Skip to navigation – Site map

HomeIssues12ArticlesCritique d’un outil méthodologiqu...

Articles

Critique d’un outil méthodologique à travers l’étude d’un objet métis

Adrien Lemaitre

Abstracts

The notion of cultural value is currently at the forefront in the conservation field. According to Codes of Ethics, the professional must ensure that these values are respected. Thus, severals theorical models have been created or adapted for the assessment of a cultural artifact. But are they relevant to conservation of ethnographic objects ? This research seeks to understand the notion of cultural values and to take a critical look at a methodological tool used in the heritage field – the typology of values – in order to propose an intervention protocol for a entangled object (a tahitian tiputa kept in the Quai Branly – Jacques Chirac museum).

Top of page

Full text

Introduction

  • 1   La notion de « valeurs » intervient dans la définition de « bien culturel », formulée en préambul (...)
  • 2   Bertholon, R., « Documentation des valeurs culturelles : le rôle du conservateur-restaurateur », (...)
  • 3   À l’instar de R. Bertholon, J.P. Cometti stipule que l’action de conservation-restauration « ne p (...)

1Le respect de l’intégrité d’un bien culturel est un principe fondateur de la déontologie de la conservation-restauration moderne.1 Ce respect passe par la reconnaissance des « valeurs culturelles » du bien qui doit être préservé. Ainsi, les traitements de conservation-restauration doivent se faire au regard des valeurs qui lui sont reconnues. Plus encore, selon R. Bertholon, « seule la transmission de ces valeurs culturelles peut justifier les efforts consacrés à la conservation. »2 Force est de constater que cette notion est relativement prégnante dans le champ de la conservation-restauration. Elle s’inscrit dans ses principes déontologiques, voire, pour certains, dans la justification de son existence. 3

  • 4   Riegl, A., Le culte moderne des monuments : son essence et sa genèse, Éd. du Seuil, 1984.

2 Afin d’évaluer un bien culturel, un outil méthodologique est à la disposition de la discipline : la typologie de valeurs. Il s’agit d’un modèle théorique qui consiste à organiser les valeurs culturelles entre elles. La réunion de ces valeurs sert à définir « la valeur » d’un bien culturel et vient sous-tendre les choix de traitement de conservation-restauration. Cette voie ouverte par A. Riegl en 1903, dans Le culte moderne des monuments, son essence et sa genèse,4 a perduré jusqu’à aujourd’hui et d’autres typologies de valeurs ont vu le jour.

  • 5  À ce propos, R. Bertholon souligne l’absence de mention des valeurs culturelles au moment du diagn (...)

3 Cependant, ces typologies, ainsi que la notion même de valeurs culturelles, sont rarement questionnées par ceux qui les utilisent. De plus, ces valeurs se font aujourd’hui discrètes dans la pratique de la conservation-restauration alors que leur portée n’est pas mise en doute.5 C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire de recherche de Master II, j’ai souhaité explorer cette notion à travers l’étude d’un objet qui sort des canons classiques des « objets de la restauration », selon la formule de S. Muñoz Viñas. Il s’agit d’un tiputa, sorte de poncho tahitien en tapa, orné de fibres végétales cousues, tressées et ligaturées qui révèlent un métissage dans leurs techniques de mise en œuvre. Il est aujourd’hui conservé sous la dénomination « cape » dans les collections océaniennes du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

Fig. 1 Vue de l’objet de face avant intervention

Fig. 1 Vue de l’objet de face avant intervention

L’étoffe en tapa découpée et cousue provient certainement du mûrier à papier (Broussonetia papyrifera L.) ; la tresse à 6 brins au niveau de l’encolure provient du pandanus (Pandanus tectorius laevis) ; celle à deux brins du pourtour provient du bananier sauvage ; la fibre claire des rosettes - montées et cousues avec du fil de coton sur des ronds de papier machine - semble provenir du roseau de montagne (Miscanthus floridulus), du Pia Tahiti (Tacca leontopetaloide) ou du Mautini cucurbitaceae.

Crédits Adrien Lemaitre.

Partie 1 Constat d’état d’une notion

L’embarras dans la terminologie

  • 6   Dans l’ordre : Davallon, J.. « À propos de la relation patrimoniale », dans Les enjeux du patrimo (...)

4 Lorsqu’on tente d’appréhender la notion de « valeurs culturelles », on s’aperçoit qu’elle se noie dans une pluralité de termes qui entretiennent des rapports complexes avec elle. Pour J. Davallon, ce sont des propriétés qui singularisent un objet patrimonial ; M. de la Torre les définit en référence aux qualités vues dans les choses ; J.P. Cometti les considère comme des qualités de forme ; le concept de signification est utilisé dans la charte de Venise de 1964 pour étendre les critères de classement pour les biens qui n’ont pas de valeurs historique, esthétique ou scientifique, et celui d’importance (Significance) est son pendant anglophone ; l’Office International des Musées distinguait la valeur de l’intérêt en prêtant à la première un sens moral et la seconde un sens juridique ; R. Bertholon estime que les valeurs sont synonymes des notions de sens et d’instance ; selon A. Versloot, chaque valeur est déterminée par le degré auquel l’objet répond à certains « critères » ; enfin, pour R. Russell et K. Winkworth, les critères s’apparentent aux valeurs culturelles : ils l’utilisent pour élargir les termes qui servent à l’évaluation d’un bien.6

5Ainsi, de nombreux termes se substituent, définissent, englobent, étendent ou s’opposent à la notion de valeurs culturelles. En plus de ces termes, elle se confronte à son singulier : la « valeur ». Cette dernière désigne l’ensemble des valeurs attribuées à un bien culturel. Ainsi, la valeur (que certains nomment la signification ou l’importance) d’un bien est composée de différentes valeurs culturelles. Cette terminologie prêtant à confusion, le terme de « signification patrimoniale » sera, en accord avec la charte de Burra, employé ici pour parler de l’ensemble des valeurs d’un bien culturel.

  • 7   J.P. Cometti appelle propriété, « conformément à l’usage standard de ce terme, une détermination (...)

6Selon certaines définitions, les valeurs sont des propriétés, des qualités, des sens ou des critères. Pour cette étude, un choix a été fait en reprenant en partie les propositions de A. Versloot et M. de la Torre : les valeurs culturelles sont définies comme une traduction de critères d’évaluation extraits des propriétés (comme définies par J.P. Cometti7) attribuées à un bien culturel. Une valeur peut découler de plusieurs critères et/ou propriétés. De même qu’une propriété et/ou un critère peuvent mener à plusieurs valeurs. Par exemple, la signature d’un tableau (propriété), permet d’identifier l’artiste et de dater la toile (critères d’évaluation), ce qui participe à sa valeur historique, d’ancienneté et d’authenticité (valeurs culturelles).Cette définition n’a pas pour vocation de s’ajouter à la liste des définitions de valeurs culturelles déjà existantes. Elle a servi à éclaircir le rapport qu’entretiennent les valeurs culturelles avec les statuts de l’objet (ces derniers ayant été définis dans mon mémoire de fin d’études comme des propriétés).

Fig. 2 Schéma de contenance entre différents termes

Fig. 2 Schéma de contenance entre différents termes

Schéma illustrant les rapports de contenances entre la signification, les valeurs, les critères et les propriétés d’un bien culturel.

Crédits Adrien Lemaitre

Intrinsèque ou extrinsèque

  • 8  Munoz Viñas, S., Teoría contemporánea de la restauración, Madrid, Síntesis, 2010. p.151

7Il reste, pour définir cette notion, à déterminer si les valeurs culturelles sont intrinsèques ou extrinsèques à un bien culturel. Par définition, les valeurs, si elles sont culturelles, ne peuvent pas être intrinsèques (car dépendantes d’un contexte culturel) : elles sont donc attribuées. D’après S. Muñoz Viñas, elles sont de plus non inhérentes.8 J’utilise alors la notion de « degré du caractère extrinsèque » pour mesurer à quel point les valeurs culturelles sont considérées comme extérieures à l’objet. Le degré zéro correspond à une conception des valeurs à l’intérieur de l’objet, tandis que le degré maximal correspond à une conception des valeurs exclusivement à l’extérieur, n’ayant aucun lien avec l’essence de l’objet. Cette caractérisation permettra plus tard de classer certaines typologies.

  • 9   L’agentivité, traduction d’agency, se caractérise par la capacité à agir sur le monde, les choses (...)
  • 10 À la question est-ce que la valeur est extrinsèque ou intrinsèque, elle répond :«The answer seems (...)

8 Dans l’étude du tiputa, les valeurs culturelles ont été considérées avec un degré de caractère extrinsèque faible : elles tendent vers l’intérieur de l’artefact. En effet, si l’on reconnaît une agentivité à l’objet, ses valeurs culturelles ne lui sont plus proprement extérieures, car l’objet devient un relais par lequel les valeurs passent.9 Ainsi, par cette approche, les valeurs culturelles d’un artefact se situent à la frontière de l’objet. C’est un avis partagé avec R. Mason qui l’explique par une autre voie : cette position intermédiaire emprunte aux deux extrêmes. D’un certain point de vue, l’objet patrimonial possède une valeur patrimoniale (qui est une proposition intrinsèque et tautologique), et l’autre point de vue, contingent, pointe la formation des valeurs en dehors de l’objet et souligne les processus sociaux.10

  • 11   Cette réflexion sur la temporalité des valeurs a été développée dans le chapitre temporalité des (...)

9Cette considération du caractère extrinsèque des valeurs culturelles souligne un autre point : si l’attribution d’une valeur dépend d’un contexte et d’agents, elles sont donc contingentes. Cette caractéristique impose de les penser temporellement, car l’attribution d’une valeur culturelle à un bien se produit dans un certain état matériel de l’objet et dans un certain contexte.11

La déclaration de signification patrimoniale

  • 12 Russell, R., et Winkworth, K., Significance 2.0: A Guide to Assessing the Significance of Collect (...)

10 La déclaration de signification patrimoniale (DSP) est un compte-rendu de la signification patrimoniale d’un bien culturel qui catalogue et articule ses valeurs culturelles. Cette notion de « déclaration de signification patrimoniale » est préférée à celle de « synthèse des valeurs culturelles », car le terme de déclaration permet de réaffirmer la question du point de vue (position et contexte culturel) de celui qui l’établit. Pour Russel et Winkworth, il s’agit de la dernière des 5 étapes du processus d’assignation de la signification patrimoniale d’un bien culturel.12

  • 13   Cette idée vient de A. Riegl pour qui elles sont toutes légitimes.

11 L’un des rôles du conservateur-restaurateur est de documenter ses interventions, et cette documentation est en partie constituée des raisonnements fondant ses choix. Ainsi, établir une déclaration de signification patrimoniale est essentiel, car les valeurs sont non inhérentes et susceptibles de changer au cours du temps. Cette déclaration permet d’exprimer l’attribution de valeur à un moment T, dans un certain contexte et par une ou plusieurs personnes. Comme R. Mason le stipule, elle ne peut pas et ne doit pas refléter un consensus unique ou une vision universelle.13

Mesure, attachement ou jugement

  • 14   Heinich, N., Des valeurs: une approche sociologique, Paris, Gallimard, 2017. p.135

12 Le conservateur-restaurateur doit donc attribuer des valeurs pour réaliser une DSP. Mais par quel moyen doit-il s’y prendre ? La mesure, l’attachement ou le jugement correspondent, selon N. Heinich, aux trois formes d’attribution de la valeur.14 La première forme opère par l’utilisation d’instruments de mesure, la seconde par des manifestations émotionnelles et la dernière passe essentiellement par les mots. Les biens culturels sont soumis constamment à ces différentes formes d’attribution par chaque agent qu’ils rencontrent et le conservateur-restaurateur n’y échappe pas. Son objectivité mythique se trouve mise à mal lorsqu’il doit faire des choix qui passent par des valeurs qui ne se donnent pas objectivement. Cet extrait révèle comment le conservateur-restaurateur qui établit une DSP est exposé à ces différentes formes d’évaluation :

  • 15 « While there will always be an element of personal judgement and enthusiasm in the statement of (...)

13 « Bien qu’il y ait toujours un élément de jugement personnel et d’enthousiasme dans la déclaration de signification, l’utilisation d’un processus et de critères cohérents garantit aux évaluations d’être rigoureuses et bien étayées. Sous leur meilleure forme, les déclarations de signification combinent la logique, la passion et la perspicacité. »15

  • 16  À propos du jugement : «Heinich, dans la fabrique du patrimoine donne des exemples montrant commen (...)

14 Ainsi, une déclaration de la signification patrimoniale contiendra les trois formes d’évaluation. Cependant, afin d’éviter un surplus de jugement - qui est probablement l’approche la plus néfaste en vue de soins à des artefacts 16- et pour objectiver sa déclaration, le professionnel dispose d’un outil pour évaluer un bien culturel : la typologie de valeurs.

Tentative de typologie des typologies de valeurs

  • 17   On peut trouver plusieurs définitions de typologie comme le souligne cet extrait : «Jean-Claude P (...)

15 Une typologie17 de valeurs est une sélection de valeurs potentielles d’un bien culturel mobilier ou immobilier qui sont structurées entre elles. Ce classement consiste, la plupart du temps, à les regrouper sous des ensembles. Elles peuvent faire partie de théories de valeurs, de codes d’éthique et de déontologie, de méthodologies ou de lignes directrices publiées par une autorité institutionnelle. Voici une liste non exhaustive de différentes typologies utilisées en conservation-restauration de biens culturels, par date de la première parution :

Fig. 3 Liste de typologies de valeurs

Fig. 3 Liste de typologies de valeurs

Sélection de typologies classées par date de publication originale.

Crédits Adrien Lemaitre.

16 Ces différentes typologies, relativement éloignées temporellement pour certaines et dans leur méthode d’approche pour d’autres, permettent de faire un tour d’horizon des valeurs culturelles attribuées aux biens dans le champ patrimonial. De cette liste, on peut en dégager trois types distincts :

17Les typologies fondées sur la dichotomie d’ensembles de valeurs dans lesquelles le bien culturel doit trouver sa place et être évalué face à chacune des valeurs de la typologie. Ainsi, du caractère extrinsèque le plus faible au plus fort, il y a :

  • C. Brandi, qui oppose l’instance artistique à l’instance historique. Ces instances sont considérées comme intrinsèques au bien.

  • A. Riegl, qui oppose les valeurs de remémorations aux valeurs de contemporanéité, fondant ainsi une dichotomie entre le temps et l’intégrité.

  • M. Verbeeck-Boutin, qui oppose les valeurs intentionnelles aux valeurs attentionnelles. Elle semble situer ces valeurs à l’extérieur du bien puisque les valeurs intentionnelles émanent de l’artiste, tandis que celles attentionnelles relèvent de la compréhension des « récepteurs ».

  • I. Szmelter qui oppose les valeurs culturelles-historiques aux valeurs socio-économiques contemporaines sur ce qui semble être la base de celle d’A. Riegl.

18Les typologies qui s’articulent autour de valeurs principales qui sont déterminées par de multiples approches de critères d’évaluations. Un bien culturel doit être étudié en vue de toutes les valeurs, mais elles ne seront pas toutes significatives pour son évaluation. L’évaluation passe par l’attribution de valeurs estimées principales auquel le bien doit répondre, et les autres ensembles de critères servent à définir les valeurs principales, elles ne peuvent pas être signifiantes en soi. Ainsi, du plus grand nombre de valeurs principales, ou primaire, au plus petit :

  • R. Russell et K. Winkworth qui les classe dans 4 valeurs (qu’ils nomment critères) primaires et des critères de comparaison.

  • A. Versloot qui, en plus d’articuler sa typologie autour de trois valeurs principales, groupe les caractéristiques formelles à part.

  • Le PCDK project team qui, en plus de 3 valeurs principales (qu’ils nomment critères), décline les critères d’évaluations selon le bien et le contexte d’évaluation.

  • S. Michalski, qui positionne le bien culturel dans un repère tridimensionnel où chaque axe est déterminé par des ensembles de valeurs.

19Les typologies qui établissent une liste de valeurs sans les articuler entre elles :

    • 18  Il ne s’agit pas de deux ensembles de valeurs dans lesquels l’objet doit trouver sa place, mais bi (...)

    R. Mason regroupe, dans deux modes d’évaluation différents, les valeurs socioculturelles et les valeurs économiques, qui correspondent à deux manières de voir le bien.18

  • B. Appelbaum, qui ne les classe pas sous des ensembles, mais qui les intègre dans une temporalité, un historique des valeurs. Elle prend en compte que l’objet traverse différentes périodes au cours desquelles les valeurs sont susceptibles de changer.

  • La charte de Burra qui propose 5 ensembles de valeurs différentes.

20 Ainsi ces trois types sont ou ont été utilisés pour évaluer les biens culturels. Il s’agit de modèles théoriques censés s’appliquer au patrimoine mobilier et/ou immobilier. Par ce classement, il est possible de distinguer quel type de typologies semble le plus adapté pour le bien culturel dont j’ai eu la charge au cours du master II de conservation-restauration à l’ESAA.

Partie 2 Étude d’un cas particulier : un objet métis

Mise à l’épreuve des typologies

  • 19   A. Appadurai stipule que c’est la méthode biographique qui permet d’appréhender la valeur d’un ob (...)
  • 20 Cette notion de double monde origine est développée par G. Lesaffre, dans sa thèse sur le statut de (...)

21 Les différents types de typologies de valeurs culturelles ont été éprouvés à l’objet en vue, d’une part, d’estimer lesquels sont les plus adaptées à ce type d’objet, et d’autre part de définir des choix de traitements. Pour cela, il a été nécessaire d’étudier l’histoire de l’artefact, sa trajectoire, pour appréhender les valeurs qui lui ont été attribuées.19Je suis parti d’un postulat : les valeurs évoluent conjointement avec les statuts de l’objet. J’ai ainsi étudié les différents statuts que révèle sa biographie, structurée selon le double monde d’origine de l’objet - le monde d’origine de production et le monde d’origine muséal.20 Ces statuts ont servi de substrat à la rédaction de la déclaration de signification patrimoniale du tiputa.

22Le manque d’informations concernant cet objet a tout d’abord nécessité de comprendre de quoi relevaient indépendamment les différents éléments - le tapa et les ornements - dans leur monde d’origine de production afin de discerner la considération qui était portée à cet artefact dans son unité. C’est par cette voie qu’il a pu être défini comme un objet métis, né de la rencontre entre la culture polynésienne et celle des missionnaires occidentaux. En effet, le tapa, dans sa forme de tiputa, est considéré comme un objet de pouvoir dans la société tahitienne avant le contact avec les occidentaux. En tant que vêtement d’apparat, il indiquait un certain statut social et permettait au porteur d’en acquérir sa valeur. Les ornements cousus et tressés révèlent comment la culture religieuse occidentale a reconfiguré le tressage et introduit une nouvelle technologie, la couture, servant la conversion d’un peuple. La culture tahitienne s’est approprié ces technologies nouvelles ou reconfigurées pour en faire des objets de prestige. Ces deux statuts, objet de pouvoir et objet de prestige, que l’on retrouve dans le tiputa étudié, permettent de le qualifier d’objet métis et de l’intégrer dans un corpus d’objets polynésiens qui suivent le même processus de mutation, comme les tiputa tahitiens avec impressions colorées de fougères, les ti fai fai ou encore les vêtements de fête et de mariage de la fin du 19e siècle. Lors de son entrée dans le monde d’origine muséal, ce tiputa a changé de dénomination pour devenir une cape. Cette nouvelle dénomination est directement liée à son changement de statut en objet ethnographique, et révèle une rupture de sens.

Fig. 4 Schéma des statuts du tiputa

Fig. 4 Schéma des statuts du tiputa

Les différents statuts qui lui sont attribués lors de cette étude correspondent à différentes considérations de l’objet. Ils sont regroupés sous des « statuts-ensembles » qui sont les statuts attribués dans chaque monde d’origine. A. A. Dupetit-Thouars joue le rôle d’agent de transition entre les deux mondes. La flèche « reconstruction du lien » est le sens dans lequel l’étude de l’objet tente de le reconnecter à ses mondes d’origine. Selon J. Davallon, pour faire patrimoine, une chose doit être une « trouvaille » et sa valeur est proportionnelle à la connaissance qui peut être construite du monde d’origine (en l’occurrence ici, ses mondes d’origine).

Crédits Adrien Lemaitre.

  • 21   Pour un développement plus poussé, voir le mémoire de fin d’étude sur le sujet.

23Cette recherche sur la trajectoire de l’objet a été confrontée aux différentes typologies. De cette mise à l’épreuve est ressorti que les typologies qui fondent leur modèle sur l’opposition de valeurs (comme A. Riegl ou C. Brandi) sont les moins adaptées à cet objet métis. Nous nous attarderons ici seulement sur celles de C. Brandi et de A. Riegl, car ce sont les modèles dominants dans le champ de la conservation-restauration.21

  • 22   Munoz Viñas, S., Teoría contemporánea de la restauración, Madrid, Síntesis, 2010. p.151
  • 23Muriel Verbeeck-Boutin« De l’axiologie »CeROArt [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 29 octo (...)

24La signification patrimoniale du tiputa (étant un objet dit ethnographique et non une œuvre d’Art) ne peut se borner aux instances artistiques et historiques de C. Brandi. S. Muñoz Viñas stipule que la recherche contemporaine dans le domaine patrimonial a remis les valeurs de vérité en question, en adoptant d’autres types de valeurs qu’a imposés la large variété des « objets de la restauration ». Cette prise en compte d’autres valeurs « empêche une conception aussi limitée que celle historico-artistique, provenant d’un environnement intellectuel culturel élevé dans lequel la recherche de la vérité est une fin précieuse en soi, d’être pleinement satisfaite. » 22De plus, C. Brandi les considère comme inhérentes à l’œuvre,23ce qui s’éloigne de la définition des valeurs qui a été formulée ici.

  • 24 UNESCO - Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ? » Consulté le 18 mai 2020. https://ich.u (...)
  • 25   Leveau, P., Épistémologie de la conservation du patrimoine: ontologie d’un domaine, ergologie d’ (...)

25Le modèle de A. Riegl restreint la signification du tiputa dans des considérations qui ne lui correspondent pas comme la valeur d’intention, la valeur de nouveauté ou la valeur artistique. D’une manière générale, l’opposition qu’il fait entre le temps et l’intégrité est mise en défaut face aux nouvelles formes du patrimoine. 24Il est vrai que A. Riegl est au fondement de la notion de valeurs culturelles telle qu’on l’entend aujourd’hui (et telle qu’elle est définie ici). En pointant leur « culte » dans l’intérêt que porte chacun des « apôtres », selon la formule de P. Leveau25, A. Riegl rejette une vision essentialiste du monument. De plus, dans la pratique de la C.R. il semble en effet que la préservation de certaines valeurs nécessite d’en écarter d’autres. Malgré tout, les considérations qui sont les nôtres vis-à-vis de nos objets de musée dans leur large diversité semblent difficilement se contenir dans le modèle proposé par A. Riegl. Par sa théorie fondatrice, il a jeté une ombre sur toute la discipline de la conservation-restauration, qui peine à devenir autonome à son égard.

26Face à ce tiputa, ce type de typologie semble poser problème pour des raisons variées. Elles révèlent finalement la difficulté de transposer une théorie à un cas particulier. Le cas doit ainsi se conformer au carcan de la théorie, même s’il doit en trahir ses sens, ou moduler la théorie qui se trouve amputée d’une partie de sa structure. Ici, l’objet ethnographique relève d’une histoire particulière, balancée entre plusieurs cultures, et l’opposition d’ensembles de valeurs semble difficilement trouver sa place.

27Les typologies de type 2 et 3 semblent plus adaptées au tiputa. Dans ces typologies, les valeurs ne sont pas mises en opposition et certaines d’entre elles prennent en considération la large variété des objets de patrimoines de différentes régions du monde, ainsi que, pour celle de B. Appelbaum, la temporalité des valeurs. Certaines soulignent le fait qu’il est important de regrouper les valeurs d’un objet dans des ensembles pour percevoir rapidement sa signification patrimoniale, tandis que d’autres pensent que ne pas les classer entre elles inciterait à développer des politiques qui les respecteraient toutes. En ne créant pas des ensembles de valeurs en tension, le risque que l’évaluation d’un bien se conforme au modèle théorique semble moins présent que pour le premier type de typologies. Ces typologies ne se valent pas toutes : certaines sont mieux étayées, d’autres mieux articulées, mais chacune propose un cadre permettant d’évaluer un bien culturel et de transposer en valeurs culturelles ses différentes propriétés afin de rédiger sa déclaration de signification patrimoniale.

Déclaration de signification patrimoniale du tiputa

  • 26 Fredheim, L.H., et Khalaf, M. « The significance of values: heritage value typologies re-examined » (...)

28 À partir de cette recherche sur les typologies de valeurs, il a été possible de réaliser une DSP du tiputa. Elle prend ici la forme d’un schéma tridimensionnel qui organise les statuts successifs par lesquels est passé l’objet selon leurs valeurs culturelles. Ce choix de typologie s’accorde avec la définition des valeurs qui a été faite précédemment. Il a été décidé de regrouper les valeurs dans des ensembles afin de ne pas faire une liste de valeurs qui serait certainement incomplète et peu inclusive. De plus, mettre en regard les différents statuts permet de visualiser les évaluations qui ont pu être faites de l’objet à travers le temps et les différents contextes par lesquels il est passé. Cette méthode de visualisation des valeurs tente de répondre aux prérogatives pour une bonne typologie d’après L.H. Fredhein et M. Khalaf (courte, mais inclusive, langage accessible, minimiser les chevauchements de valeurs et fournir un mécanisme qui permet d’examiner et d’intégrer les anciennes évaluations de l’objet). 26

Fig. 5 Déclaration de signification patrimoniale du tiputa

Fig. 5 Déclaration de signification patrimoniale du tiputa

Elle s’appuie sur la proposition de S. Michalski, en modifiant légèrement l’axe y dans lequel viennent s’ajouter les valeurs sensorielles (esthétique, altérité, de perception, etc.) aux valeurs symboliques personnelles (identitaire, sentimentale, etc.) ; l’axe x de valeurs symboliques impersonnelles et collectives comprend les valeurs sociales, spirituelles, cultuelles, etc. ; et l’axe z ethnohistoriographique reprend la terminologie de S. Muñoz Viñas pour distinguer la valeur historique documentaire ou scientifique de la valeur historique mémorielle, cette dernière étant une valeur symbolique.

Crédits Adrien Lemaitre.

29Résumons rapidement ce qui se trouve dans ce schéma (la DSP complète s’étalant sur 4 pages) :

  • L’objet de pouvoir (OPo) et l’objet de prestige (OPr) sont les deux statuts réunis dans le tiputa qui permettent de le définir comme un objet métis dans son monde d’origine de production. La valeur de l’objet métis est égale à la somme de ses composantes, les deux statuts existant dans le même temps de l’objet : il oscille entre objet de pouvoir de la société tahitienne du pré-Contact et technologies de conversion appropriées et transformées en nouvelles formes de prestiges par la société tahitienne de la fin du Contact. L’objet métis ne possédait pas de valeurs ethno-historiographiques car ses usages dans le monde d’origine de production n’impliquaient pas de statut de document.

  • L’objet colonial (OCol) et l’objet témoin (OTem) constituent le temps de l’objet à son entrée dans son monde d’origine muséal. L’objet de curiosité (OCu) et l’objet de patrimoine (OPa) constituent les statuts de l’objet au MQB-JC. Ces différents statuts, qui existent dans le monde d’origine muséal, permettent de le définir comme un objet ethnographique dont les valeurs ethnohistoriographiques sont prépondérantes.

    • 27 Fredheim, L.H., et Khalaf, M. « The significance of values: heritage value typologies re-examined » (...)
    • 28 Cauchois, H., Tressage. Objets, Matières et Gestes d’hier et d’aujourd’hui, Tahiti, Au vent des île (...)

    La conservatrice responsable de la collection, Stéphanie Lerclerc-Caffarel, a signifié la volonté d’exposer cet objet. Par ailleurs, comme le précisent L.H. Fredhein et M. Khalaf, la conservation-restauration ne se soucie pas seulement des valeurs culturelles actuelles ou passées d’un bien, mais également de ses valeurs potentielles futures. C’est pour cela qu’il est important de s’intéresser aux statuts que les publics de l’objet muséal peuvent lui attribuer. Les pronostics concernant les statuts attribués par des publics issus du monde d’origine de production (PAi) et concernant les statuts attribués des statuts des publics autres (PAu) tentent donc d’appréhender la considération que pourraient porter différents publics du tiputa exposé, car, comme le précisent L.H Fredhein et M. Khalaf, la conservation-restauration ne se soucie pas seulement des valeurs culturelles actuelles ou passées d’un bien, mais également de ses valeurs potentielles futures. 27La thèse de G. Lesaffre (pour PAu) et les travaux de H. Cauchois, (pour PAi) ont été utilisés pour déterminer les statuts et valeurs associées à ce type d’objet. Cette dernière a mis en évidence que les pratiques dites « traditionnelles » résurgentes comme le tressage ou le tapa constituent des symboles de l’identité culturelle ma’ohi. 28

30

Impact de la DSP sur la conservation de l’objet

31Réaliser la DSP du tiputa permet de conclure l’étude des valeurs. Elle a une seconde ambition : s’insérer dans le diagnostic en vue de produire des objectifs de traitements adaptés aux spécificités de la trajectoire du tiputa. Le diagnostic est le moment de l’enchevêtrement du constat d’état et de la DSP. En effet, pour R. Bertholon, « décrire les altérations d’un bien culturel en mentionnant leur impact sur les valeurs culturelles, c’est donner un sens à l’analyse du conservateur-restaurateur. » Afin d’appréhender cette intrication des valeurs dans l’état matériel du tiputa, trois actions ont été mises en œuvre :

  • Pour commencer, les altérations constatées ont été reliées à leurs causes principales.

  • Il a fallu ensuite, quand c’était possible, déterminer dans quel monde d’origine ces altérations trouvent leur occurrence.

  • Dans un troisième temps, l’impact de chaque altération sur la signification patrimoniale du tiputa a été estimé en comparant son état matériel actuel avec d’autres états de référence (qui ont été représentés par les statuts révélés lors de l’étude).

32Cette évaluation de l’impact des altérations sur la signification patrimoniale, que l’on retrouve dans le diagnostic, est confrontée avec le classement des degrés d’évolution d’altérations. Ces deux curseurs ont été mesurés de manière sensible pour chaque altération afin de déterminer des objectifs d’intervention et de sous-tendre les choix de traitements.

33Trois grands objectifs d’intervention ont été énoncés pour orienter les traitements du tiputa : stabiliser les altérations évolutives ; redonner une lisibilité à l’objet métis ; et réfléchir à un mode de présentation et de conditionnement. Ces objectifs et les choix de traitements qui en découlent ont été déterminés en discussion avec différents acteurs du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

34Ainsi, en premier objectif, il a été décidé de stabiliser les altérations évolutives menaçant l’objet et rendant risquées toutes manipulations. Pour cela, l’étoffe et les ornements ont été dépoussiérés et la tresse du pourtour a été consolidée par refixage des soulèvements de la couche noire et par consolidation, précédée de remises en forme, des fibres des vernations parallèles.

35Ensuite, nous avons eu l’objectif de redonner une lisibilité à l’objet métis en tant qu’objet de pouvoir et de prestige, tout en reconnaissant l’importance de certaines altérations sur sa signification patrimoniale en remettant en forme et doublant l’étoffe et en remettant en forme les ornements.

  • 29 Cette hypothèse de l’importance de la forme du tapa est appuyée par une observation directe du tipu (...)

36À travers un exemple, regardons comment la méthode d’exploitation des valeurs a été mise en œuvre dans ces interventions de conservation curative et de restauration : les trous d’accrochages (qui sont caractérisés par la présence de déchirures, lacunes et produits de corrosion) trouvent leur occurrence dans le monde d’origine muséal. Ils renseignent donc sur la vie muséale de l’objet ethnographique et détiennent une valeur documentaire et historique, car ils se révèlent être les seules preuves matérielles et tangibles d’une exposition passée de l’objet. Également, ils altèrent la perception de l’objet de pouvoir, car si, comme le suggère Anne d’Alleva, le tapa donne une forme sociale à son porteur, la forme que nous percevons de l’étoffe contient une certaine valeur. 29Sur l’évolution de ces altérations, les déchirures fragilisent le maintien de l’étoffe et présentent de forts risques d’aggravation pour de futurs usages du tiputa (d’autant plus que le bien a été très exposé aux forces physiques par le passé et que ces trous se situent au niveau de zones de préhensions). De plus, les produits de corrosion dégradent les fibres du tapa par interactions chimiques, ces produits sont cependant très localisés. Et enfin, les lacunes sont stables. C’est pourquoi il a été décidé de renforcer structurellement les déchirures par pontage, tout en conservant les lacunes et les quelques produits de corrosion, par souci d’équilibre entre la conservation des valeurs de l’altération et la stabilisation du tapa.

Fig. 6 Vue avant/après remise en forme d’une rosette

Fig. 6 Vue avant/après remise en forme d’une rosette

Les ornements ont été remis en forme par humidification au nébuliseur (la zone isolée au préalable avec une collerette et des papiers buvards) et séchage contraint.

Crédits Adrien Lemaitre.

  • 30 On retrouve une logique dans certaines déformations qui semblent suivre des pliures orthogonales du (...)

37Autre cas pratique, les déformations et pliures des fibres des rosettes, principalement causées par les forces physiques, gênent la lisibilité des motifs et formes des ornements de fibres. Elles empêchent également de comprendre certaines particularités technologiques et la valeur esthétique de l’objet de prestige. L’occurrence de ces déformations n’est pas déterminée, mais n’ayant pas de localisations qui laissent à penser à un usage de l’objet métis, 30elles n’ont qu’une valeur de potentiel de recherche très limitée. Ce type d’altérations ne présente pas de risque pour la conservation du bien, cependant la perte de signification occasionnée et la restitution possible qu’octroie une intervention nous ont amené, après discussion avec l’institution, à effectuer une remise en forme des ornements.

Fig. 7 Vue de face du tiputa après traitements de conservation-restauration

Fig. 7 Vue de face du tiputa après traitements de conservation-restauration

Les différentes interventions ont été réalisées dans les locaux de l’ESAAvignon, et dans l’espace de restauration du MQB-JC.

Crédits Adrien Lemaitre.

38À terme, la conservatrice responsable du tiputa, Stéphanie Leclerc Caffarel, a émis le souhait de présenter l’objet lors d’une exposition sur Tahiti. Le dernier objectif de cette étude a donc été de réfléchir à un mode de conditionnement et de présentation du tiputa dans les réserves et salles d’expositions en proposant un support de présentation et en développant des préconisations de conservation préventive adaptées. Le mode de présentation proposé correspond aux manières d’exposer les vêtements au musée du Quai Branly – Jacques Chirac et résonne avec les pronostics des statuts proposés plus haut. Ce système « léger » permet d’apprécier la souplesse et la finesse de l’étoffe et de restituer la forme du tiputa porté sans opérer à une restitution de la valeur d’usage telle qu’elle était pratiquée lors des présentations d’objets au Musée de l’Homme.

Fig. 8 Schéma d’une proposition d’un mode de présentation du tiputa

Fig. 8 Schéma d’une proposition d’un mode de présentation du tiputa

Cette proposition « légère » est permise par les interventions de stabilisations effectuées. Le poids de l’objet serait réparti sur des mousses de plastazote cylindriques recouvertes de jersey.

Crédits Adrien Lemaitre.

Conclusion

  • 31 Comme le dit M. Yourcenar, « il est de la nature du filigrane de n’être visible que quand on place (...)
  • 32 Bertholon, R., « Documentation des valeurs culturelles : le rôle du conservateur-restaurateur », da (...)

39L’étude de la signification patrimoniale du tiputa a sous-tendu les choix et les actions de conservation-restauration. Cette action « en filigrane31 » est certainement l’un des facteurs qui font que les valeurs font l’objet d’une « prise en compte discrète dans la pratique de la conservation-restauration, » comme le relevait R. Bertholon.32 D’autres facteurs interviennent certainement dans cet état de fait :

  • Leur caractère équivoque, qui casse le mythe des valeurs culturelles comme langage commun et qui oblige à définir chacune des valeurs employées ou à se référer à un modèle existant afin de rendre l’évaluation compréhensible.

  • L’engagement philosophique que nécessite l’attribution de valeurs, qui peut être difficile à tenir pour le professionnel de la conservation-restauration qui tente d’objectiver sa pratique.

    • 33 « Les méthodes des conservateurs-restaurateurs sont « modernes », au sens où elles sont normatives, (...)

    Enfin, comme l’analysait P. Leveau, les conditions de la pratique de la conservation-restauration, qui est soumise à la loi du marché, de la concurrence et de la rentabilité33 ; ce qui laisse peu de place à l’analyse des valeurs.

40De nombreuses raisons peuvent inciter à délaisser les valeurs culturelles, il s’agit pourtant d’un outil méthodologique d’une grande aide à la décision, car elles permettent de comprendre et d’expliciter les différentes perspectives, considérations et enjeux des acteurs réunis autour d’un bien culturel. Elles servent également à expliciter, argumenter et documenter les interventions sur des biens culturels, ce qui fait partie du rôle du conservateur-restaurateur.

Top of page

Notes

1   La notion de « valeurs » intervient dans la définition de « bien culturel », formulée en préambule du code E.C.C.O. Elles sont alors « culturelles » et permettent aux biens auxquels elles sont attribuées de constituer un patrimoine matériel et culturel. Article 5, « Code of Ethics », E.C.C.O. Professional Guidelines (II), E.C.C.O., 2003.

2   Bertholon, R., « Documentation des valeurs culturelles : le rôle du conservateur-restaurateur », dans AARFU, cahier technique n°19, 2012. p.11

3   À l’instar de R. Bertholon, J.P. Cometti stipule que l’action de conservation-restauration « ne prend sens et ne s’impose que par rapport à un type d’engagement philosophique qui communique avec les valeurs qui se recommandent à notre attention. » Cometti, J.P., Conserver-restaurer:  l’œuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Paris, Gallimard, 2016. p.183

4   Riegl, A., Le culte moderne des monuments : son essence et sa genèse, Éd. du Seuil, 1984.

5  À ce propos, R. Bertholon souligne l’absence de mention des valeurs culturelles au moment du diagnostic dans le code de déontologie E.C.C.O. Plus généralement il relève le manque de documentation de ces valeurs culturelles dans la pratique de la conservation-restauration. Bertholon, R., « Documentation des valeurs culturelles : le rôle du conservateur-restaurateur », dans AARFU, cahier technique n°19, 2012. p.11

6   Dans l’ordre : Davallon, J.. « À propos de la relation patrimoniale », dans Les enjeux du patrimoine : Connaissance, valorisation et construction de l’objet patrimonial, Nice, France, 2016. p.5 ; Mason, R., « Assessing Values in Conservation Planning: Methodological Issues and Choices », dans De la Torre, M., Assessing the Values of Cultural Heritage: Research Report, Los Angeles, CA: Getty Conservation Institute, 2002. p.7 ; Article 1.2, La Charte de Burra - Charte d’ICOMOS Australie pour la conservation de lieux et des biens patrimoniaux de valeur culturelle (ICOMOS Australie), 1981, mise à jour en 2013 ; Leveau, P., « Le Problème de L’épistémologie de La Conservation Du Patrimoine ». dans CRBC n° 28, 2010. p.18 ; Bertholon, R., « Documentation des valeurs culturelles : le rôle du conservateur-restaurateur », dans AARFU, cahier technique n°19, 2012. p.12 ; Versloot, A., Assessing Museum Collections: Collection Valuation in Six Steps, Amersfoort, Cultural Heritage Agency, 2014. ; Russell, R., et Winkworth, K., Significance 2.0: A Guide to Assessing the Significance of Collections, Rundle Mall, Collections Council of Australia, 2009. p.10

7   J.P. Cometti appelle propriété, « conformément à l’usage standard de ce terme, une détermination attribuable à une chose - un prédicat -, à un processus ou à un acte, propre à en définir la nature (ce qu’il est), de manière nécessaire ou accidentelle, ou susceptible d’en caractériser les modes d’être ou d’action dans un environnement ou sur une autre chose (processus ou acte) » Cometti, J.P., Conserver-restaurer:  l’œuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Paris, Gallimard, 2016. p.20

8  Munoz Viñas, S., Teoría contemporánea de la restauración, Madrid, Síntesis, 2010. p.151

9   L’agentivité, traduction d’agency, se caractérise par la capacité à agir sur le monde, les choses, les êtres, à les transformer ou les influencer. Cette idée est défendue dans : Gell, A., Art and Agency: An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press, 2013. C’est justement ce que j’ai tenté de reconnaitre au tiputa en m’appuyant sur les travaux de N. Thomas : par exemple, le tiputa porté confère un statut au porteur et les éléments cousus imposent un nouveau sens du corps instigué par les missionnaires aux Polynésiens.

10 À la question est-ce que la valeur est extrinsèque ou intrinsèque, elle répond :«The answer seems to lie somewhere in between: value is formed in the nexus between ideas and things.» ; Mason, R., « Assessing Values in Conservation Planning: Methodological Issues and Choices », dans De la Torre, M., Assessing the Values of Cultural Heritage: Research Report, Los Angeles, CA: Getty Conservation Institute, 2002. p.8

11   Cette réflexion sur la temporalité des valeurs a été développée dans le chapitre temporalité des valeurs (p.81) de mon mémoire. Lemaitre, A., La cape et le tiputa : critique d’un outil méthodologique (la typologie de valeurs) à travers l’étude préalable à la conservation-restauration d’un objet métis, mémoire de fin d’études, ESA Avignon, 2020.

12 Russell, R., et Winkworth, K., Significance 2.0: A Guide to Assessing the Significance of Collections, Rundle Mall, Collections Council of Australia, 2009. p.10

13   Cette idée vient de A. Riegl pour qui elles sont toutes légitimes.

14   Heinich, N., Des valeurs: une approche sociologique, Paris, Gallimard, 2017. p.135

15 « While there will always be an element of personal judgement and enthusiasm in the statement of significance, using a consistent process and criteria ensures that assessments are rigorous and well substantiated. At their best, statements of significance combine logic, passion and insight. » Russell, R., et Winkworth, K., Significance 2.0: A Guide to Assessing the Significance of Collections, Rundle Mall, Collections Council of Australia, 2009. p.13

16  À propos du jugement : «Heinich, dans la fabrique du patrimoine donne des exemples montrant comment les valeurs prolifèrent dans le langage de la conservation par le recours à l’ambiguïté et aux détours de langage ex : cette tombe présente un intérêt majeur par sa forme revient à exprimer prudemment un jugement esthétique dont la traduction simple serait cette tombe est belle. Ce procédé déguise l’appréciation subjective en critère objectif et sert à se mettre à l’abri d’éventuels reproches.»

Brunel, G. « La foire aux valeurs »CeROArt [En ligne], HS | Juin 2015, mis en ligne le 09 avril 2015, consulté le 10 septembre 2021URL : http://journals.openedition.org/ceroart/4639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceroart.4639

17   On peut trouver plusieurs définitions de typologie comme le souligne cet extrait : «Jean-Claude Passeron [...] conclut qu’il est préférable d’inscrire cette différence dans la terminologie en réservant le terme de typologie aux classifications des sciences humaines.[...] Alain Degenne, dans le Dictionnaire de la pensée sociologique, note que « l’usage consacre indifféremment typologie, classification, taxonomie, voire nomenclature, même si certains auteurs cherchent à réserver chaque terme à une méthode particulière. Demazière et Dubar utilisent le terme de typologie comme synonyme de classification.

Coenen-Huther, J., « Classifications, typologies et rapport aux valeurs », dans Revue européenne des sciences sociales, nᵒ 45, 2007. p.32

18  Il ne s’agit pas de deux ensembles de valeurs dans lesquels l’objet doit trouver sa place, mais bien deux manières de l’appréhender. Pour un bien culturel tel que celui de cette étude, seule la première catégorie nous intéresse (l’objet, lors de sa patrimonialisation est extrait du marché et les codes déontologiques demandent au conservateur-restaurateur de se préserver des considérations pécuniaires à son égard.)

19   A. Appadurai stipule que c’est la méthode biographique qui permet d’appréhender la valeur d’un objet : « nous devons suivre les choses elles-mêmes, car leurs significations sont inscrites dans leurs formes, leurs usages, leurs trajectoires. » Appadurai, A., The social life of things: commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986. p.7

20 Cette notion de double monde origine est développée par G. Lesaffre, dans sa thèse sur le statut des objets extraoccidentaux au MQB-JC. En reprenant la réflexion de J. Davallon, qui soutient l’idée qu’il est nécessaire de relier un objet à son monde d’origine pour qu’il devienne objet de patrimoine, elle la développe plus encore en stipulant que ce sont les mondes d’origine d’un objet qui doivent être certifiés. Il s’agit du « monde ailleurs spatial et temporel » - l’objet dans son contexte de production - et son « monde d’origine muséal. »

Davallon, J., « Les objets ethnologiques peuvent-ils devenir des objets de patrimoine ? », p. 169-187 dans Le Musée cannibale, Sous la direction de J. Hainard, M.O. Gonseth & R. Kaehr, Neuchâtel, Éd. du musée d’Ethnographie de Neuchâtel, 2002. p.171 ; Lesaffre, G., Objets de patrimoine, objets de curiosité : Le statut des objets extraoccidentaux dans l’exposition permanente du musée du quai Branly , thèse présentée en 2011 sous la direction de J. Davallon et de Y. Bergeron.

21   Pour un développement plus poussé, voir le mémoire de fin d’étude sur le sujet.

22   Munoz Viñas, S., Teoría contemporánea de la restauración, Madrid, Síntesis, 2010. p.151

23Muriel Verbeeck-Boutin« De l’axiologie »CeROArt [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 29 octobre 2009, consulté le 10 septembre 2021URL : http://journals.openedition.org/ceroart/1298 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceroart.1298

24 UNESCO - Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ? » Consulté le 18 mai 2020. https://ich.unesco.org/fr/qu-est-ce-que-le-patrimoine-culturel-immateriel-00003.

« Document de NARA sur l’authenticité (1994) - International Council on Monuments and Sites ». Consulté le 24 mai 2020. https://www.icomos.org/fr/notre-reseau/comites-scientifiques-internationaux/liste-des-comites-scientifiques-internationaux/179-articles-en-francais/ressources/charters-and-standards/186-document-de-nara-sur-lauthenticite.

25   Leveau, P., Épistémologie de la conservation du patrimoine: ontologie d’un domaine, ergologie d’une discipline ». Thèse de doctorat sous la direction de J. Morizot, Aix-Marseille, 2012. p.41

26 Fredheim, L.H., et Khalaf, M. « The significance of values: heritage value typologies re-examined », in International Journal of Heritage Studies 22, no 6, 2016. p.470

27 Fredheim, L.H., et Khalaf, M. « The significance of values: heritage value typologies re-examined », in International Journal of Heritage Studies 22, no 6, 2016. p.470

28 Cauchois, H., Tressage. Objets, Matières et Gestes d’hier et d’aujourd’hui, Tahiti, Au vent des îles. Culture Pacifique, Arts et artisanats de Polynésie française, 2013. p.147

29 Cette hypothèse de l’importance de la forme du tapa est appuyée par une observation directe du tiputa : l’unité visuelle de l’étoffe était recherchée, en justifie la pièce de réparation dans son contexte d’origine de production par doublage d’une zone déchirée et lacunaire, cette réparation peut aussi s’expliquer par l’usage qui en était fait.

D’Alleva, A., « Elite clothing and the social fabric of pre-colonial Tahiti », in Kuchler, S., et Were, G., The Art of Clothing: A Pacific Expérience, Routledge, 2014. p.55

30 On retrouve une logique dans certaines déformations qui semblent suivre des pliures orthogonales du tapa, ce type de pliures est souvent révélateur d’un stockage muséal.

31 Comme le dit M. Yourcenar, « il est de la nature du filigrane de n’être visible que quand on place la feuille à contre-jour et en plein pleine lumière. Le reste du temps, on ne s’aperçoit pas qu’il est là. » Yourcenar, M., Le tour de la prison, Paris, Gallimard, 2013. p.54

32 Bertholon, R., « Documentation des valeurs culturelles : le rôle du conservateur-restaurateur », dans AARFU, cahier technique n°19, 2012. p.7

33 « Les méthodes des conservateurs-restaurateurs sont « modernes », au sens où elles sont normatives, analytiques et rationnelles. Mais la conservation-restauration est un domaine d’investigation « postmoderne », car il est hétérogène, anisotrope et rétif à la synthèse. Les conditions d’exercice de la profession sont enfin « hypermodernes », au sens où celle-ci est soumise à la loi du marché, de la concurrence et de la rentabilité. » Leveau, P., « Le Problème de l’ontologie de La Conservation Du Patrimoine ». dans CRBC, n°27, 2009. p.7

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Vue de l’objet de face avant intervention
Caption L’étoffe en tapa découpée et cousue provient certainement du mûrier à papier (Broussonetia papyrifera L.) ; la tresse à 6 brins au niveau de l’encolure provient du pandanus (Pandanus tectorius laevis) ; celle à deux brins du pourtour provient du bananier sauvage ; la fibre claire des rosettes - montées et cousues avec du fil de coton sur des ronds de papier machine - semble provenir du roseau de montagne (Miscanthus floridulus), du Pia Tahiti (Tacca leontopetaloide) ou du Mautini cucurbitaceae.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 2 Schéma de contenance entre différents termes
Caption Schéma illustrant les rapports de contenances entre la signification, les valeurs, les critères et les propriétés d’un bien culturel.
Credits Crédits Adrien Lemaitre
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-2.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 3 Liste de typologies de valeurs
Caption Sélection de typologies classées par date de publication originale.
Credits Crédits Adrien Lemaitre.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-3.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Fig. 4 Schéma des statuts du tiputa
Caption Les différents statuts qui lui sont attribués lors de cette étude correspondent à différentes considérations de l’objet. Ils sont regroupés sous des « statuts-ensembles » qui sont les statuts attribués dans chaque monde d’origine. A. A. Dupetit-Thouars joue le rôle d’agent de transition entre les deux mondes. La flèche « reconstruction du lien » est le sens dans lequel l’étude de l’objet tente de le reconnecter à ses mondes d’origine. Selon J. Davallon, pour faire patrimoine, une chose doit être une « trouvaille » et sa valeur est proportionnelle à la connaissance qui peut être construite du monde d’origine (en l’occurrence ici, ses mondes d’origine).
Credits Crédits Adrien Lemaitre.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-4.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig. 5 Déclaration de signification patrimoniale du tiputa
Caption Elle s’appuie sur la proposition de S. Michalski, en modifiant légèrement l’axe y dans lequel viennent s’ajouter les valeurs sensorielles (esthétique, altérité, de perception, etc.) aux valeurs symboliques personnelles (identitaire, sentimentale, etc.) ; l’axe x de valeurs symboliques impersonnelles et collectives comprend les valeurs sociales, spirituelles, cultuelles, etc. ; et l’axe z ethnohistoriographique reprend la terminologie de S. Muñoz Viñas pour distinguer la valeur historique documentaire ou scientifique de la valeur historique mémorielle, cette dernière étant une valeur symbolique.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-5.jpg
File image/jpeg, 94k
Title Fig. 6 Vue avant/après remise en forme d’une rosette
Caption Les ornements ont été remis en forme par humidification au nébuliseur (la zone isolée au préalable avec une collerette et des papiers buvards) et séchage contraint.
Credits Crédits Adrien Lemaitre.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-6.jpg
File image/jpeg, 55k
Title Fig. 7 Vue de face du tiputa après traitements de conservation-restauration
Caption Les différentes interventions ont été réalisées dans les locaux de l’ESAAvignon, et dans l’espace de restauration du MQB-JC.
Credits Crédits Adrien Lemaitre.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-7.jpg
File image/jpeg, 630k
Title Fig. 8 Schéma d’une proposition d’un mode de présentation du tiputa
Caption Cette proposition « légère » est permise par les interventions de stabilisations effectuées. Le poids de l’objet serait réparti sur des mousses de plastazote cylindriques recouvertes de jersey.
Credits Crédits Adrien Lemaitre.
URL http://journals.openedition.org/ceroart/docannexe/image/8103/img-8.jpg
File image/jpeg, 109k
Top of page

References

Electronic reference

Adrien Lemaitre, “Critique d’un outil méthodologique à travers l’étude d’un objet métis”CeROArt [Online], 12 | 2020, Online since 10 September 2021, connection on 21 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/ceroart/8103; DOI: https://doi.org/10.4000/ceroart.8103

Top of page

About the author

Adrien Lemaitre

Adrien Lemaitre est conservateur-restaurateur diplômé en 2020 à l’École Supérieure d’Art d’Avignon. Il s’est spécialisé en conservation-restauration d’objets ethnographiques en matériaux organiques par des expériences muséales au Musée d’ethnographie de Neuchâtel en Suisse, au Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, à Paris et au Museo Nacional de Etnografía y Folklore à La Paz en Bolivie.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search