Navigation – Plan du site
Articles

Crime et État-providence

Crime and the Welfare State
François Bonnet

Résumés

Depuis le début des années 1980, des enquêtes aux États-Unis et des comparaisons internationales ont établi, au niveau agrégé, que la protection sociale au sens large réduit les taux de criminalité. L’article entre dans le détail de ces travaux et s’appuie sur les développements récents en microéconomie pour montrer que le mécanisme agissant au niveau individuel est probablement l’effet-revenu : la redistribution évite aux pauvres de s’engager dans le type de criminalité qui est induit par le défaut d’opportunités sur le marché du travail légitime.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Au début des années 1980, il ne reste plus beaucoup d’Américains exprimant un soutien fort et sans réserve pour l’État-providence. Fraîchement élu président, Ronald Reagan déclare dans son discours inaugural que « le gouvernement n’est pas la solution à notre problème ; le gouvernement est notre problème ». Depuis la War on Poverty de Lyndon B. Johnson dans les années 1960, le pays a été déchiré par les émeutes raciales, le taux d’homicide a été multiplié par deux, et la figure de la welfare queen – la mère célibataire noire qui fraude les aides sociales et roule en Cadillac – a dominé la dernière élection présidentielle. Une étude économétrique influente vient de confirmer que les programmes sociaux réduisent l’offre de travail (Danziger et al., 1981). C’est dans ce contexte assez hostile que le sociologue James DeFronzo montre en 1983 que le montant de l’AFDC (Aid to Family with Dependent Children), le programme en direction des femmes pauvres qui concentre toutes les critiques des conservateurs, est inversement corrélé aux meurtres, aux viols et aux cambriolages (DeFronzo, 1983).

2La question n’est pas évidente. Il se trouve que le grand moment d’expansion des aides aux pauvres aux États-Unis au milieu des années 1960 (War on Poverty) a coïncidé avec une augmentation très forte de la criminalité et des émeutes urbaines, et le grand mouvement de reflux des politiques sociales – la welfare reform de 1996 – a coïncidé avec une baisse historique de la criminalité. Des auteurs ont donc argumenté que l’augmentation des dépenses sociales entraînait une augmentation de la criminalité (Murray, 1984 ; Rector, 1992 ; Niskanen, 1996 ; Burek, 2005). Une partie du débat américain sur l’État-providence dans les années 1970 a exploré l’idée des politistes Frances Fox Piven et Richard A. Cloward (1993) selon laquelle les dépenses sociales ont pour principale fonction de calmer les ardeurs révolutionnaires des classes laborieuses qui ne trouvent pas de travail.

3Le présent article propose de revenir sur la relation empirique entre crime et État-providence. De nombreuses enquêtes quantitatives publiées aux États-Unis depuis le début des années 1980, ainsi que des travaux comparatifs sur les pays industrialisés, montrent au niveau agrégé une relation inverse entre crime et État-providence. L’article propose donc de résoudre la question du mécanisme agissant. Il y a plusieurs théories de l’effet de la protection sociale sur les taux de criminalité, et certains courants postulent qu’un « effet-revenu » des politiques sociales sur le crime n’est pas plausible : selon ces travaux, recevoir une petite somme d’argent tous les mois ne peut pas réduire la propension à la criminalité. En mobilisant une littérature microéconomique récente, l’article montre au contraire qu’un effet-revenu est à l’œuvre, et que les politiques sociales réduisent le niveau de la criminalité en réduisant la pauvreté. Les implications du point de vue des politiques publiques sont évidentes, en particulier dans le contexte des débats sur l’opportunité de mener des politiques d’austérité en Europe.

  • 1 Le hidden welfare state désigne les incitations fiscales qui visent à faciliter l’accès à la propri (...)

4Deux précisions sémantiques. Il y a une forte disjonction aux États-Unis entre l’État-providence pour les classes moyennes (le hidden welfare state1) et les aides aux pauvres (extrêmement restrictives selon les standards européens). Les travaux cités ci-dessous mesurent parfois l’effet des aides spécifiquement pour les pauvres (les aides sociales) et parfois les dépenses sociales globales (l’État-providence, la protection sociale) ; on s’attachera à le préciser tout au long de l’article. La criminalité dont il est question concerne, dans le point 2 de cet article, principalement les homicides et dans une moindre mesure les violences graves, parce que ce sont les faits les mieux mesurés, et ce afin de montrer la robustesse de la relation inverse entre crime et dépenses sociales. Le point 4 se concentre non pas sur les violences graves mais sur (principalement) les atteintes à la propriété, et ce afin de montrer un effet causal des aides sociales sur les comportements délictueux les plus probablement sensibles à un effet-revenu.

2. Le constat : une relation inverse entre politiques sociales et crime

5La relation inverse entre politiques sociales et crime a été établie aux États-Unis et dans l’ensemble des pays industrialisés, au niveau macro, en comparant des unités spatiales entre elles – des comtés, des aires urbaines et des États américains, ou des pays entre eux.

2.1. Les comparaisons d’États américains

6Le premier auteur à montrer la relation inverse entre crime et politiques sociales est donc James DeFronzo, qui compare les données de 39 aires urbaines américaines pour l’année 1970, et ajuste les montants des aides sociales au coût de la vie dans chacune des villes considérées. Les aides aux pauvres sont inversement corrélées à une large gamme de crimes graves. DeFronzo publie ensuite une série d’articles sur le même sujet, cette fois dans le contexte de la welfare reform de 1996 – une réduction drastique de la générosité de AFDC. En analysant les données de 141 villes américaines pour le début des années 1990, avec le même souci pour la comparabilité des coûts de la vie, DeFronzo montre une relation inverse entre d’une part les aides sociales et d’autre part les cambriolages et les homicides (DeFronzo 1996, 1997). DeFronzo et Hannon trouvent les mêmes résultats avec des données sur plus de 400 comtés américains (Hannon, DeFronzo, 1998a, 1998b ; DeFronzo, Hannon, 1998).

7Ces résultats sont confirmés par d’autres études qui considèrent d’autres programmes sociaux se déployant à différentes échelles géographiques – par exemple Ralph D. Ellis (1987) qui regarde le programme General Assistance (au lieu d’AFDC) au niveau des États (et non des aires urbaines), ou Junsen Zhang (1997) qui trouve un effet négatif des aides en liquide et en nature (comme le logement social) sur les atteintes à la propriété, avec des données au niveau des États. Dans les années suivantes, deux études, l’une en Oklahoma et l’autre en Californie, utilisent des séries temporelles (respectivement 1976-1994 et 1990-1998) pour identifier un effet causal des aides sur la réduction du crime (Chamlin et al., 2002 ; Worrall, 2009). Enfin, un travail récent avec des données postérieures à la welfare reform (1996-2012) montre que la générosité de la protection sociale ne se limite pas aux montants, et qu’il faut aussi prendre en compte les règles d’éligibilité aux aides. Le programme successeur d’AFDC, TANF (Temporary Assistance for Needy Families) est un programme fédéral dont les règles sont fixées par les États ; ces règles peuvent être plus ou moins restrictives. Scott Liebertz et Jaclyn Bunch (2018) montrent que des conditions d’éligibilité plus restrictives sont associées à des taux de criminalité plus élevés.

8Tous les travaux sur la question ne vont pas dans le même sens. John L. Worrall publie en 2005 un travail sur des données californiennes qui montrent une absence de relation entre aides sociales et crime. Cependant, en 2009, Worrall publie une ré-analyse de cet article qui contredit ses premières conclusions et confirme la relation inverse entre aides et crime. Dans une recherche sur 81 contés de l’Iowa pour l’année 2000, Melissa W. Burek (2006) ne trouve pas de relation entre crime et aides sociales, et Erin A. Orrick et ses coauteurs (2011) (dont Worrall) ne trouvent qu’un effet mitigé de la combinaison d’aides publiques et privées sur la probabilité de récidive.

  • 2 Définies par Chamlin et Cochran (1997, 205) comme celles qui valorisent les obligations morales sur (...)
  • 3 Les données de Rogers et Pridemore (2017) suggèrent que seule la protection sociale publique est d’ (...)

9Cette littérature centrée sur les États-Unis est plus intéressée par la significativité des tests statistiques que par le mécanisme agissant entre aides sociales et baisse de la criminalité. Depuis le début des années 2000, une référence théorique s’est cependant imposée : l’idée de soutien social (social support). Pour les théoriciens du social support, les sociétés plus « communautariennes2 » (au sens où elles encourageraient des sentiments d’obligations mutuelles et de confiance, et valoriseraient des comportements altruistes) sont censées être moins criminelles (Chamlin, Cochran 1997). Ces théoriciens considèrent que les dépenses sociales publiques et privées (qu’ils mettent sur le même plan conceptuel3) relèvent de l’altruisme, en dépit de l’importante littérature en sociologie et en science politique qui montre le contraire.

10Cet accent sur l’altruisme généralisé les conduits à douter d’un éventuel « effet-revenu ». L’effet-revenu est l’idée que les personnes qui reçoivent des aides monétaires voient leurs déboires financiers provisoirement adoucis, et sont moins contraintes de recourir à des moyens illégaux pour subvenir à leurs besoins. Les travaux précédemment cités, qui sont fondés sur des statistiques agrégées, ne peuvent pas démontrer l’existence d’un effet-revenu au niveau individuel. Pour les auteurs associés aux théories du social support, il n’est tout simplement pas plausible que recevoir ou non une somme modique comme 100 dollars par mois puisse influer sur les comportements criminels individuels : les effets des politiques sociales sur le crime ne peuvent jouer qu’au niveau macro. Ces auteurs revendiquent donc un parti pris explicite contre l’idée même d’effet-revenu (Worrall, 2005, 2009 ; Chamlin et al., 2002).

2.2. Un premier saut conceptuel par les comparaisons internationales

11Les comparaisons internationales mettent aussi en évidence une relation inverse entre crime et protection sociale. Elles identifient la présence d’un État-providence significatif comme facteur dans le fait d’avoir des taux de criminalité contenus. Les dépenses sociales dans leur ensemble sont considérées, pas seulement les aides aux pauvres. Robert Fiala et Gary LaFree (1988) analysent les déterminants des meurtres d’enfants (un crime commis le plus souvent par les parents) dans 39 pays avec des données des années 1970. Les meurtres d’enfants sont corrélés à de hauts niveaux de participation des femmes au marché du travail combinés à des dépenses sociales faibles. Les dépenses sociales semblent aussi protéger les adultes : Rosemary Gartner (1990) montre que les aides sociales sont associées à une probabilité réduite d’être victime d’un homicide avec des données dans 18 pays capitalistes entre 1950 et 1980.

  • 4 Pour le politiste néerlandais Arend Lijphart, les systèmes politiques qui reposent sur le consensus (...)

12Ces résultats conduisent la recherche américaine à faire un saut conceptuel et à construire des indicateurs avec des fondements théoriques plus ambitieux. Fred C. Pampel et Rosemary Gartner s’intéressent à la surcriminalité des jeunes hommes (une constante anthropologique) au moment où le taux d’homicide américain est à son maximum historique. Pampel et Gartner (1995) veulent comprendre pourquoi les jeunes américains tuent autant, et pourquoi ils tuent plus que les autres jeunes hommes des autres pays riches (18 pays, données 1951-1986). Elles isolent l’effet spécifique de l’État-providence. Elles ne se contentent pas de mesurer des corrélations entre dépenses et crimes : leurs variables incorporent des proxys pour le gouvernement par consensus (en référence à Arend Lijphart4), le nombre d’années que la gauche a passées au pouvoir, l’universalisme des politiques sociales (en référence à Gøsta Esping-Andersen), le degré de « corporatisme » (la capacité du capital et du travail à négocier des compromis) et la gouvernabilité des pays, c’est-à-dire leur capacité à mettre en œuvre des politiques sans générer des conflits violents (ces deux concepts en référence à Philippe Schmitter).

  • 5 La démarchandisation, ou decommodification, est le processus par lequel les individus ne sont pas c (...)

13Dans une veine similaire, Steven F. Messner et Richard Rosenfeld opposent aux taux d’homicide un indice de démarchandisation directement inspiré par Esping-Andersen5 et qui inclut le taux de dépenses sociales par rapport au PIB, la façon dont les dépenses sont financées et le type de programme par lequel les dépenses sociales passent. Avec des données des années 1980 dans les 18 pays de l’OCDE de l’époque, Messner et Rosenfeld (1997) montrent que la démarchandisation est inversement corrélée aux homicides. La même corrélation (inverse) est trouvée entre homicides et pourcentage des dépenses consacrées à la santé et à l’éducation dans une analyse des données de 46 pays entre 1989 et 1995 (Pratt, Godsey, 2002), et une étude récente sur 31 pays de l’OCDE entre 1990 et 2005 montre que l’effet des dépenses sociales et de la démarchandisation agit non seulement sur les homicides, mais aussi sur le taux de suicide (Tuttle, 2017).

  • 6 Voir aussi dans cette perspective Currie (1997).

14Messner et Rosenfeld formulent donc une théorie influente de la relation inverse entre crime et État-providence, dite de l’anomie institutionnelle (institutional anomie theory). Dans cette perspective, le marché est criminogène car il promeut « une orientation utilitariste et calculatrice envers les relations sociales » (Messner, Rosenfeld, 1997, 13966). Les sociétés où les logiques de marché pénètrent l’ensemble des mondes institutionnels deviennent des espaces hyperconcurrentiels et amoraux où règne l’anomie, et donc le crime. La perspective de l’institutional anomie theory s’appuie sur les travaux de Gøsta Esping-Andersen et sur les comparaisons internationales qui mettent en valeur les pays scandinaves. Dans cette approche, le crime baisse parce que l’État-providence démarchandise les relations sociales, les rend plus orientées vers les droits des individus et le respect des biens collectifs. Une méta-analyse de 54 études comparatives publiées entre 1977 et 2009 sur les déterminants des homicides montre que l’indice de démarchandisation est la deuxième variable dont la corrélation négative est la plus forte, après le fait d’être un pays asiatique (Nivette, 2011).

2.3. Pauvreté ou inégalité ?

15La théorie de l’anomie institutionnelle n’est pas précise sur le mécanisme concret de l’effet de la protection sociale sur la criminalité. Jukka Savolainen reprend les données de Messner et Rosenfeld avec un échantillon étendu à des pays additionnels et à une période plus longue, et montre que « les nations qui protègent leurs citoyens contre les vicissitudes des forces du marché semblent immunisées contre les effets meurtriers des inégalités économiques » (Savolainen, 2000, 1021). Ce mécanisme spécifique – les inégalités sont associées aux homicides, les politiques de réduction des inégalités limitent l’effet criminogène des inégalités – est confirmé par le travail de Travis C. Pratt et Timothy W. Godsey (2003) sur 46 pays avec des données pour l’an 2000 (voir aussi Fajnzylber et al., 2002).

16D’autres travaux identifient comme mécanisme non pas les inégalités, mais la pauvreté : c’est ce que suggèrent Irshad Altheimer (2008, données sur 51 pays entre 1996 et 1999), Kelly M. Thames et Patricia L. McCall (2015, données sur 247 régions ouest et est-européennes en 2000, 2005 et 2009) et Meghan L. Rogers et William Alex Pridemore, d’abord avec des données sur 30 pays de l’OCDE pour l’année 2004 (Rogers, Pridemore, 2013), puis pour les années 2010 et 2014 (Rogers, Pridemore, 2017). L’opposition entre inégalités et pauvreté est un peu artificielle, puisque les deux sont fortement corrélées entre elles dans les comparaisons internationales (Brady, Bostic, 2015). Mais l’idée que la protection sociale agit par l’intermédiation des unes ou de l’autre permet d’envisager un mécanisme agissant moins « boîte noire » que ne la font les théories du social support ou de l’anomie institutionnelle.

17Parmi ces travaux comparatifs, un seul ne confirme pas la relation inverse entre crime et État-providence. Éric Neumayer (2003) analyse les données de 117 pays entre 1980 et 1997. Il ne trouve aucun effet pour les politiques de redistribution, un résultat peut-être induit par une stratégie d’échantillonnage trop lâche (117 pays). La relation inverse entre crime et État-providence est donc un fait raisonnablement établi, quels que soient les indicateurs utilisés : montant des aides aux pauvres par bénéficiaire, pourcentage de familles bénéficiaires, dépenses sociales agrégées ou indices complexes d’implication de l’État dans l’économie d’une part, et atteintes à la propriété, violences ou meurtres d’autre part. La relation est identifiée dans plusieurs études aux États-Unis et étayée par de nombreuses comparaisons internationales. Mais la question du mécanisme reste sans réponse.

3. Transition : le problème de l’endogénéité

18Les travaux discutés jusqu’ici établissent une corrélation (inverse) entre crime et protection sociale. Raisonnant sur des données agrégées, ces travaux constatent des associations significatives, mais ne permettent pas d’établir un lien causal entre les dépenses sociales et la baisse de la criminalité, et ce à cause du problème de l’endogénéité : si on veut montrer que les dépenses sociales ont un effet sur le crime, il faut également que le niveau des dépenses sociales ne soit pas affecté par les variations du crime. Or, si les dépenses sociales font baisser le niveau de la criminalité, alors les gouvernants ont pu s’en rendre compte avant James DeFronzo en 1983, et le niveau des dépenses à un moment donné peut avoir non seulement pour but de faire baisser la pauvreté, mais aussi de faire baisser le crime. C’est un problème classique en criminologie quand on cherche à mesurer l’effet des effectifs policiers ou de la peine de mort sur les taux de criminalité : les variables supposément indépendantes (les dépenses sociales, le recours à la peine de mort, les effectifs policiers) sont aussi des variables dépendantes de la variable supposément dépendante (le crime).

  • 7 Cependant, et comme pour tempérer certains enthousiasmes, Savage et ses coauteurs constatent des re (...)

19Une façon de résoudre ce problème est de recréer de l’antériorité en analysant des panels. Joanne Savage, Richard R. Bennett et Mona Danner étudient les covariations des dépenses sociales et du crime sur plusieurs années, et mesurent systématiquement l’effet supposé des dépenses sociales sur le crime après un, deux, trois, quatre, cinq ans (lagged effects). Elles identifient un effet causal des dépenses sociales per capita dans 52 pays entre 1950 et 1984 en regardant les effets des variations des dépenses sociales sur les années suivantes, ce qui leur permet de démontrer que la direction de la relation est bien un effet de la protection sociale sur le crime (Savage et al., 2008)7. Patricia L. McCall et Jonathan R. Brauer utilisent un protocole original combinant analyse longitudinale et comparaison internationale et infranationale (grâce à une analyse des données au niveau régional) sur 29 pays européens entre 1994 et 2010. En examinant des séquences temporelles, on produit des inférences causales plus robustes tout en surmontant les difficultés que pose la démarche de contrôle lorsque l’on travaille sur un nombre nécessairement limité d’unités macro. McCall et Brauer (2014) constatent que même des variations faibles des dépenses sociales (par exemple d’une année sur l’autre) ont des effets sur le taux de criminalité.

20Une approche alternative, classique en économétrie, consiste à recourir à une variable instrumentale. L’idée est de trouver une troisième variable (l’« instrument ») qui est causalement liée aux variables indépendantes mais pas à la variable dépendante. Par exemple, Patrick Sharkey et ses coauteurs (2017) mesurent l’effet des ONG sur la criminalité dans 264 villes américaines des années 1990 aux années 2010. Ils montrent qu’un nombre croissant d’ONG agissant dans les quartiers pauvres (contre la toxicomanie ou pour l’insertion des jeunes) est statistiquement corrélé à une baisse du crime. Pour obtenir ce résultat, ils utilisent comme variable instrumentale la formation d’ONG à but culturel, a priori pas concernées par les variations de la criminalité ; sans recourir à ce procédé, ils constateraient probablement un lien positif entre le nombre d’ONG et le nombre de crimes, puisque ces ONG se forment en partie en réaction au problème criminel.

21L’enjeu est de montrer qu’il y a bien un effet causal de la protection sociale sur le crime. Or, les travaux discutés jusqu’ici établissent une relation inverse au niveau macro, mais ne spécifient pas un mécanisme micro. Une partie de ces travaux refuse de prendre au sérieux l’hypothèse d’un effet-revenu au niveau individuel. La recherche en science économique s’est donc consacré à mesurer systématiquement un éventuel effet-revenu, en étudiant non pas des relations entre statistiques agrégées, mais des panels de bénéficiaires ou des quasi-expériences naturelles – ces dernières étant le moyen le plus direct pour surmonter les problèmes d’endogénéité.

4. La mise en évidence de l’effet-revenu

22Différents types de travaux permettent de mettre en évidence un effet-revenu des aides sur les taux de criminalité. Notons que ces travaux, par souci de validité interne, ne regardent pas la relation entre aide sociale et homicide, mais entre aide sociale et criminalité acquisitive, afin d’isoler au sein des différents types de criminalité ceux qui relèvent le plus probablement d’une finalité économique. Une première façon de révéler l’effet-revenu est de mettre en évidence un effet des modalités pratiques de versement des aides (welfare payments) sur les comportements des bénéficiaires.

4.1. Les welfare payments

  • 8 Les food stamps sont un programme créé en 1964 qui vise à distribuer aux pauvres des coupons qui ne (...)

23On sait que les routines de consommation des bénéficiaires s’organisent autour du jour du versement des aides sociales. Par exemple, quand les Américains pauvres reçoivent leurs food stamps8 le week-end, ils achètent plus de bière que lorsqu’ils les reçoivent en semaine (Castellari et al., 2017, données 2004-2011 au Nevada). Un effet-revenu devrait être donc décelable dans les variations journalières de la criminalité autour du jour dans le mois où les bénéficiaires reçoivent leurs aides. C’est ce que cherche à montrer la littérature sur les welfare payments, dont le précurseur est un économiste, C. Fritz Foley.

  • 9 SSI, pour Supplemental Security Income, est une aide pour les personnes pauvres âgées ou handicapée (...)

24Foley (2011) étudie trois types d’aides – food stamps, TANF et SSI – dans douze villes américaines9. Ces aides ne tombent pas forcément les mêmes jours, et les agences qui versent les paiements ne distribuent pas forcément l’intégralité de la somme mensuelle due en une seule fois. Foley analyse donc les variations de la criminalité en fonction du jour du versement des aides dans le mois, en prenant bien soin de contrôler ses résultats avec les autres facteurs susceptibles d’affecter les taux journaliers de criminalité, comme les jours de congé et la météo. Il montre que dans les villes où les versements sont groupés en début du mois, les taux de criminalité augmentent au fur et à mesure que l’on s’éloigne du jour du versement initial. Au contraire, dans les villes qui versent les aides en plusieurs fois, et où les différents types d’aides tombent de manière espacée dans le mois, les taux de criminalité sont constants et plus bas. Cet effet est confirmé par l’analyse des effets d’une réforme qui a augmenté le nombre de jours de distribution des food stamps à Chicago : les vols baissent, en particulier dans les supérettes – environ 900 vols avec violences (robberies) en moins par an sur l’ensemble de la ville (Carr, Packham, 2019). Ces travaux montrent donc que les taux de criminalité dans une ville donnée varient dans le mois en fonction du jour où les aides sociales sont distribuées et, toutes choses égales par ailleurs, qu’il y aura plus de crimes si le même montant est versé en une fois que s’il est versé en plusieurs fois.

25Par rapport aux comparaisons internationales avec des données agrégées, ces travaux sur les welfare payments suggèrent un effet-revenu au niveau individuel. Ainsi dans l’Indiana, la date de versement des aides n’est pas la même pour tout le monde : elle dépend de l’initiale du nom de famille. Jillian B. Carr et Analisa Packham utilisent ce dispositif et le croisent avec les condamnations pénales, pour lesquelles les noms des criminels sont des données publiques. Elles montrent que dans la semaine qui suit le versement des aides, les crimes liés à l’alcool augmentent, puis que tous les crimes baissent dans la troisième semaine, et enfin que les vols (notamment commis par les femmes) augmentent fortement dans la quatrième semaine, c’est-à-dire juste avant le versement suivant.

26Comme le montrent Carr et Packham, l’effet-revenu joue dans les deux sens : recevoir un revenu permet aussi d’acheter des drogues et de l’alcool – dont la consommation est pénalisée et/ou associée à des comportements délictueux. C’est ce que montrent des travaux sur les cycles des hospitalisations. Une enquête réalisée à Vancouver (Colombie Britannique) entre 1995 et 1996 sur 2 500 toxicomanes (typiquement bénéficiaires des aides sociales) montre que les patients sont plus susceptibles de quitter l’hôpital contre l’avis médical le jour de la distribution du chèque, et également plus susceptible d’être réadmis pour overdose dans les jours qui suivent immédiatement l’obtention des aides (Riddell, Riddell, 2006). Toujours à Vancouver, mais entre 2003 et 2004, une enquête sur 1 234 admissions montre également que dans les trois jours qui suivent la distribution des aides, le nombre d’admissions dans l’unité de dégrisement (drogue et alcool) de l’hôpital augmente très sensiblement (Li et al., 2007). Les données sur les admissions en Californie entre 1994 et 2000 confirment ces résultats, avec une augmentation des hospitalisations pour overdoses en hausse de plus de 20 % dans les cinq jours qui suivent le versement de SSI (personnes âgées ou handicapées) (Dobkin, Puller, 2007).

27Deux effets-revenu sont donc à l’œuvre : d’une part, les bénéficiaires des aides sociales ont tendance à surconsommer lorsqu’ils reçoivent leur revenu (comme tout le monde, voir Evans, Moore, 2011), et d’autre part le fait de recevoir un revenu les dissuade du crime, du moins jusqu’à ce que ce revenu soit épuisé.

28Enfin, le calendrier de distribution des aides n’est pas la seule variable qui permet d’identifier la relation entre crime et État-providence au niveau micro. Un changement important a eu lieu dans la modalité d’allocation des food stamps américains : le passage au paiement électronique. Concrètement, avant les années 1990, les bénéficiaires recevaient des coupons-papier, et aujourd’hui ils reçoivent une carte de crédit spéciale. Les food stamps papier fonctionnaient comme de la monnaie liquide : on pouvait faire ces courses avec, ou les revendre avec une décote au marché noir contre des dollars. Les food stamps-carte de crédit (appelés EBT, pour electronic benefit transfer) ne sont pas si facilement fongibles. Or on sait que la diffusion de l’argent liquide facilite le crime – plus facile à voler, plus facile à dépenser. Ainsi, la diffusion des food stamps-cartes de crédit à travers les différents comtés du Missouri entre 1990 et 2011 a entraîné une baisse de la criminalité acquisitive estimée à 9,2 % – et cela sans effet de déplacement (où les crimes seraient simplement commis ailleurs) (Wright et al., 2017).

29La littérature sur les welfare payments montre l’intérêt qu’il y a à s’intéresser à la dimension micro des comportements des bénéficiaires. Identifier un effet-revenu dans la relation entre crime et État-providence implique d’analyser des données au niveau des individus.

4.2. Aides sociales et comportements individuels

30En réduisant abruptement la générosité des aides sociales, la welfare reform de 1996 aux États-Unis offre une quasi-expérience naturelle pour tester des effets plus fins que ce que permettent de simples corrélations sur des statistiques agrégées à l’échelle de pays entiers, en suivant des individus avec différents dispositifs méthodologiques.

  • 10 À noter qu’avec la même base de données, mais on ne regardant que 6 États au lieu de 43, et en défi (...)

31Ainsi, Crystal S. Yang utilise un échantillon de près de 5 millions de prisonniers libérés dans 43 États américains principalement entre 1992 et 2014 pour étudier l’interdiction faite aux trafiquants de drogue de bénéficier des food stamps. Cette interdiction a été appliquée de façon différenciée sur le territoire américain. Certains États ont choisi de rendre l’interdiction rétroactive (toute personne condamnée est inéligible aux food stamps), tandis que d’autres ont opté pour une mise en œuvre moins drastique. Yang (2017) compare les probabilités de récidives des trafiquants de drogue avant et après l’interdiction, et les compare à celles des autres criminels (non-trafiquants de drogue, et donc non concernés par l’interdiction), et ce dans 43 États (triple-differences research design). Ses résultats montrent que le fait d’avoir droit au food stamps réduit de 10 % le risque de récidiver sous un an10. Une autre étude se concentre sur le cas de la Floride uniquement, où l’interdiction n’a concerné que les dealers condamnés après le 23 août 1996. Cody Tuttle constitue un échantillon de 1 000 trafiquants condamnés dans les semaines avant et après le 23 août 1996, les premiers pouvant toujours bénéficier des food stamps, les suivants en étant privés. Parmi ceux qui ont continué à toucher leurs aides, le taux de récidive au cours de la vie est de 16 % ; pour les autres, 25 %. Le différentiel – une augmentation de 60 % – est largement imputable à de la criminalité acquisitive, ce qui suggère selon Tuttle (2019) que la perte des revenus des food stamps a été compensée par une activité criminelle plus soutenue.

32Au plus simple, la welfare reform de 1996 s’est traduite par une restriction drastique des aides aux femmes pauvres. Plusieurs articles se sont donc attachés à montrer l’effet de cette réforme de l’État-providence sur la criminalité des femmes. Les résultats sont mitigés (en partie peut-être parce que les femmes commettent en général beaucoup moins de crimes que les hommes). Une première étude longitudinale sur 1 324 femmes bénéficiaires de TANF dans l’Illinois montre un effet assez faible de la perte des aides sur le crime (Monte, Lewis, 2011). Une autre étude longitudinale cette fois sur 534 femmes bénéficiaires à Houston (Texas) montre même que la perte des aides entraîne une baisse des comportements délictueux, dont la consommation de drogue (Brown et al., 2004) ; un résultat en partie confirmé par une étude sur l’ensemble des États américains, et qui montre chez les femmes que la baisse des aides a entraîné une baisse des atteintes à la propriété (Corman et al., 2014). Ces résultats appellent un commentaire. La welfare reform de 1996 a eu lieu dans un contexte de très forte croissance économique, près de 4 % par an entre 1992 et 2000. En conséquence, les femmes pauvres auxquelles les aides ont été coupées ont pu facilement trouver du travail (Dave et al., 2012) ; c’est pour cela qu’initialement, la welfare reform a été considérée comme un grand succès de politique publique (Schram, Soss, 2001). Ce contexte économique explique peut-être ces résultats.

4.3. Les effets de l’introduction de politiques sociales

33Enfin, l’une des façons les plus directes de montrer que l’effet de l’État-providence sur le crime repose sur un effet-revenu est d’étudier l’introduction de dispositifs d’aides aux pauvres dans les pays qui en sont dépourvus. Pour cela, on va mobiliser des exemples très différents dans le temps et dans l’espace, qui vont nous éloigner des pays de l’OCDE contemporains. On va d’abord s’intéresser aux États-Unis du New Deal, puis à des pays d’Amérique du sud.

34Le premier exemple historique mesuré est celui du New Deal. Entre 1930 et 1938, le taux de chômage américain passe de 9 % à 19,1 %, les dépenses en aides sociales per capita sont multipliées par 18 et la part du budget fédéral dans les dépenses sociales passe de zéro à 62 %. Price V. Fishback, Ryan S. Johnson et Shawn Kantor (2010) estiment que durant la Grande Dépression, une augmentation des dépenses sociales per capita de 10 % entraîna une baisse des atteintes à la propriété de 1,5 %, un effet significatif mais moindre que celui induit par un programme d’emplois aidés à destination des chômeurs. Des expériences plus récentes sont également concluantes.

35Plus récemment, le Brésil a introduit le programme Bolsa Família en 2003 en agrégeant, en généralisant et en étendant des dispositifs existants. Bolsa Família est un conditional cash transfer, c’est-à-dire que les versements sont non seulement sous condition de ressources, mais aussi de bons comportements, par exemple chercher du travail ou inscrire ses enfants à l’école. Dans les faits, les administrations, par incapacité ou par dessein, ne semblent pas s’être montrées trop tatillonnes. Au-delà des objectifs premiers de réduction de la pauvreté, Bolsa Família a eu un effet sur le crime au Brésil : les États qui ont atteint plus rapidement les objectifs de dépense du gouvernement ont connu de plus grosses réductions de la criminalité (Loureiro, 2012). Par ailleurs, l’effet de Bolsa Família a été plus important sur les petits vols, et nul sur les meurtres – un résultat que l’on va retrouver en Argentine. L’effet de Bolsa Família a été étudié à São Paulo par trois économistes, Laura Chioda, João M.P. De Mello et Rodrigo R. Soares. Chioda et ses coauteurs (2016) mesurent les effets d’une réforme en 2008 qui étend Bolsa Família aux parents qui inscrivent leurs enfants de 16 et 17 ans à l’école – contre un âge-limite de 15 ans précédemment. L’objectif premier est donc d’étendre l’âge de la scolarisation, mais les auteurs s’intéressent à l’effet sur le crime, puisque les adolescents (mâles) de cet âge-là sont bien connus à travers le monde pour leur sur-propension à la délinquance. Chioda et ses coauteurs (2016) observent une baisse significative de la criminalité dans les quartiers concernés, et parviennent à montrer que l’effet ne réside pas dans la neutralisation physique des adolescents (assis sur les bancs de l’école 8 heures par jour, ils ont moins de temps pour la délinquance), puisque le crime baisse y compris les jours où il n’y a pas école. Cela suggère que le mécanisme causal de la réduction du crime est le revenu additionnel disponible dans les familles. L’effet est non-négligeable : pour chaque adolescent scolarisé, on compte 2,1 crimes en moins par an.

36L’Argentine a aussi introduit un dispositif de conditional cash transfer au début des années 2000. Comme au Brésil, les conditions n’étaient pas très strictes et n’ont pas été surveillées avec beaucoup d’empressement. De fait, le Programa Jefes y Jefas de Hogar Desocupados (Programme chefs et cheffes de famille sans emploi) est une aide aux pauvres, mise en œuvre dans différentes régions entre mai 2002 et mai 2003. Osvaldo Meloni utilise ces différences entre régions pour calculer l’effet des politiques sociales sur la criminalité. Cet effet est majeur sur les petits vols, moindre sur les agressions à mains armées, et nul sur les meurtres. Meloni (2014) en conclut que les aides aux pauvres ne peuvent avoir qu’un effet limité sur les délinquants chevronnés.

37Un dernier exemple porte sur le triplement d’une aide aux personnes qui sortent de prison en Uruguay en 2010. Dans de nombreux pays, les prisonniers reçoivent à leur libération une petite somme d’argent en liquide pour leur permettre de rejoindre des proches sans avoir à immédiatement commettre de nouveaux crimes. Selon les estimations d’Ignacio Munyo et Martín A. Rossi, avant 2010, un prisonnier uruguayen sur quatre récidivait le jour-même de sa libération. Après le triplement du « cadeau de départ », et en prenant en compte un ensemble de variables liées au jour de la semaine et à la météo, le nombre de prisonniers qui récidivent le jour de leur libération tombe à zéro (Munyo, Rossi, 2015).

38Ces différents corpus (sur les welfare payments, les changements d’éligibilité et sur l’introduction de dispositifs d’aides sociales aux plus pauvres en Amérique latine) suggèrent qu’un effet-revenu est effectivement à l’œuvre dans la relation entre État-providence et crime : le fait de recevoir de l’argent soulage les bénéficiaires, qui sont alors moins susceptibles d’aller chercher leur pitance par des moyens illégaux. Ces travaux identifient des relations significatives entre l’accès à une aide et la moindre perpétration d’atteintes à la propriété. Mais comment expliquer que cette littérature ne trouve pas un lien avec une réduction des homicides, l’un des résultats pourtant les plus sûrs de la recherche macro ?

39Deux hypothèses, non contradictoires, peuvent réconcilier ces résultats. La première est que les homicides sont des événements relativement rares dont les variations ne peuvent être observées qu’à une unité d’analyse impliquant plusieurs millions d’habitants – un seuil souvent difficile à atteindre avec une démarche expérimentale. La seconde reprend l’intuition de Meloni sur le cas argentin. Lorsqu’on introduit une aide aux pauvres, un effet-revenu immédiat vient modifier la structure d’incitations des individus, dont on observe qu’ils commettent moins de petits larcins. Cet effet-revenu nécessairement modique n’aura aucun effet sur les professionnels du crime qui ont déjà consenti de lourds investissements en capital humain dans leur carrière criminelle. En revanche, la mise en œuvre d’aides aux pauvres dans la durée, sur au moins vingt ans, devrait conduire à une baisse des homicides, parce que toute une génération aura grandi dans un système d’incitations différent, moins stressant financièrement pour les pauvres, et donc moins criminogène. Cette nouvelle génération sera moins encline à démarrer une carrière dans la criminalité, et on devrait observer, toutes choses égales par ailleurs, une réduction des homicides. Selon cette seconde hypothèse – et avec toutes les limites qu’implique ce type de raisonnement, ce n’est que dans le temps (sur une génération au moins) que l’agrégation des effets-revenu au niveau individuel pourrait produire un effet mesurable sur les homicides, ce qui constituerait l’un des facteurs explicatifs des faibles taux d’homicide dans les vieux États-providence ouest-européens.

5. Conclusion

40La fonction principale des États-providence est de redistribuer des ressources. Ce faisant, et c’est ce que nous apprend la littérature recensée dans cet article, les États-providence ont un effet qui n’est pas forcément intentionnel : celui de réduire le crime. Comme le montrent les récents travaux d’économistes, le mécanisme agissant est probablement l’effet-revenu : la redistribution évite aux pauvres de s’engager dans la criminalité qui est induite par le défaut d’opportunités sur le marché du travail légitime. En appui à cette interprétation, de récents développements ont montré une corrélation forte entre crime et chômage des jeunes, et entre crime et baisse des salaires peu qualifiés, aux États-Unis et dans plusieurs pays européens (Draca, Machin, 2015).

41Cet effet est doublement souhaitable. Au niveau macro, l’ensemble des crimes (vols et violences) commis représente toujours une désutilité nette. Une criminalité basse améliore la qualité de vie et en particulier celle des pauvres. Au niveau individuel, s’engager dans des conduites délictueuses maximise la probabilité de passer par le système pénal, dont les effets négatifs sur les opportunités professionnelles ultérieures et sur la famille sont bien connus. Ainsi, l’importante baisse de la criminalité aux États-Unis depuis les années 1990 a eu pour effet d’améliorer les résultats scolaires et d’améliorer la mobilité sociale ascendante dans les quartiers qui étaient les plus touchés par la délinquance, ainsi que de faire remonter l’espérance de vie des hommes noirs (Sharkey, 2018).

42A minima, il est possible de modifier marginalement le taux général de criminalité en ajustant subtilement les modalités de versement des aides sociales : effectuer les versements en plusieurs fois, de préférence en début de semaine, et organiser les versements de façon à ce que tous les habitants d’un même quartier ne soient pas sur le même planning de versement des aides (ce qui fait que les gens dans le besoin peuvent bénéficier de la solidarité de ceux qui ont reçu, et réciproquer ensuite). A maxima, ces résultats impliquent une réflexion sur la désirabilité de la pauvreté et des inégalités. L’élasticité du crime aux dépenses sociales est probablement moindre que d’autres types d’interventions plus directes, mais ces résultats rejoignent la littérature sur les effets bénéfiques de la réduction des inégalités, notamment en termes de santé publique ou de stabilité politique (Wilkinson, Pickett, 2009 ; Therborn, 2014).

43Toutes ces questions posent le problème des conditions politiques pour la mise en œuvre d’un niveau de dépenses sociales élevé. Les augmentations des taux de criminalité ont plutôt tendance à favoriser les victoires électorales des partis défavorables à l’expansion de l’État-providence (Scheingold, 1984 ; Garland, 2001 ; Simon, 2007). Cela pose le problème de la politisation de l’enjeu crime dans le débat public.

Haut de page

Bibliographie

Altheimer I., 2008, Social support, ethnic heterogeneity, and homicide: A cross-national approach, Journal of Criminal Justice, 36, 2, 103-114.

Brady D., Bostic A., 2015, Paradoxes of social policy welfare transfers, relative poverty, and redistribution preferences, American Sociological Review, 80, 2, 268-298.

Brown V.L., Montoya I.D., Dayton-Shotts C.A., Carroll-Curtis T.L., Riley M.A., 2004. Trends of criminal activity and substance use in a sample of welfare recipients, Crime & Delinquency, 50, 1, 6-23.

Burek M.W., 2005, Now serving part two crimes: Testing the relationship between welfare spending and property crimes, Criminal Justice Policy Review 16, 3, 360-384.

Burek M.W., 2006, AFDC to TANF: The effects of welfare reform on instrumental and expressive crimes, Criminal Justice Studies, 19, 3, 241-256.

Carr J.B., Packham A., 2019, SNAP benefits and crime: Evidence from changing disbursement schedules, Review of Economics and Statistics, 101, 2, 310-325.

Castellari E., Cotti C., Gordanier J., Ozturk O., 2017, Does the timing of food stamp distribution matter? A panel data analysis of monthly purchasing patterns of us households, Health economics, 26, 11, 1380-1393.

Chamlin M.B., Cochran J.K., 1997, Social altruism and crime, Criminology, 35, 2, 203-226.

Chamlin M.B., Cochran J.K., Lowenkamp C.T., 2002, A longitudinal analysis of the welfare-homicide relationship: Testing two nonreductionist macro-level theories, Homicide Studies, 6, 1, 39-60.

Chioda L., De Mello J.M.P., Soares R.R., 2016, Spillovers from conditional cash transfer programs: Bolsa Família and crime in urban Brazil, Economics of Education Review, 54, 306-320.

Corman H., Dave D.M., Reichman N.E., 2014, Effects of welfare reform on women’s crime, International Review of Law and Economics, 40, 1-14.

Currie E., 1997, Market, crime and community: Toward a mid-range theory of post-industrial violence, Theoretical Criminology, 1, 2, 147-172.

Danziger S., Haveman R., Plotnick R., 1981, How income transfer programs affect work, savings, and the income distribution: A critical review, Journal of Economic Literature 19, 3, 975-1028.

Dave D.M., Corman H., Reichman N.E., 2012, Effects of welfare reform on education acquisition of adult women, Journal of Labor Research, 33, 2, 251-282.

DeFronzo J., 1983, Economic assistance to impoverished americans. Relationship to incidence of crime, Criminology, 21, 1, 119-136.

DeFronzo J., 1996, Welfare and burglary, Crime & Delinquency, 42, 2, 223-230.

DeFronzo J., 1997, Welfare and homicide, Journal of Research in Crime and Delinquency, 34, 3, 395-406.

DeFronzo J., Hannon L., 1998, Welfare assistance levels and homicide rates, Homicide Studies, 2, 1, 31-45.

Dobkin C., Puller S.L., 2007, The effects of government transfers on monthly cycles in drug abuse, hospitalization and mortality, Journal of Public Economics, 91, 11-12, 2137-2157.

Draca M., Machin S., 2015, Crime and economic incentives, Annual Review of Economics, 7, 1, 389-408.

Ellis R.D., 1987, General assistance payments and crime rates in the United States, Review of Policy Research, 7, 2, 291-303.

Evans W.N., Moore T.J., 2011, The short-term mortality consequences of income receipt, Journal of Public Economics, 95, 11-12, 1410-1424.

Fajnzylber P., Lederman D., Loayza N., 2002, Inequality and violent crime, Journal of Law and Economics, 45, 1, 1-39.

Fiala R., LaFree G., 1998, Cross-national determinants of child homicide, American Sociological Review, 53, 3, 432-445.

Fishback P.V., Johnson R.S., Kantor S., 2010, Striking at the roots of crime: The impact of welfare spending on crime during the great depression, Journal of Law and Economics, 53, 4, 715-740.

Foley C.F., 2011, Welfare payments and crime, Review of Economics and Statistics, 93, 1, 97-112.

Garland D., 2001, The culture of control, New York, Oxford University Press.

Gartner R., 1990, The victims of homicide: A temporal and cross-national comparison, American Sociological Review, 55, 1, 92-106.

Hannon L., DeFronzo J., 1998a, The truly disadvantaged, public assistance, and crime, Social Problems, 45, 3, 383-392.

Hannon L., DeFronzo J., 1998b, Welfare and property crime, Justice Quarterly, 15, 2, 273-288.

Howard C., 1997, The hidden welfare state: Tax expenditures and social policy in the united states, Princeton University Press.

Li X., H. Sun, Marsh D.C., Anis A.H., 2007, Impact of welfare cheque issue days on a service for those intoxicated in public, Harm Reduction Journal, 4, 12-16.

Liebertz S., Bunch J., 2018, Examining the externalities of welfare reform: TANF and crime, Justice Quarterly, 35, 3, 477-504.

Loureiro A.O.F., 2012, Can conditional cash transfers reduce poverty and crime? Evidence from Brazil, https://ssrn.com/abstract=2139541, [en ligne] http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2139541.

Luallen J., Edgerton J., Rabideau D., 2018, A quasi-experimental evaluation of the impact of public assistance on prisoner recidivism, Journal of Quantitative Criminology, 34, 3, 741-773.

McCall P.L., Brauer J.R., 2014, Social welfare support and homicide: Longitudinal analyses of European countries from 1994 to 2010, Social Science Research, 48, 90-107.

Meloni O., 2014, Does poverty relief spending reduce crime? Evidence from Argentina, International Review of Law and Economics, 39, 28-38.

Messner S.F., Rosenfeld R., 1997, Political restraint of the market and levels of criminal homicide: A cross-national application of institutional-anomie theory, Social Forces, 75, 4, 1393-1416.

Monte L.M., Lewis D.A., 2011, Desperate or deviant? Causes of criminal behavior among TANF recipients, Poverty & Public Policy, 3, 3, 1-23.

Munyo I., Rossi M.A., 2015, First-day criminal recidivism, Journal of Public Economics, 124, 81-90.

Murray C., 1984, Losing ground: American social policy, 1950-1980, New York, Basic Books.

Neumayer E., 2003, Good policy can lower violent crime: Evidence from a cross-national panel of homicide rates, 1980-1997, Journal of Peace Research, 40, 6, 619-640.

Niskanen W.A., 1996, Welfare and the culture of poverty, Cato Journal, 16, 1, 1-15.

Nivette A.E., 2011, Cross-national predictors of crime: A meta-analysis, Homicide Studies, 15, 2, 103-131.

Orrick E.A., Worrall J.L., Morris R.G., Piquero A.R., Bales W.D., Wang X., 2011, Testing social support theory: A multilevel analysis of recidivism, Journal of Criminal Justice, 39, 6, 499-508.

Pampel F.C., Gartner R., 1995, Age structure, socio-political institutions, and national homicide rates, European Sociological Review, 11, 3, 243-260.

Piven F.F., Cloward R., 1993, Regulating the poor: The functions of public welfare, Vintage [1re édition 1971].

Pratt T.C., Godsey T.W., 2002, Social support and homicide: A cross-national test of an emerging criminological theory, Journal of Criminal Justice, 30, 6, 589-601.

Pratt T.C., Godsey T.W., 2003, Social support, inequality, and homicide: A cross‐national test of an integrated theoretical model, Criminology, 41, 3, 611-644.

Rector R., 1992, Requiem for the war on poverty: Rethinking welfare after the L.A. riots, Policy Review, 61, 40.

Riddell C., Riddell R., 2006, Welfare checks, drug consumption, and health evidence from Vancouver injection drug users, Journal of Human Resources, 41, 1, 138-161.

Rogers M.L., Pridemore W.A., 2013, The effect of poverty and social protection on national homicide rates: Direct and moderating effects, Social Science Research, 42, 3, 584-595.

Rogers M.L., Pridemore W.A., 2017, How does social protection influence cross-national homicide rates in OECD nations?, The Sociological Quarterly, 58, 4, 576-594.

Savage J., Bennett R.R., Danner M., 2008, Economic assistance and crime: A cross-national investigation, European Journal of Criminology, 5, 2, 217-238.

Savolainen J., 2000, Inequality, welfare state, and homicide: Further support for the institutional anomie theory, Criminology, 38, 4, 1021-1042.

Scheingold S.A., 1984, The politics of law and order: Street crime and public policy, New York, Longman, Inc.

Schram S.F., Soss J., 2001, Success stories: Welfare reform, policy discourse, and the politics of research, Annals of the American Academy of Political and Social Science, 577, 49-65.

Sharkey P., 2018, Uneasy peace: The great crime decline, the renewal of city life, and the next war on violence, WW Norton & Company.

Sharkey P., Torrats-Espinosa G., Takyar D., 2017, Community and the crime decline: The causal effect of local nonprofits on violent crime, American Sociological Review, 82, 6, 1214-1240.

Simon J., 2007, Governing through crime: How the war on crime transformed American democracy and created a culture of fear, New York, Oxford University Press.

Thames K.M., McCall P.L., 2015, A longitudinal examination of the effects of social support on homicide across European regions, International Journal of Conflict and Violence IJCV, 8, 2, 234-261.

Therborn G., 2014, The killing fields of inequality, John Wiley & Sons.

Tuttle C., 2019, Snapping back: Food stamp bans and criminal recidivism, American Economic Journal: Economic Policy, 11, 2, 301-327.

Tuttle J., 2017, Specifying the effect of social welfare expenditures on homicide and suicide: A cross-national, longitudinal examination of the stream analogy of lethal violence, Justice Quarterly. 35, 1, 87-113.

Wilkinson R.G., Pickett K., 2009, The spirit level: Why more equal societies almost always do better, Allen Lane.

Worrall J.L., 2005, Reconsidering the relationship between welfare spending and serious crime: A panel data analysis with implications for social support theory, Justice Quarterly, 22, 3, 364-391.

Worrall J.L., 2009, Social support and homicide, Homicide Studies, 13, 2, 124-143.

Wright R., Tekin E., Topalli V., McClellan C., Dickinson T., Rosenfeld R., 2017, Less cash, less crime: Evidence from the electronic benefit transfer program, Journal of Law and Economics, 60, 2, 361-383.

Yang C.S., 2017, Does public assistance reduce recidivism?, American Economic Review, 107, 5, 551-55.

Zhang J., 1997, The effect of welfare programs on criminal behavior: A theoretical and empirical analysis, Economic Inquiry, 35, 1, 120-137.

Haut de page

Notes

1 Le hidden welfare state désigne les incitations fiscales qui visent à faciliter l’accès à la propriété ou à l’assurance-santé via l’employeur, et dont bénéficient en premier lieu les classes moyennes et supérieures (Howard, 1997).

2 Définies par Chamlin et Cochran (1997, 205) comme celles qui valorisent les obligations morales sur les droits des individus et les relations d’échange fondées sur l’intérêt personnel.

3 Les données de Rogers et Pridemore (2017) suggèrent que seule la protection sociale publique est d’une ampleur telle qu’elle peut avoir un effet sur le crime.

4 Pour le politiste néerlandais Arend Lijphart, les systèmes politiques qui reposent sur le consensus – un système parlementaire, de nombreux partis forcés de s’allier en coalition, des élections à la proportionnelle, etc. – sont les plus démocratiques, et s’opposent aux systèmes majoritaires (bipartites, régime présidentiel, élections sur scrutin uninominal, etc.).

5 La démarchandisation, ou decommodification, est le processus par lequel les individus ne sont pas contraints de générer du revenu sur le marché du travail, typiquement par des mécanismes de retraite, d’assurance-chômage, de revenu minimum, etc.

6 Voir aussi dans cette perspective Currie (1997).

7 Cependant, et comme pour tempérer certains enthousiasmes, Savage et ses coauteurs constatent des rendements décroissants des dépenses sociales : plus elles augmentent, plus leur effet marginal sur le crime diminue. Elles remarquent également que jugées sur l’ampleur de leur effet sur le crime, les dépenses semblent très coûteuses : il faut dépenser beaucoup pour obtenir de modiques réductions. Notons que cet article n’est pas parfaitement clair sur la distinction entre aides aux pauvres et dépenses sociales agrégées.

8 Les food stamps sont un programme créé en 1964 qui vise à distribuer aux pauvres des coupons qui ne permettent que d’acheter de la nourriture (à l’exclusion de l’alcool). Avec la Grande Récession qui a commencé en 2008, les food stamps sont devenus l’aide sociale quasi-monétaire la plus importante. Ce que les food stamps peuvent acheter fait naturellement l’objet d’âpres débats. En janvier 2017, un article du New York Times a révélé que dans les foyers bénéficiaires des food stamps, près de 10 % des dépenses en nourriture concernent des « boissons sucrées » (principalement des sodas). Des experts en santé publique considèrent les food stamps comme une gigantesque une subvention pour Pepsi® et Coca Cola®. Voir Anahad O’Connor, « In the Shopping Cart of a Food Stamp Household: Lots of Soda », New York Times, 13 janvier 2017, https://www.nytimes.com/2017/01/13/well/eat/food-stamp-snap-soda.html. De nombreux universitaires ont critiqué cet article, estimant qu’il stigmatisait les pauvres et discréditait les aides sociales ; par exemple Joe Soss, « Food Stamps Fables », Jacobin, 16 janvier 2017, https://www.jacobinmag.com/2017/01/food-stamps-snap-welfare-soda-new-york-times/. Depuis 2008, les food stamps ont été renommés SNAP (Supplemental Nutrition Assistance Program).

9 SSI, pour Supplemental Security Income, est une aide pour les personnes pauvres âgées ou handicapées.

10 À noter qu’avec la même base de données, mais on ne regardant que 6 États au lieu de 43, et en définissant la récidive autrement, Jeremy Luallen et ses coauteur·e·s (2018) trouvent que l’effet de l’interdiction sur la récidive est nul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bonnet, « Crime et État-providence », Champ pénal/Penal field [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/11130 ; DOI : 10.4000/champpenal.11130

Haut de page

Auteur

François Bonnet

Chargé de recherche, CNRS
Univ. Grenoble Alpes, CNRS, Sciences Po Grenoble/School of Political Studies Univ. Grenoble Alpes, PACTE, 38000 Grenoble, France
francois.bonnet@umrpacte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals