Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHSContexte(s)Sculpture, sculpteurs et ateliers...

Contexte(s)

Sculpture, sculpteurs et ateliers (?) à Chambéry et alentour (vers 1480-v. 1530)

Remarques sur la thèse de S. Boisset-Thermes, La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit)
Laurence Riviere Ciavaldini

Abstracts

This paper is the critical account of some of the contributions of the thesis defended by Me S. Boisset-Boisset on medieval sculpture in Western Savoy, 1480-1530, at Grenoble Alpes University, in November 2015. It is supported by a rigorous investigation on a corpus of approximately 300 statues or groups of sculptures in which the author identified original series such as the Savoyard Virgin of Pity or quality works dedicated to local saints of international renown such as St. Anthony in Vienna (France). The meticulous formal analysis of the sculptures led her to isolate a group of forty-five witnesses from workshops or itinerant artists produced in the Chambéry region. The commissioners of these works could be the officers of the ducal administration, living in Chambéry and the surrounding area, the city still being the administrative and political capital of the duchy of Savoy.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Les notes sont reprises de l’appareil critique de la thèse, excepté pour la bibliographie postérieu (...)
  • 2 Demotz, B. Le comté de Savoie, du XIe au XVe siècle. Pouvoir, châteaux et Etat au Moyen Âge, Genève (...)

1La thèse de S. Boisset Thermes (= SBT) s’attache à un sujet particulièrement difficile pour différentes raisons. Tout d’abord l’ancien duché de Savoie, y compris au sommet de son ascension politique, c’est-à-dire au milieu du XVe siècle n’a jamais connu de véritable unité territoriale1. Etendue dès ses débuts de part et d’autre des Alpes, la principauté savoyarde résulte d’une volonté politique ancienne et continue depuis le XIIIe siècle et si les contraintes géographiques n’ont pas véritablement freiné son expansion, elles n’ont pas contribué à en assurer la cohésion2. Rappelons ici que l’ancien duché de Savoie s’étend au milieu du XVe siècle du Pays de Vaud à la Bresse et au Viennois, de Savoie et du Faucigny, aux vallées de Tarentaise et de Maurienne jusqu’à Nice, du Val de Suse et Turin, Biella, Verceil et Pignerol en Piémont au Val d’Aoste, et enfin en Chablais et en Valais : un vaste territoire marqué par deux ensembles répartis sur les deux versants des Alpes.

Fig. 1 Carte des Etats de Savoie du XIIe au XVe siècle

Expansion territoriale de la Maison de Savoie de part et d’autre des Alpes.

Crédit : F. Delrieux

La Savoie médiévale : unité politique, diversité territoriale et artistique

  • 3 Castelnuovo, E., « Les Alpes, carrefour et lieu de rencontre des tendances artistiques au XVe siècl (...)
  • 4 Castelnuovo, E., « L’autunno del Medioevo nelle Alpi », dans Il Gotico nelle Alpi, 1350-1450, cat. (...)
  • 5 Pour une synthèse récente sur la peinture, avec bibliographie : Elsig, F. La peinture dans le duché (...)

2Pourtant, dans les années 1960, l’historien de l’art Enrico Castelnuovo interrogeait l’existence d’une « civilisation des vals et des cols3 » mais comme il l’a admis lui-même dans ses derniers travaux, il s’agissait d’une fiction contredite par la très grande diversité des expressions artistiques et culturelles qui animent les vallées alpines4. Terre de passage (presque obligé) entre le Nord de l’Europe et la Méditerranée, le comté puis le duché de Savoie (à partir de 1416) a bénéficié des apports de l’art lombard et toscan et de l’ars nova venu des anciens Pays Bas, mais aussi de l’art gothique anglais, de l’art des Angevins de Naples, de la culture internationale de la cour pontificale d’Avignon ou encore un siècle plus tard, de celle du concile de Bâle5. Cette diversité d’expression artistique et culturelle est l’un des premiers écueils auquel se heurte tout chercheur qui s’intéresse à l’art de la Savoie médiévale. Définir les limites d’une enquête qui ne se borne pas à quelques œuvres locales pour tenter d’embrasser un ensemble suffisamment vaste et cohérent sur les plans géographique, chronologique et thématique est donc une tâche particulièrement ardue, tâche à laquelle SBT s’est livrée en profondeur, avec ténacité, et pour finir, ce sont les œuvres étudiées qui ont imposé les limites d’un sujet difficile à circonscrire. Le cadre géographique de la thèse, Chambéry et sa région, est donc apparu progressivement, dicté par un corpus d’œuvres cohérent sur le plan stylistique que SBT a identifié et analysé, nous y reviendrons.

  • 6 Brou, un monument européen à l’aube de la Renaissance, actes du colloque scientifique international (...)
  • 7 Sterling, C. « Etudes savoyardes », dans L’Oeil, 178, 1969, p. 2-13 ; Avril, F., « Le maître des He (...)
  • 8 Sculpture gothique dans les Etats de Savoie, 1200-1500, cat. exp. Chambéry-Annecy, 2003, Chambéry, (...)
  • 9 Stalles de la Savoie médiévale, cat. exp., Genève, 1991, Aballéa, S., Lapaire, C., (dir.), éd. de l (...)

3La deuxième difficulté à affronter (qui s’est révélée un atout) provenait d’une bibliographie peu étoffée en histoire et surtout en histoire de l’art histoire relative au versant occidental de l’ancien duché de Savoie à la fin du Moyen Âge. En effet, alors que l’art « savoyard » des années 1380-1450 est pleinement étudié, celui des années 1450-1530 l’est beaucoup moins, tout du moins la partie qui nous occupe, si ce n’est pour quelques foyers éclatants comme le monastère royal de Brou6, fondation de Marguerite d’Autriche, veuve douairière de Philibert II de Savoie ou encore certaines personnalités artistiques, notamment des peintres comme Antoine de Lonhy, un Bourguignon identifié par Charles Sterling et dont la carrière a été reconstituée pas à pas, entre Toulouse, Barcelone et Turin7. Pourtant initiée en 20038, comme on le verra plus loin, par les équipes de chercheurs et de conservateurs annéciens et chambériens, la recherche sur la sculpture restait alors peu développée sur le versant occidental des Alpes. Cette lacune était d’autant plus criante qu’à Genève, Fribourg, Turin et Aoste, autant de territoires de l’ancien duché de Savoie dont Chambéry était la capitale, des spécialistes de la sculpture s’étaient pleinement emparés du sujet9. C’est donc le manque criant d’étude sur les arts en général et sur la sculpture en particulier pour le versant occidental des Alpes entre 1450 et 1530 qui a conduit SBT à porter ses recherches sur cette période peu étudiée. Cependant, les limites chronologiques de sa recherche ont également été imposées par le corpus réuni par ses soins et finalement restreint aux années 1480-1530.

  • 10 Boisset Thermes, S. Trois Mises au tombeau en pierre dans le duché de Savoie au XVe siècle, Mémoire (...)
  • 11 Boisset Thermes, S., La mise au tombeau de la commanderie des Antonins de Chambéry, Mémoire de Mast (...)

4Un troisième défi, et non des moindres, consistait à traiter l’histoire de la sculpture en Savoie. Certes, SBT avait déjà exercé son œil sur deux œuvres majeures de la statuaire médiévale de l’ancien duché : les fragments de la Mise au tombeau provenant de l’église du Saint-Sépulcre d’Annecy, attribuée à un sculpteur bourguignon, conservés au Palais de l’Île d’Annecy10, et celle de la crypte de Lémenc, provenant de l’église des Antonins de Chambéry11. L’étude de ce groupe en pierre, monumental par ses dimensions, sa polychromie et l’autorité qui s’en dégage, a révélé qu’il pouvait servir d’œuvre de référence autour de laquelle il était possible de réunir une vingtaine de sculptures stylistiquement cohérentes.

Fig. 2. Mise au tombeau, apr. 1496

Fig. 2. Mise au tombeau, apr. 1496

Détail de la figure de Joseph d’Arimathie. Groupe en pierre calcaire polychromée, 212 cm (h.) x 405 cm (l.) x 212 cm (pr.),  ancienne commanderie des Antonins, Chambéry (73), déposé dans la crypte de l’église Saint-Pierre de Lémenc, Chambéry (73), Cl. MH 16/02/1900

Crédit : L. Rivière Ciavaldini

  • 12 Marin David, S., « Le patrimoine sculpté en Savoie et Haute-Savoie », dans Sculpture gothique dans (...)
  • 13 Les sources comptables de l’hôtel de Savoie ont été dépouillées par Dufour, A., Rabut, F., « Les sc (...)
  • 14 Hautecombe (Saint-Pierre de Curtille) est le sanctuaire dynastique des Savoie ; Raffaelli, P., « Ni (...)
  • 15 Amédée VIII-Félix V. premier duc de Savoie et pape, actes du colloque international de Ripaille, 19 (...)
  • 16 Schätti, N., « Jean Prindale et l’activité des ateliers de sculpture franco-flamands à Genève et en (...)
  • 17 Laurent, J.-P., Annecy. Ars Sabaudie. Sculptures religieuses en Savoie, cat. exp. Annecy, éd. 1954  (...)
  • 18 Marin David, S. Inventaire de la sculpture religieuse en Savoie et en Haute-Savoie, Conservation dé (...)
  • 19 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

5Cependant la Savoie a tant souffert des destructions iconoclastes, puis des assauts de la Réforme catholique encourageant une véritable conquête du baroque12, que ces deux témoins sculptés importants de l’art de ce temps restent relativement isolés, alors que les sources comptables révèlent que la Maison de Savoie dès le XIVe siècle fit appel à des sculpteurs renommés13 comme le lorrain Nicolas de Châteauneuf, auteur du haut-relief du Massacre des Innocents (Louvre) en albâtre de Mésage (Dauphiné), partie d’un cycle sculpté de la vie du Christ destiné au décor de la chapelle des princes de l’abbaye de Hautecombe14. Proches des cours fastueuses de Bourges (par sa grand-mère, Bonne de Berry) et de Dijon (par son épouse Marie de Bourgogne, fille Philippe le Hardi), Amédée VIII15, dès 1408, fait édifier une chapelle dans le château de Chambéry (future Sainte-Chapelle lorsqu’y sera déposé le saint Suaire acquis en 1453) et sollicite d’abord le néerlandais Claus de Werwe, neveu de Claus Sluter, puis recrute l’un de ses collaborateurs, Jean Prindale, qui a travaillé à la sculpture des pleurants du tombeau de Philippe le Hardi. Prindale (documenté de 1372 à 1420) est originaire de Bruxelles et dirige de 1409 à sa mort le chantier de sculptures de la chapelle castrale où il fait travailler de nombreux compatriotes16. Malheureusement, hormis quelques reliefs épars, aucune réalisation de cet atelier ne peut être identifiée aujourd’hui ! La perte de ces œuvres majeures que les sources nous laissent entrevoir a longtemps contribué au vide quasi abyssal concernant l’étude de la sculpture médiévale dans l’ancien duché de Savoie : ce triste constat semblant interdire de se pencher sur les œuvres de moindre qualité qui subsistaient17. C’est seulement au début des années 2000 qu’un renouveau d’intérêt s’est manifesté : à la faveur d’une enquête commanditée par les deux Conservations du patrimoine des Pays de Savoie (Savoie et Haute-Savoie actuelles), un inventaire exhaustif de l’œuvre sculpté savoyard du Moyen Âge a été réalisé par S. Marin David18. Comme le souligne SBT, dans son introduction, « ce projet mené à l’unisson (…) a permis de dépasser les limites imposées par les cadres de l’administration actuelle »19, ce qui en soi est un effort important qu’il faut saluer de la part des acteurs de la vie culturelle des deux départements. Cette enquête a révélé la grande richesse quantitative de cette production : un peu plus de 250 œuvres ou fragments d’œuvres ont été recensés pour les dernières décennies du XIVe siècle jusqu’au début du XVIe siècle, réparties de manière diffuse sur l’ensemble du territoire ; elle a aussi été à l’origine de la constitution d’un réseau transfrontalier de chercheurs, de conservateurs et de restaurateurs - intéressé d’abord par la sculpture médiévale dans les Alpes (le réseau informel Sculpture Alpes) et élargi aujourd’hui à l’ensemble de l’art médiéval alpin – lequel a donné lieu à plusieurs expositions internationales (déjà citées) qui ont permis d’exhumer des œuvres jusque-là oubliées ou tout simplement ignorées, d’en restaurer certaines, et de contribuer ainsi à des découvertes intéressantes, notamment la présence de brocarts appliqués sur les polychromies des robes ou des lourds manteaux portés par certaines d’entre elles.

  • 20 Marin David, S. Inventaire de la sculpture religieuse en Savoie et en Haute-Savoie, Conservation dé (...)

6L’intérêt de SBT de travailler sur la sculpture tardo-médiévale en Savoie occidentale a donc accompagné cet élan général et s’est trouvé encouragé par deux facteurs : le catalogue dressé par S. Marin qui avait attiré l’attention sur des groupes sculptés qui méritaient une nouvelle étude approfondie20 ; et le besoin d’accroître notre connaissance scientifique dans un domaine artistique, la sculpture, dont la recherche était en pleine expansion sur le plan transfrontalier. Cet enthousiasme ne doit pas toutefois masquer la complexité qu’il y avait à aborder ce domaine de recherche encore méconnu pour la partie occidentale de la Savoie : d’une part les œuvres se révélaient en apparence de qualité moyenne, leur état de conservation affichant des polychromies récentes masquant – ou non - des polychromies anciennes tout comme le ciseau du sculpteur. Certes, la dimension esthétique d’un corpus n’est pas un critère scientifique en soi pour initier son étude, mais elle contribue à l’enthousiasme du chercheur ; d’autre part, le manque de sources d’archives clairement identifiées pour la période interdisait de documenter l’activité de sculpteurs, d’identifier des commanditaires et d’attester les commandes des œuvres dont ils avaient souhaité embellir les chapelles qu’ils honoraient de leurs dons et de leurs dévotions.

L’état de l’art

Un manque d’intérêt jusque dans les années 2000

  • 21 Cattin, P. Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départemen (...)
  • 22 Vesco, E., « L’art en Savoie », dans Visages de la Savoie, Guichonnet, P. (dir.), Paris, Horizons d (...)
  • 23 Laurent, J.-P., Annecy. Ars Sabaudie. Sculptures religieuses en Savoie, cat. exp., Annecy, Société (...)
  • 24 Perret, A. La sainte chapelle du château ducal de Chambéry, Chambéry, Société des Amis de la Sainte (...)
  • 25 Id., « L’église et la crypte de Lémenc », dans Congrès archéologique de France, CXXIIIe session, Sa (...)
  • 26 Vallery-Radot, J., « Saint-Jean de Maurienne, la cathédrale Saint-Jean Baptiste », dans Congrès arc (...)
  • 27 Salet, F., « L’église du Bourget-du-Lac », dans Congrès Archéologique de France, CXXIIIe session, S (...)
  • 28 Il Gotico nelle Alpi, 1350-1450, cat. exp., Trente, 2002, Castelnuovo, E., De Grammatica, F., (dir. (...)

7Nous passerons rapidement les longs chapitres d’introduction historique et de bilan historiographique global pour centrer notre propos sur la sculpture dans la partie occidentale de l’ancien duché de Savoie, c’est-à-dire l’espace couvrant les actuels départements de l’Ain, autour de Bourg-en-Bresse, de la Savoie, autour de Chambéry, et de la Haute-Savoie autour d’Annecy lesquels sont au cœur de l’enquête. Cette région compte donc au début de l’étude, deux-cent cinquante groupes ou fragments de sculpture pour les Pays de Savoie auquel il convient d’ajouter quatre-vingt sculptures recensées pour le département de l’Ain, des œuvres pour la plupart qui n’ont pas bénéficié de l’intérêt qu’elles méritaient21. Ainsi, en 1947, Emile Vesco dans son livre sur L’art en Savoie évoque seulement une dizaine d’œuvres sculptées22, et J. -P. Laurent lors de l’exposition de 1954 au musée d’Annecy, Ars Sabaudia : sculptures religieuses en Savoie, ne leur accorde que quelques lignes23 ; en 1965, le Congrès archéologique de France consacre une seule étude, celle d’André Perret, aux sculpteurs engagés sur le chantier de la chapelle castrale de Chambéry24  et quelques lignes éparses rappellent l’existence de rares témoins phares comme la Vierge de Pitié et la Mise au tombeau de Lémenc25, ou les stalles de Saint-Jean de Maurienne26. Ce désintérêt s’accompagne en outre d’un certain mépris pour une production jugée médiocre ainsi, comme le rappelle SBT, Francis Salet juge-t-il insignifiants les beaux éléments du jubé du prieuré du Bourget-du-Lac datés du XIIIe siècle27 ; et encore en 2002, la grande exposition de Trente sur Il Gotico nelle Alpi, présente une unique œuvre provenant de notre région, la Vierge de pitié de Hautecombe, dont le modèle ne semble pas savoyard mais bien germanique28.

  • 29 Bellet, J., « L’oeuvre artistique de Mgr Etienne Morel, évêque de Maurienne (1483-1499), dans la ca (...)
  • 30 Oursel, R., L’art en Savoie, Grenoble Arthaud, 1975.
  • 31 Bourdier, F., « La sculpture en Savoie au XVe siècle et la mise au tombeau d’Annecy, couvent du Sai (...)

8Un renouveau marque pourtant la fin du XXe siècle avec les travaux de Jean Bellet sur la commande de l’évêque Oger Morizet à Saint-Jean-de Maurienne29 (1972) et ceux de Raymond Oursel, proposant un plus large panorama de L’art en Savoie (1975) pour lequel il voit une influence marquante des sculpteurs de la cour pontificale d’Avignon sous le règne du savoyard Robert de Genève/Clément VII, au tournant du XIVe siècle30. L’influence bourguignonne sur la sculpture savoyarde sera ensuite une conception prédominante de spécialistes comme Franck Bourdier lequel consacre un numéro spécial de la revue Annesci (1978) sur la sculpture en Savoie31.

Depuis les années 2000 : un renouveau des études sur la sculpture

  • 32 Natale, V., « La sculpture dans un duché de frontière », dans Natale, M., Elsig, F., La Renaissance (...)
  • 33 Cattin, P., Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départeme (...)
  • 34 Patrimalp : programme IDEX recherche sur le patrimoine alpin, porté par E. Chalmin (EDYTEM, USMB), (...)

9Comme on l’a dit, une réévaluation récente de cette production a été initiée au début des années 2000 par Vittorio Natale, lequel a identifié une vingtaine de sculptures qu’il a regroupées autour de la Pietà de Saint-Offenge-Dessus provenant de la préceptorie des Antonins de Chambéry32. Et l’archiviste Paul Cattin, grand spécialiste de la Bresse, a consacré un chapitre au corpus sculpté de la région dans son livre sur L’art religieux de l’Ain, accompagné d’un important dépouillement d’archives et d’un répertoire des artistes et ouvriers de l’Ain33. Ces travaux ont stimulé et ont été stimulés en retour par les nombreuses expositions qui ont jalonné le cours des années 2000 : à Annecy –Chambéry en 2003, à Aoste en 2004, à Turin en 2006, à Brou en 2011, jusqu’à l’exposition transfrontalière entre Suisse (Genève, Sion, Fribourg), Italie (Aoste, Turin, Suse) et France (Annecy, Chambéry) de 2013. Cette dernière exposition a été l’objet d’une collaboration importante avec le milieu universitaire qui s’est exprimée dans un colloque tenu à l’université de Genève qui a donné lieu à une publication sous la direction de Frédéric Elsig et Sylvie Aballéa, affichant une volonté accrue d’associer les réflexions des spécialistes des musées, de la conservation et des universitaires. En 2015, enfin, le colloque qui fait l’objet de ce numéro spécial de CeROart, initié par les conservatrices restauratrices de l’atelier Arc-Nucléart, spécialistes de la restauration des sculptures sur bois, en association avec le laboratoire LUHCIE de l’université de Grenoble a confirmé l’intérêt d’une approche interdisciplinaire, étendue aux spécialistes des matériaux, et internationale, élargie à d’autres régions d’Europe, dont sont publiés ici les résultats. Ce projet a été le détonateur salutaire de la mise en œuvre du programme de recherche Patrimalp, dont il est question dans l’introduction de ce volume, programme au sein duquel se sont trouvés renforcées les collaborations entre chercheurs de l’université et acteurs de la vie culturelle34.

L’absence de sources d’archives et littéraires

  • 35 Brondy, R. Chambéry. Histoire d’une capitale, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988, version a (...)
  • 36 Jussieu, A., (de), Sainte Chapelle du château de Chambéry, Chambéry, Perrin,1868.
  • 37 Comptes de châtellenies savoyardes, en ligne : castellanie.net
  • 38 Brondy, R. Chambéry. Histoire d’une capitale, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988, version a (...)
  • 39 Paravy, P., De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné, Evêques, fidèles et déviants (vers 1 (...)
  • 40 Binz, L., Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève pendant le Grand Schis (...)

10Concernant l’étude de la sculpture en Savoie occidentale, l’état indigent des sources documentaires rend son approche particulièrement délicate : les seuls trois registres notariaux de Chambéry subsistants, dépouillés par Réjane Brondy dans sa thèse d’Etat, n’apportent aucune indication35 ; les archives des établissements ecclésiastiques chambériens ont été en grande partie détruites ; les inventaires des châteaux sont peu loquaces sur le mobilier excepté ceux de la Sainte Chapelle et du château de Chambéry, tous deux publiés36 ; les comptes de châtellenies savoyards, à l’heure où SBT rédigeait sa thèse, n’étaient que partiellement publiés et seulement jusqu’au XIIIe siècle, ceux ayant été dépouillés ne fournissaient que peu d’indications en matière de création artistique37 ; les archives communales dans lesquelles sont consignées les levées de taille, ressources fiscales également étudiées par R. Brondy, révèlent l’activité sporadique de quelques rares peintres et doreurs, mais restent muets sur les sculpteurs38. Enfin, les règlements de métiers sont tardifs en Savoie et concernent les épiciers et les apothicaires (Chambéry, 1495). En revanche, les procès-verbaux des visites pastorales menées par les évêques de Grenoble dans le décanat de Savoie sont des sources précieuses pour la vie religieuse et les dévotions que sous-tendent les œuvres sculptées, déposées sur les autels, et dans les chapelles39. Elles peuvent nous informer de leur localisation dans l’édifice, et de leur état de conservation ou de dégradation. Ont été publiées en outre cinq séries de visites du XVe siècle, conservées pour le diocèse et Genève, et deux du XVIe siècle40. Ces documents sont donc d’une aide précieuse pour attester le sens et la portée des dévotions qui entourent la production de telles « ymages ».

Identification d’un corpus « chambérien »

  • 41 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

11L’intérêt majeur de la recherche de SBT touche à l’identification au sein de ce corpus important et peu documenté de sculptures – trois cent cinquante œuvres datées entre la fin du XIVe siècle et le début du XVIe siècle41 - d’avoir isolé quarante-six groupes sculptés en se fondant sur des critères formels : œuvres qui ont été produites, selon elle, à et autour de Chambéry.

Fig. 3 Carte de situation des œuvres du corpus chambérien

Fig. 3 Carte de situation des œuvres du corpus chambérien

Œuvres regroupées sur des critères stylistiques par S. Boisset Thermes en 2015 : Boisset Thermes, 2015, vol. 2, p. V.

Crédit : S. Boisset Thermes

Typologie des œuvres

  • 42 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

12Mais avant de parvenir à cette conclusion, SBT a établi une typologie qui permet dès à présent d’évaluer nettement la nature de l’ensemble de cette production sculptée. Les événements historiques déjà évoqués (Réformation protestante puis Réforme catholique) expliquent la rareté des décors figuratifs monumentaux conservés : sept témoins ont été identifiés sur les soixante-neuf édifices savoyards rattachés par Raymond Oursel au style gothique flamboyant, principalement des consoles, des chapiteaux, une clé, des culs de lampes, et les panneaux détachés du jubé de l’église des Antonins de Chambéry. Dans l’Ain, le constat est aussi modeste : quelques culots sculptés et clés armoriées dans des églises paroissiales, disparition des programmes plus vastes dans de grands édifices comme l’abbatiale d’Ambronay ou Saint-Pierre de Nantua ; disparition des jubés (Ambronay, Nantua, Notre-Dame de Bourg) 42.

  • 43 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 44 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

13La sculpture funéraire a pour sa part subi les dévastations de l’époque révolutionnaire à Hautecombe, à Saint-Maurice d’Annecy, dans la cathédrale de Belley, au couvent des Carmes de La Rochette, ou encore dans la chapelle Gorrevod de Brou43. Quelques tombeaux avec ou sans gisants subsistent toutefois comme celui de Jacques de Mauvoisin à Ambronay, celui d’un chevalier anonyme à Saint-Pierre de Séez, celui du prieur Guigue Sauvage à Saint-Joire-Prieuré, ceux d’Amédée de Montmayeur et Oger Morizet à Saint-Jean de Maurienne44.

  • 45 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 46 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 47 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

14Le mobilier liturgique subsiste en quantité plus importante, matérialisé principalement par des stalles d’église. Mais en Savoie occidentale, la grande majorité des œuvres sculptées (environ 250 statues) consiste en ronde-bosse : rondes- bosses frontales détachées de retables, ou statues d’autel indépendantes rarement travaillées au revers, la majorité étant exécutées en bois45. Contrairement à la Savoie et la Haute-Savoie, les panneaux sculptés datée entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle sont fréquents dans le département de l’Ain46. Enfin, quelques œuvres de petites dimensions, objets de dévotion aisément transportables, sont conservés en nombre réduit47.

Une iconographie traditionnelle : images de la Vierge, des saints et de la Passion

  • 48 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 49 Paravy, P., De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné, Evêques, fidèles et déviants (vers 1 (...)

15En matière d’iconographie, la sculpture savoyarde du XVe siècle ne se distingue pas de celles des autres régions occidentales : la Vierge et le culte des saints, tout comme les thèmes liés à la Passion sont les plus nombreux48. Parmi les sculptures de dévotion mariale, une soixantaine présente la Vierge à l’enfant et pas moins de trente-cinq, le thème de la Vierge de pitié. Trois cas de Vierges au manteau sont visibles dans l’Ain. Ce constat confirme les conclusions de Pierrette Paravy et de Paul Cattin relatives à l’importance du culte marial observé à travers les dédicaces et les fondations d’autels49.

  • 50 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

16Une trentaine de saints sont régulièrement représentés et parmi eux, une douzaine beaucoup plus fréquemment ; viennent en tête les saints guérisseurs, Antoine (une quinzaine), Marie-Madeleine (une dizaine), saint Sébastien (sept), et saint Roch (cinq). Saint Jean-Baptiste est figuré dix-huit fois et sainte Catherine à sept reprises Les apôtres comptent une vingtaine de statues isolées et trois collèges apostoliques. Les saints locaux enfin avec Bernard de Menthon qui apparaît cinq fois et Maurice quatre fois50.

Fig. 4 Marie Madeleine au calvaire, fin du XVe ou début du XVIe siècle

Fig. 4 Marie Madeleine au calvaire, fin du XVe ou début du XVIe siècle

Marie Madeleine, 92 cm (h) x 56 cm (l) x 25 cm (pr.), noyer ( ?) polychromé, musée-monastère royal de Brou, Bourg-en-Bresse, inv. 957-81. Cette statue de Marie Madeleine au calvaire fait partie de la dizaine de figures de la sainte recensées dans le corpus chambérien.

Crédit : Ph. Hervouet

  • 51 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

17Les images de dévotion compassionnelles sont très nombreuses : trente-cinq Vierges de Pitié, une vingtaine de Christ en croix ; quatre mises au tombeau ; deux Christ de douleur (volés) et un Homme de douleur couronné et montrant ses plaies. Il est intéressant de s’attarder sur les Vierges de pitié : leur importance quantitative apparaît en effet comme le reflet d’une croissance quasi exponentielle des dédicaces recensées dans le diocèse de Grenoble (elles triplent entre 1497 et 1551) et dans l’Ain51.

  • 52 Boisset Thermes, S., « Feux sacrés. Saint Antoine le Grand en Savoie », dans Des Saints et des Homm (...)
  • 53 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 54 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

18Mais la relative unité des thèmes sculptés ne doit pas masquer la grande variété des exécutions. Pour en mesurer l’importance, il suffit de se reporter à l’étude comparée menée par SBT des figures de saint Antoine présentées à Annecy en 201352. Cependant, la grande majorité du corpus est produite dans les années 1450-1530 (en cela encouragée par les évêques qui tentent de reprendre en main la vie paroissiale) et se trouve marquée par une prééminence du style gothique tardif ou spägothik trahissant les goûts des commanditaires de la région, peu enclins aux découvertes des motifs all’antica promus dans les mêmes années de l’autre côté des Alpes53. Les régions de frontière se trouvent toutefois sensibilisées par des proximités culturelles : la Bresse avec la France et la Bourgogne ; le Bugey avec la région de Chambéry ; la Tarentaise et la Maurienne avec les versants piémontais et valdôtains du duché54.

19Mais la majeure conclusion de la recherche consiste en l’identification d’un groupe de sculptures stylistiquement homogène, produit à Chambéry et dans sa région. Pour la première fois est donc apparue l’idée qu’un milieu stimulant ayant conduit à la production d’un ensemble cohérent de quarante-six sculptures, découverte fondée tout d’abord sur l’ekphrasis, puis sur la confrontation des physionomies, des attitudes, des expressions, du traitement des étoffes et des détails.

Caractères stylistiques

  • 55 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

20Le style de cet ensemble identifié sur quarante-six groupes sculptés ou sculptures se résume en différents critères. Les figures se distinguent par un canon court, large et compact, une stature robuste et stable, un type physique assez lourd, des attitudes frontales et une posture droite. Les figures masculines se caractérisent par des visages carrés et larges, des mâchoires lourdes et des mentons charnus fréquemment marqués par une fossette, au-dessus de cous robustes. Leurs structures sont soulignées par des traits accusés : les yeux écartés ronds et saillants à demi couverts par la paupière supérieure et l’arcade sourcilière marquée par un arc en demi-cercle ; le nez peut être bordé par un froncement ; la bouche aux lèvres fermes et aux commissures creusées suggère une expression retenue voire résignée ; les cheveux sont traités en masses de grosses boucles ordonnées ou sobrement ondulées. Le type féminin montre « des visages ronds et pleins, des fronts larges et plats, des grands yeux saillants à demi couverts par des paupières, une petite bouche aux lèvres fines et un menton rond souvent marqué par une fossette »55.

  • 56 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

21Le traitement des drapés est organisé en zones lisses scandées d’incisions longitudinales, longues et peu profondes à l’avant des sculptures et seulement ébauché sur les parties moins visibles. Les plis cassés au sol sont fréquents, des plis transversaux soulignent le volume des cuisses formant un motif triangulaire entre les jambes ; des plis en accolade, un motif prisé dans l’art savoyard, ornent le voile des Vierge de pitié. Les descriptions minutieuses des costumes, des attributs et des décors contribuent à identifier cet ensemble notamment le pittoresque des détails, et le gout pour les éléments concrets du vêtement56.

Nuances et variations

22Au sein de cette production relativement homogène, il est possible d’identifier des variations qui permettent d’isoler des « ateliers » différents, par exemple dans le cas des Vierges de pitié ; les matériaux comme la pierre favorisent des réalisations plus lisses et des détails plus fins alors que le bois accueille des formes rondes et pleines de douceur. La destination des œuvres modifie le traitement de surface : une conception d’ensemble sobre pour les œuvres monumentales ; et des détails précis pour les petits reliefs. Les modèles que les sculpteurs avaient sous les yeux ont également infléchi le travail du ciseau. La datation des œuvres doit enfin être prise en compte, car l’artiste ne travaille pas de manière identique en 1480 et en 1530 : des armoiries et des inscriptions, des dédicaces et des fondations, l’archéologie et l’histoire des monuments, des comparaisons stylistiques ont permis de mieux situer les œuvres dans le temps et dans l’espace, mais les analyses des matériaux (dendrochronologie, analyses des polychromies) sont encore trop peu nombreuses.

Types, techniques, et matériaux des sculptures du corpus chambérien

23Primauté des rondes bosses adossées, souvent disposées sur une terrasse

  • 57 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 58 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

24Plus de la moitié des œuvres proviennent avec certitude de Chambéry et sa région (25) et seulement trois du genevois voisin, une seule de l’Ain, une de Maurienne, une de Tarentaise, et trois du Val d’Aoste. Quarante-deux témoins ont des sculptures en ronde-bosse excepté cinq fragments provenant du jubé des Antonins de Chambéry, et trois haut-relief détachés de retables57. Les rondes bosses sculptées sur quatre faces sont rares (5), elles sont de petit format et destinées à la dévotion privée ou sont issues de groupes de calvaire. Les statues adossées sont majoritaires avec quarante et un témoins travaillés sur trois côtés, le revers étant juste ébauché ou évidé car elles étaient destinées à des retables, ou présentées sur des consoles, ou adossées aux murs ou sur les portails des édifices. Vingt-cinq statues sont disposées sur une terrasse creusée d’alvéoles ou incisée de guillochis simulant un couvert herbeux58. Dans neuf cas les bases rectangulaires ou hexagonales moulurées appartiennent au même bloc que la sculpture. Les attaches de fixations observées sur le revers de huit sculptures permettent d’envisager une inclusion dans un retable mais l’absence de retables conservés ne permet pas de pousser plus loin les investigations.

Matériaux et techniques

  • 59 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 60 Aillaud, R., Anheim, E., « L’albâtre de Notre-Dame de Mésage. Exploitation, circulation et usages ( (...)

25Quarante-et-une oeuvres sur quarante-six sont taillées dans le bois comme dans l’ensemble du duché de Savoie (sauf la Bresse) : à l’observation, il s’agit de noyer59. La pierre concerne cinq œuvres ; la Mise au tombeau de Lémenc a été réalisée en pierre de Seyssel (Fig. 2) un calcaire blanc, résistant, au grain serré. La Vierge à l’enfant du jubé du Bourget-du-Lac est en albâtre, probablement de Mésage, comme la grande majorité des œuvres du XIVe siècle comme l’ont montré les recherches récentes de R. Aillaud et de E. Ahneim60.

  • 61 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

26La taille de la pierre était réalisée à l’aide de gradines pour le dégrossissage. Des traces d’outils (hâche, ciseaux, gouges) sont visibles aux revers, pas ou peu lissés. Le travail de sculpture est réalisé en taille directe sur une seule pièce et dans de rares cas, des blocs ont été assemblés avant la taille. Les parties rapportées, mains, accessoires, pans d’étoffes sont collés ou maintenus par des chevilles. Le traitement des surfaces est soigné, un peu moins pour les œuvres placées en hauteur. Les chevelures féminines sont réalisées en mèches ondulées et celles des hommes en grosses boucles creusées à la gouge ; des cannelures creusées en forme de croissant soulignent les mèches ; des gradations en ressaut incisées sur les mèches sont identifiées sur huit figures, et sur les ombilics en coquille d’escargot de deux statues de Christ. Les étoffes, tout du moins ce qu’il est possible d’observer sous les repeints, ont reçu un traitement sans originalité pour l’époque : draps épais, soieries façonnées, fourrure striée ou incisée en chevrons61.

Polychromies et revêtements métalliques

  • 62 Lelong F., Pouyet, E., et al., « Des brocarts appliqués dans la sculpture savoyarde : vers une cara (...)
  • 63 Haberer, S., « La mise au tombeau peinte par Antoine de Lonhy dans la cathédrale Saint-Jean Baptist (...)

27Excepté les panneaux de pierre du jubé des Antonins, la totalité des œuvres du corpus chambérien était polychromée, presque sûrement à l’origine, et la plupart ont été repeintes à plusieurs reprises. Les études stratigraphiques réalisées par Fl. Lelong en collaboration avec le LRMH sur cinq d’entre elles permettent d’entrevoir quelques procédés62. Le bois et la pierre préalablement encollés sont enduits d’une préparation de craie broyée isolante et blanche (carbonate ou sulfate de calcium) liée par une colle recouverte d’une couche « bouche pore » ocre dont la surface est poncée. Les pigments liés à la colle protéinique (colle de peau) sont appliqués sur la surface : laques rouges à base de garance, bleu d’azurite pour les étoffes ; beige nuancé d’ocre, de gris ou de bleu pour les carnations ; brun doré ou brun foncé pour les chevelures, noir pour les sourcils, brun ou bleu pour les iris ; des bleus, des rouges, et des verts pour les vêtements ; du blanc pour le voile de la Vierge ou le périzonium du Christ. La préciosité du travail est soulignée par la pratique d’or à la feuille, la dorure sur mixtion, la dorure aqueuse, la dorure ou argenture avec glacis colorés. La mise en évidence de brocarts appliqués (en cours d’étude depuis 2014 sur cinq œuvres du corpus) témoigne de la recherche d’effets raffinés. Onze sculptures en bois et en pierre sont ornées de brocarts appliqués, une technique également identifiée sur deux peintures sur panneaux et une peinture murale savoyarde : la Mise au tombeau de Saint-Jean de Maurienne attribuée à Antoine de Lonhy et présentée dans ce volume63. Des décors gravés sont visibles sur quelques témoins sculptés.

Différents modèles culturels : sources et adaptations

  • 64 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 65 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 66 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 67 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

28Les modèles soulignent la diversité des apports culturels propres au milieu artistique savoyard et des schémas spécifiques à la Savoie occidentale. Un type bourguignon s’observe dans le cas des Vierges à l’Enfant d’Apremont et de Turin64  ; ligérien pour celle du Bourget-du-Lac65 (fig. 5); germanique pour la Nativité de Chambéry (fig. 6) et les saints Sébastien de Menthon-Saint-Bernard et de Genève, les Christ de douleur d’Aiguebelle et du Bourget-du-Lac, les fragments du jubé des Antonins de Chambéry, la Mise au tombeau de Lémenc66 (Fig. 2) ; septentrional pour les fragments d’un retable probablement commandité par Janus et Hélène de Luxembourg pour leur château de Duingt67.

Fig. 5. Vierge à l’Enfant, fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle

Fig. 5. Vierge à l’Enfant, fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle

Vierge à l'Enfant, 70 cm (h.) x 43 cm (l.) x 29 cm (pr.), groupe sculpté, pierre calcaire polychromée, église Saint-Laurent, Le Bourget-du-Lac (73), objet classé Monument historique, en fait au titre des immeubles par destination, propriété de la commune de Le Bourget-du-Lac, PM73000297, arrêté ministériel de classement du 23 août 1900 , déposée au Musée savoisien, Chambéry (73). Type ligérien identifié sur ce groupe sculpté, témoignant de la diversité des échanges artistiques en Savoie occidentale autour de 1500.

Crédit : Conservation départementale des antiquités et objets d’art de la Savoie/ Jean-François Laurenceau

Fig. 6. Nativité, fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle

Fig. 6. Nativité, fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle

Haut relief, bois polychromé (noyer ?), 59 cm (h.) x 63 cm (l.) x 16 cm (pr.), trésor de la cathédrale Saint-François-de-Sales, Chambéry (73), objet mobilier classé Monument historique, propriété de l’Etat, PM73000338, arrêté ministériel de classement du 21 mars 1904, Cl. MH 21-03_10904. Type germanique identifié sur ce haut relief, témoignant de la diversité des échanges artistiques en Savoie occidentale autour de 1500.

Crédit : cliché Conservation départementale des antiquités et objets d’art de la Savoie/ Jean-François Laurenceau 

Fig. 7. Vision de saint Hubert, dernier quart du XVe siècle (après 1481?) 

Fig. 7. Vision de saint Hubert, dernier quart du XVe siècle (après 1481?) 

Haut relief d'applique, 50 cm (h.) x 32 cm (l.) x 9 cm (pr.), noyer, polychromie originale avec reprises locales, Musée-château d’Annecy, inv. MA 3541. Type septentrional identifié sur ce haut relief, témoignant des échanges artistiques en Savoie occidentale autour de 1500

Crédit : Musée-Château, Annecy

Les Vierges de pitié : une production originale en la Savoie occidentale

Une série de seize Vierges de pitié identifiée

  • 68 Cattin, P. Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départemen (...)
  • 69 Selon Oursel, R., Art en Savoie, « la sculpture », Grenoble, Arthaud, 1975, p. 141-178, cit., par B (...)
  • 70 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

29Soixante-dix groupes sculptés de Vierges de Pitié datés entre le XVe siècle et le XVIe siècle sont encore conservés aujourd’hui pour les actuels départements de Savoie, de Haute-Savoie et de l’Ain68. Le corpus chambérien n’en compte pas moins de seize à lui seul, lequel pourrait être à l’origine du succès de ce thème et de sa « fulgurante diffusion69» dans la partie occidentale de l’ancien duché de Savoie)70.

Fig. 8. Carte de situation des Vierges de pitié relevant du corpus chambérien

Fig. 8. Carte de situation des Vierges de pitié relevant du corpus chambérien

Identification d’une série de 16 groupes sculptés figurant la Vierge de pitié en Savoie occidentale autour de 1500.

Crédit : S. Boisset Thermes

30Cette image, celle des Vesperbilder, très répandue dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, est apparue au début du XIVe siècle dans des couvents de la vallée du Rhin.

  • 71 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

31En Savoie, ces groupes datés entre 1490 et 1530 suivent le même modèle iconographique : la Vierge est assise, le dos droit, la tête légèrement inclinée. Sur ses genoux, est couché le corps arqué du Christ tourné vers le fidèle, le bras droit retombant le long de la jambe droite de sa mère, sa main droite posée au centre de la composition, ses jambes fléchies à angle droit. La Vierge est enveloppée dans un long manteau qui lui couvre la tête, retombant sur le front en un pli couché caractéristique. Disposé à plat sous le corps du Christ, le drapé dessine un motif en V entre les jambes de Marie71.

Fig. 9 Pietà, saint Jean et sainte Marie-Madeleine, vers 1500 

Fig. 9 Pietà, saint Jean et sainte Marie-Madeleine, vers 1500 

Bois polychrome (noyer?); 83 cm (h.) x 77 cm (l.) x 23 cm (pr.), Saint-Offenge (73), déposée au Musée savoisien, Chambéry (73). Modèle iconographique type reproduit sur les 16 groupes sculptés de Vierges de pitié identifiés.

Crédit : Arc-Nucléart

Relations avec les dévotions compassionnelles de la société savoyarde

  • 72 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 73 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 74 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)
  • 75 Chantilly, Musée Condé, ms 65, f. 75r.

32Ce type a été rattaché au modèle bourguignon, ce que SBT met en doute car ce modèle est déjà présent partout en Europe à cette date, ce qui brouille considérablement les possibles les liens directs entre les deux régions72. Selon elle, cette formule de la Vierge de pitié est propre au milieu chambérien où il a été élaboré, et il correspond à une soif aigüe de dévotion compassionnelle que l’on suit également dans la multiplication des dédicaces d’autels et de chapelle entre 1490 et 151073. Cette ferveur développée en faveur de la Vierge de pitié est portée par les Franciscains de l’Observance et par les princes de la Maison de Savoie, lesquels ont acquis la relique du Suaire en 1453, édifié une chapelle au Saint-Sépulcre dans l’église franciscaine de Genève, puis fait déposer le Suaire auprès de leur tombeau dans la chapelle du château qui devient alors Sainte-Chapelle74. Amédée IX, malade, aimait se comparer au Christ souffrant. Dans les Très Riches Heures, Charles Ier de Savoie et son épouse Blanche de Montferrat sont en prière devant un Christ de pitié75. Porté par ces dévotions largement partagées par l’ensemble de la société savoyarde comme en témoigne le nombre important de dédicaces aux VDP, SBT s’interroge à bon escient sur les conditions de création de ces groupes sculptés. Sans se référer à des modèles lesquels présument une transmission verticale, SBT, avec prudence, propose de regrouper à partir du groupe des VDP, cohérent sur le plan iconographique, deux types formels.

Deux types formels, deux ateliers actifs dans la région de Chambéry ?

Groupe 1

  • 76 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

33Un premier ensemble est composé de cinq Vierges de pitié : celles d’Aoste, Chambéry Lovagny (Montrottier), Moutiers (Fig.10),76 et Vimines. Selon SBT, ces groupes auraient été produits par un même atelier.

Fig. 10. Vierge de pitié, vers 1500

Fig. 10. Vierge de pitié, vers 1500

Sculpture en noyer polychromé, 85 cm (h.) x 51 cm (l.) x 28 cm (pr.), cathédrale Saint-Pierre, Moûtiers, objet mobilier classé au titre d’objet, propriété de l’Etat, PM73000582, classé au titre d’objet 30-09-1911. Exemple de type formel du Groupe 1.

Crédit : S. Boisset Thermes

  • 77 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

34Les figures sont caractérisées par une physionomie massive, disproportionnée avec un buste long, des jambes courtes, des bras et des avant-bras aplatis. Porté par un cou court, le visage est lourd, les arcades sourcilières proéminentes au-dessus de globes oculaires saillants et aux paupières tombantes ; la bouches est molle et le menton épais est souligné par une boule. La taille du sculpteur laisse apparaître la masse de la grume de bois dégrossie quand la sculpture est vue de profil ; la terrasse est incisée de chevrons ; le sommet du nez marqué par un ressaut, les bordures des narines entaillées en virgule et les mèches de chevelure ordonnées en motif ovoïde sur la nuque77. Les boucles sont traitées en grosses ondulations disposées symétriquement autour du visage. Des incisions ininterrompues et assez raides dessinent les plissés des étoffes. SBT date ce groupe dans une fourchette large, entre la fin du XVe siècle et début du siècle suivant et subsume que ces œuvres, a priori non déplacées, ont été réalisées à Chambéry et dans sa région, pour des particuliers ou des communautés paroissiales.

Groupe 2

  • 78 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et da (...)

35Un deuxième type composé d’une dizaine de sculptures, est illustré par la Vierge de pitié de Cusy datée après 1520, à laquelle s’agrègent celles d’Albertville, Chamoux-sur-Gelon (Fig.11), Ecole, dans les Bauges, de Lovagny et de Saint-Jean-de-Chevelu de Thorens-Glières (Fig.12) et de Yenne78. Ce groupe se caractérise par un canon plus ramassé, des attitudes plus raides, des physionomies plus lourdes. Le visage est traité en pans accusés et peu modelés. Les arcades sourcilières haut placées dominent des yeux étirés en amande et tombants vers l’extérieur, les paupières supérieures sont à demi baissées sur des globes oculaires saillants et les paupières inférieures incurvées. Le nez long et étroit à l’extrémité pointue surmonte une bouche petite aux lèvres serrées et un menton lourd souligné par une boule. Les chevelures sont incisées à l’identique et les drapés ordonnés en lignes courbes, aux plis couchés et superposés, perpendiculaires ou longitudinaux. Ce groupe, homogène, a cependant été exécuté par différents ciseaux, des sculpteurs actifs autour de Chambéry, des Bauges et en Bugey.

Fig. 11 Vierge de pitié, vers 1520

Fig. 11 Vierge de pitié, vers 1520

Bois polychromé, 49 cm (h.) x 41 cm (l.) x 20 cm (pr.), église Saint-Martin, Chamoux-sur-Gelon (73). Exemple du type formel du Groupe 2.

Crédit : Arc-Nucléart

Fig. 12 Vierge de pitié entre saint Jean et sainte Marie-Madeleine, Ier ¼ du XVIe siècle

Fig. 12 Vierge de pitié entre saint Jean et sainte Marie-Madeleine, Ier ¼ du XVIe siècle

Bois de tilleul polychromé,  62 cm (h.) x 64 cm (l.) x 29 cm (pr.); chapelle Notre-Dame de Monthoux, Saint-Jean-de-Chevelu (73), objet mobilier classé Monument historique, propriété de la commune, PM PM73000683, arrêté ministériel de classement du 1er mars 1956. Exemple du type formel du Groupe 2.

Crédit : S. Boisset Thermes

Fortune du thème et production standardisée

36La reprise des mêmes caractères stylistiques des Vierges de pitié savoyardes laisse entendre qu’elles faisaient l’objet d’une demande locale et pour y répondre, les sculpteurs ont usé de formules identiques lesquelles se sont progressivement répandues au-delà de la région de Chambéry comme à Queige (Bauges), où à Nantua (Jura) (volée en 1995).

Conclusion

37Cette mise en valeur des Vierges de pitié savoyardes a nécessité une recherche de longue haleine, difficile pour les raisons que nous avons évoquées en introduction, mais finalement riche en hypothèses nouvelles. Le présent compte-rendu ne porte que sur une partie de la thèse laquelle s’est attachée, comme on l’a dit, à l’analyse minutieuse des quarante-six sculptures identifiées comme une production chambérienne. L’étude des Vierges de pitié a permis d’attirer le regard des spécialistes sur cette série originale qui sera (re)présentée au public à l’hiver 2021-2022 dans le cadre d’une exposition transfrontalière, France/Italie/Suisse, portée par le groupe Art médiéval dans les Alpes intitulée Artistes et artisans dans les Etats de Savoie au Moyen Âge, De l’or au bout des doigts, avec la contribution du Cross Disciplinary Program, Patrimalp, initiative de recherche inter et transdisciplinaire labellisée par l’IDEX recherche de l’Université Grenoble Alpes (2018-2021).

  • 79 Annecy, Musée-Château, 4 décembre 2020-15 mars 2021 : reportée aux mêmes dates en 2021-2022.
  • 80 Bouquet, F. Lelong, F., Marin, F., Martinetto, P., Pinto, A., « PIETÀ. Dans l'atelier des sculpteur (...)
  • 81 Bouquet, F. Lelong, F., Marin, F., Martinetto, P., Pinto, A., « PIETÀ. Dans l'atelier des sculpteur (...)

38Le Musée-Château d’Annecy consacre donc ses cimaises à la présentation des Vierges de pitié savoyardes sous le titre, PIETA. Dans l’atelier des sculpteurs savoyards à la fin du Moyen Âge79, occasion exceptionnelle de comparer ces groupes sculptés côte à côte, d’améliorer ou d’amender les rapprochements opérés par SBT. Une enquête scientifique sur les matériaux et les procédés, réalisée par les chercheurs de Patrimalp et les conservateurs d’Arc-Nucléart, notamment sur la technique des brocarts appliqués mis en œuvre sur certains vêtements des figures permettra sans aucun doute d’améliorer encore la connaissance des modes de production et des savoir-faire des sculpteurs et des polychromeurs médiévaux80. D’autres œuvres (en discussion) seront ajoutées au corpus de S. Boisset Thermes81 : il n’en reste pas moins que SBT a proposé pour la première fois des regroupements fondés sur des études stylistique fines et jeté les bases d’un regard neuf et rigoureux sur la sculpture savoyarde produite sur le versant occidental des Alpes, au tournant du XVe siècle.

Top of page

Notes

1 Les notes sont reprises de l’appareil critique de la thèse, excepté pour la bibliographie postérieure à 2015.

Castelnuovo, G., « Contra morem solitum : un conflit d’archives savoyard en 1397. Quelques réflexions sur l’écrit, ses pouvoirs, et les pouvoirs dans une principauté du bas Moyen Âge », dans Reti Medievali Rivista, IX, 2008/1, p. 1-19, p. 6-7, et note 18, p. 6.

2 Demotz, B. Le comté de Savoie, du XIe au XVe siècle. Pouvoir, châteaux et Etat au Moyen Âge, Genève, éd. Slatkine, 2000 ; Guichonnet, P., Nouvelle histoire de la Savoie, Toulouse, éd. Privat, 1996.

3 Castelnuovo, E., « Les Alpes, carrefour et lieu de rencontre des tendances artistiques au XVe siècle », dans Etudes de Lettres, II, n° 10, 1967, p. 13-26.

4 Castelnuovo, E., « L’autunno del Medioevo nelle Alpi », dans Il Gotico nelle Alpi, 1350-1450, cat. exp., Trente, 2002, Castelnuovo, E., De Grammatica, F., (dir.), Trente, edizione Provinzia Autonoma di Trento, 2002, p. 17. Le catalogue est la synthèse la plus complète sur le sujet (bibliographie).

5 Pour une synthèse récente sur la peinture, avec bibliographie : Elsig, F. La peinture dans le duché de Savoie à la fin du Moyen Âge, 1416-1536, Milan, Silvana editoriale, 2017.

6 Brou, un monument européen à l’aube de la Renaissance, actes du colloque scientifique international de Brou, 13 et 14 octobre 2006, Paris, Éditions du patrimoine, 2007, en ligne : http://www.monumentsnationaux.fr/fichier/editions_livre/711/livre_pdf_fr_brou_complet.pdf; Princesses et Renaissance(s). La commande artistique de Marguerite d’Autriche et de son entourage, actes du colloque international de Brou, 28 et 29 février 2015, M. Briat-Philippe, L. Rivière Ciavaldini (dir.), Paris, Editions du patrimoine, 2019, en ligne : http://www.editions-du-patrimoine.fr/Librairie/Idees-et-debats/Princesses-et-Renaissance-s-La-commande-artistique-de-Marguerite-d-Autriche-et-de-son-entourage

7 Sterling, C. « Etudes savoyardes », dans L’Oeil, 178, 1969, p. 2-13 ; Avril, F., « Le maître des Heures de Saluces : Antoine de Lonhy », dans Revue de l’Art, 1989, 85, p. 9-34 ; Elsig, F., Antoine de Lonhy, Milan, Silvana editoriale, 2018.

8 Sculpture gothique dans les Etats de Savoie, 1200-1500, cat. exp. Chambéry-Annecy, 2003, Chambéry, éd. Comp’Act, 2003.

9 Stalles de la Savoie médiévale, cat. exp., Genève, 1991, Aballéa, S., Lapaire, C., (dir.), éd. de l’Unicorne, 1991 ; Charles, C. Stalles sculptées du XVe siècle. Genève et le duché de Savoie, Paris, Picard, 1999; Tra Gotico e Rinascimento. Scultura in Piemonte, cat. exp., Turin, Museo Civico d’Arte Antica, 2001, Pagella, E., (dir.), Turin, Edizioni Fondazione Torino Musei, 2001 ; La Renaissance en Savoie, Les arts au temps du duc Charles II (III), 1504-1553, cat. exp., Genève, 2002, Natale, M., Elsig, F., (dir.), Genève, Musée d’art et d’histoire, 2002 ; La scultura dipinta. Arredi sacri negli antichi stati di Savoia, 1200-1500, cat. exp., Aoste, 2004, Rossetti-Brezzi, E., (dir.), Quart, musumeci, 2004 ; Corte e Città : arte del Quattrocento nelle Alpi occidentali, cat. exp., Castelnuovo, E., Pagella, E., Rossetti Brezzi, E., (dir.), Turin, 2006, Milan, Skira, 2006 ; Schätti, N., « Jean Prindale et l’activité des ateliers de sculpture franco-flamands à Genève et en Savoie aux tournant des XIVe et XVe siècles », dans Art + Architecture en Suisse, 58/3, 2007, p. 13-22.

10 Boisset Thermes, S. Trois Mises au tombeau en pierre dans le duché de Savoie au XVe siècle, Mémoire de Master 1, UGA, 2006 (inédit).

11 Boisset Thermes, S., La mise au tombeau de la commanderie des Antonins de Chambéry, Mémoire de Master 2, UGA, 2007 (inédit) ; Id., « La mise au tombeau de la commanderie des Antonins de Chambéry : une œuvre de référence en cours d’étude », dans La Rubrique des Patrimoines, 17, 22, 2008, p. 7-9.

12 Marin David, S., « Le patrimoine sculpté en Savoie et Haute-Savoie », dans Sculpture gothique dans les Etats de Savoie, Chambéry, Ed. Comp’Act, 2003, p. 15-18 ; Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 161: « La seule église Saint-Antoine de Chambéry abritait en 1617, six retables sculptés et peints et des dizaines de statues de saints ».

13 Les sources comptables de l’hôtel de Savoie ont été dépouillées par Dufour, A., Rabut, F., « Les sculpteurs et les sculptures en Savoie du XIIIe au XIXe siècle », dans Mémoire et Documents publiés par la Société Savantes d’Histoire et d’Archéologie, 14, 1873, p. 183-201.

14 Hautecombe (Saint-Pierre de Curtille) est le sanctuaire dynastique des Savoie ; Raffaelli, P., « Nicolas de Neufchâteau », Sculpture gothique dans les Etats de Savoie, Chambéry, Ed. Comp’Act,, 2003, p. 49-57.

15 Amédée VIII-Félix V. premier duc de Savoie et pape, actes du colloque international de Ripaille, 1990, Andenmatten, B., Paravicini Bagliani, A., (dir.), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, VIII, 1992.

16 Schätti, N., « Jean Prindale et l’activité des ateliers de sculpture franco-flamands à Genève et en Savoie aux tournant des XIVe et XVe siècles », dans Art + Architecture en Suisse, 58/3, 2007, p. 13-22.

17 Laurent, J.-P., Annecy. Ars Sabaudie. Sculptures religieuses en Savoie, cat. exp. Annecy, éd. 1954 ; Oursel, R., Art en Savoie, « la sculpture », Grenoble, Arthaud, 1975, p. 141-178 ; Bourdier. F. « La sculpture en Savoie au XVe siècle et la mise au tombeau d’Annecy, couvent du Saint Sépulcre », dans Annesci, 21, Société des Amis du Viel Annecy, 1978, p. 21-24 ; Id., « Jean de la Huerta, auteur présumé de la mise au tombeau de l’église du Saint Sépulcre d’Annecy », Annesci, 21, Société des Amis du Viel Annecy, 1978, p. 55-60 ; Cattin P., « La sculpture gothique », dans Mille ans d’art religieux dans l’Ain, I, art roman, art gothique, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2002.

18 Marin David, S. Inventaire de la sculpture religieuse en Savoie et en Haute-Savoie, Conservation départementale du patrimoine de la Savoie et de la Haute-Savoie, 2000 (inédit).

19 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 7.

20 Marin David, S. Inventaire de la sculpture religieuse en Savoie et en Haute-Savoie, Conservation départementale du patrimoine de la Savoie et de la Haute-Savoie, 2000 (inédit).

21 Cattin, P. Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain, 2004.

22 Vesco, E., « L’art en Savoie », dans Visages de la Savoie, Guichonnet, P. (dir.), Paris, Horizons de France, 1947, p. 144-202.

23 Laurent, J.-P., Annecy. Ars Sabaudie. Sculptures religieuses en Savoie, cat. exp., Annecy, Société des Amis du Viel Annecy, 1954 .

24 Perret, A. La sainte chapelle du château ducal de Chambéry, Chambéry, Société des Amis de la Sainte chapelle, 1967.

25 Id., « L’église et la crypte de Lémenc », dans Congrès archéologique de France, CXXIIIe session, Savoie, Paris, Société Française d’Archéologie, 1965, p. 20-30.

26 Vallery-Radot, J., « Saint-Jean de Maurienne, la cathédrale Saint-Jean Baptiste », dans Congrès archéologique de France, CXXIIIe session, Savoie, Paris, Société Française d’Archéologie, 1965, p. 49-85.

27 Salet, F., « L’église du Bourget-du-Lac », dans Congrès Archéologique de France, CXXIIIe session, Savoie, Paris, Société Française d’Archéologie, 1965, p. 150-160.

28 Il Gotico nelle Alpi, 1350-1450, cat. exp., Trente, 2002, Castelnuovo, E., De Grammatica, F., (dir.), Trente, edizione Provinzia Autonoma di Trento, 2002, p. 150-160.

29 Bellet, J., « L’oeuvre artistique de Mgr Etienne Morel, évêque de Maurienne (1483-1499), dans la cathédrale Saint-Jean de Maurienne », dans Congrès des sociétés savantes de Savoie, Belley, Impr. du Bugey, 1972, p. 11-21.

30 Oursel, R., L’art en Savoie, Grenoble Arthaud, 1975.

31 Bourdier, F., « La sculpture en Savoie au XVe siècle et la mise au tombeau d’Annecy, couvent du Saint Sépulcre », dans Annesci, 21, Société des Amis du Viel Annecy, 1978, p. 21-24 ; Id., « Jean de la Huerta, auteur présumé de la mise au tombeau de l’église du Saint Sépulcre d’Annecy », Annesci, 21, Société des Amis du Viel Annecy, 1978, p. 55-60.

32 Natale, V., « La sculpture dans un duché de frontière », dans Natale, M., Elsig, F., La Renaissance en Savoie. Les arts au temps du duc Charles II (1504-1553), Genève, musée d’art et d’histoire, 2002, p. 53-75.

33 Cattin, P., Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain, 2004.

34 Patrimalp : programme IDEX recherche sur le patrimoine alpin, porté par E. Chalmin (EDYTEM, USMB), P. Martinetto (Institut Néel, UGA) et L. Rivière Ciavaldini (LUHCIE, UGA) (2018-2021) : https://patrimalp.univ-grenoble-alpes.fr 

35 Brondy, R. Chambéry. Histoire d’une capitale, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988, version allégée de : Chambéry, 1350 environ- 1560 environ, étude d’histoire urbaine, thèse de Doctorat d’Etat, Université de Lyon III, 1986 (dactylographiée).

36 Jussieu, A., (de), Sainte Chapelle du château de Chambéry, Chambéry, Perrin,1868.

37 Comptes de châtellenies savoyardes, en ligne : castellanie.net

38 Brondy, R. Chambéry. Histoire d’une capitale, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988, version allégée de : Chambéry, 1350 environ- 1560 environ, étude d’histoire urbaine, thèse de Doctorat d’Etat, Université de Lyon III, 1986 (dactylographiée).

39 Paravy, P., De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné, Evêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1530), Rome, Ecole Française de Rome, 183, 1994 (2 vol.).

40 Binz, L., Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève pendant le Grand Schisme et la crise conciliaire (1378-1450 ), dans Mémoires et Documents, 46, Genève, Société d’histoire et d’archéologie, 1973.

41 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 165.

42 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 166-168.

43 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 166-168.

44 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 166-168.

45 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 171.

46 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 171.

47 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 171.

48 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), 2015, p. 172-173.

49 Paravy, P., De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné, Evêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1530), Rome, Ecole Française de Rome, 183, 1994 (2 vol.) ; Cattin, P. Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain, 2004.

50 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), 2015, p. 173.

51 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), 2015, p. 174-176.

52 Boisset Thermes, S., « Feux sacrés. Saint Antoine le Grand en Savoie », dans Des Saints et des Hommes. Images des saints dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen Âge, cat. exp., Baiocco, S., Morand, M.-C., (dir.), Milan, Lo Editions, 2013, p. 89-115.

53 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 180.

54 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 180-184.

55 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 190.

56 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 188-194.

57 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 208-212.

58 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 211.

59 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015, (inédit), p. 219.

60 Aillaud, R., Anheim, E., « L’albâtre de Notre-Dame de Mésage. Exploitation, circulation et usages (XIVe-XVIe siècle) » dans Revue de l’art, 200, 2018-2, p. 31-36.

61 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 223-231.

62 Lelong F., Pouyet, E., et al., « Des brocarts appliqués dans la sculpture savoyarde : vers une caractérisation interdisciplinaire dans Imiter le textile en polychromie en Savoie à la fin du Moyen Âge, Le brocart appliqué, actes du colloque des 10 et 11 décembre 2015, MSH-Alpes, Grenoble, dans ce volume.

63 Haberer, S., « La mise au tombeau peinte par Antoine de Lonhy dans la cathédrale Saint-Jean Baptiste à Saint-Jean de Maurienne », dans ce volume.

64 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 243.

65 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 245, p. 311-312.

66 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 247-263.

67 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 263-265.

68 Cattin, P. Répertoire des artistes et ouvriers d’art de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain, 2004.

69 Selon Oursel, R., Art en Savoie, « la sculpture », Grenoble, Arthaud, 1975, p. 141-178, cit., par Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 299.

70 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 265.

71 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 266-268.

72 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 266.

73 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 266.

74 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 266.

75 Chantilly, Musée Condé, ms 65, f. 75r.

76 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 302.

77 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 306.

78 Boisset Thermes, S., La sculpture en Savoie : ateliers, artistes et commanditaires à Chambéry et dans sa région : vers 1480 - vers 1530, 2015, thèse de doctorat, UGA, 2015 (inédit), p. 305-306.

79 Annecy, Musée-Château, 4 décembre 2020-15 mars 2021 : reportée aux mêmes dates en 2021-2022.

80 Bouquet, F. Lelong, F., Marin, F., Martinetto, P., Pinto, A., « PIETÀ. Dans l'atelier des sculpteurs savoyards à la fin du Moyen Âge », dans Artistes et artisans dans les Etats de Savoie au Moyen Âge, De l’or au bout des doigts, cat. exp., Milan, Silvana editoriale, 2020, p. 147-186.

81 Bouquet, F. Lelong, F., Marin, F., Martinetto, P., Pinto, A., « PIETÀ. Dans l'atelier des sculpteurs savoyards à la fin du Moyen Âge », dans Artistes et artisans dans les Etats de Savoie au Moyen Âge, De l’or au bout des doigts, cat. exp., Milan, Silvana editoriale, 2020, p. 147-186.

Top of page

List of illustrations

Caption Expansion territoriale de la Maison de Savoie de part et d’autre des Alpes.
Credits Crédit : F. Delrieux
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-2.png
File image/png, 452k
Title Fig. 2. Mise au tombeau, apr. 1496
Caption Détail de la figure de Joseph d’Arimathie. Groupe en pierre calcaire polychromée, 212 cm (h.) x 405 cm (l.) x 212 cm (pr.),  ancienne commanderie des Antonins, Chambéry (73), déposé dans la crypte de l’église Saint-Pierre de Lémenc, Chambéry (73), Cl. MH 16/02/1900
Credits Crédit : L. Rivière Ciavaldini
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-3.jpg
File image/jpeg, 906k
Title Fig. 3 Carte de situation des œuvres du corpus chambérien
Caption Œuvres regroupées sur des critères stylistiques par S. Boisset Thermes en 2015 : Boisset Thermes, 2015, vol. 2, p. V.
Credits Crédit : S. Boisset Thermes
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-4.png
File image/png, 144k
Title Fig. 4 Marie Madeleine au calvaire, fin du XVe ou début du XVIe siècle
Caption Marie Madeleine, 92 cm (h) x 56 cm (l) x 25 cm (pr.), noyer ( ?) polychromé, musée-monastère royal de Brou, Bourg-en-Bresse, inv. 957-81. Cette statue de Marie Madeleine au calvaire fait partie de la dizaine de figures de la sainte recensées dans le corpus chambérien.
Credits Crédit : Ph. Hervouet
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-5.png
File image/png, 4.0M
Title Fig. 5. Vierge à l’Enfant, fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle
Caption Vierge à l'Enfant, 70 cm (h.) x 43 cm (l.) x 29 cm (pr.), groupe sculpté, pierre calcaire polychromée, église Saint-Laurent, Le Bourget-du-Lac (73), objet classé Monument historique, en fait au titre des immeubles par destination, propriété de la commune de Le Bourget-du-Lac, PM73000297, arrêté ministériel de classement du 23 août 1900 , déposée au Musée savoisien, Chambéry (73). Type ligérien identifié sur ce groupe sculpté, témoignant de la diversité des échanges artistiques en Savoie occidentale autour de 1500.
Credits Crédit : Conservation départementale des antiquités et objets d’art de la Savoie/ Jean-François Laurenceau
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-6.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Fig. 6. Nativité, fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle
Caption Haut relief, bois polychromé (noyer ?), 59 cm (h.) x 63 cm (l.) x 16 cm (pr.), trésor de la cathédrale Saint-François-de-Sales, Chambéry (73), objet mobilier classé Monument historique, propriété de l’Etat, PM73000338, arrêté ministériel de classement du 21 mars 1904, Cl. MH 21-03_10904. Type germanique identifié sur ce haut relief, témoignant de la diversité des échanges artistiques en Savoie occidentale autour de 1500.
Credits Crédit : cliché Conservation départementale des antiquités et objets d’art de la Savoie/ Jean-François Laurenceau 
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-7.jpg
File image/jpeg, 970k
Title Fig. 7. Vision de saint Hubert, dernier quart du XVe siècle (après 1481?) 
Caption Haut relief d'applique, 50 cm (h.) x 32 cm (l.) x 9 cm (pr.), noyer, polychromie originale avec reprises locales, Musée-château d’Annecy, inv. MA 3541. Type septentrional identifié sur ce haut relief, témoignant des échanges artistiques en Savoie occidentale autour de 1500
Credits Crédit : Musée-Château, Annecy
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-8.jpg
File image/jpeg, 800k
Title Fig. 8. Carte de situation des Vierges de pitié relevant du corpus chambérien
Caption Identification d’une série de 16 groupes sculptés figurant la Vierge de pitié en Savoie occidentale autour de 1500.
Credits Crédit : S. Boisset Thermes
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-9.png
File image/png, 113k
Title Fig. 9 Pietà, saint Jean et sainte Marie-Madeleine, vers 1500 
Caption Bois polychrome (noyer?); 83 cm (h.) x 77 cm (l.) x 23 cm (pr.), Saint-Offenge (73), déposée au Musée savoisien, Chambéry (73). Modèle iconographique type reproduit sur les 16 groupes sculptés de Vierges de pitié identifiés.
Credits Crédit : Arc-Nucléart
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-10.jpg
File image/jpeg, 841k
Title Fig. 10. Vierge de pitié, vers 1500
Caption Sculpture en noyer polychromé, 85 cm (h.) x 51 cm (l.) x 28 cm (pr.), cathédrale Saint-Pierre, Moûtiers, objet mobilier classé au titre d’objet, propriété de l’Etat, PM73000582, classé au titre d’objet 30-09-1911. Exemple de type formel du Groupe 1.
Credits Crédit : S. Boisset Thermes
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-11.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Fig. 11 Vierge de pitié, vers 1520
Caption Bois polychromé, 49 cm (h.) x 41 cm (l.) x 20 cm (pr.), église Saint-Martin, Chamoux-sur-Gelon (73). Exemple du type formel du Groupe 2.
Credits Crédit : Arc-Nucléart
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-12.jpg
File image/jpeg, 326k
Title Fig. 12 Vierge de pitié entre saint Jean et sainte Marie-Madeleine, Ier ¼ du XVIe siècle
Caption Bois de tilleul polychromé,  62 cm (h.) x 64 cm (l.) x 29 cm (pr.); chapelle Notre-Dame de Monthoux, Saint-Jean-de-Chevelu (73), objet mobilier classé Monument historique, propriété de la commune, PM PM73000683, arrêté ministériel de classement du 1er mars 1956. Exemple du type formel du Groupe 2.
Credits Crédit : S. Boisset Thermes
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7242/img-13.jpg
File image/jpeg, 618k
Top of page

References

Electronic reference

Laurence Riviere Ciavaldini, “Sculpture, sculpteurs et ateliers (?) à Chambéry et alentour (vers 1480-v. 1530) ”CeROArt [Online], HS | 2021, Online since 04 March 2021, connection on 11 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/7242; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.7242

Top of page

About the author

Laurence Riviere Ciavaldini

Laurence Rivière Ciavaldini est professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université Grenoble Alpes (UGA). Ses travaux portent sur l’art gothique européen (XIIIe siècle - début du XVIe siècle) et les transferts artistiques et culturels dont la Savoie médiévale est l’épicentre.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search