Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes16LecturesÉlodie Lemaire, L’œil sécuritaire...

Lectures

Élodie Lemaire, L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance

Paris, La Découverte, 2019, 208 pages
Guillaume Gormand
Référence(s) :

Élodie Lemaire, L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance, Paris, La Découverte, 2019, 208 pages, ISBN : 9782348036491

Texte intégral

1L’ouvrage rédigé par Élodie Lemaire propose, ainsi qu’exprimé par son sous-titre, de déconstruire les mythes et réalités qui entourent la vidéosurveillance. Pour ce faire, l’auteure restitue en 200 pages une enquête de terrain postdoctorale portant sur les utilisations des données filmées par différents réseaux de vidéosurveillance au sein d’un territoire spécifique, la commune d’étude dénommée Braville.

2Bien que circonscrite à un cas empirique isolé, l’étude relatée présente une valeur considérable lorsque l’on sait les difficultés d’accès au terrain pour ce type de travaux. L’ouvrage revient d’ailleurs sur les résistances rencontrées et les stratégies parfois nécessaires pour les contourner.

3La rareté des études scientifiques portant sur la vidéosurveillance se reflète également dans les réactions des acteurs rencontrés, qui ont souvent considéré ce travail comme l’occasion d’une démonstration de l’efficacité de la vidéosurveillance (p. 40). Ce réflexe révèle alors le dénuement des acteurs locaux pour légitimer l’usage d’un outil dont ils demeurent, le plus souvent, d’ardents défenseurs.

4Les échanges avec les acteurs du champ étudié racontent aussi la délicate confrontation entre les protocoles et visées d’une démarche scientifique, d’une part, et les attentes et réalités des professionnels de terrain, d’une autre. Le parcours de l’auteure offre alors une énième illustration de l’inadéquation des calendriers, des enjeux, des conceptions, des obligations et des contraintes de ces deux mondes.

5Le propos introductif de l’ouvrage trébuche sur la difficulté, assez commune, de la définition de la vidéosurveillance. D’abord car, à distance, la vidéosurveillance présente un visage relativement homogène. Mais lorsqu’on s’en approche, elle laisse apparaître les nombreuses aspérités qui la composent et les flous qui la bordent. Chaque système de vidéosurveillance trouve sa singularité dans sa concrétisation. La palette de propriétés envisageable, qui distinguent les systèmes les uns des autres, complexifie incroyablement la construction et la réalisation de démarches d’étude. Caméras filmant des espaces publics, ouverts au public ou privés ; réseaux supervisés en temps réel ou non ; objectifs et doctrines d’emploi des dispositifs installés ; utilisations partagées des flux d’images ; autorités en charge des réseaux ; ou, même, caractéristiques techniques des caméras (rotatives, fixes, numériques, nocturnes, etc.) entraînent des variations considérables quant aux formes de « vidéosurveillances » qui peuvent être étudiées.

6Cependant, bien qu’elle n’en distingue pas nettement les implications respectives, l’étude présente l’intérêt d’examiner en parallèle plusieurs formes de réseaux de caméras : la vidéosurveillance en direct d’espaces publics par une commune, qui demeure l’objet central du travail réalisé ; la vidéosurveillance de transports publics qui n’offre des données qu’a posteriori dans la recherche d’éléments d’enquête à la suite d’un incident ; et, de manière plus accessoire, la vidéosurveillance d’espaces privés fermés. Dès lors, sont abordées des concrétisations inégales d’une réalité de surveillance qui demeure in fine personnifiée par le même objet dans l’inconscient collectif : l’œil de la caméra, que l’on retrouve de plus en plus fréquemment dans nos espaces communs.

7L’auteure organise la restitution de ses travaux en deux temps. D’abord, elle s’intéresse à l’examen de la mise en œuvre de la vidéosurveillance et à l’identification de ses contributions dans les pratiques opérationnelles des acteurs de la sécurité du quotidien. Elle interroge alors l’omnipotence présumée de cette technologie. Dans un deuxième temps et toujours sur la base de l’enquête de terrain, l’auteure cherche à comprendre l’apport de la preuve vidéo dans un cadre judiciaire, cherchant les bénéfices et défaillances d’un outil souvent empreint d’un fantasme d’omniscience.

1. L’interrogation de l’omnipotence de l’outil

8L’interrogation de l’omnipotence de l’outil naît du constat fait par l’auteure que moins on assigne à la vidéosurveillance d’objectifs et de bénéfices propres et clairs, plus on lui imagine des intérêts divers et variés. L’auteure relate et croise notamment les discours de différents acteurs rencontrés quant à l’intérêt de la vidéosurveillance. Assez classiquement alors, l’assurance de la pertinence du déploiement de cette technologie est garantie par la plupart. Ce dispositif serait même « admis par tous » (p. 94), au point qu’il serait inutile pour ses vendeurs d’en vanter les mérites. On lit également, dans les propos rapportés, que les doutes ou questionnements formulés à l’encontre de la vidéosurveillance ne peuvent naître que de méconnaissances des bienfaits certains de cette technologie et d’un attachement à une vision dépassée d’un dispositif liberticide (p. 36 et suivantes). L’auteure souligne néanmoins la légitimité des remises en question de la vidéosurveillance, au regard de la faiblesse des démonstrations de son efficience. Emprunt des discours récoltés, l’auteure conclut en effet que « le dispositif est loin d’avoir fait ses preuves. En témoignent les diverses stratégies que les acteurs-relais […] déploient pour convaincre de son utilité » (p. 44).

9Car, s’ils saluent presque unanimement son intérêt, rares sont en revanche les acteurs de champs différents qui s’accordent à identifier un bénéfice spécifique et indéniable de la vidéosurveillance. Les propos rapportés laissent notamment apparaître que chacun des acteurs mobilisés dans l’exploitation et l’utilisation de la vidéosurveillance semble renvoyer à d’autres maillons de la chaîne l’avantage principal de cette technologie. Par exemple, les opérateurs de vidéo vont minimiser, voire nier, l’effet dissuasif de la vidéosurveillance pour mettre au contraire en avant sa pertinence judiciaire en matière de découverte ou d’établissement des faits (p. 70 et suivantes), tandis que des magistrats vont proposer le discours inverse (p. 149).

10Les policiers nationaux, de leur côté, plaident pour une importante diversité des usages envisageables, en fonction de leur quotidien professionnel (enquêteur, agent de terrain, opérateur de centre de commandement). On constate cependant que le bénéfice immédiat demeure soit sur-évalué (« Bah, en fait, ça ne fait pas beaucoup de dossiers où ça a donné quelque chose », explique un enquêteur confronté à la réalité des utilisations p. 121), soit rejeté (« C’est un réflexe de les regarder, parce qu’elles sont en face, mais on ne l’utilise pas vraiment » rapporte un policier en poste de commandement p. 69). Malheureusement, l’ouvrage croise insuffisamment les dysfonctionnements résultant de conceptions professionnelles divergentes et leurs conséquences, et rapporte seulement quelques conflits anecdotiques entre acteurs.

11Il est particulièrement éclairant de retrouver, dans les propos rapportés par Élodie Lemaire, les constructions de discours partisans autour de cette technologie. Révélateur d’un appel à la technologie, ce plaidoyer est critiqué par l’auteure qui pointe du doigt les contradictions qui l’accompagnent. Elle ne présente pas pour autant les outils analytiques permettant au lecteur le recul et la contextualisation nécessaires pour appréhender les stratégies inhérentes à chacun des acteurs sollicités. Surprise de l’absence de définition de la vidéosurveillance partagée par les professionnels se revendiquant d’un même champ (p. 194), l’auteure néglige de s’interroger sur ce que ces différentes constructions discursives divergentes révèlent des carences de l’outil sociotechnique en question. Elle propose certes de repositionner le débat depuis « À quoi sert la vidéosurveillance » vers « À qui sert la vidéosurveillance » (p. 46). Ce changement de lecture, très pertinent, mériterait toutefois d’être approfondi par une analyse plus poussée des différentes rationalités (Razac, Gouriou, 2015) étayant la diffusion de cette technologie.‬‬

12L’auteure nourrit également son étude de travaux d’observations immersives, notamment en centre d’exploitation, afin d’enrichir son analyse de la description des usages concrets de la vidéosurveillance. Ce récit offre une illustration très éclairante du recours aux flux d’images, que ce soit en direct ou a posteriori dans les enregistrements disponibles. Il est alors fait le constat d’une maturité toute relative et variable des pratiques. Formations insuffisantes et peu disponibles, relations délicates entre individus ou entre corps professionnels et institutions, management déficient ou approximation et amateurisme dans l’utilisation sont notamment rapportés au travers de divers exemples concrets.

13Ici, si certaines déviances sont citées, d’autres pratiques constatées auraient mérité d’être étudiées de manière plus approfondie. L’auteure aborde par exemple le fait que la police prenne le contrôle sur les caméras de surveillance de la municipalité afin, semble-t-il, de dissimuler le déroulé d’interventions de policiers de terrain. « Si ça bloque, c’est que la police a pris la main. Dans ces cas-là, ça veut dire : "Circulez, y a rien à voir !" Une fois qu’ils auront terminé l’interpellation, tu pourras reprendre [la visualisation] » commente un opérateur de vidéosurveillance (p. 67). Or, malgré une visite d’observation déroulée au centre de commandement de la police et de nombreuses rencontres avec des agents de Police nationale, l’auteur semble n’avoir pas étudié plus précisément cette déviance qui, pourtant, questionne considérablement. Elle rapporte même, a contrario, les commentaires de policiers qui voient dans cette technologie un moyen de « prouver que les policiers ont bien fait leur travail » (p. 34), sans que cette aporie soit frontalement abordée.

14L’ouvrage s’intéresse aussi à l’intention des responsables de réseau d’étendre le spectre des activités possibles par le biais des caméras (p. 72-74.), afin d’en asseoir la légitimité et de les promouvoir. Largement observée et commentée (Froment, 2006 ; Heilmann et al., 2012), cette logique de « multifonctionnalité » incitée par les vendeurs et prestataires (p. 93 et suivantes) tend à proposer une meilleure « rentabilisation » d’investissements substantiels en présentant la vidéosurveillance comme un couteau suisse, non plus de la sécurité publique, mais de la gestion urbaine. Le risque, déjà perçu dans les années 2000, étant la dilution de la vocation sécuritaire de l’activité de surveillance vidéo ( Froment, 2006, 2011).

2. Une omniscience déficiente

15Dans le second temps de son ouvrage, l’auteure interroge la valeur probante de la vidéosurveillance dans un cadre judiciaire. Est alors remise en question la croyance ordinaire que la vidéosurveillance produirait a posteriori un matériau brut et neutre, bénéficiant aux professionnels de l’activité judiciaire pour identifier, poursuivre et condamner les auteurs d’infractions.

16Élodie Lemaire met au contraire en lumière le périple qui sépare la production de données filmées et leur usage dans le cadre de procédures pénales abouties. L’analyse rend ici bien compte de la délicate construction sociale qui permet de faire qu’une infraction soit condamnée sur la base d’une preuve de vidéosurveillance.

17L’analyse proposée repose notamment sur la description précise de la chaîne des différentes « petites mains » qui filment, trouvent, collectent, transmettent, interprètent ou croisent, chacun dans leurs prérogatives, les indices captés par les caméras de surveillance. Sont aussi soulignées quelques-unes des nombreuses difficultés et défaillances qui restreignent l’utilisation des images de vidéosurveillance (p. 155 et suivantes) : champs de vision insuffisants ou obstrués par l’environnement urbain ; rotations automatiques de caméras faisant perdre des données intéressantes ; qualité d’images inexploitables ; limites techniques et administratives de conservation d’enregistrement ; non-appropriation, voire désintérêt, par les enquêteurs des données vidéos disponibles, etc. Toutes ces imperfections souvent négligées ou méconnues dégradent pourtant considérablement le bénéfice réel des caméras de surveillance.

18Dans cette partie de l’étude relatée, la vidéosurveillance apparaît bien comme une nouvelle source d’investigation que les acteurs judiciaires s’approprient progressivement. Mais elle peut être aussi vue comme une modernisation des difficultés de l’enquête, où la découverte de l’image intéressante, quand elle existe, résulte presque systématiquement de la laborieuse recherche d’une éphémère aiguille au sein d’une épaisse botte de foin. Fort de cette analyse, le lecteur saura prendre un certain recul quant à l’idée que la multiplication des caméras sur les espaces communs suggère une possibilité accrue d’inculper des auteurs d’infraction.

19L’ouvrage dévoile en effet un visage de la vidéosurveillance contraire à l’imaginaire d’omniscience qui l’accompagne. Il décrit assez fidèlement la réalité d’un dispositif qui ne doit pas être réduit à sa matérialisation technologique, mais plutôt considéré beaucoup plus largement comme l’outil d’une construction sociale complexe. Car au-delà de la matérialisation visible des caméras, l’étude restituée permet au lecteur de s’affranchir de la vision d’un simple outil technique. L’auteure décrit en effet le lien fondamental que cette technologie entretient avec ses promoteurs, ses exploitants ou ses bénéficiaires. Dès lors, ainsi que l’aurait proposé Madeleine Akrich (1989), la vidéosurveillance est repositionnée comme le dispositif sociotechnique par excellence.

20Il est cependant dommage que l’auteure ne fasse jamais appel, pour étayer ses conclusions, aux méthodes d’évaluation employées pour mesurer l’impact et l’efficacité de la vidéosurveillance. Les bénéfices de cette technologie sont en effet réduits aux conceptions et pratiques des acteurs rencontrés et observés. Cependant, fussent-ils nombreux et d’horizons professionnels variés, ces acteurs présentent une subjectivité qui éloigne de la prétendue neutralité et objectivité que l’on cherche pourtant à prêter à la technologie étudiée. Et, bien qu’elle cite à plusieurs occasions des travaux d’évaluation menés localement (p. 24), l’auteure ne semble pas avoir eu accès aux conclusions de ces travaux ou aux méthodes déployées. L’ouvrage rapporte les insuffisances de moyens patentes des protagonistes locaux pour mesurer concrètement les impacts réels de la vidéosurveillance. L’amateurisme de l’évaluation est à juste titre souligné par l’auteure, qui constate que « La plupart des agents rencontrés bricolent en effet des chiffres, à partir desquels ils déduisent l’efficacité de la vidéo » (p. 38). Notons que cet amateurisme avait déjà été déploré par la Cour des comptes, qui avait mis l’État en demeure de proposer des clés d’évaluation et des résultats (Cour des comptes, 2011), bien que cela soit resté lettre morte. On regrettera alors qu’il ne soit pas accordé plus de place aux enseignements tirés de mesures rigoureuses, internationales (voir notamment Painter, Tilley, 1999 ; Gill, Spriggs, 2005) et nationales (Martinais, Bétin, 2004 ; Mariotte, 2004 ; Gormand, 2017), des impacts de cette technologie.

21Si l’ouvrage ne cherche pas à formuler de réponse définitive au fait de savoir si les images captées par les différentes caméras qui équipent nos espaces urbains contribuent, ou non, à la sécurité de chacun, il offre en revanche une photographie précise de la « multilatéralisation » de plus en plus forte de l’action sécuritaire (P. 76-77), à travers la diversification de la nébuleuse d’acteurs impliqués dans un champ autrefois hargneusement gardé par l’État. L’auteure rappelle à ce titre (p. 64 et suivantes) que la chaîne décrite, et le bénéfice que l’on en tire, se montrent tout particulièrement fragiles, car reposant sur un « prolétariat de néosurveillants » (Robert, 1999 ; Malochet, 2010). Cette analyse contribue à déclasser la vidéosurveillance, souvent considérée comme un miracle technologique autonome, pour la reléguer au rang d’outil dont les intérêts résultent nécessairement des usages qui en sont faits.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., 1989, La Construction d’un système socio-technique, Anthropologie et sociétés, 13, 2, 31‑54.

Cour des comptes, 2011, L’organisation et la gestion des forces de sécurité publique, Rapport public thématique, Paris, Cour des comptes.

Froment J.-C., 2006, Regard juridique sur la vidéosurveillance urbaine : un droit en trompe l’œil, La Semaine Juridique Administrations et Collectivités territoriales, 13, pp.1080 et s.

Froment J.-C., 2011, Sécurité, justice et technologies. De quelques enseignements du développement des technologies de contrôle : les exemples du placement sous surveillance électronique et de la vidéosurveillance, Droit et culture, 61, 215‑31.

Gill M., Spriggs A., 2005, Assessing the impact of CCTV, 292, Home Office Research Studies, Londres, Home Office.

Gormand G., 2017, L’évaluation des politiques publiques de sécurité : résultats et enseignements de l’étude d’un programme de vidéosurveillance de la Ville de Montpellier, thèse de doctorat en administration publique, Grenoble, Université Grenoble Alpes.

Heilmann E., Melchior P., Douillet A.-C., Germain S., 2012, Vidéo-surveillance ou vidéo-protection, Paris, Le Muscadier, Le choc des idées.

Malochet V., 2010, Les « nouveaux » acteurs locaux de la tranquillité publique, Après-demain, 4, 16, 25‑27.

Mariotte S., 2004, Évaluation de l’impact de la vidéosurveillance sur la sécurisation des transports en commun en région Île-de-France, Étude, Paris, Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France.

Martinais E., Bétin C., 2004, Social Aspects of CCTV in France: the Case of the City Centre of Lyons, Surveillance & Society, 2, 2/3, 361‑75.

Painter K., Tilley N., 1999. Surveillance of Public Space: CCTV, Street Lighting and Crime Prevention, Monsey, New York, Criminal Justice Press/Willow Tree Press.

Razac O., Gouriou F., 2015, Sous une critique de la criminologie, une critique des rationalités pénales, Cultures & Conflits, 94-95‑96, 225‑40.‬‬

Robert Ph., 1999, Le citoyen, le crime et l’État, Genève/Paris, Librairie Droz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Gormand, « Élodie Lemaire, L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance »Champ pénal/Penal field [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/11112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.11112

Haut de page

Auteur

Guillaume Gormand

Docteur en administration publique, chercheur associé au CERDAP²
Univ. Grenoble Alpes, Sciences Po Grenoble/Scholl of Political Studies Univ. Grenoble Alpes
guillaume.gormand@cerdap2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search