Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHSConservation et restaurationMatériaux et structure des « broc...

Conservation et restauration

Matériaux et structure des « brocarts appliqués » dans les anciens Pays-Bas méridionaux

Synthèse d'une recherche approfondie
Delphine Steyaert and Jana Sanyova

Abstracts

Between 2001 and 2011 a comprehensive study project was conducted at the Royal Institute for Cultural Heritage of Brussels (IRPA-KIK) on the artistic technique of “applied brocades” used in the southern Netherlands of the 1400s and 1500s.  This comprehensive study resulted in a published work entitled “Imitation and Illusion, Applied Brocade in the Art of the Low Countries in the Fifteenth and Sixteenth Centuries”.  The present article summarizes and updates the chapter on the technical study of applied brocades.  This study was conducted with the Laboratoire des Techniques Picturales of IRPA-KIK, and addresses in particular the materials and the structure of applied brocades.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Geelen, I., Steyaert, D., avec les contributions de Glaude, C., Ravaud, E., Saniyova, J., Sawerwyns (...)

1Une étude monographique sur la technique de polychromie dite des brocarts appliqués a été conduite à l’IRPA a l’initiative de Myriam Serck-Dewaide à partir de 2001. Ingrid Geelen et Delphine Steyaert ont été engagées à temps plein pendant quatre ans, entre 2001 et 2005, pour mener l’inventaire et l’étude des brocarts appliqués dans les anciens Pays-Bas méridionaux. Le travail a été conduit au sein de l’atelier Etude et conservation de la sculpture en bois polychromé de l’IRPA alors dirigé par Myriam Serck-Dewaide puis par Emmanuelle Mercier. Un livre de 660 pages paru en 2011 dans la collection Scientia Artis de l’IRPA est venu couronner le projet : Imitation and Illusion, Applied brocade in the Art of the Low Countries in the Fifteenth and Sixteenth Centuries1.

2Ce projet interdisciplinaire de longue haleine s’inscrit dans une longue tradition, à l’IRPA, de l’étude des techniques et matériaux des œuvres d’art du Moyen Age tardif. Trois départements de l’institut ont été impliqués, à savoir les départements conservation-restauration, laboratoire et documentation. Soixante-six œuvres en Belgique et vingt œuvres en Allemagne, France, et Suède, soit quatre-vingt-huit œuvres au total, ont été étudiées. Les brocarts appliqués ont été identifiés sur différents types de supports : sculptures en bois et en pierre polychromées (Fig. 1a, 2a, 3a), peintures sur panneau, peintures murales et polychromies architecturales (Fig. 4a-b).

Fig.1 Retable de la Passion

Fig.1 Retable de la Passion

Anvers, Musée Mayer van den Bergh (inv. 403), vers 1500, Bruxelles, chêne polychromé, 88,5 x 86,7 x 16,7 cm. Détail et coupe stratigraphique du brocart appliqué sur la figure du Christ, avec masse transparente composée de cire pure.

Crédits: © KIK/IRPA

Fig. 2 Retable de Saluces

Fig. 2 Retable de Saluces

Bruxelles, Musée de la Ville de Bruxelles (inv. 1.5.1-2), vers 1505-1510, Bruxelles, chêne polychromé, 211 x 213 cm (fermé). Détail et coupe stratigraphique du brocart appliqué isolé sur la robe blanche de l’ange, avec masse transparente à base de cire et de résine. La feuille d’étain a encore l’éclat métallique de la variation beta-étain.

Crédits: © KIK/IRPA

Fig. 3 Saint Remacle

Fig. 3 Saint Remacle

Spa, église Notre-Dame et Saint-Remacle, Meuse, vers 1530, statue en tilleul polychromé, 144 x 40 x 38 cm. Ensemble, détail d’un brocart appliqué fixé sur la sous-couche noire du fond bleu, et coupe stratigraphique en lumière normale et lumière UV (la masse en deux couches est bien visible dans les lacunes de la feuille d’étain).

Crédits: © KIK/IRPA

Fig. 4 Sacristie

Fig. 4 Sacristie

Pand de Gand, brocarts appliqués sur les nervures des voûtes (© VOE Oswald Powels). Ensemble et détail d’un brocart appliqué : la feuille d’étain était recouverte d’une dorure au vermeil et non de feuille d’or. Coupe stratigraphique du brocart appliqué, avec masse à base de carbonate de calcium.

Crédits: © D. Steyaert

3Un nombre significatif d’œuvres avait déjà fait l’objet d’une étude à l’IRPA, en général lors d’un traitement de conservation restauration. Chaque dossier a alors été repris pour les besoins du projet.

4Dans la partie catalogue du livre, chaque type de brocart appliqué par œuvre, soit 142 brocarts appliqués au total, a fait l’objet d’une fiche technique avec description du motif, emplacement dans l’œuvre, mesures, caractérisation du relief, stratigraphie, état de conservation, indication des œuvres comportant le même brocart appliqué ou un brocart appliqué similaire. Des photographies, des dessins archéologiques et des reconstitutions d’après les restes en présence accompagnent ces fiches.

  • 2 Ce travail a été réalisé ensemble avec les chercheurs du laboratoire, Jana Sanyova et Steven Saverw (...)
  • 3 Steyaert, D., et al,, « A technological Study of Applied Brocade. The Laboratory Examination of the (...)

5L’étude approfondie sur la structure et les matériaux des brocarts appliques2 a été synthétisée dans un chapitre du livre « A technological Study of applied Brocades »3. Chaque brocart appliqué a fait l’objet d’une observation macroscopique effectuée généralement in situ avec des lunettes loupes portables Zeiss et parfois en atelier avec un binoculaire à plus ample grossissement. Pour quarante œuvres conservées en Belgique et à partir d’environ 200 échantillons, nous avons, d’une part, étudié la structure des couches des brocarts appliqués et, d’autre part, réactualisé l’analyse des composants organiques et inorganiques. A côté de la structure et la composition des couches, une centaine de coupes stratigraphiques a été observée en lumière normale et sous rayonnement ultraviolet (UV). Les différentes couches, masse, feuille d’étain, dorure, rehaut coloré et adhésif ont été décrites pour chaque brocart appliqué. Le travail de synthèse de cet ensemble statistiquement significatif a permis d’attirer l’attention sur des couches particulièrement fines qui n’avaient pas été décrites par les études précédentes.

La masse

  • 4 Ce type de masse à base de carbonate de calcium a été mis en évidence sur des coupes stratigraphiqu (...)

6La masse est une matière qui remplit le relief imprimé dans la feuille d’étain et le renforce. D’après les observations visuelles, dans 84% des cas, la masse est translucide ou transparente et présente un aspect cireux ou ciro-résineux (Fig. 1b et Fig. 2b). Elle ne contient pas de pigments ou alors que des particules éparses. Les masses pigmentées et opaques avec une apparence cireuse ou huileuse sont moins fréquentes (14%). Pour pas moins de neuf brocarts appliqués, ces masses colorées opaques viennent doubler une première masse transparente ou translucide (observé dans 4,9 % du total des 142 brocarts appliqués) (Fig. 3b-d). Elles contiennent une forte charge en pigments: surtout de l’ocre, du blanc de plomb et/ou du minium ainsi que des pigments noirs de carbone et parfois d’autres rouges que le minium. Les brocarts appliqués avec masse à base de carbonate de calcium sont très rares seuls deux cas ont été mis en évidence par les analyses de laboratoire4 (Fig. 4c). Il est à noter que certaines masses à base de cire présentent un aspect blanchâtre dû à l’altération de la feuille d’étain avec laquelle elles sont en contact. Celles-ci peuvent être confondues sous binoculaire avec les masses à base de craie. Il est alors important de connaître ce phénomène pour éviter la confusion visuelle des masses ciro-résineuses et masses crayeuses.

  • 5 Geelen, Steyaert, 2011, cat. 14.1 (p. 249-250), 24.5 (p. 318), 31b2a (p. 351), 44.1 (p. 424), 50.1, (...)

7Les masses en deux couches telles que décrites ci-dessus, avec une première couche transparente et une deuxième couche opaque colorée, ont été observées pour quatre statues et trois retables sculptés5. La fonction de la deuxième couche n’est pas claire. Elle semble avoir été apposée en renfort pour faciliter la manipulation et/ou l’adhésion déjà assurée par une couche présente sur le support. Elle pourrait, dans certains cas, être aussi liée à l’intention de donner plus d’épaisseur aux brocarts appliqués, sans doute pour renforcer l’illusion tactile de soieries épaisses tissées de fils d’or, en particulier dans le cas des statues d’une certaine dimension (Fig. 3a-b).

  • 6 La spectrométrie infrarouge à transformé de Fourier (FTIR) et la chromatographie en phase gazeuse c (...)
  • 7 Steyaert, et al., 2011, p. 155 et tableau p. 157 (cat. 61.1).

8En ce qui concerne les liant de la masse, les analyses chromatographiques et spéctroscopiques6 confirment la présence de cire d’abeille dans la plupart des échantillons analysés. La cire d’abeille est parfois utilisée pure (Fig. 1b) mais plus généralement mélangée avec de la résine et/ou de l’huile (Fig. 2b). Les mélanges de résine et d’huile sans cire sont peu fréquents. La résine est presque exclusivement de la résine de pin. L’huile a presque toujours été identifiée comme de l’huile de lin. Dans quelques cas, on note la présence supplémentaire d’huile de colza. L’utilisation de l’huile de colza, semble d’origine, cependant une recherche complémentaire serait souhaitable pour vérifier ce résultat surprenant. En effet, cette huile n’est que partiellement siccative et n’est que très rarement identifiée dans les œuvres anciennes. Elle a notamment été retrouvée dans la masse orange du brocart appliqué de la sainte Hélène de Léau7.

  • 8 Ibid., p. 155 et tableau p. 157 (cat. 41.1).

9L’échantillon de masse à base de carbonate de calcium provenant des nervures des voutes de la sacristie du Pand à Anvers 8contient un mélange d’huile de lin et de collagène (bovin) (Fig. 4c).

10Pour les brocarts appliqués des anciens Pays-Bas méridionaux, l’étude a donc mis en lumière l’emploi très généralisé des masses translucides ou transparentes composées de cire d’abeille, ou d’un mélange cire d’abeille et de résine de pin et/ou d’huile de lin. Les masses cireuses, ciro-résineuses ou huileuses opacifiées par des pigments sont beaucoup moins fréquentes et doublent, dans une série de cas, une première fine masse translucide ou transparente ciro-résineuse. Les masses à base de carbonate de calcium font exception et peuvent être considérées comme atypiques pour nos régions.

La feuille d’étain

  • 9 Zeng, G., et al., « Tin pest in lead-free solders? Fundamental studies on the effect of impurities (...)
  • 10 Czerwinski, A., Skwarek, A, Pluska, M., Ratajczak, J., Witek, W., « Tin Pest and Tin Oxidation on T (...)

11La feuille d’étain est la seconde composante essentielle du brocart appliqué. Epaisse d’environ 25 à 50 microns, elle a en général perdu son apparence métallique argentée. L’étain existe sous forme de plusieurs variations allotropiques stables à des températures différentes. La forme métallique beta-étain est stable entre 13 et 162°C. En dessous de 13,2°C, l’étain passe à la variation métastable et fragile alfa-étain appelée la peste ou la lèpre d’étain. L’alfa-étain est moins dense et occupe plus de volume, ce qui indique que la transition du beta- en alfa-étain s’accompagne d’une dilatation. Cette dilatation peut aller jusqu’à 27%, ce qui pourrait expliquer l’altération et perte fréquente de ces décors. La cinétique de la transition du beta- en alfa-étain est influencée par la présence éventuelle d’autres métaux, même en très faible quantité. Déjà 0,1% du plomb ou du bismuth l’empêche complétement, tandis que l’aluminium, le zinc ou le cuivre l’accélèrent9. Il est à noter que la peste d’étain ressemble à une corrosion causée par oxydation avec laquelle elle peut facilement être confondue. La transition des phases n’est identifiable qu’avec la diffraction des rayons X, la méthode d’analyse qui n’a pas été utilisée dans le cadre de notre étude10. Les analyses complémentaires sont donc indispensables afin de déterminer si l’étain d’aspect gris observé sur les brocarts appliqués présente une altération par transition allotropique ou par oxydation, ou encore par une autre réaction chimique.

  • 11 Dans la publication, il est indiqué 30 %, chiffre qui doit être légèrement revu à la baisse.

12Dans un nombre significatif d’œuvres (27,5 % des œuvres dont les brocarts appliqués ont fait l’objet d’analyses11), une très fine couche organique a été observée à la surface de la feuille d’étain. Grâce à sa fluorescence orangeâtre très caractéristique sous le rayonnement ultraviolet, elle a été détectée aussi bien sur des échantillons de sculptures que de peintures murales à travers toute la période étudiée, entre 1440 et 1550 (Fig. 5a-b). Elle apparait toujours en surface et non sous la feuille d’étain.

Fig. 5 Saint Sylvestre

Fig. 5 Saint Sylvestre

Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’Histoire (inv. 2288), Malines, vers 1480, statue, calcaire polychromé, 118 x 42 x 31 cm. Coupe stratigraphique d’un brocart appliqué de la chasuble : en lumière normale et en lumière UV. La fine couche de vermeil sur la feuille d’étain a une fluorescence orange caractéristique.

Crédits: © KIK/IRPA

  • 12 Le Saint Remacle de Spa présente des brocarts appliqués dont la feuille d’étain est recouverte de f (...)
  • 13 Sanyova, J., Steyaert, D., Glaude, C. Savzewyns, S., « An intriguing thin layer with orange fluores (...)

13Dans les brocarts décorant les sculptures ou peinture, elle est quasi toujours recouverte de la feuille d’or12. Mais dans les peintures murales ou les décors d’architecture qui sont observés de loin, elle reste assez souvent apparente et joue visiblement le rôle d’imitation de dorure appelée vermeil, sans que sa fonction de protection de la feuille contre l’altération ne puisse être exclue. Une couche d’aspect similaire appliquée sur l’étain s’identifie aussi dans des sculptures plus anciennes13.

  • 14 Nadolny, J., « Some observations on northern European metalbeaters and metal leaf in the late Middl (...)

14L’existence des feuilles d’étain colorées est attestée par des sources historiques, tels les statuts des guildes ou des livres de comptes14. Les batteurs d’étain produisaient aussi bien des feuilles d’étain blanc que des feuilles colorées par un glacis prêtes à l’emploi. Il est à noter, cependant, que ces imitations de dorure avec application d’une couche de vermeil étaient interdites dans la plupart des centres des anciens Pays-Bas mais devaient avoir été autorisées en peinture murales ou pour les décors temporaires. On peut aussi imaginer que les polychromeurs avaient des stocks de ces feuilles qu’ils utilisaient même si elles devaient finalement être cachées par une feuille d’or.

La dorure

  • 15 Cette couche est si fine qu’elle n’a pas pu être isolée pour analyse.

15Mis à part quelques exemples en peinture murale, la feuille d’étain des brocarts appliqués était couverte par une feuille d’or véritable. Dans tous ces cas, il s’agit d’une dorure mate, c’est-à-dire que la feuille d’or est appliquée sur une couche huileuse de mixtion. Deux types de mixtion ont été observés. Dans plus de la moitié des cas étudiés par le laboratoire, la mixtion est souvent ocrée et assez épaisse, car chargée de pigments (Fig. 5a). On y trouve souvent de l’ocre, du blanc de plomb, de la craie ou du minium. Dans les autres cas, la feuille d’or adhère à une couche organique extrêmement fine apparemment non pigmentée. Cette couche invisible a l’œil nu n'est identifiable que grâce à sa fluorescence bleuâtre sous le rayonnement UV15 (Fig. 6a-c). Ce type de mixtion est surtout fréquent dans les retables où les brocarts appliqués sont extrêmement fins et d’un relief complexe, comme par exemple dans les retables polychromés par le « Maître I*T », où les décors comprennent jusqu’à 20 stries par cm (Fig. 6a). La dorure sur une mixtion extra-fine permet de garder la précision du décor.

Fig. 6 Retable de Sainte Anne

Fig. 6 Retable de Sainte Anne

Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’Histoire (inv. 327), Bruxelles vers 1500, chêne polychromé, 117,6 x 93,5 x 22,8 cm. Détail d’un brocart appliqué couvrant et coupe stratigraphique en lumière normale et en lumière UV.

Crédits: © KIK/IRPA

Les rehauts

  • 16 Kirby, J., White, R., « The identification of red lake pigment dyestuffs and a discussion of their (...)

16La dorure des brocarts appliqués est rehaussée ou pas de glacis ou de peinture mate. Le glacis rouge est de loin le rehaut le plus fréquent (Fig. 5a et 6a-b). Une dizaine de glacis rouges ont été analysés par la chromatograhie liquide à haute performance (HPLC), afin de déterminer les types de laque rouge utilisés. C’est la laque de garance (Rubia tinctorum L.) qui a été identifiée dans tous les échantillons analysés, souvent seule, parfois en mélange. La laque de kermès (Kermes vermilio Planchon 1864) n’a été retrouvée conjointement avec la garance que dans deux cas. La plus forte présence de la garance par rapport au kermès s’explique par le fait que la garance était de production locale et donc nettement moins chère que le kermès qui est lui un produit d’importation du sud de l’Europe. Il est à noter que la proportion des laques de garance et de kermès retrouvée dans les rehauts de brocarts appliqués reflète bien la répartition de ces colorants habituellement trouvée dans les glacis rouges des œuvres des XVe et XVIe siècles réalisés au Nord de l’Europe16. Les brocarts appliqués qui ne comprenant pas de rehauts sont principalement des brocarts appliques isolés. Il n’est pas rare que certains d’entre-deux aient une zone incisée laissant apparaître la couche picturale sous-jacente.

L’adhésion

17Les brocarts appliqués dit couvrants, qui couvrent donc toute la surface à orner, sont fixés avec un adhésif spécifique étendu sur le support (Fig. 2a, robe de Marie) tandis que les brocarts appliqués isolés sont généralement directement pressés dans la couche picturale (Fig. 7). Cette règle n’est toutefois pas absolue du moins pour les brocarts appliques isolés : certains ont été collés à l’aide d’un adhésif spécifique étendu sur la préparation avant l’apposition de la couche picturale environnante.

Fig. 7 Retable de la Passion

Fig. 7 Retable de la Passion

Anvers, Musée Mayer van den Bergh (inv. 403), vers 1500, Bruxelles, bois polychromé, 88,5 x 86,7 x 16,7 cm.

Brocart appliqué isolé sur fond vert.

Crédits: © KIK/IRPA

18L’adhésif a parfois la couleur ocre beige des mixtions classiques mais plus souvent une couleur plus foncée allant du brun, brun-orange, à l’orange-ocre et ou brun-rouge. Il est généralement plus épais et granuleux que la simple mixtion pour feuille d’or. Ces adhésifs contiennent presque toujours de le l’huile siccative, le plus couramment de l’huile de lin à laquelle de la résine de pin a parfois été ajoutée.

19Dans le cas où les brocarts appliqués ont été directement pressés dans la couche picturale, se pose la question du pouvoir adhérant de cette dernière couche. L’adhésion ne pose pas de problème dans le cas des glacis. Le brocart appliqué est simplement pressé dans le glacis tandis qu’il n’est pas complétement sec. Pour les couches mates, en particulier celles qui contiennent moins de liant et qui sont donc moins adhérentes comme le bleu azurite mate, les choses sont un peu plus compliquées. Les masses à base de cire et de résine et/ou d’huile étaient peut-être un peu réchauffées au préalable. Les multiples questions liées à l’adhésion des brocarts appliqués mais aussi à son application sur le support ont été exposées dans le chapitre susmentionné « A technological Study of applied Brocades » du livre Imitation and Illusion auquel nous renvoyons le lecteur.

Conclusion

20Pour conclure nous voudrions signaler l’existence du Groupe européen des polychromies en relief (Grupo Europeo de Policromía en relieve) regroupant une vingtaine de spécialistes basés en Espagne, Portugal et Belgique. Le groupe a été créé à l’initiative de Maité Barrio, responsable de l’atelier de conservation-restauration Albayalde, et de Ana Carrassón de l’Instituto del Patrimonio Cultural de España, Ministerio de Cultura y Deporte. Deux premières séances annuelles ont été tenues à Gordailua, Irún, à la Diputación Foral de Gipuzkoa (18/05/2018), et à Madrid, au Musée archéologique national (15/04/2019). L’objectif de ces deux premières séances a été d’énumérer les données à transcrire lors de l’étude des brocarts appliqués et la mise au point d’une fiche technique d’observation afin de faciliter les comparaisons entre les décors étudiés par les différents spécialistes. Des règles communes et précises pour les dessins techniques et les reconstitutions sont aussi en train d’être mises au point afin de clarifier l’interprétation des brocarts appliqués et à nouveau faciliter leur comparaison.

Top of page

Notes

1 Geelen, I., Steyaert, D., avec les contributions de Glaude, C., Ravaud, E., Saniyova, J., Sawerwyns, S., Wailliez, W., Imitation and Illusion. Applied Brocades in the Art of the Low Countries in the Fifteenth and Sixteenth Century (Scientia Artis, 6), Bruxelles, IRPA, 2011.

2 Ce travail a été réalisé ensemble avec les chercheurs du laboratoire, Jana Sanyova et Steven Saverwyns, ainsi qu’avec le support technique précieux de Cécile Glaude. Il est à noter que les analyses des coupes stratigraphiques et des pigments ont été intégrées aux fiches éditées pour chaque œuvre, tandis que les analyses des composés organiques des masses et adhésifs n’ont été discutées que dans le chapitre de synthèse.

3 Steyaert, D., et al,, « A technological Study of Applied Brocade. The Laboratory Examination of the Applied Brocades in the Catalogue », dans Geelen, Steyaert, 2011, p. 151-178.

4 Ce type de masse à base de carbonate de calcium a été mis en évidence sur des coupes stratigraphiques du plafond lambrissé de la Oosterlingenhuis à Bruges et les nervures de la voûte de la sacristie du Pand à Gand par les analyses au microscope électronique à balayage couplé avec le détecteur de rayons X à dispersion d’énergie (SEM-EDX). Dossiers du laboratoire de l’IRPA : 2L/47-2003.08115 et, 2L/44-1988.4137.

5 Geelen, Steyaert, 2011, cat. 14.1 (p. 249-250), 24.5 (p. 318), 31b2a (p. 351), 44.1 (p. 424), 50.1, 50.2, 50.3 (p. 448-450), 59.1 (p. 485-487), 64.2 (510-511). Pour la Sainte Hélène de Léau (cat. 61.1, p. 495), on note la présence d’une très fine couche ocre entre la masse orange et la feuille d’étain : Steyaert, et al., 2011, p. 154, (fig. 136 a et b). Cette couche ocre en contact avec la feuille d’étain ne remplit pas le relief comme dans les cas habituels des masses en deux couches. Il pourrait s’agir d’une couche d’exsudation et non d’une première masse comme supposé dans le livre page 154 (fig. 136a et 136b).

6 La spectrométrie infrarouge à transformé de Fourier (FTIR) et la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (GC-MS) ont été utilisées pour caractériser le liant de la masse d’une série d’échantillons.

7 Steyaert, et al., 2011, p. 155 et tableau p. 157 (cat. 61.1).

8 Ibid., p. 155 et tableau p. 157 (cat. 41.1).

9 Zeng, G., et al., « Tin pest in lead-free solders? Fundamental studies on the effect of impurities on phase transformation kinetics », dans International Conference on Electronics Packaging (ICEP), Toyama, 2014, p. 135-139; Chiavari, C., Martini, C., Poli, G. Prandstraller, D., « Deterioration of tin-rich organ pipes », dans Journal of Materials Science, 41(6), 2006, p. 1819-1826.

10 Czerwinski, A., Skwarek, A, Pluska, M., Ratajczak, J., Witek, W., « Tin Pest and Tin Oxidation on Tin-Rich Lead-Free Alloys Investigated by Electron Microscopy Methods », dans Solid State Phenomena, 186, 2012, p. 275-278.

11 Dans la publication, il est indiqué 30 %, chiffre qui doit être légèrement revu à la baisse.

12 Le Saint Remacle de Spa présente des brocarts appliqués dont la feuille d’étain est recouverte de feuille d’or mais aussi d’autres dont l’étain était apparemment doré avec une couche de vermeil. Ces derniers sont placés dans le dos et les côtés de la statue. Cela n’a toutefois pas été confirmé par des coupes stratigraphiques du laboratoire : Geelen, Steyaert, 2011, p. 485-487, cat. 59.

13 Sanyova, J., Steyaert, D., Glaude, C. Savzewyns, S., « An intriguing thin layer with orange fluorescence encountered on the tin foil of applied brocades in the Art of the Low Countries. A ready-made glazed foil intended to imitate gold leaf? », poster présenté au colloque Let the Material Talk. Technology of Late Medieval Cologne, Cologne, Wallraf-Richartz-Museum, Cologne, novembre 2011; Sanyova, J., Glaude, C., « Les polychromies de saint Eloi de Hour étudiées au laboratoire », dans Bulletin de l’Institut royal du Patrimoine artistique, 32, 2009, p.131-142.

14 Nadolny, J., « Some observations on northern European metalbeaters and metal leaf in the late Middle Ages », dans The Materials, Technology, and Art of Conservation, Studies in honor of Larry Majewski on the occasion of his 80th birthday, New York, IFA, 1999, p. 134-60 ; Id., The Techniques and Use of Gilded Relief Decoration by Northern European Painters, c. 1200–1500, Thesis (Ph. D.), University of London, 2000, p. 146-147; Nash, S., « Pour couleurs et autres choses prise de lui …’: The Supply, Acquisition, Cost and Employment 97 of Painters’ Materials at the Burgundian Court, c. 1375–1419 », dans Kirby, J., Nash S., Cannon, J., (Eds) Trade in Artists’ Materials Markets and Commerce in Europe to 1700, Londres, Archetype, 2010, p. 97-182.

15 Cette couche est si fine qu’elle n’a pas pu être isolée pour analyse.

16 Kirby, J., White, R., « The identification of red lake pigment dyestuffs and a discussion of their use », dans National Gallery Technical Bulletin, 17, 1996, p. 56-80.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Retable de la Passion
Caption Anvers, Musée Mayer van den Bergh (inv. 403), vers 1500, Bruxelles, chêne polychromé, 88,5 x 86,7 x 16,7 cm. Détail et coupe stratigraphique du brocart appliqué sur la figure du Christ, avec masse transparente composée de cire pure.
Credits Crédits: © KIK/IRPA
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-1.jpg
File image/jpeg, 517k
Title Fig. 2 Retable de Saluces
Caption Bruxelles, Musée de la Ville de Bruxelles (inv. 1.5.1-2), vers 1505-1510, Bruxelles, chêne polychromé, 211 x 213 cm (fermé). Détail et coupe stratigraphique du brocart appliqué isolé sur la robe blanche de l’ange, avec masse transparente à base de cire et de résine. La feuille d’étain a encore l’éclat métallique de la variation beta-étain.
Credits Crédits: © KIK/IRPA
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-2.jpg
File image/jpeg, 557k
Title Fig. 3 Saint Remacle
Caption Spa, église Notre-Dame et Saint-Remacle, Meuse, vers 1530, statue en tilleul polychromé, 144 x 40 x 38 cm. Ensemble, détail d’un brocart appliqué fixé sur la sous-couche noire du fond bleu, et coupe stratigraphique en lumière normale et lumière UV (la masse en deux couches est bien visible dans les lacunes de la feuille d’étain).
Credits Crédits: © KIK/IRPA
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-3.jpg
File image/jpeg, 1002k
Title Fig. 4 Sacristie
Caption Pand de Gand, brocarts appliqués sur les nervures des voûtes (© VOE Oswald Powels). Ensemble et détail d’un brocart appliqué : la feuille d’étain était recouverte d’une dorure au vermeil et non de feuille d’or. Coupe stratigraphique du brocart appliqué, avec masse à base de carbonate de calcium.
Credits Crédits: © D. Steyaert
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-4.jpg
File image/jpeg, 520k
Title Fig. 5 Saint Sylvestre
Caption Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’Histoire (inv. 2288), Malines, vers 1480, statue, calcaire polychromé, 118 x 42 x 31 cm. Coupe stratigraphique d’un brocart appliqué de la chasuble : en lumière normale et en lumière UV. La fine couche de vermeil sur la feuille d’étain a une fluorescence orange caractéristique.
Credits Crédits: © KIK/IRPA
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-5.jpg
File image/jpeg, 206k
Title Fig. 6 Retable de Sainte Anne
Credits Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’Histoire (inv. 327), Bruxelles vers 1500, chêne polychromé, 117,6 x 93,5 x 22,8 cm. Détail d’un brocart appliqué couvrant et coupe stratigraphique en lumière normale et en lumière UV.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-6.jpg
File image/jpeg, 824k
Title Fig. 7 Retable de la Passion
Caption Anvers, Musée Mayer van den Bergh (inv. 403), vers 1500, Bruxelles, bois polychromé, 88,5 x 86,7 x 16,7 cm.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/7673/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Top of page

References

Electronic reference

Delphine Steyaert and Jana Sanyova, “Matériaux et structure des « brocarts appliqués » dans les anciens Pays-Bas méridionaux”CeROArt [Online], HS | 2021, Online since 04 March 2021, connection on 11 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/7673; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.7673

Top of page

About the authors

Delphine Steyaert

Dr. Delphine Steyaert, who has earned a doctoral degree in art history from the Université Libre de Bruxelles (ULB), Belgium, is a specialist in polychromed gothic and neo-gothic sculpture.  She has worked in France as well as Belgium, where she worked at the ULB and IRPA-KIK on various projects, resulting in the publication of numerous articles and various books.  Dr. Steyaert has also worked in the area of decorative arts of the 1700s and 1800s, at the Royal Museums of Art and History (2014-2018).  Today she works as professor of art history at the Royal Academy of Fine Arts of Bruxelles (Arba-Esa).

Jana Sanyova

Dr. Jana Sanyova is a senior researcher in Heritage science with more than 35 years of experience, mainly in Royal Institute of Cultural Heritage in Brussels, Belgium (since 1990), where she heads the Polychrome Artefacts Laboratory. She obtained her Civil Engineering M.Sc. in Macromolecular Chemistry, from the Slovak University of Technology and the Ph.D. at the Faculty of Applied Sciences of the Free University of Brussels. Her research field includes in physical chemistry of paint layer, the technology, behaviour and transformation of pigments, dyes and lakes as well as the study of historical sources, etc. She has studied the materials and techniques of many prestigious works of art, such as paintings by Van Eyck, Van der Weyden, Bouts, Campin, van Orley, Lombard, Poussin, Breughel, Hals, Rembrandt, Rubens or Romanesque Mosan sculptures.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search