Navigation – Plan du site
Lectures

Socio-histoire et science politique des activités et services de renseignement

À propos de quatre ouvrages récents
Frédéric Ocqueteau
Référence(s) :

Julie Alix, Olivier Cahn (dir.), L’hypothèse de la guerre contre le terrorisme, implications juridiques, Paris, Dalloz, 2017, 298 p.

Thierry Balzacq, Théories de la sécurité, les approches critiques, Paris, Presses de science po, 2016, 507 p.

Jean-Vincent Holeindre, La ruse et la force, une autre histoire de la stratégie, Paris, Perrin, 2017, 464 p.

Olivier Chopin, Benjamin Oudet, Renseignement et sécurité, Paris, A. Colin, 2016, 208 p.

Texte intégral

1Nous vivons apparemment dans un nouveau monde géopolitique de tensions, de conflits, de menaces et de guerres, où le terrorisme international et local occupe une place privilégiée. La gestion de ce phénomène prend forme non seulement dans la réalité et la perception des faits, mais aussi dans l’exercice de la pensée réflexive qui ambitionne d’en décrypter les nouvelles modalités à l’aune de l’histoire des idées et des techniques politico-administratives de sa contention. Le paysage des sciences sociales critiques est en complète recomposition sur l’objet de la lutte antiterroriste, en France tout au moins, où l’on assiste notamment à des croisements de disciplines et d’échelles d’analyse dont il faut souligner le caractère novateur.

2Pourquoi le présent dossier de Champ Pénal/Penal Field, dont la vocation initiale était plutôt focalisée sur les aspects répressifs de l’action intérieure des États-nations, et singulièrement des appareils de justice et des polices civiles ou militaires, prétend-il élargir la focale en abordant de conserve quatre ouvrages récents d’allure a priori fort dissemblable ? C’est précisément en raison de leur diversité qu’ils nous semblent permettre de repérer et mieux identifier comment le terrorisme et l’antiterrorisme sont en passe de faire muter le droit pénal, la science politique et la sociologie critique des relations internationales, en les amenant au moins à se confronter aux limites de leurs propres épistémologies.

  • 1 La thèse de l’historien Alexandre Rios-Bordes vient d’être publiée (Rios-Bordes, 2018).
  • 2 Sur l’enjeu théorique du programme 2014-2017, voir : http://lier.ehess.fr/index.php?1218.
  • 3 Il est divisé en quatre parties reprenant toutes, le thème de « l’épreuve de la guerre contre le te (...)

3L’ouvrage coordonné par les juristes Julie Alix (CRDP, Lille 2) et Olivier Cahn (LEJEP, Cergy-Pontoise) constitue un jalon important dans l’histoire d’une entreprise intellectuelle multidisciplinaire initiée par trois politistes, Dominique Linhardt, Cédric Moreau de Bellaing et Alexandre Rios-Bordes1, dite « ni guerre, ni paix »2. Ces derniers ont convié les coordinateurs de l’ouvrage à introduire et rassembler une vingtaine de contributions juridiques3 à ce séminaire (2014-2017). Nous nous focaliserons sur leurs engagements qui donnent le ton et la colonne vertébrale de l’ouvrage, un vigoureux plaidoyer au service d’un engagement politique cherchant à démolir la vulgate politicienne de la guerre contre le terrorisme. Une quinzaine d’universitaires, plutôt jeunes, ont bien voulu s’y reconnaître et y apporter toute leur expertise.

  • 4 Auteure d’une thèse de droit public soutenue en 2008 (Alix, 2010).

4Le propos introductif de J. Alix4 et O. Cahn est d’abord animé par la stupéfaction engendrée par la décision du président Hollande de bouleverser le cadre institué de la « lutte antiterroriste » en France au lendemain des attentats meurtriers parisiens de 2015, alors que l’arsenal disponible ne rendait pas indispensable pareil bouleversement. Les auteurs tentent surtout de comprendre le contexte ayant incité les ministres de l’Intérieur successifs de son gouvernement à prendre le risque de décréter et de pérenniser l’état d’urgence, et d’en renforcer l’impact par des lois toujours plus répressives et liberticides. À partir de cette sortie décrétée temporaire de « l’État de droit », ils montrent comment l’histoire tumultueuse de la République en a maintes fois affronté la tentation durant les périodes de conflits armés (transfert vers les autorités administratives et militaires de la responsabilité de lutter contre des manifestations criminelles, et abaissement du niveau d’exigence des contrôles constitutionnels sur l’élaboration et le contenu des législations et leur mise en œuvre). La « surprise » et la « panique » liées aux attentats parisiens de 2015 et suivants ne sauraient, pour les auteurs, valoir explication du recours à ces législations d’exception, dès lors qu’on les situe dans le fil des mutations juridiques antérieures. La France avait su s’adapter à une longue tradition d’attaques terroristes sur son sol (en 1978, 1982, 1985, 1995 ou 2012) sans avoir jamais recouru pour autant à la nécessité d’une déclaration de « guerre au terrorisme », comme cela fut le cas le 16 novembre 2015. La législation répressive, traditionnellement réactive, avait certes commencé à devenir préventive au point de dénaturer les fonctions de la loi pénale, en en repliant exclusivement les prétentions vers la dissuasion et la neutralisation. Les dispositifs anti-terroristes pénaux s’étaient certes vus concurrencés par des dispositifs administratifs et militaires, mais jusqu’alors le droit commun (administratif, pénal, financier, international, européen) était resté très actif dans ce domaine. Avec « l’état d’urgence » pérennisé, le nouveau référentiel gouvernemental semble avoir redistribué toutes les cartes conceptuelles, matérielles, stratégiques et opérationnelles, politiques et pratiques de sa riposte dans le maelström d’une doctrine de la « sécurité globale » (à défaut de « sécurité nationale »), où se trouve définitivement marginalisée la réponse pénale. La rhétorique de la « guerre contre le terrorisme » brouille toutes les frontières et les catégories instituées : on assiste à une transformation de la prévention par la répression, qu’induit le chevauchement des domaines de la police judiciaire et administrative ; à une judiciarisation des activités du « renseignement » ; et à une répression qui tend à s’administrativiser et à se militariser durablement. Dans ces conditions, les pénalistes de ce collectif, en perte de repères dans leur champ disciplinaire, admettent le besoin de se frotter à d’autres lectures (historiques, sociologiques et philosophiques), tout en continuant à défendre avec un talentueux courage leur engagement dans la défense des libertés. Ils prennent leurs distances avec une lecture minimaliste (libérale) qui ne verrait dans cette nouvelle rhétorique qu’une tactique de communication, préférant sonder deux autres hypothèses : la première, maximaliste (radicale), dénonce un basculement décisif dans un « droit de l’antiterrorisme » sui generis ; la seconde explore l’idée que se poursuivrait la « construction d’un dispositif répressif dérogatoire au droit commun mais restant toutefois soumis aux contraintes de l’État de droit » (p. 11). Le danger d’adhérer à la lecture maximaliste (réaliste ?) serait de sortir de la logique « ni paix, ni guerre », en acceptant la mise en place d’un mécanisme d’exceptionnalisation pérenne de la lutte contre une « forme de criminalité », justifiée au sein d’une branche autonomisée du droit pénal général.

5C’est certainement là la part d’idéalisme de nos auteurs juristes critiques, parties prenantes assumées aux débats juridiques positivistes à rebours des réalistes critiques ou cyniques négligeant le droit. Martelant la nécessité d’inscrire la lutte contre le terrorisme dans un État de droit non perverti, ils en rappellent le présupposé ultime : la croyance en l’humanité de l’homme, et par conséquent, le devoir absolu d’espérer en l’être humain. Le sociologue D. Linhardt, complétant l’approche de ses collègues juristes, propose l’hypothèse basse de la guerre au terrorisme. Il rappelle que si les politiques français ont sur-réagi dans la « subjectivisation négative des terroristes », ces derniers restent avant tout des criminels : on dénie une intentionnalité politique à des actes criminalisés, alors qu’on fait de leurs auteurs des ennemis à combattre par tous les moyens, y compris non pénaux, autrement dit, militaires. On voit en quoi les sociologues citoyens auraient eux-mêmes du mal à voir assimilés ces ennemis des états de droit à de légitimes adversaires de combat (p. 267-268).

6Ce point nous permet de rebondir sur la nécessité de parvenir à un consensus académique entre les différents analystes français du champ d’étude « terrorisme-antiterrorisme » (à supposer qu’il existe), car ils peinent à ajuster leurs catégories disciplinaires. Ce n’est pourtant pas faute de ne pas disposer désormais d’audacieuses théorisations épistémologiques sur le champ mouvant de la sécurité internationale face au terrorisme et à tous les autres phénomènes de risques. Thierry Balzacq (politiste se situant lui-même, avec quelque distance, dans l’orbite de « l’école dite de Paris » autour de Didier Bigo, p. 201, note 124), dans un ouvrage plutôt ardu mais valant l’effort, montre comment cinq grandes approches théoriques gouvernent désormais le champ de la réflexion critique dans l’inflation de la production internationale de la sécurité (historique [p. 19-70] ; théorie critique [sociologique, normative et praxéologique, p. 71-164] ; constructivisme [p. 165-250] ; poststructuralisme [p. 251-358] et féminisme [p. 359-430]). Étant donné l’impossibilité de montrer la richesse, le potentiel et les limites de chacune de ces approches, nous nous concentrerons sur celle qui nous paraît la plus à même de susciter l’intérêt des lecteurs de cette revue dont l’une des orientations majeures reste celle du constructivisme critique.

  • 5 Prenant acte d’un point de divergence fondamental entre théoriciens constructivistes sur le caractè (...)
  • 6 Que l’auteur préfère baptiser risquologie plutôt que cyndiniques (sciences du danger) qui eurent na (...)
  • 7 Mentionnons ce présupposé chez le philosophe foucaldien Frédéric Gros (Gros, 2012).
  • 8 Comme les travaux du Cesdip les avaient bien cernés et identifiés à la fin des années 1990 (Robert (...)

7Dans ce troisième chapitre, l’auteur montre en effet une voie d’accès originale, se tenant à bonne distance du postmodernisme et du constructivisme radical. Il défend la possibilité de réconcilier des couples conceptuels souvent présentés comme antinomiques, tels que identité-intérêt, idée-matière, normes régulatrices-constitutives, persuasion-contrainte, causalité-constitution. Attardons-nous sur le concept fédérateur de sécuritisation (securitizing) encore assez méconnu des pays de littérature francophone. Issu de la philosophie des actes du langage, développé par Ole Wæver de l’École de Copenhague puis retravaillé par B. Buzan, O. Wæver et J. de Wilde, le caractère heuristique de ce concept vient de ce qu’il prétend expliquer la transformation d’un enjeu en problème de sécurité, dans un processus précédant quasiment le phénomène empirique de sécurisation (rendre plus sûr un objet, un sujet ou un espace donnés) plus connu des francophones. Pour Thierry Balzacq, qui plaide pour l’importation de ce concept dans les sciences sociales francophones, la sécuritisation articule politiques de construction et de gestion de la menace (p. 195). Elle permet d’identifier simultanément le présentateur de l’enjeu comme menace (l’acteur sécuritisateur), l’entité jugée menaçante (le sujet de référence), ce qui est menacé (l’objet de référence), l’audience dont l’accord est nécessaire pour conférer le statut intersubjectif ou co-construit de la menace, le contexte et enfin l’adoption de politiques distinctes à ce sujet, qu’elles soient exceptionnelles ou non5. Et comme la sensibilité de l’auteur est nettement plus sociologique que philosophique (il estime que l’acte central de la sécuritisation est moins illocutoire que perlocutoire, autrement dit que sa dimension performative est plus importante que constative), il se rapproche nettement des travaux de l’École de Paris qui auraient permis de mieux expliquer, comme l’a fait la deuxième École de Copenhague, la façon dont les politiques de sécurité se fabriquent avec leur audience et dans leur contexte, sans les séparer. S’agissant de la dimension de l’audience, l’auteur en identifie trois propriétés ou attributs : un processus négocié entre acteurs concernés ; un soutien formel qui cherche un consensus autour d’une assise morale ; et une épistémologie mobilisant les notions de champ de forces et d’habitus de la sociologie de Bourdieu et les idées de gouvernementalité et de dispositifs de Foucault. Cette épistémologie serait capable de mieux rendre compte de la diversité des pratiques et techniques de prise en charge et de sauvegarde de la sécurité. Les travaux empiriques de Didier Bigo sur le champ des professionnels de l’insécurité en seraient l’un des exemples les plus emblématiques. S’agissant du contexte de la sécuritisation, T. Balzacq estime que son ontologie (de quoi est fait le contexte ?) importe moins que son épistémologie des facteurs influents susceptibles d’expliquer les variations de résultats au sein des divers processus de sécuritisation, à la condition de ne pas se départir soi-même d’une posture d’analyste externaliste. Seul le contexte (variable indépendante) confère aux acteurs plus ou moins de pouvoir et au problème plus ou moins de dangerosité, le caractère plus ou moins sensible du contexte découlant donc de l’implication des acteurs, ce qu’ont maintes fois montré des travaux dédiés aux pandémies globales (tant dans le domaine de la santé que celui de l’énergie, de l’environnement, ou de la cybersécurité). De tels réflexes de méthode seraient néanmoins trop simples si la démarche n’entretenait pas des liens étroits avec l’étude des risques6. Notons deux mises en garde bienvenues quant à la confusion possible entre risquologie et sécuritisation et le moyen de bien les départager. Le regard de l’analyste qui passe du risque à la menace se décale insensiblement, car les types de causalités et les cibles de ces phénomènes divergent. Par exemple, vivre en état de risque consiste à s’ajuster à des techniques permettant de rebondir dans l’adversité, tandis que contrer une menace consiste à s’en défendre ou à y résister. L’auteur admet que les deux écoles puissent se rejoindre sur les effets produits en termes de précaution, lesquels renvoient au « principe d’incertitude », question dont l’arrière-plan ontologique passe de plus en plus souvent par le sentier d’une optique de gestion normale, voire neutre7. N’hésitant pas à montrer comment la « sécurité sociétale » constituerait le point névralgique des questions de « sécurité identitaire », beaucoup plus problématiques que celles de la « sécurité nationale étatique » (ou extérieure-intérieure désormais pensée en continuum plutôt qu’en rupture), l’auteur justifie l’importance de l’étude des normes dans un processus8 en cycles vitaux plus ou moins longs, plus ou moins pris dans des boucles récursives. Les normes ne seraient pas seulement à concevoir comme des régulateurs du comportement des acteurs, mais comme participant bel et bien à la (re)définition de leur identité, influençant à leur tour le contenu de leurs intérêts.

8Jean-Vincent Holeindre, professeur de science politique à Poitiers, propose dans La ruse et la force une salutaire histoire de la stratégie de l’Antiquité à nos jours, en menant de conserve une approche de la pensée philosophique et de la pratique stratégique de la guerre et de la paix. Il le fait dans un style littéraire agréable qui charmera un grand public éclairé curieux de revisiter certains fondamentaux, peut-être oubliés aujourd’hui. L’auteur excelle à baliser un chemin semé d’embûches dans une immense fresque chronologique où les usages de la force et de la ruse se disputent un dialogue ininterrompu depuis l’Antiquité. Son approche se veut généalogique, soucieuse de prendre ses distances avec toute téléologie. L’auteur se montre surtout sensible à l’identification des moments de bifurcations et de ruptures dans l’histoire de la stratégie militaire, en mettant l’accent sur le contexte de l’environnement politique et social. Il récuse d’un geste l’objection possible d’une histoire des idées déréalisée, cherchant au contraire à établir un dialogue permanent entre théories et pratiques, la stratégie incluant précisément action et discours sur l’action. Son enquête fait la part belle aux sources imprimées et non militaires, les œuvres marquantes étant systématiquement renvoyées aux contextes politique, militaire et social dans lesquels elles s’insérèrent. À mi-chemin d’une histoire contextuelle des idées (à la Quentin Skinner et John Pocock) et d’une histoire philosophique penchée sur les significations internes des textes (à la Léo Strauss), il se revendique d’une philosophie politique attentive aux auteurs tout autant qu’aux concepts et à leur déploiement dans l’histoire pour éclairer le passé et le présent.

9L’ouvrage se compose de 17 chapitres répartis en trois parties très inégales. Les neuf premiers chapitres concernent la formation de la stratégie dans la Grèce antique, la Rome républicaine et impériale, et le monde judéo-chrétien, une avancée minutieuse destinée à entrer dans des fondamentaux incontournables souvent oubliés, alors qu’ils auraient toujours inspiré les modernes. Quatre chapitres plus attendus concernent la modernité stratégique, de Machiavel à Clausewitz, le stratège prussien ayant contribué à la déconsidération de la ruse, conçue comme simple tactique subordonnée au temps des guerres napoléoniennes. Les trois derniers, les plus intéressants pour notre propos, examinent le devenir de la ruse et de la force dans les conflits contemporains : au temps des deux guerres mondiales dans une combinatoire de guerre totale et d’ascension aux extrêmes ; durant la guerre froide, où la force est représentée par la bombe atomique et où la ruse a pris la forme du bluff et de l’espionnage ; enfin, sous la période actuelle marquée, après 2001, par un regain de conflits asymétriques et de terrorisme, où la ruse du faible paraît mettre en échec les grandes puissances occidentales. Qu’apporte cet ouvrage de nouveau en son dernier chapitre ? Deux choses, nous semble-t-il.

10D’une part, la nécessité de repenser l’articulation entre la configuration stratégique en période de guerre froide et celle de la période actuelle. J.-V. Holeindre montre comment le contexte de non-bataille propre à la dissuasion nucléaire a créé une dépendance des décisions stratégiques à l’égard des informations collectées et protégées par les espions dont le statut aurait radicalement changé par rapport aux figures antérieures du soldat et du diplomate. Par son action psychologique et ses ressources cognitives, l’espion serait devenu un acteur stratégique à part entière très associé aux décisions politiques. Obtenir des informations sur l’ennemi et empêcher l’ennemi d’obtenir des informations sur soi, tel serait devenu l’art de la ruse d’aujourd’hui : art de dissimuler des informations par la pratique du secret, art d’employer des méthodes d’intoxication pour se protéger soi-même. Cette configuration dominante propre à la guerre froide fonctionnerait toujours, bien que la tendance, parmi les hommes politiques, soit à considérer le terrorisme sous l’angle de la guerre, ce qui provoquerait un nouvel état de brouillage conceptuel dans le domaine de la stratégie.

11D’autre part, la nécessité d’analyser la configuration au sein de laquelle le terrorisme actuel prend place, en ne le considérant non plus seulement comme une forme d’action ou d’un stigmate, mais également comme une revendication politique radicalisée. Puisque le terrorisme est aussi bien stratégique que normatif et politique, la lutte engagée pour l’annihiler produirait un nouveau paradoxe pour le dominant supposé engagé dans l’action anti-terroriste : les démocraties lui « déclarent la guerre » comme à un ennemi conventionnel sans lui conférer ce statut juridique. J.-V. Holeindre montre comment l’acte d’évocation d’un conflit asymétrique appartient au langage du fort sur le faible. Or, dès que l’analyste renverse l’asymétrie en se plaçant du côté des moyens non conventionnels utilisés par les terroristes, il retombe invariablement dans les fondamentaux de la pensée stratégique issue du XVIIIe siècle dite de la « petite guerre » comme force d’appoint utile à la « grande guerre ». On voit les guérilleros et les terroristes communément employer la ruse en rompant avec le code d’honneur militaire et un « droit de la guerre » imposé par les puissances dominantes entre elles. Mais dans le cas du terrorisme djihadiste, les ruses, non autorisées entre musulmans, sont cependant permises à l’échelle du jihad mondial déployé au sein d’une configuration en rhizome. La métaphore utilisée par l’auteur est celle de la stratégie du poulpe où la ruse terroriste consiste à se déguiser et à se grimer en Occidental grâce aux vecteurs d’intoxication que sont Internet, les réseaux sociaux et les téléphones portables, et aux systèmes de financement bancaires hawala. La stratégie, « science de l’Autre » – fut-il un ennemi – suppose ainsi toujours de la compréhension et de l’adaptation, démarche dont la seule ressource pour l’analyste serait l’imagination, « mère de toutes les ruses » (p. 390).

  • 9 Il s’inscrit avec plus de talent critique dans une veine efflorescente, à la suite d’un ouvrage à v (...)
  • 10 Il est dommage que les auteurs n’aient pas cru devoir insister davantage sur la percée opérée par l (...)
  • 11 Signalons à ce sujet l’indispensable essai de comparaison systématique des différentes bureaucratie (...)
  • 12 À la question éthique de savoir ce que serait un bon analyste, la réponse tiendrait en son aptitude (...)
  • 13 Signalons, du même Olivier Chopin, une petite enquête de circonstance très alerte et bien informée (...)
  • 14 Sur l’apport de cette mise en perspective en France, il convient de saluer l’inlassable travail du (...)

12Le manuel d’Olivier Chopin et de Benjamin Oudet (EHESS et science po)9 constitue sans nul doute l’une des meilleures introductions françaises à la sociologie politique du moment dédiée au « renseignement et à la sécurité » à travers le prisme des relations internationales. Il s’agit de l’un des premiers manuels universitaires10 vraiment rigoureux sur l’état de l’art, dressé en sept chapitres assis sur des bases scientifiques austères, non sans l’agréable piment d’un « complément de savoir » dédié aux étudiants des sciences humaines et des IEP (avec leur astucieux quiz récapitulatif pour susciter l’intérêt à chaque chapitre). Les auteurs passent en revue la question toujours controversée de la définition du « renseignement » à partir de l’entrée espionnage, en recyclant celle de P. Gill et M. Phytan dont ils se sentent les plus redevables : « le Renseignement est un terme englobant une série d’activités – de la planification et la collecte d’information en passant par l’analyse et la dissémination – conduites en secret, dans l’objectif de maintenir ou de renforcer la sécurité relative en apportant une anticipation des menaces ou des menaces potentielles selon des modalités permettant d’introduire des stratégies ou des politiques préventives, incluant, au besoin des activités spéciales ou clandestines » (p. 43). Ils reviennent sur la notion de cycle de renseignement forgée par l’incontournable père de la formule, Sherman Kent, discutée plus tard par Michael Herman et David Omand. Ils font ensuite le ménage dans les divers services de renseignements11 existants, en concluant par l’idée minimaliste empruntée à la sociologie des organisations, selon laquelle un SR [n’est] qu’une organisation (sous-entendu, comme une autre) qui participe à un cycle du renseignement. Ils étudient enfin les usages et mésusages du renseignement dans la sphère du policy-making, l’analyse étant pour eux le lieu et le moment de création décisif du savoir opérationnel pour les décideurs politiques plus ou moins au fait des biais cognitifs suscités par cette opération à partir des renseignements collectés. Et c’est là très certainement l’un des chapitres les plus originaux de l’opus qui insiste sur le poids de la bureaucratie dans cette interaction du décryptage entre l’analyste et le décideur, sur celui des mécanismes de politisation du renseignement, politisation expliquant sans aucun doute la clé de ses nombreux échecs (pourquoi s’est produit ce qui devait être évité ?). Un autre chapitre original centré sur l’action secrète ne déçoit pas non plus. Les auteurs y font à nouveau preuve de pédagogie en distinguant trois de ses modalités essentielles : l’action couverte par le secret (covert action), l’action spéciale et l’action clandestine. Non seulement ils documentent le potentiel plutôt labouré de l’action des forces spéciales dans une approche stratégico-militaire depuis la Seconde Guerre mondiale à l’aide d’exemples célèbres, mais ils actualisent surtout le propos en insistant sur l’innovation de la politique du light footprint (ou stratégie de l’empreinte légère et du leadership en retrait) caractéristique de la politique étrangère de l’administration Obama et de ses « éliminations ciblées ». Évitant de porter un regard normatif sur ces trois modalités d’action, ils montrent plutôt, dans une veine réaliste, comment les opérations clandestines visent surtout à collecter du renseignement humain (counter intelligence) ; comment l’action des forces spéciales n’est pas nécessairement illégale en soi et peut s’accommoder d’un droit de la guerre classique ; et comment enfin les « actions spéciales » clandestines servent surtout à influencer une situation politique ou stratégique locale, tandis que les « actions politiques » (black operations) la transforment à une échelle de bien plus grande ampleur. Puisque la question de l’éthique et de la responsabilité des « mains sales » est posée sans ambages12, un sixième chapitre interroge directement les différentes dimensions de la morale en ce domaine, et notamment les problèmes posés par l’espionnage « entre amis »13. Les auteurs scrutent les raisons pour lesquelles les états de droit auraient aujourd’hui tendance à se saisir de l’enjeu de la surveillance des espions par les voies du contrôle parlementaire, en plus du théorique contrôle juridictionnel et administratif intérieur. Tout se passe, à leurs yeux, comme si la démocratie était désormais en capacité de se saisir et d’apprivoiser la raison d’État, et comme si les démocraties associées entre amies étaient en capacité de contrôler le renseignement extérieur14.

  • 15 On ajoutera à ce constat, des politiques ayant précisément pour objectif de rester dans un état d’i (...)

13Le dernier chapitre consacre le titre de l’ouvrage, en examinant les liens du renseignement et de la sécurité (« le renseignement saisi par la sécurité »). Ces liens auraient tendance aujourd’hui à s’enraciner dans le champ stratégique de la connaissance et de l’anticipation, au-delà des fonctions traditionnelles régaliennes de prévention, d’intervention, de dissuasion et de protection. S’agissant de la « sécurité internationale », la triangulation habituelle sécurité-menace-stratégie, sur laquelle se sont concentrés de nombreux travaux en relations internationales, actualiserait l’opposition classique entre les écoles réalistes et idéalistes de la guerre et de la paix, éventuellement mâtinée de l’approche praxéologique d’Aron, pour qui, en ultima ratio, le renseignement serait au service de la paix. Le « tournant constructiviste critique en relations internationales » (Onuf, Wendt) porterait de son côté le fer de la critique faite au réalisme, en ce qu’il aurait eu par trop tendance à négliger les normes et les cultures, facteurs idéels d’influence décisifs quand ils sont partagés. Les shared beliefs compteraient autant que le contexte matériel de l’environnement où sont plongés des acteurs en conflit ou en pacification (Swendon et Bigo). Au vu de l’inflation des menaces, O. Chopin et B. Oudet discutent enfin de la valeur heuristique de la sécuritisation internationale et d’un possible mouvement corrélatif de centralisation du renseignement. Ce mouvement pourrait fonctionner comme un réducteur d’incertitude face à la dissolution des frontières et des catégories antérieures (paix–guerre ; intérieur–extérieur ; étatique–non étatique). Mais ne serait-ce pas plutôt un vœu pieux ? Les auteurs doutent de la lecture limitative du périmètre de la sécuritisation de l’École de Copenhague, alors qu’on pourrait tout aussi bien la considérer à travers le prisme d’une extension sociétale, tant que l’on restera incertain au sujet des processus qui font basculer les risques en menaces et diminuer des menaces comme des risques15. Les politiques qui ont tendance à criminaliser tous les vecteurs de risques et à envisager de sortir des « états de droit » au profit de la pérennisation d’états d’urgence qui dissolvent les catégories classiques linéaires de la guerre et de la paix, paraissent s’acclimater à une configuration mondiale ne relevant « ni de la guerre ni de la paix ».

14Au colloque de clôture du programme « Ni guerre, ni paix, les nouages contemporains du droit et de la violence » tenu à l’EHESS de Paris les 12 et 13 octobre 201716, en écho aux arguments de ses organisateurs, le politiste Michel Dobry attira l’attention sur les limites de l’interdisciplinarité par rapport à un objet aussi délicat. Il invita l’assemblée à ne pas démissionner de ses réflexes critiques en abordant le champ socio-historique du renseignement et du terrorisme-antiterrorisme confronté aux formes contemporaines de la violence. Il fit la promotion des « indéterminations catégorielles » vertueuses dans les diverses opérations de classement, en conseillant de toujours suivre les acteurs dans leurs activités de catégorisation dès lors qu’ils sont confrontés à des situations d’indétermination. D’après M. Dobry, cette voie conduirait à mieux faire comprendre les transformations des formes de violence dans nos sociétés. En remontant dans les catégories du passé, on retrouverait souvent la réalité performative des violences actuelles, à partir du moment où l’on saurait distinguer entre acteurs pertinents confrontés à des indéterminations restreintes et acteurs totalement dépourvus de la faculté de catégoriser. Quand on touche du doigt des controverses sur les catégories préexistantes, il conviendrait, prétend ce politiste, de toujours rechercher le moment et la manière dont elles auraient fini par faire l’objet d’un consensus, et/ou comment et pourquoi ce dernier se serait progressivement délité. Par exemple, si des mobilisations contre les dangers de l’armement nucléaire génèrent apparemment de nouvelles formes de violences, rien ne dit qu’elles seraient à lire comme des symptômes ou des indices de transformations de fond. De même, l’épistémologie des états d’exception chers aux philosophes du politique, de Carl Schmitt à Giorgio Agamben, apprendrait moins sur la prétendue nouveauté de leur pensée que sur les compétitions internes propres à un champ intellectuel désireux de détenir l’explication ultime. D’après Dobry, fidèle en cela à la sociologie constructiviste de l’école de P. Bourdieu, les « catégories » mêmes de la pratique seraient aussi et surtout issues de rapports entre organisations différenciées avec des effets réels sur ces rapports, sous-produits de luttes de territoires entre philosophes et juristes, au moment d’envisager les actions à mettre en œuvre. Michel Dobry semble les renvoyer dos à dos dans leur pente qualifiée « d’intellectualiste », stigmatisant leur propension commune à accorder des vertus positives à la clarté des catégories et des discriminations produites, tandis que le flou ou l’incertain des catégories non stabilisées seraient jugés sévèrement par les mêmes dans les transformations des formes sociales de la violence17. Les indéterminations catégorielles seraient au contraire à ses yeux d’une bien plus grande utilité en tant que matrices de transformation des formes des violences, des risques et des insécurités : elles permettraient de faire l’économie de schémas platement causaux entre les phénomènes et permettraient surtout une discussion critique infinie à leur sujet.

15Telles étaient la perspective et la modeste ambition de la présentation hétérodoxe de ces quatre ouvrages talentueux : montrer qu’ils se répondaient peu ou prou les uns les autres dans une préoccupation et un défi communs, celui de mieux comprendre les propres limites explicatives de chacun d’entre eux.

Haut de page

Bibliographie

Alix J., 2010, Terrorisme et droit pénal. Étude critique des incriminations terroristes, vol. 91, Paris, Dalloz.

Barthe Y., 2017, Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime, Paris, Le Seuil.

Barthe Y., 2006, Le pouvoir d’indécision, la mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Economica,

Chopin O., 2014, Pourquoi l’Amérique nous espionne ?, Lille, Hikari.

Cousseran J.-C., Hayez P., 2015, Renseigner les démocraties, renseigner en démocratie, Paris, O. Jacob.

Delmas-Marty M., 2017, Aux quatre vents du monde, petit guide de navigation sur l’océan de la mondialisation, Paris, Seuil.

Forcade O., Laurent L., 2005, Secrets d’État. Pouvoirs et renseignement dans le monde contemporain, Paris, A. Colin.

Gros F., 2012, Le principe sécurité, Paris, Gallimard.

Kervern G.-Y., Rubise P., 1991, L’archipel du danger, introduction aux cyndiniques, Paris, Economica

Laurent S.-Y., 2009, Politiques de l’ombre, État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard.

Laurent S.-Y., 2014, Atlas du renseignement, Géopolitique du pouvoir, Paris, Presses de sciences po.

Laurent S.-Y., Warusfel B. (dir.), 2016, Transformations et réformes de la sécurité et du renseignement en Europe, Bordeaux, Pub.

Linhardt D., Moreau de Bellaing C., 2017, La doctrine du droit pénal de l’ennemi et l’idée de l’anti-terrorisme. Genèse et circulation d’une entreprise de dogmatique juridique, Droit et Société, 97, 615-640.

Robert P. (dir.), 1991, La création de la loi pénale et ses acteurs, Oñati, Oñati proceedings 3.

Robert P., Soubiran-Paillet F., Van de Kerchove M. (dir.) 2000, Normes, normes juridiques, normes pénales, pour une sociologie des frontières, Paris, L’Harmattan.

Rios-Bordes A., 2018, Les savoirs de l’ombre, la surveillance militaire des populations aux États-Unis (1900-1941), Paris, éd. EHESS.

Roche J.-J., 2017, Privatisation de la sécurité, in Durieux B., Jeanjène Vilmer J.-B., Ramel F. (dir.), Dictionnaire de la guerre et de la paix, Paris, Puf, 1087-1092.

Haut de page

Notes

1 La thèse de l’historien Alexandre Rios-Bordes vient d’être publiée (Rios-Bordes, 2018).

2 Sur l’enjeu théorique du programme 2014-2017, voir : http://lier.ehess.fr/index.php?1218.

3 Il est divisé en quatre parties reprenant toutes, le thème de « l’épreuve de la guerre contre le terrorisme ». La première évoque quatre droits étrangers (Algérie, États-Unis, Israël, Espagne). La deuxième, quatre perspectives des sciences criminelles françaises dans leurs articulations historiques ou rhétoriques au droit pénal général. La troisième évoque dans les « droits de l’antiterrorisme », cinq articles de doctrine d’universitaires spécialisés en droit pénal spécial, administratif ou militaire sur les polices de renseignement et les stratégies juridiques de lutte contre le financement. La quatrième se penche sur l’encadrement du référentiel par les normes étatiques et supra-étatiques (Constitution, droit international public et droit humanitaire, droits européen des droits l’homme, droit de l’UE). L’ouvrage se conclut par une réflexion sur la rationalité de la lutte contre le terrorisme et par cette prise de position giralducienne plus générale : « la guerre contre le terrorisme n’aura pas lieu ».

4 Auteure d’une thèse de droit public soutenue en 2008 (Alix, 2010).

5 Prenant acte d’un point de divergence fondamental entre théoriciens constructivistes sur le caractère normal ou exceptionnel de la sécuritisation, Balzacq pose ainsi sa propre définition : « un assemblage articulé de pratiques à travers lesquelles des artefacts heuristiques (métaphores, instruments politiques, répertoires d’images, analogies, stéréotypes, émotions, etc.) sont contextuellement mobilisés par un acteur sécurisateur qui incite l’audience à construire un réseau cohérent d’implications (sensations, pensées et intuitions), à propos de la vulnérabilité critique d’un objet de référence, lequel s’ajuste aux raisons de choix et d’actions de l’acteur sécurisateur, en investissant le sujet de référence d’une aura menaçante, à un point tel qu’une politique ciblée va immédiatement être adoptée pour le bloquer » ( p. 194).

6 Que l’auteur préfère baptiser risquologie plutôt que cyndiniques (sciences du danger) qui eurent naguère en France leur heure de gloire parmi certains cercles de l’ingénierie (Kervern, Rubise, 1991).

7 Mentionnons ce présupposé chez le philosophe foucaldien Frédéric Gros (Gros, 2012).

8 Comme les travaux du Cesdip les avaient bien cernés et identifiés à la fin des années 1990 (Robert et al. 2000 ; Robert, 1991). Si ces travaux de sociologie du droit pionniers sont largement méconnus dans cet ouvrage, la raison en est sans doute que l’auteur discute principalement des travaux de langue anglaise, mais peut-être aussi parce que l’histoire de la norme pénale nationale y occupait une place encore trop centrale à l’époque, alors que la vulgate de la « sécurité globale » n’était pas encore partagée par une communauté épistémique influente (Roche, 2017).

9 Il s’inscrit avec plus de talent critique dans une veine efflorescente, à la suite d’un ouvrage à visée plus descriptive, co-écrit par l’ancien directeur général de la DGSE et un magistrat de la Cour des comptes, enseignant à Sciences po. L’objectif prétend à la familiarisation du champ pour les étudiants de science politique, en quatorze chapitres thématisés visiblement écrits à partir de fiches thématiques du séminaire des auteurs (Cousseran, Hayez, 2015).

10 Il est dommage que les auteurs n’aient pas cru devoir insister davantage sur la percée opérée par leurs devanciers français, dans une référence désormais datée mais toujours princeps, chez le même éditeur (Forcade, Laurent, 2005).

11 Signalons à ce sujet l’indispensable essai de comparaison systématique des différentes bureaucraties du renseignement occidentales (Laurent, 2014).

12 À la question éthique de savoir ce que serait un bon analyste, la réponse tiendrait en son aptitude à savoir toujours se demander 1 – ce que je sais, 2 – ce que je sais que je ne sais pas, 3 – ce que je ne sais pas que je ne sais pas, 4 - ce que je ne sais pas que je sais. C’est à cette seule condition qu’il pourrait ne pas être pris en flagrant délit de biais cognitifs. On peut se demander sans sourire, avec l’aide de Wittgenstein, si les 3e et 4e composantes (surhumaines, à notre sens) seraient bien de ce monde, qui précisait : « ce que je ne peux pas me formuler à moi-même, il vaut mieux le taire ».

13 Signalons, du même Olivier Chopin, une petite enquête de circonstance très alerte et bien informée dédiée au renseignement d’origine électromagnétique (Roem) visant à intercepter les communications (Elint) ou à surveiller les correspondances (Comint) (Chopin, 2014).

14 Sur l’apport de cette mise en perspective en France, il convient de saluer l’inlassable travail du pionnier français, Sébastien-Yves Laurent, historien devenu l’expert universitaire le plus écouté sur les problématiques du renseignement (Laurent, 2009). Parmi les nombreux ouvrages personnels et collectifs ultérieurement dirigés, l’un des plus récents coédités, Laurent, Warusfel (2016).

15 On ajoutera à ce constat, des politiques ayant précisément pour objectif de rester dans un état d’indécision volontaire, ou des positions ambiguës sinon paradoxales de victimes. Voir à ce sujet, les remarquables travaux de Y. Barthe sur les politiques d’enfouissement des déchets nucléaires, ou des irradiés en tant que groupes de pression demandant des comptes et des responsabilités aux pouvoirs publics (Barthe, 2006 ; Barthe, 2017).

16 http://lier.ehess.fr/index.php?1648. Voir Linhardt, Moreau de Bellaing, 2017.

17 Signalons la réaction du professeur Delmas-Marty, invitée à clôturer le colloque, qui contesta au nom de son expertise de philosophe du Collège de France la mise en cause du politiste, en soulignant au contraire son extrême sensibilité à la flexibilité et au flou des catégories juridiques (Delmas-Marty, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Socio-histoire et science politique des activités et services de renseignement »Champ pénal/Penal field [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/10897

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

Directeur de recherche CNRS, Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales
Immeuble Edison, 43, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt
ocqueteau[at]cesdip.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals