Navigation – Plan du site

Présentation

Les Cahiers d’Études du Religieux. Recherches interdisciplinaires sont l’émanation des activités du Centre interdisciplinaire d’Études du Religieux (CIER) au sein de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier (MSH-M). Ils diffusent, dans des numéros thématiques, les communications présentées lors des différents séminaires. Conçus comme un espace de recherche partagé, les Cahiers d’Études du Religieux ont pour objectif de favoriser la collaboration, sur le plan diachronique, des spécialistes de périodes allant de l’Antiquité aux sociétés d’aujourd’hui pour saisir dans toute sa complexité le fait religieux.

Dernier numéro en ligne
19 | 2018
Religions et violence en contexte de modernité

Religions et violence

Norbert Elias avait envisagé l’histoire de l’Occident comme un heureux « procès de civilisation», pensé comme une intériorisation des pulsions et une maîtrise toujours croissante de la violence ; le siècle des liquidations permanentes (Imre Kertesz) aura jeté une ombre sur cette vision héritée des Lumières. Si la Grande Guerre semblait déjà désavouer les rêves kantiens de « paix perpétuelle », le séisme des totalitarismes et le « nouveau type d’êtres humains » (Hannah Arendt) qu’il faisait advenir, ont appelé, comme on sait, bien d’autres efforts de problématisation.

Alors même qu'elles véhiculent souvent un message de paix universelle, les religions ne sont pas restées à l'écart des violences propres à la modernité. Violences religieuses ou violences dans l'orbite d'un monde « sorti de la religion » (Marcel Gauchet) : les exemples sont nombreux d'une imbrication étroite, quels que soient les espaces géographiques, les confessions, les types d'engagements et de mobilisation. S'interroger sur les violences, les religions et la modernité, oblige à aller au-delà de la perception d'une violence archaïque et pré-moderne, ou d'une pacification moderne des processus sociaux dont le processus serait linéaire.

Si les religions proposent de sublimer la condition humaine, l’actualisation de ces projets ne va pas sans une part de destruction : des guerres que Dieu mène pour les hommes aux guerres que les hommes mènent pour Dieu, du mal qu’ils s’infligent à eux-mêmes à celui qu’ils infligent aux autres, la violence imprègne en profondeur les messages religieux.

De ce fait, il est légitime, d’interroger les rapports de causalité entre violence et religions (sont-elles un facteur de guerre ou une source d’apaisement entre les hommes ?) Ce questionnement, qui risque toujours de déboucher sur une stigmatisation des fidèles ou du fait religieux lui-même, ne peut se limiter à investiguer la nature des réalisations concrètes d’un tel rapport. Il doit être poursuivi en tenant compte de la portée empirique de la problématique, mais aussi de sa consistance conceptuelle. La religion, qu’elle manifeste une attitude de justification, d’acceptation ou de condamnation face aux diverses manifestations de violence, fournit un horizon de sens global à la dimension conflictuelle de l’existence et de l’agir humains, en en élaborant une interprétation qui mélange immanence et transcendance.

Or, les sciences des religions n'ont pas questionné de manière systématique les liens entre religions, violences et modernité. De même, les études sur la violence – physique ou symbolique – ont rarement pris en compte les facteurs culturels ou anthropologiques (Thierry Camous, John R. Hall). Pourtant, de très nombreuses ressources existent qui impliquent, de manière centrale ou non, des facteurs religieux, recherches souvent menées sur tel conflit (Seconde Guerre mondiale, conflit israélo- palestinien, conflit nord-irlandais, etc.) ou tel type de mobilisation ou discours (fondamentalistes chrétiens aux États-Unis, secte Aum Shinrikyo au Japon, Frères musulmans en Égypte, appel au Djihad pour la Syrie, luttes anti-coloniales, etc.).

Voilà donc l’idée implicite au cœur de ce numéro : la religion, en tant que macro-catégorie phénoménologique, est une réalité qui non seulement subit et pratique la violence, mais qui la pense aussi, en parvenant, parfois, à développer de véritables systèmes idéologiques axés sur sa représentation. C’est dans cette lignée que ce numéro souhaite s’inscrire, en questionnant la diversité des contextes dans lesquels se réinventent les liens entre religion et violence, à la lumière d’une réflexion, directe ou sous-jacente, sur le discours post-moderne.

Cette réflexion, débutée en 2012 par les post-doctorants du Groupe société, religions, laïcité (GSRL, UMR : CNRS-EPHE) sous l’impulsion de Daniela Campo, Julia David et Vincent Vilmain, s’est poursuivie par un colloque international à Paris. Ce colloque « Religion et Conflit. Violence pensée et pensée de la violence dans la post-modernité », organisé par Giulia Marotta et Romain Sèze[1], s'est déroulé au GSRL, les 13-14 mai 2014. Les éditeurs de ce numéro aimeraient tout particulièrement remercier toutes ces personnes qui ont permis à cette réflexion de se poursuivre jusqu’à ce numéro, ainsi que la direction du GSRL et spécialement Philippe Portier, sans oublier Denis Pelletier, pour leur soutien indéfectible pour l’équipe des jeunes chercheurs et post-doctorants du GSRL.

Les éditeurs

Daniela Campo, Emmanuel Kreis, Christophe Monnot et Sara Teinturier



[1] Cette introduction reprend librement, pour une part, l’argumentaire de présentation de ce colloque.

  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • OpenEdition Journals