Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHSConclusionPour une science du patrimoine, i...

Conclusion

Pour une science du patrimoine, interdisciplinaire et inclusive

Laurence Riviere Ciavaldini

Full text

1Le colloque sur les « brocarts appliqués », réuni en décembre 2015 à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH-Alpes) sur le campus de l’UGA à Grenoble a été l’occasion de fructueux échanges scientifiques dont témoignent ces contributions. Il a réuni un auditoire nombreux – une centaine de personnes - composé de chercheurs et d’étudiants en sciences humaines et en sciences et techniques, des professionnels des musées, de la conservation, de la restauration et de la médiation culturelle. Le succès rencontré par cette manifestation interdisciplinaire montre que ce type de rencontre correspond indéniablement à une attente : échanger, partager, confronter, comparer, interroger, dépasser ses propres questionnements pour s’ouvrir à ceux des autres permet sans conteste d’enrichir le débat. Mais au-delà, ces deux journées ont suscité une prise de conscience de la nécessité de réfléchir ensemble dans une approche collaborative et intégrée aux objets du patrimoine que nous étudions chacun séparément.

Patrimalp : un programme labellisé initiative d’excellence par l’UGA (2018-2021)

2Le défi a donc été de poursuivre et amplifier notre action par la soumission d’un projet de recherche sur les objets du patrimoine, dans le cadre d’un appel à projet interdisciplinaire proposé par l’UGA : l’IDEX-Cross Disciplinary Program. Labellisé en 2018, ce projet est devenu un programme de recherche sous le titre Patrimalp1 (2018-2021). Il réunit, comme évoqué dans l’introduction, un consortium de six laboratoires de l’UGA en sciences humaines (préhistoriens, historiens, historiens de l’art, archéologues, épigraphistes), en sciences des matériaux (physiciens et chimistes), en conservation-restauration (Arc-Nucléart), auxquels se sont joints des chercheurs en sciences du numérique (création d’ontologies interopérables de données et visualisation des objets du patrimoine) et en géosciences (géologie et géomorphologie). Cette communauté nouvelle s’est également ouverte aux acteurs de la conservation du patrimoine et des musées de la Région Auvergne-Rhône Alpes.

3L’ambition poursuivie est de contribuer au développement d’une science interdisciplinaire nouvelle : la(es) science(s) du patrimoine dont les enjeux de valorisation sont de plus en plus reconnus aujourd’hui, notamment par le conseil et le parlement européens qui ont établi pour la première fois en 2018 une Année européenne du patrimoine culturel.

Une démarche exploratoire à partir de cas d’étude

4La démarche scientifique consiste à étudier en interdisciplinarité des objets patrimoniaux ou artefacts (objets issus de main d’homme) datés du Néolithique à l’époque préindustrielle, conservés dans les Alpes occidentales et le couloir rhodanien. Considérée comme une démarche exploratoire, la méthode développée par Patrimalp consiste à se centrer sur des « corpus » restreints mais exemplaires : les pigments et sources d’approvisionnement des peintures murales du Néolitique en Savoie et en Ardèche ; la pierre épigraphique des monuments antiques de Vaison-la-Romaine ; les décors métalliques et polychromies de groupes sculptés exécutés en Savoie à la fin de la période médiévale. Chaque thème est porteur de questions qui touchent tout autant la compréhension des techniques et des matériaux que la sphère matérielle, historique et intellectuelle qui les entoure. Ces objets, considérés comme des « objets frontières », sont ainsi porteurs d’un intérêt scientifique pour chacune des disciplines impliquées dans le projet. Ils sont analysés selon une double approche complémentaire :

5• Une analyse intrinsèque est menée afin de reconstituer toutes les étapes qui ont permis la réalisation de l’objet : de l’identification des matériaux à leur sources d’approvisionnement, des procédés et des savoir-faire mis en œuvre pour le façonner au processus de transformations, dégradations, altérations qu’il a « vécu » jusqu’à nos jours.

6• Une analyse extrinsèque des contextes matériel, historique et artistique, au temps de la création originelle de l’objet, puis au cours de l’histoire jusqu’à l’époque actuelle.

7Ecrire une histoire la plus complète de l’artefact est le défi majeur que veut relever Patrimalp. Plus qu’une recherche bipartite qui implique par exemple un chercheur en sciences des matériaux et un historien de l’art ou un archéologue, il s’agit de faire converger toutes les approches scientifiques qui permettent une meilleure connaissance de l’objet. Pour parvenir à cet objectif, des chercheurs de l’Institut Néel ont conçu un instrument portable, afin de réaliser des analyses à l’aide de rayons gammas, in situ et sans prélèvement. L’œuvre est ainsi étudiée dans son contexte de conservation, sans risque de dégradation.

Modèle ontologique, conservation, restauration, exposition

8Les résultats sont confrontés à la littérature historique et à la documentation qui entoure ou non l’objet. Ces résultats servent également à la reconstitution archéologique et virtuelle des objets ou d’une partie des objets et permettent de faire progresser les connaissances qui impliquent leur restitution numérique et leur visualisation. Ils sont également utiles à une meilleure adaptation des différents processus de conservation et de restauration. Enfin pour améliorer l’intelligence entre les disciplines, un modèle d’ontologie interopérable permettant de croiser les données obtenues par chacune d’elles est en cours de construction. Ce modèle intégrant données textuelles, chiffrées et visuelles sera in fine mis à disposition d’autres équipes de chercheurs et également du grand public. Grace aux collaborations scientifiques avec les musées et les institutions culturelles, la valorisation des connaissances acquises est diffusée et partagée avec la société civile comme l’atteste l’exposition transfrontalière en cours entre France, Suisse et Italie : Artistes et artisans dans les Etats de Savoie au Moyen Âge. De l’or au bout des doigts (2020-2021) dont nous sommes heureux d’annoncer la reprogrammation au mêmes dates en 2021-2022, l’exposition ayant été montée mais restée fermée au public pour cause de pandémie.

9Pour finir, on soulignera que cette recherche interdisciplinaire et intégrée a pu - et peut - être menée grâce à la politique scientifique de l’UGA, laquelle a promu et encouragé des collaborations interdisciplinaires stimulant la rencontre de nouvelles communautés scientifiques qui avaient jusqu’alors peu de chance de se côtoyer. Et, quelle que soit l’avenir de notre consortium – que nous souhaitons vivement pérenniser – il y a désormais, sans nul doute, un « avant » et un « après » Patrimalp.

Top of page

References

Electronic reference

Laurence Riviere Ciavaldini, “Pour une science du patrimoine, interdisciplinaire et inclusive ”CeROArt [Online], HS | 2021, Online since 05 March 2021, connection on 11 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/7668; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.7668

Top of page

About the author

Laurence Riviere Ciavaldini

Laurence Rivière Ciavaldini est professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université Grenoble Alpes (UGA). Ses travaux portent sur l’art gothique européen (XIIIe siècle - début du XVIe siècle) et les transferts artistiques et culturels dont la Savoie médiévale est l’épicentre.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search