Navigation – Plan du site
Recension

Daniel Attala, Violaine Rosiau (dir.), Chute et rédemption dans la littérature

Jérôme Lagouanère
Référence(s) :

Daniel Attala, Violaine Rosiau (dir.), Chute et rédemption dans la littérature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Interférences », 2017, 394 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif propose un parcours historique, de l’Antiquité à nos jours, et multidisciplinaire, en croisant disciplines, théologie, philosophie, littérature, et genres, du traité théologique à la bande dessinée, en passant par le roman, des emplois et interprétations des notions de chute et de rédemption dans la littérature. Après une introduction des éditeurs, qui précise les enjeux de l’ouvrage, Daniel Attala (« Autour de la notion de chute (et de rédemption) ») propose, en guise de prologue, une réflexion sur le motif de la chute d’Aristote à Derrida, en passant par Augustin ou Poe. Il souligne notamment comment la modification du schème cosmologique à l’époque moderne, du monde clos à l’univers infini selon la formule d’Alexandre Koyré, conduit progressivement la chute à devenir, de motif théologique, un motif littéraire qui institue l’acte littéraire comme la possibilité d’une rédemption.

2La première partie s’intéresse au motif de la chute et de la rédemption de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge. Benoît Jeanjean (« Jérôme, traducteur de la Bible, chute ou restauration du sens ») restitue la démarche qui a amené Jérôme à mener son entreprise de traduction de la Bible en latin à partir de l’original hébreu et les critiques qu’il a dû affronter. Il met notamment en évidence que ce retour à la langue d’origine du texte permet de retrouver et de rédimer le sens originel du texte qui avait été altéré par les différentes traductions antérieures. Yves Meesen (« Chute et rédemption dans le De ciuitate Dei de saint Augustin ») analyse comment le récit de Gn 2-3 est lu par Augustin. Il montre ainsi que le fait de lire ces versets comme récit historique l’amène à opposer deux états de la nature humaine, un état prélapsaire et un état postlapsaire, tout en insistant, contre le manichéisme, sur la responsabilité de la volonté humaine dans l’événement de la chute, et contre le platonisme, sur la primauté de la résurrection des corps dans l’économie chrétienne du salut. Les quatre communications suivantes s’attachent à étudier les motifs de la chute et de la rédemption dans la littérature médiévale à l’aune d’un imaginaire nourri par les figures bibliques. Elisabeth Pinto-Mathieu (« Les légendes de pècheresses repenties au Moyen Âge ») étudie le traitement des trois pècheresses repenties, Marie-Madeleine, Marie l’Égyptienne et Thaïs, où les modalités de la chute, la luxure, sont identiques mais où celles de la conversion divergent et soulignent les profondes divergences idéologiques dans la représentation de l’accès du féminin au salut. Jean-Louis Benoit (« Marie co-rédemptrice dans Les Miracles de Notre-Dame d’Adgar et Gautier de Coinci ») souligne le rôle essentiel de la figure mariale dans la représentation médiévale de la rédemption. Ce rôle essentiel dévolu à Marie est également au cœur de la communication de Virginie Dumanoir (« Les Miracles dans Les Cantiques de Sainte Marie d’Alphonse X de Castille. Chute et rédemption en mots et en images »). L’élaboration d’une figure mariale par réaction à la figure de la tentatrice Ève, en même temps que l’alternance de chants et d’illustrations, confèrent aux cantigas d’Alphonse X de Castille une dynamique ascensionnelle qui décrit le trajet de l’humanité de la chute à la rédemption. C’est à une autre figure biblique que s’intéresse Myriam Clément-Royer (« Abel sous l’arbre couleur de sang, des romans du Graal à la Bible historiale ») : Abel, le fratricide. Elle étudie comment la production romanesque médiévale a créé un nouveau motif à partir du récit biblique, l’image d’Abel sous l’Arbre rouge, qui constitue à la fois une scène archétypale de la chute et du meurtre et un lien avec le motif de la Passion et de la Croix du Christ. Enfin, Jean-Frédéric Chevalier (« In hac lacrimarum ualle : chute et rédemption dans l’œuvre latine de Pétrarque ») souligne avec beaucoup de finesse comment Pétrarque métaphorise le thème de la chute et de la rédemption à travers les motifs de la vallée et de l’ascension, notamment dans sa fameuse lettre décrivant son ascension du Mont Ventoux.

3La deuxième partie (« À rebours : du Classicisme au Romantisme ») s’attache à étudier les évolutions des motifs de la chute et de la rédemption à l’époque moderne, même si l’on peut regretter qu’une seule communication ne traite que du XVIIe siècle ou du XVIIIe siècle et que la majeure partie des communications se consacre essentiellement à la manière dont le Romantisme reprend à son compte ces motifs. Éva Tilly (« La théologie féministe : une grille de lecture anachronique d’écrits féminins du siècle d’or ? ») propose une lecture de l’œuvre narrative de Maria de Zayas à l’aune des catégories de la théologie féministe. Elle souligne comment la présence du culte marial et une interprétation féministe des Écritures, notamment à travers la description des hommes comme agents diaboliques de la chute, y dessinent pour les femmes un projet de vie qui est aussi une libération de l’oppression masculine. Nicolas Brucker (« Rédemption, régénération, révolution dans le cycle Paysan-Paysanne pervertis de Rétif de la Bretonne ») souligne comment Rétif de la Bretonne joue des antithèses dans son cycle romanesque et, malgré un arrière-plan nourri de jansénisme, tend à substituer le motif de la révolution à celui de la rédemption ainsi que celui de la régénération par la philosophie à celui du salut par la religion. Les communications suivantes s’attachent toutes à l’étude de ces motifs dans la littérature romantique. Isabelle Durand (« Figures de la passion et de la rédemption dans le roman historique révolutionnaire (Hugo, Dickens) ») étudie comment Dickens et Hugo comprennent le motif de la rédemption dans une perspective historique et politique à l’aune de l’événement de la Révolution. Esther Pinon (« ‘Tombé comme le Christ pour aimer et souffrir’ : Musset et la fascination de la chute ») s’intéresse à la récurrence du motif de la chute chez Musset qui s’exprime à travers de nombreux paradigmes bibliques, notamment ceux de la figure d’Ève et de la figure du Christ. Enfin, Frédéric Slaby (« À la recherche du paradis perdu dans les écrits autobiographiques de Thomas de Quincey ») analyse le motif du paradis perdu chez Thomas de Quincey qui témoigne d’une attention particulière à la souffrance, source de chute et de rédemption pour l’être humain, et qui, loin de renvoyer à l’œuvre de Milton, consacre au contraire la figure de Wordsworth comme figure du poète-prophète.

4La troisième et dernière partie de l’ouvrage (« À la quête d’un sens : l’époque contemporaine ») tend à montrer que le motif littéraire de la chute et de la rédemption, privé de son ancrage religieux, traduit, du XXe siècle à nos jours, une interprétation herméneutique de celui-ci : la chute et la rédemption sont alors pensées et vécues comme la perte du sens et de sa quête dans un monde privé de certitudes. La première communication, due à Pascal David (« Chute et rédemption à la lumière de L’Étoile de la Rédemption de Franz Rosenzweig »), s’attache au motif de la rédemption dans le chef-d’œuvre du philosophe allemand Franz Rosenweig où celui-ci appelle à repenser l’articulation entre judaïsme et christianisme en même temps que celle entre Création et Révélation. Carole Auroy (« Albert Cohen, une rédemption sans chute ? ») étudie l’importance de l’hypotexte biblique, mêlé à des références proprement profanes, dans l’œuvre romanesque d’Albert Cohen qui permet de racheter ses héros, Solal, grâce au travail poétique. Les deux communications suivantes proposent, quant à elles, des réécritures du mythe du Juif errant. Frédérique Mengard (« Les représentations de la chute et rédemption dans Le Juif Süss de Lion Feuchtwanger : une expression de l’assimilationnisme ? ») montre comment l’œuvre de Feuchtwanger, en faisant de son héros un héros à la fois juif et christique, exprime une symbiose judéo-allemande. Pour sa part, Emmanuelle Sinardet (« La figure du juif errant dans ‘La última erranza’ de Joaquín Gallegos Lara : une réécriture de la Passion ») montre comment Gallegos Lara utilise la figure du Juif errant pour penser la persécution et sa répétition historique à travers la réécriture de motifs bibliques. Violaine Rosiau (« ‘Cinco horas con Mario’ : la confession littéraire de Carmen ou l’‘occasion’ d’une rédemption ») étudie la réécriture que propose Miguel Delibes de la figure de Carmen à l’aune d’intertextes bibliques et qui autorise une rédemption du personnage après la mort de son amant. Les deux communications suivantes traitent de la chute et de la rédemption dans la littérature fantastique, pour ne pas dire la fantasy, à travers deux auteurs nourris de références bibliques, Tolkien et C.S. Lewis. Michaël Devaux (« Chute et eucatastrophe : les contes de fées de Tolkien » souligne le parallélisme frappant entre les événements qui conduisent à la chute dans les contes de la Terre du Milieu et le récit génésiaque. Anne-Isabelle François (« Chute et rédemption chez C.S. Lewis ») montre que la centralité du motif de la chute et de la rédemption dans l’œuvre romanesque de C.S. Lewis traduit en fait la conviction de l’auteur du pouvoir de la fiction et du mythe pour pénétrer et pour faire partager une interrogation chrétienne sur le monde et d’enchanter le scepticisme de ses contemporains. Enfin, Joël Delhom (« Rédemption ou renoncement ? Une utilisation politique de la Bible dans la BD Juan Solo de Georges Bess et Alejandro Jodorowsky ») étudie le rôle de l’intertexte biblique dans la BD Juan Solo dans la description d’un monde où l’être humain semble mauvais par nature mais où le mysticisme magico-religieux sert de refuge ultime devant l’injustice.

5L’ouvrage se termine par un mot de conclusion des maîtres d’œuvre de celui-ci qui rappelle les intentions des auteurs, à savoir donner un échantillon de l’utilisation littéraire du mythe de la chute et de la rédemption de l’Antiquité à nos jours, et à travers cela inciter à une réflexion sur la nature des rapports entre texte littéraire et texte sacré. Disons-le tout net : ces objectifs sont atteints, et cet ouvrage offre à maintes reprises, à travers des cas d’espèce, des éléments fort intéressants afin d’interroger l’innutrition biblique du processus de création littéraire. On regrettera simplement dans ces ultimes pages des propos beaucoup trop élogieux tenus sur la traduction de Frédéric Boyer des Confessions sous le nom Les Aveux, qui plus qu’une réinterprétation du texte augustinien en constitue une trahison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lagouanère, « Daniel Attala, Violaine Rosiau (dir.), Chute et rédemption dans la littérature », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cerri/1959

Haut de page

Auteur

Jérôme Lagouanère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • OpenEdition Journals