Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHSContexte(s)Nommer et décrire les soieries fa...

Contexte(s)

Nommer et décrire les soieries façonnées. Apports et limites d’une comptabilité princière

L’exemple de la cour de Savoie à la fin du Moyen Âge
Nadège Gauffre Fayolle

Abstracts

To Study Textiles, whatever the context, is above all to know how to identify, name and describe the materials. During the 20th Century, three major research centers developed technical vocabularies. However, many medieval textiles cannot be studied directly with these reading grids, which are too contemporary. It is therefore important to use medieval sources to re-examine the vocabulary and to refine technical definitions. The accounts of the Savoyards princes in the 14th and 15th Centuries, which record sumptuary expenses, are precious testimonies of lexicographical usage, the diffusion of the different silks and the tastes of the men and women of the society of the time.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Pour cette étude, nous avons intégralement dépouillé les comptes de trésorerie de la maison de Savo (...)

1Pour qui s’intéresse à la consommation de soieries d’une cour princière, il est indispensable de connaître le vocabulaire lié à ces étoffes et de savoir catégoriser les différents types de soies avant d’entamer une étude, qu’elle soit technique, économique, ou sociale. Les comptabilités centrales de la Maison de Savoie, très bien conservées pour le XIVe et le XVe siècles, permettent d’étudier les divers aspects des dépenses somptuaires de la cour sur le temps long1. Ces sources, constituées dans l’optique de contrôles administratifs et financiers, ont bien sûr leurs limites : la déperdition d’informations est plus ou moins importante entre le moment où le tissu est acheté dans l’échoppe du fournisseur et l’enregistrement authentifié par le comptable. En effet, la cédule du commerçant peut être lapidaire, et si toutes les informations techniques y figurent, le scribe choisit, soit de la recopier intégralement, soit de n’en retranscrire que les notions pertinentes à l’exercice de son métier.

2Malgré tout, les indications sur les étoffes consignées dans ces registres nourrissent une première réflexion autour de la notion de définition technique des textiles sous un angle contemporain, historique ou encore historiographique, notamment à propos de l’usage du terme ambigu de brocart. Définir les types d’étoffes rencontrées dans les comptabilités permet, dans un second temps, de témoigner de la diversité des soieries proposées par les centres de productions européens, de définir leurs époques d’apparition et de disparition dans la garde-robe des comtes et des ducs de Savoie et de montrer que certains textiles ne sont pas encore techniquement bien identifiés. Enfin, la nature des décors des soies sera abordée, même si cela semble une gageure à travers de telles sources.

Le vocabulaire textile : une tour de Babel ?

  • 2 Desrosiers, S., « Les soieries comme sources historiques (Europe, XIIIe-XXe siècles) », dans La set (...)

3La nécessité du mot juste et partagé par tous n’est pas nouvelle. Dès les années 1930, apparaît un fort besoin d’identification technique des étoffes anciennes dans le milieu des historiens de l’art, des musées et des collectionneurs. La nomenclature contemporaine étant inadaptée à la description des textiles historiques2, les chercheurs doivent mettre au point une terminologie commune pour communiquer et échanger leurs résultats.

Petite historiographie de la création des glossaires techniques

  • 3 Balfet, H. et Desrosiers, S., « Où en sont les classifications textiles », dans Techniques & Cultur (...)
  • 4 Bühler-Oppenheim, K. et A., Die Textiliensammlung Fritz Iklé-Huber im Museum für Völkerkunde und Sc (...)
  • 5 Bühler-Oppenheim, A. et Seiler-Baldinger, A., Systematik der Textilen Techniken, Bâle, Basler Beitr (...)
  • 6 Seiler-Baldinger, A., Textiles : A Classification of Techniques, Ahmedabad, Calico Museum of Textil (...)
  • 7 Emery, I., The Primary Structures of Fabrics, Washington, Textile Museum, 1966.

4Dans les années 1940, deux groupes vont mettre en place un vocabulaire d’analyse et de description textile3. Une première équipe au Musée d’ethnographie de Bâle publie un glossaire technique dans le catalogue consacré à la collection Iklé-Huber en 19484. Il est enrichi au fil des ans et donne matière à une publication fondamentale en 1973, la Systematik der Textilen Techniken, qui devient une référence pour la terminologie textile en langue allemande5. L’ouvrage est traduit ensuite en anglais en 19796. En 1947, un second centre de recherche, américain cette fois, se concentre sur un glossaire élaboré à partir des collections textiles de l’Amérique du Nord. Les résultats sont publiés en 1966, puis réédités en 1980, 1994 et 2009 sous le titre The Primary Structures of Fabrics7.

  • 8 Desrosier, S., « Textile Terminologies and Classifications: Some Methodological and Chronological A (...)
  • 9 Desrosiers, 1992.

5Ces deux systèmes abordent les textiles sous des angles différents, mais très complémentaires : la Systematik der Textilen Techniken prend comme point de départ des études des techniques de tissage alors que The Primary Structures of Fabrics met l’accent sur la structure des textiles8. Ces deux ouvrages de grande importance étudient des étoffes simples et ne sont toutefois pas adaptés à l’analyse des étoffes complexes comme les soieries façonnées9.

  • 10 . Ibid.
  • 11 Voir les différentes versions linguistiques dans Balfet, Desrosier, 1987 et pour les plus récentes (...)
  • 12 Coatsworth, E. et al., Encyclopedia of Medieval Dress and Textiles of British Isles c. 450-c. 1450, (...)

6Ce n’est que dans les années 1950 qu’un vocabulaire technique spécifique aux étoffes de soie, en langue française tout d’abord, est élaboré par le CIETA (Centre International d’Étude des Textiles Anciens), basé en France, à Lyon. Cette terminologie a pour objectif de mettre au point une nomenclature en différentes langues afin d’améliorer les échanges autour des textiles anciens10. Les premiers fascicules techniques sont disponibles à partir de 195911. Ce glossaire est fondé sur la production de soieries française des XVIIIe et XIXe siècles et n'est pas un dictionnaire des étoffes. La définition du lampas (étoffe façonnée), par exemple, est celle du XIXe siècle et n’a rien à voir le lampas, étoffe très légère servant de voile ou de coiffe, des sources médiévales12.

Le vocabulaire d’usage au Moyen Âge

7Si toutes les étoffes médiévales conservées dans les musées peuvent être décrites avec le vocabulaire du CIETA par une analyse de la contexture, il n’est pas toujours possible de rapprocher certains termes présents dans les écrits du Moyen Âge de pièces archéologiques. Les caractéristiques techniques dont disposent les chercheurs à travers les règlements médiévaux des métiers de la soie, les livres de commerce ou encore les comptabilités de marchands, sont partielles. Ce n’est qu’au fur et à mesure des publications que les historiens affinent la définition de chaque étoffe qui peut ensuite être associée à une famille ou à un tissu présent dans le vocabulaire du CIETA. Les camocas, les baudequins, les impériaux ou les récamas, par exemple, fréquemment cités dans les comptabilités princières, sont ainsi classés parmi les étoffes façonnées de type lampas, mais les caractéristiques secondaires qui les différencieraient les unes d'avec les autres et qui les relieraient avec certitude à une pièce d’étoffe encore conservée, sont toujours méconnues.

  • 13 Monnas, L., « The cloth of gold of the pourpoint of the Blessed Charles de Blois: a Pannus Tartaric (...)
  • 14 Les tissus qualifiés de toile, ou taffetas si les fils sont de soie, sont unis et correspondent à u (...)
  • 15 Monnas, L., « Silk cloths purchased for the great wardrobe of the kings of England 1325-1462 », dan (...)

8La terminologie médiévale n’apparaît, de fait, jamais dans les descriptions techniques des catalogues d’exposition. Essayer de faire le lien entre ces deux mondes terminologiques est bien sûr ardu, mais nécessaire13. De plus, il existe un phénomène important à prendre en compte : une étoffe peut être nommée de manière identique pendant tout le Moyen Âge, mais présenter des caractères techniques différents, selon qu’elle est produite au milieu du XIVe siècle, ou à la fin du XVe siècle. Le camoca, déjà cité, est constitué d’un fond d’armure toile14 à Lucques en 1376, alors qu’à Gênes au siècle suivant, il est tissé en satin15. Cette différence n’est pas considérée par les contemporains comme un élément important qui justifierait un changement de nom. Le vocabulaire médiéval est riche de tels termes désignant diverses productions de soie.

Le cas du « brocart »

  • 16 Effet de dessin formé par une trame qui limite son emploi à la largeur des motifs qu’elle produit : (...)

9Le terme de brocart, déjà en usage à l'époque médiévale, est très employé de nos jours. Nous connaissons tous cette dénomination ou plutôt nous croyons la connaître. En effet, sa définition reste sujette à caution. Pour le Larousse, c’est « une étoffe de soie brochée de fils d’or ou d’argent, au décor le plus souvent floral » ; pour le Petit Robert, il s’agit d’un « riche tissu de soie rehaussé de dessins brochés en fils d’or et d’argent ». Ces définitions, partielles et faussement techniques, associent le brocart uniquement au broché16.

  • 17 Ibid., « brocart ». La dernière partie de la phrase est même soulignée.
  • 18 Burnham, 1980, "brocade"
  • 19 Travail d’ornementation consistant à passer des fils à l’aide d’une aiguille dans un tissu.
  • 20 Tissu de la famille des lampas, caractérisé, dans sa forme classique, par des effets de satin en re (...)

10Le Vocabulaire du CIETA mentionne le brocart dans son glossaire afin de mettre en garde le lecteur à propos de l'utilisation de ce terme. En effet, il qualifie des « étoffes richement décorées, par tissage, de fil d’or ou d’argent. Il n’a aucune signification technique et son emploi est déconseillé »17. Effectivement, cette dénomination n’apporte aucune information sur le plan de la contexture de l’étoffe, si ce n’est qu’elle appartient à la famille des soies façonnées, et que seul l’emploi de filés métalliques, brochés, lancés ou liserés, la caractérise. Cette recommandation, que réaffirme également Dorothy Burnham dans sa terminologie textile18, vient sans doute du fait que le mot « brocart » est proche des termes brocher, broder19 ou même brocatelle20, qui eux, ont une signification technique. Les glossaires étant déjà suffisamment complexes, il ne doit pas y avoir d’ambiguïté ou de flottement dans les définitions, d’autant plus si les termes ne sont pas utiles à la caractérisation des étoffes.

  • 21 Musée des Tissus de Lyon : guide des collections, Lyon, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 19 (...)
  • 22 Moench, E., Brocarts célestes. Exposition au Musée du Petit Palais à Avignon, 14 juin-28 septembre (...)
  • 23 Leclercq, J.-P., « Quelques mots de technique », dans Brocarts célestes. Exposition au Musée du Pet (...)

11La plupart du temps, la littérature scientifique textile suit cette préconisation et le terme est banni des ouvrages, des catalogues d’exposition et des articles. Le guide des collections du Musée des Tissus de Lyon a prévu une entrée « brocart » à son glossaire, alors même que le terme n’est jamais utilisé dans l’ouvrage afin de souligner l’imprécision de cette terminologie21. Il existe des exceptions qui mettent en lumière différentes réflexions autour de cette dénomination. En 1997, une exposition au Musée du Petit Palais d’Avignon est intitulée Brocarts célestes. Ce terme est ici employé en toute connaissance de cause. Dans la courte préface de l’ouvrage, Esther Moench explique ce choix par la dimension poétique et onirique du mot22 et Jean-Paul Leclercq dans son article « Quelques mots de techniques » justifie à nouveau l’utilisation de « brocart » dans le titre pour son pouvoir évocateur de préciosité textile, quelles que soient les techniques et les fibres employées pour le tissage23. Le terme apparaît une dernière fois dans le glossaire du catalogue avec en regard l'injonction de défiance du CIETA.

  • 24 Herrero Carretero, C., Museo de telas medievales. Monasterio de Santa María la Real de las Huelgas, (...)
  • 25 Ibid., p. 127.

12Quelques années auparavant, en 1988, le Musée des Tissus Médiévaux de Burgos avait, quant à lui, fait le choix tout à fait éclairé, d’employer « brocart » (brocado en espagnol) dans son guide des collections24. De fait, les notices descriptives des vêtements du XIIIe siècle de la famille royale castillane conservés au Monastère Royal de Huelgas ne comprennent pas d’analyse de tissage : tous types d’étoffes façonnées de soie sont désignés par brocado de seda. Cette description est complétée par une caractérisation des fils métalliques présents dans le tissage. L’auteur, Concha Herrero Carretero, est bien consciente que le mot « brocart » est proscrit par les techniciens des textiles, puisque, dans le glossaire, elle fait référence à la définition du vocabulaire du CIETA, mais précise qu’user de ce terme générique se justifie totalement au regard de l’emploi de « brocart » dans les textes médiévaux pour désigner une étoffe tissée avec des fils de soie et des filés métalliques25. Cette vision est intéressante puisqu’elle prend en compte l’existence historique du terme.

  • 26 A.D. S.,1 MI 90, R. 34, reg. 34, 1377-1382, 102 ; A.D.S.,1 MI 90, R. 35, reg. 35, 1382-1385, 161 v. (...)
  • 27 Lachaud, F., Textiles, fourrures et livrées : contribution à l'étude de la culture matérielle à la (...)
  • 28 Lachaud, F., « Les soieries importées en Angleterre », dans Techniques & Culture, 34, 1999, p. 179- (...)
  • 29 Ont été consultés pour cette étude uniquement les comptes de l’argenterie royale publiés Douët d'Ar (...)
  • 30 Inventaires de Jean, duc de Berry (1401-1416), Guiffrey, J, (éd.), t. 2, Paris, Ernest Leroux, 1894 (...)
  • 31 Jolivet, S., Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne. Costume et di (...)
  • 32 Piponnier F., Costume et vie sociale. La cour d’Anjou XIVe-XVe siècles, Paris-La Haye, Mouton et Ci (...)

13Les comptables savoyards qui enregistrent les dépenses somptuaires des comtes puis des ducs des XIVe siècle et XVe siècle ont en effet recours à ce vocable dans certaines circonstances. Les soieries peuvent être enregistrées soit sous leurs divers noms commerciaux, soit sous une dénomination générique. La plus courante, 15 % des transactions entre 1300 et 1440, est « drap de soie » qui désigne tout type de soie sans fil métallique ; viennent ensuite « drap d’or » avec 7,5 % et « drap d’argent », avec 2 %, termes qui regroupent les étoffes de soie tissées de filés or ou argent. Le recours au terme « brocart » est plutôt anecdotique avec seulement 9 mentions, soit moins de 1 % des transactions26. L’or est toujours associé au « brocart », confirmant la préciosité de l’étoffe achetée. Si les comptables de la cour d’Angleterre l’utilisent parfois, au moins à la fin du XIIIe siècle27, pour lister des draps de soie façonnés tissés de fils métalliques, ils préfèrent par la suite, tout comme en Savoie, panni auri28. La même constatation est valable en France : les comptes de l’argenterie des rois de France ne mentionnent pas de « brocarts » au XIVe siècle, mais des « draps d’or »29, tout comme en Berry30, en Bourgogne durant la première moitié du XVe siècle31 et en Anjou à la fin de ce siècle32.

  • 33 Duits, R., Gold Brocade and Renaissance Painting: a Study in Material Culture, Londres, Pindar Pres (...)
  • 34 Il pose en introduction la définition suivante du « brocart »: « Used for silk fabrics, most often (...)
  • 35 Monnas, L., Merchants, princes and painters: silk fabrics in italian and northern paintings 1300-15 (...)

14Puisque la thématique de ce colloque est tournée vers la figuration artistique des étoffes, il est important d’évoquer les sources écrites des artistes médiévaux. La terminologie employée par les peintres pour désigner les étoffes précieuses est accessible d’une certaine manière à travers les traités de peinture du Moyen Âge et de la Renaissance. D’après une étude de l’historien de l’art Rembrandt Duits, les ouvrages de la fin du Moyen Âge, tel le Libro dell'arte de Cennino Cennini de 1437, préféraient l’usage de « drap d’or » alors que ceux rédigés après le Trattato dell'arte della pittura, scoltura et architettura de Giovanni Paolo Lomazzo publié en 1584, emploieraient systématiquement « brocart »33. Duit conclut à un changement progressif de terminologie au fil du temps et à la légitimité d’utiliser ce terme pour les études portant sur la Renaissance34. Lisa Monnas, travaillant sur des thématiques similaires aux mêmes périodes, n’utilise, quant à elle, jamais ce terme35. Il n’est pas question ici de trancher, car ces recherches ne sont encore que partielles, mais d’amorcer une réflexion sur l’utilisation technique, historique et peut-être territoriale de ces terminologies.

15« Brocart », « drap d’or et d’argent » ne sont que des termes imprécis qui renseignent peu sur la diversité des étoffes tissées dans les ateliers de soierie médiévaux. Le vocabulaire commercial employé dans les registres comptables apporte plus d’éléments pour imaginer l’apparence des étoffes appréciées par les princes de Savoie

Nommer et identifier les soieries dans les comptabilités

16Les soieries ne constituent pas la part la plus importante des achats d’étoffes à la cour de Savoie, dominées par les laines. Beaucoup sont des soies unies, légères, d’un prix abordable, destinées aux doublures de vêtement, aux équipements militaires, équestres et vexillaires. Les étoffes luxueuses, à décors, sont plus rares et toujours destinées au prince et à ses proches.

  • 36 Uni est le terme contemporain, les scribes de la cour de Savoie utilisent plain.
  • 37 Façonné appartient également au vocabulaire actuel. Les comptables des comtes et des ducs de Savoie (...)
  • 38 L’armure d’une étoffe est le système d’entrecroisement des fils de chaîne et de trame suivant des r (...)
  • 39 Les soies légères, telles que les cendaux, tiercelins, attabis, taffetas ou camelots, qui sont unie (...)

17Entre 1300 et 1430, les comptabilités des princes de Savoie enregistrent 1735 transactions liées à l’achat de soie, soit 20520 aunes, et dans 85 % des cas le nom commercial de l’étoffe est mentionné, ce qui permet une identification. Les vêtements et les différentes pièces d’ameublement de la maison de Savoie sont ainsi taillés au fil du temps dans une quinzaine de types de soie différents, aux qualités et aux rendus variés. Unies36 ou façonnées37, ces soies appartiennent à cinq familles textiles : les taffetas, les satins, les damas, les velours et les lampas. L’attribution à l’une ou l’autre de ces catégories dépend, d’une part, de l’armure38 de l’étoffe pour les tissus simples qui ne comprennent qu’une chaîne et qu’une trame, et d’autre part de la manière d’agencer plusieurs chaînes et/ou plusieurs trames pour les étoffes façonnées. Seules les étoffes façonnées retiendront ici notre attention, ce qui correspond à environ 45 % des achats de soie39. Certaines étoffes, comme les satins ou les velours, pouvant être soit unies soit à motifs, sont prises en compte dans l’étude.

Les satins

  • 40 King, D., « Types of Silk Cloth used in England 1200-1500 », dans La seta in Europa sec. XIII – XX,(...)

18La plupart des 2145 aunes des satins mentionnées dans les comptes des princes de Savoie sont effectivement unis, seuls 9 % présentent des décors. Le satin désigne une armure textile, mais également le nom commercial d’une étoffe. La contexture du satin, à chaîne et trame uniques, permet de dissimuler les points liages de façon à produire, à l’endroit, une surface lisse et brillante constituée de flottés très denses40. Le satin représente 10 % des acquisitions de soie par la cour de Savoie avec un premier achat en 1364 qui entraîne tout de suite une consommation régulière encore observable dans les années 1440. Cette armure textile et la maîtrise de ses dérivés comme le damas permet d’élaborer des étoffes figurées dont le décor est révélé par le jeu de la lumière.

Les damas

  • 41 Armure caractérisée par des côtes obliques obtenues en déplaçant d’un seul fil, vers la droite ou v (...)
  • 42 Browne, C. et al., English Medieval Embroidery. Opus Anglicanum, Londres, 2016, "damask".
  • 43 Entre 1362 et 1430, 640 aunes de damas sont achetées, soit 3 % de la consommation de soie.
  • 44 A.D.S.,1 MI 90, R. 23, reg. 23,1360-1363, 54 et A.D.S., 1 MI 29, R. 4, R. 5 et R. 6, cpt. 63, 1361- (...)
  • 45 A.D.S., 1 MI 28, R. 2, cpt. 20.b ou A.S.To., Inv. 38, mazzo 2, cpt. 19.b, c. 10, 1380, 10 et A.D.S. (...)
  • 46 A.D.S., 7 MI 3, R. 9 et R. 10, reg. 46, 1401-1402, 109.

19Le damas est une contexture textile et, par extension, une étoffe façonnée, monochrome ou polychrome, basée sur une armure satin ou sergé41. Le motif est créé par un contraste entre un endroit brillant et un envers mat. Le dessin est visible par réflexion de la lumière sur l’étoffe42. Pour la Savoie, l’année 1362 marque la première apparition du damas dans la garde-robe du comte43. Ces achats, encore exceptionnels à cette époque, sont effectués dans des villes telles qu’Avignon en 1362 et 136444, Paris, en 1380 et 139845, ou Lyon en 140246, à l’occasion de déplacements, soit de la famille comtale, soit d’envoyés du prince. Le damas ne doit pas être encore une matière fréquente chez les fournisseurs locaux de la cour de Savoie à cette époque. À partir de 1408, des damas sont acquis chaque année, encore avec parcimonie jusqu’en 1430, puis en plus grande quantité par la suite. Entre 1444 et 1447, il devient l’étoffe de soie figurée la plus utilisée à la cour.

  • 47 Gay, V., Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, 2 vol., Paris, 1887-1928, "dama (...)
  • 48 Dictionnaire du Moyen Français, version 2015, ATILF-CNRS & Université de Lorraine. Site internet : (...)
  • 49 A.D.S., 7 MI 3, R. 35, reg. 72, 1427-1428, 278 et 318 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, (...)
  • 50 A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61, 1414-1416, 328 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 30, R. 31 et R. 32, re (...)
  • 51 A.D.S., 7 MI 3, R. 35, reg. 72, 1427-1428, 297 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, 291 (...)
  • 52 A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427- 1429, 291 v.

20Les comptes du comte puis duc de Savoie Amédée VIII témoignent de l’achat de plus de 430 aunes de damasquin entre 1415 et 1429. Actuellement, la nature du damasquin n’est pas connue et il n’est pas cité dans les études textiles. Il pourrait s’agir d’une variante du damas pour le XVIe siècle tout du moins47. Le Dictionnaire du Moyen Français mentionne des occurrences dans les textes médiévaux à partir du début du XVe siècle48. Certains détails des sources savoyardes apportent quelques indications sur l’étoffe. Le damasquin est qualifié de fin49, peut être broché de fils d’argent ou d’or50 et être utilisé en doublure, ce qui fait penser à une étoffe légère. Trois mentions stipulent que le lé de l’étoffe est large51. En 1428, l’une des pièces de damasquin vient de Florence52.

Les velours

  • 53 Guelton, M.-H., Privat-Savigny, A.-M., Au temps de Laurent le Magnifique. Tissus italiens de la Ren (...)
  • 54 A.D.S., 1 MI 29, R. 1, R. 2 et R. 3, cpt. 17.1, 1305-1305, 2 et A.D.S.,1 MI 90, R. 3, reg. 3.2, 131 (...)

21Le velours est une étoffe complexe, unie ou façonnée, monochrome ou polychrome, dont la surface est entièrement ou partiellement couverte de boucles ou de poils produits par une ou plusieurs chaînes et dressées au-dessus d’une armure de fond en taffetas, sergé ou satin selon les époques53. Les premiers enregistrements de velours dans la comptabilité savoyarde datent de 1305 et 1310. L’un a été acheté à Paris et l’autre provient d’une boutique lyonnaise54. Seules quelques pièces sont acquises entre 1318 et 1336, et ce n’est qu’à partir de 1355 que le velours devient un classique de la garde-robe cérémonielle des comtes de Savoie. Toutefois, ce sont principalement des pièces unies qui constituent les réserves de la famille princière : seuls 8,5 % des velours destinés à la cour sont façonnés.

  • 55 Guelton, Privat-Savigny, 2008, "velours coupé", "velours ciselé", "velours frisé", "velours allucci (...)

22L’amélioration des procédés de tissage au cours du XIVe siècle permet de nombreuses variantes techniques et stylistiques. Cette diversité55, illustrée par la terminologie actuelle de velours coupé, ciselé, frisé, ferronnerie, relevé ou allucciolato, fait le succès de cette étoffe tout au long du XVe siècle.

Les lampas

  • 56 King, 1993 ; Desrosiers S., Soieries et autres textiles de l'Antiquité au XVIe siècle. Musée nation (...)
  • 57 A.D.S., 1 MI 29, R. 4, R. 5 et R. 6, cpt. 63, 1361-1365, 63.61 ; A.D.S., 1 MI 28, R. 2, cpt. 20.a o (...)

23Le terme de lampas correspond à la nomenclature contemporaine d’un large panel de tissages faits au moins de deux chaînes et d’une ou plusieurs trames. Sur le champ, se détache un dessin formé par des flottés de trame maintenus au tissu de fond par une chaîne de liage56. Seules 29 pièces de la famille des lampas sont enregistrées dans les comptabilités de la Maison de Savoie : les scribes notent 11 pièces de camoca, 4 de récamas, 20 coupons de baudequin et 10 d’impérial, achetés le plus souvent chez des fournisseurs exerçant leur commerce dans des villes hors des terres savoyardes, telles que Venise, Avignon, Lyon ou Paris57.

Le camoca

  • 58 Monnas, L., « The price of camocas purchased for the english court during the fourteenth century », (...)
  • 59 Monnas, 2008,"camaca".
  • 60 A.D.S.,1 MI 90, R. 33, reg. 33, 1375-1377, 18 et A.D.S., 1 MI 28, R. 2, cpt. 20.a ou A.S.To., Inv.  (...)
  • 61 A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 63, 1417-1417, 61 v.

24Le camoca est caractérisé par une contexture de fond et un décor liés en taffetas. Tissé en Italie et en Espagne vers 1320, il s'agit soit de tissus légers, soit d’étoffes lourdes avec ou sans fils d’or58. La structure de l’armure évolue au XVe siècle avec des fonds en satin59. La cour de Savoie se procure des camocas dès 1353. Les achats de 1374 et 1378 précisent que ces étoffes sont importées pour les unes de Damas et pour les autres d’Outremer60. Le dernier enregistrement en 1417 est sans doute une production occidentale61.

Le baudequin

  • 62 King, 1988, et Monnas, 2012.

25Les comptes savoyards font état d’une vingtaine de pièces d’une étoffe au tissage très proche du camoca, bien que plus lourd, appelé baudequin en 1415, 1417 et 1429. Cette étoffe, avec ou sans fils d’or, diffère du camoca par une croisure de fond en sergé, parfois en satin au XVe siècle62.

Le récamas

  • 63 King, 1993, et Monnas, 2008, "raccamas".
  • 64 A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61, 1414-1416, 336 et 536 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 63,141 (...)

26Le récamas est le plus lourd des lampas du XIVe siècle. Les aspects techniques secondaires du tissage ne sont pas encore identifiés ; il est toutefois possible d’affirmer que le fond est de soie et le décor constitué d’une trame de fils d’or63. Il est réservé aux grandes occasions. Le duc de Savoie en fait provision de 4 pièces pour des ensembles de vêtements liturgiques en 1414 et 1429, et pour son propre habillement en 141764. Il fait acheter également de l’impérial, une étoffe similaire au récamas.

L’impérial

  • 65 A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, 320 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 37, reg. 74, 1429- 1430, 27 (...)
  • 66 Monnas, 1988, 2012, "imperial".

27L’impérial apparaît tardivement dans les registres de Savoie. Dix pièces sont commandées à des merciers en 1428 et 142965. La nature de cette étoffe reste obscure à l’heure actuelle, mais il est classifié avec les récamas dans les statuts des tisserands de soie lucquois de 137666.

28Des satins, des damas, des velours ou d’autres étoffes achetées pour la maison de Savoie sont façonnées, mais il est bien difficile de connaître les goûts esthétiques des princes faute de description des tissus.

Décrire les étoffes de soie figurées dans les comptabilités

29La nature des motifs est peu mentionnée dans les comptabilités, toutefois la présence ou l’absence de décors est souvent identifiable par la formulation de l’enregistrement.

La déduction d’un décor

  • 67 Cela représente 1650 aunes.

30Lorsque les comptables consignent l’achat de tissu dit draps d’or, drap d’argent ou brocart sans plus de détails, il est certain que ces étoffes, tissées de soie et de filés métalliques, sont figurées ou tout du moins rayées67. Pour les tissus qui peuvent être unis ou façonnés, la précision figurée accompagnant le nom générique commercial, induit un décor. C’est le cas pour une dizaine d’aunes de satin, une mention de soie, et deux de velours. La précision d’une technique de tissage permettant de réaliser des motifs sur tous types d’armures classe indiscutablement l’achat parmi les soieries à décors. Les étoffes dites brochiées, soit de fils de soie, soit de fils d’or sont fréquemment mentionnées entre 1300 et 1430 : le satin et le velours sont concernés avec 132 aunes pour le premier et 115 aunes pour le second.

  • 68 Monnas, 2012, "pil on pil velvet".
  • 69 Vocabulaire technique du textile, 1987, "velours relevé".
  • 70 Monnas, 2008, "velluto raso", "zetano vellutato".
  • 71 Monnas , 2012, "voided velvet", "voided satin velvet" et "ferronnerie velvet".

31Certaines descriptions techniques particulières aux velours indiquent que l’étoffe acquise est bien façonnée. Timidement, à partir de 1406, puis plus régulièrement après 1417, des velours haut et bas sont achetés pour le duc Amédée VIII. Ce sont des étoffes entièrement recouvertes de poils où le dessin est formé par contraste entre plusieurs hauteurs de velours68. Dans la terminologie contemporaine, ce tissu est désigné par l’expression velours relevé69. Sept mentions font état d’un décor broché supplémentaire sans toutefois en préciser le dessin. Une autre forme de velours semble être appréciée à la cour : le sactin vellu, sactin vellutati ou encore sactin avellutati apparaît à partir de 1417. Il s’agit d’un velours sur fond satin et non d’un satin. Le motif se dessine par opposition entre les surfaces sans poils du velours et les parties velues, les plus étendues70. Il s’agit du velours ferronnerie de la nomenclature actuelle71.

32Tous les damas et les damasquins sont par définition tissés avec un décor, mais celui-ci n’est jamais explicité dans la comptabilité. Des fils métalliques sont parfois mentionnés : 120 aunes sont tissées avec des filés d’or sans que l’on puisse savoir s’il s’agit de trames liserées ou brochées et 48 aunes comprennent des fils d’argent cette fois-ci brochés. Pour le damasquin, 70 aunes sont brochées de filés argent. Les lampas sont également des étoffes façonnées de par leur nature, mais seules quelques pièces de baudequin, soit 76 aunes, sont enrichies de décors brochés de fils d’or.

33En se fondant sur les données techniques qui précèdent, les étoffes de soie à décors pourraient, a minima, représenter 3 600 aunes, soit 18 % des achats de soierie, en ayant à l’esprit toutes les réserves liées aux limites des sources. Savoir qu’une étoffe présente un motif est une chose, mais identifier précisément le dessin en est une autre. Les descriptions des décors des tissages sont rares, seules neuf mentions ont été recensées entre 1300 et 1430.

La description des décors

34Moins de 5 % des étoffes façonnées, soit 193 aunes, donnent lieu à une description du motif dans la comptabilité. Certaines étoffes sont choisies parmi un panel de motifs présentés aux intendants du duc et d’autres, tissées de motifs personnalisés, commandées en fonction des besoins de représentation du prince.

  • 72 A.D.S., 1 MI 29, B. 2, cpt. 63,1361-1365, 61.
  • 73 A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61,1414-1416, 328.
  • 74 A.D.S., 7 MI 3, R. 32, reg. 70, 1424-1425, 154 et 162 v.

35Les premières sont achetées chez des merciers ou négociants en soie. En 1364, deux pièces de setani cum capitibus auri sont prises à Avignon72 ; en 1415 c’est un damesquin noir brochier d’or a fleurs roges et vers et du satin noir semme de pointilles de roge encramoises et blanches73 qui sont vendus par Johan Tibot, mercier de Lyon, pour des cadeaux diplomatiques. Les merciers de Genève sont également sollicités : Johan de la Fontaine fournit un sactin roge brochier d’or a plumes de pon pour faire un pourpoint à Amédée VIII en 1420 et le tailleur du duc œuvre à la confection d’un ensemble liturgique en vellu pers brochié d’or semé de berbis dans le courant de l’année 142474.

  • 75 A.D.S.,1 MI 90, R. 24, reg. 24, 1363-1364, 21 et Gauffre Fayolle, N., « Les vêtements à la devise e (...)
  • 76 A.D.S., 1 MI 90, R. 32, reg. 32, 1371-1376, 8.
  • 77 A.D.S., 7 MI 3, R. 29 et R. 30, reg. 68, 1421-1423, 232 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 30, R. 31 et R. 32 (...)
  • 78 A.D.S., 7 MI 3, R. 32, reg. 70, 1424-1425, 147 et 145 v.

36Les étoffes tissées sur commande font l’objet de négociations avec des intermédiaires qui ont des contacts dans les centres de tissage de soieries. Dès 1363, le comte Amédée VI fait l’acquisition à Milan d’une étoffe de soie à la devisa domini, à cette époque le faucon ou le nœud75. Le marchand Michel Pape, vivant à Chambéry, mais originaire de Turin, fit faire à Venise un drap d’or pour la comtesse Bonne de Bourbon en 137176. Ce n’est que bien plus tard que les comptes mentionnent à nouveau des tissages à façon. Amédée VIII revêt en 1411 une grant roube de drapt d’or figuré aux las de mondit seigneur et, en 1422, il se fait confectionner un vêtement de velluet brochie d’or fait a la devise de mon tres redoubte seigneur pour les joutes données en l’honneur du duc de Bourgogne77. Les 21 aunes de ce dernier velours sont achetées à Michel de Fert qui tient boutique à Genève et entretient des relations avec Venise et Barcelone78.

  • 79 A.D.S., 7 MI 3, R. 37, reg. 74, 1429-1430, 272 et 292 v.
  • 80 A.D.S., 7 MI 3, R. 41, reg. 78, 1433-1434, 240 v.

37L’acquisition de huit impériaux factis cum armis domini nostri ducis Sabaudie en 142979 passe, cette fois-ci, par le marchand Nicolas Scully, un lucquois vivant à Genève. Quelques années plus tard, le duc commande à nouveau une étoffe de soie et d’or tissée cum armis, tymbris et devisa domini80. Ces types de demandes, à motifs héraldiques et emblématiques, sont fréquents.

  • 81 Gauffre Fayolle, N., « Broder à la cour de Savoie entre 1300 et 1430 : de l’armurier au brodeur ou (...)
  • 82 Jolivet, 2003, p. 60.

38Le duc de Bourgogne fait appel lui aussi à un fournisseur italien pour se procurer des tissages personnalisés : c’est en effet Jean Arnolphini, installé à Bruges, qui lui livre, dès les années 1440, de nombreux velours figurés à sa devise du fusil81. Cette production dédiée aux cours princières se développe au XVe siècle et concurrence les broderies emblématiques de petits motifs répétés sur l’ensemble du vêtement, comme cela se pratiquait au XIVe siècle82.

  • 83 A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 62, 1416-1417, 130 v.
  • 84 A.D.S., 7 MI 3, R. 25 et R. 26, reg. 65, 1418-1419, 188 v.

39Traiter directement avec les négociants en soie des grands centres de production est également une possibilité pour le duc de Savoie. Certains voyages sont exclusivement destinés à un approvisionnement, comme en 1416, lorsqu’il envoie par deux fois un émissaire à Lucques, Gênes et Florence pour commander des soies, que les marchands locaux ont par la suite fait parvenir en Savoie sous protection du prince83. D’autres fois, c’est un ambassadeur du duc, qui se rendant dans le sud de l’Italie pour des négociations, profite du voyage pour passer commande d’une étoffe à motifs spécifiques à des tisserands de Gênes84.

  • 85 Ibid., p. 60 et Piponnier, 1970, p.115.
  • 86 Douët d'Arcq, 1851, p. 3-76 (année 1316) ; Douët d'Arcq, 1874, p. 1-19 (1317), p. 37-112. (1328).

40Le déficit de descriptions esthétiques n’est pas propre aux sources savoyardes : le défaut d’informations concernant les motifs des soieries est tout aussi prégnant dans les comptabilités des cours de Bourgogne et d’Anjou qui ont également bénéficié d’études sérielles pour le XVe siècle85. Les comptes de l’argenterie des rois de France, s’ils n’avaient pas été détruits, auraient sans doute été plus prolixes. Les quelques années conservées montrent en effet une volonté plus marquée de rendre par écrit les décors des étoffes. En 1316, 1317 et 1328, par exemple, les comptes de l’argenterie mentionnent des dizaines de motifs tissés différents comme des rosettes d’or, des fleurs de lis, des poissons d’or, des besants, des oysiaux dont le teste et les elles sont d’or ou encore des dauphins86.

Conclusion

41L’histoire des textiles est nécessairement interdisciplinaire. Le croisement des sources et des compétences permet d'établir des définitions techniques, des préférences de matières premières pour les tissages, de préciser les origines de production, les époques de diffusion et d’utilisation, et enfin de recenser les décors et de les comparer avec les objets archéologiques et les créations artistiques de la fin du Moyen Âge. Les éléments concernant les étoffes provenant des comptabilités princières, même s’ils sont partiels et semblent parfois très ténus, contribuent néanmoins à l’élaboration d’une meilleure connaissance de la terminologie des étoffes et de la période de diffusion des soieries dans la société.

Top of page

Notes

1 Pour cette étude, nous avons intégralement dépouillé les comptes de trésorerie de la maison de Savoie conservés aux Archives Départementales de Savoie (ADS) à Chambéry et aux Archives d’État de Turin (A.S.To.) (A.D.S.,1 MI 90, R. 1, reg. 1.1, 1297-1298 à A.D.S., 7 MI 3, R. 38, reg. 75, 1430-1431), les comptes d’hôtels des comtes puis des ducs (A.D.S., 1 MI 29, B. 1, cpt. 10, 1300 à A.D.S., 1 MI 29, B. 4, cpt. 89, 1382-1390), les comptes d’hôtels des comtesses (A.D.S., 1 MI 33, R. 1 et R. 2, cpt. 2.1, 1306 à A.D.S., 1 MI 33, R. 24, R. 25 et R. 26, cpt. 39, 1418-1419) et les comptes de voyages (A.D.S., 1 MI 28, R. 1, cpt. 1 ou A.S.To., Inv. 38, mazzo 1, cpt. 1, 1310-1311 à A.D.S., 1 MI 28, R. 6, cpt. 36 ou A.S.To., Inv. 38, mazzo 5, cpt. 39, 1422). Les données chiffrées de la consommation de soie des années 1440 ont été analysées à partir des sources publiées dans Page A., Vêtir le prince, tissus et couleurs à la cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, Université de Lausanne, 1993, annexe II, p. 152-213.

2 Desrosiers, S., « Les soieries comme sources historiques (Europe, XIIIe-XXe siècles) », dans La seta in Europa sec. XIII – XX, Atti della Ventiquattresima Settimana di studi, Prato, 4-9 maggio 1992, Cavaciocchi, S., (éd.), Prato, Mondatori Education, 1993, p. 487-506.

3 Balfet, H. et Desrosiers, S., « Où en sont les classifications textiles », dans Techniques & Culture, 10, 1987, p. 207-212.

4 Bühler-Oppenheim, K. et A., Die Textiliensammlung Fritz Iklé-Huber im Museum für Völkerkunde und Schweizerischen Museum für Völkskunde, Bâle-Zurich, Fretz, 1948.

5 Bühler-Oppenheim, A. et Seiler-Baldinger, A., Systematik der Textilen Techniken, Bâle, Basler Beiträge Zur Ethnologie, 14, 1973.

6 Seiler-Baldinger, A., Textiles : A Classification of Techniques, Ahmedabad, Calico Museum of Textiles, 1979.

7 Emery, I., The Primary Structures of Fabrics, Washington, Textile Museum, 1966.

8 Desrosier, S., « Textile Terminologies and Classifications: Some Methodological and Chronological Aspects », dans Textile Terminologies in the Ancient Near East and Mediterranean from the Third to the First Millennia BC, C. Nosh, M. et M.-L, (éd.), Oxford-Oakville, Oxbow Books, 2010, p. 23-51.

9 Desrosiers, 1992.

10 . Ibid.

11 Voir les différentes versions linguistiques dans Balfet, Desrosier, 1987 et pour les plus récentes voir sur le site du CIETA (http://www.cieta.fr/fr/cieta_publications_fr.htm consulté le 23 novembre 2017). Cette étude s’appuie sur le Vocabulaire technique du textile, vocabulaire Français, Allemand, Anglais, Italien, Espagnole, Portugais, Suédois, CIETA, Lyon, 1997, et sur l’ouvrage très clair de Burnham, D., Warp and Weft: Textile Terminology, Toronto, Royal Ontario Museum, 1980, reposant entre autres sur les recherches du CIETA de 1964.

12 Coatsworth, E. et al., Encyclopedia of Medieval Dress and Textiles of British Isles c. 450-c. 1450, Leyde, Brill, 2012, "lampas".

13 Monnas, L., « The cloth of gold of the pourpoint of the Blessed Charles de Blois: a Pannus Tartaricus? », dans Bulletin du CIETA, 70, 1992, p. 116-129.

14 Les tissus qualifiés de toile, ou taffetas si les fils sont de soie, sont unis et correspondent à une contexture de tissage dans laquelle les fils pairs et impairs alternent à chaque passage de trame : Vocabulaire technique du textile, 1997, "taffetas" et "toile".

15 Monnas, L., « Silk cloths purchased for the great wardrobe of the kings of England 1325-1462 », dans Textile History, 20, 2, 1989, p. 283-307.

16 Effet de dessin formé par une trame qui limite son emploi à la largeur des motifs qu’elle produit : Vocabulaire technique du textile, 1997, "broché".  

17 Ibid., « brocart ». La dernière partie de la phrase est même soulignée.

18 Burnham, 1980, "brocade"

19 Travail d’ornementation consistant à passer des fils à l’aide d’une aiguille dans un tissu.

20 Tissu de la famille des lampas, caractérisé, dans sa forme classique, par des effets de satin en relief se détachant sur un fond par effet de trame lancée liée régulièrement par une chaîne de liage : Vocabulaire technique du textile, 1987, "brocatelle".

21 Musée des Tissus de Lyon : guide des collections, Lyon, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 1998.

22 Moench, E., Brocarts célestes. Exposition au Musée du Petit Palais à Avignon, 14 juin-28 septembre 1997, Avignon, Musée du Petit Palais, 1997, p. 7.

23 Leclercq, J.-P., « Quelques mots de technique », dans Brocarts célestes. Exposition au Musée du Petit Palais à Avignon, 14 juin-28 septembre 1997, Avignon, Musée du Petit Palais, 1997, p. 31-38.

24 Herrero Carretero, C., Museo de telas medievales. Monasterio de Santa María la Real de las Huelgas, Madrid, Patrimonio Nacional, 1988.

25 Ibid., p. 127.

26 A.D. S.,1 MI 90, R. 34, reg. 34, 1377-1382, 102 ; A.D.S.,1 MI 90, R. 35, reg. 35, 1382-1385, 161 v. ; A.D.S., 7 MI 3, R. 4 et R. 5, reg. 39, 1391-1392, 166 v. ; A.D.S., 7 MI 3, R. 4 et R. 5, reg. 39, 1391-1392, 209 v. ; A.D.S., 7 MI 3, R. 18 et R. 19, reg.  59, 1412-1413, 224 v. ; et A.D.S., 7 MI 3, R. 20, reg. 60, 1413-1414, 221 v.

27 Lachaud, F., Textiles, fourrures et livrées : contribution à l'étude de la culture matérielle à la cour d'Édouard Ier (1272-1307), Université d'Oxford, thèse dactylographiée, 1992, p. 370.

28 Lachaud, F., « Les soieries importées en Angleterre », dans Techniques & Culture, 34, 1999, p. 179-192 et Monnas, 1989. Entre 1325 et 1462, le terme « brocart » n’est jamais employé dans cette la comptabilité.

29 Ont été consultés pour cette étude uniquement les comptes de l’argenterie royale publiés Douët d'Arcq, L., Comptes de l’argenterie des rois de France au XIVe siècle, Paris, Société d’Histoire de France, 1851, p. 3-76 (année 1316), p. 77-192 (année 1352), p. 287-302 (année 1352) et Id., Nouveau recueil de l’argenterie des rois de France, Paris, Société d’Histoire de France, 1874, p. 1-19 (1317), p. 20-36 (1342) et p. 114-319 (1387).

30 Inventaires de Jean, duc de Berry (1401-1416), Guiffrey, J, (éd.), t. 2, Paris, Ernest Leroux, 1894-1896.

31 Jolivet, S., Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne. Costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon de 1430 à 1455, 2 vol., Université de Bourgogne, thèse dactylographiée, 2003, p. 49 et 59.

32 Piponnier F., Costume et vie sociale. La cour d’Anjou XIVe-XVe siècles, Paris-La Haye, Mouton et Cie-EPHE, 1970, p. 114.

33 Duits, R., Gold Brocade and Renaissance Painting: a Study in Material Culture, Londres, Pindar Press, 2008, p. 21-32.

34 Il pose en introduction la définition suivante du « brocart »: « Used for silk fabrics, most often velvets, woven with gold thread as a supplementary pattern thread », mais cite les recommandations du CIETA (Duits, R., « Figured Riches: The Value of Gold Brocades in Fifteenth-Century Florentine Painting », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 62, 1999, p. 60-92).

35 Monnas, L., Merchants, princes and painters: silk fabrics in italian and northern paintings 1300-1550, New Haven-Londres, 2008 et Renaissance Velvet, Londres, éd.? 2012.

36 Uni est le terme contemporain, les scribes de la cour de Savoie utilisent plain.

37 Façonné appartient également au vocabulaire actuel. Les comptables des comtes et des ducs de Savoie usent des termes ouvragé ou figuré. C’est un tissu décoré de dessins plus ou moins complexes, obtenus par les croisements des fils de chaîne et de trame et dont l’exécution nécessite l’emploi de procédés spéciaux de fabrication. (Vocabulaire technique du textile, 1987, "façonné").

38 L’armure d’une étoffe est le système d’entrecroisement des fils de chaîne et de trame suivant des règles nettement définies (Vocabulaire technique du textile, 1987, "armure »).

39 Les soies légères, telles que les cendaux, tiercelins, attabis, taffetas ou camelots, qui sont unies ne sont pas prises en compte dans cette étude.

40 King, D., « Types of Silk Cloth used in England 1200-1500 », dans La seta in Europa sec. XIII – XX, Atti della Ventiquattresima Settimana di studi, Prato, 4-9 maggio 1992, Prato, 1993, p. 457-464.

41 Armure caractérisée par des côtes obliques obtenues en déplaçant d’un seul fil, vers la droite ou vers la gauche, tous les points de liage à chaque passage de trame (Vocabulaire technique du textile, 1987, "sergé").

42 Browne, C. et al., English Medieval Embroidery. Opus Anglicanum, Londres, 2016, "damask".

43 Entre 1362 et 1430, 640 aunes de damas sont achetées, soit 3 % de la consommation de soie.

44 A.D.S.,1 MI 90, R. 23, reg. 23,1360-1363, 54 et A.D.S., 1 MI 29, R. 4, R. 5 et R. 6, cpt. 63, 1361-1365, 63.61.

45 A.D.S., 1 MI 28, R. 2, cpt. 20.b ou A.S.To., Inv. 38, mazzo 2, cpt. 19.b, c. 10, 1380, 10 et A.D.S., 7 MI 3, R. 6 et R. 7, reg. 43, 1398-1400, 242 et 275.

46 A.D.S., 7 MI 3, R. 9 et R. 10, reg. 46, 1401-1402, 109.

47 Gay, V., Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, 2 vol., Paris, 1887-1928, "damasquin".

48 Dictionnaire du Moyen Français, version 2015, ATILF-CNRS & Université de Lorraine. Site internet : http://www.atilf.fr/dmf, « damasquin » et Licatese, A., Stoff-und Seidenbezeichnungen im mittelalterlichen Italien, Université de Sarrebruck, thèse dactylographiée, 1989, "damascino".

49 A.D.S., 7 MI 3, R. 35, reg. 72, 1427-1428, 278 et 318 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, 291 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 37, reg. 74, 1429-1430, 270 v.

50 A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61, 1414-1416, 328 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 30, R. 31 et R. 32, reg. 69, 1423-1424, 256 v. ; A.D.S., 7 MI 3, R. 35, reg. 72, 1427-1428, 314 v.  et A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, 291 v.

51 A.D.S., 7 MI 3, R. 35, reg. 72, 1427-1428, 297 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, 291 v. et 320 v.

52 A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427- 1429, 291 v.

53 Guelton, M.-H., Privat-Savigny, A.-M., Au temps de Laurent le Magnifique. Tissus italiens de la Renaissance des collections du Musée des tissus de Lyon, Lyon, Musée des tissus, 2008, "velours" et Monnas, 2012, p. 14-15.

54 A.D.S., 1 MI 29, R. 1, R. 2 et R. 3, cpt. 17.1, 1305-1305, 2 et A.D.S.,1 MI 90, R. 3, reg. 3.2, 1310-1311, 10.

55 Guelton, Privat-Savigny, 2008, "velours coupé", "velours ciselé", "velours frisé", "velours alluccialato" et Monnas, 2012, "pil on pil velvet" et "ferronnerie velvet".

56 King, 1993 ; Desrosiers S., Soieries et autres textiles de l'Antiquité au XVIe siècle. Musée national du Moyen Âge-Thermes de Cluny, Paris, 2004, "lampas" et Vocabulaire technique du textile, 1987, "lampas".

57 A.D.S., 1 MI 29, R. 4, R. 5 et R. 6, cpt. 63, 1361-1365, 63.61 ; A.D.S., 1 MI 28, R. 2, cpt. 20.a ou A.S.To., Inv. 38, mazzo 2, cpt. 19.a, c. 1, 1378-1380, 7 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61, 1414-1416, 336 et 560 et A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 63, 1417-1417, 61 v.

58 Monnas, L., « The price of camocas purchased for the english court during the fourteenth century », dans La seta in Europa sec. XIII – XX, Atti della Ventiquattresima Settimana di studi, Prato, 4-9 maggio 1992, Prato, 1993, p. 741-751. King M. et D., « Silk weaves of Lucca in 1376 », dans Opera textilia variorum temporum: to honour Agnes Geijer on her ninetienth birthday 26th October 1988, Stockolm, 1988, p. 667-674.

59 Monnas, 2008,"camaca".

60 A.D.S.,1 MI 90, R. 33, reg. 33, 1375-1377, 18 et A.D.S., 1 MI 28, R. 2, cpt. 20.a ou A.S.To., Inv. 38, mazzo 2, cpt. 19.a, c. 1, 1378-1380, 7.

61 A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 63, 1417-1417, 61 v.

62 King, 1988, et Monnas, 2012.

63 King, 1993, et Monnas, 2008, "raccamas".

64 A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61, 1414-1416, 336 et 536 ; A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 63,1417, 62 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 37, reg. 74, 1429- 1430, 293.

65 A.D.S., 7 MI 3, R. 36, reg. 73, 1427-1429, 320 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 37, reg. 74, 1429- 1430, 272 et 292 v.

66 Monnas, 1988, 2012, "imperial".

67 Cela représente 1650 aunes.

68 Monnas, 2012, "pil on pil velvet".

69 Vocabulaire technique du textile, 1987, "velours relevé".

70 Monnas, 2008, "velluto raso", "zetano vellutato".

71 Monnas , 2012, "voided velvet", "voided satin velvet" et "ferronnerie velvet".

72 A.D.S., 1 MI 29, B. 2, cpt. 63,1361-1365, 61.

73 A.D.S., 7 MI 3, R. 21 et R. 22, reg. 61,1414-1416, 328.

74 A.D.S., 7 MI 3, R. 32, reg. 70, 1424-1425, 154 et 162 v.

75 A.D.S.,1 MI 90, R. 24, reg. 24, 1363-1364, 21 et Gauffre Fayolle, N., « Les vêtements à la devise et à la couleur des comtes puis des ducs de Savoie », dans Pourpoint, mantel et chaperon. Se vêtir à la cour de Savoie, 1300-1450, Milan, Silvana Editoriale, 2015, p. 81-87.

76 A.D.S., 1 MI 90, R. 32, reg. 32, 1371-1376, 8.

77 A.D.S., 7 MI 3, R. 29 et R. 30, reg. 68, 1421-1423, 232 v. et A.D.S., 7 MI 3, R. 30, R. 31 et R. 32, reg. 69, 1423-1424, 254.

78 A.D.S., 7 MI 3, R. 32, reg. 70, 1424-1425, 147 et 145 v.

79 A.D.S., 7 MI 3, R. 37, reg. 74, 1429-1430, 272 et 292 v.

80 A.D.S., 7 MI 3, R. 41, reg. 78, 1433-1434, 240 v.

81 Gauffre Fayolle, N., « Broder à la cour de Savoie entre 1300 et 1430 : de l’armurier au brodeur ou de la difficulté à recruter des artisans », dans Les acteurs de la broderie. Qui brode quoi et pour qui?, D. Véron-Denise & F. Cousin (éd.), Saint-Maur-des-Fossés, éd. Sépia, 2013, p. 45‑54.

82 Jolivet, 2003, p. 60.

83 A.D.S., 7 MI 3, R. 23, reg. 62, 1416-1417, 130 v.

84 A.D.S., 7 MI 3, R. 25 et R. 26, reg. 65, 1418-1419, 188 v.

85 Ibid., p. 60 et Piponnier, 1970, p.115.

86 Douët d'Arcq, 1851, p. 3-76 (année 1316) ; Douët d'Arcq, 1874, p. 1-19 (1317), p. 37-112. (1328).

Top of page

References

Electronic reference

Nadège Gauffre Fayolle, “Nommer et décrire les soieries façonnées. Apports et limites d’une comptabilité princière”CeROArt [Online], HS | 2021, Online since 04 March 2021, connection on 11 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/7742; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.7742

Top of page

About the author

Nadège Gauffre Fayolle

Titulaire d’un D.E.A. d’histoire médiévale (université de Savoie) et ayant étudié à l’EHESS sous la direction de Perrine Mane, Nadège Gauffre Fayolle est chercheuse indépendante, spécialiste du fait vestimentaire à la fin du Moyen Âge. Elle a été commissaire de plusieurs expositions : Pourpoint, mantel et chaperon. Se vêtir à la cour de Savoie 1300-1450, en 2015 à la Chataignière-Rovorée (Yvoire) et La mode au Moyen Âge, en 2017 à la Tour Jean sans Peur à Paris. Elle a été également commissaire associée de l’exposition L’art en broderie au Musée de Cluny-Musée National du Moyen Âge à Paris en 2019. Elle travaille actuellement à un ouvrage sur les brodeurs, les tailleurs et les pelletiers au service des princes de Savoie aux XIVe et XVe siècles.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search