à Saint-Nicolas, à cette époque, expliquerait la présence d’une œuvre provenant des régions germanophones dans la zone la plus occidentale de la Vallée d’Aoste, normalement exclue du circuit de ce type d’importations.

La Vierge et saint Denis (église Saint-Etienne d’Aoste)

  • 3 Cette hypothèse est présentée pour la première fois dans : Orlandoni, b, La produzione artistica ad (...)

8Deux autres statues de la ville d’Aoste, représentant la Vierge et saint Denis, ont été mises en relation avec la sculpture souabe de la fin du Moyen Âge. Depuis leur restauration, en 2009, qui a éliminé les repeints, les deux sculptures sont exposées dans le petit musée de l’église Saint-Étienne à Aoste mais, selon l’hypothèse de Bruno Orlandoni, à l’origine elles ornaient vraisemblablement un autel de la cathédrale, fondé en 1495 par le chanoine Bartolomeo Pensa3. La Vierge, désormais sans l’Enfant, qui avait été retiré précédemment pour transformer la figure de Marie en une sainte Lucie (inv. BM 4555), présente une robe décorée de motifs phytomorphes encore en partie conservés. (ill. 3a, b)

Vierge de l’église Saint-Etienne d’Aoste

Vierge de l’église Saint-Etienne d’Aoste

a) Vierge en pied, b) détail de la robe.

Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

9Le rapport rédigé par Novella Cuaz, responsable de la restauration, fait état de la « présence d’une décoration bien agencée, composée d’une couche de préparation gravée en relief, sur laquelle sont étalés un film de résine et une feuille métallique argentée, et sont dessinés, selon toute vraisemblance, des motifs floraux avec un glacis rouge ». La statue représentant saint Denis (inv. BM 4557), elle aussi lourdement repeinte, a révélé également des traces d’un brocart appliqué sur la dalmatique bordée de franges. En ce qui concerne ces deux sculptures, il faudra, avec l’aide des indispensables stratigraphies, reconsidérer en détail le procédé technique de la décoration ; leur étude pourra apporter de nouvelles indications sur les matériaux employés et les solutions adoptées, ce qui sera également utile pour établir la région d’origine des œuvres.

  • 4 Restauration effectuée par le laboratoire Barbara Rinetti conservazione e restauro de Turin en 2013

10Des artifices différents marquent le décor en polychromie des textiles qui enrichissent deux statues de saint Théodule de la fin du Moyen Âge. Le Saint Théodule de la chapelle de Verrogne, dans la commune de Saint-Pierre (inv. BM 4889), présente des ornements en pastillage et des feuilles de métal. La décoration de la mitre et du manteau est obtenue par un film de peinture bleue abondamment étalé sur la feuille d’argent, qui trace par taille d’épargne un motif floral, selon une technique qui peut être assimilée au sgraffito4 (ill. 4a, b).

Saint Théodule de la chapelle de Verrogne à Saint-Pierre

Saint Théodule de la chapelle de Verrogne à Saint-Pierre

a) Saint Théodule, b) détail du manteau.

Crédits: Franco Lovera,Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

11Le Saint Théodule de Valtournenche (inv. BM 4432), provenant de la chapelle de Losanche, revêt une chasuble décorée en relief par un pastillage enrichi de feuilles d’or étalées à la gouache, tandis que le tissu est peint avec un glacis vert étalé directement sur la préparation à base de plâtre et de colle blanche. Les franges sont, elles aussi, peintes avec un glacis vert et rouge, sur feuille d’argent étalée à la gouache (ill. 5a,b).

Saint Théodule de la chapelle de Losanche à Valtournenche

Saint Théodule de la chapelle de Losanche à Valtournenche

Détail de la chasuble

Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

  • 5 vallet, v.m., papone, p., Il restauro delle sculture lignee del Museo d’Arte sacra di Valtournenche (...)

12Cette statue, sur laquelle Viviana Vallet reconnaît des ascendances germaniques évidentes5, fait partie d’un groupe bien précis de sculptures qui ornent les églises de la partie nord-orientale du diocèse d’Aoste. Intéressées par des trafics commerciaux à longue distance, ces vallées eurent pendant tout le Moyen Âge des relations intenses avec les régions suisses et germaniques. Elles voyaient passer continuellement marchands, colporteurs, guides, pèlerins, ecclésiastiques, fonctionnaires, artisans, paysans et travailleurs saisonniers. Avec les vallées d’Ayas et de Valtournenche, la vallée du Lys est celle où l’on signale la plus importante importation d’images (telles que des statues installées à l’intérieur de Flügelaltars) et de thèmes iconographiques particuliers provenant du nord, mais aussi de techniques spécifiques, dont justement le brocart appliqué.

13Une exploration systématique de ce milieu, ainsi que des échanges commerciaux et culturels de l’époque, pourrait à mon avis apporter de nouvelles révélations et accroître le nombre de statues enrichies de brocarts appliqués en Vallée d’Aoste. D’ailleurs, c’est justement de cette partie orientale de la vallée que viennent les deux derniers exemples qui méritent d’être présentés.

Saint Antoine abbé (église Saint-Germain, Montjoyet)

  • 6 Restauration effectuée par le laboratoire Novella Cuaz. Restauro e conservazione di opere d’arte. À (...)

14La restauration du Saint Antoine abbé de l’église paroissiale de Saint-Germain, à Montjovet (inv. BM 9601) a révélé une décoration particulière du vêtement, caractérisée par un mordant orangé, sur lequel est étalé un film de résine, et une feuille d’or sur laquelle sont peints à la laque rouge des motifs décoratifs, aujourd’hui très fragmentaires6 (ill. 6a, b).

Saint Antoine de l’église Saint-Germain à Montjovet

Saint Antoine de l’église Saint-Germain à Montjovet

a) Saint Antoine b) détail du vêtement.

Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

  • 7 gentile, g., fiche n° 45, Scultore alsaziano, dans pagella, e. (par les soins de), Tra Gotico e Rin (...)

15En 2010, Gianfranco Zidda reconnaît pour cette sculpture une matrice alsacienne et signale les détails raffinés du vêtement à fond doré, dont les traces du glacis rouge lui permettaient de discerner un motif en pomme de pin imitant un tissu broché. Du fait de son expression rude et autoritaire, ainsi que de sa magnifique barbe et du riche déploiement des étoffes, ce Saint Antoine rappelle une autre sculpture d’importation, rattachée à la même région alsacienne et conservée au Museo Civico de Casale Monferrato, qui provient, selon toute vraisemblance, de Riva Valdobbia, dans le haut du Valsesia, au Piémont7.

Sainte Marguerite (chapelle de Graines, Brusson)

16Pour terminer, on présente la Sainte Marguerite de Brusson (inv. BM 507) qui est un des exemplaires dont la décoration est le mieux conservée (ill. 7a, b).

Sainte Marguerite de la chapelle de Graines à Brusson

Sainte Marguerite de la chapelle de Graines à Brusson

a) Sainte Marguerite b) détail de la robe

Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.

17Sur cette œuvre, Novella Cuaz, responsable de la restauration, a retrouvé un mordant orangé, sur lequel était étalé un film de résine mélangée à de l’argile imprimée et une feuille d’or, sur laquelle des motifs phytomorphes sont peints au glacis rouge. Cette sculpture avait été repeinte, probablement lorsqu’elle a été déplacée de l’église paroissiale de Brusson à la chapelle du petit hameau de Graines, inaugurée en 1668.

  • 8 Sur la statue, voir alessi, a., vallet, v.m., cuaz, n., Restauro di una Santa Margherita della capp (...)

18Aujourd’hui, elle peut être admirée sous son aspect originel, après la restauration effectuée à l’occasion de l’exposition Ferveurs médiévales. Représentation des saints dans les Alpes de 2013, à Genève. La richesse de sa décoration et la finesse de sa sculpture laissent penser que, tout comme beaucoup d’autres statues du val d’Ayas, elle provient très probablement du nord-ouest de la Suisse8.

Conclusion

19En conclusion, sans vouloir hasarder des généralisations, qui pourraient être démenties par une étude plus approfondie, pour ce qui concerne la pénétration en Vallée d’Aoste de la technique du brocart appliqué, l’on pourrait envisager deux axes principaux : le premier, si l’on considère la Pietà de la cathédrale d’Aoste, pointe vers la Savoie, la Bourgogne et le cercle du « maître de la Pietà des Antonites » ; le second, le plus documenté jusqu’à présent dans le secteur oriental de la région et dans la ville d’Aoste, pointe vers les régions ultramontaines, à savoir la Suisse, le Haut-Rhin et le sud de l’Allemagne.

Top of page

Notes

1 natale, v., fiches n° 37, 38, 39, in castelnuovo, e., crivello. f., vallet, v. m., par les soins de, “Cattedrale di Aosta. Museo del Tesoro. Catalogo”, Aoste 2013, pp. 208-2013, et plus précisément p. 202

2 barberi, s., fiche n° 45, in castelnuovo, e., crivello.f., vallet, v.m., par les soins de, “Cattedrale di Aosta. Museo del Tesoro. Catalogo”, Aoste 2013, p. 224, vallet, a., Sainte Agathe, dans Splendeurs du Christianisme. Art et dévotion, de Liège à Turin, Xe-XVIIIe siècles, catalogue de l’exposition, Paris 2018, p. 73

3 Cette hypothèse est présentée pour la première fois dans : Orlandoni, b, La produzione artistica ad Aosta durante il tardo Medio Evo, in Aosta. Progetto per una storia della città, Quart (Aoste), 1987, p. 235

4 Restauration effectuée par le laboratoire Barbara Rinetti conservazione e restauro de Turin en 2013.

5 vallet, v.m., papone, p., Il restauro delle sculture lignee del Museo d’Arte sacra di Valtournenche, dans le Bollettino della Soprintendenza per i Beni e le Attività culturali, n° 6, 2009, p. 182-183

6 Restauration effectuée par le laboratoire Novella Cuaz. Restauro e conservazione di opere d’arte. À la fin de cette intervention, l’œuvre a fait l’objet d’une publication dans : zidda, g., cuaz, n., Una scultura di area alto-renana nella chiesa di Saint-Germain a Montjovet, dans le Bollettino della Soprintendenza per i Beni e le Attività culturali, n° 7, 2010, p. 133-137, zidda, g., fiche Saint Antoine, dans baiocco, s., morand, m.c. (sous la direction de), Des Saints et des Hommes. L’image des saints dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen Âge, Milan, 2013, p. 113.

7 gentile, g., fiche n° 45, Scultore alsaziano, dans pagella, e. (par les soins de), Tra Gotico e Rinascimento. Scultura in Piemonte, catalogue de l’exposition, Turin 2001, p. 130-131, Baiocco, s., Berardo, M., Saint Antoine abbé dans le Piémont, in baiocco s., morand, m.c. (sous la direction de), Des Saints et des Hommes. L’image des saints dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen Âge, catalogue de l’exposition, Milan 2013, p. 136.

8 Sur la statue, voir alessi, a., vallet, v.m., cuaz, n., Restauro di una Santa Margherita della cappella di Graines a Brusson, dans le Bollettino della Soprintendenza per i Beni e le Attività culturali, n° 10, 2013, p. 148 et le catalogue de l’exposition Ferveurs médiévales : vallet, a., fiche Sainte Marguerite, Sainte Barbe, in baiocco, s., morand, m.c. (sous la direction de), Des Saints et des Hommes. L’image des saints dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen Âge, Milan, 2013, p. 79.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1: Pietà de la cathédrale d’Aoste
Caption Vue d'ensemble de la Pietà.
Credits Crédits: Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-1.jpg
File image/jpeg, 75k
Title Fig.2: Pietà de la cathédrale d’Aoste. Détail.
Caption Bustier de la robe.
Credits Crédits: Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-2.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig.3: Sainte Agathe de Saint-Nicolas
Caption Sainte Agathe
Credits Crédits Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-3.jpg
File image/jpeg, 49k
Title Figure 4: Sainte Agathe de Saint-Nicolas. Détail
Caption Détail de la robe et du manteau.
Credits Crédits Paolo Robino, Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-4.jpg
File image/jpeg, 439k
Title Vierge de l’église Saint-Etienne d’Aoste
Caption a) Vierge en pied, b) détail de la robe.
Credits Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-5.jpg
File image/jpeg, 447k
Title Saint Théodule de la chapelle de Verrogne à Saint-Pierre
Caption a) Saint Théodule, b) détail du manteau.
Credits Crédits: Franco Lovera,Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-6.jpg
File image/jpeg, 278k
Title Saint Théodule de la chapelle de Losanche à Valtournenche
Caption Détail de la chasuble
Credits Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-7.jpg
File image/jpeg, 283k
Title Saint Antoine de l’église Saint-Germain à Montjovet
Caption a) Saint Antoine b) détail du vêtement.
Credits Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-8.jpg
File image/jpeg, 317k
Title Sainte Marguerite de la chapelle de Graines à Brusson
Caption a) Sainte Marguerite b) détail de la robe
Credits Crédits: Archives de l’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens Culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste – fonds Catalogue des Biens culturels.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/6967/img-9.jpg
File image/jpeg, 307k
Top of page

References

Electronic reference

Alessandra Vallet, “L’imitation des tissus précieux sur quelques sculptures valdôtaines, entre XVe et XVIe siècle ”CeROArt [Online], HS | 2021, Online since 05 March 2021, connection on 11 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/6967; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.6967

Top of page

About the author

Alessandra Vallet

Licenciée en histoire de l’Enluminure à l’Université de Turin, elle poursuit ses recherches en privilégiant le secteur de l’orfèvrerie et de la décoration des manuscrits et contribue à de nombreuses publications consacrées tout particulièrement aux œuvres d’art du Moyen Âge en Vallée d’Aoste. Depuis 2000, elle est fonctionnaire de la Surintendance des activités et des biens culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste et s’occupe de la protection et de la mise en valeur du patrimoine artistique de la région.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search