Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHSIntroduction

Full text

La Savoie médiévale : un foyer artistique au cœur de l’Europe

  • 1 Marin David, S., Inventaire de la sculpture religieuse en Savoie et en Haute-Savoie, Conservation d (...)

1Au tournant des années 2000, deux inventaires de la sculpture mobilière recensée dans trois départements français, la Savoie, la Haute-Savoie et l’Ain, possessions historiques de l’ancien duché de Savoie, ont révélé la richesse d’un patrimoine longtemps enfoui et ignoré dans de petites églises de plaines et de montagnes1. A la faveur de ces vastes enquêtes qui ont contribué au regard nouveau porté sur ces œuvres, un réseau informel d’institutions muséales transfrontalières s’est progressivement constitué, Sculptures médiévales dans les Alpes, dont la perspective était double : d’une part, structurer un groupe de chercheurs, de conservateurs, et de restaurateurs actifs de part et d’autre des frontières et dont les intérêts scientifiques convergeaient ; d’autre part, organiser des expositions qui donneraient à voir à un vaste public l’histoire culturelle et artistique d’une région aujourd’hui scindée en différentes entités nationales. En effet, la Savoie médiévale est bien différente de ce que l’imaginaire contemporain lui prête aujourd’hui : une région de tourisme, de lacs cristallins, de sommets enneigés, et de pistes de ski !

  • 2 Cf. Rivière Ciavaldini, L., Sculpture, sculpteurs et ateliers ( ?) à Chambéry et alentour (v. 1480 (...)

2En 1416, le comté de Savoie, terre d’empire aux marches du royaume de France, est élevé au rang de duché par l’empereur Sigismond. La principauté est alors parvenue au sommet de son ascension politique et recouvre un vaste territoire allant du Pays de Vaud au val d’Aoste et à Turin et de la Bresse au comté de Nice2. La situation géographique de ce jeune Etat traversé par une partie de la chaîne alpine a largement conditionné son histoire : le contrôle et les droits perçus sur les cols, voies de passage obligées pour ceux qui circulent entre Europe du Nord et bassin méditerranéen – et ils sont nombreux – donnent à la principauté un pouvoir politique et économique déterminants au cœur de l’Europe médiévale. Mais cette situation engendre des contraintes fortes et contribue aussi aux difficultés qu’il rencontre à s’unifier et à s’imposer sur le plan territorial. Cette ambivalence, à la fois force et faiblesse, s’observe aussi sur le plan des arts. L’ancien duché de Savoie, qualifié de « carrefour » artistique au cœur de l’Europe, est en effet ouvert à toutes sortes d’héritages et d’innovations culturelles : au contact d’expressions diverses venues de la France voisine, des pays germaniques, du Piémont et de Lombardie, il est aussi, par l’intermédiaire de ses alliances politiques, ouvert à l’Angleterre et au Royaume de Naples. Cette situation créée à la fois des dynamiques d’échanges et de transferts inédits à l’échelle de la principauté ; toutefois cette capacité d’assimilation a également un revers car elle a longtemps occulté l’idée d’une production « savoyarde ».

L’hypothèse d’un art alpin ?

  • 3 Edmunds S., Manuscript and Illumination in the Duchy of Savoy, thèse de doctorat, Columbia Universi (...)
  • 4 Gardet, C., Le Livre d’Heures du duc Louis de Savoie, Annecy, Gardet, 1959 ; id., De la peinture au (...)

3C’est seulement dans les années 1960, à la faveur de la thèse de Sheila Edmunds sur les manuscrits de la Maison de Savoie qu’un changement de regard s’est opéré3. Il faut aussi créditer Clément Gardet, érudit et éditeur annécien, de cette prise de conscience de l’existence d’une création artistique originale en Savoie : ses belles publications ont fait date et ont permis d’éveiller de nouvelles curiosités et de nouvelles questions4.

  • 5 Taburet-Delahaye, E., (dir.), et al., France 1500, entre Moyen Âge et Renaissance, Grand-Palais, Ga (...)
  • 6 Ainsworth, M. W., (ed), et al., Man, Myth and Sensual Pleasures: Jan Gossart’s Renaissance, Metropo (...)
  • 7 Bormand M., (dir.), Le printemps de la Renaissance. La sculpture et les arts à Florence, 1400-1460, (...)
  • 8 Jacquemart, J.-P., L’architecture en Franche-Comté, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Com (...)
  • 9 Le Beau XVIe siècle. Chefs-d’0euvre de la sculpture en Champagne, avril à octobre 2009, église Sain (...)
  • 10 Chancel-Bardelot (de), B., et al., (dir.), Tours 1500, capitale des arts, mars à juin 2012, Musée d (...)

4Dans les années 2000, l’intérêt manifesté par les acteurs du réseau Sculpture pour la production sculptée des états de Savoie procède de ce vaste mouvement de renouvellement des connaissances de la production artistique de la région. Il s’inscrit aussi dans un élan général de révision de notre compréhension des années 1500, concrétisé dans des expositions d’envergure présentées à Paris5, à New York6 et à Florence et au Louvre7. L’étude des foyers régionaux connaît aussi depuis quelques années une vitalité sans précédent à travers la mise en œuvre d’expositions et de publications : sur L’architecture en Franche-Comté8, l’enluminure et la sculpture en Champagne9, la production artistique en Val de Loire10.

Un réseau de recherche et d’expositions transfrontalières

  • 11 Boisset-Thermes, S., La Sculpture en Savoie. Ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dan (...)
  • 12 Equipe de recherche interdisciplinaire et diachronique fusionnée en 2016 dans le Laboratoire Univer (...)

5Porté par le réseau transfrontalier alpin dont l’ambition de dépasser les frontières actuelles participe d’une volonté de rigueur historique, plusieurs expositions d’envergure sur la sculpture ont aussi contribué à ce renouveau dans la région : La Sculpture gothique dans les Etats de Savoie, à Chambéry et Annecy, en 2003-2004, Corte e Città à Turin, en 2006, Des Saints et des Hommes, Images des saints dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen Âge, à Sion, Genève, Annecy, Aoste, Suse, et Zurich en 2013. C’est ainsi, que, à la faveur de la préparation de cette dernière exposition, des études techniques et des constats d’état menés sur un petit groupe de sculptures savoyardes ont permis d’identifier des « brocarts appliqués » sur cinq d’entre elles. Ce procédé est réalisé par estampage d’une feuille d’étain puis d’un mélange cireux dans un moule préalablement gravé, le décor démoulé pouvant ensuite être recouvert de feuilles métalliques (or, argent) rehaussées de glacis colorés ou de peinture. Il vise à imiter les riches étoffes tissées, brochées ou brodées dont se revêtaient les élites dans une société où le paraître et la parure sont des marqueurs sociaux de premier plan. La haute technicité et la variété des textiles imités sont ainsi transposés sur la surface des œuvres sculptées. Mise au point au XIVe siècle, dans les ateliers d’Europe occidentale, notamment des Pays-Bas méridionaux, le « brocart appliqué » est attesté dans les années 1450 dans tout le reste de l’Europe. Il constitue un élément important du décor de la sculpture polychrome en bois et en pierre, des fonds de caisses de retables, des peintures murales et des panneaux peints. Couplées avec une recherche menée en doctorat d’histoire de l’art sur la sculpture dans les états de Savoie entre 1480 et 153011, des études techniques comparatives ont été réalisées en 2014 sur un groupe de cinq rondes bosses et de deux reliefs, impliquant des conservateurs-restaurateurs d’Arc-Nucléart (CEA, Grenoble) et une restauratrice indépendante, spécialisés dans la restauration de sculptures, des chercheurs en physique des matériaux de l’Institut Néel (CNRS, Grenoble), de l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF, Grenoble), des chimistes du Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (CNRS, Paris). Ceux sont ces premiers résultats qui ont été à l’origine d’une rencontre plus large qui a été formalisée dans l’organisation du colloque Imiter le textile en polychromie. Le cas du brocart appliqué à la fin du Moyen Âge, par le département d’histoire de l’art de et le Centre de Recherche en Histoire et Histoire de l’art sur l’Italie et les Pays Alpins12 (CRHIPA) de l’université Grenoble 2 (fusionnée aujourd’hui dans l’université intégrée Uiversité Grenoble Alpes) et le laboratoire et atelier de restauration-conservation Arc-Nucléart-CEA, les 10 et 11 décembre 2015.

Le « brocart appliqué ». Etude interdisciplinaire d’une technique complexe de polychromie

6L’ambition de cette rencontre, dont les résultats et les réflexions sont publiés dans ce volume, a été de favoriser l’interdisciplinarité et les échanges entre différentes communautés à une vaste échelle, disciplinaire, interdisciplinaire, nationale, internationale. Ces deux journées ont abordé le thème du « brocart appliqué » en offrant une large place aux études techniques, aux matériaux, et aux technologies. Cependant, l’approche interdisciplinaire a élargi le regard porté sur le motif en le replaçant, autant que les sources le permettent, dans son contexte historique et artistique. Le plan adopté ici ne correspond pas exactement à celui qui fut choisi pour ces deux journées : il restitue dans une première partie les résultats d’analyses matérielles menées sur des études de cas en Europe, pour une meilleure compréhension du procédé, selon les espaces et les supports envisagés. La seconde partie de l’ouvrage propose une réflexion élargie aux sciences humaines en interrogeant le lexique, ce qu’il recouvre pour les périodes anciennes et ce que nous en appréhendons aujourd’hui, tout comme l’apport des études formelles confrontées aux résultats techniques. Partant du postulat que, autour des années 1500, l’espace savoyard est une interface (presque) obligée entre les civilisations du nord et du sud de l’Europe, c’est de cet observatoire privilégié qu’il devient possible de mieux comprendre la construction d’une Europe des sciences et des techniques, à l’aube de l’époque moderne.

Remerciements

7Notre introduction ne peut s’achever sans témoigner notre gratitude à ceux qui nous ont aidés pour la publication des actes de ce colloque : en premier lieu la Fondation Perier d’Ieteren laquelle se distingue par son ambition constante de rapprocher les communautés de chercheurs, de conservateurs et de restaurateurs pour une approche intégrée et inclusive des recherches sur le patrimoine. Qu’elle en soit ici chaleureusement remerciée. Le Laboratoire Universitaire Histoire, Cultures, Italie, Europe (LUHCIE) de l’Université Grenoble Alpes apporte aussi une aide indéfectible à nos travaux, tout autant pour la mise en œuvre du colloque de 2015 que pour sa publication dans ses lignes : nous tenons à lui exprimer toute notre sincère reconnaissance. Bien sûr nous n’oublions pas la Directrice de cette publication, Muriel Verbeeck, qui nous fait l’honneur et le plaisir d’accueillir les conférences de notre colloque dans la revue électronique CeROArt. Cette revue dont elle garantit la qualité par sa rigueur et ses exigences scientifiques contribue à la visibilité par le plus grand nombre d’approches nouvelles sur les œuvres d’art et au dialogue scientifique entre chercheurs, conservateurs, conservateurs-restaurateurs, commissaires d’exposition, étudiants et tout honnête homme qui s’intéresse au commerce des arts. On ne peut que saluer un telle réussite éditoriale.

Patrimalp : pour une science du patrimoine interdisciplinaire et inclusive

8Enfin, nos remerciements vont aussi au consortium Patrimalp labellisé en 2018 Initiative d’Excellence dans le cadre des Cross-Disciplinary Program de l’UGA, pour travailler à la création d’une (des) science(s) du patrimoine, regroupant six laboratoires : Edytem/USMB, Inria/UGA, Institut Néel-CNRS, LIG-CNRS/UGA, LUHCIE/ UGA en collaboration avec Arc-Nucléart (Grenoble) et le Synchrotron (ESRF/Grenoble), regroupés dans quatre pôles de recherche en sciences et techniques et sciences humaines. Le colloque de 2015 a pour ainsi dire porté le programme Patrimalp sur les fonts baptismaux. Depuis lors, les collaborations scientifiques se sont amplifiées, les champs de recherches se sont diversifiés, les acteurs de la vie culturelle se sont mobilisés pour développer de nouveaux outils et de nouvelles approches croisées de l’œuvre d’art. Toutes ces activités résultant en grande partie de la rencontre initiée en 2015, nous en rendrons compte en conclusion de ce volume.

9Ce travail a bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme « Investissement d’avenir » portant la référence ANR-15-IDEX-02

10This work is supported by the French National Research Agency in the framework of the “Investissemnts d’avenir” program (ANR-15-IDEX-02)

11Cet ouvrage a bénéficié des soutiens suivants:

Top of page

Notes

1 Marin David, S., Inventaire de la sculpture religieuse en Savoie et en Haute-Savoie, Conservation départementale du Patrimoine de la Savoie et de la Haute-Savoie, 2000, version informatisée ; Cattin, P. Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain, 2004.

2 Cf. Rivière Ciavaldini, L., Sculpture, sculpteurs et ateliers ( ?) à Chambéry et alentour (v. 1480 – v. 1530), dans cet ouvrage, Fig. 1. Carte des Etats de Savoie @ F. Delrieux.

3 Edmunds S., Manuscript and Illumination in the Duchy of Savoy, thèse de doctorat, Columbia University, 1961 (microfilmée).

4 Gardet, C., Le Livre d’Heures du duc Louis de Savoie, Annecy, Gardet, 1959 ; id., De la peinture au Moyen Âge en Savoie, 3 tomes, Annecy, Gardet, 1965-1969 ; Gardet, C., Les Heures d’Aimée de Saluces vicomte de Polignac et de Catherine d’Urfé sa fille, Annecy, Gardet, 1985.

5 Taburet-Delahaye, E., (dir.), et al., France 1500, entre Moyen Âge et Renaissance, Grand-Palais, Galeries nationales, octobre 2010-janvier 2011, cat. exp., Paris, Réunion des Musée Nationaux, 2010.

6 Ainsworth, M. W., (ed), et al., Man, Myth and Sensual Pleasures: Jan Gossart’s Renaissance, Metropolitan Museum of Art, Octobre 2010-Janvier 2011, cat. exp., New York, 2010.

7 Bormand M., (dir.), Le printemps de la Renaissance. La sculpture et les arts à Florence, 1400-1460, Musée du Louvre, septembre 2013-janvier 2014, cat. exp., Paris, éd. du Louvre, 2013.

8 Jacquemart, J.-P., L’architecture en Franche-Comté, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007.

9 Le Beau XVIe siècle. Chefs-d’0euvre de la sculpture en Champagne, avril à octobre 2009, église Saint-Jean au marché, Troyes, cat. exp., Paris, Hazan-INHA, 2009 ; Avril F., et al. (éd.), Très riches heures de Champagne : l'enluminure en Champagne à la fin du Moyen Âge : exposition itinérante présentée dans les bibliothèques municipales de Châlons-en-Champagne, Troyes et Reims, 2007-2008, cat. exp., Paris, Chalons-en-Champagne, Hazan, Interbibly, 2007.

10 Chancel-Bardelot (de), B., et al., (dir.), Tours 1500, capitale des arts, mars à juin 2012, Musée des Beaux-Arts de Tours, cat. exp., Paris, Somogy-Musée des beaux-arts de Tours, 2012.

11 Boisset-Thermes, S., La Sculpture en Savoie. Ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région (vers 1480 - vers 1530), 2015, Université Grenoble Alpes, 2015, dactylographiée.

12 Equipe de recherche interdisciplinaire et diachronique fusionnée en 2016 dans le Laboratoire Universitaire Histoire, Cultures, Italie, Europe ou LUHCIE, EA 7421 (UGA).

Top of page

References

Electronic reference

Laurence Riviere Ciavaldini, “Introduction”CeROArt [Online], HS | 2021, Online since 05 March 2021, connection on 11 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/7196; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.7196

Top of page

About the author

Laurence Riviere Ciavaldini

Laurence Rivière Ciavaldini est professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université Grenoble Alpes (UGA). Ses travaux portent sur l’art gothique européen (XIIIe siècle - début du XVIe siècle) et les transferts artistiques et culturels dont la Savoie médiévale est l’épicentre.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search